21/11/2014

Aimer le paysage c’est comme aimer la langue...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mardi 30 juillet 2013, midi

Heureusement il nous reste la lumière — la lumière et l’amour (mais certaines philosophies soutiennent que c’est la même chose, je crois).

La vieille consolation lamartinienne par le truchement de la nature ("Mais la nature est là qui t’invite et qui t’aime"), celle de toute la poésie lyrique au moins jusqu’au siècle dernier, n’est plus si agissante, loin de là. La nature n’est plus là, ou bien rarement, et dans quel état ! Elle est partout humiliée, blessée, salie, souillée, aménagée, viabilisée, rentabilisée, touristisée, tôllifiée, parpaingnifiée, industrialisée, banlieucalisée, artificialisée, peaudechagrinée, traquée. Il n’y a que les gens qui ne l’aiment pas vraiment pour ne pas voir ses atroces souffrances et pour jouir sereinement de son agonie. Il n’y a que les gens qui n’aiment pas le paysage (et ils sont l’immense majorité des vivants, il suffit de les voir ne pas le voir, et de voir comment ils le traitent) pour croire que le paysage nous offre la ressource qu’il a toujours offerte — le toujours très historique du sentiment lyrique, au moins. Aimer le paysage c’est comme aimer la langue, ou comme aimer la France : une blessure de tous les instants. Oh, certes, il nous reste des lambeaux, de magnifiques vestiges, des poèmes, des terrasses, des livres, des vergers, des fenêtres, des îles, des inscriptions sur des pierres, le coin d’un champ et même quelques morceaux de montagne réchappés par miracle à la sale industrie des sports d’hiver ; mais pratiquement plus de bords de mer, presque jamais de grands panoramas intacts, à peine un ou deux villages épargnés par la Grande Pelade, l’arrachage des enduits, la lèpre pavillonnaire, l’éclairage a giorno et, s’ils ont eu le malheur d’être trop beaux, la kitscherie gnan-gnan, le fer forgé, l’artisanat d’art, l’esprit “poutres app.”, les galeries de peinture, les “formules”, le second degré. J’ai eu l’imprudence de faire confiance aux ciels. Ils ont longtemps été loyaux et sûrs. Il leur arrive encore de nous mettre à genoux, d’admiration et de gratitude. Mais mêmes eux sont pollués à présent, maculés, striés, lacérés par cet imbécile d’homme et son ingénieux génie. Ne nous laissera-t-il pas, à la fin, un seul espace et un moment sans lui ? Faut-il vraiment qu’il humanifie, quand bien même il les aurait déjà si heureusement humanisés, chacun de nos regards et la moindre de nos sensations ? »

Renaud Camus, NON, journal 2013

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Authenticité...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Vendredi 26  avril 2013

  S’il fallait tourner un film dont l’action se situe dans l’ancienne France paysanne, on serait bien obligé d’avoir recours à des décors artificiels, ou bien de se résoudre à montrer un pays faux, un pays qui n’a jamais été comme cela : la Grande Pelade en effet - l’horrible manie petite-bourgeoise, c’est-à-dire universelle, des arrachages d’enduits - , a totalement défiguré les villes, les bourgs, les villages et les campagnes. Elle les a rendus méconnaissables, elle a fait disparaître le décor ancien, et toute son épaisseur de temps. Chaque fois que j’ai l’occasion de sillonner un ou deux cantons, la poursuite obstinée, malgré mes objurgations, de ce long massacre de l’habitat rural me rend littéralement malade (...)

Le plus ridicule et rageant est qu’aussi bien les arrachages d’enduits que les introductions de poutres en guise de linteaux, souvent au-dessus de larges  baies coulissantes au bord métallisés, ou plastifiés, procèdent, dans l’esprit de ceux qui les commettent, d’une exigence, ô combien ignorante et dévoyée, d’authenticité. Ces vandales bien intentionnés croient sérieusement qu’il est plus "authentique" de leur part, de montrer leurs affreuses pierres meulières, qui ont toujours été cachées, que les beaux crépis qui les recouvraient et qui, eux, avaient toujours été là, c’est-à-dire dès la construction, bien sûr ; et les même sont persuadés que leurs sales poutres incorporées, au-dessus des ouvertures, confèrent aux façades, grâce à leurs relents de mauvais westerns, sans doute, une allure plus authentiquement "rustique" ; alors que l’architecture rurale de la région, celle du moins qui a été le mieux conservée, n’aspirait à rien moins qu’ à la rusticité et tendait au contraire, souvent avec grand succès, à l’élégance et à un classicisme d’inspiration citadine. De superbes fermes ou maisons de maîtres d’un grand style Louis XV sont défigurées pour se voir imposer l’allure supposée de pauvres métaieries du temps de la Troisième République. Seule la rusticité, très mal interprétée le plus souvent, a droit au label "authenticité". Le reste n’existait pas, apparemment (un peu comme le peuple français.) »

Renaud Camus, NON, journal 2013

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Fuyant vers une victoire certaine et confortable

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Et pourtant, je ne l’ai vu qu’une seule fois. C’était pendant l’occupation, à la terrasse du Flore. Jean-Paul Sartre passait sur le boulevard, fuyant vers une victoire certaine et confortable. Il m’est arrivé de revoir Jean-Paul Sartre, entouré de jeunes camarades, assis comme nous l’étions ce matin-là, graves et captivés. J’en ai éprouvé comme d’un pincement. Ce n’est pas qu’il n’y ait places autour des guéridons pour toutes les jeunesses et toutes les écoles qu’on voudra, mais Brasillach...

Un maître dites vous ? J’aurai bien aimé me promener avec lui. »

Antoine Blondin, Ma vie entre des lignes

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La vérité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mais d’où vient que la vérité engendre la haine ? D’où vient que l’on voit, un ennemi dans l’homme qui l’annonce en votre nom, si l’on aime la vie heureuse qui n’est que la joie de la vérité ? C’est qu’elle est tant aimée, que ceux même qui ont un autre amour veulent que l’objet de cet amour soit la vérité ; et refusant d’être trompés, ils ne veulent pas être convaincus d’erreur. Et de l’amour de ce qu’ils prennent pour la vérité vient leur haine de la vérité même. Ils aiment sa lumière et haïssent son regard. Voulant tromper sans l’être, ils l’aiment quand elle se manifeste, et la haïssent quand elle les découvre ; mais par une juste rémunération, les dévoilant malgré eux, elle leur reste voilée.

C’est ainsi, oui c’est ainsi que l’esprit, humain, dans cet état de cécité, de langueur, de honte et d’infirmité, prétend se cacher et que tout lui soit découvert ; et il arrive, au contraire, qu’il n’échappe pas à la vérité qui lui échappe. Et néanmoins dans cet état de misère, il préfère ses joies à celles du mensonge. Il sera donc heureux lorsque, sans crainte d’aucun trouble, il jouira de la seule Vérité, mère de toutes les autres. »

Augustin d'Hippone, Confessions, Livre X, Chapitre XXIII

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le courage de provoquer sa grand-mère...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« De nos jours nous voyons mentionner le courage et l’audace avec lesquels certains rebelles s’en prennent à une tyrannie séculaire ou à une superstition désuète. Ce n’est pas faire preuve de courage que de s’en prendre à des choses séculaires ou désuètes, pas plus que de provoquer sa grand-mère. L’homme réellement courageux est celui qui brave les tyrannies jeunes comme le matin et les superstitions fraîches comme les premières fleurs. »

Gilbert Keith Chesterton, Le monde comme il ne va pas

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/11/2014

Ecartelé par toutes les forces de ce temps

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La technique a déjà pénétré profondément dans l’homme. Non seulement la machine tend à créer un nouvel environnement de l’homme, mais encore elle modifie déjà son être même. Le milieu dans lequel vit cet homme n’est plus son milieu. Il doit s’adapter comme aux premiers temps du monde à un univers pour lequel il n’est pas fait. (...) IL est fait pour le contact avec les choses vivantes et il vit dans un monde de pierre. Il est fait pour l’unité de son être et il se trouve écartelé par toutes les forces de ce temps.
La machine en même temps l’enrichit et le change. Ses sens et ses organes ont multiplié les sens et les organes de l’homme, le faisant pénétrer dans un milieu nouveau, lui révélant des spectacles inconnus, des libertés et des servitudes qui n’étaient pas celles, traditionnelles, à quoi il était accoutumé. Libéré peu à peu des contraintes physiques, il est plus esclave des contraintes abstraites.

(...)

Ce n’est pas seulement dans son travail que l’homme rencontre cette transformation. Il s’agit d’une modification de son environnement tout entier, c’est-à-dire de tout ce qui fait son milieu, ses moyens de vivre, ses habitudes. La machine a transformé ce qu’il y a de plus immédiat pour l’homme, sa maison, son mobilier, sa nourriture.
(...) Nous savons bien (...) toutes les répercussions de la machine sur la nourriture. La conserve d’abord (...) mais aussi la profonde modification du pain, devenu une substance chimique très étrangère au simple grain de blé.
Là encore, des études faites depuis Graham ("Treatise on bread") ont montré à quel point la structure organique du pain avait été modifiée par la machine et la chimie et qu’il en est résulté une profonde altération du goût, comme si "les consommateurs, par une réaction inconsciente, adaptaient leur goût au type de pain qui correspondait exactement à la production en masse".
Ce n’est pas ici un jugement d’esthète ni de romantique attardé. C’est l’expression de techniques précises. Ce sont des constatations faites par les techniciens eux-mêmes.

(...)

L’homme a toujours connu de vastes horizons. IL a toujours été en contact direct avec l’illimité de la plaine, de la montagne, de la mer. Même l’homme des villes. La ville du moyen âge, ceinte de ses murs, tranchait sur la campagne de telle façon que le bourgeois avait cinq cent mètres à faire pour atteindre l’enceinte d’où brusquement l’espace se déroulait, net et libre. L’homme de notre temps ne connaît plus qu’un horizon borné, une dimension réduite ; le lieu de ses mouvements mais aussi de ses yeux se resserre – et si, dans l’usine, ses gestes sont étroitement mesurés par le voisinage, quand il s’éveille ses yeux sont également arrêtés par le mur d’en face qui lui bouche le ciel.

Cette contradiction est bien caractéristique de notre temps : à la conquête abstraite de l’Espace par l’Homme correspond la limitation de la place pour les hommes.»

« Il est vain de déblatérer contre le capitalisme, ce n'est pas lui qui fait le monde, c'est la Machine. »

Jacques Ellul, La technique ou l'enjeu du siècle

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il faut être sérieux

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Curieux pays où un roi -- George V -- et un dictateur -- Primo de Rivera -- se promènent avec une fleur à la boutonnière ! Mais dans les démocraties il faut être "sérieux". Imaginez-vous Poincaré une fleur au jabot ? »

Henry de Montherlant, Carnets

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook