10/05/2012

C'est l'histoire d'un mec...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

La Gauche a l'intelligence dans le fond des chaussettes avec même, parfois, lorsque elle a le tâlon trop délicat, l'ancéphalograme plat. Son Logiciel n'arrive pas encore à lire comme il se doit la réalité, à l'analyser et, surtout, à l'accepter avec tout le recul nécessaire. Voici un texte trouvé du côté de L'Horreur du Château, Blog dont le titre kafkaïen en dit assez long sur la vision de l'auteur. En tout cas ça dépote.

L'électorat FN, en particulier le jeune électorat FN, est en pleine mutation. Moi je n'ai pas voté FN. J'ai 47 ans et j'ai passé le cap de pas mal de désillusions en tout et surtout en politique. J'ai voté Sarkozy pour la deuxième fois et je l'assume sans état d'âme militant. Je ne suis militant de rien ni de personne et je passe ma vie à pratiquer une course de fond qui consiste à se désengager. Par contre je ne méprise pas les électeurs FN. Je comprends d'où ils parlent. Je saisis leur angoisse et j'entends leur appel.

L'électeur FN beauf et con, frontiste bas du plafond, il en existe encore quelques spécimens... mais sachez qu'ils sont de plus en plus rares et que leur profil de gros skinheads rêvant de tuer de l'arabe c'est, pour ainsi dire, presque terminé.

Le gros cons racistes, les fascistes qui assument de l'être, la violence crasse, la beaufitude dans toute sa splendeur, la crétinerie intellectuelle, le sexisme primaire, ça n'est plus du côté des Dupont la Joie qu'on les trouve, mais du côté de pauvres types comme Mohamed Merah. Il serait peut-être temps que les donneurs de leçons en vertu républicaine parviennent à le comprendre.

Car ce que le PS ne comprend pas l'amènera, forcément, à se réveiller un matin avec le cul en étoile de mer et la gueule de bois, ce qui, moi, me fera rire et me réjouira à coup sûr. On va bien s'amuser. Servez-vous encore un verre...

--------------------------------------------

Un électeur FN, normalement, c'est une personne âgée assez aisée, qui aimerait interdire le rock, la techno et toutes les musiques de "jeunes", qui vit dans un village paumé à la campagne et qui n'a jamais vu un Arabe de sa vie, une personne xénophobe pleine de préjugés qui regarde trop TF1. Ou bien c'est un pauvre gars inculte faisant partie de la frange la moins éduquée de la population, qui ne comprend pas le monde dans lequel il vit.

J'ai la vingtaine et quelques années, je vis avec à peine 500 euros par mois, j'écoute du métal et de l'électro en passant par du rap, j'ai passé tout mon secondaire dans une ZEP et j'ai habité dans une banlieue encore après mon bac, j'ai été élevé dans une gauche Canal plus et chez nous le bouton 1 de la télécommande est resté à l'état neuf. J'ai toujours eu d'excellentes notes au cours de ma scolarité, avec notamment un 20 sur 20 en histoire/géo pour mon bac blanc, et je suis des études supérieures en étant à quelques semaines d'un master avec mention Bien.
 
Moi, raciste ? Il y a une quinzaine d'années encore lorsque j'allais à un repas avec mes parents, et que j'entendais des convives dire qu'ils n'aimaient pas les Arabes et qu'ils votaient Le Pen, je sortais discrètement de la pièce pour aller dehors cracher sur leur bagnole. Moi, raciste ? Mes potes au collège s'appelaient Abdelkader et Saïd et je vomissais avec eux les "fachos". Moi, raciste ? Au lycée j'ai signalé à la direction, qui m'emmerdait pour des broutilles, que des élèves néonazis se pointaient avec "Mein Kampf" au bahut.
 
Moi, je ne suis pas dans le "champ républicain" ? Je vous emmerde, la gauche. Je vous ai appartenu corps et âme assez longtemps pour avoir le droit de le dire, haut et fort. Je n'ai aucune leçon à recevoir de vous. Entre les deux tours de 2002 j'avais 15 ans et j'ai défilé contre Jean-Marie Le Pen. Qu'est-ce qui selon vous m'a rapproché de lui un peu plus tard ? Les paroles de "division" de Nicolas Sarkozy ? Il n'existait pas à l'époque. C'est la réalité qui m'a fait voter FN quand tout dans mon éducation, mes valeurs, mes préjugés me destinait au contraire. Ce qui crée la "division" dans ce pays ce ne sont pas les paroles des politiques, ces dernières ne sont que le reflet des aspirations qui viennent de la base, ce qui crée la "division" c'est la présence de plusieurs peuples distincts sur un même territoire, à force d'immigration massive sur des dizaines d'années, démarche irresponsable dans le meilleur des cas, diabolique dans le pire des cas. Sarkozy n'a fait que récupérer la colère qui couvait, il ne l'a en rien créée. 
 
Le mot "racaille" Nicolas Sarkozy ne l'a pas inventé, il l'a repris de la bouche de cette dame qui lui parlait à la fenêtre, parce qu'elle vit là-bas, elle. Ça vient d'en bas, c'est clair, la gauche ? C'est un "jeune" qui vous parle, vous aimez tellement ce mot, un jeune qui constate que la "division" c'est vous qui l'avez provoquée, encouragée, en important ici des populations qui nous étaient hostiles, par souvenir de la guerre d'Algérie, en les rendant encore plus hostiles avec le mouvement "antiraciste", avec votre "marche des beurs", en les appelant à revendiquer leurs origines tout en nous contraignant à avoir honte des nôtres, en apprenant à tous que tout ce qui était "de souche" était nazi, colon, ignoble à tout point de vue, en nous effaçant littéralement de votre "diversité", vous avez créé ce racisme dont vous ne parlez jamais, pourtant largement majoritaire dans les faits : le racisme de ceux qui nous appellent "les faces de craies".
 
Moi, raciste ? Je vous emmerde, tellement profondément, vous ne pouvez même pas l'imaginer. Votre "multiculturalisme" je l'ai pris en pleine gueule. Vous m'avez fait croire qu'ils étaient français, ceux-là même qui m'insultaient de "sale Français" quand c'était pas "sale Blanc". Plus jeune je recevais des stylos blancos au visage, et les insultes qui allaient avec. Je ne comprenais même pas ce que ça voulait dire. Je continuais à me prendre la tête avec des potes qui connaissaient le terrain encore mieux que moi et qui me disaient "Ils nous emmerdent les Arabes", je leur répondais "Attendez on les a colonisés quand-même ! C'est normal !". Je me souviens de cette petite blonde aux yeux bleus, en 4ème, qui vivait dans la cité entourant notre collège. Je l'aimais bien et elle aussi, mais un jour elle m'avait avoué, les larmes aux yeux, qu'elle ne pourrait pas sortir avec moi, que ça serait trop mal vu ici d'être avec un Blanc. Trop risqué pour elle.
 
Plus tard j'ai vécu dans un de ces quartiers, dans une autre ville. Je n'avais pas encore de voiture ni de permis, trop cher pour moi, alors je devais rentrer chez moi en bus le soir, sur cette ligne hautement fréquentée par les racailles. Une nuit je rentrais avec ma petite amie et un pote, nous nous sommes faits encercler dans ce bus, ils étaient une bonne quinzaine, ils ont commencé à toucher les cheveux de ma copine en rigolant, elle bouillonnait autant que moi, mais que faire, ils étaient trop nombreux, comme toujours. Elle s'est retournée et a bougé leurs mains violemment, "hey mais tiens ta femme toi" m'a dit un des gars, le ton est monté d'un cran et ils se rapprochaient, le chauffeur voyait mais n'a rien fait, on a réussi à descendre à l'arrêt suivant, sous les insultes, forcément. Quand les portes se refermaient j'ai dit "Vous étonnez pas après qu'on vote Sarkozy !", avant que mon pote n'ajoute "Ou pire.", et je me souviens lui avoir dit "Oh arrête, faut pas exagérer non plus...". "Faut pas exagérer", putain, même après ça je ne voulais pas "exagérer".
 
Ma copine ne disait rien mais pleurait de colère. Quelques mois après, cette fois je n'étais pas avec elle, elle s'était fait arracher son Ipod à un arrêt de bus. Et deux ou trois jours plus tard, alors qu'on était en ville, on a croisé le voleur avec des potes à lui, une dizaine, ils sont passés devant nous et ma copine m'a dit "C'est lui" en le fixant d'un regard noir malgré ses yeux bleus. Et lui a dit à ses potes "Wesh les cousins c'est elle !" en pointant du doigt ma copine, et en riant. Ils sont passés devant nous en prenant soin de bien ralentir pour nous montrer comme ils étaient fiers de leur impunité, de notre impuissance. Encore une fois, que faire, à un contre dix, et avec sa copine. Elle était déjà allée voir les flics avant, qui avaient "noté" sa plainte, bien sûr. Elle a encore pleuré des larmes de rage, en disant entre deux sanglots "Mais bon Dieu c'est pas possible que ça existe ça, pourquoi ça existe", alors que je la prenais dans mes bras.
 
Je vous emmerde, la gauche. Grâce à vous j'ai dû passer ma jeunesse à accepter les agressions au faciès, à admettre les humiliations quotidiennes, à subir des situations qui font penser à certains récits de braves gens pendant l'occupation. Devoir gérer les rues que l'on va emprunter pour éviter leurs bandes, établir des diversions, être sur le qui-vive à chaque instant, se priver de sortir parfois, élaborer des parcours dans l'espoir de rentrer vivants, baisser les yeux et fermer la bouche, est-ce que ça parle à l'un d'entre vous ? Et encore, je ne parle ici que des agressions, des risques physiques, pas de tout le reste, du moins évident, de cette époque où il n'y a plus de place pour moi, pour nous. 

 

Moi, raciste ? Je vous emmerde de tout mon être. Je n'ai jamais eu de peurs irrationnelles, j'ai tout pesé et jugé sur le terrain. Je n'ai pas de préjugés, je n'ai que des post-jugés. Tout votre vocabulaire est à foutre aux ordures, toute votre artillerie lourde et votre chantage permanent n'ont plus aucun effet sur moi, comme sur des millions d'autres, c'est de la pluie sur un imperméable. Tout ce qui me définit aujourd'hui c'est la réalité qui me l'a appris. Je ne suis pas le fils d'Hitler mais celui des jeunesses antiracistes. Je suis le fils de votre matrice. Je suis le fruit de l'éducation nationale et de la FCPE, des cours d'éducation civique qui finissaient tard le soir, il faisait déjà nuit, et qu'on n'était plus que 4 dans la classe car c'était ramadan. Je suis Libé et le Canard Enchaîné. Je suis de Caunes et Garcia, Nulle Part Ailleurs, Siné et le professeur Choron, Polac et Ardisson, CNN International et Jules-Édouard Moustic. Je suis une rédaction du brevet des collèges dans laquelle j'incendiais l'Etat autoritaire français qui selon moi avait tué Coluche. Je suis l'enfant de Desproges et Nina Hagen, de Robespierre et Ras l'Front. Je suis le rejeton de la culture. Je suis les Sex Pistols et The Clash, je suis Alliance Ethnik et NTM, j'ai appris à marcher dans le salon près de statuettes africaines, mon univers est coloré, je suis le mélange, fruit d'un Breton et d'une Italienne, je suis le hip hop celtique à la con de Manau. Je suis tout sauf la Tradition moisie, je suis le résultat des nouvelles technologies et de Katsumi, je suis aussi l'art et je joue de la guitare depuis mes cinq printemps, je suis le zapping, Karl Zero et les Guignols de l'Info, Jack Lang et Mitterrand. 
 
Vous m'avez fait, puis abandonné, je suis votre propre créature qui vous a échappé. Je suis l'archétype du garçon vif et intelligent, hostile d'instinct aux réactionnaires, je suis à mille lieues des conservateurs de tout bord et c'est précisément pour ça que je suis à mille lieues de vous, de vos slogans éculés et de vos poncifs périmés. Et je ne suis pas seul, il y a une autre jeunesse en France que vous ne voulez pas voir, qui ne vous intéresse pas, une jeunesse que vous n'excusez jamais, que vous n'écoutez jamais, que vous méprisez toujours, une jeunesse pleine d'énergie et de talent, d'envie et d'amour, une jeunesse qui ne brûle rien sinon de désir de changement, de vrai changement, elle est là dans la rue et dans les concerts, elle n'est pas honteuse elle veut simplement vivre, et vous ne la ferez plus taire avec vos mensonges et votre haine. Je suis le seul palestinien colonisé dont vous vous foutez. Je suis le seul type de Français qui n'a pas droit à votre "tolérance". Je suis celui qui fait s'effondrer toute votre propagande, vos réflexes usagés, comme le World Trade Center ou l'immeuble à la fin de Fight Club. C'est votre monde qui m'a fait, qui m'a conçu, je suis immunisé contre la culpabilité, vos anathèmes ne marchent plus. Je ne suis que la dernière conséquence de votre racisme contre tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à un Européen. Je suis une erreur dans votre système, je suis votre électeur FN. 
 
--------------------------------------------
 

--------------------------------------------

 

22:22 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il avait rêvé que le monde entier était condamné à devenir la victime d’un fléau inouï

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il resta à l’hôpital pendant toute la fin du Carême et la Semaine Sainte. Déjà convalescent, il se souvint de ses rêves du temps où il était couché fiévreux et délirant. Il avait rêvé que le monde entier était condamné à devenir la victime d’un fléau inouï et effrayant qui venait d’Asie et envahissait l’Europe. Tous devaient y succomber, excepté certains élus, fort peu nombreux. Des trichines d’une espèce nouvelle avaient fait leur apparition ; c’étaient des vers microscopiques qui s’insinuaient dans l’organisme de l’homme, mais ces êtres étaient des esprits pourvus d’intelligence et de volonté. Les gens qui les avaient ingérés devenaient immédiatement possédés et déments. Mais jamais personne ne s’était considéré comme aussi intelligent et aussi infaillible que les gens qui étaient contaminés. Jamais ils n’avaient considéré comme plus infaillibles leurs jugements, leurs déductions scientifiques, leurs convictions et leurs croyances morales. Des villages, des villes, des peuples entiers étaient infectés et succombaient à la folie.
Tous étaient dans l’inquiétude et ne se comprenaient plus entre eux ; chacun pensait que lui seul était porteur de la vérité et chacun se tourmentait à la vue de l’erreur des autres, se frappait la poitrine, versait des larmes et se tordait les bras. On ne savait plus comment juger ; on ne pouvait plus s’entendre sur le point de savoir où était le mal et où était le bien. On ne savait plus qui accuser ni qui justifier. Les gens s’entretuaient, en proie à une haine mutuelle inexplicable. Ils se rassemblaient en armées entières ; mais à peine en campagne, ces armées se disloquaient, les rangs se rompaient, les guerriers se jetaient les uns sur les autres, se taillaient en pièces, se pourfendaient, se mordaient et se dévoraient. Le tocsin sonnait sans interruption dans les villes ; on appelait, mais personne ne savait qui appelait et pour quelle raison, et tous étaient dans une grande inquiétude. Les métiers les plus ordinaires furent abandonnés parce que chacun offrait ses idées, ses réformes et que l’on ne parvenait pas à s’entendre ; l’agriculture fut délaissée. Par endroits, les gens se rassemblaient en groupes, convenaient quelque chose tous ensemble, juraient de ne pas se séparer mais immédiatement après, ils entreprenaient de faire autre chose que ce qu’ils s’étaient proposé de faire, ils se mettaient à s’accuser entre eux, se battaient et s’égorgeaient. Des incendies s’allumèrent, la famine apparut. Le fléau croissait en intensité et s’étendait de plus en plus. Tout et tous périrent. Seuls, de toute l’humanité, quelques hommes purent se sauver, c’étaient les purs, les élus, destinés à engendrer une nouvelle humanité et une nouvelle vie, à renouveler et à purifier la terre : niais personne n’avait jamais vu ces hommes, personne n’avait même entendu leur parole ni leur voix. »

Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski, Crime et Châtiment

06:55 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/05/2012

Une société qui réduirait la raison à un simple calcul

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Naturellement, à partir du moment où l’on reconnaît que le système capitaliste porte en lui — comme la nuée l’orage — le bouleversement perpétuel des conditions existantes, un certain nombre de conséquences indésirables ou iconoclastes ne peuvent manquer de se présenter. Sous ce rapport, l’un des passages les plus dérangeants de "La Culture du narcissisme" demeure, de toute évidence, celui où Lasch développe l’idée que le génie spécifique de Sade — l’une des vaches sacrées de l’intelligentsia de gauche — serait d’être parvenu, « d’une manière étrange », à anticiper dès la fin du XVIIIe siècle toutes les implications morales et culturelles de l’hypothèse capitaliste, telle qu’elle avait été formulée pour la première fois par Adam Smith, il est vrai dans un tout autre esprit. « Sade — écrit ainsi Lasch — imaginait une utopie sexuelle où chacun avait le droit de posséder n’importe qui ; des êtres humains, réduits à leurs organes sexuels, deviennent alors rigoureusement anonymes et interchangeables. Sa société idéale réaffirmait ainsi le principe capitaliste selon lequel hommes et femmes ne sont, en dernière analyse, que des objets d’échange. Elle incorporait également et poussait jusqu’à une surprenante et nouvelle conclusion la découverte de Hobbes, qui affirmait que la destruction du paternalisme et la subordination de toutes les relations sociales aux lois du marché avaient balayé les dernières restrictions à la guerre de tous contre tous, ainsi que les illusions apaisantes qui masquaient celle-ci. Dans l’état d’anarchie qui en résultait, le plaisir devenait la seule activité vitale, comme Sade fut le premier à le comprendre — un plaisir qui se confond avec le viol, le meurtre et l’agression sans freins. Dans une société qui réduirait la raison à un simple calcul, celle-ci ne saurait imposer aucune limite à la poursuite du plaisir, ni à la satisfaction immédiate de n’importe quel désir, aussi pervers, fou, criminel ou simplement immoral qu’il fût. En effet, comment condamner le crime ou la cruauté, sinon à partir de normes ou de critères qui trouvent leurs origines dans la religion, la compassion ou dans une conception de la raison qui rejette des pratiques purement instrumentales ? Or, aucune de ces formes de pensée ou de sentiment n’a de place logique dans une société fondée sur la production de marchandises. »

Jean-Claude Michéa, Préface à "La culture du narcissisme" de Christopher Lasch


07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/05/2012

Partout la transformation est à l’ordre du jour

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Partout la transformation est à l’ordre du jour, notamment chez ceux qu’on on appelle aux Etats-Unis, les néo-conservateurs. Le besoin de stabilité n’a plus droit de cité. Cette disposition d’âme se terre dans l’inavouable et la doctrine particulière qui s’en inspire est devenue un repoussoir universel. Si le conservatisme subsiste en effet, c’est à titre non de credo mais de péché. Péché qui consiste, pour la gauche, dans la défense des privilèges ; pour la droite, dans la défense des avantages acquis et pour l’individu hypermoderne, de droite comme de gauche, dans le goût des convenances, des formes ou pire encore, des uniformes. (…) On aurait tort cependant de déduire de cette disparition que le conformisme est mort et que les défenseurs du statu-quo ont quitté la scène. Ils se bousculent au contraire, et ils triomphent. Qu’est-ce, en effet, que le statu-quo, de nos jours, sinon la mobilité perpétuelle ? Le progrès n’est plus un arrachement à la tradition, il est notre tradition même. Il ne résulte plus d’une décision, il vit sa vie, automatique et autonome. Il n’est plus maitrisé, il est compulsif. Il n’est plus prométhéen, il est irrépressible. Nous sommes soumis à la loi du changement comme nos ancêtres pouvaient l’être à la loi immuable. En tous domaines ou presque, l’obsolescence a eu raison de la permanence. »

Alain Finkielkraut, Nous autres, modernes

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le Rire Féroce

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=


Discussions sur Face Book entre quelques gars pas vraiment de "Gôche"... sympas, et tout, mais pas hypnotisés, en tout cas, par l'Empire du Bien... du tout...

-----------------

JPT : Le premier qui parle de politique se prend mon genou dans les burnes.

GTdm : Tu "stigmatize" les femmes qui n'en sont pas doté !

JPT : ça se respecte parait-il !

JPT : Je suis pas encore arrivé au stade terminal de la misogynie.

Nebo : Merde ! Les socialistes sont au pouvoir !

JPT : Ouais Nebo... et bientôt les talibans vont t'enfiler avec une kalachnikov !

Allez soyons pleins d'entrain et de légèreté foutrerance !

AV : Ok j'en parle pas. Parlons d'autre chose. T'as aimé le dernier album de Yannick Noah ? ah ah ah!

JPT : Ah ah ah ah ah ah ! Je suis un vrai fêlé de ce type talentueux et chaleureux !

AV : Je me félicite du grand retour de Balasko. Une atrice de haut vol ! Et Cali, putain, qu'est-ce que c'est bien !

JPT : Mais j'en suis ravi ! Et quel port altier ! Et Cali, superbe de courage : comment il avait mis au pas Zemmour et Naulleau (j'avais la vraie télouze à l'époque)...

AV : Et avec Clémentine Célarier, on va pouvoir recommencer à rouler des pelles à des pédés sidaïques ! 



JPT : La fête te dis-je ! Sans entraves ! 



AV : J'ai mis du Zebda en boucle dans ma Toyota Hybride !

JPT : Mieux que Manu Chao

AV : Et Mamadou et marimiriam et Francis Cantat

JPT : Zebda orchestre majeur

AV : Le retour des soirées Louise Attaque

JPT : Trop de bonheur ! faut que j'aille chier

AV : J'ai ressorti mes sous-pulls acryliques rouges

Nebo : Les gars... vous me faites pisser de rire depuis tout à l'heure !

AV : Hue ! 


Nebo : Robert est encore de ce monde ?

AV : Ouais, il fait ses courses aux 4 Fontaines près d'chez moi

JPT : Un monde sans Robert n'a pas de sens

AV : Putain, tout ça, ça m'donne envie de faire un tour de France en Velib !

JPT : Tu peux tu fumes plus ! vazi Andy !

AV : Ouah, et le meilleur des meilleurs: BRUEL !

JPT : Oui il est séduisant, juif mais séduisant !

Nebo : Patriiiiiiiiiick !
Moi j'aime beaucoup les juifs... mais je n'aime pas Bruel... ni BHL...

AV : Moi j'aime bien les humanistes qui boivent du champagne en écoutant du Barbara

JPT : J'aime tout le monde jourd'hui -- hrmpf BHL faut voir !

AV : J'me suis mis un badge "Touche pas à mon Pote" pour aller à la Fête de l'Huma', hummppfff !

JPT : La fête de l'Huma c'est pas politique, c une fiesta de copains dont certains font de la musique !

AV : Ouais et t'as toujours un concert de Manu Chao et de Cali, et ça, c'est cool !

JPT : Et pis d'ailleurs l'URSS était pas communiste juste Soviétique !

Donc tout va comme sur des roulettes !

AV : je suis content d'un truc : on va de nouveau entendre du Djembé partout avec des jeunes cool avec des dreads qui veulent un monde meilleur j'veux dire !

Nebo : Vos gueules ! Z'avez pas vécu dans un pays communiste comme moi !

AV : Je pense qu'on va revoir "Nulle Part Ailleurs" avec Didier l'Embrouille aussi... L'esprit canal + va triompher !

JPT : La Yougoslavie c'était un pays titiste, pas un pays communiste !

Nebo : Encore du temps de Didier l'Embrouille ils étaient rigolos... ils prenaient de la Coke et baisaient en coulisses ! Aujourd'hui ils mettent en avant la Vertu à l'abris derrière leurs gros salaires ! 


JPT : Denisot, ce babouinosse putrescent, a droit à tout mon respect !


Le grand retour de l'Altérité : joie !

Nebo : Oui... TITISTE fut la Yougoslavie... où l'on vous envoyait en rééducation politique au milieu de l'Adriatique sur des îles entourées de vagues bleues... ça aussi c'était cool !

Joie plein l'anus ! Dégoulinante joie !

AV : Y va y avoir encore plus de marchés bios !

Nebo : Et des cours de yoga...

JPT : Ce que je préfère c'est les bus arc-en-ciel !

AV : Plus de métissage aussi...

JPT : Enfin bref, le soleil brille intensément

Nebo : Et de couples gays mixtes (black/blanc) adoptant un bébé asiatique, prenant des cours de yoga et mangeant bio durant la fête de leur mariage ! Life is sweet !

AV : Une France juste, Une France reggae man !

Nebo : Cette Civilisation naissante s'annonce magnifique ! Faites tourner le spliff !

AV : Avec des pique-niques où on s'aime les uns les autres !

Nebo : Ouais... des pique-niques citoyens !

AV : Un monde sans productivité, sans course à la rentabilité ! Un monde gratuit, un monde sans pollution, un monde avec des éoliennes dans le jardin !

Nebo : Et des piscines sans chlore et sans chauffage !

AV : Un monde où on part en vacances équitables, où on achète son sucre au rayon bio des supermarchés Leclerc.
Un monde où on écoute Laurent Souchon et Alain Voulzy !

Nebo : N'oubliez pas l'alcoolique Véronique Sanson...

AV : ...et la lesb' Cratrine La Rat !

Que va devenir Yann Moix ?


JPT : Ah ah ah ah ah ! Je le verrais bien explorer une zone grise, ou peintre figuratif au nord Mali ! 


La littérature, gros, c'est risquant !

AV : Je me réjouis du retour des Jolivet aussi Ahhhh hueee !

JPT : Tous mes voeux de succès, de bonheur et de dysenterie les escortent ! 



AV : Et Bruno Mazure au 20 heures à la place de l'aut'...
"A la saint roupettes, on n'sort pas eud 'd'ssous de la couette" !

JPT : Décontracté, cool kwa !

AV : Une p'tite touche de décontracte après les guerres dans l'monde !

Ca me fait tellement de bien que les crises, les famines et les guerres s'arrêtent enfin !
Et que les racissss y soient mis aux zoubliettes !

JPT : Hum trop féroces, les racistes... on les foutra sur des voiliers 'vec des équipages de nègres conviviaux !

AV : Et le triomphe, surtout, de la musique de bonne qualité : Zaz 

JPT : Y a pas de blèmes juste des soluces !
Bertrand Grantas réécrira Sophocle !

AV : Et retour de Mc Solaar, eul'noir qu'est pas con pask'il a eu son bac
J'adore la Mano, c'est trop bien la Mano Negra... Manu, c'est un rebelle, y veut un aut'monde, c'est pour ça, y chante à Solidays !

JPT: Solidays everyday !!!

AV : Elkabbach, y va encore se faire virer !

Il a pas pu cotiser tous ses trimestres avé toutes ces périodes de chomedu le Elkabbach !

JPT : En revanche DSK va écrire "Toute ma vérité" (best seller) !
Et un roman-fleuve : "Le Complot" ("Kakfa hante ce livre admirable" déclarera Pascale Clark) !
Anne-Sophie Lapixe directrice des médias !

AV : Guillon, directeur des programmes de France Inter !

JPT : Ce n'est que justice (les Français ont grande soif de justice)

Nebo : Quel bonheur ça va être de vivre en France !

RV : T'as pas voté au moins ?

JPT : hein ?
Tiens, je vais aller voir les voisins ça va être le plus mauvais jour de leur vie !

00:35 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/05/2012

Le temps viendra, alors tu connaîtras la vie de guerrier

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Dors, mon bébé, mon joli
Dodo, fais dodo !
La lune regarde sans bruit
Dans ton berceau
Je te dirai des contes de fée
Et te chanterai de petites chansons
Mais tu dois dormir, tes petits yeux fermés,
Dodo, fais dodo.

Le temps viendra, alors tu connaîtras la vie de guerrier,
Tu mettras hardiment le pied à l'étrier
Et prendras le fusil
La couverture de selle pour ton cheval de bataille
Je la coudrai en soie pour toi
Dors maintenant, mon cher petit,
Dodo, fais dodo.

Tu ressembleras à un héros
Et seras un Cosaque dans l'âme
Je me hâterai de t'accompagner
Tu me diras adieu de la main.
Combien d'amères larmes silencieuses
Je verserai cette nuit-là !
Dors, mon ange, calmement, doucement
Dodo, fais dodo !

Je mourrai de langueur
J'attendrai inconsolable
Je prierai toute la journée
Et la nuit, je ferai de la divination
Je penserai que tu as des ennuis
Au loin, en terre étrangère.
Dors maintenant, tant que tu ne connais pas les peines
Dodo, fais dodo.

Je te donnerai une petite icône sainte
Pour ton chemin
Et quand tu prieras Dieu,
Tu la mettras bien devant toi.
Quand tu te prépareras pour un dangereux combat
Je te prie de te rappeler ta mère
Dors, mon bébé, mon joli
Dodo, fais dodo. »

Mikhaïl Lermontov, Berceuse cosaque

16:05 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Hop !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

Si la vie n'est pas légère comme un saut de Fred Astaire elle est sans vie... uniquement existentielle et sans saveur. J'ai failli dire "socialiste"...

« Je suis l’avocat de Dieu auprès du diable : or celui-ci est l’esprit de pesanteur. Comment pourrais-je, être de légèreté, être ennemi de danses divines ? »


Friedrich Nietzsche, Le chant de la danse - in Ainsi Parlait Zarathoustra

13:10 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook