Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2016

Le Temps sacré

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le Temps sacré est par sa nature même réversible, dans le sens qu’il est, à proprement parler, un Temps mythique primordial rendu présent. Toute fête religieuse, tout Temps liturgique, consiste dans la réactualisation d’un événement sacré qui a eu lieu dans un passé mythique, "au commencement". Participer religieusement à une fête implique que l’on sort de la durée temporelle "ordinaire" pour réintégrer le Temps mythique réactualisé par la fête même. Le Temps sacré est par suite indéfiniment récupérable, indéfiniment répétable. D’un certain point de vue, on pourrait dire de lui qu’il ne "coule" pas, qu’il ne constitue pas une "durée" irréversible. C’est un Temps ontologique par excellence, "parménidien" : toujours égal à lui-même, il ne change ni ne s’épuise. »

Mircea Eliade, Le sacré et le profane

 

 

19:31 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/09/2016

Les pôles opposés de l'être et du néant

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La nature de cet humanisme qui, en d'autres temps, se présentait si pur et si élevé, est mise à nu et démasquée. Si Dieu n'est pas, alors l'homme n'est pas non plus, voilà ce que notre temps découvre de façon expérimentale. La nature du socialisme est mise à nu et démasquée, ses limites dernières sont manifestes ; de même, est mis à nu et démasqué le fait que l’irréligion, la neutralité religieuse n'existent pas, qu'à la religion du Dieu Vivant est seulement opposée la religion du diable, qu'à la religion du Christ est seulement opposée la religion de l'Antéchrist, le royaume de l'humanisme neutre qui voulait s'installer dans la sphère moyenne, entre ciel et enfer, se décompose, et alors se découvre l'abîme supérieur et inférieur. Au Dieu-Homme est opposé non pas l'homme du royaume neutre et moyen, mais l'homme-dieu, l'homme qui s'est mis lui-même à la place de Dieu. Les pôles opposés de l'être et du néant se découvrent. »

Nicolas Berdiaev, Un nouveau Moyen Âge

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Summer Reading...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Relâcher et briser tous les liens qui attachent l’homme à sa terre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On s’attache comme à plaisir à relâcher, à briser tous les liens qui attachent aujourd’hui l’enfant, et demain l’homme, à sa terre. Leur langue maternelle, ils ne la parlent plus. On leur apprend à la mépriser. Ce faisant, on ne s’aperçoit pas que ce ne sont pas les mots qu’on détruit, mais des affections vivaces et des manières profondes de sentir. »

Maurice Barrès, La colline inspirée

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/09/2016

On a tout fait à l’envers pour tout remettre à l’endroit

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Laisse moi te dire, Patrice, qu’à l’époque du punk on se prenait pour les meilleurs en fréquentant les pires. On a tenté par tous les moyens d’immortaliser notre adolescence au point d’en sacrifier notre enfance comme notre vieillesse. Après la mort de nos pères, mais avant la naissance de nos fils, on a tout donné dans une poignée d’années immortelles et historiques. Le punk n’est rien d’autre qu’une hypertrophie de l’instant jubilatoire au service de l’éphémère inoubliable. Nous avons tellement aimé notre adolescence qu’on en a graffité tous les murs. A force d’échecs, on a fini par obtenir du style. A force de ne pas faire comme les autres, on s’est détaché de la masse. Au lieu de nous marier, on a chahuté les mondanités. Au lieu de faire des gosses, on a entraîné ceux du quartier. Plutôt que de signer un emploi sécurisé, on a décidé de ne pas collaborer en pourrissant la situation. Au lieu de nous cacher pour vivre heureux, on est sorti de chez nous pour tartiner notre malheur. Nous savions que pour devenir nos propres maîtres, il fallait accepter notre esclavage. On a tout fait à l’envers pour tout remettre à l’endroit. Nous avons commencé par crever avant de donner la vie. On est resté tout seul tous ensemble. On s’est suicidé pour s’encourager à vivre. On s’est détesté pour apprendre à s’aimer. On a jeté la gratuité par la fenêtre pour ne pas se faire acheter. »

Voto, dessinateur Punk, cité par Patrice Herr Sang in Vivre pas survivre

 

22:08 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ici Radio-Libre-Adonaï

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ici Radio-Subterranea, station troglodyte de l’abattoir 17, ici tout ce qui se déchire d’un seul coup comme la chair d’une enfant violentée, ici tout ce qui pénètre dans le corps et les esprits telle une seringue remplie de venin, ici tout ce qui appelle à l’aide dans le silence mordoré des astres nocturnes, ici tout ce qui aiguise son couteau pour le sacrifice, ici Radio-Libre-Adonaï, ici l’homme seul, avec sa femme et son enfant, au pied du volcan ruminant sa prochaine éruption, ici l’homme qui marchait sur les cendres. »

Maurice G. Dantec, American Black Box. Le Théâtre des opérations 3 : journal métaphysique et polémique

 

16:40 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/09/2016

Jetant sur toute chose un voile de crêpe noir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Paris aujourd'hui n'est plus ce qu'il était jadis. Un nuage menaçant plane sur ses tours, et assombrit la physionomie de cette ville somptueuse. Le luxe qui y régnait autrefois a quitté ce séjour préféré, en jetant sur toute chose un voile de crêpe noir, et ne laissant à sa place qu'un reflet incertain de sa splendeur passée. Les horreurs de la révolution ont chassé de Paris ses plus riches habitants ; la haute noblesse a émigré, et ceux qui sont restés vivent pour la plupart très-retirés, dans le cercle restreint de leurs amis et de leurs proches parents.

"Ici, me disait l'abbé X., en suivant avec moi la rue Saint-Honoré et en désignant avec sa canne de grandes maisons inhabitées, ici, chez le marquis D., se réunissaient le dimanche les femmes à la mode, les hommes de haut parage, les beaux esprits les plus renommés ; les uns jouaient, les autres dissertaient sur la philosophie, sur les sentiments, sur le goût, sur le beau idéal. Là, chez la comtesse A., venaient tous les jeudis les plus profonds politiques des deux sexes ; on y comparait les idées de Mably à celles de Jean-Jacques, on les discutait et l'on posait les bases d'une nouvelle utopie. Là encore, chez la baronne F., M. lisait chaque samedi ses commentaires sur la Genèse, peignant à de jeunes femmes l'antique et informe chaos sous des dehors si épouvantables, qu'elles s'en trouvaient mal de frayeur et d'angoisse. Vous arrivez à Paris trop tard, mon cher monsieur, les beaux jours sont loin de nous ; on ne soupe plus, la bonne compagnie s'est éparpillée dans tous les coins du monde. Un homme 'comme il faut' ne sait plus aujourd'hui que faire, que devenir ni où passer sa soirée."

Toutefois l'abbé avouait lui-même que les Français avaient depuis longtemps désappris l'art de s'amuser en société, comme ils le possédaient au siècle de Louis XIV, alors qu'ils fréquentaient les salons de la fameuse Marion Delorme, de la comtesse de la Suze, de Ninon Lenclos, où Voltaire lisait ses premiers vers, où Voiture, Saint- Evremond, Ménage, faisaient briller leur bel esprit et dictaient les lois du goût et de la sociabilité.
"C'est John Law, continua l'abbé, c'est cet aventurier, avec sa malheureuse banque, qui a mis à néant la richesse et l'amabilité des Parisiens, en faisant de nos joyeux marquis des marchands de papier et des usuriers. Dans ces mêmes lieux où les délicatesses d'un esprit enjoué se plaisaient à revêtir les formes d'une conversation fine et élégante, on ne parla plus que du prix courant des billets de banque, et les salons se transformèrent en bourses ou en marchés. Cela n'a pas duré sans doute : Law fut forcé de fuir. Mais la vraie gaieté française ne revint pas, ou ne revint qu'exceptionnellement, à de rares intervalles, dans les salons de Paris. On se mit à jouer aux cartes avec frénésie. De jeunes femmes se donnaient des soirées pour se ruiner entre amies, à tour de rôle, ne songeant plus à plaire ni à charmer les hommes par leur esprit. Ensuite, la mode tourna aux perroquets et aux économistes, aux intrigues académiques, à l'Encyclopédie, aux calembours, au magnétisme, à la politique. Nos belles dames se firent auteurs, et trouvèrent ainsi le moyen... d'endormir leurs amants. Tout le monde se mêlait de philosophie, se donnait de l'importance ; on forgeait des mots nouveaux, étranges et bizarres, que Racine et Boileau n'eussent pu ni comprendre ni accepter, et je ne sais vraiment où nous en serions arrivés de malaise et d'ennui, si les foudres de la Révolution ne fussent venues soudain éclater sur nos têtes..."

Ceci dit, l'abbé me serra la main et me quitta. »

Nikolaï Karamzine, Lettres d'un voyageur russe, en France, en Allemagne et en Suisse

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Tout ici-bas naît et s'élève, et tout passe, les peuples comme les fleurs

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Des plaines fertiles s'étendent au loin sur les deux bords de la rivière ; on voit ça et là des collines et des monticules ; partout de jolis hameaux, des vergers, des maisons de campagne, des châteaux avec leurs tours et tourelles ; une culture très avancée, l'industrie et ses bienfaisants résultats. Je voyais en imagination l'état primitif de ces beaux rivages : la Saône roulant ses vagues dans le désert, au sein de ténébreuses forêts ; des hommes presque sauvages se cachant dans de profondes cavernes ou sous les branchages de chaînes séculaires. Quelle métamorphose !... Que de temps il a fallu pour faire effacer les traces de cet état primordial !
 Cependant il pourrait se faire, mes amis, qu'un jour ces mêmes lieux redevinssent déserts et sauvages. Un jour, à la place de ces jolies filles que j'aperçois sur le rivage occupées à peigner leurs chèvres au poil blanc, peut-être verra-t-on rôder des animaux féroces et rugissants comme dans les solitudes de l'Afrique ! Observez un peu les variations de la nature ; lisez l'histoire des nations ; allez en Syrie, en Egypte, en Grèce, et dites-moi si mon hypothèse est dénuée de vraisemblance ! Tout ici-bas naît et s'élève, et tout passe, les peuples comme les fleurs. Dés lors, qu'y aurait-il d'absurde à supposer que ce beau pays de France, si beau par son climat, par ses produits, par le génie de ses habitants, par ses arts et son industrie, puisse devenir dans la suite des siècles semblable à l'Egypte, telle que nous la voyons aujourd'hui ?
 Une chose me console. Si les nations périssent, le genre humain ne meurt pas. Un peuple est remplacé par un autre, et si l'Europe est condamnée à déchoir, eh bien ! on verra de nouvelles sociétés civiles surgir dans le nouveau monde ou ailleurs, et les sciences, les arts, l'industrie refleurir de plus belle dans ces lointains pays. Là où vécurent Homère et Phidias végètent aujourd'hui des ignorants et des barbares. D'autre part, le nord de l'Europe applaudit aux accents inspirés du chantre de la Messiade , et l'on voit Bonnet au pied du Jura, Kant à Koenigsberg, disputer à Platon la palme de la philosophie...»

Nikolaï Karamzine, Lettres d'un voyageur russe, en France, en Allemagne et en Suisse

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Heureux quand nous ne croyons pas, avec tous les laïques, avec tous les primaires

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Beaucoup plus que nous ne le voulons, beaucoup plus que nous ne le croyons, beaucoup plus que nous ne le disons tous formés par des habitudes scolaires, tous dressés par des disciplines scolaires, tous limités par des limitations et des comodités scolaires, nous croyons tous plus ou moins obscurément que l'humanité commence au monde moderne, que l'intelligence de l'humanité commence aux méthodes modernes ; heureux quand nous ne croyons pas, avec tous les laïques, avec tous les primaires, que la France commence exactement le premier janvier dix-sept cent quatre-vingt-neuf, à six heures du matin. »

Charles Péguy, Mystique et politique

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

J’appartiens à la famille des épouses maudites

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le mariage ne consiste pas dans la bénédiction du prêtre mais dans la consommation de l’acte… Un jour, j’ai découvert qu’un bel antiquaire tenait une place dans la vie de Marcel. J’ai quitté la maison en brandissant un couteau. Heureusement pour lui il était absent. Une autre fois, je suis retournée chez sa mère. Elle m’a dit : "Il y a assez d’un défroqué dans la famille." Enfin… Chacun doit porter sa croix et j’en remercie Dieu. Mais qu’elle est lourde ! J’appartiens à la famille des épouses maudites qui s’appelaient Mme Oscar Wilde, Mme Paul Verlaine, Mme André Gide. Je suis une sainte qui sacrifie sa vie à un damné. »

Elise Jouhandeau, cité par Christian Millau dans "Au galop des hussards"

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/09/2016

Qui donc vit plus de quarante ans ? Les imbéciles, et les canailles...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Non seulement je n’ai pas su devenir méchant, mais je n’ai rien su devenir du tout : ni méchant ni gentil, ni salaud, ni honnête — ni un héros ni un insecte. Maintenant que j’achève ma vie dans mon trou, je me moque de moi-même et je me console avec cette certitude aussi bilieuse qu’inutile: car quoi, un homme intelligent ne peut rien devenir — il n’y a que les imbéciles qui deviennent. Un homme intelligent du XIXe siècle se doit — se trouve dans l’obligation morale — d’être une créature essentiellement sans caractère ; un homme avec un caractère, un homme d’action, est une créature essentiellement limitée. C’est là une conviction vieille de quarante ans. Maintenant j’ai quarante ans — et quarante ans, c’est toute la vie : la vieillesse la plus crasse. Vivre plus de quarante ans, c’est indécent, c’est vil, c’est immoral. Qui donc vit plus de quarante ans ? Répondez, sincèrement, la main sur le coeur ! Je vous le dis, moi : les imbéciles, et les canailles. Je leur dirai en face, à tous ces vieux, à tous ces nobles vieux, à ces vieillards aux cheveux blancs, parfumés de benjoin ! Je le dirai à la face du monde ! J’ai bien le droit de le dire, je vivrai au moins jusqu’à soixante ans. Je survivrai jusqu’à soixante-dix ! Et jusqu’à quatre-vingts ! … Ouf, laissez-moi souffler. 

( … )

Parce que, chez ceux qui savent se venger, ou qui savent se défendre, en général — comment cela se passe-t-il ? Eux, dès qu’ils sont possédés, disons, par l’idée de vengeance, ils n’ont plus rien en eux que leur idée aussi longtemps qu’ils n’atteignent pas leur but. Un monsieur de ce genre vous fonce droit au but, comme un taureau furieux, cornes baissées, il n’y a guère qu’un mur qui vous l’arrêtera. (A propos : devant le mur, ce genre de messieurs, je veux dire les hommes spontanés et les hommes d’action, ils s’aplatissent le plus sincèrement du monde. Pour eux, ce mur n’est pas un obstacle comme, par exemple, pour nous, les hommes qui pensons, et qui, par conséquent, n’agissons pas; pas un prétexte pour rebrousser chemin, prétexte auquel, le plus généralement, nous ne croyons pas nous-mêmes, mais auquel nous réservons le meilleur accueil. Non, ils s’aplatissent de tout coeur. Le mur agit sur eux comme un calmant, une libération morale, comme quelque chose de définitif, quelque chose même, je peux dire, de mystique…Mais — plus tard avec le mur.) Eh bien, c’est cet homme spontané que je considère, moi, comme l’homme le plus normal, tel que l’imaginait sa tendre mère - la nature - quand elle le mit au monde. Cet homme-là, j’en suis jaloux jusqu’à m’en faire tourner la bile. Il est idiot, nous n’en discuterons pas, mais qui vous dit qu’un homme normal ne devrait pas être un idiot — qu’en savez-vous ? Peut-être est-ce même très bien. »

Fiodor Dostoïevski, Les carnets du sous-sol

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une tournure qu’on se donne

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mais c’est la mode maintenant d’être vertueux et chrétien, c’est une tournure qu’on se donne ; on se pose en saint Jérôme, comme autrefois en don Juan ; l’on est pâle et macéré, l’on porte les cheveux à l’apôtre, l’on marche les mains jointes et les yeux fichés en terre ; on prend un petit air confit en perfection ; on a une Bible ouverte sur sa cheminée, un crucifix et du buis bénit à son lit ; l’on ne jure plus, l’on fume peu, et l’on chique à peine. — Alors on est chrétien, l’on parle de la sainteté de l’art, de la haute mission de l’artiste, de la poésie du catholicisme… »

Théophile Gautier, Préface de "Mademoiselle de Maupin"

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il leur reste encore l'espoir de se faire reconnaître par Satan

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Evidemment, il leur reste encore l'espoir de se faire reconnaître par Satan. Berniques ! Ils peuvent l'attendre longtemps, leur petit noël noir ! Ils peuvent les mettre dans la cheminée, leurs souliers ! Voilà déjà que le diable se lasse d'y déposer des tas de mécaniques aussi vite démodées qu'inventées, il n'y met plus maintenant qu'un minuscule paquet de cocaïne, d'héroïne, de morphine, une saleté de poudre quelconque qui ne lui coûte pas cher. Pauvres types ! Ils auront usé jusqu'au péché. »

Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le rêve de toute femme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je me demandais si j’étais fait pour les garçonnières, lorsqu’on m’enleva mes doutes en me mettant en prison : décidément, je préférais la vie familiale.
Suzanne, débarrassée de moi, rajeunit. Elle avait enfin réalisé le rêve de toute femme, recevoir une pension alimentaire d’un mari discret et occupé. Au marché de la rue du Poteau, on lui disait : "Mademoiselle", ce qui la rendait presque aussi fière que la sympathie du Taudis. »

Maurice Bardèche, Suzanne et le taudis

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'écologie politique, une vaste imposture

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« En France comme en Allemagne, le paradoxe des écologistes politiques, c'est qu'ils font de la politique, mais pas d'écologie. On chercherait en vain dans leurs programmes de véritables propositions écologiques, comme l'organisation continentale du "ferroutage" (les camions sur trains, non plus sur autoroute) ou la production de véhicules non polluants (GPL, électrique, etc), ou la lutte contre le "mitage" (dispersion de l'habitat en zones naturelles), l'épandage de lisier, la pollution phréatique des grands aquifères, l'épuisement halieutique des plateaux continentaux, les additifs alimentaires chimiques, l'excès d'insecticides, de pesticides, etc. A chaque fois que j'ai évoqué ces questions précises et concrètes avec un représentant des Verts, j'ai eu l'impression qu'elles ne le concernaient pas vraiment et qu'il ne les avait même jamais creusées. 
C'est que, m'a avoué un jour discrètement Brice Lalonde, la cible des Verts est le nucléaire diabolisé de manière magique, car assimilé à la "bombe atomique". Or leur objectif explicite de fermeture du parc nucléaire implique la remise en fonctionnement de centrales au fioul et au charbon autrement plus polluantes et dangereuses (et plus chères) que les centrales nucléaires et leurs aléas (déchets et risques d'aérosols radioactifs type Tchernobyl). La lutte anti-nucléaire est donc anti-écologique. Contre les marées noires et les émissions de dioxyde de carbone, les Verts donnent peu de la voix; contre le moindre incident sans gravité dans une centrale, c'est un concert de hurlements. Seulement voilà: les Verts n'osent pas s'en prendre au lobby pétrolier mondial qui, sans aucun doute, crache au bassinet pour intensifier la lutte anti-nucléaire. Le lobby nucléaire national est un ennemi beaucoup plus confortable. 

Il n'existe pas d'énergie non souillante et, à ce jour, le nucléaire est la moins sale des énergies industriellement maîtrisables. Il est extraordinaire de penser que, pour remplacer l'énergie la moins polluante, les Verts en arrivent (comme en Suède) à recourir à la réactivation des énergies fossiles les plus polluantes. Les cinq sources d'énergies peu salissantes alternatives au nucléaire (géothermique, solaire, éolienne, marémotrice, hydraulique) sont techniquement dans l'impossibilité de fournir les mégawatts nécessaires à un pays industriel.

  Comme l'extrême-gauche dans le domaine économique et social, les Verts se contentent de critiquer et de démolir. Jamais aucune étude, aucune proposition sérieuse n'émane de leurs rangs pour améliorer et rentabiliser les sources d'énergie précitées, assez propres, ou en imaginer d'autres. Par exemple : décentraliser la production d'électricité en installant sur tous les fleuves des dynamos immergées, version contemporaine des antiques moulins à eau, ou en construisant au large des côtes ventées des plates-formes éoliennes selon le concept d'une société hollando-flamande.

  Les mesures concrètes prises par les Verts au pouvoir sont souvent à se tordre de rire, comme l'annulation du percement du canal Rhin-Rhône obtenue par Madame Voynet. En conséquence : l'augmentation du trafic de marchandises par camions, entre la mer du Nord et la Méditerranée, engorgera davantage la route, voie la plus coûteuse et la plus polluante. 

En réalité, les Verts ne se préoccupent absolument pas d'écologie. C'est un simple prétexte. A preuve : ils se dépensent sans compter, en Allemagne et en France, pour défendre les naturalisations, la régularisation des clandestins, pour empêcher les expulsions légales, etc, mais bien peu pour défendre la cause écologique. L'écologie est le cache-sexe du gauchisme. 

L'écologie politique, comme on l'a vu avec les campagnes de Greenpeace, est une vaste imposture. Elle constitue un des innombrables déguisements -- comme les associations caritatives et humanitaires ou culturelles -- dont se sert l'extrême-gauche politique pour avancer ses pions et pallier son absence profonde de tout projet socio-économique alternatif. »

Guillaume Faye, L'Archéofuturisme

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook