Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2022

De la poudre aux yeux… et de la poudre plein ses narines...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

— T’as regardé le débat hier soir ?

— Aucunement. 

— Te connaissant t’as dû faire un truc plus palpitant, genre lire Nietzsche ou un bouquin de théologie orthodoxe en te vidant un verre de whisky.

— Pas du tout. Je suis encore en Carême, moi, monsieur, pas d’alcool depuis plus de 40 jours, et la Pâque Orthodoxe tombant cette année le jour du second tour des élections, crois bien que dimanche prochain j’aurai à coeur autre chose que la présidentielle : je célèbrerai la Sainte Résurrection de mon Sauveur Jésus Christ. Mais hier soir j’ai fait un truc tout aussi intéressant que de lire Nietzsche ou un livre de théologie orthodoxe : à l’heure du débat, j’ai fait le ménage dans tous les tiroirs de ma cuisine en écoutant d’une oreille distraite le saisissant témoignage de Johnny Depp au tribunal, face à sa harpie d’ex-épouse Amber Heard… c’était bien plus captivant que de me farcir Foutriquet et la Poissonnière… et puis ça m’a reposé la tête après mes lectures récentes de passages entiers de « L’échelle sainte » de Saint Jean Climaque ou du livre du Hiéromoine Hilarion Domratchev, « Sur les monts du Caucase ». Car je suis un homme imparfait et je suis pécheur.

— Bah ! T’as pas loupé grand-chose. Marine n’a pas été à la hauteur… mais Macron ne l’a pas détruite comme il y a cinq ans… elle a eu de bons moments, il faut le reconnaître.

— Je ne sais même pas ce qui s’y est dit, lors de ce débat. Mais crois-le ou non, je vois très bien ce qui a pu s’y raconter dans les grandes lignes… 

— Ah oui ? Et quoi ?

— Oh tu sais, je n’ai aucune prétention à la médiumnité, il suffit juste de connaître un peu les deux protagonistes de cette affaire et la Marine, on la connaît depuis un bail… quant à Macron, en cinq ans on a eu le temps de le connaître l’animal. Pas vrai ?

— Et alors qu’as-tu à en dire ?

— Ben un banquier de chez Rothschild qui t’explique que parce que l'on a un emprunt a rembourser on n’est pas libre, que baisser la TVA c'est une mesure pour les riches, qu'un référendum est anticonstitutionnel sauf quand le vote est certain d’aller dans le sens qui lui sied, que la proportionnelle c'est bien mais qu'il n’a pas eu le temps de se pencher dessus, qu'il faut travailler plus longtemps et qu’on discutera des modalités par la suite, qu'il a supprimé des lits dans les hôpitaux mais qu'il veut faire bosser d'avantage les auxiliaires de vies et les infirmiers et infirmières qui sont au bord du suicide, etc… et tout ça avec un regard plein de mépris et l’arrogance déterminée de quelqu’un qui se trouve en haut de l’échelle alimentaire. Un vrai prédateur. Il a, j’imagine très bien, pratiqué si ce n’est ouvertement, du moins en sous-texte, l’art du « en même temps » avec une audace de salope séductrice, car ce mec c’est de la poudre aux yeux… et de la poudre plein ses narines. Et crois-moi, en matière de poudre dans les narines, je m’y connais suffisamment pour renifler, sans mauvais jeu de mot, les cocaïnés de loin.

— T’as un passé de grand pécheur.

— Ouais, rien dont je sois fier, il y a bien pire que moi, mais c’est mon bagage existentiel, mon vécu, mon expérience, alors les sniffeurs je les vois arriver de loin.
Avec mes potes ayant survécu à nos années folles de dérives, lorsque nous nous revoyons en diverses occasions, nous sommes pliés de rires chaque fois que nous évoquons Manu et ses tics obsessionnels de poudré compulsif. Le pire, c’est qu’il est tellement sûr de lui, qu’il ne le cache même pas. Assurance arrogante, regard déterminé, pupilles dilatées sur certaines photos quand tu zoomes dessus… c’est affligeant tellement c’est gros !
Et personne ne dit rien à part le populo accoudé au zinc qui refait le monde en sirotant un demi ou un ballon de p’tit blanc sec. Le populo sait être con et dangereux, mais il a encore un fond de bon sens. Nos politiques tendent de plus en plus à l’oublier ce qui finira bien un jour par se retourner contre eux.

Les électeurs qui vont lui donner leur vote afin de faire barrage au fascisme ne voient même pas que le fascisme est devenu progressiste. Car mettons que Marine Le Pen soit élue demain, tu crois qu’elle va ouvrir des camps de concentrations voire des camps de la mort ? Qu’elle va faire la chasse aux basanés et aux opposants politiques avec des patrouilles spéciales créées à cet effet ? Qu’elle va supprimer l’Assemblée Nationale et imposer de sa main de fer qui caresse ses chats un pouvoir dictatorial ? Qu’elle va organiser des pogroms antisémite ?

— Bien-sûr que non, mais où veux-tu en venir ?

— Et bien je veux en venir au fait que si Macron est réélu, les Gilets Jaunes continueront à être éborgnés et leurs mains arrachées, les « Black Bloc » continueront à casser sous le regard impassible de la Police les commerces et à brûler les voitures des honnêtes citoyens, tandis que les infirmières qui manifesteront finiront la gueule sous la botte des CRS. Si Macron le juge nécessaire, les invitations autoritaires à la vaccination reprendront, ainsi que l’obligation à l’Ausweis pour aller à l’hôpital, en concert ou au restaurant. Nous serons éventuellement confinés à nouveau, on agitera la peur de la mort pour maintenir les personnes en état d’obéissance et de soumission. On se croirait sous le III ème Reich. Mais un III ème Reich juste un peu plus mollasson, pour remporter l’adhésion de suffisamment de personnes afin d’affirmer avec morgue et condescendance paternaliste la nécessité de cet « état d’urgence sanitaire ».

— Et pour la Marine d’hier soir, tu vois quoi dans ta boule de Cristal ?

— La pauvre. Elle a dû être en équilibre très délicat et insolvable. Là ou Zemmour avait les couilles d’annoncer la couleur et de ne pas dévier d’un iota de ce qu’il dit dans ses analyses depuis vingt ans, elle a certainement tenté de préserver la chèvre et le choux tout en enrobant son discours de suffisamment de testostérone héritée de son paternel pour ne pas perdre l’attention de ses électeurs historiques ! J’ai bon ?

— Ouais, grosso modo c’etait ça.

— En gros ça a dû être le débat de l’arrogance d’un côté contre l’insuffisance de l’autre. Avec Zemmour au second tour ça n’aurait pas été la même chose, Foutriquet se serait fait manger à la p’tite cuillère et Zemmour se serait curé les dents avant la fin de la confrontation. Et la Poissonnière aurait rongé son frein devant l’écran de télévision de son QG en prenant une leçon de répartie et de rhétorique… n’est pas bretteur qui veut.

— Je crains que nous repartions pour cinq ans de plus avec Macron. C’est terrible. De toute façon les esprits sont tellement laminés par la propagande qu’il va passer à nouveau pour le sauveur de la Démocratie devant un danger dont le socialiste Lionel Jospin lui-même, évincé par Jean-Marie Le Pen en 2002 lors de la présidentielle, disait il y a quelques années qu’il était déjà inexistant au temps du Président du FN et il doit l’être encore plus, inexistant, sous les auspices de sa fille.

— Oui, tu as parfaitement raison.
Tu sais, il ne s’agit pas pour moi de faire l’éloge de Marine Le Pen qui intellectuellement ne m’impressionne guère et qui, surtout, a un programme économique désastreux : du mélenchonisme national, dont je suis surpris que les électeurs de gauche ne parlent pas car il va complètement dans le sens de leurs revendications. En tout cas très nettement plus que le programme de Macron.
Lorsque dans les années 80 le Front National avait un programme économique parfaitement libéral, inspiré de Reagan et de Thatcher, le vieux borgne disait des saloperies inacceptables sur la Shoah. A présent que la fille a nettoyé son Parti des éléments sulfureux et douteux, elle a procédé a un revirement dans son programme économique qui me laisse pantois, mais que son père avait déjà amorcé à partir du milieu des années 90. Elle a juste fini par enfoncer le clou.

Pour le reste, tu as raison, mais ça coule de source. L’aptitude des gardiens de la vérité officielle, des tauliers de ce qui est supposé être le renom moral de la République, à énoncer ostensiblement et notoirement quel bulletin il convient de glisser dans l’urne le jour de l’élection afin de ne pas perdre face au milieu de ses semblables, et d’annoncer pour ou contre quel candidat à l’Élysée il convient de se prononcer, est proprement hallucinant, car ça ne passe nullement par le débat des idées, mais par l’ostracisation pure et simple, le bannissement, le rejet d’un candidat et de ses électeurs. Cela se fait avec un empressement moutonnier et l’assurance d’être du bon côté, celui que Philippe Muray appelait « L’Empire du Bien ». Le secret de l’isoloir ? Terminé ! Circulez y’a rien à voir ! On se passerait volontiers de leur pathétique opinion, quel que soit d’ailleurs le choix de notre vote, mais les grégaires aiment à se rassurer mutuellement et vous demandent à la moindre occasion de montrer patte blanche. Et lorsque tu montres patte blanche il faut le faire savoir au monde entier ardemment et avec enthousiasme, dans une communion unanime et afin de prêcher la Bonne Parole, de faire bonne oeuvre d’évangélisation. Lorsque tu ne montres pas patte blanche, les feux de l’enfer se doivent d’être déchaînés contre ta personne.

Dans leur tyrannique démarche, leur dictatoriale injonction, il ne s’agit certainement pas de mettre en commun une certitude et une appréciation personnelles avec des personnes qui partageraient leur point de vue, mais de se monter sur un piédestal moral afin de se présenter comme des intendants de la conscience citoyenne, autorisés à la désormais habituelle harangue et mise en garde en direction de ceux qui n’entrent pas dans leurs critères doctrinaux et ne partagent pas leur position, ou sont éventuellement hésitants. Car Grand est leur Credo. Ces chevaleresques doctrinaires de la vertu, que Saint-Just et Robespierre n’auraient pu qu’approuver, ces héroïques déclamateurs dévots se voient subitement investis d’une nouvelle Croisade : après avoir prôné les bienfaits de la vaccination, leur nouvelle mission consiste à affirmer sans ambages la nécessité d’une indiscutable intention de vote pour le seul candidat fréquentable selon leur agenda… ou leur soumission. Pour eux, raisonner avec justesse équivaut à bien gamberger et bien gamberger consiste à raisonner comme eux raisonnent, pas autrement.
Tu vois le topo ? Tu amplifies cela par la voie de tous les médias, de toutes les déclarations des uns et des autres, de tous les réseaux sociaux, et tu obtiens assujettissement et docilité, allégeance et servilité. Parlant des athéniens et des spartes, La Boétie, dans son « Discours sur la servitude volontaire » dit : « ces gens ne pouvaient souffrir que, de la moindre parole seulement, on touchât à leur liberté »… Il faut dire que les choses ont bien changées.

— Un mot de conclusion ?

— Et bien l’un mérite de perdre et l’autre ne mérite pas de gagner. La France est dans la merde ! Si je vais voter, je voterai la mort dans l’âme… comme je l’ai d’ailleurs souvent fait. Mais dimanche matin, avant tout, je m’exclamerai : « Christ est ressuscité ! En vérité il est ressuscité ! » Le reste, finalement, est important mais secondaire, car je ne mets aucun espoir dans ce monde, même s'il faut se battre pour que ça aille mieux.

 

 

 

19:29 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/04/2022

Saint Séraphim de Sarov, intercède pour nous qui sommes peu de chose et pécheurs indignes...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

 

A Paris, dans le XVème arrondissement, vient de disparaître par les flammes l'humble et petite église orthodoxe de Saint-Séraphim de Sarov.
Saint Séraphim de Sarov, toi à propos de qui la Théotokos a proclamé : "Il est de notre race"... de la race céleste des enfants de Dieu... Saint Séraphim de Sarov, intercède pour nous qui sommes peu de chose et pécheurs indignes.

Sans doute conclura-t-on à un bien triste "accident", c'est désormais la routine dans notre pauvre pays, lorsqu'un lieu de culte non-musulman est la cible d'une attaque criminelle.

Un pays, donc, où l'on peut égorger un prêtre en pleine messe, tuer une vieille femme juive et être tenu pour "irresponsable" car "sous l'emprise de stupéfiants" (alors que dans le cas d'un accident de la route l'emprise de stupéfiants ou d'alcool aggrave le cas du responsable), agresser un jeune juif handicapé en pleine rue et le pousser à se faire percuter par un tramway pour trouver la mort alors qu'il tente de prendre la fuite sans être inquiété ni par une enquête policière ni par un compte-rendu objectif des médias, profaner des sépultures chrétiennes, faire enlever des Calvaires à des croisements de route, interdire des processions chrétiennes traditionnelles, foutre le feu à de nombreuses églises catholiques et, à présent, à une église orthodoxe sans que cela n'émeuve grand monde.

Dorénavant, si un édifice n'a pas l'heur de plaire aux alliés du nouveau fascisme progressiste en place, lui-même allié en pleine conscience ou par naïve inadvertance de l'authentique "fascislamisme" qui déploie son agenda de jour en jour, on peut y égorger, on peut y incendier, on peut y détériorer, avec un dédain général des impassibles zombies-citoyens, séparés de toute transcendance et avec le concours soumis d'une Église de France catholique en coma dépassé, qui soumise et déjà dhimmisée ne sait répondre à sa lente disparition que par un cérémonial "inter-religieux" se prétendant Œcuménique, avec prière musulmane déployée dans le lieu de culte du Christ et la présence de petites filles voilées, comme à Saint-Sulpice il y a quelques jours...

De nos jours, à cause des tragiques événements en Ukraine et à la demande de Darmanin, tous les lieux de culture dépendants du pouvoir russe, ou les lieux culte affiliés au Patriarcat de Moscou, et plus généralement tous les lieux de culte orthodoxe (car toutes les églises autocéphales orthodoxes sont en communion spirituelle et juridique les unes avec les autres), sont sous "surveillance" policière. Des fois que des hordes d'orthodoxes barbares, le couteau entre les dents et au cri de "Jésus Marie Joseph" ne se déversent par les rues de notre pays pour y commettre des attentats ou des attaques-suicides ! Sait-on jamais ! Pourtant, cette paisible église est partie en fumée en quelques instants dans une indifférence générale des médias et des instances gouvernementales de notre pays démocratique ! La même chose serait arrivée à une Mosquée, ce serait un scandale jusqu'en Turquie et en Arabie Saoudite, jusqu'au Pakistan et dans tout le Maghreb !

Mais chuuuut ! Ne désespérons pas Trappes, Molenbeek ou Roubaix. Quant à la foi pratiquée au pays de Poutine, elle ne peut qu'être arriérée, poussiéreuse, traditionaliste et, donc, sans grand intérêt. Un truc à renvoyer à la poubelle de l'Histoire au plus vite, tellement ce "truc" refuse de se moderniser afin d'accéder à une mise-à-jour effective pour rentrer dans le XXIème siècle.
Car l'Eglise Orthodoxe étant Traditionnelle, elle appartient à tous les temps et, bien que traversant l'Histoire, transcende celle-ci pour être prête à recevoir Le Christ, son époux, au Jour Glorieux de son Retour.

A l'heure où d'aucuns perçoivent en Eric Zemmour et Marine le Pen un retour aux "zeuléplussombre de not'istwouare", les fascistes progressistes de tout poil, par une curieuse galipette de l'Histoire, nous ramènent à une constante "Nuit de Cristal" d'un genre nouveau.

Saint Séraphim de Sarov, intercède pour nous qui sommes peu de chose et pécheurs indignes...

 

 

18:21 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/04/2022

Implicitement...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

Lorsque tu crains incessamment la guerre civile c'est que tu admets implicitement que l'islam politique et les "chancres pour la France" ont acquis un terrible pouvoir de nuisance. Pouvoir devant lequel, ayant perdu tes couilles dans la castration généralisée de la masculinité déconstruite, tu préfères vivre couché, le cul offert en oblation à l'ennemi. Qu'un supposé philosophe n'ait pu voir cela dans la rédaction de son tweet montre, également, le niveau mental dans lequel s'est affaissé le monde intellectuel de ce triste pays.

16:53 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La Cour

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

La cour progressiste appelle à voter pour Macron afin d'oeuvrer pour une France paisible.

Ces gens-là sont délicieux. Ils ne connaissent pas la vie dans mon quartier. Sa crasse mentale étalée sur les trottoirs jusque devant les écoles où les guetteurs du caïd local font la loi et régulent les allées et venues des uns et des autres avec un oeil inquisitorial que ne renierait pas le KGB ou la STASI. Ils ignorent la considération méprisante qui est donnée aux jolies jeunes filles en robes printanières en ces premiers beaux jours. Ils se moquent de la prolifération des barbus en qamis, des femmes voilées pour ainsi dire intégralement grâce au masque covidien. Ils se moquent du racisme anti-blanc qui, bien entendu, n'existe pas. Les rackets ! La violence anti-française. Les voitures et les poubelles qui brûlent. Les attaques au mortier. Les gymnases qui partent en fumée. Les collègues de travail qui viennent te faire la morale parce que tu manges devant eux en plein Ramadan alors que tu ne partage même pas leur foi.

Nabilla réside à Dubaï...

Marc Levy à New York...

Charlotte Gainsbourg à New York également,...

Jeanne Balibar est communiste...

La Gauche Caviar est devenue la gauche castor. Simone de Beauvoir doit s'en réjouir. Faire barrage est le mot d'ordre encore une fois.

Beaucoup parmi eux ne payent même pas leurs impôts en France, mais ils viennent donner des leçons par un avis indéfectible et inaltérable sur le pays qui les a vus naître et dont ils considèrent la population enracinée comme des ploucs rances.

Traitant les français de souche de consanguins, ils sont eux-mêmes les champions de l'entre-soi et ils ne restent qu'entre eux, vomissant la moindre altérité sociale et philosophique qui n'entrerait pas dans leur cercle mental. Ils appartiennent à une caste presque imperméable, accessible que par népotisme, par le pouvoir de l'argent, ou par une soumission absolue aux idéaux progressistes dont ils auréolent leurs âmes de possédés.

Ils n'aident leur prochain qu'à la condition que celui-ci leur soit utile, pour redorer leur blason ou leur faire de la publicité. Ils ont appelé à respecter les règles érigées par l'Etat durant la "pandémie" et le confinement couvre-feu, mais ils n'en n'ont pas respecté la moindre règle, s'organisant des soirées et des dîners privés selon leur bon vouloir.

Ils n'aiment qu'eux-mêmes.

Ils ne jouissent que d'eux-mêmes.

Et Fabrice Luchini ! Qu'est-il allé foutre dans cette galère ? Probablement a-t-il besoin de protéger sa carrière. Je peux comprendre.

Mais c'est dire la puissance persuasive de cette engeance !

16:40 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/04/2022

Bas du front

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

L'électeur bas du front, je vais vous dire qui c’est…

C’est celui qui pense à son petit intérêt, à son idéologie foireuse au logiciel périmé, à ses certitudes très incertaines mais auxquelles il s'accroche comme un morpion à un poil de fion.
Il refuse de concevoir un seul instant qu'il y a plus grand que lui, le pays dans lequel il vit par exemple, mais pays dans lequel il ne fait que vivoter, travailler, produire, se distraire, en cherchant son petit confort et celui, éventuellement, de sa progéniture en attendant une mort pas trop dure pour se fondre dans son néant.

La France ? Juste un territoire. Un agencement qui lui convient.
Certainement pas un imaginaire qui l'habite. Certainement pas un Royaume et un Rêve. Aucunement une terre en laquelle reposent les morts qui l'ont ensemencée et construite.

Une Langue ? Appelée à être déconstruite car trop « fasciste », ou à défaut « réactionnaire »…

Une Histoire ? Juste des événements qui se succèdent et qu'il convient de réviser incessamment, non selon la découverte des faits, mais selon ce qui convient aux croyances nouvelles.

La Politique ? Juste une gestion territoriale, surtout pas une vision, une espérance, un désir.

La Citoyenneté ? Aucunement une famille nationale, plutôt un concept ouvert à tous et à n'importe qui ! Les penseurs grecs antiques, source de notre réflexion depuis plus de 2000 ans, piétinés sans état d'âme ! Etonnez-vous, après, que l'enseignement du Latin et du Grec ancien soit considéré avec autant de mépris par une élite qui souhaite avoir devant elle des esclaves et non des hommes libres qui porteraient sur elle un regard sans concession !

Une France non pas "insoumise" mais soumise à en rendre gorge. De la gauche à la droite avec un extrême centre mollasson et sans baloches, mais plus dangereux qu'un tueur carnassier sûr de sa proie et calculateur jusqu'à l'orgasme !

L'avenir de ce pays, ça n'est pas le Mélenchonisme. Celui-ci va s'évaporer comme un pet évanescent sitôt que le vieux Jean-Luc aura pris sa retraite qui ne saurait tarder. La relève n’a pas son charisme de tribun et encore moins sa culture, même s’il fait dire à celle-ci ce que bon lui semble, ce qui l’arrange. Je me demande si la gauche franchouillarde n’a pas tiré, ici, ses dernières cartouches, dans un baroud d’honneur. Ni plus ni moins. Car le communisme a du plomb dans l'aile depuis un bail, c'est qu'il mute vers un internationalisme mondialiste et satisfait, comme le socialisme s’est dissous dans une érection sociale-démocrate, celui-ci finira par aspirer à la gouvernance planétaire, hors les murs, hors les frontières, hors l'Histoire, hors sa carne.

Non, je crains que l'avenir de la France ce ne soit le crétinisme macroniste, cette tiédeur anthropophage et diabolique, ou son équivalent sous n'importe quel nom et forme (informe) que prendra cette rassurante mollesse tyrannique dans les années à venir, cette posture de mollusque. Car « son nom est Légion ». Il sait s’adapter. Cette singerie de grandeur à l'apparat surjoué qui mettra en avant la diversitude, la gay pride, le salut écologique de la planète, les trans-genres couronnés, l'homme déconstruit et la Matriarchie sublimée, la mort par euthanasie institutionnalisée, la marchandisation des corps par la PMA et la GPA, l’eugénisme imposé par QR Code, une conceptualisation toujours renouvelée de la novlangue pour nous soumettre à son diktat. Religion Séculaire Universelle, Nouvelle et Consolatrice, avec ses associations inquisitoriales, qui parvient déjà à égarer même des élus. L'avenir de l'Occident, c'est la surveillance à la chinoise, l'homme massifié et émasculé par-delà la nausée sartrienne.

Hitler et Staline doivent bien se marrer du fin fond du dernier cercle de l’Enfer où ils tapent la causette, leurs programmes appliqués avec tant de verve et de réussite dépassent leurs plus merveilleuses espérances, tout cela réalisé dans un aveuglement général passif, total et totalitaire, tandis que les barbus se frottent les mains. Et même Marine Le Pen, cette poissonnière aimant les chats qui a tué son père, si elle venait à être élue, avec son détestable programme économique n’y changera pas grand-chose, je le crains, elle ne parviendra qu’à secouer un peu le système et à faire trembler les crispés qui voient des fascistes partout sauf là où, masqués, ils se trouvent réellement.

 

22:26 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/04/2022

Contre la poissonnière et ses chats...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

Moi, ce que je retiens de la soirée électorale d'hier soir, c'est que Mélenchon, qui dans la forme est plus communiste et internationaliste que le PCF lui-même, rejoint, finalement, dans le fond le mondialisme de la Macronie... Je le savais et il est, pour ainsi dire, inutile de le dire, mais ça va mieux en le disant... Mélenchon aime se coucher, devant l'envahisseur qu'il vénère, devant le Gros Capital et la retraite à 65 ans, pour bien s'essuyer les pieds sur le peuple français qu'il a dit mépriser en maintes occasions, lui préférant une "créolisation". 

Piloté par sa Loge Maçonnique il a dispensé ses consignes de vote avec sa morgue de révolutionnaire pathétique et sa pompe verbale n'a fait qu'une seule chose : appeler à voter contre la poissonnière et ses chats, certes, mais pour Pfizer, McKinsey et Rothschild. Ce qui est indiscutablement comique. La France Insoumise s’est soumise à 20h20, cinq minutes après Pécresse.

 

13:51 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/11/2021

Pour la postérité...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

"Il faut descendre la poubelle!"

La prochaine fois que vous vous soumettrez à cette corvée sachez que l'appellation "poubelle" vient du nom du préfet de la Seine, Eugène Poubelle, qui imposa son utilisation en 1905.

Vu qu'il n'il y a pas encore de véritable appellation pour les poubelles de tri actuelles, je suggère pour la postérité, et en souvenir de la magistrale empreinte qu'elle aura laissé sur La Ville Lumière, le terme "Hidalgo" à la place de "déchèterie".

"Tu penseras à bien trier tes déchets avant de les balancer dans l'Hidalgo"...

 

 

 

 

 

Librement inspiré de la suggestion d'un ami sur Fesses de bouc... 

18:10 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/08/2021

Credo

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Les dieux du climat sont pas contents du tout, ça chie dru et le haut clergé du GIEC a parlé : pas d'absolution possible. Y'a p'us d'saisons ma bonne dame car le climat change ! Certes il y aura quelques ventes d'indulgences, mais d'une manière générale, il nous faudra nous repentir et faire pénitence.

Certains petits malins prétendent que Mars ou Vénus se réchauffent aussi, mais la Sainte Inquisition va s'occuper de leurs cas d'hérétiques blasphémateurs et les curés réchauffistes ne savent pas trop encore quelles offrandes il conviendrait de sacrifier pour leur pardon et le salut de leur âme.

Cependant, comme dans tout Credo, il y a des passages obscurs, des mystères inavouables. Le climat change, mais par rapport à quoi ? A l'ère glaciaire ? A l'optimum médiéval lorsque les vikings colonisèrent les Groenland ? A la semaine passée ?

C'est qu'il est grand, le mystère de la foi ! Les voies du GIEC sont impénétrables !

 


Cliquez sur la photo...

17:56 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/06/2021

Suffrage censitaire

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

La République en Marche avait promis le nouveau monde, le candidat Macron avait argumenté que si la candidate RN passait ce serait le Chaos, la Dictature, un ordre policier brutal et sans concession. Je n'évoquerais pas les éborgnés, les amochés, les méprisés, les emprisonnés parmi les Gilets Jaunes, pendant que les crapules et la racaille courent toujours et pullulent dans les zones de non-droits en parallèle avec des barbus déterminés à asseoir la loi morbide de leur prophète sur le monde entier. Je n'évoquerais pas non plus les lois votées en catimini, à 3h du matin dans un hémicycle presque vide.

Avec les dernières élections platement appelées "démocratiques" on revient au vieux suffrage censitaire : il n'y a plus que les enculés de boomers du bloc bourgeois qui votent trop effrayés de perdre leurs petits acquis, tous les autres sont dégoûtés. Mais on est surpris que tous les autres n'aient pas les couilles de descendre dans la rue armés de fourches pour nettoyer cette écurie qu'est devenue la République. La démocratie représentative n'est que l'ombre de son rêve, elle ressemble à une langue morte que plus personne ne comprend mais que tout le monde invoque et manipule.

Le Parti Socialiste croit avoir le vent en poupe, il voudrait sortir enfin la tête de la cuve à lisier dans laquelle il s'est lui-même plongé progressivement au cours des décennies. Les Verts et autres trublions gauchistes qui s'auréolent de l'adjectif "progressiste" se retrouvent à nouveau à la remorque du livide Parti mitterrandien.

Avec un score de 23 % de participation, ça devrait être la pure et simple annulation des élections avec réorganisation à la clé de tout ce bordel supposé incarner "Le Meilleur Système du Monde". Ces gras politiciens payeront un jour avec intérêts et usure garantie, quand on les aura passés à la tondeuse avant de les plonger dans le goudron et les plumes afin de les exposer dans des cages ambulantes aux yeux et nez de tous les citoyens qui auront été malmenés par leur morgue durant tant d'années.

Entre 20 et 30 % de votes, sur ce chiffre minable de 23% de participation, vont permettre a des notables LR et PS qui ne représentent plus personne à part leurs propres intérêts et les idéaux de leurs loges maçonniques, d’être réélus à leurs postes de nobliaux héréditaires, subventionnés par la sueur de notre pognon.

La palme d'or revient a Marine la looseuse et ses 18 % au niveau national, 18% des 23 %, un score qui va lui permettre de poursuivre la voie de son paternel : maintenir à flot l'entreprise FN... pardon... RN et s'assurer quelques postes rémunérateurs en tentant de vendre de l'espoir à des électeurs qui lui ont, au final, craché à la gueule.
Il n'est plus question, ici, d'un plafond de verre infranchissable, mais d'une cloche en béton armé. Elle aura récolté ce qu'elle a passé son temps à semer. Frexit, puis plus Frexit. Retour au Franc, puis vive l'€uro. Religion des barbus compatible avec la République a-t-elle même clamé. Son père disait des saloperies, mais au moins était-il drôle.

Devant des affiches ou des candidats avec des tronches de "de souche" qui ressemblent plus à des mongoliens bas du front qu'à des représentants politiques dignes d'être appelés ainsi, je me tordais de rire depuis des mois. Et ne parlons pas du programme économique à la Georges Marchais qu'elle essaye désespérément de nous vendre. Même des Radicaux Socialistes dans les années 50 n'en auraient voulu.

C'est la réélection obscène assurée pour Macron, ou la victoire d'un candidat LR... Rassurons-nous... on parlera alors de victoire démocratique du camp républicain et humaniste.

 

 

 

 

 

 

21:29 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/06/2021

Je vais encore devoir aller me confesser à cause de ma colère...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

68% d'abstention... Démocratie malade. 68% d'abstention, ça en dit long sur l'état mental et intérieur des français après quatre années de macronisme et un an et demi de covidisme dictatorial. Les français s'en foutent des hautes instances républicaines, de leurs princes et leurs barons. Cette semaine et la semaine prochaine ça sent et ça sentira la rupture consommée. C'est un rire sardonique à la face des médias, de leurs commentateurs, des fines analyses dégluties par des politologues de comptoir qui se sont fait une place au chaud entre les seins de cette putain nommée Marianne. Le message des Français est simple, direct et sans pincettes : "Vous pouvez tous aller vous faire enculer."

J'observe tout cela le coeur en inquiétude pour mes enfants et mes petits enfants, pour ce pays dans lequel je me suis enraciné en lisant Baudelaire, Montaigne, Rimbaud. J'ai pleuré sur des livres d'Albert Camus ou Georges Bernanos. J'ai levé la tête vers les astres et me suis imaginé rire dans une brasserie avec des flots de camaraderie et des éclats de voix de jolies jeunes filles dans des robes printanières. Perte de temps. Perte d'espérance.

Le monde d'avant le Covid déjà (oui, je dis LE Covid et je t'emmerde !), je ne l'aimais pas. Le monde d'après ? Je le vomis par avance.

On m'interdira des voyages, je ne visiterai plus certains musées, on me refusera des lieux publics, les gens me percevront comme un illuminé. J'imagine même certains de mes amis ne plus m'inviter car, vaccinés et dotés de l'Ausweis du Pass Sanitaire, ils ne comprendront pas mon insistant renfrognement. C'est que, chrétien orthodoxe, je suis prêt à mener ma vie dans un esprit de solitude, d'abnégation et de pauvreté plutôt que de me soumettre à l'esprit du monde, à la folie générale, juste pour avoir le privilège de consommer comme un clone parmi les clones, au milieu d'une multitude dénuée d'Être, sans âme et sans visage. Au milieu d'hommes émasculés et d'hommasses fadasses et laides comme des truies. "Vivre et penser comme des porcs" disait Gilles Châtelet.

Je vais encore devoir aller me confesser à cause de ma colère...

 

 

02:05 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/05/2021

Météo...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

Mai est frais et pluvieux, à l'image du coeur des français. Juin sera triste et glacial. Juillet et Août seront pourris, abrutissement moutonnier et Pass Sanitaire obligent. Le beau temps reviendra début septembre... juste avant le 4 ème confinement.

20:19 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/05/2021

Ta Grand-Mère en mini-jupe dans une Mini

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

Bande de jeunes p'tits cons prétentieux, vous vous croyez rebelles et subversifs...

Votre grand-mère, elle, du moins si vous êtes des français de souche comme on dit, portait des mini-jupes sans se soucier du qu'en dira-t-on, des pantalons à pattes d'Eph lui moulaient les fesses la rendant à la fois sexy et élégante, elle provoquait le quidam en arborant de longues bottes qui lui enserraient ses jambes nues et fines, des pantalons fleuris ainsi que des chemises entrouvertes sans soutien-gorge avec les phares de ses seins allumés, et elle avait la répartie facile pour faire fermer son clapet au regard trop appuyé où le coup de pied agile pour décoller les couilles du dragueur lourdingue et trop entreprenant. Votre grand-mère avait la classe et la joie de vivre.

Elle faisait du monokini à la piscine ou sur la plage. Elle tripait sur Led Zeppelin, les Beatles, Jimi Hendrix, Bob Marley et les Rolling Stones. Féministe, elle écoutait le Rock de Janis Joplin, ou la sensualité de Rickie Lee Jones. Mais elle préparait son BAC qui était d'un niveau que votre petite cervelle lobotomisée est bien incapable d'imaginer.

Elle s'envoyait en l'air sans se plaindre à propos de son clitoris que, d'ailleurs, elle avait trouvé toute seule en se tripotant sous ses draps. Elle aimait les mecs sachant porter leurs couilles pour la défendre et capables de la faire grimper aux rideaux dans l'intimité. Il n'était pas question que l'un domine l'autre, mais il était question de complémentarité. Elle n'avait rien contre les pédés, elle éprouvait même de la tendresse à leur égard, mais il n'était pas question que son mec en soit un.

Si elle avait reçu une éducation catholique, elle allait parfois à la Messe le dimanche, en passant par la confession durant laquelle elle se faisait remonter les bretelles par un curé compatissant. Et en sortant de l'église elle allait à la brasserie du coin boire un café ou une bière avec les copains et les copines, pour raconter des bêtises en riant à gorge déployée.

Si elle avait le permis de conduire, elle conduisait une Mini, ou bien roulait sur des motos et des mobylettes rapides, parfois sans mettre de casque et la jupe au vent.

Elle fumait des cigarettes mentholées fines et des joints bien gras de résine de cannabis pas encore coupée au plastique ou au tranxène.
Elle buvait des cocktails et des Shots de Whiskey cul sec.
Elle rentrait à 4 heures du matin la tronche en vrac mais allait quand même bosser le lendemain malgré sa gueule de bois car elle avait le sens des responsabilités.

Donc, aussi cool que vous pensez être, bande de crétins décérébrés, avec votre coeur qui vibre pour les "Chances pour la France", les "Black Lives Matter" et les indigiénistes racisés, les LGBTQ et autres luttes débiles et intersectionnelles, avec vos yeux mouillés pour les hashtag "Me Too", vous ne serez jamais, je dis bien jamais, ni aussi libres ni aussi cool que le fut votre grand-mère. Sachez-le.

 

 

01:22 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/05/2021

Napoléon I er... Micron 1er...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

 

 

Que retiendra l'Histoire de notre interminable chute ? Que notre décadence aura accompli l'incroyable exploit de faire d'un talentueux représentant globaliste, défenseur de l'idée de Start-Up, d'un ambitieux arriviste validé par les tenants du capitalisme de connivence et de la grande finance, d'un équivoque doté d'une cynique capacité à faire le caméléon politique... le dauphin de l'Empereur Napoléon.

Cet Empereur français qui avait une vision et une représentation particulières de la grandeur et qui a contribué à confectionner, fabriquer et tailler l'Europe, tout en accélérant sa propre déperdition, le nain déconstructeur de notre Histoire et fossoyeur de la France qui nous sert de président aujourd'hui prétend commémorer sa mémoire mais sans l'encenser, marquer cet événement historique de notre mémoire collective mais sans le célébrer... remémorer et relater mais sans respecter, vénérer ou honorer, fantasmant de se propulser par ses choix politiques et idéologiques au rang des personnages historiques de haut vol, du haut de son inconsistante médiocrité...

Il ne s'agit pas pour moi, ici, d'aimer aveuglément Napoléon Bonaparte auquel j'aurais bien des reproches à faire même en me replaçant dans le contexte de son temps, mais mon intelligence qui, je pense, est encore vive, sait faire la part des choses entre la commémoration et la critique d'un côté et la pure déconstruction idéologique de l'autre dont sont tellement friands les insignifiants qui affirment nous représenter sur l'échiquier politique et démocratique en 2021.

Chaque jour nous apporte fatalement, devant nos yeux grands ouverts, le spectacle hallucinant de notre déclin à peine repoussé à un peu plus tard. C'est un suicide collectif, lent, sûr, organisé et souhaité par nos dirigeants, que nous avons élus. Enfin pas moi... C'est d'une violence inouïe qui consume notre verticalité, notre amour pour notre pays, notre esprit dans ses moindres recoins. Nous sommes les témoins hagards, de notre propre dissolution, de notre effacement, notre anéantissement, notre écroulement, notre disparition de l'Histoire... qui, croyez-le bien, ne sera que provisoire.

Car que retiendra l'Histoire de notre interminable chute ? disais-je ! Que l'Empereur des Français, Napoléon Ier, demeurera... tandis que Micron 1er ne persistera dans la mémoire collective que comme le pathétique cliché d'un temps lamentable où le Président des français posait avec des lopettes ou des voyous pour un misérable égo-portrait pris par un téléphone portable fabriqué en Chine.

 

 

17:49 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/04/2021

Quand la Grande Muette ouvre sa gueule

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Tandis que le pays s'enfonce dans sa déchéance covidienne sous l'oeil hypnotisé du citoyen lambda lobotomisé par des décennies de bien-pensance gauchiste, des généraux à la retraite qui ne sont plus retenus par un devoir de réserve tirent la sonnette d'alarme sur un problème nettement plus grave que le virus chinois : le risque d'une guerre civile par la sécession des banlieues saupoudrée de racialisme, d'islamisme, de banditisme.

Par une pathétique dérive dialectique dont les chiens de garde du système ont la maîtrise depuis des lustres, ce sont ceux qui crient "au feu !", afin de circonscrire l'incendie, qui sont traités d'incendiaires. Comprendre, ici, de "fascistes"... de "putschistes". Et ils sont traités de "factieux", précisément, par les communautaristes les plus séditieux qui refusent de lâcher le bout d'os idéologique dans lequel ils mordent depuis toujours, se gargarisant de leur utopique idéal de "chances pour la France" avec tout le "bien-vivre-ensemblisme" misérable qu'ils nous enfoncent par tous les possibles moyens dans la gorge depuis les années mitterandiennes. Cette lie puante vient nous donner des leçons de Républicanisme et nous sort déjà le point Godwin alors que se délite notre beau pays (qu'ils ont mené au sinistre point où il est) sous leurs yeux passifs d'idéologues crapuleux.

« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. » Chamfort

00:56 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/04/2021

Projets participatifs

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Quand il te prend l'idée saugrenue de jeter un oeil dans la gazette communale, éditée par ta municipalité (avec ton argent), cela ne te remonte aucunement le moral, ma p'tite caille.

Après les numéros de téléphone d'usage dédiés aux urgences médicales, aux pompiers, à la police, à la plomberie et diverses tuyauteries, aux réparateurs de télévisions, aux contacts religieux (sans n'omettre personne), dès la troisième page on nous propose un organigramme pour une cohésion sociale avec comme assise et fondement "la création d'un potager collectif" agrémenté de divers "travaux manuels"...

Aussitôt un fou rire me prend...

J'imagine Mouloud, Rachid, Oussenou et Fatoumata, élégants dans leurs jogging et se déplaçant comme des gorilles, en train de jardiner en se lançant des "Wesh Rachid", "Ta mère Mouloud", déterminés à retrouver une adhérence harmonieuse communautaire par-delà leur clan, leur tribu, leur ethnie, leur foi... au lieu de faire les guetteurs pour les Boss qui tiennent les quartiers et dealent du shit de merde coupé au tranxène et au plastique à des petits blancs qui les trouvent sympas et cools, "parce que la diversitude c'est important"...
La commune met à disposition gratuitement (enfin non, avec ton argent, mais il ne faut pas trop le dire) un vaste terrain. Aux associations de se bouger pour recréer du lien qui fasse sens. Associations subventionnées avec ton argent également, mon p'tit lapin.

Le Maire propose (enfin, ses conseillers en communication) d'adjoindre au "potager citoyen" un "poulailler éco-responsable", ce qui contribuera à sensibiliser une jeunesse "consciente et pleine de talents" à l'avenir de notre planète. Un poulailler ! Les Vegans doivent faire probablement la gueule. Pour les calmer, le Maire insiste sur la possibilité de planter, en plus du potager, un "verger éducatif et formateur". C'est que le terrain en question est vaste et plein de promesses. Quant aux braves poules, elles ne feront pas long feu sitôt que les différents camps tziganes balkaniques éparpillés aux alentours et s'étant enracinés comme de mauvaises herbes dans ce qui finira par devenir une multitude de bidon-villes (et qui répandent leurs détritus ainsi que leurs urines et vastes défécations purulentes un peu partout autour de leurs lieux de vie) auront eu vent de la nouvelle. Les beaux jours arrivent ! Barbecues gratuits en perspective.

Arrive la sixième page sur laquelle nous apprenons que quelques roulottes de chantiers récupérées de la casse ont été transformées en espace d'accueil pour permettre à la jeunesse de se retrouver dans la joie et la bonne humeur. Ce lieu collectif sera géré par une Association (subventionnée avec ton argent, mon p'tit poulet) portant le nom remarquable d' "Arc-en-Ciel d'Avenir". Mouloud, Rachid, Oussenou et Fatoumata pourront y retrouver Khaled et Aïcha afin d'y écouter du Rap et du Raï autour d'un thé à la menthe ou d'un café turc. L'électricité ainsi que l'eau et l'entretien des lieux (WC compris) seront à la charge de la Municipalité... enfin, à la charge de notre pognon, ma p'tite dame, mon brave monsieur. Et ils n'ont pas prévu de réouvrir les troquets pour l'instant afin qu'on puisse aller s'y saouler après avoir lu de semblables sornettes. Pas grave. Je me saoulerai à la maison.

Page 8, je suis invité à protéger grenouilles et crapauds. Ma cité banlieusarde possède plusieurs lacs, de nombreux espaces verts et il y a une forêt à proximité. Excellente initiative ! Je n'avais rien à faire ces derniers temps. Cette offensive écologique va m'occuper sainement, d'autant plus que l'on m'explique comment je dois m'y prendre afin de préserver leur éco-système, avec force détails dont je vous épargnerai l'inventaire ici tellement les termes utilisés mélangent allègrement mots scientifiques abscons avec du jargon idéologique qui ferait passer Staline ou Hitler pour des débutants fréquentables. Finalement, je crois que je préfère n'avoir rien à foutre.

J'apprends page 10 que la commune est heureuse d'accueillir des familles de réfugiés (quelques photos montrent qu'ils ne sont pas syriens... ou alors les syriens sont devenus aussi noirs que des africains sub-sahariens) et on nous persuade (en prenant contact avec des Associations qui s'occupent d'eux, subventionnées avec ton fric, mon chaton) de les inviter à partager un goûter afin de les aider à s'intégrer à "notre vision du lien social". Je veux bien les inviter à partager mon imaginaire social avec du bon vin, du pâté de campagne et du saucisson. Mais je crois que ça ne va pas être possible. Autant oublier... Hamdoullah !

Page 12, on me conseille de tenter "une mobilité alternative", en faisant du vélo. C'est meilleur pour la santé, plus économique et incontestablement plus écologique. D'ailleurs à la page 13 il y a une magnifique Publicité pour un marchand de vélo local. Pas con le Maire. Mais je me rends à mon travail et fais mes courses uniquement à pieds. Les vélocipèdes peuvent aller se rhabiller.

Page 15, dans un soucis d'éco-responsabilité, on me précise que progressivement toutes les informations concernant la ville passeront en mode virtuel et seront bientôt consultables uniquement en ligne, via le site de la Municipalité, la page Facebook de ma ville, les divers sites des diverses Associations (subventionnées avec ta maille, ma perdrix bleue). On m'invite sous un déluge d'adresses mails, de liens de sites, à me dépêcher d'enregistrer tout cela dans mes favoris. Bien-sûr, je l'ai fait aussitôt, vous pensez bien.

Page 18, on m'annonce un "été solidaire" en me suggérant de m'intéresser aux divers "projets citoyens et participatifs". Je préférerais, de loin, un été déconfiné pour pouvoir me foutre à la terrasse d'une brasserie parisienne et regarder passer les jolies femmes dans leurs robes décolletées, en sirotant un whisky coca glacé sous un soleil de plomb. Mais je rêve.

J'ai vainement regardé s'il y avait une page dédiée aux dépenses communales. Tant qu'à mettre en oeuvre autant de "projets participatifs", j'aimerais savoir combien ces conneries me coûtent.

20:02 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/04/2021

Pathétique Carnaval

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

L'élection présidentielle approche. La Démocratie nous en est reconnaissante. Ce grand rendez-vous citoyen implique un investissement de 20 000 000 d’euros par candidat, sans oublier un grand travail de lobbying auprès de tout le monde et n'importe qui, ainsi que la cooptation des puissances financières qui y trouveraient leur intérêt en matière de kopecks (car "financières" les puissances, on vous dit), bref, une illusion, un simulacre. Mais la Démocratie nous en est toujours, malgré tout, reconnaissante, car elle comporte déjà en son ADN ce pathétique Carnaval de cintrés qui fêtent tous les 5 ans l'accomplissement (croient-ils) de notre beau système.

C'est à se demander s'il n'est pas préférable de vivre sous une bonne Monarchie Absolue de Droit Divin ! Je me questionne.

Certes, ça n’était pas démocratique, mais c’était bien moins hypocrite. Chacun y tenait son rang et on y était pas pris pour un con, mais bien pour ce qu'on était.

Et puis... les salons littéraires et philosophiques fleurissaient. Le brave Simon sautait la Jeanette puis allait à confesse. Il y avait sur l'année plus de jours chômés que sous la chienlit républicaine, Saints de l'Eglise fêtés oblige. Le paysan n'était jamais appelé à faire la guerre comme en 14-18, il travaillait sa terre pendant qu'une armée de métier grassement payée et sur-entraînée allait verser sa tripe. L'Eglise s'occupait des nécessiteux et des hôpitaux. Et, néo-féministe hystérise autant que tu veux et crève la gueule ouverte dans ta petite haine, la Femme était maîtresse des coeurs, faisait tournoyer les hommes de pouvoir autour de son doigt (ou de son cul) et participait secrètement à des décisions que les livres d'histoire ne mentionneraient pas, mais elle n'en avait cure, car être une éminence grise et oeuvrer discrètement lui convenait.

17:58 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/04/2021

Moraline racisée...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

C'est une curieuse époque que la nôtre. Epoque au sein de laquelle une banale présentatrice de télévision (fille d'un indépendantiste de gauche martiniquais accusé postmortem d'avoir été un "pédocriminel" par trois femmes de sa famille...) se métamorphose en femme politique en allant exhiber ses luxueuses lunettes sur les plateaux médiatiques pour y distiller sa sinistre moraline de petite bourgeoise noire en s'octroyant le privilège suprémaciste de sa pathétique "négritude" (qui ferait sûrement s'esclaffer Senghor) d'exiger que tant le prolo que l'intellectuel blancs ferment leurs gueules de privilégiés s'il leur prenait la calamiteuse envie de se rendre à une réunion d'idéologues "racisés"...

Chaque jour apporte un peu plus de dépression quand on s'amuse à additionner scrupuleusement au fil des jours les déclarations des uns avec les postures des autres et que l'on constate impuissant l'étendue manifeste du désastre sous lequel cette sinistre chienlit a enseveli notre pays en s'en réjouissant...

16:44 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/03/2021

Porcination...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Le mot vaccination tire son origine d'une maladie de la vache. Du mot latin vaccinus (« de vache »). Cela fait référence au virus ayant été recueilli dans les pustules des pis des vaches puis inoculé à l’être humain afin de l’immuniser contre la variole.

Heureux concours de circonstances ! Car que se serait-il passé si la vaccination avait été découverte suite à une maladie sur le porc ? Parlerait-on alors de « porcination » ? La question est légitime.

Afin que les adorateurs de la Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix puissent jouir des bénéfices de cette découverte scientifique occidentale, il eût fallu mettre en place un passeport Hallal garantissant l’autorisation de leur dieu pour le soin et la pureté de la Oumma après l'application du traitement.

Les médecins français à l'origine de la découverte l’ont également échappé belle, car ils seraient indiscutablement qualifiés de nos jours d'islamophobes par les tenants de la religion en question ainsi que par les révisionnistes gauchistes compatissants qui exigeraient que le terme de « porcination » soit changé immédiatement afin de n’exclure personne des bienfaits scientifiques qui se doivent d’être inclusifs. Pour les accuser de l'avoir fait exprès afin d’empêcher les musulmans d'en profiter, il n’y aurait qu’un pas.

C’est un sujet de repentance en moins pour la France, et par les temps qui courent c’est une bénédiction. Remercions nos amies les vaches.

 

01:31 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/05/2017

61,3 %

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 


Cliquez sur la photo...

Si en tenant compte des chiffres que je communiquais il y a quelques jours, on fait l'effort de regrouper les pourcentages des non votants (Non inscrits + inscrits qui se sont abstenus d'aller voter) et des votes nuls... à savoir 33,9% + 7,6%... on obtient le chiffre record de 41,5%... Bref... premier "PARTI DE FRANCE" ! D'une !

De deux, si on ajoute à ces 41,5% les votes pour Marine Le Pen, Macron n'a été élu, en vérité, qu'avec 38,7% des voix... il a en face de lui 61,3% des français qui ne veulent pas de lui !!!!! Ce qui, pour être très exact, ne lui donne aucune légitimité si ce n'est celle de la règle des Votes effectivement exprimés !

Enfin, de trois, cela relève ici de la gageure que de continuer à concevoir notre système démocratique selon le fonctionnement qui est le sien car, dans le fond, en des temps de crises morales et politiques comme le nôtre, il ne participe qu'à une seule et unique chose : entretenir le système qui n'avantage que les énarques, les fonctionnaires et le dispositif qui nous spolie, nous ment et nous soumet !

 


Cliquez sur la photo...

00:37 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/04/2017

Les deux matamores

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

L'imposture est quotidienne. C'est devenu un sport médiatique nationale : étaller la guimauve propagandiste tous les jours dans les tronches citoyennes.

Le journaliste le plus à droite (j'entends par "droite" : "droite conventionnelle"...) trouve le moyen d'encenser les deux matamores que sont Arthaud et Poutou. Ce qui recentre aussitôt la droite et rend la césure du débat, de fait, ridicule. Tout le monde, en revanche, trouvera le moyen de mettre du poil à gratter dans les cols de Fillon le bourgeois ou Le Pen la Fasciste.

Les deux guignoles prolétaires auraient le "parler franc" et ils bénéficieraient d'une "immunité ouvrière"... Laissez-moi rire d'un rire inconvenant !

Oublions que les propos des pitoyables clowns que sont Arthaud et Poutou sont des propos de Totalitaires pour lequels notre démocratie n'est pas populaire, mais bourgeoise... et cessons de frémir de ce qu'ils en feraient s'ils arrivaient au pouvoir...

Outre le fait qu'ils sont extatiquement démagogiques, ces sinistres pignoufs que l'on nous présente comme "les représentants du peuple" ne représentent, tout au plus, que leurs ombres et les quelques demeurés qui militent au sein de leurs groupuscules séctaires. Deux nabots qui se moquent du pays réel comme de leur première dent, qui s'y connaissent moins en économie que les dealers basiques qui sévissent dans les quartiers de ma cité (qui ont, pourtant, un QI de moule) et qui perçoivent les petits patrons comme des exploiteurs alors qu'une large part d'entre eux gagnent moins que Poutou et Arthaud en prenant les risques de l'entrepreunariat, voire ne parviennent même pas à se salarier au sein de leur propre entreprise.

En 2012, Philippe Poutou : 1,15% des voix... Nathalie Arthaud : 0,56 %... à eux deux ils ne font pas 2% sur les votes exprimés. Représentants du peuple, mon cul ! Les vilains petits canards que sont Fillon et Le Pen représentent le peuple dix fois plus... Tremble France avec ta tête dans le sable et ton cul offert...

En janvier dernier, dans le journal Le Monde, un collectif regroupant hommes politiques, artistes et hommes de lettres s’insurgeait contre la non visibilité des deux candidats anticapitalistes. Ce qui prouvait déjà combien ces deux sommités de la nullité politique ne sont que les marionnettes de l'inconscient journalistique... ou du Sur-Moi médiatique... et les idiots utiles des personnalités en quête d'une honorabilité idéologique qui cherchent à se refaire une bonne conscience... bref, de toutes ces valeureuses lopettes qui n'osent interroger les faits, questionner comme il se doit l'actualité, prendre la réalité pour autre chose qu'un "hoax" d'extrême-droite et cesser de mépriser le petit peuple qui se fout du NPA, de LO ou des états d'âme de Christine Angot...

Et j'allais oublier... Poutou et sa manière de s'habiller... cette attitude qui consiste à surjouer le prolo, ce manque de respect à l'encontre de la classe ouvrière dont il a l'outrecuidance de se réclamer... ce mépris de la cravate au nom d'un mystérieux principe ! Risible ! Je me souviens d'un de mes oncles, ébéniste qui passait son temps à bosser via agences d'intérim, qui allait de chantier en chantier faire des fenêtres et des portes, des portes et des fenêtres. Lorsque j'étais enfant, le samedi soir il m'emmenait au cinéma. Rasé de près, coiffé impecablement, le costard deux pièces de mise. Il aimait la propreté et la décence. Le milieu dont on vient ne commande pas d'être habillé de manière négligée. Poutou humilie les classes populaires, il ne les honore nullement ni ne les représente, il leur postillonne à la gueule quand il affirme parler en leur nom...

Je commençais ma p'tite humeur en utilisant le terme de "Matamore" pour qualifier nos deux syndicalistes champions en ressentiments...

Matamore : personnage hâbleur, plus vantard que courageux. C'est bien de cela qu'il s'agit...

Mais on désigne également par "matamore", un cachot, un souterrain où les Maures enfermaient leurs esclaves. Curieuse résonance, n'est-ce pas ?

 

 

00:41 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/04/2017

Une once de vanité gâte un quintal de mérite...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

L'emportement et la colère des socialistes franchouillards (dont ils contaminent de leurs sinistres effluves la France entière) peut varier en fonction des circonstances et de leurs états d'âmes idéologiques, selon que les victimes de la terreur servent ou non leur stratégie compassionnelle ! 

De même qu'ils n'ont pas allumé de bougies pour les britanniques, ils n'ont pas fait scintiller la Tour Eiffel aux couleurs du pays de Dostoïevski. "Nous sommes tous américains"... mais apparemment pas russes. "Je suis Nice", mais pas Saint Petersbourg... pas même allemand pour les viols et attouchements à l'égard de le gente féminine de l'autre côté du Rhin un soir de Nouvel An. Je suis Charlie, mais pas Vladimir. En revanche ils sont persuadés, bien entendu, d'être désignés pour faire advenir notre époque.

Ils indiquent ainsi qu'ils vantent et magnfient leur gloriole et leur suffisance plutôt qu'ils n'honorrent les innocentes victimes...

Routine...

Un Proverbe persan affirme : “Une once de vanité gâte un quintal de mérite.” Si l'on considère le degré de vanité dont font preuve les socialistes français, on se demande ce qu'il peut bien leur rester comme supposé mérite. 
Elie Faure avait bien compris cela, lui qui écrivait dans "Découverte de l'archipel" : "La vanité et la crainte du ridicule sont les traits les plus saillants du caractère français. C'est étrange, à coup sûr, la vanité étant neuf fois sur dix la source du ridicule."

Et ça n'est pas demain la veille que ces gens-là parviendront à mesurer l'écart magistral qu'il y a entre la perception enflée qu'ils ont d'eux-mêmes et ce que leur triste égo a produit (de positif pensent-ils) dans notre société. Car en vérité, les grands hommes sont hantés par l'inquiétude, ils se rabaissent constamment, car si ils sont conscients de leurs qualités, ils craignent par-dessus tout leurs propres manquements, leurs défauts, leurs faiblesses. Les socialistes, eux, au-delà d'un certain âge, l'expérience exigeant ses droits, savent bien qu'ils ne sont qu'imposture et que leur domination ne vaut rien... mais ils ont développé l'Art de recouvrir tout cela d'un gigantesque masque : celui du Progressisme.

Il faudra bien un jour, tôt ou tard, avoir les couilles qu'il convient pour dresser un bûcher aux vanités françaises...

 


Quelques français, devant l'Ambassade Russe à Paris, sauvent l'honneur

 

 

Pendant ce temps-là... Tel Aviv s'illumine aux couleurs de la Russie...

 


Pendant ce temps-là, puisqu'il faut battre campagne pour ratisser des voix...

 

18:45 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/03/2017

"Sens propre" et "sens figuré"...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

L'autre soir, sur France 2, durant le Journal télévisé, François Fillon a eu le culot de déclarer qu'il n'était pas autiste, le répétant plusieurs fois d'affilé. Dés le lendemain SOS Autisme France tweetait : "Stop aux clichés", exigeant ni plus ni moins des excuses ainsi qu'une rencontre avec l'ancien Premier ministre.

J'en reste coi.

Il parait que cela révèle son "autistophobie" !

Dieu merci, il n'a pas proclamé qu'il n'était pas sourd aux critiques de son propre camp, ce qui aurait réveillé la colère des malentendants !

S'il avait malencontreusement dit qu'il n'était pas aveugle aux questionnements des Médias à l'encontre de son épouse, peut-être que les mal-voyants se seraient fait entendre !

Il n'a pas juré qu'il avait toute sa tête ! Peut-être qu'en raison de ceux qui n'ont plus la leur une clameur à l'unisson serait montée de tous les hôpitaux psychiatriques du pays ?! On se le demande !

J'ai bien réécouté son intervention, désormais disponible sur la Toile, et il n'a pas pas eu l'outrecuidance de déclarer qu'il avait bien les pieds sur terre. Ouf ! Nous l'avons échappé belle ! Sinon les tétraplégiques et les culs-de-jatte l'auraient cloué au pilori de leur mépris !

Si il avait gardé le silence ou, pire, affirmé de manière volontariste qu'il n'allait pas rester comme s'il n'avait plus de langue, assurément les muets y auraient vu une atteinte à leur handicap !

Pierre Dac disait : "C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule !" Il semblerait cependant que l'exercice soit de plus en plus périlleux dans une France où, en raison du Politiquement correct l'on ne sait plus faire la différence entre "sens propre" et "sens figuré"... Il faut dire que le niveau de l'intelligence générale a drastiquement baissé.

Aussi je vais faire l'effort de vous expliquer la différence entre "sens propre" et "sens figuré". Vous allez voir, c'est très facile. Se faire enculer au sens propre, cela peut être très agréable. Sachez-le. Mais se faire enculer au sens figuré, cela ne l'est jamais... même lorsqu'on est un vaillant pédé ! Pigé ?

 

 

23:17 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/08/2016

Moi j'aime bien quand les baudruches se dégonflent...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

Fraude au permis de conduire: Ali Baddou a "fait une énorme bêtise" et "la regrette"...

 

----------------------------------------

 

Cette information est presque passée inaperçue, même si elle date du mois de Mai dernier... pourtant ce fut un instant délicieux, si on y songe.

Moi j'aime bien quand les baudruches se dégonflent !!! Celles qui se réclament de la Vertu... du sens du Devoir... de la Probité... de l'Honorabilité... clament l'Honnêteté Citoyenne... Toussa quoi... Tout ce qui indique combien le reste tient en place et fait sens également... Vous savez ce qu'on dit ? "Qui vole un oeuf, vole un boeuf !"

Parce que voyez-vous, Ali Baddou serait "Philosophe"... enfin, pardon, agrégé de Philosophie... et il enseignerait à Science-Po...

Alors, autant le dire tout de suite... ça m'en touche une sans même déranger l'autre. Son agrégation il peut se la carrer dans la rondelle... quant aux crétinoïdes qui sortent de Science-Po, et bien je trouve là un début d'explication à la déliquescence générale...
Et puis c'est pas parce qu'on est agrégé en philosophie qu'on est un philosophe... le monsieur a tout juste bien appris sa leçon... et s'il a obtenu son permis de conduire en déboursant de l'argent, j'en viens même à douter de la validité de tout le reste, à commencer de celle de son diplôme...

En v'là une de grande question :
"A quoi sert-il de philosopher si on est malhonnête ?"

ou...

"Quel image donne-t-on de sa communauté, des supposées valeurs que l'on passe son temps à défendre -- bien souvent en jugeant les autres -- lorsque l'on se comporte comme un hypocrite ?"

Dans quatre heures je ramasse les copies !

Si je me souviens bien, Ali Baddou faisait l'horrifié il y a quelques courtes années parce que Zemmour avait eu l'Outrecuidance de dire que "la plupart des trafiquants étaient d'origine arabe ou sub-saharienne" ? C'est ça ? Bon, j'en dis pas plus... On est en accord avec soi-même... ou alors on ferme sa gueule M'sieur Baddou...

Bon, d'un autre côté... y'a présomption d'innocence, c'est comme ça qu'on dit ??

J'ai souvent dit à mes enfants, la seule personne qui a le droit de cracher sur le système et de le critiquer tel qu'il est, c'est celui qui bosse, paye ses impôts et ses factures, ne vole pas, ne truande pas, ne ramène même pas une contravention de la SNCF ou de la RATP. Quelqu'un de droit.
Et ça commence par des petites choses !
Quand on a pas de poutre dans son oeil (ou dans son cul) on peut parler de la brindille qui est dans l'oeil de son voisin... sinon, on se fait discret...
Mais bon, c'est ma position chrétienne... un effort constant sur soi...

C'est un peu comme toutes ces images qui nous ont beaucoup fait rire... vous savez... quand un télé évangéliste américain passe son temps à critiquer la déliquescence morale de son pays et du monde en général, les corps à la vente dans les publicités, toute une jeunesse en manque de repères chrétiens... etc... bla-bla-blah... et puis BINGO !!! Quelques temps après, et alors que le brave "homme de Dieu" remplit les salles (en même temps que ses caisses de Cash Flow) et casse la baraque de l'Audimat... hop : il est pris en Flag avec une pute même pas classe... une pauvresse de suceuse de bas étages... et que l'évangéliste tout contrit apparaît sur sa Chaîne de Télévision personnelle en larmes, en train de faire son Mea Culpa...

Le plus évangélique des chrétien, à ce moment là, celui qui a donné de l'argent "with Love & Passion"... ben il se sent, d'un seul coup, profondément enculé ! Il réalise qu'il a la rondelle tellement huileuse de vaseline que ça dégouline... il a même pas senti qu'il se faisait enfiler par le serviteur du Très Haut...

Ben c'est un peu tout ça les défenseurs des valeurs de Gôche d'aujourd'hui... ça nous vend du rêve... des lendemains qui chantent... Nietzsche avait bien saisi, déjà en son temps, que tous ces socialistes étaient des religieux masqués... de la fumée tout ça, même pas d'encens... du petit vent... Henry Miller aurait dit "des pets de lapins" (13ème chapitre de son "Tropique du Cancer")... pfiout et prout ! Rien d'autre... De Cahuzac à Baddou... Et je ne vais pas tous les citer ! Les Forces du Progrès...

J'espère que Zemmour va s'en souvenir... qu'on rigole un peu avec lui.

 

18:08 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/08/2016

La Valise ou le Cercueil ?

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

 

Pour ce grand penseur de Joffrin, les arabes qui vivent en Corse ont construit les maisons dans lesquelles vivent les corses, de ce fait ils sont également chez eux sur l’Ile de Beauté. Voir ici à partir, approximativement, de la 34ème minute de l'émission... 

Bien...

Il serait judicieux de demander à Môssieur Joffrin ce qu'il pense de ces Français européens qui ont vécu en Algérie de 1830 à 1962 et qui y ont initié et construit une bonne partie des maisons modernes où vivent aujourd'hui les algériens. Les maisons modernes mais pas seulement. Ajoutons-y 80 000 kilomètres de routes, 14 ports, 12 aéroports, 32 aérodomes, 4500 kilomètres de voies ferrées, toutes les infrastructures gazières et pétrolières (surtout sur le tard, puisque gaz et pétrole ont été découverts juste avant l'indépendance), 31 centrales hydroélectriques ou thermiques, des dizaines de milliers de bâtiments administratifs, ponts, viaducs, tunnels, écoles, 150 hôpitaux, 16.000 kms de lignes téléphoniques et, pour terminer, une agriculture exportatrice. Et pas seulement construit, tout cela, mais élaboré, pensé et planifié par les français européens...

Oui... tout ce dont profitent les Algériens depuis plus d’un demi-siècle.

Etaient-ils chez eux, ces français, en Algérie, Môssieur Joffrin, comme sont chez eux les arabes en Corse ? Etaient-ils chez eux avant que le FLN ne leur dise : "La Valise ou le Cercueil ?"

 

16:29 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/08/2016

Imaginaire social non-négociable !

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

Bon, tenez-le vous pour définitivement dit, signifié, exprimé, expliqué... la véritable raison de notre dégoût des barbus islamistes, du niqab islamique et de sa version estivale, le putain de Burquini : tout cela ne fait pas partie de notre culture, ça nous scandalise car ça heurte nos mœurs, notre rapport au corps et à la femme, ça empiète sur notre imaginaire social, ça n'est ni plus ni moins qu'un symbole de l'invasion qui cherche à nous anihiler. Et surtout... ça n'a rien à voir avec la laïcité, c'est culturel ! Mieux : c'est civilisationnel ! Et c'est NON-NEGOCIABLE ! NON-NEGOCIABLE !

 

19:02 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook