Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2012

La mort de l'esprit est le prix du progrès

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La mort de l'esprit est le prix du progrès. C'est Nietzsche qui a révélé ce mystère de l'apocalypse occidentale en annonçant que Dieu était mort et qu'il avait été tué. Ce meurtre gnostique est en permanence perpétré par les hommes qui sacrifient Dieu à la civilisation. Plus toutes les énergies humaines s'adonnent avec ferveur à la grande entreprise de salut en agissant de façon immanente dans le monde, plus les êtres humains qui s'engagent dans cette entreprise s'éloignent de la vie de l'esprit. Et puisque la vie de l'esprit est la source de l'ordre dans l'homme et la société, le succès même d'une civilisation gnostique est la cause de son déclin. Une civilisation peut certes progresser et décliner simultanément, mais pas éternellement. Ce processus ambigu atteint nécéssairement sa limite lorqu'une secte activiste représentant la vérité gnostique organise la civilisation en un empire sous sa domination. Le totalitarisme, défini comme le gouvernement existentiel des activistes gnostiques, est la forme ultime d'une civilisation progressiste. »

Eric Voegelin, La nouvelle science politique

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/03/2012

Les yeux ne voient rien

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les yeux ne voient rien. Catherine Emmerich a raison de dire qu'elle voit par le coeur ! Le coeur étant la vue des saints, comment ne verraient-ils pas plus loin que nous ? L'oeil a un champ réduit, il voit toujours de l'extérieur. Mais le monde étant intérieur au coeur, l'instrospection est l'unique méthode pour accéder à la connaissance. Le champ visuel du Coeur ? Le Monde, plus Dieu, plus le néant. C'est à dire tout. »

Emil Michel Cioran, Des larmes et des saints

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/03/2012

C’est un rayon de Celui qui a tout créé

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Oui, l’amour est une clarté du ciel ;
Une étincelle de ce feu immortel
Que nous partageons avec les anges,
Et que le Créateur nous donna
Pour détacher nos désir de la terre.
La piété élève l’âme vers le ciel,
Mais le ciel lui-même descend dans nos âmes avec l’amour ;
C’est un sentiment qui vient de la Divinité,
Pour détruire toutes nos grossières pensées ;
C’est un rayon de Celui qui a tout créé ;
Une auréole brillante qui illumine l’âme. »

George Gordon Byron, dit Lord Byron, Le Giaour

13:39 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Dans les maisons où un enfant venait de naître

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Staline était mortifère, il répandait la mort. Il détruisait la vie, et moi, j’avais une telle envie de vivre ! En dépit de ma misère, en dépit de la faim. A tout prix, voir le ciel bleu, les oiseaux insouciants, l’herbe éternelle. Je me précipitais toujours dans les maisons où un enfant venait de naître. Regarder un nouveau-né m’était une grande émotion, voire une révélation. On me laissait entrer partout, toucher le petit de l’homme, on disait que j’avais un bon toucher, un bon regard. J’accourais voir les nouveau-nés par crainte de Staline. Je quêtais auprès d’eux le courage et la consolation, car la vue de ces êtres vulnérables et fragiles m’apportait un tel sentiment de sécurité que parfois je cessais de croire à la mort. »

Piotr Bednarski, Les Neiges bleues

13:18 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/03/2012

La domination du parti intellectuel

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le débat n’est pas entre un ancien régime, une ancienne France qui finirait en 1789 et une nouvelle France qui commencerait en 1789. Le débat est beaucoup plus profond. Il est entre toute l’ancienne France ensemble, païenne (la Renaissance, les humanités, la culture, les lettres anciennes et modernes, grecques, latines, françaises), païenne et chrétienne, traditionnelle et révolutionnaire, monarchiste, royaliste et républicaine, - et d’autre part, et en face, et au contraire une certaine domination primaire, qui s’est établie vers 1881, qui n’est pas la République, qui se dit la République, qui parasite la République, qui est le plus dangereux ennemi de la République, qui est proprement la domination du parti intellectuel. »

Charles Péguy, Notre jeunesse

00:14 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/03/2012

Les plans de la Divinité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il est doux, au milieu du renversement général, de pressentir les plans de la divinité. »

Joseph de Maistre, Considérations sur la France

20:05 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les lignes de crête

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« A côté des grands courants de ce monde, il existe encore des hommes ancrés dans les "terres immobiles". Ce sont généralement des inconnus qui se tiennent à l'écart de tous les carrefours de la notoriété et de la culture moderne. Ils gardent les lignes de crête et n'appartiennent pas à ce monde. Bien que dispersés sur la terre, s'ignorant souvent les uns les autres, ils sont invisiblement unis et forment une "chaîne" incassable dans l'esprit traditionnel. Ce noyau n'agit pas : sa fonction correspond au symbolisme du "feu éternel". Grâce à ces hommes, laTradition est présente malgré tout, la flamme brûle secrètement, quelque chose rattache encore le monde au supramonde. Ce sont les "veilleurs". »

Julius Evola, Révolte contre le monde moderne

19:58 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/02/2012

Les deux Cités

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Deux amours ont fait deux cités, l'une l'amour de Dieu poussé jusqu'à l'oubli de soi-même, l'autre l'amour de soi poussé jusqu'à l'oubli de Dieu. »

« Ces deux cités sont entrelacées l'une à l'autre (comme les brins d'osier dans une vannerie) et intimement mêlées (comme dans une émulsion chimique), si bien qu'il nous est impossible de les séparer, jusqu'au jour où le Jugement les partagera. »

Saint Augustin, La Cité de Dieu

08:38 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/02/2012

Les écologistes... et les "vieux cons d'Action Française"...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J'ai entendu l'autre jour un jeune barbu gauchiste parler d'écologie exactement comme les vieux cons d'“Action française” récitaient leurs poèmes occitans. »

Jacques Laurent, « Antoine Blondin, Jacques Laurent face à face : "comment se débarrasser de notre légende ?", propos recueillis par Jean-Louis Ezine, Les Nouvelles littéraires, n° 2612, 24 novembre-1er décembre 1977 »

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/02/2012

C’est la volonté de tuer qui le pousse à travers les orages d’explosif, de fer et d’acier

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’homme, lui, c’est la volonté de tuer qui le pousse à travers les orages d’explosif, de fer et d’acier, et lorsque deux hommes s’écrasent l’un sur l’autre dans le vertige de la lutte, c’est la collision de deux êtres dont un seul restera debout. Car ces deux êtres se sont placés l’un l’autre dans une relation première, celle de la lutte pour l’existence dans toute sa nudité. Dans cette lutte, le plus faible va mordre la poussière, tandis que le vainqueur, l’arme raffermie dans ses poings, passe sur le corps qu’il vient d’abattre pour foncer plus avant dans la vie, plus avant dans la lutte. Et la clameur qu’un tel choc mêle à celle de l’ennemi est cri arraché à des cœurs qui voient luire devant eux les confins de l’éternité ; un cri depuis bien longtemps oublié dans le cours paisible de la culture, un cri fait de réminiscence, d’épouvante et de soif de sang. »

Ernst Jünger, La guerre comme expérience intérieure

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/02/2012

Renée Vivien : Le Cygne Noir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le Cygne Noir

Sur les ondes appesanties, flottait un nuage de cygnes clairs.
Ils laissaient un reflet d’argent dans leur sillage.
Vus de loin, ils semblaient une neige ondoyante.
Mais, un jour, ils aperçurent un cygne noir dont l’aspect étrange détruisait l’harmonie de leurs blancheurs assemblées.
Il avait un plumage de deuil et son bec était d’un rouge sanglant.
Les cygnes s’épouvantèrent de leur singulier com­pagnon.
Leur terreur devint de la haine et ils assaillirent le cygne noir si furieusement qu’il faillit périr.

Et le cygne noir se dit : "Je suis las des cruautés de mes semblables qui ne sont pas mes pareils.
"Je suis las des inimitiés sournoises et des colères déclarées.
"Je fuirai à jamais dans les vastes solitudes.
"Je prendrai l’essor et je m’envolerai vers la mer.
"Je connaîtrai le goût des âcres brises du large et les voluptés de la tempête.
"Les ondes tumultueuses berceront mon sommeil, et je me reposerai dans l’orage.
"La foudre sera ma sœur mystérieuse, et le tonnerre, mon frère bien-aimé."

Il prit l’essor et s’envola vers la mer.
La paix des fjords ne le retint pas, et il ne s’attarda point aux reflets irréels des arbres et de l’herbe dans l’eau ; il dédaigna l’immobilité austère des montagnes.
Il entendait bruire le rythme lointain des vagues...
Mais, un jour, l’ouragan le surprit et l’abattit et lui brisa les ailes...
Le cygne noir comprit obscurément qu’il allait mourir sans avoir vu la mer...
Et pourtant, il sentait dans l’air l’odeur du large...
Le vent lui apportait un goût de sel et l’aphrodisiaque parfum des algues...
Ses ailes brisées se soulevèrent dans un dernier élan d’amour.
Et le vent charria son cadavre vers la mer. »

Renée Vivien, Brumes de fjords

 

"Brumes de Fjords" intégralement disponible, en ligne, ici...

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/02/2012

La France des casaniers, des joueurs de belote et de boules, des ignorants de la géographie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La France des scouts, des routiers, des skieurs n’était pas assez forte pour s’imposer à la France des assis, des pêcheurs à la ligne, des buveurs de pernod, des bavards de comités, de syndicats ou de salons. La France des militants déterminés d’extrême gauche ou d’extrême droite n’était pas assez forte pour s’imposer aux bavards conservateurs qui se nommaient encore sans honte modérés, radicaux ou socialistes.

La France qui avait lu Sorel, Barrès, Maurras, Péguy, Bernanos, Céline, Giono, Malraux, Petitjean n’était pas assez forte pour s’imposer à la France qui lisait Anatole France, Duhamel, Giraudoux, Mauriac, Maurois.

La France du Maroc, de l’Indochine, des aviateurs et des missionnaires ne pouvait s’imposer à la France des casaniers, des joueurs de belote et de boules, des ignorants de la géographie. »

Pierre Drieu la Rochelle, Notes pour comprendre le siècle

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/02/2012

Milliards de somnambules

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mais à quoi bon prêcher ces milliards de somnambules, qui marchent au chaos d’un pas égal, sous la houlette de leurs séducteurs spirituels et sous le bâton de leurs maîtres ? Ils sont coupables parce qu’ils sont innombrables, les masses de perdition doivent mourir, pour qu’une restauration de l’homme soit possible. Mon prochain n’est pas un insecte aveugle et sourd, n’est pas un automate spermatique. Que nous importe le néant de ces esclaves ? Nul ne les sauve ni d’eux-mêmes, ni de l’évidence, tout se dispose à les précipiter dans les ténèbres, ils furent engendrés au hasard des accouplements, puis naquirent à l’égal des briques sortant de leur moule, et les voici formant des rangées parallèles et dont les tas s’élèvent jusqu’aux nues. Sont-ce des hommes ? Non, la masse de perdition ne se compose jamais d’hommes. »

Albert Caraco, Bréviaire du chaos

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/02/2012

Les Evangiles et Platon

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

«  L’évangile nous enseigne que Dieu est amour - "Deus caritas est". Dieu a aimé les hommes ; nous imiterons Dieu en aimant nos frères en Dieu. Le premier et le plus grand des commandements, dit Jésus Christ, c’est d’aimer Dieu par dessus toutes choses, "le second qui est semblable au premier", c’est d’aimer son prochain comme soi-même. C’est en nous conformant à cette invitation, qui est aussi un ordre, que nous deviendrons parfaits comme notre Père céleste est parfait. Et nous aimerons non seulement nos amis et ceux qui nous font du bien, mais aussi nos ennemis et ceux qui nous font du mal, imitant en cela notre Père céleste qui fait luire son soleil et pleuvoir sa pluie sur les méchants comme sur les bons. Rien de plus clair que ce langage, et tout le Nouveau Testament en est un commentaire vivant.
Avec Platon, nous sommes transportés dans un tout autre monde ; et ce n’est pas étonnant puisqu’il ne se plaçait que sur le terrain de la raison et qu’il ignorait le principe surnaturel. Il voit surtout en Dieu la suprême intelligence se contemplant elle-même. Il en conclut que l’homme ressemblera à Dieu en s’adonnant à la contemplation. Voir, aimer, goûter la vérité, les choses éternelles, s’abstraire totalement des choses périssables, abdiquer les intérêts mondains, voilà le devoir de l’homme ici-bas. Dans une existence antérieure, il a vaguement communiqué avec Dieu, en le suivant dans les mondes en formation. Enchaîné au corps de la vie actuelle, il faut qu’il s’attache aux réminiscences qu’il conserve de sa vie antérieure, et qu’il s’élève par un travail incessant, à reconstituer par la pensée la vérité totale et la beauté souveraine qu’il a jadis entrevues.

Platon nous semble ici confondre l’état présent de la nature humaine avec l’état auquel elle est appelée dans l’avenir. Il est vrai qu’une des fins de notre être sera de contempler l’essence divine durant l’éternité. Mais la fin n’est pas le moyen ; elle implique le moyen ; elle est inséparable de lui-même, mais distincte. La fin de l’homme est bien la contemplation divine, mais pour se livrer sans réserve à cette contemplation, il faut qu’il s’en rende capable par cet effort vers Dieu que nous appelons vertu. Ainsi, autre est notre destinée finale dans l’autre vie, qui est la félicité résultant de la vue de Dieu ; autre notre loi d’ici-bas, qui est le travail, la vertu. Platon ne soupçonne pas cette distinction.

Remarquons en passant, combien le christianisme se montre plus intelligent de la vraie nature humaine que la philosophie platonicienne. L’Evangile admet la haute valeur de la contemplation ; il en proclame la supériorité sur l’action proprement dite ; supériorité qui ressort d’ailleurs de la nature même des choses, puisque la contemplation est la possession et la jouissance de l’objet dont l’action est la recherche. Et non seulement le christianisme proclame cela en principe, mais il l’applique en pratique, et l’histoire de l’Eglise n’est que l’histoire des Saints que le christianisme prépare pour la vision céleste, en les exerçant, "secundum mensuram donationis Christi", à la contemplation terrestre. Mais encore l’Eglise exige-t-elle l’action, et lui donne-t-elle, dans la vie chrétienne, une place incomparablement plus grande. La vie de l’Eglise est remplie bien plus encore par l’action que par la contemplation.  »

Jean-Baptiste Aubry, Mélanges de philosophie catholique

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/02/2012

La disparition du droit divin des rois qui aurait dû permettre un sensationnel développement du bonheur des peuples a laissé la place à l’empoignade des égaux

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On commence en voulant le bien et on finit en faisant le mal. La disparition du droit divin des rois qui aurait dû permettre un sensationnel développement du bonheur des peuples a laissé la place à l’empoignade des égaux, l’imitation féroce entre soi, l’étouffante anxiété des rivalités mutuelles. La montée du public actif qui veut se faire admirer et s’exaspère de ne pas l’être, exige qu’on l’applaudisse et s’aperçoit qu’il n’y a plus personne pour applaudir parce que tout le monde est grimpé sur scène; ce qui fait monter d’un cran l’énervement du public, candidat au vedettariat impossible pour cause de disparition du public. Et ainsi de suite. »

Philippe Muray, Le XIXème siècle à travers les âges

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook