Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2016

Une suite d'expériences unique en son genre

=--=Publié dans la Catégorie "Ô Mort... Ô Mort..."=--=

 

et

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Car la vie de quelqu'un, même la plus humble, est un déroulement inédit et original d'une suite d'expériences unique en son genre. Le témoin ne peut donc juger qu'à la condition de rester témoin jusqu'au bout. Qui sait si la dernière minute ne viendra pas d'un seul coup dévaluer une vie apparemment honorable ou réhabiliter au contraire une vie exécrable ? »

Vladimir Jankélévitch, La Mort

 

21:23 Publié dans Lectures, Ô Mort... Ô Mort... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/06/2016

La "dhimma"...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« En 1976, étant correspondant du "Monde" en Égypte, je fus expédié au Liban pour remplacer provisoirement notre représentant local, Édouard Saâb, qui venait d’y être assassiné. On était alors au début de la longue guerre (1975-1990), non pas "civile", comme il est panurgiquement écrit partout, mais libano-palestinienne ou, pour être plus précis, maronito-islamique. Je constatai, en débarquant à Beyrouth-Ouest, que la totalité de la presse étrangère était installée en secteur "islamo-progressiste", comme répétait la doxa de l’époque, et ne mettait pratiquement jamais les pieds à Beyrouth-Est, en secteur "chrétien-conservateur"… Fidèle à l’enseignement d’Hubert Beuve-Méry, fondateur du "Monde", dont le maître-mot fut "Renvoyez les idées reçues à leurs auteurs !", je décidai d’aller voir ce qui se passait de l’autre côté de la ligne de démarcation séparant les deux Beyrouth. La première chose qui me frappa, ce fut les décalcomanies de Jésus, la Vierge ou saint-Maron, patron des catholiques maronites, apposées sur les armes des combattants. "Vous allez tuer au nom de Dieu ?", demandai-je à un jeune guerrier qui me regarda stupéfait, avant de rétorquer : "Quoi, vous venez d’Égypte, vous avez vu le sort des coptes et vous me posez une telle question ! Nous nous battons pour ne pas devenir comme les coptes, et avec l’aide de Dieu nous gagnerons !"

J’allai voir ensuite le jeune Béchir Gemayel, étoile montante des "fachos", pour Beyrouth-Ouest, et de la "résistance libanaise" pour Beyrouth-Est (et qui devait plus tard être élu président du Liban avant d’être assassiné) ; il donna raison à ses miliciens, précisant : "Nous combattons pour avoir le droit de continuer à sonner nos cloches ! Plutôt mourir que d’être dhimmi". Dhimmi en arabe, "protégé" ; dhimma : "protection", avec une nuance d’assujettissement, accordée par l’Islam depuis, croit-on, le "pacte" conclu entre des chrétiens et le calife Omar, l’un des premiers successeurs de Mahomet, pacte aussi appliqué aux autres "Gens du Livre" reconnus par l’Islam : zoroastriens, israélites et sabéens essentiellement. J’avais rencontré pour la première fois le terme "dhimma" dans les feuilles diffusées en Algérie nouvellement indépendante par ceux qu’on appellerait bientôt "intégristes" puis "islamistes" ou "djihadistes". Je me trouvais alors au service de l’administration algérienne en tant que "coopérant militaire", avant de devenir correspondant du "Monde" en Alger, où je suivis des cours d’Histoire islamique donnés par un universitaire musulman, selon lequel "on n’appliquait plus la dhimmitude nulle part au XXe siècle, sauf en Arabie"…

Je n’avais pas encore lu les ouvrages fondamentaux sur le sujet, dus à l’Egypto-levantin Jacques Tagher, au Libanais Antoine Fattal, au Palestinien de Suisse Sami Aldib, tous trois chrétiens d’Orient. Je n’avais pas non plus encore examiné in vivo la dhimmitude au quotidien. En Égypte, je fus peu aidé en cela par le mutisme des coptes, sans doute par honte vis-à-vis d’un chrétien "libre", et par crainte de représailles de la part de musulmans glosant haut et fort, eux, devant les Occidentaux, sur la "tolérance" de leur religion alors que nous, nous avions eu les Croisades, l’Inquisition, le Colonialisme, le Nazisme et tout le saint-frusquin… Aidés par une puissante cohorte d’intellos marxistes, huguenots, juifs, cathos de gauche, etc., ceux des mahométans songeant déjà à une Reconquista à l’envers de l’Europe latine, avaient vite compris qu’en culpabilisant leurs adversaires potentiels, ils les affaibliraient d’autant. La "cohorte", elle, comptait secrètement sur le pouvoir électoral des "masses musulmanes" — et ça continue sous nos yeux en France, Espagne, Belgique, etc. — pour installer durablement au gouvernement la gauche socialiste…

Ce furent, au Caire, au milieu de la décennie 1970, le père Georges Anaouati, fameux érudit dominicain égypto-levantin, conseilleur culturel de Jean Paul II, et un autre érudit oriental, Mirrit Boutros-Ghali, fondateur de la société d’archéologie copte, qui m’ouvrirent définitivement les yeux sur la terrible réalité de la dhimmitude. Désormais, en Orient, je passais une partie de mon temps à parcourir quartiers et villages mixtes où je touchai mille fois du doigt la condition de demi-citoyens des coptes et autre chrétiens, les discriminations quotidiennes dans la rue, aux champs, à l’école, dans l’administration, etc. C’est en outre parmi les coptes que je trouvai les pauvres des pauvres, même si la misère frappait aussi de nombreux musulmans. Comme je rapportais mes tristes constats à Anaouati, il me donna une sorte d’ordre : "Écrivez tout ça !". Et ce fut, en 1983, "Le Radeau de Mahomet", essai où je développais ce que j’avais déjà esquissé dans "Le Monde" sur la situation de la Chrétienté orientale. Si j’eus le soutien de mes supérieurs hiérarchiques type André Fontaine ou Michel Tatu, nombre de mes confrères, au "Monde" et ailleurs, au nom d’un “Islamo-progressisme” imaginaire, nièrent les faits que je rapportais…

En Égypte, bien sûr, mais là où me conduisaient aussi d’autres reportages : Libye, Soudan, Yémen, Pakistan, Brunei, et même dans les soi-disant États "laïques" de Syrie, Irak ou Turquie, je découvrais peu à peu, la condition dhimmie : pas de mariage ni même de flirt avec une "vraie croyante" alors que tout mâle musulman a le droit d’épouser juives ou chrétiennes dont les enfants seront obligatoirement islamisés ; pour celles de ces épouses ayant conservé leur foi native, en cas de veuvage, aucun héritage ni aucune garde des enfants ; impossibilité pour les dhimmis d’accéder à certaines professions "délicates", comme la gynécologie ou bien à des postes politiques réellement importants : le célèbre Boutros Boutros-Ghali, au rôle diplomatique mondial, ne dépassa jamais chez lui le rang de "ministre d’État" qui, au Caire, équivaut à "secrétaire d’État". Le "laïc" Nasser aggrava encore la dhimmitude en interdisant aux chrétiens d’enseigner l’arabe, "langue du coran" ; en contrepartie, si on peut dire, il interdisit à ses coreligionnaires les manifestations festives trop bruyantes lors des conversions de coptes à l’Islam. Subsistèrent les milles mesquineries paperassières, légales ou non, imposées aux constructeurs de la moindre chapelle tandis que le gouvernement continuait à encourager l’édification de nouvelles mosquées. Sous Sadate les attentats antichrétiens se multiplièrent tandis que le pape copte qui avait eu le toupet de se plaindre était assigné à résidence… Lors du renversement du président islamiste élu, Morsi, en 2013, par le maréchal Sissi, des musulmans passèrent leurs nerfs en détruisant en deux jours plus de cent édifices chrétiens dans la vallée du Nil, soit plus que durant toute la conquête arabe de cette région en 639… »

Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, La NRH, hors série n°12

Combattantes chrétiennes syriennes

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/06/2016

Lorsqu’on est en plein dans la vie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Qui le dira ; surtout, qui le saura ? Il faut être posé comme moi au-dessus de l’humanité, il faut être à la fois parmi les êtres et disjoint d’eux, pour voir le sourire se changer en agonie, la joie devenir la satiété, et l’enlacement se décomposer. Car lorsqu’on est en plein dans la vie, on ne voit pas cela, et on n’en sait rien ; on passe aveuglément d’un extrême à un autre. Celui qui a crié ces deux cris que j’entends : "tout ! rien !" avait oublié le premier lorsqu’il a été emporté par le second. »

Henri Barbusse, L’enfer

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L’époque contemporaine est une agonie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les groupements nationaux, unités de l’univers moderne, sont ce qu’ils sont, soit. Par la déformation grandissante, monstrueuse, du sentiment patriotique, l’humanité se tue, l’humanité se meurt, et l’époque contemporaine est une agonie. »

Henri Barbusse, L’enfer

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Je vieillis et je meurs, moi...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Vieillir, penser autrement, mourir. Je vieillis et je meurs, moi. J’ai mis longtemps à le comprendre, figure-toi. Je vieillis ; je ne suis pas vieille, mais je vieillis. J’ai déjà quelques cheveux blancs. Le premier cheveu blanc, quel coup ! Un jour, penchée à mon miroir, prête à sortir, j’ai vu sur ma tempe deux fils blancs. Ah ! c’est sérieux, cela ; c’est l’avertissement, net, en plein. »

Henri Barbusse, L’enfer

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/06/2016

Ce que diront de nous les historiens futurs

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je rêve parfois de ce que diront de nous les historiens futurs. Une phrase leur suffira pour l’homme moderne : il forniquait et lisait des journaux. Après cette forte définition, le sujet sera, si j’ose dire, épuisé. »

Albert Camus, La Chute

 

17:28 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Convaincus de vos raisons, de votre sincérité, et de la gravité de vos peines

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les hommes ne sont convaincus de vos raisons, de votre sincérité, et de la gravité de vos peines, que par votre mort. Tant que vous êtes en vie, votre cas est douteux, vous n’avez droit qu’à leur scepticisme. »

Albert Camus, La Chute

 

17:11 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ce monde moderne qui ne connaît pas le repos

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« En ce monde moderne, qui ne connaît pas le repos, en ce monde tumultueux, vous et moi nous avons pris tous les plaisirs du coeur et maintenant les voiles blanches de notre nef sont ployées et la charge de notre barque épuisée. »

Oscar Wilde, La maison de la courtisane

 

17:04 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/05/2016

Une espèce d’intrigue de néant

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ces gens sont ensemble, mais, en vérité, absents l’un de l’autre ; ils se sont quittés, sans se quitter. Il y a sur eux une espèce d’intrigue de néant. Ils ne se rapprocheront plus, puisque, entre eux, l’amour fini tient toute sa place. Ce silence, cette ignorance mutuelle sont ce qu’il y a de plus cruel sur la terre. »

Henri Barbusse, L’enfer

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La permanence des mentalités profondes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Civilisation, culture, tradition, sont des notions voisines au point d’être interchangeables dans le langage courant. La culture est première dans l’ordre chronologique de la fondation. Elle se rapporte à la permanence des mentalités profondes. Elle est créatrice de sens. La civilisation est une culture qui a reçu une forme historique, créatrice d’un ensemble de qualités propres dans l’ordre matériel, intellectuel, artistique et moral. La tradition est l’âme d’une culture et d’une civilisation. »

Dominique Venner, Un samouraï d’Occident

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Sous forme d'azote

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'autre jour, un hussard bleu bien informé m'a glissé dans l'oreille que nous retournerions à la terre sous forme d'azote, après notre mort. Cette solution ne me convient nullement. Je n'ai jamais rien compris à la chimie. Par contre j'étais premier en catéchisme. »

Roger Nimier, Le Hussard bleu

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/05/2016

Des valeurs plus solides...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il était mort. François le coucha sur l'herbe, fouilla ses poches. Elles contenaient trois carnets de chèques et une fortune en billets de cinq mille, dix mille et cinquante mille francs. François replaça toute cette paperasse dans les poches du mort. "Nous allons avoir besoin désormais, dit-il à voix basse, de valeurs plus solides." »

René Barjavel, Ravages

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Sublime...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les êtres nobles aiment rarement la vie, ils lui préfèrent les raisons de vivre, et ceux qui se contentent de la vie sont toujours des ignobles. La vie qu'a-t-elle de si désirable, lorsqu'elle n'est sublime ? »

Albert Caraco, Post Mortem

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Hypertolérance et hyperprotection

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le terrorisme est une réaction intolérante à l’hypertolérance de nos sociétés, comme le viol peut être une intolérance à notre tolérance sexuelle sans limites (son taux croît avec le taux de libération sexuelle, ce qui est paradoxal). C’est la violence de deuxième génération — réaction à l’absence de violence. Ainsi des maladies de deuxième génération (cancer) : elles sont une réaction à l’hyperprotection des corps. »

Jean Baudrillard, Cool Memories

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/05/2016

La guerre est inhérente à l’Islam

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La guerre est inhérente à l’Islam. Elle est inscrite dans sa doctrine, elle est tantôt un fait de civilisation, tantôt un fait religieux mais ne peut pas en être séparée. Elle est cohérente à la conception même de Dar al ahrb, le monde entier ayant la vocation d’être islamisé par la conquête arabe. La preuve de ceci n’est pas seulement théologique, elle est historique ; à peine la religion musulmane a-t-elle était prêchée, aussitôt et comme conséquence immédiate, la conquête militaire commence. De 632 à 651, en vingt ans après la mort du Prophète c’est une fulgurante guerre de conquête, invasion à l’ouest de l’Egypte et de la Cyrénaique, au centre du reste de l’Arabie, à l’est de l’Arménie, de la Syrie, de la Perse. Dans le siècle qui suit, la totalité de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, et à l’Est jusqu’à l’Inde et au Turkestan. Tout cela non par la vertu et la sainteté mais par la guerre. »

Jacques Ellul, La subversion du christianisme

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook