Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2015

Les seins de la femme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La beauté atteinte par les seins de la femme n'était-elle point la gloire la plus resplendissante de l'évolution de l'humanité ? »

Yasunari Kawabata, Les belles endormies

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Dans la même personne, simultanément, s’affrontent les pulsions les plus opposées, admirables ou haïssables

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Toute guerre civile, toute lutte armée clandestine avec une systématisation des attentats, porte en elle une irrémédiable corrosion de l’âme. Elle libère en chacun la part obscure des pulsions de puissance, de haine, de meurtre. Et l’homme, de tous les animaux, est bien celui qui les pousse au plus loin. Il y trouve une jouissance qui précède et prolonge l’action. Pas d’illusion là-dessus. L’homme a peut-être perdu la plupart de ses instincts, comme disent les éthologues, mais il a conservé le goût du sang. Surtout quad ce goût se pimente de coups tordus et d’intrigues cruelles qu’autorisent le secret et l’impunité.Personne ou presque n’est à l’abri. La justification de toute violence au nom de fins supérieures fait sauter tous les freins. Quels secrets délices ! Plus d’interdits. La culture, l’éducation, la morale, la loi, tout est effacé. Contre l’ennemi, contre le traître supposé, contre le suspect, tout est permis, vraiment tout. Assouvissement de férocité. L’homme est bon, prétendent les humanistes. Cruel en fait et bien salaud. Altruiste et loyal, parfois compatissant, tendre et doux à l’occasion. Compliqué l’homme. Échappant à toute logique. Dans la même personne, simultanément, s’affrontent les pulsions les plus opposées, admirables ou haïssables. "Je te ferai flinguer !" Jouissance suprême. Détenir le pouvoir d’annuler d’un seul coup un rival, un quidam qui ne vous revient pas, un suspect. Toute l’histoire est remplie de cela à commencer par celle de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Des actes d’un héroïsme pur se mêlent au déchainement d’instincts nocturnes légitimés par la sainteté supposée de la cause. »

Dominique Venner, Le Coeur Rebelle

 

03:49 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Nous étions une joyeuse horde barbare...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je conserve toujours, profondément imprimé dans ma mémoire, un chaos de sensations éparses d’une netteté fantastique : la guerre. Un cri. Des cris, beaucoup de cris, d’appels. La pluie, le froid de l’aube. Le méchant claquement des balles. Des odeurs de bois brûlé, de mort, de poudre; de fleurs aussi, un peu écoeurantes comme les cadavres. Des sonneries de clairon désespérées. Des regards, des yeux… De petites lâchetés. Des joies, de terribles joies et de brusques désespoirs sans larmes. Des silences. Des cigarettes partagées. La terre dans laquelle on s’enfonce, son odeur. Des insectes aux cuirasses bleutées comme l’acier des armes et des mouches. L’abominable bourdonnement des mouches. Nous étions une joyeuse horde barbare, nous défendions le royaume des Trois Forêts mais nous aurions aussi bien combattu pour le diable dans notre désir agressif d’être vainqueurs. Nous avions les mains rouges de sang, nous étions implacables, cruels, indifférents à la souffrance et à la mort. Nous vivions et nos âmes chantaient. Nous étions fous. Tant d’excès dévora notre énergie et la fin de la campagne, comme une vague se retire, nous abandonna sur le sable blanc de la victoire, assommés, mornes, sourdement heureux d’être vivants, seuls, perdus dans le brouillard d’une étrange et vague tristesse. »

Pierre Schoendoerffer, L’Adieu au Roi

 

03:16 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/03/2015

Un survivant

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'humanité, une fois détruite ou simplement éteinte, on peut se figurer un survivant, l'unique, qui errerait sur la terre, sans même avoir à qui se livrer... »

Emil M. Cioran, De l'inconvénient d'être né

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Louise Villedieu, putain à cinq francs

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Tous les imbéciles de la Bourgeoisie qui prononcent sans cesse les mots : immoral, immoralité, moralité dans l’art et autres bêtises me font penser à Louise Villedieu, putain à cinq francs, qui, m’accompagnant une fois au Louvre, où elle n’était jamais allée, se mit à rougir, à se couvrir le visage, et, me tirant à chaque instant par la manche, me demandait devant les statues et les tableaux immortels comment on pouvait étaler publiquement de pareilles indécences. »

Charles Baudelaire, Oeuvres Posthumes

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Deux postulations simultanées

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il y a chez tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées : l’une vers Dieu, l’autre vers Satan. La postulation vers Dieu – ou spiritualité – est un désir de monter en grade ; la postulation vers Satan – ou animalité – est une joie de descendre. »

Charles Baudelaire, Fusées

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Seigneur, je n’aime pas beaucoup les hommes que vous avez faits

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Seigneur, je n’aime pas beaucoup les hommes que vous avez faits. Comment se fait-il, Seigneur, que pour croire en vous il faille fuir les hommes que vous avez faits ? Pourquoi ma foi croît-elle selon une solitude ? Pourquoi la compagnie des fils m’éloigne-t-elle du Père ? C’est lorsque je suis seul que je me sens le plus proche de vous, Seigneur. Oui, les gens m’éloignent de vous, tel n’était pas votre dessein pourtant, vous vouliez que tous les hommes s’unissent pour vous aimer, et voyez : plus nous sommes nombreux, et plus nous nous éloignons de vous. Vous n’êtes pas fait pour les foules, Seigneur. La foule n’a point d’âme. L’âme est trop farouche pour se montrer à la foule. Dès que l’on est plus de deux, l’on n’a plus d’âme. L’âme se refuse. Elle ne se donne qu’à un seul, elle ne se prostitue pas. »

Jean-René Huguenin, Journal (3 décembre 1955)

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook