Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2016

Réduire à une définition analytique simple une réalité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’idéalisme individualiste et bourgeois, le déterminisme collectiviste de Marx, opposés dans leurs conclusions, sont apparentés par leur singulier monisme dans l’explication de l’histoire, par leur manie de réduire à une définition analytique simple une réalité qui nous est donnée comme originellement complexe, comme originellement en état de lutte et d’équilibre. »

Thierry Maulnier, La Crise est dans l’homme

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Eveiller le sentiment de la justice chez le criminel

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Comme le musicien éveille le sentiment du beau par les sons, de même le système pénal doit savoir éveiller le sentiment de la justice chez le criminel par la douleur, ou même, le cas échéant, par la mort. Comme on dit de l'apprenti qui s'est blessé que le métier lui entre dans le corps, de même le châtiment est une méthode pour faire entrer la justice dans l'âme du criminel par la souffrance de la chair. »

Simone Weil, L’Enracinement

 

09:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'abolition des partis politiques

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La solution pratique immédiate, c'est l'abolition des partis politiques. La lutte des partis, telle qu'elle existait dans la Troisième République, est intolérable ; le parti unique, qui en est d'ailleurs inévitablement l'aboutissement, est le degré extrême du mal ; il ne reste d'autre possibilité qu'une vie publique sans partis (…) ; ils n'auraient jamais cru possible qu'un représentant du peuple pût abdiquer sa dignité au point de devenir le membre discipliné d'un parti. »

Simone Weil, L’Enracinement

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/05/2016

Un état d'esprit...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Être blanc, à mon sens, ce n’est pas une couleur de peau. Mais un état d’esprit. »

Jean Raspail, Le Camp des Saints

 

23:43 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/04/2016

Indifférent au sort du monde

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ne pas dire un mot de toute une journée, ne pas avoir de journal, ne pas entendre la radio, ne pas écouter de commérages, s'abandonner absolument, complètement, à la paresse, être absolument, complètement, indifférent au sort du monde, c'est la plus belle médecine qu'on puisse s'administrer. »

Henry Miller, Le colosse de Maroussi

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Grâce irrésistible de la force

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La désinvolture, grâce irrésistible de la force, est une forme particulière de l'allégresse ; à vrai dire, ce mot, lui aussi, comme tant d'autres de notre langue, a besoin d'être restauré. L'allégresse fait partie des puissantes armes mises à la disposition de l'homme; il la porte comme une divine armure avec laquelle il peut affronter les terreurs mêmes de l'anéantissent. De cette force radieuse qui se perd dans les rosées du matin de l'histoire, la désinvolture, jusque bien avant dans les siècles, fut comme le rejeton nourri dans les nobles maisons. Et qu'est-ce, sinon leur propre mythe, qui saisit les peuples devant un tel spectacle ? »

Ernst Jünger, Le Coeur aventureux

 

13:05 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Comme des êtres à qui manque l'équilibre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Arrivés dans de telles époques, nous vacillons et nous trébuchons comme des êtres à qui manque l'équilibre. Nous tombons de la joie obscure à la douleur obscure, le sentiment d'un manque infini nous fait voir pleins d'attraits l'avenir et le passé. Nous vivons ainsi dans des temps écoulés ou dans des utopies lointaines, cependant que l'instant s'enfuit. »

Ernst Jünger, Sur Les Falaises de Marbre

 

10:30 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Clôturer le jardin d'Eden

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les autorités soviétiques consacraient beaucoup d'efforts à prouver à leur peuple qu'il habitait au paradis, on comprend qu'elles aient tenu à clôturer le jardin d'Eden au cas où les occupants auraient eu le désir d'aller voir ce qui se passait de l'autre côté — en enfer. »

Sylvain Tesson, L'Axe du loup

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/04/2016

Se saouler et chanter

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les hommes aiment se saouler et chanter ; peu leur importe ce qu'ils chantent, pourvu que ce soit beau ; et les chants immortels sont toujours beaux. »

Pierre Drieu la Rochelle, La Comédie de Charleroi

 

18:19 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/04/2016

Une purification

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ainsi le miracle habituel, le miracle attendu s’accomplissait : la nature supprimait d’un seul coup en Simon tout ce qui dans ses pensées n’était pas absolument pur ; elle tuait son tourment et le remplaçait par un autre plus vaste, qui élevait son être au lieu de le courber vers la terre. Elle l’arrachait véritablement à la terre, à la vie quotidienne, à ses limites.
Une purification, oui, c’était cela. Ce n’était pas la fin des inquiétudes, des problèmes, c’était une inquiétude plus noble, un problème vraiment capital. De sorte que si l’angoisse qu’il avait éprouvée quelques instants plus tôt continuait à s’aggraver à mesure qu’il marchait, qu’il s’avançait au milieu de cette nature si peu humaine — il sentait du moins que cette angoisse se nouait à l’éternité autant qu’y était noué son amour. Oui, c’était cela. Toute chose trouvait ici son éternité : joie ou tourment, ce ne pouvait être que la joie ou le tourment de toujours... »

Paul Gadenne, Siloé

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il s’étonnait de lui voir concilier des choses qu’on lui avait toujours enseignées comme inconciliables

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« —Oui, dit Jérôme, comme s’il avait compris la pensée de son compagnon, la chapelle va mettre la-dessus sa poésie, sa musique, ses cierges, son clair-obscur et ses incantations, et va convertir ces hommes et ces femmes de chair en hommes et en femmes de vitrail…
— C’est très fort, cette manière qu’à l’Église d’éteindre la sensualité.
— Mais elle ne l’éteint pas !
— Mettons qu’elle l’apprivoise…
— Pas du tout ! Elle l’approfondit, au contraire, en la convertissant; c’est-à-dire en la soumettant, comme elle fait de tout ce qui existe en l’homme, à un élément supérieur, au sentiment d’une présence sacrée qui est en nous, qui crée en nous un ordre, une hiérarchie, de sorte qu’en fin de compte, elle la subordonne et l’utilise, sans la supprimer, à des fins spirituelles : elle transpose en un rêve mystique mais ardent un rêve qui a toute la chaleur du sang, celui de la Sainte-Thérèse de Bernin — vous savez ?…

Simon écoutait Jérôme avec attention. Il s’étonnait de lui voir concilier des choses qu’on lui avait toujours enseignées comme inconciliables. Il n’était pas à même de décider si ce langage était bien orthodoxe, mais il était séduit par sa beauté, car il unifiait l’univers. Il ne supprimait pas la lutte, mais il la décentrait et laissait entrevoir la possibilité dans l’homme d’un emploi harmonieux des facultés et d’une synthèse féconde, au lieu de le montrer irréductiblement divisé contre lui-même.
— Quel déploiement de sensualité, d’ailleurs, dans l’Église ! continuait Jérôme. Ces lueurs, ces odeurs, ces scintillements, cet or…
— Luxe, calme !…
— Mais oui, c’est dans l’Église comme dans la nature “les couleurs, les parfums et les sons se répondent” ! …
C’est même bien plus vrai dans l’Église : il y a entre elle et la nature la même différence qu’entre la vie et une tragédie de Racine où toutes les valeurs sont portées à leur maximum. Il n’est pas étonnant que le théâtre ait pris naissance dans les cérémonies catholiques ; elles sont déjà, par elles-mêmes, un spectacle. Il s’agit d’attirer les âmes pour leur montrer Dieu. C’est qu’il n’est pas donné à tout le monde de trouver Dieu de soi-même. Il y tant d’êtres qui, sans l’Église, n’auraient jamais su adorer ! …

Simon était frappé. Voilà bien ce qu’il n’avait pas su répondre à Massube, le soir où celui-ci l’avait questionné sur la prière. Une leçon d’adoration, voilà ce qu’elle donnait, la petite chapelle méprisée par Massube. »

Paul Gadenne, Siloé

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/04/2016

Les illusions de lucidité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Bien sûr, les choses tournent mal, pourtant, tu serais parti et, quand l’étreinte du monde serait devenue trop puissante, tu serais rentré chez toi. Mais ça ne s’est pas passé comme ça, car les choses tournent mal à leur manière mystérieuse et cruelle de choses et font se briser contre elles toutes les illusions de lucidité. Tu es parti, le monde ne t’a pas étreint et, quand tu es rentré, il n’y avait plus de chez toi. »

Jerôme Ferrari, Un Dieu un Animal

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Fais comme l'artiste qui retranche, enlève, polit, épure

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Rentre en toi-même et examine-toi. Si tu n'y trouves pas encore la beauté, fais comme l'artiste qui retranche, enlève, polit, épure, jusqu'à ce qu'il ait orné sa statue de tous les traits de la beauté. Retranche ainsi de ton âme tout ce qui est superflu, redresse ce qui n'est point droit, purifie et illumine ce qui est ténébreux, et ne cesse pas de perfectionner ta statue jusqu'à ce que la vertu brille à tes yeux de sa divine lumière, jusqu'à ce que tu voies la tempérance assise en ton sein dans sa sainte pureté. »

Plotin, Ennéade I (Livre 6)

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le défi que lancent les humains aux éléments du chaos

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le jardin entier paraissait vouloir dresser d’invisibles barrières contre tout ce qui, dans l’univers, manquait de grâce et de maturité. On eût dit que les fantômes aimables de plusieurs générations de jardiniers se courbaient au-dessus des sillons sarclés de terre brune, et levaient leurs mains noueuses, ridées et brûlées de soleil vers les clous rouillés et les bouts de tissus effrangés qui protégeaient les rameaux lisses des abricotiers ; et l’on croyait entendre leurs pas trainants dans les allées tranquilles, pour transporter de la serre aux plates bandes les géraniums à l’odeur musquée.
Ce jardin, d’une façon singulière, paraissait symboliser le défi que lancent les humains aux éléments du chaos. S’y attardant, Rook eut l’impression que la cause principale de son malaise était que sa vie manquait de ce labeur quotidien et patient accompli par ces générations passées, et qui avait permis à tout ce qu’il voyait d’exister. »

John Cowper Powys, Givre et Sang

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/04/2016

Quand il a quelque chose d'important à dire, il le met dans un livre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« — Il n'est pas né celui qui peut dire ce que Roger pense! Ce qui est sûr, c'est qu'il trouverait du dernier ridicule de parler de lui. Ce serait pour lui comme une faute de goût. Il connaît parfaitement son don et comme c'est un homme élégant, il doit penser que cela ne vaut pas la peine d'en rajouter.
— Alors, ensemble, de quoi parlez-vous ?
— De conneries, rien que des conneries. Quand il a quelque chose d'important à dire, il le met dans un livre. Sachez-le, vous n'aurez jamais avec lui ce qu'on appelle "une conversation sérieuse". Il n'arrête pas de jouer des personnages.
— Vous savez pourquoi ?
— Oui, sans doute. Il joue des personnages parce que le sien ne le réjouit pas. Drieu, non plus, ne s'aimait pas. »

Christian Millau, Au galop des Hussards

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook