Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2009

Daniel Darc - La Pluie Qui Tombe

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Un Survivant...

07:00 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/05/2009

The Joe Perry Project - East Coast, West Coast

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=


Entre 1979 et 1984, Joe Perry n'a plus exercé ses talents au sein d'Aerosmith. Mais alors, que faisait-il ? Et bien il menait, dans un désordre sous came, un groupe qui, à défaut de remplir les stades comme sa formation initiale, a mis le feu dans les petites salles et les clubs des USA. De quoi survivre le temps que les membres d'Aerosmith se réconcilient et relancent, en sa compagnie, leur carrière avec le succès que l'on connaît...

Joe Perry Project - East Coast, West Coast

07:00 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/05/2009

Bob Dylan & Johnny Cash / Girl From The North Country

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

Grand moment... Bob Dylan et Johnny Cash interprètent Girl From The North Country...

 

Well, if you're travelin' in the north country fair,
Where the winds hit heavy on the borderline,
Remember me to one who lives there.
She once was a true love of mine.

Please see for me if her hair hangs long,
If it rolls and flows all down her breast.
Please see for me if her hair hangs long,
That's the way I remember her best.

Well, if you go when the snowflakes storm,
When the rivers freeze and summer ends,
Please see if she's wearing a coat so warm,
To keep her from the howlin' winds.

So if you're travelin' in the north country fair,
Where the winds hit heavy on the borderline,
Remember me to one who lives there.
She once was a true love of mine.

 

07:06 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/05/2009

Bo Diddley, Muddy Waters, Little Walter - My Babe

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=


Certes... elle est très bien cette version par le King... blanche et fiévreuse... mais je lui préfère, de loin, cette version sublime de négritude par Bo Diddley, Muddy Waters et Little Walter que m'a fait découvrir mon frère des 1000 et 1 guerres psychiques, Bro' Vince...

Laissons une partie de la réacosphère se renfrogner dans ses crispations racistes et écoutons en sirotant un bon Jack Daniel's...

17:45 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/05/2009

Doyle Bramhall II - Green Light Girl

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Doyle Bramhall II, fils de Doyle Bramhall père, n'est pas seulement le guitariste chanteur d'ARC ANGELS. Il a été guitariste, aussi, de Roger Waters et, également, du grand Eric Clapton

 

Ici, avec Eric Clapton... 

Notez que la particularité de ce guitariste est d'être gaucher et de jouer avec une guitare de droitier dont il n'a pas inversé les cordes, du coup ses cordes sont à l'envers... de quoi embrouiller un guitariste normalement constitué quand il tente de déchiffrer son jeu flamboyant.

17:03 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/05/2009

Arc Angels - Too Many Ways To Fall

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=


17:00 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/05/2009

ARC ANGELS : Living in a dream

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=


 

Les Arc Angels reviennent... 

15:00 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/04/2009

Live : Lakini's Juice

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

LIVE, Lakini's Juice

 

it was an evening i shared with the sun
to find out where we belong
from the earliest days
we were dancing in the shadows
.
more wine 
cuz i got to have it
more skin 
cuz i got to eat it
.
inside the outside
by the river
used to be so calm 
used to be so sane
I rushed the lady's room
took the water from the toilet 
washed her feet and blessed her name
more peace
is such a dirty habit
.
slow down, we're too afraid
.
let me ride 
let me ride 
burn my eyes
let me ride

00:19 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/04/2009

No Quarter...

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

TOOL reprend magistralement Led Zeppelin... No Quarter

Spéciale dédicace à l'ami Spendius...

 

"Lock all the doors, and kill the lights.
No one's coming home tonight.
The sun beats down and don't you know?
All our lives are growing cold, oh...
They bring news that must get through.
To build a dream for me and you, oh.

Locked in a place where no one goes.

They ask no quarter
They have no quarter.

oh, hey, oh

Lock the door, kill the light
No one's coming home tonight

It's getting colder 
Locked in a place where no one goes.

Lock the door, kill the light
No one's coming home tonight

They bring news that must get through.
Dying peace in me and you

oh

Locked in a place where no one goes.

We have no quarter
We have no quarter
We ask no quarter"

 

Et l'originale... par Led Zeppelin... merci.

 

"Close the doors, put out the light
You know they won't be home tonight 
The snow falls hard and don't you know 
The winds of Thor are blowing cold
They're wearing steel that's bright and true
They carry news that must get through 

They choose the path where no-one goes
They hold no quarter,
They hold no quarter.
Oh...

Walking side by side with death
The devil mocks their every step
The snow drives back the foot that's slow
The dogs of doom are howling more
They carry news that must get through 
To build a dream for me and you
They choose the path that no one goes 
They hold no quarter, 
They ask no quarter,
They hold no quarter,
They ask no quarter...they think about no quarter...With no quarter quarter.
Oh No..."

22:08 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/04/2009

Mark Tschanz

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=  

 

Mark Tschanz a déjà composé un grand nombre de musiques pour des productions hollywoodiennes et des séries ou documentaires TV, mais lorsqu'il se consacre à sa propre musique, ça sonne aussi...


16:00 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/04/2009

Big & Rich

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

Ceux qui pensent que la Country Music est juste une musique de péquenauds et de conducteurs de camions 'ricains qui versent une larme en écoutant Dolly Parton devraient revoir leur copie...

 

18:44 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/03/2009

Pardonnez-leur Mozart car ils ne savent pas ce qu'ils font...

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

La Parole est à ma douce Irina...

------------------------------------------------------------

Vu, la semaine dernière, à l’Opéra de Massy, Cosi fan tutte , troisième et dernière collaboration entre Mozart et Lorenzo da Ponte (après Les noces de Figaro et Don Giovanni). Une interprétation irréprochable quoique assez différente et certainement moins pointue que celle que j’ai l’habitude d’écouter. Ceci dit, Cécile Perrin (Fiordiligi), Patricia Fernandez (Dorabella), Antonio Figueroa (Ferrando), Thomas Dolié (Guglielmo), Lydia Mayo (Despina), Luciano Di Pasquale (Don Alfonso) et les Choeurs lyriques de Saint-Etienne ainsi que le Chef de chœur Laurent Touche ont tous fait une excellente prestation.

 

Pourrais-je en dire autant de la mise en scène ?…

Luigi di Gangi et Ugo Giacomazzi signent une mise en scène qui veut transposer l’œuvre de Mozart dans les années 70 « se référant vaguement à cette période mythique, à ses idéaux, à ses grandes luttes sociales, où le rôle de la femme se transforme, où on affirme poursuivre la liberté des sentiments et où les concepts de couple, relation, mariage, jalousie, sont bouleversés. (…) Comme les alchimistes cherchaient à reproduire dans une éprouvette la chimie du comportement de la nature, nous, en tant que réalisateurs - alchimistes dans ce Così fan tutte, chercherons à pénétrer dans le lien entre microcosme et macrocosme, entre les plus petits soubresauts du quotidien et les mouvements qui règlent l’ordre universel, entre la chimie des sentiments et la métaphysique.»

Voici comment tout cela se concrétise :

Un personnage énigmatique, une espèce de clown triste, se mouvant étrangement, émettant des bruits bizarres, occupe la scène 4 bonnes minutes dans un silence pesant (on se demande si le public ne va pas siffler…) et « introduit » cette superbe ouverture que les fidèles de Mozart connaissent bien (on ne comprend pas bien à quoi ça rime, mais enfin). Ce personnage sera présent tout le long de l’opéra, faisant des apparitions que l’on ne remarque pas toujours immédiatement (di Gangi et Giacomazzi ont-il voulu représenter là un Mozart qui assisterait à une de ses représentations ? (petit rappel : Cosi avait été créé le 26 janvier 1790 et les représentations avaient été arrêtées brusquement en février 1790 après le décès de Joseph II : on ferma alors les théâtres en signe de deuil et quand les salles rouvrirent, Cosi était presque totalement oublié.)).

Et puis un écran géant sur scène projetant non-stop tantôt des images abstraites, tantôt des images érotiques rappelant le jeu de séduction/attraction/répulsion qui se joue durant ces deux actes.

Di Gangi et Giacomazzi habillent enfin la scène et les personnages de lumières de toutes sortes, un collier lumineux aux cous de ces dames (symbolisant l’amour et la fidélité intacts de leurs amants partis à la guerre), des enseignes de mots tels que « nuages » qui descendent du plafond, un objet étrange lumineux (très lumineux) symbolisant l’antidote « mesmérien » qui sauve les deux « étrangers » du poison qu’ils auraient avalé (Franz-Anton Mesmer, contemporain de Mozart, est fondateur de la théorie du magnétisme animal, aussi connue sous le nom de mesmérisme. En 1773 il entreprend son premier traitement sur la base des idées d'un fluide universel. Y aurait-il là une allusion à la franc-maçonnerie ? peut-être), et ainsi, toutes sortes de luminaires/décors habillent les deux actes de Cosi.

Il m’a fallu un peu de temps pour passer outre la mise en scène et ne me focaliser que sur l’interprétation et j’avoue que mon plaisir n’a pas été entier. Je ne comprends toujours pas « à quoi jouent » ces metteurs en scène, en quoi pensent-ils « enrichir » les œuvres de nos chers morts, nos chers génies, en quoi cette « touche personnelle » peut-elle mettre en valeur autre chose que leur propre ego ? Ne devraient-ils pas plutôt se mettre au service de Mozart, Molière ou Debussy (pour n’en citer que quelques uns) ? Ne devraient-ils pas être emplis d’humilité quand ils représentent ces chefs-d’œuvre ? Pourquoi ne peuvent-ils pas s’en empêcher ?! on pourrait y voir de la frustration.

À ce sujet, un excellent billet de Michel Onfray avait été mis en ligne sur son blog en février dernier et, comme disait Roland Barthes, « on échoue toujours à parler de ce qu’on aime » et là où j’échoue sans doute à parler de ce qui m’agace profondément, le sieur Onfray lui, y excelle (je dirais presque « comme d’habitude ! »).

Le voici (savourez) :

"DES NAINS JUCHES SUR DES GEANTS

Entre Caen et Argentan, alors que je rentre de mon cours à l’université populaire, j’écoute France Musique en voiture. Mes pensées divaguent dans la campagne normande. Un invité, dont je tairais le nom, (d’ailleurs le lendemain, jour d’écriture de cette chronique, je ne m’en souviens même plus après m’être promis pourtant de le mémoriser…), pontifie sur ses goûts. Peu importe d’ailleurs son patronyme sans importance, cet ego répandu dans la suffisance vaut comme symptôme de notre époque qui marche sur la tête.

Monsieur aime Don Giovanni de Mozart. D’ailleurs il l’a mis en scène et bientôt, rendez-vous compte, on pourra mesurer l’étendue de son génie à… Rouen. Péremptoire, Monsieur a fait sauter la dernière scène qui se présente comme un quintette vocal sublime parce qu’il n’aime pas les happy end et que la réconciliation des contraires du libertin désirée par le librettiste et le compositeur ne lui plaisent pas… Monsieur a remplacé le Commandeur, figure de la Loi, figure du Père, et, selon la volonté expresse de Mozart, fantôme du père de Dona Elvira tué par Don Juan lui même, par une femme nue… Monsieur a supprimé la damnation consubstantielle au drame lui-même et fait se suicider le héros par revolver, car il veut que Don Juan maîtrise son destin jusqu’au bout en décidant de sa mort…

Qui est ce Monsieur pour se permettre de corriger la copie de Mozart ? De tailler dans le vif du livret et de raturer la partition ? De mettre son goût et ses préférences en avant, au détriment d’un génie planétaire pris en otage par sa médiocrité ? Quelle est sa légitimité à traiter le grand librettiste et le sublime musicien comme des élèves d’une classe de primaire corrigés avec le crayon rouge de l’instituteur ? Qu’est-ce qui l’autorise à croire que sa volonté peut primer celle des gens qu’il est censé servir et dont il se sert comme un voyou ? Et que penser de ce mépris du public auquel on vend pour une œuvre de Mozart le sous-produit d’un minable ?

L’époque est désespérante à plus d’un titre. Mais elle est névrosée jusqu’à la moelle quand elle laisse libre cours à de quasi inconnus qui, non contents d’ignorer qu’ils n’égalent pas les génies qu’ils sont payés pour servir, affirment tout net qu’ils les dépassent en sabotant leur travail. La mise en scène semble souvent le refuge de médiocres qui, bouffis d’orgueil, remplis d’un ego surdimensionné, travaillés par le ressentiment de n’avoir pu être ni librettiste, ni compositeur, pensent qu’en massacrant le travail des autres, sous prétexte de propositions conceptuelles, ils surpassent ceux qu’ils ne parviendront jamais à égaler. Un nain juché sur les épaules d’un géant restera un nain. Mais notre époque vit de nains autoproclamés géants."

Et pour finir, je reprendrai ces mots de Onfray : époque en effet « désespérante et névrosée jusqu’à la moelle quand elle laisse libre cours à de quasi inconnus qui, non contents d’ignorer qu’ils n’égalent pas les génies qu’ils sont payés pour servir, affirment tout net qu’ils les dépassent en sabotant leur travail. »

Que cela ne vous dissuade surtout pas d’aller à l’opéra !

00:56 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (22) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/03/2009

Social Distortion, le 8 Juin 2009 au Bataclan à Paris

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Spéciale Dédicace à mon frère des 1000 et 1 guerres... Bro' Vince.

 

Social Distortion

 

Untitled

I'm heading down a lonely highway
I'm running down a one-way street
I wanna know are you going my way
is there some place quiet where we can meet
and friends they come and friends they go
but you were always by my side
And where it all ends I don't know
Don't cry no more just hold on tight
there was a time when I was desperate
Living in a town without a name
And when things got so dark and desolate
You taught me how to hide my shame
And kings and queens and millionaires
May never know what I have known
And thank the stars I'm the lucky one,
Thanks for the lessons that I have been shown


I feel rich, I feel power, and security
and when I'm weak, you are strong
Once in a lifetime, twice in eternity
And guess what? Nothing else matters anyways

 

Des punks qui ont d'excellentes fréquentations...


...avec Bruce Springsteen...

16:54 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/03/2009

Enjoy the Fab Four...

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

22 minutes... C'est court... ok... mais le son est aussi correct que le son de leurs albums de l'époque... et ça joue terriblement bien. Ringo Starr est un excellent batteur... il va bien falloir que le monde le reconnaisse, hmm ? Bon, on est à Stockholm... le 24 octobre 1963... à la radio, pour l'émission "Pop '63". En tout cas, les suédoises ont l'air bien contentes... ha !

Téléchargez les mp3... c'est gratuit.

 

01-Introduction.mp3

02-I Saw Her Standing There.mp3

03-From me to You.mp3

04-Money

05-Roll Over Beethoven.mp3

06-You Really got a hold on me.mp3

07-She Loves You

08-Twist and Shout.mp3

09-Interview.mp3

21:48 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/03/2009

Alain Bashung, repose en paix... Putain de crabe !

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=


Alain Bashung, 1947-2009

 

 

Il reste qui ? Y'a quelqu'un là ?

20:10 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook