Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2018

Jean Louis Caccomo, le cas édifiant d’un prof interné pour ses idées...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

L'hallucinant témoignage de Jean-Louis Caccomo, un professeur d'Université interné psychiatriquement, en France (!!!!!!!), en raison de ses idées Libérales... A regarder de bout en bout... et à faire circuler.

Son témoignage démarre à 7min17sec... 

 

00:29 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/04/2018

Le Gauchisme en Action à l'Université Paul Valéry (Montpellier)...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

23:14 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/04/2018

Gaza : autopsie d'un mensonge hystérique

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 



 

Tribune. Chaque semaine, Gilles-William Goldnadel propose aux lecteurs de Valeurs actuelles son regard sur l'actualité.

L'hystérique est allergique au fait.

Il ne réagit qu'aux cris et à la fureur.L'hystérique aime la foule et la foule est hystérique. C’est dans ce cadre délirant qu’ont donc réagi les gauchistes hystériques à propos des manifestations de Gaza.
Le titre d’un article publié par Mediapart en résume bien toute la stupide folie : « La Shoah des palestiniens » … D'abord les mensonges et ensuite les faits. Le mensonge, éhonté, est que la « société civile » de Gaza, pour reprendre l'expression de la correspondante de la radio active de service public France Inter, a souhaité organiser une manifestation pacifique à la frontière avec Israël pour promouvoir le droit au retour des palestiniens sur leurs terres desquelles ils ont été expulsés il y a 70 ans par les sionistes détestés. Les soldats israéliens auraient tiré sans raison en tuant 17 manifestants pacifiques et en en blessant plus d'un millier. C'est sur la base de ce mensonge qu'une partie des médias idéologisés et l'ensemble de la gauche française a réagi sans aucun besoin de vérification, tant le mensonge était délicieux.

Les faits à présent. Ces manifestations étaient encadrées par le Hamas islamiste, considéré par l'Europe et les États-Unis comme une organisation terroriste et qui gouverne impitoyablement à Gaza.

La notion de « société civile » indépendante à Gaza est une triste plaisanterie pour amuser la galerie. Le but était annoncé à l'avance : franchir la frontière israélienne dans le cadre du retour pour les terres volées par l'entité sioniste. Cependant, parmi les 17 tués, se trouve 11 membres des organisations terroristes Hamas et Jihad islamique dont on pouvait aisément deviner les intentions pacifiques, la frontière une fois passée. Les autorités israéliennes ont montré les photos et conservent le corps de l'un de ceux-ci en espérant un jour l’échanger contre les dépouilles de soldats israéliens que le Hamas refuse de restituer sinon contre des terroristes emprisonnés. Quant aux blessés, les Israéliens estiment leur nombre à une douzaine en comparaison avec le millier dont le chiffre a été accepté sans barguigner par les médias internationaux confiants dans le sérieux et la bonne foi du Hamas. Pour être complet, il faut reconnaître qu'il n'y avait pas que des terroristes à l'intérieur de la foule Gazaouie : Il y avait aussi des enfants en bas âge. Il n'est de bonne action terroriste sans l'utilisation de boucliers humains.

Quand le bouclier a cinq ans, c'est bien. Six mois, c’est mieux.
C'est donc dans ce cadre factuel et politique que la gauche médiatique a sur-réagi comme à sa délicieuse habitude.

Trop heureuse, inconsciemment sans doute, de faire oublier le dernier assassinat sur une vieille dame juive commis par l'antisémitisme d’origine islamique sur le territoire français.

Il aurait fallu sans doute, qu'à la fois, Israël, militairement, accepte le risque terroriste et tolère le franchissement de sa frontière incontestée depuis qu'il a évacué unilatéralement Gaza et , politiquement , entérine ce droit au retour de descendants de descendants, qui signifie sa mort, évidemment.

À la décharge de la gauche médiatique et politique française, il faut reconnaître que la notion de frontière et d'existence nationale est une notion barbare dès lors qu'il s'agit d'un État occidental à défendre.

Les mêmes en effet acceptent pour les peuples non occidentaux, les revendications identitaires et nationales les plus intransigeantes.

C'est ainsi par exemple qu'ils comprennent parfaitement l'exigence palestinienne de ne plus voir traîner le moindre juif… en Judée.

C'est donc dans ce cadre idéologique hystérique qu'on a assisté dimanche à Paris à d'étranges comportements. Ainsi, Olivier Faure, président tout frais d'un parti socialiste refroidi, n'a pas craint de comparer très pieusement et très intelligemment en ce jour de la pâque juive, La marche du Hamas à l'ouverture de la mer rouge par Moïse…

Il n'était évidemment pas question que les Insoumis soient en reste dans cette compétition pour les voix de certaines cités insoumises. Afin sans doute de faire pardonner leur tentative de rendre hommage à une survivante de la Shoah assassinée, une centaine se sera rassemblé pour conspuer les autorités de l'État juif.

Il sera donc acté que ceux qui n'auront pas organisé la moindre manifestation en solidarité des 500 000 Syriens assassinés par l'islamisme, ou en faveur des opposants démocrates vénézuéliens fusillés en pleine rue par un régime communiste, se seront déplacés pour soutenir au moins indirectement un mouvement terroriste islamiste. On peut reprocher tout aux islamo-gauchistes, sauf d'être incohérents dans leur inepte inhumanité.

------------------------

SOURCE : Valeurs Actuelles

------------------------

 

12:05 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/04/2018

L'homme idéal existe (et il est ennuyeux)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 



 

FIGAROVOX/TRIBUNE - Sophie Perrier est allée à la rencontre de l'homme parfait : il vit en Hollande, ne siffle personne dans la rue, s'occupe des enfants, fait le repassage et écoute sa partenaire en toutes circonstances. Le rêve !

Sophie Perrier est l'auteur de L'Anti-Macho, un livre drôle et décomplexé dans lequel elle dresse le portrait type de l'homme idéal dont rêve le féminisme.

Après l'affaire Weinstein, il est devenu clair que l'homme dont nous voulons est un homme respectueux, qui considère les femmes avant tout comme des êtres humains, ne les harcèle pas dans l'espace public et, surtout, n'insiste pas quand l'une d'elles lui fait signe qu'elle ne veut pas de lui.

Il est un pays où ces hommes-là sont légion: les Pays-Bas. Là, les hommes se sont adaptés à la nouvelle donne imposée par le féminisme particulièrement virulent des années 70. Ils travaillent désormais un jour de moins par semaine pour s'occuper des enfants et des tâches ménagères, tiennent compte de l'avis de leur compagne dans toutes les décisions, les traitent d'égal à égal au travail, ne les importunent pas dans la rue ou en soirée et s'assurent toujours des conséquences d'un rapport sexuel avant de l'entreprendre.

Respect, égalité et responsabilité sont les maîtres mots qui caractérisent l'attitude des hommes néerlandais envers la gent féminine. Les femmes d'autres pays auraient-elles intérêt à émigrer pour épouser cet homme idéal que toutes semblent appeler de leurs vœux aujourd'hui ?

Lorsque j'ai recueilli pour mon livre « L'Anti-macho » les témoignages d'une quarantaine de femmes entre 25 et 35 ans venues de tous les continents et installées aux Pays-Bas, j'ai entendu autant de rires que de pleurs. Certes, elles ne tarissaient pas d'éloges sur l'honnêteté, la fidélité, la véritable confiance qu'inspire l'homme hollandais et la profonde égalité qui régit les deux sexes dans toute la société. Mais la majorité d'entre elles étaient aussi perplexes devant le peu d'attentions qu'elles recevaient de la gent masculine: les hommes à Amsterdam ne leur proposent pas de porter leur valise, ne les raccompagnent pas le soir tard après une fête, ne tendent pas leur briquet lorsqu'elles sortent une cigarette et ne payent pas les additions pour deux. Si quelqu'un leur manque de respect, ils assistent à la scène et ne prennent pas leur défense. Égalité oblige, ils ne jouent pas le rôle de mâle protecteur, la femme étant censée s'assumer et se défendre elle-même.

À leur arrivée aux Pays-Bas, ces femmes étrangères se sont extasiées de pouvoir rester seules à lire pendant des heures dans un café sans se sentir la proie de regards masculins, de marcher dans la rue vêtue d'une minijupe sans se faire siffler. Et surtout, de ne plus connaître le phénomène dégoûtant des mains baladeuses dans les transports. Mais par ailleurs, elles regrettent l'absence d'interaction et de jeu avec les hommes dans les soirées ou les bars et se souviennent avec nostalgie de l'époque où elles se sentaient désirées et désirables. Celle où elles attendaient tranquillement que les hommes viennent à elles, au lieu de devoir prendre elles-mêmes l'initiative. Au bout de quelques années, elles arrêtent de mettre des jupes et de se maquiller, déçues du peu d'effet que ces efforts produisent. Elles trouvent les hommes « froids » et s'ennuient.

Elles apprécient sincèrement que le Hollandais ne les brusque pas et qu'il s'assure longuement que le désir est partagé des deux côtés avant d'en arriver au moment fatidique. Mais lorsqu'elles ne disent pas « oui » tout de suite, elles se retrouvent penaudes de le voir abandonner si vite et lui en veulent de ne pas avoir su lire entre les lignes : leur « non » était en fait un « demi-non » ou même peut-être un « oui » pour plus tard. Et lorsque le moment crucial arrive et que l'homme hollandais leur demande, encore, si elles sont vraiment sûres de vouloir « ça », elles s'impatientent et lèvent les yeux au ciel.

Ces témoignages lèvent le voile sur une réalité taboue : de nombreuses femmes ne sont pas prêtes à des relations qui se vivraient dans l'égalité parfaite. Sans qu'elles en aient toujours conscience, l'altérité entre les sexes, la séduction ambiante, le flirt même au boulot, font partie de leur mode de fonctionnement depuis toujours. Lorsque cela s'évanouit, elles ressentent d'abord un soulagement, puis un manque indéfinissable, ce « sel » dont elles avaient l'habitude et dont l'absence leur fait aujourd'hui trouver leur vie bien fade.

De nombreuses femmes crient aujourd'hui haut et fort qu'elles en ont assez d'être considérées comme des proies sexuelles. Mais celles qui se sentent opprimées ne comprennent pas qu'elles jouissent aussi, sans le savoir, d'un privilège énorme: celui d'être valorisées par les hommes pour le seul fait de leur féminité et d'être les bénéficiaires de milles petites attentions masculines. Celui d'attirer les potentiels partenaires à elles comme des aimants, d'être en mesure de choisir le bon et de repousser tous les autres. Celui d'obtenir d'eux des faveurs petites et grandes grâce à un regard ravageur, ou de se faire tout pardonner par quelques larmes attendrissantes.

En France, pays du romantisme où le charme régit encore profondément les relations entre les deux sexes, de nombreuses femmes, dont je fais partie, sont secrètement partagées. Sommes-nous vraiment prêtes, comme les Néerlandaises, à faire une croix sur le piquant d'une société où les relations entre hommes et femmes ne sont pas neutres ? Voulons-nous renoncer à la banquette au restaurant et ne pas rechigner à manier une perceuse ? Allons-nous, comme elles, expliciter nos désirs ou notre absence d'envie fermement et sans équivoque, quitte à casser un peu l'ambiance ? Ne plus nous penser avant tout comme des femmes délicates qui apprécient la protection des hommes, mais en premier lieu comme des êtres humains affirmés et autonomes ? Bref, sommes-nous prêtes à assumer, nous aussi, notre part vers le chemin de l'égalité ?

Mais au fait, est-ce bien cela que nous voulons ?

------------------------------------

SOURCE : Le Figaro

------------------------------------

 

12:09 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/03/2018

Pourquoi les végans ont tout faux

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 



 

Ils prônent une rupture totale avec le monde animal, alors que manger de la viande a toujours fait partie de l’histoire humaine, un moment essentiel de partage. Cette relation doit reposer sur un élevage raisonné et bio, respectueux des sols et des terroirs. La meilleure façon d’échapper à l’alimentation industrielle.

Ils sont peu nombreux, mais ils ont une audience impressionnante. Comme ce qu’ils disent semble frappé au coin du bon sens, celui de l’émotionnel et d’une morale binaire, le bien, le mal, c’est que ça doit être vrai. D’où le succès de la propagande végane, version politique et extrémiste de l’abolitionnisme de l’élevage et de la viande, que l’on mesure simplement : aujourd’hui, les opinions contraires, pourtant majoritaires, doivent se justifier par rapport à elle. Nous dénonçons d’autant plus le mauvais coup que porte le véganisme à notre mode de vie, à l’agriculture, à nos relations aux animaux et même aux courants végétariens traditionnels, que nous sommes convaincus de la nécessité d’en finir au plus vite avec les conditions imposées par les systèmes industriels et d’aller vers une alimentation relocalisée, préservant la biodiversité et le paysan, moins carnée, aussi. L’Occident et les riches des pays du Sud consomment trop de viandes, et surtout de la mauvaise viande. Au Nord comme au Sud, les systèmes industriels ont changé l’animal en machine à transformer la cellulose des plantes en protéines bon marché pour le plus grand profit des multinationales et au détriment des paysans, des consommateurs, des sols, de l’eau et des animaux. Le bilan sanitaire et écologique de ces rapports de travail indignes aux animaux est tout aussi mauvais que celui du reste de l’agriculture productiviste : on empoisonne les consommateurs avec de la mauvaise viande, de mauvais légumes et fruits, en dégradant l’environnement et la condition paysanne. Ceci étant dit, regardons un peu les arguments avancés par les végans.

 

Les végans vont sauver les animaux

Depuis douze mille ans, nous travaillons et vivons avec des animaux parce que nous avons des intérêts respectifs à vivre ensemble plutôt que séparés. Les animaux domestiques ne sont plus, et depuis longtemps, des animaux «naturels». Ils sont partie prenante du monde humain autant que de leur propre monde. Et, grâce au travail que nous réalisons ensemble, ils ont acquis une seconde nature qui fait qu’ils nous comprennent, bien mieux sans doute que nous les comprenons. Ainsi est-il probable qu’ils ne demandent pas à être «libérés». Ils ne demandent pas à retourner à la sauvagerie. Ils ne demandent pas à être stérilisés afin de peu à peu disparaître, ainsi que le réclament certains végans. Ils demandent à vivre avec nous, et nous avec eux, ils demandent à vivre une existence intéressante, intelligente et digne.

 

Le véganisme va nous sauver de la famine

Jusqu’à il y a peu, rappelons-le, les hommes et les femmes mouraient vite de trois causes possibles : les maladies infectieuses, la guerre et la faim. Or, depuis la fin du XVIIIe siècle, dans nos pays européens, et depuis les années 60 dans l’ensemble du monde, il n’existe plus de famines liées à un manque de ressources. Quel progrès ! Les famines qui adviennent sont des armes politiques. Quand des gens meurent de faim quelque part, c’est parce que d’autres l’ont décidé. On ne voit pas en quoi le véganisme changerait quoi que ce soit à cette réalité.

Le véganisme va sauver l’agriculture

Ce serait même exactement l’inverse. Si les famines ont disparu de notre sol, c’est parce que le XVIIIe siècle a connu la plus grande révolution agricole après celle de son invention : l’agronomie. Et la polyculture-élevage, pourvoyeuse de ce qui se fait de mieux pour nourrir un sol, le fumier. Une des meilleures idées que l’homme ait jamais eue. Quant à l’industrialisation de l’élevage, elle n’est pas née après la Seconde Guerre mondiale avec le productivisme agricole. Elle a été pensée bien en amont, au milieu du XIXe siècle avec le développement du capitalisme industriel. Les animaux sont alors devenus des machines dont la seule utilité est de générer des profits, aux dépens des paysans et de l’environnement.

 

Le véganisme va sauver notre alimentation

Le véganisme propose de se passer des animaux, pour les sauver. Retour à la case départ : l’agriculture sans élevage, c’est l’agriculture famineuse parce qu’elle épuise les sols. Ce sont des rendements ridicules pour un travail de forçat car le compost de légumes est bien moins efficace pour faire pousser des légumes que le fumier animal. A moins de forcer le sol par de la chimie, évidemment. Et de labourer bien profondément. Mais, dans ce cas, on abîme les sols, en désorganisant l’écosystème qu’il est en réalité.

Le véganisme sauvera notre santé

Tuer l’animal, c’est mal, manger de la viande, c’est destructeur. Car les études montrent que la consommation de viandes est corrélée au cancer. Sauf que ces études ont été principalement menées aux Etats-Unis et en Chine, où l’on consomme bien plus de viande, encore plus gavée d’hormones et d’antibiotiques, encore plus transformée. Quant aux études démontrant la longévité supérieure des végétariens qui - rappelons-le - consomment des produits animaux, lait et œufs, et dépendent donc de l’élevage, elles sont biaisées par le constat que ces publics consomment aussi très peu de produits transformés, peu de sucres, ils font du sport, boivent peu, ils ont une bonne assurance sociale, etc. Quelle est la responsabilité des légumes dans leur bonne santé ? Difficile à dire ! Ce qui importe, c’est le régime alimentaire et le mode de vie équilibrés. En comparaison, manger végan, l’absolu des régimes «sans», c’est se condamner à ingurgiter beaucoup de produits transformés, c’est-à-dire des assemblages de molécules pour mimer ce qu’on a supprimé. Sans omettre d’ajouter la précieuse vitamine B12 à son alimentation. Car sans elle, comme le montrent de nombreux témoignages d’ex-végans, ce régime ultra-sans détruit irrémédiablement la santé, à commencer par celle de l’esprit.

Le véganisme va sauver l’écologie

Avec ce retour au naturel, l’écologie est sauvée. Et bien non. Car ayant expulsé les animaux domestiques, il n’y a plus rien pour maintenir les paysages ouverts, ceux des prairies, des zones humides, des montagnes et des bocages. Sauf à obliger chômeurs, prisonniers et clochards à faucher et à couper les herbes, ou à produire des robots brouteurs. Les vaches et moutons sont les garants de l’extraordinaire diversité paysagère qui fait la France, qui est aussi celle de notre assiette. Les animaux et leurs éleveurs sont les premiers aménageurs du territoire.

Le véganisme est une position politique émancipatrice

Non, contrairement à ce que croient de nombreux jeunes, fiers de dire «je suis végan», comme s’ils participaient à une action révolutionnaire, ou si leurs actions contre les abattoirs ou les paysans vendant leurs fromages sur les marchés relevaient de la résistance à l’ordre établi, le véganisme ne participe pas à l’émancipation des animaux et encore moins à celle des humains. Au contraire, en défendant une agriculture sans élevage et un monde sans animaux domestiques, c’est-à-dire sans vaches, ni chevaux, ni chiens, ce mouvement nous met encore plus dans les serres des multinationales et accroît notre dépendance alimentaire et notre aliénation. Les théoriciens et militants végans ne sont pas des révolutionnaires, ils sont, au contraire, clairement les idiots utiles du capitalisme.

Le véganisme est l’ambassadeur de l’industrie 4.0

Le grand danger de ce début du XXIe siècle est bien l’invention d’une agriculture sans élevage. On ne compte plus les investissements et brevets déposés pour produire de la «viande» en cultivant en laboratoire des cellules musculaires de poulet, de bœuf ou de porc ou produire du lait et des œufs à partir de levures OGM. Les promoteurs de cette agriculture cellulaire se recrutent au sein des grandes firmes (Gafa, milliardaires et fonds d’investissements puissants). Les premières viandes artificielles pourraient être introduites sur le marché sous forme de carpaccio avant que soient commercialisés avant dix ans de «vrais-faux» morceaux produits in vitro. Des amas de protéines qui auront poussé à grands jets d’hormones pour favoriser la croissance et d’antibiotiques pour éviter les contaminations.

En vérité, le véganisme ne va pas nous sauver

Le véganisme est dangereux. Il participe à la rupture programmée de nos liens avec les animaux domestiques. Il menace de nous condamner à la disette en nous ramenant à l’agriculture prédatrice des temps anciens. Il menace de ruiner les pratiques alternatives, comme le bio, en annihilant la polyculture-élevage qui est son fondement. Il menace de nous condamner à dépendre d’une alimentation industrielle 4.0. Il menace d’uniformiser nos paysages. Il menace paradoxalement de nous faire perdre notre humanité incarnée et notre animalité en nous coupant des réalités naturelles par des zoos virtuels, des paysages transformés en sanctuaires, avec des chiens et chats remplacés par des robots. Le véganisme est l’allié objectif d’une menace plus grande encore. Car, après tout, la meilleure façon de ne plus abîmer la nature est de s’en couper totalement. De s’enfermer dans des villes, alimentées par des flux de molécules et des flux de données. Plus de sale, plus de propre, que de l’esprit sain tourné vers une morale ultime, l’amélioration de l’homme par son isolement total de la nature que l’on ne peut maîtriser et qui nous renvoie sans cesse à notre animalité. Oui, véganisme rime avec transhumanisme.

Un monde terrifiant. La consommation de la viande a introduit, dès la préhistoire, l’obligation du partage, l’invention de la logique du don et du contre-don car un chasseur ne consomme jamais son propre gibier. Don et contre-don sont aussi au fondement de nos rapports sociaux avec les animaux. Donner - recevoir - rendre est le triptyque de nos liens. Que sera l’humanité sans cet échange fondamental ?

Paul Ariès auteur de : Une histoire politique de l'alimentation du Paléolithique à nos jours, Max Milo, 2017.


Frédéric Denhez auteur de : le Bio, au risque de se perdre, Buchet-Chastel, 2018.


Jocelyne Porcher auteure de : Encore carnivores demain ? Quae, 2017 (avec Olivier Néron de Surgy).

 

-----------------------

Source : Libération

-----------------------

 

22:09 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/03/2018

Violence du néo féminisme : Chacun son tour

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 



 

Bertrand Cantat, vient d’annoncer qu’il renonçait à une tournée de concerts « dans le but de mettre fin à la polémique ». Monsieur Cantat, même pas en rêve, elles ne vous lâcheront pas, jamais. J’espère que vous mesurez que ce qui se déploie et dont vous êtes victime, n’a rien à voir avec une « polémique ». Il s’agit simplement de l’expression d’une haine compulsive et obsessionnelle, dirigée contre vous cette fois-ci, mais demain contre quelqu’un d’autre. La haine et la peur des hommes accusés d’être quasiment tous des violeurs, l’aversion pour un pays présenté comme un immense camp de concentration pour les femmes, soumises à des viols de masse, la répulsion puritaine pour la sexualité, tout ceci se focalise contre des cibles que la meute désigne à la vindicte. Les unes derrière les autres. Après Orelsan c’était donc le tour de Bertrand Cantat qui présente des caractéristiques significatives et particulièrement intéressantes. Voilà un artiste « engagé » qui passait son temps entouré d’une petite gauche sociétaliste et clanique, à donner des leçons de morale à la terre entière. Étendard de la bien-pensance, il n’avait pas de mots assez durs pour fustiger les méchants. Et voilà que le héros fait la démonstration que l’appartenance au camp du bien n’empêche pas d’aussi faire le mal. Tout le monde sait qu’il y a 15 ans, il a tué sa compagne Marie Trintignant sous les coups dans des conditions terribles.

Jugé par un tribunal régulier, il a subi et exécuté la peine. Quoi que l’on pense du quantum de celle-ci, et des conditions de cette exécution, il n’y a plus à discuter. Sur le plan judiciaire, vis-à-vis de la société, il est quitte. De plus dans une société civilisée, la prison à temps présente la caractéristique de prévoir et de favoriser la réinsertion des condamnés. Pas de leur infliger une mort sociale définitive.

On a tout à fait le droit de ne pas aimer Bertrand Cantat. C’était mon cas avant, et avec la mort de Marie Trintignant, cela ne s’est pas arrangé. Mais, vouloir aujourd’hui le frapper d’un interdit professionnel définitif, et l’empêcher de s’exprimer est simplement une démarche totalitaire. Personne n’est obligé d’aller à ses concerts, et ceux qui le font usent d’une liberté que nul n’est en droit de leur contester. Tout comme sont libres de le dire, ceux qui pensent, comme Nadine Trintignant, qu’il ferait mieux de raser les murs. Mais ce qui est inacceptable ce sont ces pressions permanentes, ces campagnes médiatiques, ces pétitions sur Internet, ces minables interventions d’élus, je pense au maire de Saint-Nazaire et au président du Conseil Départemental de la Manche, qui hurlent avec les loups en espérant grappiller quelques voix. Et maintenant, cette violence qui tente d’empêcher physiquement les concerts en organisant des troubles à l’ordre public pour fournir à la lâcheté de certains édiles les prétextes pour les interdire. Et bien sûr, tout le monde oublie l’article 431–1 du code pénal qui considère que ces comportements constituent un délit. La consultation des réseaux est absolument accablante, parcourus qu’ils sont par le ressentiment et la haine. Et où l’on voit affleurer cet appétit inquiétant pour la punition définitive, et éliminatoire. Françoise Nyssen a pourtant dit sobrement ce qu’il fallait en penser : « Bertrand Cantat a aussi le droit de continuer à vivre ». Pour être immédiatement couverte d’injures.

Interdire, censurer, punir, voilà bien le triptyque du néo féminisme en action. Dont la mise en œuvre se caractérise par une violence sociale extrême. Dans la mesure où les tenants de cette idéologie sont souvent proches, sinon appartiennent au pouvoir d’État il y a lieu de s’inquiéter. Rappelons-nous Caroline de Haas membre du cabinet de Najat Valaud Belkacem alors ministre de la condition féminine, et observons les réflexes parfois déplorables de Marlène Schiappa. Et lisons les projets de loi liberticides concoctés dans les petits laboratoires de ce totalitarisme.

Interdire, censurer, punir. À qui le tour ?

Maître Florence Rault

 

--------------------------------

SOURCE : Vu du droit

--------------------------------

 

22:52 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/02/2018

Les premiers hommes étaient Européens et non Africains, affirme une étude controversée

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 



Des chercheurs ont analysé avec de nouvelles techniques deux fossiles découverts en Grèce et en Bulgarie. Et un petit détail leur a mis la puce à l'oreille.

SCIENCE - La divergence dans l'évolution entre les grands singes et les humains se serait produite plus tôt qu'estimé, et non pas en Afrique mais sur le continent européen, selon une nouvelle analyse de deux fossiles d'hominidés datant de 7,2 millions d'années mis au jour dans les Balkans.

 

Cette découverte, objet de deux études publiées ce lundi 22 mai dans la revue américaine PLOS One, vient étayer davantage la théorie selon laquelle la lignée humaine s'est séparée de celle des chimpanzés dans l'est du bassin méditerranéen, et non pas sur le continent africain comme on le pense généralement. Une affirmation qui a été rejetée par plusieurs paléontologues interrogés par le Washington Post.

 

Les chimpanzés sont les cousins vivants les plus proches des humains, dont ils partagent plus de 95% des gènes. Retrouver dans l'évolution le dernier ancêtre commun aux deux espèces est la question centrale et la plus débattue en paléoanthropologie.

 

Les scientifiques avançaient jusqu'alors l'hypothèse selon laquelle les deux lignées ont divergé dans une période remontant de cinq à sept millions d'années et que le premier pré-humain est apparu en Afrique.

La preuve par les molaires

Mais de nouvelles analyses avec des technologies sophistiquées de ces deux fossiles connus depuis plusieurs décennies d'hominidés "Graecopithèque freybergi" ont conduit les auteurs à conclure qu'ils appartiendraient à une espèce d'hominidé pré-humain.



 

A l'occasion de la sortie de l'étude, l'artiste Velizar Simeonovski a imaginé à quoi pouvaient ressembler ces Graecopithèque freyberg.

Recourant à la tomographie informatisée, une nouvelle technique d'imagerie, cette équipe internationale de recherche a pu visualiser les structures internes des deux fossiles. Selon leurs analyses, les racines des prémolaires étaient en partie fusionnées.

"Alors que chez les grands singes les deux ou trois racines des molaires sont nettement séparées ou divergent, chez le Graecopithèque elles convergent et sont partiellement fusionnées, une caractéristique typique chez les humains modernes et anciens et plusieurs hominidés pré-humains, dont l'Ardipithèque et l'Australopithèque", explique Madelaine Böhme, professeur au Centre Senckenberg sur l'évolution humaine à l'Université de Tübingen en Allemagne, une des principales auteures de ces recherches.

"Nous avons été surpris de ces résultats alors que les hominidés pré-humains connus jusqu'alors avaient été trouvés seulement en Afrique sub-saharienne", relève Jochen Fuss, un chercheur à l'Université de Tübingen qui a mené une partie de l'étude.

Les chercheurs ont daté les sédiments des sites en Grèce et en Bulgarie où ont été mis au jour les deux fossiles du Graecopithèque à 7,24 et 7,17 millions d'années respectivement. "Cette datation nous permet de situer la séparation entre les humains et les chimpanzés dans la région de la Méditerranée", relève David Begun.

Les spécialistes pas convaincus

Pour autant, l'analyse de ces deux fossiles, la partie inférieure d'une mâchoire trouvée en Grèce et d'une prémolaire supérieure mise au jour en Bulgarie, ne suffit pas à convaincre la communauté scientifique. Le Washington Post a en effet interrogé plusieurs chercheurs spécialisés sur ces questions qui ne sont pas d'accord avec les conclusions des deux articles publiés dans PLOS One.

Jay Kelley, un paléontologue de l'université d'Arizona, précise que David Begun, professeur de paléoanthropologie à l'Université de Toronto, un des principaux co-auteur de ces travaux, a depuis longtemps défendu cette thèse d'une origine européenne des hommes. Puis, selon lui, nos ancêtres seraient retournés en Afrique par la suite. Une théorie qui "a emporté peu, si ce n'est aucun adhérent", précise Jay Kelley.

Richard Potts, un autre paléontologue interrogé par le quotidien, estime lui que "la conclusion principale de l'article va bien au-delà des preuves présentées". Jay Kelly abonde en affirmant que la forme de la molaire ne suffit pas à classer ce fossile dans la catégorie hominidé. D'ailleurs, nos premiers ancêtres n'avaient pas les molaires fusionnées. Cela pourrait donc être une mutation qui a évolué indépendamment dans plusieurs lignées différentes.

Une divergence liée au climat ?

Mais si les auteurs ont raison, comment expliquer cette différenciation entre le singe et l'homme? Les scientifiques notent que cette évolution des hominidés pré-humains pourrait avoir résulté de bouleversements de l'environnement. L'équipe menée par la professeur Böhme a également montré que la formation du désert du Sahara remonte à plus de sept millions d'années.

"Ces données indiquent pour la première fois une propagation du Sahara il y a 7,2 millions d'années alors que les tempêtes dans le désert transportaient déjà la poussière salée rouge vers la côte nord de la Méditerranée, comme c'est toujours le cas aujourd'hui", expliquent les chercheurs de l'Université de Tübingen.

Ils ont également déterminé qu'à cette même époque de formation du Sahara, un écosystème de savane a émergé en Europe. "Cet écosystème correspond parfaitement aux fossiles de girafes, de gazelles, d'antilopes et de rhinocéros mis au jour avec ceux du Graecopithéque", pointent ces scientifiques.

"La formation d'un désert en Afrique du Nord il y a plus de sept millions d'années et la propagation de la savane dans le sud de l'Europe pourraient avoir joué un rôle dans la divergence entre la lignée humaine et celle des chimpanzés", suppute la professeur Böhme.

 

-------------------------

SOURCE : Le Huffington Post

-------------------------

 

19:57 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Plus un pays est égalitaire, moins les femmes s'orientent vers des études scientifiques

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Une étude sur ce « paradoxe de l'égalité de genre » montre que ce sont dans les pays les plus inégalitaires que l'on trouve le plus haut taux de femmes qui étudient les sciences.

 


Cliquez sur la photo...

 

Aux États-Unis, où la société encourage les filles à être ambitieuses et faire ce qu'elles veulent, seuls 8% des diplômés de sciences informatiques à l'université sont des femmes.

À l'inverse, en Algérie, un pays plus inégalitaire où seulement 15% des femmes travaillent, celles-ci représentent 41% des diplômés dans les domaines des sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STEM).

Priorité aux carrières stables et lucratives

Une étude publiée dans la revue Psychological Science montre que ces différences correspondent à une véritable tendance de fond: les pays les plus mal classés en termes d'égalité femmes-hommes (selon l'indice défini par le Forum économique mondial) sont ceux où le pourcentage de femmes étudiant des matières scientifiques et techniques est le plus fort.

L'Algérie, l'Albanie, la Tunisie, les Émirats Arabes Unis et le Vietnam ont tous un taux de féminisation de la filière STEM supérieur à 35%, alors qu'il est inférieur à 25% en Suède, en Belgique et aux Pays-Bas.

Les auteurs de l'étude, Gijsbert Stoet et David Geary, deux chercheurs en psychologie de l'université Beckett de Leeds (Royaume-Uni) et de l'université du Missouri (États-Unis), parlent à ce sujet de «paradoxe de l'égalité de genre». Selon eux, une des raisons de ce paraodoxe est que les femmes des pays plus inégalitaires donnent la priorité aux carrières stables et lucratives, comme peuvent l'être les STEM. 

«Les pays les plus égalitaires en termes de genre sont aussi des États-providences avec un bon niveau de sécurité sociale», écrivent Stoet et Geary. C'est ce soutien qui permet aux femmes de choisir des études qui ne privilégient pas uniquement la sécurité financière.

 

Choix en fonction des points forts et des passions

Les auteurs ont analysé les notes des filles et garçons de soixante-sept pays différents dans plusieurs matières. Ils ont trouvé que les filles étaient aussi douées ou meilleures en sciences que les garçons dans la majorité des pays, et que les filles étaient en général plus douées en lecture que les garçons.

Comme les filles sont meilleures en lecture, lorsqu'elles ont le choix, elles s'orientent plutôt vers des matières non scientifiques. Alors que les pays plus égalitaires encouragent les filles à étudier des matières scientifiques, beaucoup d'entre elles choisissent une autre voie, en fonction de leurs points forts et de leurs passions.

Olga Khazan explique dans The Atlantic que «ce n'est pas que l'égalité de genre décourage les filles d'étudier les sciences. C'est que cela leur permet de ne pas étudier la science si elles ne sont pas intéressées».

Pour les gouvernements qui veulent augmenter le taux de femmes en sciences, les auteurs recommandent de se concentrer sur les filles qui excellent en sciences mais qui malgré tout ne choisissent pas cette voie.

«Si nous pouvons comprendre leurs motivations, des interventions pourraient être créées pour les aider à changer d'avis.»

 

-------------------------------

SOURCE : SLATE

-------------------------------

 


Cliquez sur la photo...

00:37 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Lignes ferroviaires gérées par une entreprise privée : à l'heure et trois fois moins cher que la SNCF...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 

Lignes ferroviaires gérées par une entreprise privée : en Bretagne, on connaît déjà

Alors que plusieurs pistes sont explorées au niveau national pour réformer la SNCF, il existe en Bretagne une ligne déjà gérée par une entreprise privée.

De prime abord, rien ne différencie la ligne Carhaix-Paimpol des autres. Cependant, elle n'est pas gérée par la SNCF, mais par la CFTA, Société générale des chemins de fer et de transports automobiles, dans laquelle Veolia a des parts. L'entreprise sous-traite l'exploitation pour le compte de la SNCF.

"Nous faisons tous les métiers : conducteur de train, agent de bord, vente de titres de transport, maintenance de la voie ferrée et des passages à niveaux", affirme Loïc Lanne, directeur CFTA Bretagne. Une salariée confirme : "Chez nous, on est polyvalents. On peut être au guichet en gare à Paimpol, agent de circulation, agent d'accompagnement, chef de train."

Spécificité historique et d'actualité

Cette spécificité remonte à la fin du XIXe siècle. La ligne Carhaix-Paimpol est la seule survivante du réseau construit en Centre Bretagne. À la création de la SNCF, en 1938, ce réseau est resté indépendant et exploité par la CFTA.

Aujourd'hui, les voyageurs ne remarquent pas cette différence, car ils réservent leurs billets sur le site de la SNCF. En revanche, les salariés, eux, la ressentent : ils n'ont pas le statut de cheminot. "J'ai 60 ans et je travaille toujours ici. Chez la SNCF, j'aurais arrêté de travailler depuis huit ans", constate Jean-Yves Le Mahoariec, conducteur.

À l'heure où il est question de réformer la SNCF, cette organisation unique pourrait servir de modèle pour d'autres lignes. Elle coûte trois fois moins cher que si elle était gérée par la SNCF.

 

---------------------

SOURCE : France 3 Régions

---------------------

 

00:05 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/02/2018

Alexis de Tocqueville

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Une émission du Canal Académie...

 

 

Si vous souhaitez récupérer l'émission en fichier mp3 (en "téléchargeant le fichier lié sous...") pour l'écouter dans votre lecteur habituel, c'est par ce lien : Tocqueville.mp3...


Cliquez sur la photo...

 

00:55 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/02/2018

Inversion Civilisationnelle...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Présentatrices Météo en Suède, le pays des vikings... et en Irak... Cherchez l'erreur...

 

22:53 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le quatrain de Jeanne d'Arc

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

"Tous les français doivent retenir ce quatrain par coeur..."

 

22:30 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/02/2018

Jésus chez Yann Barthèse

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Vincent Dedienne est un humoriste qui n'est même pas drôle...

Quant à Yann Barthès, il paraît que c'est un journaliste...

Ils veulent cracher sur la face du Christ ? Grand bien leur fasse ! Mais s'ils 
osaient à l'égard de l'Islam ne serait-ce que le tiers du quart de ce qu'ils osent à l'égard du Christianisme ils auraient toute la bien-pensance contre eux.

 

 

« A force d'avilissement, les journalistes sont devenus si étrangers à tout sentiment d'honneur qu'il est absolument impossible, désormais, de leur faire comprendre qu'on les vomit et qu'après les avoir vomis, on les réavale avec fureur pour les déféquer. La corporation est logée à cet étage d'ignominie où la conscience ne discerne plus ce que c'est que d'être un salaud. »

Léon Bloy, Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne

 

« Je pense qu'il n'y a jamais eu d'époque aussi dénuée d'intérêt. Uniformité désespérante de la platitude et de l'ordure, attestée par les sécrétions du journalisme. »

« Qu'est-ce que le Bourgeois ? C'est un cochon qui voudrait mourir de vieillesse. »

« On peut tout contre moi, excepté me décevoir. Avec ou sans mérite, je suis trop établi dans la vie surnaturelle pour que le démon de l'Illusion puisse avoir sur mon âme un pouvoir quelconque. »

Léon Bloy, L'invendable

17:53 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le Vécu des parents se transmet-il aux enfants ?

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 


Il ne façonne pas seulement les personnalités ou l'ambiance familiale: le vécu se transmet aussi de génération en génération, de façon toute biologique, via des mécanismes dits épigénétiques. Une découverte incroyable qui a bouleversé notre vision de l'hérédité.

La vie n'est pas un long fleuve tranquille. C'est vrai de la nôtre, semée d'embûches, de drames, d'événements heureux ou moins heureux. C'est vrai aussi de celle de nos parents. Et de leurs parents avant eux. Or, on sait depuis une vingtaine d'années que ce vécu peut se transmettre d'une génération à l'autre !

Ce qui est arrivé à nos ancêtres se retrouve tapi au plus profond de nous, sans que nous nous en doutions. Ce qui les a marqués nous marque aussi. Une étude portant sur la famine qui a affecté les Pays-Bas au cours de l'hiver 1944-1945, sous l'occupation allemande, a canonisé cette hérédité épigénétique. Du fait de la privation de nourriture, les femmes en fin de grossesse à cette période ont donné naissance à des bébés plus petits que la moyenne et ayant plus de risque, adultes, d'être atteints de diabète ou d'obésité. Rien d'étonnant à cela. La surprise est venue plus tard : lorsque ces "bébés de la faim" ont à leur tour donné naissance à des enfants. Or, ceux-ci étaient atteints dans des proportions anormales de diabète, voire de rachitisme, alors que leurs parents n'avaient jamais souffert de malnutrition ! La santé de ces enfants pâtissait du fait que leur grand-mère avait souffert de la faim ! Ce traumatisme s'était ajouté au génome de la lignée. Et ce n'est pas le seul exemple.

La théorie de l'évolution revisitée

En 2013, des chercheurs ont appris à des souris à craindre l'odeur de l'acétophénone (qui évoque l'amande). A chaque fois que cette odeur planait, elles recevaient une décharge électrique. Or les descendants de ces souris, jusqu'à la troisième génération, se sont révélés eux aussi nerveux en présence d'acétophénone, bien qu'ils n'y aient jamais été exposés. Des résultats qui suggèrent que les peurs peuvent se transmettre... biologiquement.

Depuis quinze ans, ces curieuses découvertes se multiplient. Et si elles affolent la communauté scientifique, c'est qu'elles obligent à repenser ce qui fonde notre identité. Nos aïeux ne nous transmettent pas que des gènes ; leurs conditions de vie entrent désormais dans l'équation. Leur vécu semble bel et bien s'inscrire, d'une façon ou d'une autre, au cœur des cellules. De quoi se demander si la théorie de Jean-Baptiste de Lamarck sur l'hérédité des caractères acquis n'a pas été balayée un peu vite, au XIXe siècle : "Aujourd'hui, il paraît évident que la théorie de Lamarck est plausible. La transmission de l'influence de l'environnement sur plusieurs générations est indéniable, affirme Isabelle Mansuy, professeure en cognition moléculaire à l'université de Zurich. La vision que l'on avait de l'hérédité, reposant uniquement sur les gènes, était tout simplement fausse."

Des interrupteurs de gènes

Reste une question : quelles sont les bases moléculaires de cette transmission ? Ici, les scientifiques parlent de marques épigénétiques. Pour mieux comprendre, on peut comparer les gènes aux notes d'un morceau de musique et les marques épigénétiques aux indications ajoutées sur la partition, qui imposent de jouer certaines notes plus ou moins fort, de changer de rythme, etc. Plus concrètement, il s'agit d'éléments qui s'accrochent à la molécule d'ADN ou modifient son degré de compaction, la rendant ainsi plus ou moins accessible aux enzymes qui déchiffrent le génome. Comme autant de petits interrupteurs, ces marques épigénétiques activent certains gènes, en réduisent d'autres au silence et permettent de moduler finement leur activité.

Longtemps, les scientifiques ont cru que ces traces laissées par les épreuves de la vie étaient effacées lors de la formation des gamètes (les ovocytes et les spermatozoïdes) et au moment de la fécondation, la division cellulaire "diluant" les marques épigénétiques. L'embryon subirait ainsi un nettoyage complet, une remise à zéro lui permettant d'écrire sa propre vie sur une page blanche. Mais il semble, aujourd'hui, que tout ne soit pas effacé...

Une explication pour la dépression

Quels que soient les mécanismes sous-jacents, une brèche s'est ouverte dans le tout-génétique et les conséquences sont de taille, y compris pour la santé. Des études menées chez la souris ont montré que des traumatismes psychologiques pouvaient entraîner des troubles du comportement chez les souriceaux deux générations plus tard. Or, si vos grands-parents ont vécu des traumatismes et que vous en subissez les conséquences, cela peut bouleverser la façon dont on aborde certaines maladies, comme la dépression. Attention cependant à ne pas accuser l'épigénétique de tous nos maux ! Lorsque ces souris traumatisées étaient placées dans un environnement enrichi (avec des jouets, des interactions sociales...), leurs symptômes s'estompaient, chez elles comme chez leur descendance ! Pas plus que le génome, l'épigénétique ne constitue une prophétie inéluctable.

D'après Science & Vie QR n°23 « Nos ancêtres & nous »

---------------------------

SOURCE : Science & Vie

---------------------------

 

13:18 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/02/2018

Garges-lès-Gonesse : « Face à la désertion de l'État et à l'impotence de la justice, la guerre de tous contre tous »

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

------------------------------------

Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris et porte-parole de l'Institut pour la Justice.

------------------------------------

Dans le Val d'Oise, un retraité a demandé l'assistance des jeunes de la cité pour évacuer sa maison squattée par des Roms. La police n'avait pas le droit d'intervenir. Guillaume Jeanson voit là le signe d'un affaiblissement de l'État qui, à terme, risque de conduire à un retour à la justice privée.

« Quand la justice française est incohérente, on utilise la force ». Cette phrase, abondamment retweetée, commente une vidéo prise mercredi soir et déjà largement visionnée : celle d'une expulsion illicite et musclée d'un pavillon du Val d'Oise squatté par des Roms. Cette phrase tonne comme un slogan inquiétant, car le pire a sans doute été évité mercredi soir à Garges-lès-Gonesse. Mais elle sonne aussi comme un avertissement. Un avertissement que les autorités feraient bien d'écouter attentivement avant qu'un drame ne se produise.

Que s'est-il passé ? Youcef, un retraité de 76 ans, possède un pavillon sans toutefois l'habiter. Il est contacté un jour par la police qui l'informe de l'occupation de son bien. Se rendant sur les lieux, il découvre alors son pavillon squatté par seize Roms. Des dégradations sont visibles et certains meubles ont disparu. Il demande aux occupants de quitter les lieux. Pour justifier leur refus, ces derniers, fins connaisseurs d'une loi qui les protège, lui tendent triomphalement un ticket attestant d'une livraison de pizza à cette adresse. Ils sont là depuis plus de 48h, même la police ne saurait les déloger.

Youcef n'a d'autre choix que d'entreprendre courageusement un marathon judiciaire. Il débourse alors 1500 euros pour entamer une procédure d'expulsion. Une procédure épineuse aux étapes multiples et au calendrier aléatoire. L'affaire interpelle et indigne. Les réseaux sociaux s'en mêlent. Une question revient sans cesse: comment la loi peut-elle protéger, avec autant de largesse, ceux qui la violent pourtant allègrement? De leur côté, certains médias se font l'écho de l'écœurement et de l'inquiétude des riverains qui dénoncent l'indigence douteuse de ces squatters aux si grosses voitures.

Magie d'internet, le tocsin est sonné depuis la région lyonnaise. Un « vidéaste » influent qui prend fait et cause pour Youcef interpelle les jeunes du quartier où se trouve son pavillon squatté. Une descente est organisée : mercredi soir, un groupe d'hommes armés pénètre ainsi dans le pavillon en vociférant « Allez, sortez, cassez-vous, vous avez deux minutes ». Les Roms désertent et la police est appelée au secours. L'affaire vire au cocasse : la police n'ayant pas le pouvoir de déloger les Roms, squattant illégalement le pavillon d'un retraité, dispose bien en revanche de celui d'interpeller ceux qui les y ont délogés. Si doute il y avait, une loi du 24 mars 2014 a veillé à le dissiper, en créant un nouvel article 226-4-2 inséré dans notre Code pénal : « Le fait de forcer un tiers à quitter le lieu qu'il habite sans avoir obtenu le concours de l'État dans les conditions prévues à l'article L. 153-1 du code des procédures civiles d'exécution, à l'aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou contraintes, est puni de trois ans d'emprisonnement et de 30.000 € d'amende. »

Mais laissons le droit un moment pour en revenir aux faits, tels que du moins les rapporte jeudi le journal Le Parisien: « Tous racontent, vidéo à l'appui, que la police est intervenue pour interpeller plusieurs jeunes. Les Roms seraient alors revenus dans le pavillon. « Ils étaient une quinzaine à l'intérieur de la maison, mais ils ont appelé des renforts, ajoute un autre. De notre côté, toute la cité est venue. » Il indique qu'ils totalisaient environ 40 personnes. Il assure que leurs adversaires se tenaient une main dans leur veste comme pour indiquer qu'ils étaient armés. De leur côté, les jeunes évoquent leurs propres moyens d'intimidation : fusil à pompe, Tokarev, chiens. L'un d'eux exhibe une photo de lui prise armes à la main. »

Heureusement, pour l'heure, tout semble à peu près pacifié. Un bain de sang a été évité et Youcef semble avoir récupéré son pavillon, à la plus grande satisfaction des riverains. Mais quand donc nos gouvernants comprendront-ils où nous conduisent leurs renoncements successifs ? Comment ne pas évoquer ici ce que les philosophes des Lumières appelaient l'état de nature ? Un état défini, selon les termes du philosophe John Locke, comme « l'absence de supérieur commun pour régler nos différends ». Une situation dans laquelle les individus ne peuvent compter que sur leurs propres forces pour protéger ce qu'ils ont de plus précieux, et notamment leurs vies et leurs biens.

« Quand la justice française est incohérente, on utilise la force ». Oui, ce slogan est inquiétant. Il est inquiétant car il augure, devant la désertion de l'État, devant l'impotence d'une justice discréditée par sa lenteur et l'exécution défaillante de ses décisions, cette situation qui est ou devient rapidement, pour le philosophe, une guerre de tous contre tous. Car, lorsqu'ils sont livrés à eux-mêmes, les hommes « n'observent pas strictement les règles de l'équité et de la justice ». Car pour sortir de cette situation détestable dans laquelle la vie humaine est « courte, misérable et brutale », les individus doivent accepter de cesser de se faire justice eux-mêmes et confier le soin de défendre leurs vies et leurs biens à une autorité publique qui aura les moyens d'imposer ses décisions aux récalcitrants. Une autorité que nous appelons l'État.

Lorsque les autorités étatiques disparaissent ou se montrent durablement affaiblies, prévaut alors ce que le criminologue canadien Maurice Cusson appelle « la solidarité vindicative » : le devoir, la nécessité de faire bloc avec son « clan » - sa famille, sa corporation, ses voisins, etc. - pour défendre sa vie, ses biens, son honneur. C'est ainsi que le criminologue souligne que, durant tout le moyen-âge, période au cours de laquelle les autorités étatiques étaient faibles, la plupart des homicides se commettaient en groupe, alors que de nos jours les homicides sont presque toujours une affaire ne comprenant que le meurtrier et sa victime. Et durant tout le moyen-âge, les taux d'homicides étaient bien plus élevés qu'aujourd'hui. De l'ordre de 40 pour 100.000 à la fin du XVe siècle, contre environ 1 pour 100.000 aujourd'hui. Car la solidarité vindicative va hélas souvent de pair avec la vendetta, le cycle sans fin de la vengeance et des représailles.

C'est à cela que nous avons assisté mercredi soir à Garges-les-Gonesses : au retour de la « solidarité vindicative ». Une solidarité que d'aucuns relèveront peut-être assise, en partie, sur une base communautaire. Mais une solidarité qui trahit en tout cas de manière certaine le recul de l'État et l'affaissement de son autorité.

------------------------------------

SOURCE : le Figaro

------------------------------------

 

23:12 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook