Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2019

Hubert-Félix Thiéfaine - Alligator 427

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

Alligators 427
Aux ailes de cachemire safran,
Je grille ma dernière cigarette.
Je vous attends.
Sur cette autoroute hystérique
Qui nous conduit chez les mutants,
J'ai troqué mon cœur contre une trique.
Je vous attends.
Je sais que vous avez la beauté destructive
Et le sourire vainqueur jusqu'au dernier soupir.
Je sais que vos mâchoires distillent l'agonie.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
À la queue de zinc et de sang,
Je m'tape une petite reniflette.
Je vous attends.
Dans cet étrange carnaval
On a vendu l'homo sapiens
Pour racheter du Neandertal.
Je vous attends.
Et les manufactures ont beau se recycler,
Y aura jamais assez de morphine pour tout le monde,
Surtout qu'à ce qu'on dit, vous aimez faire durer.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
Aux longs regards phosphorescents,
Je mouche mon nez, remonte mes chaussettes.
Je vous attends.
Et je bloque mes lendemains.
Je sais que les mouches s'apprêtent,
Autour des tables du festin.
Je vous attends.
Et j'attends que se dressent vos prochains charniers.
J'ai raté l'autre guerre pour la photographie.
J'espère que vos macchabées seront bien faisandés.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
Aux crocs venimeux et gluants,
Je donne un coup de brosse à mon squelette.
Je vous attends.
L'idiot du village fait la queue
Et tend sa carte d'adhérent
Pour prendre place dans le grand feu.
Je vous attends.
J'entends siffler le vent au-dessus des calvaires
Et je vois les vampires sortir de leurs cercueils
Pour venir saluer les anges nucléaires.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
Aux griffes d'or et de diamant,
Je sais que la ciguë est prête.
Je vous attends.
Je sais que dans votre alchimie,
L'atome ça vaut des travellers chèques
Et ça suffit comme alibi.
Je vous attends.
A l'ombre de vos centrales, je crache mon cancer.
Je cherche un nouveau nom pour ma métamorphose.
Je sais que mes enfants s'appelleront vers de terre.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
Au cerveau de jaspe et d'argent,
Il est temps de sonner la fête.
Je vous attends.
Vous avez le goût du grand art
Et sur mon compteur électrique,
J'ai le portrait du prince-ringard. Je vous attends.
Je sais que, désormais, vivre est un calembour.
La mort est devenue un état permanent.
Le monde est aux fantômes, aux hyènes et aux vautours.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Je vous attends.
Je vous attends.
Je vous attends.
Je vous attends.

13:05 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/08/2019

Hubert-Félix Thiéfaine - Affaire Rimbaud

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

La jambe de Rimbaud,
De retour à Marseille
Comme un affreux cargo
Chargé d'étrons vermeils,
Dérive en immondices
À travers les égouts.
La beauté fut assise
Un soir sur ce genou.
Horreur Harar Arthur,
Et tu l'as injuriée.
Horreur Harar Arthur
Tu l'as trouvée amère... la beauté

Une saison en enfer
Foudroie l'Abyssinie.
Ô sorcière, ô misère,
Ô haine, ô guerre, voici
Le temps des assassins
Que tu sponsorisas
En livrant tous tes flingues
Au royaume de Choa.
Horreur Harar Arthur, Ô Bentley, ô châteaux,
Horreur Harar Arthur,
Quelle âme, Arthur est... sans défaut ?

Les poètes aujourd'hui
Ont la farce plus tranquille
Quand ils chantent au profit
Des derniers Danâkil.
Juste une affaire d'honneur
Mouillée de quelques larmes
C'est quand même un des leurs
Qui fournissait les armes.
Horreur Harar Arthur,
T'es vraiment d'outre-tombe.
Horreur Harar Arthur
Et pas de commission.
Horreur Harar Arthur
Et pas de cresson bleu
Horreur Harar Arthur
Où la lumière pleut.

 

13:03 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/08/2019

Hubert-Félix Thiéfaine : Les dingues et les paumés (Live)

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

Les dingues et les paumés jouent avec leurs manies
Dans leurs chambres blindées, leurs fleurs sont carnivores
Et quand leurs monstres crient trop près de la sortie
Ils accouchent des scorpions et pleurent des mandragores
Et leurs aéroports se transforment en bunkers
À quatre heures du matin derrière un téléphone
Quand leurs voix qui s'appellent se changent en revolvers
Et s'invitent à calter en se gueulant come on

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue
Ils voient des rois-fantômes sur des flippers en ruine
Crachant l'amour-folie de leurs nuits-métropoles.
Ils croient voir venir Dieu ils relisent Hölderlin
Et retombent dans leurs bras glacés de baby-doll

Les dingues et les paumés se trainent chez les Borgia
Suivis d'un vieil écho jouant du rock 'n' roll
Puis s'enfoncent comme des rats dans leurs banlieues by night
Essayant d'accrocher un regard à leur khôl
Et lorsque leurs tumbas jouent à guichet fermé
Ils tournent dans un cachot avec la gueule en moins
Et sont comme les joueurs courant décapités
Ramasser leurs jetons chez les dealers du coin

Les dingues et les paumés s'arrachent leur placenta
Et se greffent un pavé à la place du cerveau
Puis s'offrent des mygales au bout d'un bazooka
En se faisant danser jusqu'au dernier mambo
Ce sont des loups frileux au bras d'une autre mort
Piétinant dans la boue les dernières fleurs du mal
Ils ont cru s'enivrer des chants de Maldoror
Et maintenant, ils s'écroulent dans leur ombre animale

Les dingues et les paumés sacrifient Don Quichotte
Sur l'autel enfumé de leurs fibres nerveuses
Puis ils disent à leur reine en riant du boycott
La solitude n'est plus une maladie honteuse
Reprends tes walkyries pour tes valseurs maso
Mon cheval écorché m'appelle au fond d'un bar
Et cet ange qui me gueule : viens chez moi, mon salaud
M'invite à faire danser l'aiguille de mon radar

13:05 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/08/2019

The Hawkins - Will & Testament

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

C'est ma chanson du moment... voilà... c'est ainsi... à écouter à fond, bien entendu, en lisant le texte...

 

 

Push me further down the halls.
I want to see something else than these white walls
And give me some other sound
than of the distinct steps of death walking around,
telling everyone to keep calm
and let him let them carry on

But this blood won't pump any faster through this heart
and it feels just like they're feeding me with hope from a straw

So give me time and time again
I want to be there with my friends
Give me one more day before the end,
I'm gonna finish everything
Because I ain't ready, I ain't ready to die today
I ain't ready, I ain't ready to die today

So bring me back to the start
where this morphine is worth nothing at all
And take the needle from my vains.
I just want to feel alive again
I am gonna rise up from this bed
and burn my last will and testament

And I say goodbye to every single piece of hair on my skin
and it feels just like I should provide a goodbye to everything

So doctor, doctor, give me time and time again
I want to be there with my friends
Give me one more day before the end,
I just want to say goodbye to them
Because I ain't ready, I ain't ready to die today
I ain't ready, I ain't ready to die today

So give me a place where I can see the earth and the trees,
where I'm not hooked up and torn apart by chemotherapy
Give me that moment in time
when this life was something worth dying for
but death was never in sight

I wanted time and time again
but cancer screwed it up my friend
It was my last will and testament
but death won't understand
That I ain't ready, I ain't ready to die today
I ain't ready, I ain't ready to die today

 

18:44 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/08/2019

VARSOVIE - Lydia Litvak

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Achetez leurs albums...

 

 

Rimmel en première ligne
Braqués sur la fenêtre
Tes regards font des vagues
À noyer tous les rats
Parmi la foule atroce
Aucune autre que toi
N’aura tant mis d’adresse
À ne pas disparaître

Tu veux du stress
Jusqu’à la garde
En Lavotchkine
T’en aller comme
Lydia Litvak
Et t’inscrire aussi loin

D’autres contraires
D’autres obstacles
En Lavotchkine
T’en aller comme
Lydia Litvak
Et t’inscrire aussi loin

Tu dis – je hais l’époque
Terne à se foutre en l’air
Les nerfs en quarantaine
Dans la sanction du soir
Les éclats que l’on rythme
À coup d’il est trop tard
Et les formes éteintes
À force d’inventaires

Tu veux du stress
Jusqu’à la garde
En Lavotchkine
T’en aller comme
Lydia Litvak
Et t’inscrire aussi loin

D’autres contraires
D’autres obstacles
En Lavotchkine
T’en aller comme
Lydia Litvak
Et t’inscrire aussi loin

 

18:06 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/06/2019

Gov't Mule - World Boss

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Gov't Mule

09:14 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/06/2019

Varsovie - Va dire à Sparte

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Achetez l'album...

 

 

Inapte aux heures de tes beaux jours
Va dire au vent d'hiver
D'emporter avec lui
Ce geste qui fut nous
Va dire aux étincelles va dire au fil de l'eau
Comment nous sommes partis
De rien jusqu'à tout prendre
L'attente au col d'un corridor
Pour unique exercice
Recompter jusqu'à dix
Espérer qu'on nous sorte
Va dire à Roncevaux va dire à Orléans
Comment tout s'est vanné
Dans un écart sous vide

Va dire aux amours mortes
Que rien ne meurt si bien
Que celui qui s'adapte
À l'idée qu'on s'en fait
Va dire à ces Cadets qui tombèrent sous les balles
Quels sons font les rafales
Qu'on nous vante aujourd'hui
Les moiteurs alcalines
De cent putains malades
D'un bordel-hôpital qu'on exploite à crédit
Rien ne tourne à demain sinon le point du jour
Où la beauté s'étrangle à nos cordes tendues

Relaps au feu du contre-jour
Va dire aux soirs d'automne
Qu'il ne tient qu'à l'averse
D'exaucer nos suppliques Va dire aux coups du sort
Va dire aux corps célestes
À Gérard de Nerval
Et sa tour abolie
L'attente au col du corridor
Pour unique exercice
Retenter jusqu'à dix
Espérer qu'on nous sorte
Va dire à Roncevaux
Va dire à Orléans
Comment tout s'est vanné
Dans un écart sous vide

Va dire aux amours mortes
Que rien ne meurt si bien
Que celui qui s'adapte
À l'idée qu'on s'en fait
Va dire à ces Cadets qui tombèrent sous les balles
Quels sons font les rafales
Qu'on nous vante aujourd'hui
Les moiteurs alcalines
De cent putains malades
D'un bordel-hôpital qu'on exploite à crédit
Rien ne tourne à demain sinon le point du jour
Où la beauté s'étrangle à nos cordes tendues

Va dire à Sparte aux temps qui restent à nos chairs disparues
Va dire au chœur qui nous servait par quel mal se distingue
La candeur du monarque
Sous le feu qui le flingue
Le sentiment d'avoir été mais n'avoir pas vécu

Que reste-t-il de l'étendard sans le joug qui l'excite
Ce territoire accidenté sur le bord de l’Europe
Cet autre toi mort à Verdun sous le soleil oblique
Ces mots d’amour sur le plancher quand on claquait la porte
Ces forteresses aux quatre vents tournées sur l’Atlantique
Trois camarades partis trop tôt sans l'invincible escorte
L'hémorragie qui t'a vu naître à la mélancolie
L'écorce vide et l'offertoire où l'esprit frappe encore
Et cette fille qui s'est perdue car tout s'écrit trop vite
Saura ton nom

Sœur à ton ombre

Tout cœur qui compte à la surface repousse un temps l'abîme
Tu t'inscriras tel qu'en toi-même à l'encre des récoltes
D'autres sont là prêts à se fendre attendant qu'on s'explique
Agir devant souffrir en ordre et soigner sa révolte

Va dire à Sparte
Nous n'avons conçu qu'un seul crime
Nous n'avons compté qu'un seul tir
Sous un cercle d'argent
Va dire à Sparte
S'il n'y a rien d'autre après la nuit
S'il n'y a rien d'autre que la nuit
Seuls nos actes en suspens
Va dire à Sparte
S'il n'y a rien d'autre que la nuit
S'il n'y a rien d'autre que la nuit
S'il n'y a rien d'autre que

Tout cœur qui compte à la surface repousse un temps l'abîme
Tu t'inscriras tel qu'en toi-même à l'encre des récoltes
D'autres sont là prêts à se fendre attendant qu'on s'explique
Agir devant souffrir en ordre et soigner sa révolte

 

22:59 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/06/2019

Rammstein - Ausländer

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 


Cliquez sur la photo...

22:23 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/05/2019

Joni Mitchell : Hejira (1976)

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

Joni Mitchell

 

Hejira

13:50 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/05/2019

Gustav Mahler : Symphony No. 3 in D-minor

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

16:48 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/05/2019

François Couperin : Leçons de Ténèbres

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

12:42 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/04/2019

Leonin : Viderunt Omnes

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

07:12 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Pérotin le Grand : Beata Viscera

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

Pérotin le Grand

00:05 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/03/2019

Rammstein - Deutschland

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Spéciale Dédicace à mon ami Larkens... 

Superbe clip de Rammstein... déjà polémique... regard sans concession porté sur leur pays l'Allemagne... chanson d'amour et de dégoût qui fait déjà jaser la bien pensance à cause des images chocs du clip alors qu’ils n’ont même pas tenté de se pencher sur le texte, comme d’habitude... préférant ne voir que les images liées à la Shoah... ou la représentation douteuse de l'Allemagne par une belle femme noire... 

"Allemagne, mon coeur en flammes
Je veux t'aimer et te damner
Allemagne, à la respiration froide
Si jeune et déjà si vieille
Allemagne !"

et plus loin...

"Allemagne – ton amour
est une malédiction et une bénédiction
Allemagne – mon amour
que je ne puis te donner
Allemagne !"

Mettez le Plein Ecran et montez le son... 

Tremblez, bobos !

 

Du (du hast, du hast, du hast, du hast)
Hast viel geweint (geweint, geweint, geweint, geweint)
Im Geist getrennt (getrennt, getrennt, getrennt, getrennt)
Im Herz vereint (vereint, vereint, vereint, vereint)
Wir (wir sind, wir sind, wir sind, wir sind)
Sind schon sehr lang zusammen (ihr seid, ihr seid, ihr seid, ihr seid)
Dein Atem kalt (so kalt, so kalt, so kalt, so kalt)
Das Herz in Flammen (so heiß, so heiß, so heiß, so heiß)
Du (du kannst, du kannst, du kannst, du kannst)
Ich (ich weiß, ich weiß, ich weiß, ich weiß)
Wir (wir sind, wir sind, wir sind, wir sind)
Ihr (ihr bleibt, ihr bleibt, ihr bleibt, ihr bleibt)

Deutschland – mein Herz in Flammen
Will dich lieben und verdammen
Deutschland – dein Atem kalt
So jung – und doch so alt
Deutschland!

Ich (du hast, du hast, du hast, du hast)
Ich will dich nie verlassen (du weinst, du weinst, du weinst, du weinst)
Man kann dich lieben (du liebst, du liebst, du liebst, du liebst)
Und will dich hassen (du hasst, du hasst, du hasst, du hasst)
Überheblich, überlegen
Übernehmen, übergeben
Überraschen, überfallen
Deutschland, Deutschland über allen

Deutschland – mein Herz in Flammen
Will dich lieben und verdammen
Deutschland – dein Atem kalt
So jung – und doch so alt
Deutschland – deine Liebe
Ist Fluch und Segen
Deutschland – meine Liebe
Kann ich dir nicht geben
Deutschland!
Deutschland!

Du
Ich
Wir
Ihr
Du (übermächtig, überflüssig)
Ich (Übermenschen, überdrüssig)
Wir (wer hoch steigt, der wird tief fallen)
Ihr (Deutschland, Deutschland über allen)

Deutschland – mein Herz in Flammen
Will dich lieben und verdammen
Deutschland – dein Atem kalt
So jung – und doch so alt
Deutschland – deine Liebe
Ist Fluch und Segen
Deutschland – meine Liebe
Kann ich dir nicht geben
Deutschland!

 

00:10 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/01/2019

Tori Amos - Precious Things (Live 1998)

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

06:00 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook