Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2011

Kerouac, ce cinglé de beatnik

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« Je crois que les femmes commencent par m’aimer, et puis elles se rendent compte que je suis ivre de la terre entière et elles comprennent alors que je ne puis me concentrer que sur elles seules bien longtemps. Cela les rend jalouses. Car je suis un dément amoureux de Dieu. Eh oui. D’ailleurs la lubricité n’est pas mon lot, elle me fait rougir : - tout dépend de la femme.

Je l’ai déjà dit, c’est une jeune Bretonne d’une beauté extraordinaire, inoubliable, que l’on voudrait croquer séance tenante, avec ses yeux verts comme la mer, ses cheveux bleu-noir et ses petites dents de devant légèrement écartées et telles que si elle avait rencontré un dentiste lui proposant des les redresser, chacun des hommes de notre planète aurait ficelé le cuistre à l’encolure du cheval de bois de Troie, pour lui permettre de jeter un coup d’oeil sur la captive Hélène, avant que Paris n’ai assiégé son Gaulois Gullet, ce traître libidineux. Elle portait un pull blanc tricoté, des bracelets en or et autres fanfreluches: quand elle m’a regardé de ses yeux couleur de mer, j’ai fait oui de la tête et ai failli la saluer, mais je me suis contenté de me dire qu’une femme pareille, c’était le grabuge et la bisbille ; à d’autres que moi, paisible berger mit le cognac. - J’aurais voulu être un eunuque, pour jouer avec de tels creux et de telles bosses pendant deux semaines.

Tous me décochèrent des regards absolument noirs quand ils entendirent mon nom, comme s’ils se marmonnaient intérieurement : Kerouac, je peux écrire dix fois mieux que ce cinglé de beatnik, et je le prouverai avec ce manuscrit intitulé Silence au Lip, tout sur la manière dont Renard entre dans le hall en allumant une cigarette, et refuse de voir le triste et informe sourire de l’héroïne, une lesbienne sans histoire, dont le père vient de mourir en essayant de violer un élan, à la bataille de Cuckamonga ; et Philippe, l’intellectuel, entre, au chapitre suivant, en allumant une cigarette avec un bond existentiel à travers la page blanche que je laisse ensuite, le tout se terminant par un monologue de la même eau, etc., tout ce qu’il sait faire, ce Kerouac, c’est d’écrire des histoires...»

Jack Kerouac, Satori à Paris

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/07/2011

La défiance et le soupçon

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« La décomposition des solidarités locales traditionnelles ne menace pas seulement les bases anthropologiques de la résistance morale et culturelle au capitalisme. En sapant également les fondements relationnels de la confiance (tels qu'ils prennent habituellement leur source dans la triple obligation immémoriale de donner, recevoir et rendre) la logique libérale contribue tout autant à détruire ses propres murs porteurs, c'est-à-dire l'échange marchand et le contrat juridique. Dès que l'on se place sur le plan du simple calcul (et l'égoïste –ou l'économiste- n'en connaît pas d'autre) rien ne m'oblige plus, en effet, à tenir ma parole ou à respecter mes engagements (par exemple sur la qualité de la marchandise promise ou sur le fait que je ne me doperai pas), si j'ai acquis la certitude que nul ne s'en apercevra. A partir d'un certain seuil de désarticulation historique de "l'esprit du don" (matrice anthropologique de toute confiance réelle) c'est donc la défiance et le soupçon qui doivent logiquement prendre le relais. »

Jean-Claude Michéa, La Double Pensée

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (18) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/07/2011

Cet univers moral fluide, amorphe, sans frontières

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

http://img844.imageshack.us/img844/1055/89580757.jpg

« Ce laxisme des doctrinaires fait de notre temps le temps des hétérodoxies. L’art s’épanouit en formes monstrueuses. Il est au-delà de toutes les formes ; précisément parce qu’il est devenu formalisme pur. Il n’exprime plus aucune vision de l’homme. Il n’exprime plus qu’une définition de l’art, une pure définition du fait de s’exprimer sans référence à l’homme : pour notre siècle, l’art se réduit à être une forme quelconque. [...]

La morale n’est pas moins tournoyante. En morale sexuelle, en particulier, on a obtenu des résultats spectaculaires depuis qu’on s’en tient à une définition rationnelle de l’acte sexuel. Comme pour l’art, on a établi que l’acte sexuel se réduit à être un contact quelconque capable de susciter une jouissance quelconque. On ne voit donc pas quelles objections on pourrait faire à un "formalisme sexuel" s’exprimant par des « expériences », ou dans des "directions", à la manière de l’art abstrait.

La drogue elle-même n’est plus qu’une "matière" permettant une certaine "forme" d’expression de la personnalité. Les limites disparaissent, puisque toute expression de la personnalité est licite en soi : la condamnation qu’on ne peut plus fonder sur la logique de la nature ou de l’instinct et encore moins sur la qualité des actes est facilement représentée comme un préjugé qui ne repose sur aucun principe légitime.

Cet univers moral fluide, amorphe, sans frontières, ne trouve une source d’inspiration et une force que dans la haine que lui inspire la santé et l’énergie. Le fanatisme intellectuel réveille ces êtres inertes partagés entre l’extase et la terreur. Il est leur drogue, il les retrempe comme les eaux du baptême, il les réunit comme une messe, il leur redonne quelque chose d’humain. Ces même esprits, si indécis, si retenus dans leur jugement, si tolérants, sont implacables quand il s’agit de leurs adversaires, c'est-à-dire de la race d’homme dont ils abhorrent la nature et l’existence. Tout le monde mérite l’indulgence, sauf l’être profondément immoral et dépravé qui ne sent pas comme eux. Celui-ci est un asocial, un dément qu’on regrette de voir en liberté. Il a échappé à la médication de la "conscience collective" : on se demande quel traitement on pourrait bien lui appliquer pour dissoudre enfin son irréductibilité. »

Maurice Bardèche, Sparte et les sudistes

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/07/2011

Les généraux suffisants ou affolés

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« Je ne connaissais que trop bien l’histoire de la dernière guerre, les généraux suffisants ou affolés, fossiles ou brouillons, aussi dépourvus d’idées que de caractère, de bronze pour les préjugés, la routine, les pétarades, de cire devant les politiciens ; les états-majors apprenant laborieusement des Allemands à se battre, toujours devancés par eux, les ignominies du grignotage, de l’Artois, des Vosges, de la Champagne, de 1917, entreprises pour user l’ennemi et saignant à blanc le pays pour quarante années ; les robustes sexagénaires à trois ou cinq étoiles, œil d’acier, moustache impérative, convictions catholiques, planqués à dix kilomètres des barbelés, expédiant adolescents, les jeunes maris, les pères, les petits conscrits paysans gourds et candides, les grands vignerons gaulois aux longues bacchantes, aux poitrines profondes et moussues, les poètes, les Bretons résignés, les méridionaux joyeux, les Marocains nobles et graves, les Bambaras aux rires d’enfants, tous devenus cadavres tordus, éventrés, arrachés, écartelés, dans les ferrailles, putréfiés dans la fange, pour rien, dix fois, cent fois pour rien, parce que quelques vieux hommes qui tenaient dans leur mains leur mort et leur vie manquaient d’imagination et ne savaient pas leur métier. »

Lucien Rebatet, Les Décombres

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/07/2011

Plus la télévision est absurde, mieux elle remplit son office

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« L'actualité détermine ce qui est actuel. N'est-ce pas là une évidence ? Seulement l'actualité ne détermine pas ce qui est actuel d'une manière tout immédiate, comme on feint de le croire. Ce qui est actuel, n'est-ce pas ce qui est là tout simplement, maintenant, objectivement ? Ce qui est là maintenant, en cet instant qui retentit en même temps dans le monde entier, c'est justement ce monde tout entier, la totalité des événements, des personnes et des choses. Il faut donc choisir. Qu'est-ce qui dirige ce choix ? Sur le tout de la réalité les médias jettent une grille: le hold-up de la matinée, les courses à Vincennes et le rapport du tiercé, la petite phrase de quelque histrion de la politique en tournée, la hausse du dollar et du pétrole (ou leur baisse), la baisse de l'or (ou sa hausse), l'interview de la concierge de l'immeuble le plus proche de l'endroit où le viol de la fillette est supposé avoir eu lieu, l'arrivée de la traversée de l'Atlantique à la voile, ou l'étape du Tour, la littérature enfin au moment de la remise des prix, quand elle ressemble elle-même à une course, avec favoris, outsiders, etc. Pris dans le film de leur succession ou de leur juxtaposition sur la page d'un journal, ces événements présentent un caractère commun: l'incohérence. Considéré isolément, chacun d'eux se résume à un incident ponctuel. Ni les tenants ni les aboutissants ne sont donnés avec lui. Tirer le fil de sa causalité, de sa finalité, de sa signification, de sa valeur, ce serait penser, comprendre, imaginer, rendre la vie à elle-même quand il s'agit de l'éliminer. Rien n'entre dans l'actualité que sous cette double condition de l'incohérence et de la superficialité, de telle manière que l'actuel est l'insignifiant.

Ce qui par cette insignifiance entre dans l'actualité a fait voeu par là même d'en sortir, n'étant posé que pour être supprimé. On déplore aujourd'hui que les diverses productions de la télévision -reportages, films, dramatiques - soient interrompues par des spots publicitaires qui invitent le spectateur à passer sans cesse d'un programme à un autre, aussi inconsistant que celui qu'il vient de quitter. Comment ne pas voir cependant qu'avec ce sautillement perpétuel d'image en image à travers leurs séries inconséquentes les médias réalisent leur essence ? L'actuel n'est pas seulement l'incohérent et l'insignifiant, il doit l'être. Plus la télévision est absurde, mieux elle remplit son office. »

Michel Henry, La Barbarie

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/07/2011

Evola et Maurras

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Evola défend une monarchie d’inspiration métaphysique, par quoi il faut entendre, non pas tant une monarchie "de droit divin", au sens classique de cette expression, qu’une monarchie fondée sur des principes dérivant eux-mêmes de ce qu’Evola appelle la "Tradition primordiale". Cette "Tradition primordiale" reste à mes yeux aussi nébuleuse qu’hypothétique, mais là n’est pas la question. Ce qui est sûr, c’est que Julius Evola se fait de la monarchie une idée assez différente de celle de la plupart des théoriciens royalistes contemporains. Une étude comparative des idées de Charles Maurras et d’Evola, étude qui n’a pas encore été réalisée, serait de ce point de vue des plus utiles.

Certes, entre Maurras et Evola, il y a un certain nombre de points communs. Sur un plan plus anecdotique, on peut aussi rappeler que Pierre Pascal, réfugié en Italie après 1945 et qui fut jusqu’à la fin de sa vie assez actif dans certains milieux évoliens, avait dans sa jeunesse été un proche collaborateur de Maurras. Mais il n’en est pas moins vrai que le royalisme maurrassien, tout empreint de positivisme au point que Maurras put être qualifié de "Jacobin blanc" par Georges Bernanos et Edouard Berth, diffère profondément de l’idée monarchique tel que la conçoit Evola.

Ce dernier s’affirmait avec hauteur un Gibelin, tandis que Maurras était un Guelfe. Evola ne faisait guère la différence entre la royauté et l’Empire, qu’il défendait avec la même vigueur, tandis que Maurras, conformément à la tradition française, voyait dans la "lutte contre l’Empire" le principal mérite de la dynastie capétienne. Evola a toujours manifesté à la fois de l’intérêt pour les doctrines orientales et de la sympathie pour l’Allemagne ou le Nord "hyperboréen", alors que Maurras le Provençal, comme Henri Massis, opposait radicalement l’Orient à l’Occident et n’avait que mépris pour les "Barbares" établis de l’autre côté du Rhin. En outre, Evola peut être considéré comme un théoricien des origines, puisqu’il rappelle sans cesse que le mot archè renvoie à la fois au plus ancien passé, à l’« archaïque », mais aussi à ce qui, de ce fait même, commande le présent. Maurras, au contraire, professe (de manière d’ailleurs assez paradoxale) un complet mépris des origines et ne s’intéresse aux grandes entreprises politiques qu’au travers de leur final accomplissement. Quant à leur conception de la politique, elle diffère elle aussi du tout au tout, Maurras (qui n’a jamais lu Evola) se réclamant de l’ "empirisme organisateur" et du "nationalisme intégral" là où Julius Evola (qui a lu Maurras) se réclame de la métaphysique et fait du nationalisme une critique féroce largement justifiée. »

Alain de Benoist, Entretien avec Marco Iacona à propos de Julius Evola

 

Nouvel entretien sur Julius Evola, Alain de Benoist avec Marco Iacona en Fichier PDF

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/07/2011

Le paradigme de tous les langages sociaux

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La publicité n’est pas seulement le vecteur d’une incitation à l’achat. Globalement, elle sert avant tout à entretenir l’idée que le bonheur, raison d’être de la présence au monde, se ramène ou se confond avec la consommation. Elle ne vise pas tant à valoriser un produit particulier qu’à valoriser l’acte d’achat dans sa généralité, c’est-à-dire le système des produits. La publicité incarne le langage de la marchandise, qui est en passe de s’instaurer comme le paradigme de tous les langages sociaux. »

Alain de Benoist, Critiques-Théoriques

 

15:01 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/07/2011

Hélas, c’est vous que vous fuyez, vous-mêmes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’expérience de 1914 ne vous a pas suffi ? Celle de 1940 ne vous servira d’ailleurs pas davantage. (…) Trente, soixante, cent millions de morts ne vous détourneraient pas de votre idée fixe : "Aller plus vite, par n’importe quel moyen." Aller vite ? Mais aller où ? (…) Oh ! dans la prochaine inévitable guerre, les tanks lance-flammes pourront cracher leur jet à deux mille mètres au lieu de cinquante, le visage de vos fils bouillir instantanément et leurs yeux sauter hors de l’orbite, chiens que vous êtes ! La paix venue, vous recommencerez à vous féliciter du progrès mécanique. Paris-Marseille en un quart d’heure, c’est formidable ! Car vos fils et vos filles peuvent crever, le grand problème à résoudre sera toujours de transporter vos viandes à la vitesse de l’éclair. Que fuyez-vous donc, imbéciles ? Hélas, c’est vous que vous fuyez, vous-mêmes — chacun de vous se fuit soi-même, comme s’il espérait courir assez vite pour sortir enfin de sa gaine de peau... »

Georges Bernanos, La France contre les Robots

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (16) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/07/2011

Comme l'écrivait Marx, "tout ce qui avait solidité et permanence s'en va en fumée et tout ce qui était sacré est profané"

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il apparaît en effet évident que l'accumulation du Capital (ou "Croissance") ne pourrait se poursuivre très longtemps si elle devait s'accommoder de l'austérité religieuse, du culte des valeurs familiales, de l'indifférence à la mode ou de l'idéal patriotique. Il suffit d'ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure pour constater, au contraire, que la "croissance" ne peut trouver ses bases psycho-idéologiques réelles que dans une culture de la consommation généralisée, c'est à dire dans cet imaginaire "permissif", "fashion" et "rebelle" dont l'apologie permanente est devenue la principale raison d'être de la nouvelle gauche (et qui constitue parallèlement le principe même de l'industrie du divertissement, de la publicité et du mensonge médiatique).

Comme le souligne Thomas Frank "c'est le monde des affaires qui, depuis les plateaux de télévision, et toujours sur le ton hystérique de l'insurrection culturelle, s'adresse à nous, choquant les gens simples, humiliant les croyants, corrompant les traditions et fracassant le patriarcat. C'est à cause de la nouvelle économie et de son culte pour la nouveauté et la créativité que nos banquiers se gargarisent d'être des révolutionnaires et que nos courtiers en bourse prétendent que la détention d'actions est une arme anticonformiste qui nous fait entrer dans le millénaire rock'n'roll."

C'est donc parce qu'une "économie de droite" ne peut fonctionner durablement qu'avec une "culture de gauche" que les dictatures libérales ne sauraient jamais avoir qu'une fonction historique limitée et provisoire : celle, en somme, de "remettre l'économie sur ses rails" en noyant éventuellement dans le sang (sur le modèle indonésien ou chilien) les différents obstacles politiques et syndicaux à l'accumulation du Capital.

A terme, c'est cependant le régime représentatif (dont l'ingénieux système électoral, fondé sur le principe de l'alternance unique, constitue l'un des verrous les plus efficaces contre la participation des classes populaires au jeu politique) qui apparaît comme le cadre juridique et politique le plus approprié au développement intégral d'une société spectaculaire et marchande ; autrement dit d'une société en mouvement perpétuel dans laquelle, comme l'écrivait Marx, "tout ce qui avait solidité et permanence s'en va en fumée et tout ce qui était sacré est profané". »

Jean-Claude Michéa, La double pensée, retour sur la question libérale

07:03 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/07/2011

En U.R.S.S., tout fonctionnaire d'un certain rang doit, avant de conquérir le poste qu'il occupe, noyer plusieurs dizaines de concurrents

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ayant vécu dans un pays où l'hostilité à l'égard du monde environnant est la philosophie officielle, où chaque écolier sait que la guerre (chaude ou froide) contre les pays "capitalistes" est conduite sans répit, nous sommes frappés par la quiétude insouciante de l'Occident, cet état d'esprit à la limite de la légèreté. Aussi bien informés que nous ayons cru l'être sur la vie occidentale, nous ne pouvions imaginer cela. Quand on constate cet état d'esprit chez l'homme de la rue, cela étonne. Quand il s'agit d'hommes d'État, on commence à avoir peur.

Essayez de comprendre quel genre d'hommes ils sont, me conseillaient mes amis. Avec ton acquis de bagnard, essaye de trouver à quel genre d'interrogatoire ils auraient craqué.

Je crains que les connaissances que j'ai acquises sur les hommes ne m'aient pas été, en l'occurrence, d'une grande utilité. Mes interlocuteurs n'avaient pas d'interrogatoires à craindre, et d'ailleurs la personnalité compte peu dans la politique moderne. Ce sont des appareils monstres qui fonctionnent à l'Est et à l'Ouest. Par la suite, j'ai rencontré des adjoints, des conseillers, des sénateurs et des membres du Congrès, ainsi que leurs états-majors. Mes conclusions n'étaient nullement optimistes. Ces gens avaient reçu une meilleure instruction que leurs homologues soviétiques, ils étaient incontestablement plus humains. Mais, de toute évidence, ils n'avaient pas l'expérience soviétique de la lutte pour survivre, lutte féroce qui se rit de toute morale.

En U.R.S.S., tout fonctionnaire d'un certain rang doit, avant de conquérir le poste qu'il occupe, noyer plusieurs dizaines de concurrents, sinon enjamber des cadavres, assimiler toutes les lois de la bassesse et de la perfidie. Nous sommes souvent stupéfaits de voir nos leaders soviétiques, sachant à peine lire et écrire, sans la moindre culture générale, souvent incapables de parler un russe correct, réussir à gouverner un immense empire et à terroriser le monde entier. Il n'y a là aucune énigme ; ce n'est pas la peine de chercher des éminences grises. Les leaders soviétiques n'ont, en réalité, besoin ni d'instruction ni de culture. Ces qualités ne pourraient que les gêner. Psychologiquement, typologiquement, ce sont des criminels, et la ruse et l'expérience sont les conditions de leur succès. Un "caïd" n'a nul besoin d'avoir lu Tolstoï ou Shakespeare pour terroriser la population de tout un camp. Cinquante ans de relations entre les pays démocratiques et l'U.R.S.S. reproduisent avec une fidélité frappante le tableau des rapports existant entre les "demi-sel" et les "caïds". Les premiers se faisant systématiquement gruger et piller dans les prisons de transfert.

Il y a en Occident une propension inouïe à l'exagération, la moindre anicroche prend des allures de catastrophe. Loin de moi l'idée d'imiter les Occidentaux et d'en rendre la presse responsable. Les journaux ne font qu'assouvir la soif de sensations de leurs lecteurs. Comme on dit chez nous, pourquoi s'en prendre au miroir si l'on a le visage de traviole ? Mais l'Occidental est sans doute fait de telle sorte qu'il ne se reproche jamais rien à lui-même. Cette idée lui paraît sacrilège, à la limite du complot contre la démocratie. Personne ne veut se rendre compte que la bonne moitié des "crises" sont dues à cette simple raison.

Étonnante faculté que l'homme a de projeter ses maux intérieurs dans le monde environnant, puis d'exiger une refonte de l'univers ! Tout comme un chiot qui guerroie avec sa queue. Celui qui souffre d'un complexe d'infériorité crie à la discrimination, le paranoïaque se lamente d'être persécuté. Si je ne suis pas bien, c'est la faute de ceux qui m'entourent. Les thèses de chacune de ces deux sociétés sont diamétralement opposées : en U.R.S.S., l'homme a systématiquement tort, l'État toujours raison. Ici, l'homme est persuadé qu'il a le droit d'être toujours heureux. S'il tombe malade, c'est que les bien-portants lui doivent des comptes, si l'on est pauvre, ce sont les riches qui en sont coupables. Égocentrisme purement infantile, refus tout aussi infantile d'accepter la moindre limitation. Un jour, les étudiants de mon collège de Cambridge se mutinèrent, ils occupèrent les bureaux et organisèrent un sit-in. La raison : l'un d'entre eux avait été puni pour avoir été grossier avec le personnel du bar et interdit d'entrée pendant un mois. Les gens se seraient tordus de rire en U.R.S.S. Ces étudiants auraient été exclus de l'université en cinq minutes, incorporés dans l'armée et auraient ensuite passé le reste de leur vie "à s'aguerrir dans le chaudron ouvrier" sans avoir le droit de reprendre leurs études.

Je crains que la notion de droit ne soit ici encore plus sommaire que chez l'homo sovieticus. Par exemple, la Constitution des États-Unis prévoit le droit de rechercher son bonheur. Il est difficile d'imaginer ce que cela peut signifier. Le bonheur, comme on sait, est un état fugitif et il est des hommes qui en sont organiquement incapables. En revanche, il en est chez qui l'aspiration au bonheur ne peut les conduire qu'à un conflit avec la société. À supposer que le bonheur d'un homme consiste à tuer sa femme, devra-t-on lui en adjuger le droit ?

Cet immobilisme, cette passivité, cette certitude de recevoir une aide venue de l'extérieur nous étonnent énormément, car, dès notre enfance, on nous a inculqué en Union soviétique que la société ne nous doit rien, qu'au contraire nous lui sommes redevables de tout. Prenons par exemple le fameux problème du chômage. Si l'on appliquait en U.R.S.S. les critères occidentaux on recenserait autant de chômeurs qu'en Occident, sinon plus. Pour commencer, l'État soviétique refuse a priori l'existence même de la notion de chômage. Il n'existe aucune agence pour l'emploi où l'on puisse s'inscrire. Il ne viendrait à personne l'idée de verser des allocations aux sans-travail. Le fameux "droit au travail" promulgué en U.R.S.S. ne signifie nullement que l'on puisse prétendre travailler dans le métier que l'on a. Il s'agit du droit au travail, pas d'un droit à l'exercice de son métier. Si un ajusteur ne trouve pas une place dans sa branche, il n'a qu'à devenir tourneur, chauffeur, ouvrier du bâtiment, manutentionnaire, éboueur... Cela ne concerne personne, mais si vous restez trop longtemps sans travail, vous êtes convoqué à la milice où l'on vous intime l'ordre de trouver une situation, en vous rappelant que le parasitisme est un délit. Si, un mois plus tard, vous êtes toujours sans emploi, vous êtes bon pour deux ans de prison. Dans les camps, on trouvera toujours à vous employer à l'abattage du bois ou aux grands chantiers du communisme. Car en U.R.S.S., "ceux qui ne travaillent pas ne mangent pas".

Voyons maintenant ce que représente le chômage en Occident. Tout le monde peut s'inscrire au chômage, même si, en réalité, l'intéressé travaille. La vérification est très difficile. On indique soi-même son métier, ou l'on se réfère à ses emplois précédents. Il n'est pas important de savoir que vous avez pu être licencié pour incompétence. Par la suite, on vous fera des offres d'emplois dans la branche choisie, et il vous appartiendra de les accepter ou de les refuser. Cela peut durer des mois et des mois. Pendant ce temps, vous continuez à recevoir des allocations. Si les conditions du nouvel emploi que l'on vous propose sont moins bonnes que celles du précédent, vous êtes parfaitement en droit de le refuser. Il va de soi que l'on doit vous faire des offres d'emploi pour la région que vous habitez et non à l'autre bout du pays. Ajoutez à cela les jeunes sortant des écoles et qui viennent chaque année gonfler les rangs des chômeurs, les étudiants qui s'inscrivent au chômage pour la période des vacances, un certain nombre de parasites de métier qui n'ont jamais eu la moindre velléité de travailler et vous comprendrez ce que représente le chômage en Occident. Maintenant, dites-moi où se trouve le socialisme, comment on peut le distinguer du capitalisme ?

Il importe peu de savoir qui est au gouvernement, les socialistes ou un autre parti. Le processus de socialisation se déroule avec une incroyable rapidité, car le socialisme est devenu partie intégrante de la mentalité occidentale, il s'est assimilé aux tissus vivants du monde moderne. Il suffit de lire les journaux, de quelque tendance que ce soit, pour s'apercevoir que désormais les entreprises n'existent plus pour produire. Leur principale raison d'être est de créer des emplois. L'entreprise peut ainsi se permettre de ne pas être productive, ou de ne sortir que de la camelote.

Il n'y avait là pour moi rien de bien nouveau. Quand j'étais en prison, j'avais lu une fois dans les journaux que des ouvriers, quelque part en Europe, avaient occupé leur usine parce que leur patron avait l'intention de la liquider. Elle ne faisait plus de profits. Le patron ayant porté plainte, la police déclara qu'elle n'avait pas à se mêler de cette affaire, car il n'y avait pas de délit. Je n'en croyais pas mes yeux. Ainsi, lorsqu'un voleur vous fait les poches, c'est un crime, mais si l'on vous vole une usine, c'est dans l'ordre des choses. Plus tard, je faisais part de ma perplexité à un jeune diplomate que l'on ne pouvait soupçonner d'être prosocialiste. "Vous ne comprenez donc pas, me répondit-il, il s'agit des emplois de ces ouvriers, de leur lieu de travail. Cela leur donne tous les droits".

Cette explication ne me parut pas satisfaisante, et je continue toujours à ne pas comprendre cette étrange logique. Si une femme de ménage vient travailler chez moi une fois par semaine, a-t-elle le droit de disposer des lieux ? Peut-elle occuper mon appartement et refuser de s'en aller si, pour une raison ou pour une autre, je dois renoncer à ses services ? La police dirait-elle encore qu'il n'y a pas de délit, qu'il s'agit d'un simple conflit du travail ?

Il serait vain de chercher de la logique dans tout cela. La logique cesse d'exister là où commence l'idéologie, en l'occurrence, l'idéologie socialiste. Bref, de toutes les justifications que nous nous trouvons, délibérément ou inconsciemment, les idéologies de masse sont les plus méprisables. Elles font de l'humanité un troupeau de moutons. Et de toutes les idéologies de masse, le socialisme est la plus dangereuse, car elle libère l'homme de toute responsabilité. Par exemple, ce serait malgré lui que l'homme deviendrait alcoolique, drogué ou bourreau. C'est la société, le milieu social qui en sont tenus responsables.

Je ne comprends pas pourquoi Marx a décidé de but en blanc que les ouvriers sont enclins aux révolutions, que "le prolétariat n'a rien à perdre sauf ses chaînes". Bien au contraire, cette couche de la société est la plus inerte, elle cède facilement ses libertés pour se sentir sécurisée.

Le mouvement ouvrier, très orageux à ses débuts, a conduit à la création de l'État-Providence. Une répartition bien plus équitable des richesses a été obtenue, tout un système de garanties sociales mis en place. Pratiquement parlant, le socialisme, dans la mesure où il est humainement possible, a été construit en Occident. Cela a entraîné certaines conséquences regrettables. L'efficacité de l'économie, la qualité du travail ont eu à en souffrir, le système économique dans son ensemble a été déstabilisé. Le travail en tant que tel, surtout s'il est automatisé à l'extrême comme dans la société industrielle moderne, n'est nullement un plaisir. L'apparition d'éléments très importants de socialisme et de garanties sociales a supprimé toute motivation. Que l'on travaille bien ou mal, ou pas du tout, votre niveau de vie n'en est pratiquement pas affecté.

L'égalité est un état artificiel qui demande à être constamment entretenu d'une manière artificielle. Les hommes ne sont pas égaux par définition. Aussi le maintien de l'égalité coûte-t-il des sommes immenses, c'est un très lourd fardeau sur les épaules de ceux qui travaillent, des plus doués. Ce principe ne fait que dépraver encore plus les fainéants, contribue à l'apparition du climat de parasitisme dont j'ai déjà parlé. Une force organisée est indispensable pour entretenir cette égalité, et cette force manifeste dans la société des tendances dominatrices, aspire à échapper à tout contrôle.

Comme toute institution sociale, elle a tendance à mener une existence indépendante des problèmes qui l'ont engendrée, à poursuivre des objectifs qui ne sont déterminés que par le fait même de son existence. Cela s'applique à la bureaucratie en plein essor, à la bureaucratie des syndicats en particulier. Nous oublions que le socialisme, en vertu même de ses principes, ne se consacre pas à la protection des droits de l'individu. Au contraire, conformément à cette idéologie, les intérêts de l'homme sont sacrifiés à ceux du bien commun. Si les syndicats occidentaux sont indépendants de l'État, on ne saurait les considérer comme libres, car l'homme n'est pas libre de décider d'y adhérer, ou de ne pas y adhérer, il devient dangereux de voter contre une grève proposée par la direction syndicale. Bref, l'homme sacrifie de plus en plus sa liberté à la sécurisation.

Paradoxalement, l'homme n'obtient ni le bien-être ni la sécurisation. Bien au contraire, car le système est tout, sauf stable. L'économie est sur une pente glissante, le niveau de vie est en train de chuter. L'entreprise se trouve prise entre deux feux, fait faillite, puis, pour sauver les emplois, il ne reste plus qu'à la nationaliser, ce qui revient à la réduire à un état de carence et de non-rentabilité chroniques. L'État n'a que la solution d'alourdir la fiscalité, c'est-à-dire de saper la rentabilité des entreprises restées saines.

Certains lecteurs pourraient conclure que je prends au sérieux tous ces "ismes", voire que je me fais l'avocat du capitalisme que je considérerais comme une panacée. Cela est tout à fait faux. Je vois simplement autour de moi que le socialisme suscite d'immenses sympathies ; qu'il est pris pour un bien. Au fond, personne ne sait au juste ce qu'est le socialisme. Il y a autant de socialismes que de socialistes. Je suis très perplexe quand je vois par le monde tant de gens persuadés qu'il est possible de résoudre tous les problèmes par un simple remaniement des structures sociales.

Il est possible d'abolir l'argent, de détruire les objets de luxe, de soumettre à un rationnement draconien les produits d'alimentation et les objets de première nécessité, il est possible de faire vivre toute l'humanité dans des baraquements rigoureusement identiques, de répartir au sort les maris et les femmes, bref il est possible de réduire l'humanité à un état animal en voulant obtenir l'égalité à tout prix. C'est une entreprise vouée à l'échec. L'homme trouvera toujours le moyen de sortir du rang, fatalement les hommes conviendront d'une valeur ou d'un bien qui ne pourrait être réparti à part égale entre tous et qui sera à la source de l'inégalité. Le seul et unique résultat de cette monstrueuse expérience serait d'engendrer une inégalité et une corruption sans précédent, car dans ces conditions le moindre des privilèges serait perçu comme une inégalité révoltante. Il ne saurait être question de fraternité. La police secrète a besoin d'effectifs astronomiques pour maintenir un nivellement de ce genre.

Les Occidentaux préfèrent éviter de réfléchir à l'expérience soviétique, ils évitent de l'analyser. On estime que c'est un modèle "altéré", impur. Absolument pas. La direction soviétique a toujours agi conformément à la théorie, dans les intérêts des travailleurs. Nos leaders avaient simplement plus de suite dans les idées que ceux qui les avaient précédés ou qui ont suivi leur exemple. Les échecs ne les faisaient pas désespérer, au contraire ils réagissaient en adoptant une ligne encore plus orthodoxe. Je crois que seuls les Khmers rouges ont fait preuve d'une obstination encore plus grande, mais leur règne a été bref. Les résultats obtenus en U.R.S.S. sont bien plus intéressants. En soixante-deux ans d'existence, le pouvoir soviétique n'a pas réussi à éteindre l'instinct de propriété, quoique les véhicules de cet instinct aient été exterminés physiquement ou continuent à être persécutés. Cet objectif est aussi difficile à atteindre que d'essayer de détruire tous ceux qui ont le nez camus ou les yeux bleus. Au contraire, l'instinct de propriété s'est manifesté avec une intensité inusitée précisément chez ceux qui, semble-t-il, devaient être immunisés. L'expérience soviétique a permis une conclusion tout à fait inattendue : nous avons pu constater que les biens, la propriété, ne sont nullement une valeur matérielle, mais au contraire spirituelle. Pour l'immense majorité, c'est plus exactement un moyen d'expression, de réalisation de soi. On ne peut s'attendre à ce que le grand nombre trouve sa réalisation dans les arts ou les sciences, il faut, enfin, comprendre tous ceux que ces occupations n'intéressent pas. D'ailleurs, même parmi les artistes et les chercheurs, il est rare de trouver des fanatiques qui n'ont besoin de rien, qui se contentent du seul exercice de leur métier.

Je doute que, parmi tous les jeunes qui partent à l'assaut des centrales nucléaires au nom du socialisme, il s'en trouve un seul qui se rende compte de l'incompatibilité entre la foi en l'équilibre écologique et le socialisme, qui sache que l'idée du socialisme est entièrement contre nature, qu'elle se fonde sur la soi-disant possibilité pour l'homme de reconstruire le monde, de corriger les imperfections de la nature.

Jamais je n'ai réussi à comprendre les socialistes. Seul quelqu'un qui vit de fantasmes et non de l'observation réelle de l'être humain peut croire que les hommes sont égaux (ou aspirent à l'être). Même des jumeaux vrais qui ont été éduqués et formés ensemble ne sont pas tout à fait égaux. Et puis, pourquoi aspirer à l'égalité ? Serait-il intéressant de vivre dans un univers d'êtres qui soient tous pareils ? Pourquoi faut-il avoir des réactions aussi maladives face à l'inégalité matérielle ? »

Vladimir Boukovski, Cette lancinante douleur de la liberté

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/07/2011

On ne peut nier que les personnalités s'affaiblissent à l'Ouest, tandis qu'à l'Est elles ne cessent de devenir plus fermes et plus fortes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il est universellement admis que l'Ouest montre la voie au monde entier vers le développement économique réussi, même si dans les dernières années il a pu être sérieusement entamé par une inflation chaotique. Et pourtant, beaucoup d'hommes à l'Ouest ne sont pas satisfaits de la société dans laquelle ils vivent. Ils la méprisent, ou l'accusent de plus être au niveau de maturité requis par l'humanité. Et beaucoup sont amenés à glisser vers le socialisme, ce qui est une tentation fausse et dangereuse. J'espère que personne ici présent ne me suspectera de vouloir exprimer une critique du système occidental dans l'idée de suggérer le socialisme comme alternative. Non, pour avoir connu un pays où le socialisme a été mis en œuvre, je ne me prononcerai pas en faveur d'une telle alternative. (...) Mais si l'on me demandait si, en retour, je pourrais proposer l'Ouest, en son état actuel, comme modèle pour mon pays, il me faudrait en toute honnêteté répondre par la négative. Non, je ne prendrais pas votre société comme modèle pour la transformation de la mienne. On ne peut nier que les personnalités s'affaiblissent à l'Ouest, tandis qu'à l'Est elles ne cessent de devenir plus fermes et plus fortes. Bien sûr, une société ne peut rester dans des abîmes d'anarchie, comme c'est le cas dans mon pays. Mais il est tout aussi avilissant pour elle de rester dans un état affadi et sans âme de légalisme, comme c'est le cas de la vôtre. Après avoir souffert pendant des décennies de violence et d'oppression, l'âme humaine aspire à des choses plus élevées, plus brûlantes, plus pures que celles offertes aujourd'hui par les habitudes d'une société massifiée, forgées par l'invasion révoltante de publicités commerciales, par l'abrutissement télévisuel, et par une musique intolérable. »

Alexandre Soljenitsyne, Le Déclin du courage, Discours de Harvard, 8 juin 1978

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/07/2011

Cette glace pénétrait ses membres et le brûlait comme l'amour d'un Dieu d'une exaltation lucide et passionnée qui le laissait sans force

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il lui fallait maintenant s'enfoncer dans la mer chaude, se perdre pour se retrouver, nager dans la lune et la tiédeur pour que se taise ce qui en lui restait du passé et que naisse le chant profond de son bonheur. Il se dévêtit, descendit quelques rochers et entra dans la mer. Elle était chaude comme un corps, fuyait le long de son bras, et se collait à ses jambes d'une étreinte insaisissable et toujours présente. Lui, nageait régulièrement et sentait les muscles de son dos rythmer son mouvement. A chaque fois qu'il levait un bras, il lançait sur la mer immense des gouttes d'argent en volées, figurant, devant le ciel muet et vivant, les semailles splendides d'une moisson de bonheur. Puis le bras replongeait et, comme un soc vigoureux, labourait, fendant les eaux en deux pour y prendre un nouvel appui et une espérance plus jeune. Derrière lui, au battement de ses pieds, naissait un bouillonnement d'écume, en même temps qu'un bruit d'eau clapotante, étrangement clair dans la solitude et le silence de la nuit. A sentir sa cadence et sa vigueur, une exaltation le prenait, il avançait plus vite et bientôt il se trouva loin des côtes, seul au coeur de la nuit et du monde. Il songea soudain à la profondeur qui s'étendait sous ses pieds et arrêta son mouvement. Tout ce qu'il avait sous lui l'attirait comme le visage d'un monde inconnu, le prolongement de cette nuit qui le rendait à lui-même, le coeur d'eau et de sel d'une vie encore inexplorée. Une tentation lui vint qu'il repoussa aussitôt dans une grande joie du corps. Il nagea plus fort et plus avant. Merveilleusement las, il retourna vers la rive. A ce moment il entra soudain dans un courant glacé et fut obligé de s'arrêter, claquant les dents et les gestes désaccordés. Cette surprise de la mer le laissait émerveillé. Cette glace pénétrait ses membres et le brûlait comme l'amour d'un Dieu d'une exaltation lucide et passionnée qui le laissait sans force. Il revint plus péniblement et sur le rivage, face au ciel et à la mer, il s'habilla en claquant des dents et en riant de bonheur. »

Albert Camus, La Mort heureuse

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/07/2011

Une classe d'intellectuels sans maître ni drapeaux

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Sur les décombres de l'Occident, où vont camper les guerriers Yankees et Mongols, il va naître, comme une herbe folle et envahissante, une classe d'intellectuels sans maître ni drapeaux, consciente de son inutilité et de sa force. Et l'Europe va devenir leur désert des quarante jours, le temple en ruine de leur noviciat spirituel. »

Raymond Abellio, Les yeux d'Ezéchiel sont ouverts

 

Merci à Cougar

13:48 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Cet effacement progressif des relations humaines

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

J'ai à nouveau feuilleté, hier, Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq. Le long parcours du narrateur est une démonstration psychologique du constat d’échec. Une description méticuleuse de l’état mental post-moderne qui ne laisse rien présager de bon pour l’avenir de l’humanité. Dans un style froid, désabusé, clinique, comme la description détachée d’une expérience bien cruelle en cours, Houellebecq nous passe sous son œil scrutateur et n’épargne pas son observation aucun détail douloureux. Il élabore une théorie du libéralisme économique et, forcément, sexuel qui dévoile avec violence le nœud du problème de tout ce que ses détracteurs ont pu lui reprocher. Dès ce livre, son premier, il affirme que l’époque étant plate, l’écrivain se doit d’élaborer un style plat pour la pénétrer de l’intérieur et la décrire à sa juste mesure.

« Cet effacement progressif des relations humaines n’est pas sans poser certains problèmes au roman. Comment en effet entreprendrait-on la narration de ces passions fougueuses, s’étalant sur plusieurs années, faisant parfois sentir leurs effets sur plusieurs générations ? Nous sommes loin des Hauts de Hurlevent, c’est le moins qu’on puisse dire. La forme romanesque n’est pas conçue pour peindre l’indifférence, ni le néant ; il faudrait inventer une articulation plus plate, plus concise et plus morne. »

Et cette façon de dire des choses essentielles avec une dérision désespérée, un ton qui, en fin de paragraphe, est un soupire de dépit face à notre condition.

« Le lendemain, au petit déjeuner, il a longuement considéré son bol de Nesquik ; et puis, d’un ton presque rêveur, il a soupiré : "Putain, j’ai vint-huit ans et je suis toujours puceau !..." Je m’en suis quand même étonné ; il m’a alors expliqué qu’un reste d’orgueil l’avait toujours empêché d’aller aux putes. Je l’en ai blâmé ; peut-être un peu vivement, car il a tenu à me réexpliquer son point de vue le soir même, juste avant de partir à Paris pour le week-end. Nous étions sur le parking de la direction départementale de l’Agriculture ; les réverbères répandaient un halo jaunpatre assez déplaisant ; l’air était humide et froid. Il a dit : "Tu comprends, j’ai fait mon calcul ; j’ai de quoi me payer une pute par semaine ; le samedi soir, ça serait bien. Je finirai peut-être par le faire. Mais je sais que certains hommes peuvent avoir la même chose gratuitement, et en plus avec de l’amour. Je préfère essayer ; pour l’instant, je préfère encore essayer."
Je n’ai évidemment rien pu lui répondre ; mais je suis rentré à mon hôtel assez pensif. Décidément, me disais-je, dans nos sociétés, le sexe représente bel et bien un second système de différenciation, tout à fait indépendant de l’argent ; et il se comporte comme un système de différenciation au moins aussi impitoyable. Les effets de ces deux systèmes sont d’ailleurs strictement équivalents. Tout comme le libéralisme économique sans frein, et pour des raisons analogues, le libéralisme sexuel produit des phénomènes de paupérisation absolue. Certains font l’amour tous les jour ; d’autres cinq ou six fois dans leur vie, ou jamais. Certains font l’amour avec des dizaine de femmes ; d’autres avec aucune. C’est ce qu’on appelle la « loi du marché ». Dans un système économique où le licenciement est prohibé, chacun réussit plus ou moins à trouver sa place. Dans un système sexuel où l’adultère est prohibé, chacun réussit plus ou moinsà trouver son compagnon de lit. En système économique parfaitement libéral, certains accumulent des fortunes considérables ; d’autres croupissent dans le chômage et la misère. En système sexuel parfaitement libéral, certains ont une vie érotique variée et excitante ; d’autres sont réduits à la masturbation et la solitude. Le libéralisme économique c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société. Sur le plan économique, Raphaël Tisserand appartient au camp des vainqueurs ; sur le plan sexuel, à celui des vaincus. Certains gagnent sur les deux tableaux ; d’autres perdent sur les deux. Les entreprises se disputent certains jeunes diplômés ; les femmes se disputent certains jeunes hommes ; les hommes se disputent certaines jeunes femmes ; le trouble et l’agitation sont considérables. »

Rats de laboratoire que nous sommes. C’est là un des cercles de l’enfer que décrit Houellebecq, un « laboratoire de catastrophe générale » dirait Dantec. Il n’est guère surprenant que ces deux écrivains aient déchainé à ce point les aigreurs et les ressentiments avant même que l’un d’entre eux ait l’envie de dialoguer avec « les identitaires » et que l’autre en vienne à clamer que l’islam était « la religion la plus con du monde ». ils touchent là où ça fait mal, pile sur les plaies purulentes que personne ne veut soupçonner. Houellebecq le fait avec une certaine froideur scientifique probablement due à sa formation, là où Dantec le fait en autodidacte bordélique, un peu comme votre serviteur, avec des fulgurances bien plus parlantes que les postulats sociologiques d’un triste Soral, par exemple. Mais revenons à Houellebecq, voulez-vous ?

« Je retrouvai mon appartement sans réel enthousiasme ; le courrier se limtait à un appel de règlement pour une conversation téléphonique érotique (Natacha, le râle en direct) et à une longue lettre des Trois Suisses m’informant de la mise en place d’un service télématique de commandes simplifiées, le Chouchoutel. En ma qualité de client privilégié, je pouvais d’ores et déjà en bénéficier ; toute l’équipe informatique (photos en médaillon) avait travaillé d’arrache-pied pour que le service soit opérationnel pour Noël ; dès maintenant, la directrice commerciale des Trois Suisses était donc heureuse de pouvoir m’attribuer personnellement un code Chouchou. Le compteur d’appels de mon répondeur indiquait le chiffre 1, ce qui me surprit quelque peu ; mais il devait s’agir d’une erreur. En réponse à mon message, une voix féminine lasse et méprisante avait lâché : "Pauvre imbécile…" avant de raccrocher. Bref, rien ne me retenait à Paris.
De toute façon, j’avais assez envie d’aller en Vendée. La Vendée me rappelait de nombreux souvenirs de vacances (plutôt mauvais du reste, mais c’est toujours ça). J’en avais retracé quelques-uns sous le couvert d’une fiction animalière intitulée Dialogues d’un teckel et d’un caniche, qu’on pourrait qualifier d’autoportrait adolescent. Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, l’un des chiens faisait lecture à son compagnon d’un manuscrit découvert dans le bureau à cylindre de son jeune maître :
"L’an dernier, aux alentours du 23 août, je me promenais sur la plage des Sables-d’Olonne, accompagné de mon caniche. Alors que mon compagnon quadrupède semblait jouir sans contrainte des mouvements de l’air marin et de l’éclat du soleil (particulièrement vif et délicieux en cette fin de matinée), je ne pouvais empêcher l’étau de la réflexion d’enserrer mon front translucide, et, accablée par le poids d’un fardeau trop pesant, ma tête retombait tristement sur ma poitrine. En cette occurrence, je m’arrêtai devant une jeune fille qui pouvait avoir environ quatorze ans. Elle jouait au badminton avec son père, ou à quelque autre jeu qui se joue avec des raquettes et un volant. Son habillement portait les marques de la simplicité la plus franche, puisqu’elle était en maillot de bain, et de surcroît les seins nus. Pourtant, et à ce stade on ne peut que s’incliner devant tant de persévérance, toute son attitude manifestait le déploiement d’une tentative de séduction ininterrompue. Le mouvement ascendant de ses bras au moment où elle ratait la balle, s’il avait l’avantage accessoire de porter en avant les deux globes ocracés constituant une poitrine déjà plus que naissante, s’accompagnait surtout d’un sourire à la fois amusé et désolé, finalement plein d’une intense joie de vivre, qu’elle dédiait manifestement à tous les adolescents mâles croissant dans un rayon de cinquante mètres. Et ceci, notons-le bien, en plein cœur d’une activité à caractère éminemment sportif et familial.
Son petit manège n’allait d’ailleurs pas sans produire ses effets, je ne fus pas long à m’en rendre compte : arrivés près d’elle les garçons balançaient horizontalement le thorax, et le cisaillement cadencé de leur démarche se ralentissait dans des proportions notables. Tournant la tête vers eux d’un mouvement vif qui provoquait dans sa chevelure comme un ébouriffement temporaire non dénué d’une grâce mutine, elle gratifiait alors ses proies les plus intéressantes d’un bref sourire aussitôt contredit par un mouvement non moins charmant visant cette fois à frapper le volant en plein centre.
Ainsi, je me voyais une fois de plus ramené à un sujet de méditation qui n’a cessé depuis des années de hanter mes pensées : pourquoi les garçons et les filles, un certain âge une fois atteint, passent-ils réciproquement leur temps à se draguer et à se séduire ?
Certains diront, d’une voix gracieuse : "C’est l’éveil du désir sexuel, ni plus ni moins, voilà tout." Je comprends ce point de vue ; je l’ai moi-même longtemps partagé. Il peut se targuer de mobiliser à ses côtés les multiples linéaments de pensée qui s’entrecroisent, gelée translucide, à notre horizon idéologique aussi bien que la robuste force centripète du bon sens. Il pourra donc sembler audacieux, voire suicidaire, de se heurter de plein fouet à ses bases incontournables." »

07:07 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/07/2011

Il n'est plus une juste cause en ce monde qui vaille la peine d'être servie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il n'est plus une juste cause en ce monde qui vaille la peine d'être servie car il n'y a, au bout du chemin, pour les imprudents attardés qui s'y sont engagés par élan d'honneur et du coeur, que ridicule et dérision au mieux, au plus mal, haine ou indifférence, mais estime et émotion jamais. Alors, cause pour cause, si l'on en ressent le besoin à des altitudes où l'on n'est plus rejoint ni compris, autant s'en inventer une qui ne serve à rien... »

Jean Raspail, Les Hussards

 

Merci à Cougar

12:49 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook