Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2012

La populace

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je sais bien que nous ne sommes pas tous égaux, que nous ne pouvons l’être ; mais j’estime que celui qui se croit obligé de se tenir éloigné de ce qu’on nomme la populace, pour s’en faire respecter, ne vaut pas mieux que le poltron qui, de peur de succomber, se cache devant son ennemi. »

Johann Wolfgang von Goethe, Les souffrances du jeune Werther - Livre Premier, "15 Mai"

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/03/2012

L'Art

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'art, si on l'examine pour y découvrir son être, est une consécration et un lieu sûr où, d'une façon toujours nouvelle, le réel fait présent à l'homme de sa splendeur jusque-là cachée, afin que, dans une pareille clarté, il voie plus purement et entende plus distinctement ce qui se dit à son être. »

Martin Heidegger, Essais et conférences - "Science et méditation"

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/03/2012

Ma foi, ce ne fut qu’une longue suite de doutes et, jusqu’à la fin, je serai un libre-exaministe

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La religion de ma mère ne fut pas toujours la mienne, trop engoncée dans le réseau des habitudes, trop docile aux contraintes, trop crédule et trop formaliste, un peu trop fétichiste aussi. Mais mon enfance fut baignée par elle qui promettait la terre de Canaan, les étoiles du matin, la rémission des péchés, les béatitudes, les corps glorieux. Un cérémonial liturgique tirait le mystère vers moi, non pour tenter d’expliquer ce qui ne s’explique pas, ce qui résiste à tout, d’abord à la raison courte et sèche, mais pour que je ne tremble pas de froid devant lui, pour que l’absurdité s’en aille et que l’espérance la remplace. Tout ce qui était nécessaire à l’assomption de la vie, je l’avais en surabondance, dans une familiarité quotidienne et l’assurance d’un miracle perpétuel. L’église et ses ors, les statues et leur auréole, le chœur et les lys, la table sainte et les mains jointes sur le drap blanc, les offices et le missel, la chasuble et l’encensoir, le surplis et l’imposition des mains, le pain et le vin, le sel et le chrême, le lin brodé et les formules sacramentelles, le Dies irae et l’In paradisum, le Veni Creator et le Stella Regis, le cierge pascal et les flambeaux, le chemin de croix et le rosaire, la robe de mariée des communiantes et l’eau bénite dans le porche, le buis des Rameaux et la messe de minuit, le noir, le violet, le jaune, le bleu, l’arc-en-ciel de l’année, et les bigotes, les dévots, nos fous rires devant leurs mines penchées. Et nos sorties en ville, l’occupation éphémère de la rue, les mécréants derrière les rideaux tirés et l’heure de notre triomphe, le dais, le baldaquin, le poids des reliques à l’épaule, les clochettes qui battaient le cuivre, les filles en carmélites, les garçonnets en pages, le crucifix au bout de la pique, les pétales que l’on jetait sur le pavé, le latin dont ces fichus calotins savaient alors ce qu’ils auraient perdu sans lui, et d’autres processions encore, les funérailles d’antan, les corbillards à plumets de nos grands-pères, la dernière prière sur le cercueil devant la fosse ouverte, les larmes, la terre remuée, les gerbes défaites et l’offrande ultime, l’éternité, le paradis des anges.
Ma foi, ce ne fut qu’une longue suite de doutes et, jusqu’à la fin, je serai un libre-exaministe, avec plus d’incertitudes que de convictions fermes, plus de questions posées que de questions résolues, avec des dogmes qui m’agréent (la laïcité les a repris en les désacralisant) et d’autres que j’interrogerai toujours, sans dogmatisme de théologien, sans arrogance d’âme morte, objection Votre Honneur, mon Dieu pourquoi m’avez-vous abandonné ? Mais ma sensibilité des premiers jours qu’irriguait la religion de ma mère, le creuset mystique de ce temps-là et le tumulte de sa poésie, le mystère en moi comme un feu, cette lumière et sa brûlure, jamais, en dépit des iconoclastes et des blasphémateurs, elle ne baissa sa garde, ne rendit les armes et rien ne parvint à l’assécher ou à la détourner de son cours. »

Pol Vandromme, Bivouacs d’un hussard


07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/03/2012

Les hommes de peu d'intelligence, influencés par des théories aberrantes, vivront dans l'erreur

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Des gens non qualifiés passeront pour experts en matière de morale et de religion. Les agriculteurs abandonneront leurs travaux de labour et de moisson. Beaucoup seront sans travail, vivant comme des miséreux. Les hommes de peu d'intelligence, influencés par des théories aberrantes, vivront dans l'erreur.
Seuls les biens conféreront le rang. Le seul mobile de la dévotion sera la santé, le seul lien entre les sexes sera le plaisir, la seule voie de succès dans les compétitions sera la fausseté. »

Vishnu-Purâna

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/03/2012

C'est l'âge de fer qui règne maintenant

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« C'est l'âge de fer qui règne maintenant. Les hommes ne cesseront ni de travailler et de souffrir pendant le jour ni de se corrompre pendant la nuit ; les dieux leur enverront de terribles calamités.... Le père ne sera plus uni à son fils, ni le fils à son père, ni l'hôte à son hôte, ni l'ami à son ami ; le frère, comme auparavant, ne sera plus chéri de son frère ; les enfants mépriseront la vieillesse de leurs parents. Les cruels ! ils les accableront d'injurieux reproches sans redouter la vengeance divine.... On ne respectera ni la foi des serments, ni la justice, ni la vertu ; on honorera de préférence l'homme vicieux et insolent ; l'équité et la pudeur ne seront plus en usage ; le méchant outragera le mortel vertueux par des discours pleins d'astuce auxquels il joindra le parjure. »

Hésiode, Les Travaux et les Jours

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/03/2012

Les Arabes ont razzié l'Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La traite négrière pratiquée par les nations occidentales est connue de tous. Cependant, historiquement ce crime contre l’humanité est une invention du monde arabo-musulman. Ce sont les Arabes, Berbères, Turcs, Persans entre autres, qui sont à l’origine de cette infamie et l’ont pratiquée en grand. Bien avant l’arrivée des Européens les Arabo-musulmans ont razzié les peuples noirs du VIIème au XVIème siècle, pendant près de mille ans, avant de continuer du XIXème au XXème siècle, longtemps après les abolitions occidentales. Aussi, la stagnation démographique, les misères, la pauvreté et les retards de développement actuels du continent noir, ne sont pas le seul fait des conséquences du commerce triangulaire, comme bien des personnes se l’imaginent, loin de là ! De nombreux auteurs ont cependant donné dans une approche militante de l’histoire, en restreignant leur champ de prospection à la seule traite atlantique générée par les Européens. Ceci au nom d’une certaine solidarité religieuse, que nous qualifions de "syndrome de Stockholm africain." »

« Les Arabes ont razzié l'Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d'hommes qu'ils ont déportés ont disparu du fait des traitements inhumains. Cette douloureuse page de l'histoire des peuples noirs n'est apparemment pas définitivement tournée. La traite négrière a commencé lorsque l'émir et général arabe Abdallah ben Saïd a imposé aux Soudanais un bakht (accord), conclu en 652, les obligeant à livrer annuellement des centaines d'esclaves. La majorité de ces hommes était prélevée sur les populations du Darfour. Et ce fut le point de départ d'une énorme ponction humaine qui devait s'arrêter officiellement au début du XXe siècle. »

« Pourtant il suffit d’observer la dynamique diaspora noire - descendante des 9 millions de déportés africains -, qui s’est formée dans le Nouveau Monde pour reconnaître, que la destruction programmée des peuples noirs au sens d’un génocide n’y est pas prouvée. Alors que la déportation des Africains en terres d’Islam, est comparable à un génocide, une véritable entreprise programmée comme une sorte "d’extinction ethnique par castration". La plupart des 17 millions d’Africains importés dans le monde arabo-musulman et transformés en eunuques, ont presque tous disparu. Aussi, le souhait ici est d’informer sur l’antériorité et la dimension de la traite transsaharienne et orientale. La raison historique - qui n’est pas affaire de croyances -, se doit de rendre compte des faits, rien que des faits même les plus inouïs. Car aucune amnésie sélective ne réussira indéfiniment à voiler une vérité historique. »

Tidiane N'Diaye (Anthropologue franco-sénégalais), Le Génocide Voilé

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/03/2012

Se demander si l’eau est supérieure ou inférieure au feu

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On ne peut pas plus se demander si la "femme" est supérieure ou inférieure à l’ "homme" que se demander si l’eau est supérieure ou inférieure au feu. Pour chacun des sexes, le critère de mesure ne peut donc être fourni par le sexe opposé, mais seulement par l’ "idée" du sexe auquel on appartient. En d’autres termes, c’est établir la supériorité ou l’infériorité d’une femme donnée en fonction de sa plus ou moins grande proximité de la typicité féminine, de la femme pure ou absolue ; et la même chose vaut pour l’homme. »

Julius Evola, Métaphysique du Sexe

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/03/2012

Drapeaux de fumée noire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Des drapeaux de fumée noire jalonnaient notre route. Nous avions allumé un bûcher où il n'y avait pas que des objets inanimés qui brûlaient : nos espoirs, nos aspirations y brûlaient aussi, les lois de la bourgeoisie, les valeurs du monde civilisé, tout y brûlait, les derniers vestiges du vocabulaire et de la croyance aux choses et aux idées de ce temps, ce bric-à-brac poussiéreux qui traînait encore dans nos cœurs. »

Ernst Von Salomon, Les Réprouvés

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/03/2012

Un joyau dans son sein

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mes préceptes sont très faciles à comprendre, très faciles à suivre, mais le monde ne peut les comprendre ni les suivre.
Ces enseignements sont fondés sur la tradition, ces actes sur un principe ; cependant ils ne sont pas compris. C'est pour cela qu'on m'ignore. Ceux qui me comprennent sont rares, c'est la mesure de ma valeur, certes !

C'est ainsi que le Saint-Homme, sous des vêtements grossiers, garde un joyau dans son sein. »

Lao Tseu, TAO TE KING

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/03/2012

Te réfères-tu ou non à l'infini ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Pour l'homme la question décisive est celle-ci : te réfères-tu ou non à l'infini ? Tel est le critère de sa vie. C'est uniquement si je sais que l'illimité est l'essentiel que je n'attache pas mon intérêt à des futilités et à des choses qui n'ont pas une importance décisive. »

Carl Gustav Jung, Ma Vie

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/03/2012

Obligé de voir les choses de haut, il devait toujours frôler leur néant

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Pour l'ancien chevalier, il n'y avait au fond que cette alternative : le risque de la mort ou le renoncement au monde ; la grandeur de la responsabilité, du risque ou du sacrifice, coïncide avec la qualité de "noblesse" ; vivre noblement, c'est vivre en compagnie de la mort, qu'elle soit charnelle ou spirituelle. Le chevalier n'avait pas le droit de perdre de vue les fissures de l'existence ; obligé de voir les choses de haut, il devait toujours frôler leur néant. »

Frithjof Schuon, Regards sur les mondes anciens

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/03/2012

La mort de l'esprit est le prix du progrès

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La mort de l'esprit est le prix du progrès. C'est Nietzsche qui a révélé ce mystère de l'apocalypse occidentale en annonçant que Dieu était mort et qu'il avait été tué. Ce meurtre gnostique est en permanence perpétré par les hommes qui sacrifient Dieu à la civilisation. Plus toutes les énergies humaines s'adonnent avec ferveur à la grande entreprise de salut en agissant de façon immanente dans le monde, plus les êtres humains qui s'engagent dans cette entreprise s'éloignent de la vie de l'esprit. Et puisque la vie de l'esprit est la source de l'ordre dans l'homme et la société, le succès même d'une civilisation gnostique est la cause de son déclin. Une civilisation peut certes progresser et décliner simultanément, mais pas éternellement. Ce processus ambigu atteint nécéssairement sa limite lorqu'une secte activiste représentant la vérité gnostique organise la civilisation en un empire sous sa domination. Le totalitarisme, défini comme le gouvernement existentiel des activistes gnostiques, est la forme ultime d'une civilisation progressiste. »

Eric Voegelin, La nouvelle science politique

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/03/2012

Les yeux ne voient rien

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les yeux ne voient rien. Catherine Emmerich a raison de dire qu'elle voit par le coeur ! Le coeur étant la vue des saints, comment ne verraient-ils pas plus loin que nous ? L'oeil a un champ réduit, il voit toujours de l'extérieur. Mais le monde étant intérieur au coeur, l'instrospection est l'unique méthode pour accéder à la connaissance. Le champ visuel du Coeur ? Le Monde, plus Dieu, plus le néant. C'est à dire tout. »

Emil Michel Cioran, Des larmes et des saints

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/03/2012

C’est un rayon de Celui qui a tout créé

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Oui, l’amour est une clarté du ciel ;
Une étincelle de ce feu immortel
Que nous partageons avec les anges,
Et que le Créateur nous donna
Pour détacher nos désir de la terre.
La piété élève l’âme vers le ciel,
Mais le ciel lui-même descend dans nos âmes avec l’amour ;
C’est un sentiment qui vient de la Divinité,
Pour détruire toutes nos grossières pensées ;
C’est un rayon de Celui qui a tout créé ;
Une auréole brillante qui illumine l’âme. »

George Gordon Byron, dit Lord Byron, Le Giaour

13:39 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Dans les maisons où un enfant venait de naître

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Staline était mortifère, il répandait la mort. Il détruisait la vie, et moi, j’avais une telle envie de vivre ! En dépit de ma misère, en dépit de la faim. A tout prix, voir le ciel bleu, les oiseaux insouciants, l’herbe éternelle. Je me précipitais toujours dans les maisons où un enfant venait de naître. Regarder un nouveau-né m’était une grande émotion, voire une révélation. On me laissait entrer partout, toucher le petit de l’homme, on disait que j’avais un bon toucher, un bon regard. J’accourais voir les nouveau-nés par crainte de Staline. Je quêtais auprès d’eux le courage et la consolation, car la vue de ces êtres vulnérables et fragiles m’apportait un tel sentiment de sécurité que parfois je cessais de croire à la mort. »

Piotr Bednarski, Les Neiges bleues

13:18 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook