Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2018

VARSOVIE - Va dire à Sparte

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Achetez l'album...

 

 

Inapte aux heures de tes beaux jours
Va dire au vent d'hiver
D'emporter avec lui
Ce geste qui fut nous
Va dire aux étincelles va dire au fil de l'eau
Comment nous sommes partis
De rien jusqu'à tout prendre
L'attente au col d'un corridor
Pour unique exercice
Recompter jusqu'à dix
Espérer qu'on nous sorte
Va dire à Roncevaux va dire à Orléans
Comment tout s'est vanné
Dans un écart sous vide

Va dire aux amours mortes
Que rien ne meurt si bien
Que celui qui s'adapte
À l'idée qu'on s'en fait
Va dire à ces Cadets qui tombèrent sous les balles
Quels sons font les rafales
Qu'on nous vante aujourd'hui
Les moiteurs alcalines
De cent putains malades
D'un bordel-hôpital qu'on exploite à crédit
Rien ne tourne à demain sinon le point du jour
Où la beauté s'étrangle à nos cordes tendues

Relaps au feu du contre-jour
Va dire aux soirs d'automne
Qu'il ne tient qu'à l'averse
D'exaucer nos suppliques Va dire aux coups du sort
Va dire aux corps célestes
À Gérard de Nerval
Et sa tour abolie
L'attente au col du corridor
Pour unique exercice
Retenter jusqu'à dix
Espérer qu'on nous sorte
Va dire à Roncevaux
Va dire à Orléans
Comment tout s'est vanné
Dans un écart sous vide

Va dire aux amours mortes
Que rien ne meurt si bien
Que celui qui s'adapte
À l'idée qu'on s'en fait
Va dire à ces Cadets qui tombèrent sous les balles
Quels sons font les rafales
Qu'on nous vante aujourd'hui
Les moiteurs alcalines
De cent putains malades
D'un bordel-hôpital qu'on exploite à crédit
Rien ne tourne à demain sinon le point du jour
Où la beauté s'étrangle à nos cordes tendues

Va dire à Sparte aux temps qui restent à nos chairs disparues
Va dire au chœur qui nous servait par quel mal se distingue
La candeur du monarque
Sous le feu qui le flingue
Le sentiment d'avoir été mais n'avoir pas vécu

Que reste-t-il de l'étendard sans le joug qui l'excite
Ce territoire accidenté sur le bord de l’Europe
Cet autre toi mort à Verdun sous le soleil oblique
Ces mots d’amour sur le plancher quand on claquait la porte
Ces forteresses aux quatre vents tournées sur l’Atlantique
Trois camarades partis trop tôt sans l'invincible escorte
L'hémorragie qui t'a vu naître à la mélancolie
L'écorce vide et l'offertoire où l'esprit frappe encore
Et cette fille qui s'est perdue car tout s'écrit trop vite
Saura ton nom

Sœur à ton ombre

Tout cœur qui compte à la surface repousse un temps l'abîme
Tu t'inscriras tel qu'en toi-même à l'encre des récoltes
D'autres sont là prêts à se fendre attendant qu'on s'explique
Agir devant souffrir en ordre et soigner sa révolte

Va dire à Sparte
Nous n'avons conçu qu'un seul crime
Nous n'avons compté qu'un seul tir
Sous un cercle d'argent
Va dire à Sparte
S'il n'y a rien d'autre après la nuit
S'il n'y a rien d'autre que la nuit
Seuls nos actes en suspens
Va dire à Sparte
S'il n'y a rien d'autre que la nuit
S'il n'y a rien d'autre que la nuit
S'il n'y a rien d'autre que

Tout cœur qui compte à la surface repousse un temps l'abîme
Tu t'inscriras tel qu'en toi-même à l'encre des récoltes
D'autres sont là prêts à se fendre attendant qu'on s'explique
Agir devant souffrir en ordre et soigner sa révolte

 

05:00 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire