28/01/2012

Venice : Ask the Angels (Patti Smith Cover)

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

 

 

Moooooove !

Ask the angels who they're calling,
Go ask the angels if they're calling to thee
Ask the angels while they're falling
Who that person could possibly be

And I know you got the feeling,
You know, I feel it crawl across the floor
And I know it got you reelin'
And honey honey the call is for war
And it's wild wild wild wild.

Everybody got the feelin'
You know the feeling and it's stronger each day
Everybody wants to be reelin'
And baby baby I'll show you the way

And I know it's hard sometimes,
You got a piece and hit across the sky
And I know it's hard sometimes
And world war is the battle cry
And it's wild wild wild wild

Across the country through the fields
You know I see it written 'cross the sky
People rising from the highway
And war war is the battle cry
And it's wild wild wild wild.

Armageddon, it's gotten
No savior jailer can take it from me
World ending, it's just beginning
And rock and roll is what I'm born to be
And it's wild wild wild wild
Wild wild wild wild

Ask the angels if they're startin' to move
Comin' in droves in from L.A.
Ask the angels if they're starting to groove
Lightning as armor and it's today
It's wild wild wild wild
Wild wild wild wild

-----------------

* Eric James GUILLEMAIN : Vocals
* Mourad BAALI : Bass
* Franck SCHAACK : Drums
* Nebojsa CIRIC @lias Nebo : Guitar

-----------------

Enregistré en Janvier 2000 au Studio Ithaque, Senlis, France, par Francis Ruet, en conditions Live durant une répétition. 

23:51 Publié dans Musique : Rêve Vénitien... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/12/2011

Václav Havel

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

 

Au retour d'une excursion familiale, écrire, vite fait, une bafouille sur Václav Havel dont j'ai appris la mort, à 3h00/4h00 du matin peut sembler étrange... mais laissez-moi vous narrer rapidement la raison de mon choix, cette surprenante nécessité, cette urgence.

C'était à la fin de l'hiver 1993, au tout début du printemps. Entre le 18 mars de cette année et le 27 Mars, le groupe VENICE était en tournée en République Tchèque. En consultant les dates de concert du groupe...

18/03/93 Teplice (République Tchèque), Rock Club Knak
19/03/93 Prague(République Tchèque), Rock Club U Zovfalcu
20/03/93 Plzen (République Tchèque), Rock Club Divadlo Pod Lampou (enregistrement du concert en 16 pistes et mixage dans les jours qui suivent)
25/03/93 Koprivnick (République Tchèque), Rock club Nora
26/03/93 Zlin (République Tchèque), Rock Club Spusa
27/03/93 Jihlava (République Tchèque), Avangarda music club

...j'ai pu me remémorer un épisode marrant et difficile à croire de notre tournée, pourtant totalement authentique.


Entre le concert du 20 mars et celui du 25, nous avions eu 1 journée d'obligation artistico-professionnelle et 3 jours de libres. La journée d'obligation avait consisté à mixer le concert du 20 Mars. Concert redoutable, un des meilleurs que Venice ait jamais donné, dans une petite salle pleine à craquer, en ébullition, avec un public hystérique et des jolies filles cent fois plus "rock and roll" que toutes les rockeuses blasées franchouillardes réunies. Ce concert n'a jamais vu le jour officiellement à cause de la voix d'Eric qui était, simplement, 36 niveaux en dessous de tout. Le froid tchèque lui avait entamé les cordes vocales et malgré le fait qu'il ait donné, lui aussi, un de ses meilleurs concerts, nous avions pris la décision de ne pas sortir cet enregistrement afin de ne pas véhiculer une mauvaise image du groupe. Cela étant dit, nous avons toujours soupçonné le tourneur qui nous avait organisé cette série de concerts de l'avoir sorti dans notre dos et sans notre consentement. Si ça se trouve, il doit exister sur le marché "underground" tchèque un concert de VENICE qui fait son petit bonhomme de chemin et qui nous la met profond dans l'cul. Ce qui, personnellement, m'amuse beaucoup car j'ai une âme de pirate.
Les autres jours, nous les avions passés à nous balader dans Prague, en quête du Golem de Gustav Meyrink. Eric et moi-même, tout particulièrement, étions presque en lévitation et savourions chaque instant de notre présence au sein de cette Mittel Europa marquée par l'Histoire. Une charmante "road manageuse", nommée Abigail, nous accompagnait dans notre douce errance et nous servait de guide et de traductrice. Un soir, alors que nous étions en quête de quelque ripaille pour notre modeste bourse, nous atterrîmes dans une sorte de taverne enfumée, dans le vieux Prague, loin du centre ville. Une grande table accueillit notre dérive nocturne et c'est avec satisfaction que nous nous apprêtions à boire et manger. Je décidais d'aller aux toilettes pour me laver les mains et grande fut ma surprise de me retrouver face à un mastard de plus de deux mètres, taillé comme une armoire à glace, avec une oreillette et un costard de chez Smalto, planté devant les chiottes à faire la sentinelle. Il m'arrêta, me considéra dans les yeux, baragouina un truc en tchèque dans sa manche et me laissa passer. J'étais fatigué et je ne désirais pas en savoir d'avantage. J'allais pisser et me laver les mains (Dieu merci l'endroit était propre) et je retournais m'asseoir auprès de mes frères d'armes. Je ne désirais pas inquiéter la tablée et ne parlais pas de cette curieuse aventure. Une sorte de vigile devant les toilettes d'une taverne populaire de Prague, ma foi... pourquoi pas ?
Nous passâmes notre commande et conversions de choses et d'autres lorsque le maître de maison approcha et s'entretint avec notre chère guide, Abigail, qui aussitôt nous fit une traduction de ce qu'il avait dit : le Président de la République Tchèque, 
Václav Havel, était dans une pièce du fond, juste à côté des chiottes ! Il allait sortir d'ici à quelques instants et il nous fallait demeurer calmes et ne pas faire de mouvement brusques ou hausser la voix le temps de la dizaine de mètres qu'il allait parcourir pour sortir dehors car ses gardes du corps étaient un peu nerveux. Ceci expliquait le grand baraqué planté devant les WC. Durant la tyrannie communiste, cette taverne était un haut lieu de la résistance à la racaille rouge au pouvoir et Vaclav Havel avait pour habitude d'y venir souvent lorsque, dissident, il tentait de mettre au point diverses stratégies pour tenir tête aux dirigeants qui suçaient Moscou qui enculait les peuples des pays satellites. Le communisme étant mort, et bien que Václav Havel soit devenu président, il n'avait pas perdu l'habitude de venir consulter ses amis intellectuels restés dans l'ombre, éminences grises avec lesquelles il levait encore la coupe, probablement pour se détendre, aussi, les nerfs du stress qu'engendrait la fonction qui était la sienne.
Au bout de trois, quatre minutes, en effet, 
Václav Havel, sorti de derrière un rideau, encadré par ses gardes du corps qui parlaient tous aux manches de leurs vestes. Il s'avança, souriant, nous salua de la main et nous répondîmes aussi de la tête ou de la main, discrètement, tandis que les habitués des lieux se comportaient comme si de rien n'était. Dehors, une voiture de 10 mètres aux vitres teintées s'arrêta, et en deux temps trois mouvements, tout ce beau monde s'engouffra à l'intérieur et disparu de notre champ de vision.

Non encore remis de cet épisode surprenant, Abigail en rajouta une couche en nous décrivant le Président Václav Havel, une bière à la main, vêtu d'un long pull de hippie, en train de danser au milieu d'une foule hétéroclite dans la boîte de nuit Rock "Le Bunker", encadré par quatre gardes du corps en costard cravate en train de danser aussi, mais avec la main sur le calibre et avec l'oeil en alerte !

Le lendemain nous visitâmes la Palais présidentiel et je laissais une lettre adressée au Président, écrite en serbe (afin de lui afficher ma solidarité slave en même temps que française) pour lui dire combien l'épisode de la taverne nous avait surpris puis amusés et que nous étions prêts à venir jouer gratuitement, à sa demande, à Prague si il fallait, un jour, défendre cette jeune démocratie sortie des griffes communistes. Nous y joignions une cassette du groupe, ainsi qu'un press-book et n'y pensions plus.

Quelques semaines plus tard, de retour en France, nous recevions une réponse du secrétaire de Václav Havel,  réponse adressée à mon nom, dans laquelle nous apprenions que le président avait écouté notre musique et qu'il l'avait apprécié et qu'il nous remerciait pour notre geste et notre soutien.

Je ne suis pas naïf, bien entendu, je me doute bien qu'il peut s'agir d'une réponse type et que probablement Václav Havel n'avait pas eu ni le temps ni l'envie d'écouter notre musique... mais... je veux rêver un peu, pour mon bon plaisir, et me dire que peut-être, allez savoir, parfois, pour se détendre, Václav Havel se mettait la cassette de ce groupe français qui était venu jouer dans son pays où, quatre années plus tôt, il eut été impossible de le faire pour raison de sûreté d'état !

Pour le reste, sa politique, son positionnement sur l'échiquier mondial, je n'y connais rien et m'en tamponne un peu, partant du principe qu'un dissident politique tenant tête aux communistes, faisant cinq années de prison pour cette raison, se faisant censurer pour son travail littéraire par les chiens de gardes stalino-brejneviens et se réclamant pour sa lutte de Jan Patočka et de Martin Heidegger, admirant le grand Frank Zappa (au point de lui confier des missions culturelles une fois au pouvoir) ne peut qu'avoir ma sympathie une fois pour toute... qu'on se le dise !



Venice en 1993 : de gauche à droite, Eric James Guillemain (Chant), Franck Schaack (Batterie), Jean-Marc Geoffroy (Basse), Nebojsa Ciric (Guitares)

 

Songeant à Václav Havel...

podcast

Sur cette version de "Psalm of the Sower" : Eric James Guillemain (Chant), Mourad Baali (bruitages avec Basse), Nebojsa Ciric (Guitare acoustique)

04:35 Publié dans Musique : Rêve Vénitien... | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/05/2011

Armes de destructions massives

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

 

 

On a retrouvé les armes des combats passés... Certains se demandent si ces ustensiles sacrificiels ne vont pas resservir ?


Cliquez sur la photo: Ibanez Roadstar II - 1983. Mon épouse me l'a offerte en cadeau de fiançailles début 1987. Rachetée à un pote qui me la prêtait très souvent depuis 4 ans.

 


Cliquez sur la photo : Ibanez Double manche, 12 cordes/6 cordes. Modèle 2402 Twin Neck. Elle date de la toute fin des années 70. Elle fait partie de ces guitares magnifiques qu'IBANEZ a dû mettre au pilon après que GIBSON et FENDER aient gagné leurs poursuites judiciaires contre la marque japonaise tellement leurs copies étaient fidèles à l'esprit des marques américaines... et tellement moins chères. Je l'ai achetée d'occasion vers 1994/95 pour 2500 Frcs, ce qui à l'époque, était ridicule. Quelques mois après, le mec qui me l'avait vendue s'en mordait les couilles doigts. Super son général. La seule grosse différence par rapport au modèle GIBSON, c'est que ce ne sont pas des manches conducteurs... mais des manches collés. Le sustain est bien au rendez-vous malgré tout. Mon ex-chanteur, au sein de VENICE l'avait surnommée EXCALIBUR.

 


Cliquez sur la photo: Une Jacobacci 12 cordes/6 cordes avec d'excellents micros Beneditti simples bobinages. Seulement je dois revoir les tiges dans les manches qui sont tordus et font friser les cordes. Manches conducteurs. Donc gros travail de lutherie en perspective! Un guitariste de ma connaissance se l'était faite fabriquée sur mesure dans les années 70 par Jacobacci en personne car il voulait jouer comme John Mc Laughlin dans Mahavishnu Orchestra. Modèle unique. A la fin des années 90 il a souhaité s'acheter une Fender Mexico qui coutait 2500 Frcs. Il me l'a donc vendu 2500 Frcs et je me suis retrouvé avec une Jacobacci achetée au même prix que l'Ibanez double manche. Curieuse résonance de prix entre ces deux doubles manches.

 


Cliquez sur la photo: Yamaha de la fin des années 80, modèle 420-12. 12 cordes. J'ai juste fait installer un capteur piezo dessus pour la scène. Il lui faudrait un refrettage car même lorsque je joue en acoustique je cogne comme une sale brute.

 


Cliquez sur la photo: P'tite soeur de la précédente... Yamaha de la fin des années 80, modèle 420-6. 6 cordes. J'ai fait installer un capteur piezo dessus pour la scène, comme pour l'autre. Il lui faudrait un refrettage également.

 


Cliquez sur la photo: Charvel IV. Super guitare. Mais je veux virer cette couleur de hardos chevelu des eighties... et lui changer les micros. Je mettrai bien un double bobinage Di Marzio DHP Tone Zone en aiguë et deux simples Texas Special au milieu et côté manche. Et puis j'ai envie d'enlever le "booster" qu'il y a à l'intérieur dont je ne me suis jamais servi tellement ça rend le son dégueullasse. Quand on enclenche pas le "booster", elle sonne. Ses micros sont propres pour faire du studio. J'ai changé de goût depuis.

 

Finissons avec mes préférées... celles que j'utilise le plus... sans lesquelles je ne pourrais monter sur une scène de manière décente.


Cliquez sur la photo: Stratocaster Plus Deluxe USA, manche mapple. C'est mon épouse qui me l'a offerte, mais cette fois pour mon anniversaire... en 1990 ! Donc pour mes 25 ans. Quel bonheur ! Mais faut que je change les mécaniques, c'est des Sperzel, que j'affectionne tout particulièrement, mais il m'en faut qui puissent recevoir du 11/52, alors que celles-ci ne reçoivent que du 10/46 maximum. Et puis elle a besoin d'un refrettage. Pour le reste, ça baigne !

 


Cliquez sur la photo: Stratocaster Plus Deluxe USA, manche ébène. La même, sinon, que la précédente. Je veux changer le manche pour avoir un autre manche mapple. Je préfère les manches mapple : son plus claquant et plus brillant.

 


Cliquez sur la photo: Lag The Beast. Rien à dire... superbe guitare. Supers micros. Et fabrication française. Ca n'est pas la série "bas de gamme" fabriquée en Asie. Je me suis chopé ça à la fin des années 90, car j'avais besoin d'une guitare pour faire du Dive Bombing sans me désaccorder. La Charvel IV ne me plaisait plus trop à ce moment... et j'ai flashé sur cette guitare.

13:34 Publié dans Musique : Rêve Vénitien... | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/10/2010

THE FUCKED-UP CREW - INTERVIEW'Z *ERIC GUILLEMAIN*

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

Des news d'Eric "James" Guillemain... celui-là même qui fut le chanteur et initiateur de VENICE. Il vit à présent à New York, où il exerce une carrière prolifique de photographe. Interview pour The Fucked Up Crew... C'est en anglais... alors démerdez-vous. Thanx.

N'hésitez pas à cliquer sur les photos...

 

---------------------------------

 

Eric is a french good looking guy who moved to NYC, who shoots pretty and disinhibited young girls, usually when he shoots a model she becomes a top.
His passions are photography and philosophy...

What else ? Nothing more !
Now take a look, think about, there's no doubt...
Eric Guillemain on his way to the TOP !

www.ericguillemain.com

---------------------------------

 

Fucked Up Crew : What a fuck are you doing right now ?
Eric Guillemain : Right now, getting rid of all the serious, listening to Ted Nugent's Double Live Gonzo and reading some gothic novels.

FUC : When did you understand that being a “photographer” was going to be your job ?
E.G : I mean that's the only job I'd ever done which was ok to pay the rent.

 

FUC : What’s the last magazine you bought ?
E.G : Don't buy them, browse them at my agent's. The last I read was Purple.

 

FUC : What kind of music do you usually listen during your shootings ?
E.G : Mostly 70's stuff and progressive music. These guys were so connected to elements. Forgetful and aware...Otherwise any music that gets me ecstatic. When I get bored I go straight to punk, Cheap Trick or AC/DC.

FUC : What kind of music do you usually listen when you have sex ?
E.G : Are you kidding me ? Sex is music already !

 

FUC : What’s the most fucked-up experience you had during one of your shootings ?
E.G : There was this actress. She took the whole team as an hostage. Put her make-up on, did her own hair, picked wrong pieces from the wardrobe...It was fun though !

FUC : Did your like change with Social Networks ?
E.G : I still feel like a steppenwolf ever since social networking.

FUC : Do you use social networks also to promote your work, or just to hook up young models ?
E.G : I am just shy at both. Sorry.

 

FUC : How many hands you need to count the amount of models you slept with ?
E.G : I sleep only with women.

FUC : What you say if they accuse you to be a Sleazy Photographer ?
E.G : Ah ah very funny. I would say I am not responsible for what they could have seen in the mirror I handed them.

FUC : Who’s your hero ?
E.G : Fiction : Corto Maltese - Non Fiction : Friedrich Nietzsche

 

FUC : If u had a model agency… wish are the 3 names you MUST represent ?
E.G : Hard to mix sentiments and money...So I would say : Dree Hemingway, Tati Cotliar and Lara Stone.

FUC : A new face you first shoot that then become a famous model ?
E.G : Agyness Deyn

 

FUC : Now choose between :

Vogue Italia vs Vogue Paris
E.G : It really depends on issues. I think they complete each other

FUC : Selfservice vs Purple mag.
E.G : Purple.

FUC : MUSE Vs NUMERO
E.G : Numéro

FUC : Bruce Weber vs Terry Richardson
E.G : Terry Richardson

FUC : Solve Sunsbo vs. Camilla Akrans
E.G : Camilla Akrans

FUC : Levis Vs Diesel
E.G : Levis

FUC : Drugs Vs No Drugs
E.G : Anything worth the trip.

FUC : BLOW JOB Vs LICKING PUSSY
E.G : I actually heard about some people able to manage both at the same time.

 

FUC : Describe us the perfect ass...
E.G : The one that's not for sale. The one that's always inventive. The one which doesn't kill but rather make me stronger.

FUC : Which is your favorite quote ?
E.G : "Perhaps all the dragons of our lives are princesses who are only waiting to see us once beautiful and brave." By Rainer Maria Rilke

 

FUC : Do you believe in God ?
E.G : He believes in me so much better than I am.

 

FUC : Which movie would you recommend to our fucked-up readers ?
E.G : Dead Man

FUC : Which camera do you usually use ?
E.G : D3, 5D, S90.

 

FUC : Favorite Club ever ?
E.G : Gun Club

FUC : What’s the strangest place you woke up after a “fucked-up” night ?
E.G : In a barber shop

 

FUC : Which are your projects for the near future ?
E.G : Projecting doesn't do me good. Surprises are my best partners.

FUC : do you see yourself as many other photographers, turing into VIDEO projects ?
E.G : If I had a story worth to be told this way yes. But not until that moment for god's sake.

 

FUC : If you were not a photographer, what would you be ?
E.G : A writer. A troubadour.

FUC : 3 words to describe Friedrich Nietzsche ?
E.G : Generous. Saint. Alone.

 

FUC : How do you fight the GLOBAL WARMING ?
E.G : I feed my plants with gentle water, light and good music. I don't eat too much meat.

FUC : Would you do a shot for the FUCKED UP CREW ?
E.G : Fuck Yes !

 

FUC : Thanks a lot !!!
E.G : My fucking pleasure.

 

---------------------------------

Eric is represented by : 2bmanagement.com

23:59 Publié dans Musique : Rêve Vénitien... | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/04/2010

La Roue Tourne... Alleluia !

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

Lorsque je suis arrivé au sein des Sentinels, en Septembre 1991, c'était en remplacement de leur guitariste, Philippe Calabria. Mais très rapidement le groupe The Sentinels est devenu VENICE. Et l'aventure a suivi son cours. Et Philippe Calabria ? Qu'est-il devenu ? Il est devenu Pasteur...

Je respecte le choix de Philippe, bien entendu, mais pour ma part... je n'ai pas pour projet ou ambition de devenir pope.


Venice - 2004 (de gauche à droite : Franck Schaack - Frédéric Laforêt - Eric James Guillemain - Nebo)

 


The Sentinels - Années 80 (avec Eric James Guillemain à gauche et Philippe Calabria à Droite - encadrant leurs compagnons)


Philippe Calabria - années 2000 - Sympathique pasteur)

Philippe Calabria a écrit un livre... qui, semble-t-il, s'est bien vendu.

22:46 Publié dans Musique : Rêve Vénitien... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/02/2010

Studio

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

En 2003, en Studio... lors de l'enregistrement de "Soudain l'Ouverture"...

 

*Eric James Guillemain : Chant

*Fréderic Laforêt : Basse, Programmations, Enregistrement & Mixage

*Franck Schaack : Batterie, Percussions

...et votre serviteur aux Guitares...

07:00 Publié dans Musique : Rêve Vénitien... | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/08/2009

"Conjecturant une Venise nôtre parmi ces rares lumières"...

=--=Publié dans la Catégorie "Musique : Rêve Vénitien..."=--=

« Lequel de nos mérites passés
oublié bientôt
nous valait le don de Venise
de sa merveille ?
De quelle grande douleur
qui toujours nous attend
nous dédommageait d’avance
avec ce qu’elle était Venise ?

A ces questions ne répondent plus
le dieu des eaux le dieu de la nuit.
Ils sombrent avec les villes
sous notre horizon.

Avec le mal d’une question non posée
d’une réponse non parvenue on va
sur des eaux perpétuellement troublées :
sur des eaux noires qui s’éloignent, une nuit,
conjecturant une Venise nôtre parmi ces rares lumières. (…) »

A Venise avec Biasion, (Etoile Variable), Vittorio Sereni

C’est bien là l’histoire de VENICE. Un appel resté sans réponse. Une possibilité demeurée en suspend. Une torche brulante jetée dans un précipice sans fond en pâture aux forces de l’oubli.

Cellophane.mp3 (Paroles : Boris Bergman/Musique : Franck Schaack-Nebojsa CIRIC-Eric JAMES Guillemain)

 


De gauche à droite : Franck Schaack, Frédéric Laforêt, Eric James, Nebo

07:00 Publié dans Musique : Rêve Vénitien... | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook