Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2016

Tout ici-bas naît et s'élève, et tout passe, les peuples comme les fleurs

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Des plaines fertiles s'étendent au loin sur les deux bords de la rivière ; on voit ça et là des collines et des monticules ; partout de jolis hameaux, des vergers, des maisons de campagne, des châteaux avec leurs tours et tourelles ; une culture très avancée, l'industrie et ses bienfaisants résultats. Je voyais en imagination l'état primitif de ces beaux rivages : la Saône roulant ses vagues dans le désert, au sein de ténébreuses forêts ; des hommes presque sauvages se cachant dans de profondes cavernes ou sous les branchages de chaînes séculaires. Quelle métamorphose !... Que de temps il a fallu pour faire effacer les traces de cet état primordial !
 Cependant il pourrait se faire, mes amis, qu'un jour ces mêmes lieux redevinssent déserts et sauvages. Un jour, à la place de ces jolies filles que j'aperçois sur le rivage occupées à peigner leurs chèvres au poil blanc, peut-être verra-t-on rôder des animaux féroces et rugissants comme dans les solitudes de l'Afrique ! Observez un peu les variations de la nature ; lisez l'histoire des nations ; allez en Syrie, en Egypte, en Grèce, et dites-moi si mon hypothèse est dénuée de vraisemblance ! Tout ici-bas naît et s'élève, et tout passe, les peuples comme les fleurs. Dés lors, qu'y aurait-il d'absurde à supposer que ce beau pays de France, si beau par son climat, par ses produits, par le génie de ses habitants, par ses arts et son industrie, puisse devenir dans la suite des siècles semblable à l'Egypte, telle que nous la voyons aujourd'hui ?
 Une chose me console. Si les nations périssent, le genre humain ne meurt pas. Un peuple est remplacé par un autre, et si l'Europe est condamnée à déchoir, eh bien ! on verra de nouvelles sociétés civiles surgir dans le nouveau monde ou ailleurs, et les sciences, les arts, l'industrie refleurir de plus belle dans ces lointains pays. Là où vécurent Homère et Phidias végètent aujourd'hui des ignorants et des barbares. D'autre part, le nord de l'Europe applaudit aux accents inspirés du chantre de la Messiade , et l'on voit Bonnet au pied du Jura, Kant à Koenigsberg, disputer à Platon la palme de la philosophie...»

Nikolaï Karamzine, Lettres d'un voyageur russe, en France, en Allemagne et en Suisse

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire