Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2013

Nous vivons dans l’ère chrétienne. Et elle n’est pas finie.

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Pourtant, après tout ce gâchis de temps et d’esprit et de talent, le Christ n’a toujours pas été expulsé de la terre. Sa mémoire est partout. Sur les murs des églises et des écoles, au sommet des clochers, des tabernacles et des montagnes, à la tête des lits et des tombeaux, des millions de croix rappellent la mort du Crucifié. Décollez les fresques des églises, enlevez les tableaux des autels et des maisons, et la vie du Christ remplira les musées et les galeries d’art. jetez au feu les missels, les bréviaires et les eucologes et vous retrouverez son nom et ses paroles dans tous les livres de toutes les littératures. Les blasphèmes eux-mêmes sont un souvenir involontaire de sa présence. Quoi que l’on fasse, le Christ est une fin et un début, un abîme de mystères divins au milieu de deux tronçons d’histoire humaine. La Gentilité et la Chrétienté ne pourront plus jamais se souder l’une à l’autre. Avant le Christ et après le Christ. Notre ère, notre civilisation, notre vie commencent avec la naissance du Christ. Ce qui a été avant lui, nous pouvons le rechercher et le connaître, mais il ne nous appartient plus, il est marqué par d’autres chiffres, circonscrit dans d’autres systèmes, il ne remue plus nos passions : c’est peut-être beau, mais c’est mort. César a fait, en son temps, plus de bruit que Jésus, et Platon enseignait plus de sciences que le Christ. On dispute encore de l’un et de l’autre, mais qui s’échauffe pour ou contre César ? Et où sont, aujourd’hui, les platonistes et les antiplatonistes ? Le Christ, en revanche, est toujours vivant en nous. Il y en a encore qui l’aiment, et d’autres qui le haïssent. Il y a une passion pour la passion du Christ et une passion pour le détruire. Et l’acharnement de beaucoup contre lui dit clairement qu’il n’est pas encore mort. Ceux-là mêmes qui se damnent pour nier sa doctrine et son existence passent leur vie à rappeler son nom. Nous vivons dans l’ère chrétienne. Et elle n’est pas finie. Pour comprendre notre monde, notre vie, pour nous comprendre nous-mêmes, il faut se reporter à lui. »

Giovanni Papini, Histoire du Christ

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/03/2013

Nous découvrons que la race – ou ce que l’on entend généralement par ce terme - est une fonction parmi d’autres de la culture

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ce sont les formes de culture qu’adoptent ici ou là les hommes, leurs façons de vivre telles qu’elles ont prévalu dans le passé ou prévalent encore dans le présent, qui déterminent dans une très large mesure, le rythme de leur évolution biologique et son orientation. Loin qu’il faille se demander si la culture est ou non fonction de la race, nous découvrons que la race – ou ce que l’on entend généralement par ce terme - est une fonction parmi d’autres de la culture. »

Claude Lévi-Strauss, Race et culture

22:23 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Pâles...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les Blancs méritent de plus en plus le nom de pâles que leur donnaient les indiens d’Amériques. »

Emil Michel Cioran, De l’inconvénient d’être né

20:30 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Je n'étais qu'un pauvre clown au coeur ébouriffé

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je vous ai vus enlacés dans le vent
Mouillés par la langue rugueuse du désir,
Vos seins lactés unis
Sans haleine
Comme des roseaux enivrés par la délicatesse de l'eau,
Comme des jumeaux.
Je vous ai vus couchés dans l'or fielleux des ajoncs
Déchirant vos peaux aux ombres furtives,
Écrémant vos passions
Endormies.
Et moi comme un arbre douloureux de sa nudité
Seul, aplati contre un ciel méchant
Je n'étais qu'un pauvre clown au coeur ébouriffé. »

Joyce Mansour, Déchirures

15:50 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/03/2013

La vie est la vie, c’est-à-dire un combat, pour une nation comme pour un homme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J’appelle ici "de droite", par pure "convention", l’attitude consistant à considérer la "diversité" du monde et, par suite, les inégalités "relatives" qui en sont nécessairement le produit, comme un bien, et l’homogénéisation progressive du monde, prônée et réalisée par le discours bimillénaire de l’idéologie égalitaire, comme un mal. J’appelle de droite, les doctrines qui considèrent que les inégalités relatives de l’existence induisent des rapports de force dont le devenir historique est le produit – et qui estiment que "l’histoire doit continuer" – bref, que "la vie est la vie, c’est-à-dire un combat, pour une nation comme pour un homme" (Charles de Gaulle). C’est-à-dire qu’à mes yeux, l’ennemi n’est pas "la gauche" ou "le communisme" ou bien encore "la subversion", mais bel et bien cette idéologie égalitaire dont les formulations, religieuses ou laïques, métaphysiques ou prétendument "scientifiques", n’ont cessé de fleurir depuis deux mille ans, dont "les idées de 1789" n’ont été qu’une étape, dont la subversion actuelle et le communisme sont le véritable aboutissement. On peut, bien entendu, discuter sur le détail. Je pense néanmoins qu’il n’y a pas de critère plus fondamental. Soit l’on se situe dans une perspective anti égalitaire, qui implique de juger des hommes, non sur le simple fait de leur "présence" au monde (politique ontologique), mais sur leur "valeur", appréciée en fonction des critères propres à leur activité personnelle et des caractères spécifiques des communautés dans lesquelles ils s’inscrivent. Soit l’on se situe dans une perspective égalitaire, qui voit dans toute inégalité une manière d’ "injustice", qui prétend que la morale est l’essence de la politique, et qui implique le cosmopolitisme politique et l’universalisme philosophique.

Cela ne signifie pas, bien entendu, que toute inégalité soit, à mes yeux, nécessairement juste. Il y a, au contraire, de nombreuses inégalités parfaitement injustes ; ce sont souvent celles – généralement économiques – que notre société égalitaire laisse subsister. Je ne suis pas de ceux qui confortent le désordre établi. Je n’approuve aucun privilège de caste. Je fais de l’égalité des chances un réquisit de toute politique sociale. Aussi bien, professer une conception anti égalitaire de la vie, ce n’est pas vouloir accentuer les inégalités souvent détestables que nous voyons s’instituer autour de nous. Mais c’est estimer que la diversité est "le fait-du-monde" par excellence ; que cette diversité induit inéluctablement des inégalités de fait "relatives" ; que la société doit prendre en compte ces inégalités et admettre que la valeur des personnes diffère selon les multiples critères auxquels nous nous référons dans la vie quotidienne. C’est estimer que dans les rapports sociaux, cette valeur est essentiellement mesurée par les responsabilités que chacun assume, rapportées à ses aptitudes concrètes ; que la liberté réside dans la possibilité effective d’exercer ces responsabilités ; qu’à ces responsabilités correspondent des droits proportionnées, et qu’il en résulte une hiérarchie, basée sur le "principe unicuique suum" [à chacun son dû]. »

Alain de Benoist, Droite, l’ancienne et la nouvelle

11:23 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La paresse intellectuelle de la vieille droite

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

«  Il va sans dire que la vieille droite qui, dans son ensemble n’a lu ni Marx ni Lénine, n’est pas près de lire Gramsci. On se demande d’ailleurs ce qu’elle peut lire en dehors de journaux satyriques et des magazines littéraires quand on s’aperçoit qu’au cours de ces dernières années, aucuns des ouvrages fondamentaux dont elle aurait pu tirer argument, dans un sens ou dans l’autre, ne semble avoir retenu son attention.

La paresse intellectuelle de la vieille droite ne s’explique pas seulement par sa méfiance instinctive vis-à-vis des idées pures. Pendant longtemps, les Saintes Ecritures lui ont servi de doctrine. Tout étant censé avoir été dit, il apparaissait inutile de vouloir constituer une autre Summa autre que celle de Thomas d’Aquin. Cette conviction prévaut encore aujourd’hui dans un certain nombre de cénacles. Mais pour combien de temps ? Après avoir été, nolens volens, la religion de l’Occident, après avoir été portée par un esprit, une culture, un dynamisme européens, qui l’avaient précédé de quelques millénaires, le christianisme, opérant un retour aux sources, redécouvre aujourd’hui ses origines. Pour assumer sa vocation universaliste et devenir la religion du monde entier, il entend se "désoccidentaliser".

Dans l’immédiat, il développe une stratégie qui revient à se demander si elle ne revient pas à lâcher la proie pour l’ombre. Le christianisme sociologique est entrain de disparaître, laissant la place au militantisme évangélico-politique. L’impulsion vient de la tête. La hiérarchie accélère le mouvement. Les traditionalistes, attachés dans leur Eglise à tout ce dont celle-ci ne veut plus entendre parler, auront du mal à faire croire que le meilleur moyen d’endiguer la "subversion" est de batailler dans une croyance qui les a déjà abandonnés pour passer à l’ennemi. »

Alain de Benoist, Droite, l’ancienne et la nouvelle

00:23 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/03/2013

Toujours il est en lui beaucoup de la bête...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Toujours il est en lui beaucoup de la bête, sommeillante sur les tapis confortables et bien tissés d'une civilisation lisse, dégrossie, dont les rouages s'engrènent sans heurts, drapée dans l'habitude et les formes plaisantes; mais la sinusoïde de la vie fait-elle brusquement retour à la ligne rouge du primitif, alors les masques tombent : nu comme il l'a toujours été, le voilà qui surgit, l'homme premier, l'homme des cavernes, totalement effréné dans le déchaînement des instincts.  »

« L’essentiel n’est pas ce pour quoi nous nous battons, c’est la façon dont nous nous battons. »

Ernst Jünger, La guerre comme expérience intérieure

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/03/2013

Aucun encouragement

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La génération de Péguy et de Psichari, mais aussi, et je cite pêle-mêle, celle d’André Gide, de Francis Jammes, d’André Suarès, de Bourget, de Barrès, de Huysmans, de Brunetière, de Melchior de Vogüe, de Jaurès, de Lucien Herr, de combien encore qui, sous une forme ou sous une autre, furent touchés, ensemble, comme par un ordre de convocation individuelle. Un seul trait de commun entre eux : c’est qu’aucun d’eux ne devait rien à l’église de leur nativité et que ceux d’entre eux qui tardivement s’en rapprochèrent, ne trouvèrent, chez elle, intérieur ou extérieur, aucun encouragement. »

Paul Claudel, « Préface », Correspondance entre Louis Gillet et Romain Rolland (Cahier Romain Rolland, 2), Paris, 1949

14:50 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Longtemps la France a été orthodoxe

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Longtemps la France a été orthodoxe ; sainte Geneviève et saint Denis de Paris, saint Irénée de Lyon, saint Martin de Tours, saint Cassien de Marseille sont des saints orthodoxes ; de nos jours, des savants orthodoxes se sont attachés à redonner vie à l’ancien rite gallican qui est, selon eux, plus conforme au génie français que la messe latine et la liturgie byzantine. Canoniquement, la France cesse d’être orthodoxe avec le grand schisme de 1054 où, comme toute l’Europe occidentale, elle bascule du côté de Rome ; mais, nonobstant les canons, l’Église de France demeure orthodoxe de cœur et d’esprit jusqu’à la fin de l’ancien régime.

Ce n’est qu’au XIXe siècle, avec la promulgation par Rome des dogmes de l’immaculée conception et de l’infaillibilité pontificale, que la rupture entre l’orthodoxie et la chrétienté occidentale est véritablement consommée. De même que Bernanos a montré que le nationalisme de Maurras a sa source dans la révolution jacobine de 1793, de même il me serait aisé de montrer que c’est l’anticléricalisme "républicain" qui a jeté les catholiques français dans les bras des prélats romains : l’ultramontanisme exacerbé d’un Joseph de Maistre est né de l’abaissement de l’Église de France ; au grand siècle, jamais les meilleurs des catholiques français n’auraient accepté ce dogme de l’infaillibilité pontificale, si contraire à la tradition gallicane, à la discipline de l’Eglise indivise des dix premiers siècles, à l’enseignement des Pères.

L’orthodoxie n’est donc pas en France une étrangère : elle y est chez elle ; elle y a ses racines profondes. Et cela est naturel, puisque l’orthodoxie n’est rien que le christianisme, dans sa plénitude lumineuse. Identifier, comme on le fait parfois, l’orthodoxie et le christianisme oriental est une absurdité. De même qu’en Christ il n’y a "ni Juif ni Grec" (saint Paul), de même dans l’Église, qui est le corps du Christ, il n’y a ni Orient ni Occident : n’en déplaise à ceux qui s’extasient à la vue d’évêques chinois ou africains, le concept d’"Eglise universelle" n’est pas géographique ; il n’est pas non plus quantitatif : si la chrétienté entière tombait dans l’hérésie, fors un seul croyant demeuré dans la vraie foi, ce serait en cet unique juste que, fût-il le plus humble des laïcs, se resserrerait l’Eglise universelle. »

Gabriel Matzneff, Le sabre de Didi

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/03/2013

Une nuit, j’allais m’étendre dans un champ de tournesols

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Une nuit, j’allais m’étendre dans un champ de tournesols. C’était réellement une forêt de tournesols, une vraie forêt. Courbés sur leur haute tige velue, leur grand œil noir tout rond, aux longs cils jaunes, voilé par le sommeil, les tournesols dormaient, tête basse. C’était une nuit sereine, le ciel plein d’étoiles brillait de reflets verts et bleus comme le creux d’une immense coquille marine. Je dormis d’un sommeil profond et, à l’aube, je fus réveillé par un crépitement étouffé et sourd. On eut dit le bruissement de gens marchant pieds nus dans l’herbe. Je tendis l’oreille en retenant mon souffle. Du bivouac voisin, venaient de faibles éternuements de moteurs, et des voix rauques qui s’appellaient dans le bois prés du ruisseau. Un chien aboyait au loin. Au bout de l’horizon, le soleil faisait craquer la noire coquille de la nuit, s’élevait, rouge et chaud, sur la plaine brillante de rosée. Ce froissement devenait immense, grandissait de minute en minute ; c’était un crépitement de buissons en flammes, c’était le craquement en sourdine d’une interminable armée marchant précautionneusement sur des chaumes. Etendu à terre je retenais mon souffle et regardais les tournesols soulever lentement leurs paupières jaunes, ouvrir petit à petit leurs yeux. Tout à coup, je m'aperçus que les tournesols levaient la tête et, virant lentement sur leur haute tige, tournaient leur grand oeil noir vers le soleil naissant. C'était un mouvement lent, égal, immense. Toute la forêt de tournesols se tournait afin de regarder la jeune gloire du soleil. Et moi aussi je levais la tête vers l'Orient, en regardant le soleil monter peu à peu parmi les rouges vapeurs de l'aube, sur les nuages de fumée bleue des incendies, dans la plaine lointaine. »

Curzio Malaparte, Kaputt

15:35 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

On eut dit les chevaux de bois d’un carrousel

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le lac était comme une immense plaque de marbre blanc sur laquelle étaient posées des centaines et des centaines de têtes de chevaux. Les têtes semblaient coupées net au couperet. Seules, elles émergeaient de la croûte de glace. Toutes les têtes étaient tournées vers le rivage. Dans les yeux dilatés, on voyait encore briller la terreur comme une flamme blanche. Prés du rivage, un enchevêtrement de chevaux férocement cabrés émergeait de la prison de glace… Les soldats du colonel Merikallio descendaient au lac et s’asseyaient sur la tête des chevaux. On eut dit les chevaux de bois d’un carrousel. »

Curzio Malaparte, Kaputt

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/03/2013

Un peuple entier esquisse une vague aspiration, dirigée vers son vide spirituel

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Un peuple entier devant des catégories vides-et qui, des mains, esquisse une vague aspiration, dirigée vers son vide spirituel. Il lui reste l'intelligence, non greffée sur le coeur. Donc stérile. Quant à l'ironie, dépourvue du soutien de l'orgueil, elle n'a plus de sens qu'en tant qu'auto-ironie. Dans sa forme extrême, ce processus est caractéristique des intellectuels. Rien, cependant, n'est plus faux que de croire qu'eux seuls ont été atteints. Tout le peuple l'est, à des degrés variés. La crise est structurelle et mortelle. »

Emil Michel Cioran, De la France (1941)

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/03/2013

Réaffirmons donc le droit des peuples à être eux-mêmes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les mêmes qui nous expliquent, non sans raison, qu’en brisant les habitudes mentales, les structures sociales et traditionnelles des pays du Tiers-monde, la colonisation les a souvent stérilisés, se font, en Europe, les adeptes de la pire néophilie, sacrifient tous les jours au mythe du "Progrès" et invitent nos contemporains à rompre avec les "vieilleries" du passé. D’un côté on nous dit que les Indiens et les Esquimaux ne peuvent pas résister à l’agression que représente le contact avec la civilisation Occidentale. De l’autre on affirme que le mélange des peuples et des cultures est, pour les Européens, chose excellente et facteur de progrès. Il faudrait donc savoir s’il y a deux poids et deux mesures – ou si, pour citer Orwell, tous les peuples sont égaux… sauf ceux qui sont plus égaux que les autres ! Pour ma part, je ne vois pas pourquoi ce qui est excellent pour les Bororos ou les Guayaquis, ne se révèlerait pas au moins aussi bon pour nous. Ou bien alors, il faudrait admettre que certaines races sont plus douées que d’autres du point de vue des capacités d’adaptation. Mais ce serait alors de la "discrimination". "Si l’on dénonce à bon droit les ethnocides des primitifs par les Européens, écrit Raymond Ruyer, il ne faut pas interdire aux Européens de préserver leurs propres ethnies". De leur côté, les dirigeants des communautés Juives ne cessent de répéter que deux périls les ont toujours guettés au cours de l’histoire : les pogroms et l’assimilation. Leur mise en garde vaut la peine d’être écoutée. Réaffirmons donc le droit des peuples à être eux-mêmes, le droit qu’ont tous les peuples à tenter d’atteindre leur plénitude, contre tout universalisme et contre tous les racismes. »

Alain de Benoist, Les idées à l’endroit

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/03/2013

La bourgeoisie pour tout le monde...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« En fait, Marx n’explicite pas vraiment ce qu’il appelle "la classe bourgeoise", sinon pour dire qu’elle est la classe détentrice du capital. Sur ses origines historiques et sociologique, il est pratiquement muet. C’est qu’il ne voit pas que le bourgeois est d’abord l’homme économique. Or dans la mesure ou il accorde lui-même à l’économie une importance déterminante, il ne peut critiquer la bourgeoisie que sous un horizon qui ne cesse jamais d’être le sien. Son économisme, en d’autres termes, l’empêche de faire une critique radicale des valeurs bourgeoises. On voit bien, d’ailleurs, que celles-ci le fascinent. La bourgeoisie après tout n’a-t-elle pas été la première à vouloir changer le monde, au lieu de se borner à le comprendre ? Tout en appellant à mettre fin à l’exploitation dont la bourgeoisie est responsable, il reste donc très en retrait par rapport aux valeurs bourgeoises : la société sans classes, à bien des égards, c’est la bourgeoisie pour tout le monde. »

Alain de Benoist, Critiques théoriques

23:08 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La France... son avenir est à la platitude...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La France ne m’est rien, ce peuple de vieillards sceptiques et narquois me laisse indifférent, leur avenir est à la platitude, ils ne m’estimeront jamais, car ils devraient se mépriser eux-mêmes. »

« Mon coeur n’est pas à gauche, l’entrée du peuple dans l’Histoire est le malheur des temps modernes, ceux qui rêvaient d’aristocratiser la foule ont déchaîné la barbarie, laquelle les engloutira. »

Albert Caraco, Ma confession

19:39 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook