Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2017

Echapper à ce dilemme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le seul choix qui s'offre apparemment à nous, c'est de réduire en poussière les maisons, faire éclater les entrailles des hommes et déchiqueter des corps d'enfants avec des explosifs, ou bien de nous laisser réduire en esclavage par des gens à qui ce genre d'activité répugne moins qu'à nous. Jusqu'ici, personne n'a proposé de solution pratique pour échapper à ce dilemme. »

George Orwell, Essais, articles, lettres, volume I

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/08/2017

Je ne crois pas aux bavardages actuels sur la coexistence de n’importe quelles cultures dans la diversité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Pierre Ysmel - L’immigration ne va-t-elle pas devenir le problème explosif de la France et de l’Europe ?

Cornelius Castoriadis - Cela peut le devenir. Le problème n’est évidemment pas économique : l’immigration ne saurait créer des problèmes dans des pays à démographie déclinante, comme les pays européens, tout au contraire. Le problème est profondément politique et culturel. Je ne crois pas aux bavardages actuels sur la coexistence de n’importe quelles cultures dans la diversité. Cela a pu être – assez peu, du reste – possible dans le passé dans un contexte politique tout à fait différent, essentiellement celui de la limitation des droits de ceux qui n’appartenaient pas à la culture dominante : juifs et chrétiens en terre d’Islam. Mais nous proclamons l’égalité des droits pour tous (autre chose, ce qu’il en est dans la réalité). Cela implique que le corps politique partage un sol commun de convictions fondamentales : que fidèles et infidèles sont sur le même pied, qu’aucune Révélation et aucun Livre sacré ne déterminent la norme pour la société, que l’intégrité du corps humain est inviolable, etc. Comment cela pourrait-il être "concilié" avec une foi théocratique, avec les dispositions pénales de la loi coranique, etc. ? Il faut sortir de l’hypocrisie qui caractérise les discours contemporains. Les musulmans ne peuvent vivre en France que dans la mesure où, dans les faits, ils acceptent de ne pas être des musulmans sur une série de points (droit familial, droit pénal). Sur ce plan, une assimilation minimale est indispensable et inévitable – et, du reste, elle a lieu dans les faits. »

Entretien de Cornelius Castoriadis avec Pierre Ysmel, paru dans Humanisme. Revue des francs-maçons du Grand Orient de France, n°199/200, Septembre 1991, sous le titre : "Péripéties et illumination…". Puis repris dans Une Société à la dérive, Entretiens et débat, 1974-1997, Seuil, col. point essais, Paris, 2005.

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/08/2017

Par nécessité intérieure

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le coeur aventureux se reconnaît à ce qui'il tire son plaisir de ce qui serait pour les autres un enfer. Plus on en bave, plus forte est l'ivresse. "Aucune bête au monde" et guère plus d'hommes raisonnables n'iraient crever de soif dans le Tanezrouft, se geler les pieds dans les Alpes ou plonger à quarante mètres sous la mer.

Mais pourquoi font-ils ça ? Pour rien. Par nécessité intérieure. Parce que personne d'autre, avant, ne l'avait fait. Parce qu'il n'est pas possible de faire autrement.

L'aventure n'est le produit ni d'un calcul ni d'une idéologie. Elle est gratuite, inutile, i-nu-ti-le ! Elle se passe de justification. Elle est sa propre justification. »

Dominique Venner, Le Choc de l'Histoire

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/08/2017

Nous sommes évacués...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On ne décède pas, on est décédé […]. Nous sommes évacués dans des usines à décéder chromées. Nous n’y sommes pas à vrai dire tués (à l’inverse, notre décès y est même retardé par d’admirables manipulations), mais, dans ce délai, nous sommes si fermement insérés dans l’appareil que nous en devenons un élément, que notre décès devient une partie de ses fonctions. Notre mort devient un événement instantané interne à l’appareil. »

Günther Anders, L’Obsolescence de l’homme - Tome II

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Tel fut mon premier contact avec les études classiques

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« On me conduisit dans une salle de classe et l’on me dit de m’asseoir à un bureau. Tous les autres élèves étaient en récréation, et j’étais seul avec le professeur. Il prit un petit livre d’un brun verdâtre, couvert de mots en différents caractères d’imprimerie.

"Vous n’avez encore jamais fait de latin, n’est-ce pas ? dit-il.
- Non, Monsieur.
-Voici une grammaire latine." Il l’ouvrit à une page cornée. "Il faut que vous appreniez ceci, dit-il, en désignant un certain nombre de mots disposés dans un cadre. Je reviendrai dans une demi-heure pour voir ce que vous savez."
Je me retrouvai donc au seuil d’une triste soirée, le cœur lourd, assis devant la Première Déclinaison.

Mensa : la table
Mensa : Ô table
Mensam : la table
Mensae : de la table
Mensae : à ou pour la table
Mensa : par, avec ou de la table

Que diable cela signifiait-il ? A quoi cela servait-il ? Cela me semblait de l’absolu charabia. Il y avait cependant une chose que je pouvais toujours faire : je pouvais l’apprendre par cœur. Et j’entrepris donc, autant que me le permettaient mes chagrins intimes, de graver dans ma mémoire l’espèce d’acrostiche que l’on me proposait.

La demi-heure écoulée, le maitre revint.
"Avez-vous appris votre leçon ? demanda-t-il.
Je crois que je peux la dire, Monsieur", répondis-je, et je la lui débitai d’un trait.
Il parut si satisfait que je m’enhardis à lui poser une question.
"Qu’est-ce que cela veut dire, Monsieur ?
- C’est bien simple. Mensa, la table. Mensa est un nom de la première déclinaison. Il y a cinq déclinaisons. Vous avez appris le singulier de la première déclinaison.
- Mais, répétai-je, qu’est-ce que cela signifie ?
- Mensa signifie la table, répondit-il.
- Alors, pourquoi mensa signifie-t-il aussi ô table, demandai-je, et que veut dire ô table ?
- Mensa, ô table, est le vocatif, répondit-il.
- Mais, pourquoi ô table, insistai-je avec une sincère curiosité.
- Ô table… c’est la forme que vous emploierez pour vous adresser à une table, pour invoquer une table." Et, voyant que je ne le suivais pas : "C’est la forme que vous emploieriez pour parler à une table.
- Mais ça ne m’arrive jamais, balbutiai-je, franchement stupéfait.
- Si vous êtes impertinent, vous serez puni, et, permettez-moi de vous le dire, puni sévèrement", répliqua-t-il.

Tel fut mon premier contact avec les études classiques qui, m’a-t-on dit, ont apporté de telles joies à tant de nos plus remarquables contemporains. »

Winston Churchill, Mes jeunes années

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/08/2017

La superstition du divers et du possible

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Toute sagesse, et à plus forte raison toute métaphysique sont réactionnaires, ainsi qu'il sied à toute forme de pensée qui, en quête de constantes, s'émancipe de la superstition du divers et du possible. »

Emil Cioran, Exercices d’admiration

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La route était tracée. Désormais, ce serait à moi de jouer.

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Dimanche 30 décembre 1928. Il va être bientôt 15 heures. Nous sommes cinq, dans l'appartement de la rue de Courcelles. Mon père, Paul, quarante ans. La sage-femme. Le médecin de la famille, le docteur Lecointe, venu surveiller le chantier. Ma mère, Anne, vingt-huit ans, qui serre les dents et s'agrippe aux draps, pressée de se débarrasser enfin de moi. Je semble hésiter. Qu'on se mette à ma place : je ne suis encore qu'un sans-papiers, et dieu sait ce qui attend, dehors, un Franco-Russe. À Moscou, où il est resté, mon grand-père maternel, Savely Mazur, n'a plus donné de ses nouvelles depuis quelques mois. Là-bas, c'est le Grand Tournant. Staline, désormais seul au pouvoir, a lancé le premier plan quinquennal et la collectivisation des campagnes. Hier, j'ai entendu Paul (je ne l'appelle pas "papa" : nous n'avons pas encore été présentés) s'exclamer : "Tout cela ne me dit rien qui vaille !"

Paul est un bourgeois parisien. Son père, Adolphe, est directeur des Assurances générales, et lui-même gère la fortune d'une famille de millionnaires, pour ne pas dire "milliardaires", car l'expression n'est pas encore passée dans le langage courant. Quand la guerre a pris fin, Paul a terminé sa troisième année, interrompue, à Sciences Po, et il est allé prendre un bain, en Bretagne, à Saint-Cast. Là, entre deux vaguelettes, une jeune fille brassait l'eau. En passant devant lui, elle lui a demandé : "Excusez-moi, pourriez-vous me dire si j'avance ?" Elle avait un nez légèrement busqué, des pommettes saillantes, à la cosaque, et un horizon de steppes dans ses yeux bleu-vert. Elle étudiait le piano au conservatoire pour devenir concertiste. Elle adorait la musique française : Debussy, Fauré, Ravel, Chausson, Poulenc. Paul, lui, était fou de musique russe : les ballets de Diaghilev, Nijinski, Chaliapine, Borodine, Moussorgski, Glinka, Stravinski. La route était tracée. Désormais, ce serait à moi de jouer. À 15h20 (ou 22), j'ai pris les choses en main, et je me suis mis à brailler.
"Voilà qui est parfait, a dit mon père. J'irai demain, à la première heure, le déclarer à la mairie.
- Vous n'y pensez pas ! s'est exclamé le bon docteur. Il faut le déclarer du 1er janvier. Vous lui ferez gagner un an."

C'est ainsi que je suis parti dans la vie avec un faux de la faculté de médecine dans le biberon. »

Christian Millau, Journal impoli : un siècle au galop, 2011-1928

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/08/2017

Cette faculté de transfiguration

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Est-il interdit d’imaginer qu’il existe parmi nous au moins un catholique du temps des cathédrales, que sa foi pourrait encore lancer dans une étonnante expédition spirituelle ? C’est assez bien ce que j’ai ressenti : la stupéfaction de rencontrer un catholique chez qui la foi ait encore cette sève, cette faculté de transfiguration, une foi dont puissent surgir d’aussi vertigineuses conséquences… Un catholique évoluant à de telles altitudes qu’il aurait tout à fait perdu de vue les bas-fonds où sa religion s’est écroulée aujourd’hui. »

Lucien Rebatet, Les Deux Étendards

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une société qui ne sait plus rien de l'Ascète, ni du Guerrier

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Dans une société qui ne sait plus rien de l'Ascète, ni du Guerrier ; dans une société où les mains des derniers aristocrates semblent faites davantage pour des raquettes de tennis ou des shakers de cocktails que pour des épées ou des sceptres; dans une société où le type de l'homme viril – quand il ne s'identifie pas à la larve blafarde appelée “intellectuel” ou “professeur”, au fantoche narcissique dénommé “artiste”, ou à cette petite machine affairée qu'est le banquier ou le politicien – est représenté par le boxeur ou l'acteur de cinéma; dans une telle société, il était naturel que la femme se révoltât. »

Julius Evola, Révolte contre le monde moderne

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/08/2017

Ils baptisent les lions moutons

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Ils sont sourds. Ils baptisent les lions moutons. Ils croient que le monde est une bergerie dont ils seront les pasteurs humanistes. Ils ne veulent plus savoir que toute vérité est une guerre, toute vie un combat, toute survie une âpre lutte. Ils ont oublié que la grandeur d'un peuple est d'abord faite de son égoïsme et que l'oubli de celui-ci le condamne à l'esclavage. Ils refusent de voir qu'on ne gagne jamais si on n'est pas habité par la rage de vaincre et que, pour être magnanime, il faut d'abord être vainqueur et qu'on est vainqueur que si l'on est fort. Ils sont sourds à ces simples cris. »

Jean Cau, La Barbe et la Rose

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Dire NON pour sauver notre OUI

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ne pas succomber, ne pas rompre. Ne pas plier les genoux. Ne pas accepter la défaite qui en nous s'installe. Récuser la laideur qui nous lèche, de sa langue tiède. Dire NON pour sauver notre OUI. Notre courage, pour l'heure, est solitaire en cette forêt. Que faire ? Défricher. Tracer un sentier. »

Jean Cau, La grande prostituée

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/08/2017

Oligarchies capitalistes et politiques associées à une caste bureaucratique

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« L'État italien, bien qu'il se soit toujours solennellement déclaré libéral, démocrate et constitutionnel, n'a jamais représenté et ne représente pas les intérêts de la nation italienne ; il représente ceux d'oligarchies capitalistes et politiques associées à une caste bureaucratique qui est la vraie maîtresse de l'Italie. Car il n'y a pas d'État en Italie : il existe une caste bureaucratique qui s'identifie avec l'État. »

Curzio Malaparte, “Le cancer national”, in Prises de bec

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La vertu... Les vices...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Après avoir discrédité la vertu, ce siècle a réussi à discréditer les vices. Les perversions sont devenues des parcs d'attractions que fréquentent en famille les foules du dimanche. »

Nicolás Gómez Dávila, Les horreurs de la démocratie

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/08/2017

L'Italie est grande tandis que l'Etat italien est petit et misérable

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Tout le drame de notre vie nationale réside dans le fait que l'État italien n'est pas à la hauteur de la très antique et très noble tradition de notre civilisation, de culture, d'humanité et d'intelligence aussi de notre peuple, à quoi il faut ajouter que l'Italie est grande tandis que l'État italien est petit et misérable, pour ne pas dire pire encore ; l'Italie est un pays civilisé tandis que l'État italien est l'expression éthique, politique et administrative d'un mal aussi ancien que sont anciens l'injustice, l'inefficacité, la corruption, l'exploitation, l'abus de pouvoir. Il est faux de dire, c'est un fait que je ne me suis jamais lassé et ne me lasserai jamais de répéter, il est faux de dire que chaque peuple a l'État qu'il mérite. Le peuple italien mérite beaucoup mieux. »

Curzio Malaparte, “Le cancer national”, in Prises de bec

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Français du bistrot

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Français des croisades, ils sont devenus Français du bistrot : le bien-être et l'ennui. Rien n'est plus gênant que de voir une nation qui a abusé - à juste titre - de l'attribution “grand” - grande nation, grande armée, la grandeur de la France - se dégrader dans le troupeau humain haletant après le bonheur. Elle était réellement grande quand elle ne le cherchait pas. […] “Le Français moyen”, “le petit-bourgeois” : types honteux de circulation courante, qui ont fleuri sur les ruines des exploits du passé. Quelle ironie de la vie : le sacrifice des héros est suivi des fades délices du médiocre, comme si les idéaux ne jaillissaient de la gloire du sang que pour être piétinés par les doutes. »

Emil Cioran, De la France

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook