Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2012

Le monde que j’ai quitté est une ménagerie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Je veux bondir sur toute miette à laquelle mon œil s’attache, et la dévorer. Si vivre est la chose suprême, alors je veux vivre, dussè-je devenir cannibale. Jusqu’ici, j’ai essayé de sauver ma précieuse carcasse, j’ai essayé de préserver le peu de chair qui recouvrait mes os. J’en ai fini avec ça. J’ai atteint les limites de l’endurance. Je suis acculé au mur, je m’y appuie - je ne peux plus battre en retraite. Historiquement, je suis mort. S’il y a quelque chose au-delà, il me faudra bondir à nouveau. J’ai trouvé Dieu, mais il est insuffisant. Je ne suis mort que spirituellement. Physiquement, je suis vivant. Moralement, je suis libre. Le monde que j’ai quitté est une ménagerie.

L’aube se lève sur un monde neuf, une jungle dans laquelle errent des esprits maigres aux griffes acérées. Je suis une hyène, j’en suis une maigre et affamée : je pars en chasse pour m’engraisser… »

Henry Miller, Tropique du Cancer

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/08/2012

De longs affaissements alternaient avec ces surexcitations

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« De longs affaissements alternaient avec ces surexcitations ; mais son anxiété, parfois adoucie, jamais ne s'apaisait.

Certes il ne prétendait son dégoût universel justifié que contre l'espèce; il reconnaissait qu'appliquée à l'individu sa méfiance avait souvent tort, car les caractères spécifiques se témoignent chez chacun dans des proportions variables.

Seulement il était craintif de toute société.

Certes il estimait que sa vie, pour ceci et cela, pouvait paraître enviable, mais il méprisait les âmes médiocres qui peuvent se satisfaire pleinement.

(...)

Une troisième distraction s'offrait : la musique. Amie puissante, elle met l'abondance dans l'âme, et, sur la plus sèche, comme une humidité de floraison. Avec quelle ardeur, lui, mécontent honteux, pendant les noires journées d'hiver, n'aspirait-il pas cette vie sentimentale des sons, où les tristesses même palpitent d'une si large noblesse ! La musique ne lui faisait rien oublier ; il n'eût pas accepté cette diminution ; elle haussait jusqu'au romantisme le ton de ses pensées familières. Pour quelques minutes, parmi les nuages d'harmonie, le front touché d'orgueil comme aux meilleures ivresses du travail nocturne, il se convainquait d'avoir été élu pour des infortunes spéciales. Mais dans cette molle soirée de tiédeur il répugnait à toute secousse. "Je me garderai, quand mon humeur sommeille, de lui donner les violons ; leur puissance trop implorée décroît, et leur vertu ne saurait être mise en réserve qui se subtilise avec le soupir expirant de l'archet."

Il alla simplement se promener au parc Monceau.

Quoique le soir elle sente un peu le marécage, il aimait cette nursery. Là, solitaire et les mains dans ses poches, il se permettait d'abandonner l'air gaillard et sûr de soi, uniforme du boulevard. Tant était douce sa philosophie, il estimait que choquer les moeurs de la majorité ne fut jamais spirituel. "Les gens m'épouvantent, ajoutait-il, mais à la veille d'un dimanche où je pourrai m'enfermer tout le jour, j'ai pour l'humanité mille indulgences. Mes méchancetés ne sont que des crises, des excès de coudoiement. Je suis, parmi tous mes agrès admirables et parfaits, un capitaine sur son vaisseau qui fuit la vague et s'enorgueillit uniquement de flotter ... Oh! je me fais des objections; petites phrases de Michelet si pénétrantes, brûlantes du culte des groupes humains! amis, belles âmes, qui me communiquez au dessert votre sentiment de la responsabilité! moi-même j'ai senti une énergie de vie, un souffle qui venait du large, le soir, sur le mail, quand les militaires soufflaient dans leurs trompettes retentissantes. —Ce n'est donc pas que je m'admire tout d'une pièce, mais je me plais infiniment."

Dans son épaule, une névralgie lancina soudain, qui le guérit sans plus de sa déplaisante fatuité. Humant l'humidité, il se hâta de fuir. Puis reprenant avec pondération sa politique :

"La réflexion et l'usage m'engagent à ensevelir au fond de mon âme ma vision particulière du monde. La gardant immaculée, précise et consolante pour moi à toute heure, je pourrai, puisqu'il le faut, supporter la bienveillance, la sottise, tant de vulgarités des gens.—Je saurai que moi et mes camarades, jeunes politiciens, nous plairons, par quelles approbations! dans les couloirs du Palais-Bourbon. Et si l'on agrandit le jeu, j'imagine qu'on trouvera, dans cette souplesse à se garder en même temps qu'on paraît se donner, un plaisir aigu de mépris. Équilibre pourtant difficile à tenir ! L'homme intérieur, celui qui possède une vision personnelle du monde, parfois s'échappe à soi-même, bouscule qui l'entoure et, se révélant, annule des mois merveilleux de prudence ; s'il se plie sans éclat à servir l'univers vulgaire, s'il fraternise et s'il ravale ses dégoûts, je vois l'amertume amassée dans son âme qui le pénètre, l'aigrit, l'empoisonne. Ah ! ces faces bilieuses, et ces lèvres séchées, avec bientôt des coliques hépatiques !"

Il s'arrêta dans son raisonnement, un peu inquiet de voir qu'une fois encore, ayant posé la vérité (qui est de respecter la majorité), les raisonnements se dérobaient, le laissant en contradiction avec soi-même. Toujours atteindre au vide! Il reprit opiniâtrement par un autre côté sa rhapsodie :

"Avec quoi me consoler de tout ce que j'invente de tourner en dégoût? (Et cette petite formule, déplaisante, trop maigre, désolait sa vie depuis des mois.)

"Un jour viendra où ce système, d'après lequel je plie ma conduite, me déplaira. Aux heures vagues de la journée, souvent, par une fente brusque sur l'avenir, j'entrevois le désespoir qui alors me tournera contre moi-même, alors qu'il sera trop tard.

C'est pitié que dans ce quartier désert je sois seul et indécis à remuer mes vieilles humeurs, que fait et défait le hasard des températures. Et ce soir, avec ce perpétuel resserrement de l'épigastre et cette insupportable angoisse d'attendre toujours quelque chose et de sentir les nerfs qui se montent et seront bientôt les maîtres, ressemble à tout mes soirs, sans trêve agités comme les minutes qui précèdent un rendez-vous.

Ceux de mon âge, éversores, des ravageurs, dit saint Augustin, ont une jactance dont je suis triste; ils sont sanguins et spontanés; ils doivent s'amuser beaucoup, car ils se donnent en s'abordant de grands coups sur les épaules et souvent même sur le plat du ventre, avec enthousiasme. Moi qui répugne à ces pétulances et à leurs gourmes, plus tard, impotent, assis devant mes livres, ne souffrirai-je pas de m'être éloigné des ivresses où des jeunes femmes, avec des fleurs, des parfums violents et des corsages délicats, sont gaies puis se déshabillent. Et voilà mon moindre regret près de tant de succès proposés, autorité, fortune, qu'irrévocablement je refuse. Refusés! qui le croira. Où m'arrêterais-je si je me décidais à vouloir?... Hélas! quelque vie que je mène, toujours je me tourmenterai d'une âcreté mécontente, pour n'avoir pu mener parallèlement les contemplations du moine, les expériences du cosmopolite, la spéculation du boursier et tant de vies dont j'aurais su agrandir les délices." »

Maurice Barrès, Sous l'oeil des barbares

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/08/2012

Combien je serais une machine admirable si je savais mon secret !

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Combien je serais une machine admirable si je savais mon secret !

Nous n'avons chaque jour qu'une certaine somme de force nerveuse à dépenser: nous profiterons des moments de lucidité de nos organes, et nous ne forcerons jamais notre machine, quand son état de rémission invite au repos.

Peut-être même surprendrons-nous ces règles fixes des mouvements de notre sang qui amènent ou écartent les périodes où notre sensibilité est à vif. Cabanis pense que par l'observation on arriverait à changer, à diriger ces mouvements quand l'ordre n'en serait pas conforme à nos besoins. Par des hardiesses d'hygiéniste ou de pharmacien, nous pourrions nous mettre en situation de fournir très rapidement les états les plus rares de l'âme humaine.

Enfin, si nous savions varier avec minutie les circonstances où nous plaçons nos facultés, nous verrions aussitôt nos désirs (qui ne sont que les besoins de nos facultés) changer au point que notre âme en paraîtra transformée. Et pour nous créer ces milieux, il ne s'agit pas d'user de raisonnements, mais d'une méthode mécanique; nous nous envelopperons d'images appropriées et d'un effet puissant, nous les interposerons entre notre âme et le monde extérieur si néfaste. Bientôt, sûrs de notre procédé, nous pousserons avec clairvoyance nos émotions d'excès en excès; nous connaîtrons toutes les convictions, toutes les passions et jusqu'aux plus hautes exaltations qu'il soit donné d'aborder à l'esprit humain, dont nous sommes, dès aujourd'hui, une des plus élégantes réductions que je sache. »

Maurice Barrès, Uun homme libre

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/08/2012

Bien parler... un acte de résistance politique quotidienne !

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Sans l’effort obstiné de chacun pour s’approprier réellement sa langue maternelle (autrement dit, pour devenir le véritable sujet de son propre discours), nous serions en effet condamnés, estimait Orwell, à subir la loi des mots existants, c’est à dire, en dernière instance, à demeurer prisonniers du langage préfabriqué de l’idéologie dominante (qu’il prenne la forme du jargon des économistes ou celle de ce "langage des cités" qui fascine tellement la bourgeoisie universitaire moderne). La "novlangue" (dont Orwell discernait les prémisses dans le parler insipide et convenu des journalistes de la BBC) ne constitue, de ce point de vue, que le passage à la limite d’une situation qui existe déjà : l’idéal, en somme, d’une langue intégralement idéologique (ou "politiquement correct")dont la syntaxe et le lexique obligeraient en permanence ses locuteurs à s’absenter d’eux-mêmes ("les bruits appropriés qui sortent du larynx" mais sans passer par le cerveau) et qui rendrait ainsi inutile l’existence même d’une police de la pensée. C’est pourquoi le simple souci d’enrichir son vocabulaire et de parler une langue claire, vivante et précise constituait déjà, pour Orwell, un acte de résistance politique quotidienne. »

Jean-Claude Michéa, Le complexe d’Orphée

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/08/2012

C’est le polymorphisme de notre espèce qui en fait la richesse

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Disons plus exactement que j’inclus la critique du racisme dans la défense de la diversité humaine. Le racisme soutient qu’il y a des races supérieures à certaines autres (la race "supérieure" étant bien sûr presque toujours celle à laquelle appartient celui qui soutient cette thèse), le racialisme affirme que le facteur racial est le facteur explicatif décisif de l’histoire universelle. Ces deux positions peuvent être soutenues simultanément, mais aussi de manière indépendante. Je les ai critiquées l’une et l’autre sévèrement. L’idée d’une supériorité raciale absolue est tout simplement dénuée de sens ; l’idée d’une supériorité relative est tenue de s’appuyer sur un critère surplombant qui fait toujours défaut : ceux qui professent des opinions racistes se bornent à juger les autres à l’aune d’eux-mêmes. C’est en ce sens que le racisme relève de la métaphysique de la subjectivité, au même titre d’ailleurs que toutes les autres formes d’altérophobie. Quand à la puissance "explicative" du facteur racial, sans être nulle, elle n’en est pas moins limitée. Il suffit d’examiner l’histoire du monde pour comprendre que l’immense majorité des principaux événements ou des grandes mutations intervenues dans l’histoire ne doit rien à la race. (…)
Ma position sur cette question est donc tout à fait claire. Elle se distingue en revanche d’un antiracisme de convenance, relevant du "politiquement correct", qui cherche à faire croire que la posture antiraciste passe par la négation de l’existence même des races. Cela revient à s’imaginer que le racisme disparaîtra si l’on arrive à persuader les gens que les races n’existent pas, autrement dit qu’ils sont en permanence victimes d’une illusion d’optique ! Les races existent bel et bien, quelle que soit la définition qu’on en donne - la couleur de peau étant certainement le critère le moins important - et l’on doit s’en féliciter, car c’est le polymorphisme de notre espèce qui en fait la richesse. »

Alain de Benoist, Mémoire vive, entretiens avec François Bousquet

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/08/2012

Tout ce qu’une gauche libérale moderne diabolise par ailleurs comme "identitaire", "réactionnaire" ou "fasciste"

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quant au monde effectif des Gitans, il nous rappelle que les véritables civilisations nomades (des Touaregs aux Turkanas) n’ont évidemment rien à voir avec un mouvement brownien d’individus atomisés. Elles se fondent toujours, au contraire, sur une identité culturelle extrêmement forte (et revendiquée comme telle) et sur un sens aigu de la tradition et des valeurs religieuses et familiales. De ce point de vue, l’engouement que la gauche "citoyenne" affiche de façon si ostensible pour l’univers des Tziganes, des Roms ou des Gitans apparaît singulièrement contradictoire, voire un tantinet hypocrite et indécent (dans l’hypothèse, du moins, où cette gauche aurait remarqué la contradiction. Mais peut-être suis-je trop charitable en supposant qu’il lui arrive de penser.). Cet univers des "gens du voyage" incarne, en effet, tout ce qu’une gauche libérale moderne diabolise par ailleurs comme "identitaire", "réactionnaire" ou "fasciste". »

Jean-Claude Michéa, Le complexe d’Orphée

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/08/2012

Mon étrange amour n’était qu’une façon d’approcher la mort

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Tout près de lui, ses cheveux, son odeur -- cette odeur tiède et légèrement salée -- un corps, un souffle, rien de plus. Peut être chacun de nous invente-il sa façon d’aimer, un amour qui n’a nullement les intentions que l’on prête à l’amour, et qui paraîtrait monstrueux s’il n’en avait les apparences. Vanité d’un cœur qui s’épuise à inventer ce qu’il ressent, à se donner des désirs et qui apporte tant de triste zèle à s’imaginer souffrir ! J’ai du tout inventer seul, je me suis toujours voulu ; j’ai régné sur moi chaque jour. Qui suis-je ? Qui étais-je ? Je ne trouverai jamais ma nuit. C’est moi que je prie, c’est moi qui m’exauce. Dieu dans sa haine nous a tous laissés libres. Mais il nous a donné la soif pour que nous l’aimions. Je ne puis lui pardonner la soif. Mon cœur est vierge, rien de ce que je conquiers ne me possède ! On ne connaîtra jamais de moi-même que ma délirante soif de connaître. Je ne suis que curieux. Je scrute. La curiosité c’est la haine. Une haine plus pure, plus désintéressée que toute science et qui presse les autres de plus de soins que l’amour, mais qui les détaille, les décompose. Me suis-je donc tant appliqué à te connaître, Anne, ai-je passé tant de nuits à te rêver, placé tant d’espoirs à percer ton secret indéchiffrable, et poussé jusqu’à cette nuit tant de soupirs, subi tant de peines pour découvrir que mon étrange amour n’était qu’une façon d’approcher la mort ? »

Jean-René Huguenin, La côte sauvage


07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/08/2012

Cette rage, bien féminine, de vouloir que je sois malheureux, pour pouvoir me consoler

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Sa rage de nier l’évidence. Et cette autre rage, bien féminine, de vouloir que je sois malheureux, pour pouvoir me consoler. Et ce serait elle qui me consolerait de mon prétendu malheur, quand c’est elle, et ses pareilles, je veux dire les femmes, qui vous donnent un amour qu’on ne leur a pas demandé, quand ce sont elles qui empoisonnent en partie mon bonheur ! Non, tout cela est trop bouffon. En même temps, cela est respectable, pitoyable. Comment me tirer de là sans lui faire de mal ?” La pensée du mal qu’il pouvait lui faire, en lui disant simplement - par une seule phrase - CE QUI ÉTAIT, le paralysait, comme un homme qui s’amuse à boxer avec un enfant, et n’ose remuer quasiment, crainte de le blesser. »

Henry de Montherlant, Les Jeunes Filles

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/08/2012

Ces socialistes, ces anarchistes !

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ces socialistes, ces anarchistes !… Aucun qui agisse en socialiste ; pas un qui vive en anarchiste... Tout ça finira dans le purin bourgeois, Que Prudhomme montre les dents, et ces sans-patrie feront des saluts au drapeau ; ces sans-respect prendront leur conscience à pleines mains pour jurer leur innocence ; ces sans-Dieu décrocheront et raccrocheront, avec des gestes de revendeurs louches, tous les jésus-christ de Bonnat. Allons, la Bourgeoisie peut dormir tranquille ; elle aura encore de beaux jours... »

Georges Darien, Le Voleur

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/08/2012

Comment pourrais-je t’aimer si tu n’étais pas toujours le plus fort ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Tu n’avais rien pour me plaire. Tu es un brave garçon. Mais je n’aime pas les braves garçons. Si j’étais ta maîtresse et que tu apprenais soudain que je t’ai trompé, imagine cela, Frédéric ! Tu serais fou, tu te pendrais à un arbre ou bien tu guetterais ton rival dans la nuit. Une minute, je serais heureuse de ta colère, puis je te mépriserais. Comment pourrais-je t’aimer si tu n’étais pas toujours le plus fort ? C’est impossible. Il faut que mon amant soit cruel et fort et indomptable. A peine jeté par terre, il faut qu’il se relève et qu’il morde. Si je l’ai trompé, il doit me rire au nez et me vendre à son rival pour s’amuser. »

Roger Nimier, Le Hussard Bleu

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/08/2012

Mea culpa. C’est ma faute, c’est notre faute. Notre grande faute.

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mea culpa. C’est ma faute, c’est notre faute. Notre grande faute. Un puissant sentiment de culpabilité a été instillé dans l’esprit des peuples européens. C’est une arme incapacitante dont les effets sont dévastateurs. Et qui peut en partie expliquer, mais non excuser, la paralysie des autorités face à cette forme d’agression que constitue l’immigration illégale.



L’argument moral est clair et massif : le moins que nous puissions faire est d’ouvrir nos portes à ces malheureux, puisque nous sommes responsables de la misère qui les a jetés sur les routes de l’exil. En effet, nous, pays du Nord, n’avons cessé de piller les richesses naturelles des pays du Sud. Cette appropriation indue de richesses naturelles est la vraie source du désordre, la raison d’être du colonialisme et du néocolonialisme.



Il y a toutefois une légère faille dans ce raisonnement. C’est que les richesses naturelles n’existent pas. Et que la pauvreté des uns ne peut pas s’expliquer par la richesse des autres pour la bonne et simple raison que la pauvreté ne s’explique pas : c’est l’état naturel, premier et originel de l’humanité. Ce qui a besoin d’une explication, par contre, ce sont les mécanismes qui permettent le développement et la création de richesse.



Lorsque les Bédouins creusaient un puits dans le désert pour trouver de l’eau et qu’ils tombaient sur de l’huile de roche, c’était pour eux une catastrophe. Ils auraient pu dormir mille ans dans leurs tentes au-dessus de gisements de pétrole qui ne représentaient pour eux aucune richesse. C’est le travail et la peine des chimistes européens du XIXè siècle qui passaient leur vie dans leurs laboratoires, ce sont ces travailleurs acharnés qui avaient nom Gottlieb, Daimler, Marcel Bouton, Louis Renault qui ont conféré le statut de richesse à ce qui n’en était pas. Et cela vaut pour toutes les richesses abusivement qualifiées de naturelles. Les habitants du Katanga auraient pu danser pendant des siècles au-dessus de gisements de manganèse et d’uranium qui ne constituaient pour eux aucune richesse. »

Luc Gaffié, Le sanspapiérisme. Anatomie d’une manipulation


07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/08/2012

Ça suffit comme boulot pour une vie tout entière

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La grande défaite, en tout, c’est d’oublier, et surtout ce qui vous a fait crever, et de crever sans comprendre jamais jusqu’à quel point les hommes sont des vaches. Quand on sera au bord du trou faudra pas faire les malins nous autres, mais faudra pas oublier non plus, faudra raconter tout sans changer un mot, de ce qu’on a vu de plus vicieux chez les hommes et puis poser sa chique et puis descendre. Ça suffit comme boulot pour une vie tout entière.  »

Louis Ferdinand Céline, Le voyage au bout de la nuit

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/08/2012

Il n'y a pas d'amour sans cette violence-là...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Voir, pour vous, c'est toujours faire l'offrande du regard à une seule. C'est aller loin dans le songe et lui ramener des fleurs de vos provinces lointaines. Il n'y a pas d'amour sans cette violence-là, qui dissout le monde et n'en retient qu'un seul corps caressé par tous les noms, dans toutes les langues. Il n'y a pas d'amour sans cette croyance folle, sans cette erreur vraie. »

Christian Bobin, La part manquante

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/08/2012

L'état adulte

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On dit que l'enfance est un état de passage, une chose temporelle, [...] mais moi je crois que c'est l'état adulte qui est éphémère.[...] Rien n'est plus périssable que l'état adulte. Rien n'est plus facilement décomposable et très vite mourant. »

Christian Bobin, La grâce de solitude

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/08/2012

Apprécier le silence, la seule réalité, l'unique forme d'expression...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« En arriver à ne plus apprécier que le silence, c'est réaliser l'expression essentielle du fait de vivre en marge de la vie. Chez les grands solitaires et les fondateurs de religions, l'éloge du silence a des racines plus profondes qu'on ne l'imagine. Il faut pour cela que la présence des hommes vous ait exaspéré, que la complexité des problèmes vous ait dégoûté au point que vous ne vous intéressiez plus qu'au silence et à ses cris.

La lassitude porte à un amour illimité du silence, car elle prive les mots de leur signification pour en faire des sonorités vides ; les concepts se diluent, la puissance des expressions s'atténue, toute parole dite ou entendue repousse, stérile. Tout ce qui part vers l'extérieur, ou qui en vient, reste un murmure monocorde et lointain, incapable d'éveiller l'intérêt ou la curiosité. Il vous semble alors inutile de donner votre avis, de prendre position ou d'impressionner quiconque ; les bruits auxquels vous avez renoncé s'ajoutent au tourment de votre âme. Au moment de la solution suprême, après avoir déployé une énergie folle à résoudre tous les problèmes, et affronté le vertige des cimes, vous trouvez dans le silence la seule réalité, l'unique forme d'expression. »

E.M. Cioran, Sur les cimes du désespoir

13:20 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook