Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2019

Blondie - New Rose

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Quand le groupe Blondie reprend "New Rose" du groupe Punk Damned... 

 

16:16 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/10/2019

Bernard Lavilliers : Utopia (Version 2012)

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

07:06 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/10/2019

Jean-Louis Murat : Déjà deux siècles 89

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

Deux siècles d'or
N'ont pu tuer
Ce chant heureux
De la jeunesse

Du corps violent
Des fédérés
J'ai dans mons sang
Le vin de messe

J'ignorais rien
J'ignore tout
Je suis ma propre forteresse

Reviens m'abattre
Noble tambour
Deviens rebelle à la paresse

Déjà deux siècles
Et chaque jour
J'attends la fin de la tristesse

Deux siècles déjà
Que le tambour...

 

09:00 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/10/2019

Jean-Louis Murat : L'examen de minuit

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Poème de Charles Baudelaire, Musique de Léo Ferré, interprété par Jean-Louis Murat...

 

 

La pendule, sonnant minuit,
Ironiquement nous engage
À nous rappeler quel usage
Nous fîmes du jour qui s’enfuit :
— Aujourd’hui, date fatidique,
Vendredi, treize, nous avons,
Malgré tout ce que nous savons,
Mené le train d’un hérétique.

Nous avons blasphémé Jésus,
Des Dieux le plus incontestable !
Comme un parasite à la table
De quelque monstrueux Crésus,
Nous avons, pour plaire à la brute,
Digne vassale des Démons,
Insulté ce que nous aimons
Et flatté ce qui nous rebute ;

Contristé, servile bourreau,
Le faible qu’à tort on méprise ;
Salué l’énorme bêtise,
La Bêtise au front de taureau ;
Baisé la stupide Matière
Avec grande dévotion,
Et de la putréfaction
Béni la blafarde lumière.

Enfin, nous avons, pour noyer
Le vertige dans le délire,
Nous, prêtre orgueilleux de la Lyre,
Dont la gloire est de déployer
L’ivresse des choses funèbres,
Bu sans soif et mangé sans faim !...
— Vite soufflons la lampe, afin
De nous cacher dans les ténèbres

(Charles Baudelaire)

22:46 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/10/2019

The Black Crowes - Cursed Diamond

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

I lose myself
I forget myself
Sometimes I fault myself
I might fight myself
But then I make amends
I freeze myself
Rain on myself
OK, so I stone myself
And I might even find myself
But then again what happens if I do
So unzip my pride
Open me up wide
So I can show this to you

Refrain :
I want to shine for you
I want to sparkle too
Just like a diamond cursed
Well you know it don't get worse
You know that I'll save you time
Your trouble now is mine
Hold me baby
Hold me girl
And I will laugh with you
If you want me to
Roll me in your splendor
I'll envy your surrender
And show you victory

I hate myself
Doesn't everybody hate themselves
I scare myself
Then I tell myself it's all in my mind
So I let the poison go
'Cause I always know
It will be there for me

-- Refrain --

18:22 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/09/2019

Iggy Pop - "We are the People"

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Iggy Pop (Punk élégant de 72 ans), dans son dernier très émouvant album "Free", récite un saisissant poème de Lou Reed...

 

 

We are the people without land.
We are the people without tradition.
We are the people who do not know how to die peacefully and at ease.
We are the thoughts of sorrows.
Endings of tomorrows.
We are the wisps of rulers and the jokers of kings.

We are the people without right.
We are the people who have known only lies and desperation.
We are the people without a country, a voice or a mirror.
We are the crystal gaze returned through the density and immensity of a berserk nation.
We are the victims of the untold manifesto of the lack of depth of full and heavy emptiness.

We are the people without sorrow who have moved beyond national pride and indifference to a parody of instinct.
We are the people who are desperate beyond emotion because it defies thought.
We are the people who conceive our destruction and carry it out lawfully.
We are the insects of someone else’s thought.
A casualty of daytime, nighttime, space and god without race, nationality or religion.
We are the people.
The people.
The people.

 

23:04 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/08/2019

Black Sabbath : God is dead?

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Avec les paroles dans la vidéo...

 

 

Puis en version LIVE...

13:00 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/08/2019

Massive Attack : Angel

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

23:45 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Prodigy : Smack my bitch up...

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Allons faire un tour en Enfer, nous en reviendrons modifiés... en Mal ou en Bien...

 

 

00:40 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/08/2019

Hubert-Félix Thiéfaine - Alligator 427

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

Alligators 427
Aux ailes de cachemire safran,
Je grille ma dernière cigarette.
Je vous attends.
Sur cette autoroute hystérique
Qui nous conduit chez les mutants,
J'ai troqué mon cœur contre une trique.
Je vous attends.
Je sais que vous avez la beauté destructive
Et le sourire vainqueur jusqu'au dernier soupir.
Je sais que vos mâchoires distillent l'agonie.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
À la queue de zinc et de sang,
Je m'tape une petite reniflette.
Je vous attends.
Dans cet étrange carnaval
On a vendu l'homo sapiens
Pour racheter du Neandertal.
Je vous attends.
Et les manufactures ont beau se recycler,
Y aura jamais assez de morphine pour tout le monde,
Surtout qu'à ce qu'on dit, vous aimez faire durer.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
Aux longs regards phosphorescents,
Je mouche mon nez, remonte mes chaussettes.
Je vous attends.
Et je bloque mes lendemains.
Je sais que les mouches s'apprêtent,
Autour des tables du festin.
Je vous attends.
Et j'attends que se dressent vos prochains charniers.
J'ai raté l'autre guerre pour la photographie.
J'espère que vos macchabées seront bien faisandés.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
Aux crocs venimeux et gluants,
Je donne un coup de brosse à mon squelette.
Je vous attends.
L'idiot du village fait la queue
Et tend sa carte d'adhérent
Pour prendre place dans le grand feu.
Je vous attends.
J'entends siffler le vent au-dessus des calvaires
Et je vois les vampires sortir de leurs cercueils
Pour venir saluer les anges nucléaires.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
Aux griffes d'or et de diamant,
Je sais que la ciguë est prête.
Je vous attends.
Je sais que dans votre alchimie,
L'atome ça vaut des travellers chèques
Et ça suffit comme alibi.
Je vous attends.
A l'ombre de vos centrales, je crache mon cancer.
Je cherche un nouveau nom pour ma métamorphose.
Je sais que mes enfants s'appelleront vers de terre.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Alligators 427
Au cerveau de jaspe et d'argent,
Il est temps de sonner la fête.
Je vous attends.
Vous avez le goût du grand art
Et sur mon compteur électrique,
J'ai le portrait du prince-ringard. Je vous attends.
Je sais que, désormais, vivre est un calembour.
La mort est devenue un état permanent.
Le monde est aux fantômes, aux hyènes et aux vautours.
Moi, je vous dis : " bravo " et " vive la mort ! "

Je vous attends.
Je vous attends.
Je vous attends.
Je vous attends.

13:05 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/08/2019

Hubert-Félix Thiéfaine - Affaire Rimbaud

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

La jambe de Rimbaud,
De retour à Marseille
Comme un affreux cargo
Chargé d'étrons vermeils,
Dérive en immondices
À travers les égouts.
La beauté fut assise
Un soir sur ce genou.
Horreur Harar Arthur,
Et tu l'as injuriée.
Horreur Harar Arthur
Tu l'as trouvée amère... la beauté

Une saison en enfer
Foudroie l'Abyssinie.
Ô sorcière, ô misère,
Ô haine, ô guerre, voici
Le temps des assassins
Que tu sponsorisas
En livrant tous tes flingues
Au royaume de Choa.
Horreur Harar Arthur, Ô Bentley, ô châteaux,
Horreur Harar Arthur,
Quelle âme, Arthur est... sans défaut ?

Les poètes aujourd'hui
Ont la farce plus tranquille
Quand ils chantent au profit
Des derniers Danâkil.
Juste une affaire d'honneur
Mouillée de quelques larmes
C'est quand même un des leurs
Qui fournissait les armes.
Horreur Harar Arthur,
T'es vraiment d'outre-tombe.
Horreur Harar Arthur
Et pas de commission.
Horreur Harar Arthur
Et pas de cresson bleu
Horreur Harar Arthur
Où la lumière pleut.

 

13:03 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/08/2019

Hubert-Félix Thiéfaine : Les dingues et les paumés (Live)

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

 

Les dingues et les paumés jouent avec leurs manies
Dans leurs chambres blindées, leurs fleurs sont carnivores
Et quand leurs monstres crient trop près de la sortie
Ils accouchent des scorpions et pleurent des mandragores
Et leurs aéroports se transforment en bunkers
À quatre heures du matin derrière un téléphone
Quand leurs voix qui s'appellent se changent en revolvers
Et s'invitent à calter en se gueulant come on

Les dingues et les paumés se cherchent sous la pluie
Et se font boire le sang de leurs visions perdues
Et dans leurs yeux-mescal masquant leur nostalgie
Ils voient se dérouler la fin d'une inconnue
Ils voient des rois-fantômes sur des flippers en ruine
Crachant l'amour-folie de leurs nuits-métropoles.
Ils croient voir venir Dieu ils relisent Hölderlin
Et retombent dans leurs bras glacés de baby-doll

Les dingues et les paumés se trainent chez les Borgia
Suivis d'un vieil écho jouant du rock 'n' roll
Puis s'enfoncent comme des rats dans leurs banlieues by night
Essayant d'accrocher un regard à leur khôl
Et lorsque leurs tumbas jouent à guichet fermé
Ils tournent dans un cachot avec la gueule en moins
Et sont comme les joueurs courant décapités
Ramasser leurs jetons chez les dealers du coin

Les dingues et les paumés s'arrachent leur placenta
Et se greffent un pavé à la place du cerveau
Puis s'offrent des mygales au bout d'un bazooka
En se faisant danser jusqu'au dernier mambo
Ce sont des loups frileux au bras d'une autre mort
Piétinant dans la boue les dernières fleurs du mal
Ils ont cru s'enivrer des chants de Maldoror
Et maintenant, ils s'écroulent dans leur ombre animale

Les dingues et les paumés sacrifient Don Quichotte
Sur l'autel enfumé de leurs fibres nerveuses
Puis ils disent à leur reine en riant du boycott
La solitude n'est plus une maladie honteuse
Reprends tes walkyries pour tes valseurs maso
Mon cheval écorché m'appelle au fond d'un bar
Et cet ange qui me gueule : viens chez moi, mon salaud
M'invite à faire danser l'aiguille de mon radar

13:05 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/08/2019

The Hawkins - Will & Testament

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

C'est ma chanson du moment... voilà... c'est ainsi... à écouter à fond, bien entendu, en lisant le texte...

 

 

Push me further down the halls.
I want to see something else than these white walls
And give me some other sound
than of the distinct steps of death walking around,
telling everyone to keep calm
and let him let them carry on

But this blood won't pump any faster through this heart
and it feels just like they're feeding me with hope from a straw

So give me time and time again
I want to be there with my friends
Give me one more day before the end,
I'm gonna finish everything
Because I ain't ready, I ain't ready to die today
I ain't ready, I ain't ready to die today

So bring me back to the start
where this morphine is worth nothing at all
And take the needle from my vains.
I just want to feel alive again
I am gonna rise up from this bed
and burn my last will and testament

And I say goodbye to every single piece of hair on my skin
and it feels just like I should provide a goodbye to everything

So doctor, doctor, give me time and time again
I want to be there with my friends
Give me one more day before the end,
I just want to say goodbye to them
Because I ain't ready, I ain't ready to die today
I ain't ready, I ain't ready to die today

So give me a place where I can see the earth and the trees,
where I'm not hooked up and torn apart by chemotherapy
Give me that moment in time
when this life was something worth dying for
but death was never in sight

I wanted time and time again
but cancer screwed it up my friend
It was my last will and testament
but death won't understand
That I ain't ready, I ain't ready to die today
I ain't ready, I ain't ready to die today

 

18:44 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/08/2019

VARSOVIE - Lydia Litvak

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Achetez leurs albums...

 

 

Rimmel en première ligne
Braqués sur la fenêtre
Tes regards font des vagues
À noyer tous les rats
Parmi la foule atroce
Aucune autre que toi
N’aura tant mis d’adresse
À ne pas disparaître

Tu veux du stress
Jusqu’à la garde
En Lavotchkine
T’en aller comme
Lydia Litvak
Et t’inscrire aussi loin

D’autres contraires
D’autres obstacles
En Lavotchkine
T’en aller comme
Lydia Litvak
Et t’inscrire aussi loin

Tu dis – je hais l’époque
Terne à se foutre en l’air
Les nerfs en quarantaine
Dans la sanction du soir
Les éclats que l’on rythme
À coup d’il est trop tard
Et les formes éteintes
À force d’inventaires

Tu veux du stress
Jusqu’à la garde
En Lavotchkine
T’en aller comme
Lydia Litvak
Et t’inscrire aussi loin

D’autres contraires
D’autres obstacles
En Lavotchkine
T’en aller comme
Lydia Litvak
Et t’inscrire aussi loin

 

18:06 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/06/2019

Gov't Mule - World Boss

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=

 

Gov't Mule

09:14 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook