25/09/2014

Faites-vous, de temps en temps, légère et irréelle

=--=Publié dans la Catégorie "Svetlana"=--=

 

« Écoutez-moi bien : je sais que le bonheur, ce que les autres nomment de ce nom, n'est qu'une scorie de cette vie où nous passons. Et je sais qu'une jeune fille comme vous est une image de cette vie. L'image de cette vie, qui n'a que des images pour nous toucher. Pensez, pensez avec votre coeur d'enfant à tout ce qui est contenu dans la chance que ces mots résument... Je ne dis pas que vous êtes encore une enfant. C'est parce que je vous vois une jeune fille fine, jolie, élégante, que je vous confie, un instant, à celle que vous n'êtes plus depuis si peu de temps.
Au lieu de vous ouvrir, de temps en temps, sans discontinuer, à l'avenir, faites-vous, de temps en temps, légère et irréelle comme lui, en portant votre vie présente à travers les pensées où vous l'attendiez encore. C'est un peu jouer en imagination à la poupée avec celle que vous êtes devenue. Vous verrez alors tout l'avenir se réunir à vous pour vous faire plus légère et enchanter comme dans une légende les faits de chaque jour qu'un regard positif suspendait bêtement à un emploi du temps. »

Joë Bousquet, Lettres à une jeune fille

 

07:00 Publié dans Svetlana | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/07/2014

Vivante à n’en plus finir

=--=Publié dans la Catégorie "Svetlana"=--=

 

« Vivante à n’en plus finir
Ou morte incarnation de la mémoire
De ton existence sans moi.
Je me suis brisé sur les rochers de mon corps »

Paul Éluard, L’Amour la poésie

 

05:00 Publié dans Svetlana | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/07/2014

Recéleuse du réel

=--=Publié dans la Catégorie "Svetlana"=--=

 

« Recéleuse du réel,
La crise et son rire de poubelle,
Le crucifiement hystérique
Et ses sentiers brûlés,
Le coup de cornes du feu,
Les menottes de la durée,
Le toucher masqué de pourriture,
Tous les bâillons du hurlement
Et des supplications d’aveugle.
Les pieuvres ont d’autres ordres à leur arc,
D’autres arcs-en-ciel dans les yeux.

Tu ne pleureras pas,
Tu ne videras pas cette besace de poussière
Et de félicités.
Tu vas d’un concret à un autre
Par le plus court chemin : celui des monstres. »

Paul Éluard, L’Amour la poésie

05:00 Publié dans Svetlana | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/06/2014

C'est toi qui a voulu coucher avec elle

=--=Publié dans la Catégorie "Svetlana"=--=

 

« Transformé en flocon de neige comme par
un ours polaire invisible
- pauvre con,
tu te retrouves assis
sur le pare-chocs de ses baisers
alors qu'elle conduit la voiture
jusqu'au coeur de la banquise. »

Richard Brautigan, Il pleut en amour

 

05:00 Publié dans Svetlana | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/05/2014

Une attente interminable, vaine

=--=Publié dans la Catégorie "Svetlana"=--=

 

« Bien souvent un amour n'est que l'association d'une image de jeune fille (qui sans cela nous eût été vite insupportable) avec les battements de coeur inséparables d'une attente interminable, vaine, et d'un lapin que la demoiselle nous a posé. »

Marcel Proust, La Prisonnière

 

05:15 Publié dans Svetlana | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/04/2014

L’amour qui me cuit

=--=Publié dans la Catégorie "Svetlana"=--=

 

« L’amour que je sens, l’amour qui me cuit,
Ce n’est pas l’amour chaste et platonique,
Sorbet à la neige avec un biscuit ;
C’est l’amour de chair, c’est un plat tonique.

Ce n’est pas l’amour des blondins pâlots
Dont le rêve flotte au ciel des estampes.
C’est l’amour qui rit parmi des sanglots
Et frappe à coups drus l’enclume des tempes.

C’est l’amour brûlant comme un feu grégeois.
C’est l’amour féroce et l’amour solide.
Surtout ce n’est pas l’amour des bourgeois.
Amour de bourgeois, jardin d’invalide.

Ce n’est pas non plus l’amour de roman,
Faux, prétentieux, avec une glose
De si, de pourquoi, de mais, de comment.
C’est l’amour tout simple et pas autre chose.

C’est l’amour vivant. C’est l’amour humain.
Je serai sincère et tu seras folle,
Mon coeur sur ton coeur, ma main dans ta main.
Et cela vaut mieux que leur faribole !

C’est l’amour puissant. C’est l’amour vermeil.
Je serai le flot, tu seras la dune.
Tu seras la terre, et moi le soleil.
Et cela vaut mieux que leur clair de lune ! »

Jean Richepin, Déclaration in "Les Caresses"

 

05:00 Publié dans Svetlana | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/04/2014

Avec certains êtres, très rares, il faudrait ne pas parler

=--=Publié dans la Catégorie "Svetlana"=--=

 

« Avec certains êtres, très rares, il faudrait ne pas parler. Il faudrait tout de suite être dans les bras, caresser le visage, les paupières, les joues, les lèvres, les effleurer d'un doigt, lentement d'abord, puis dans un baiser, passionnément. S'embrasser. S'étreindre. Les mots sont inutiles. Les mots viendraient plus tard confirmer ce que les corps ont su dès les premiers instants. »

Laurence Tardieu, Un temps fou

 

05:35 Publié dans Svetlana | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook