Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2021

Un vide

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Il y a deux choses à envisager dans les choses créées, à savoir l'apparence empirique et le mécanisme ; or l'apparence manifeste l'intention divine (…) le mécanisme n'opère que le mode de manifestation. Chez l'homme corporel par exemple, l'intention divine s'exprime par la forme, la déiformité, le symbolisme, la beauté ; le mécanisme est l'anatomie et le fonctionnement vital. La mentalité moderne, à tendance toujours scientiste et "iconoclaste", tend à suraccentuer le mécanisme au détriment de l'intention créatrice, et cela sur tous les plans, psychologique aussi bien que physique ; il en résulte une mentalité blasée et "démystifiée" que rien n' "impressionne" plus. Avec l'oubli de l'intention divine, pourtant apparente a priori, on aboutit à un vide dépourvu de tout point de référence et de toute signification, et à une mentalité de nihilisme et de désespoir, si ce n'est de matérialisme insouciant et brutal. En face de cette déviation, c'est l'enfant qui a raison, quand il croit que le ciel bleu au-dessus de nous c'est le Paradis. »

Frithjof Schuon, Racines de la condition humaine

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Obsolète

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:05 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/01/2021

L'effet "apéro"...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 


Cliquez sur la photo...

17:45 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Cansure

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

13:30 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un bon caractère

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« A la question de savoir s'il vaut mieux avoir de l'intelligence ou un bon caractère, nous répondrons : un bon caractère. Pourquoi ? parce que, quand on pose cette question, on ne pense jamais à l'intelligence intégrale, laquelle implique essentiellement la connaissance de soi ; inversement, un bon caractère implique toujours une part d'intelligence, à condition évidemment que la vertu soit réelle, et non compromise par un orgueil sous-jacent, comme c'est le cas dans le "zèle d'amertume". Le bon caractère s'ouvre à la vérité, exactement comme l'intelligence fidèle à sa substance débouche sur la vertu; nous pourrions dire aussi que la perfection morale coïncide avec la foi, qu'elle ne saurait donc être un perfectionnisme social dépourvu de contenu spirituel. »

Frithjof Schuon, Racines de la condition humaine

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Affaire Gorce...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

Mais quelle pathétique époque !


Cliquez sur la photo...

 


Cliquez sur la photo...

 


Cliquez sur la photo...

 


Cliquez sur la photo...

03:26 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Pédophilie de gauche...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 

Victoria Thérame dans le Charlie Hebdo du 27 janvier 1977... 

03:21 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La moraline de gauche...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

03:16 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ces pauvres burnes sont impayables !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

03:10 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/01/2021

Porcelaine

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Les chiens de faïence se regarde "de travers". Mais comment s'étonner, ils sont en porcelaine. Ils n'existent pas. Quand l'homme s'engage dans une relation tendue avec un autre homme, c'est pour dissimuler ce que son inconscient lui crie : qu'en tant qu'il dit "je" et se prend (sauf dans ses rêves) pour un individu, il commet un énorme mensonge. Nous ne sommes jamais individuels, mais restons, comme Antigone le démontre à Créon, qui ne comprendra jamais rien, des êtres de lignages et de lignées, humaines et non humaines. Nous portons en nous le poids du monde, de sorte que nous ne pouvons demeurer "droits". L'agressivité vient de cette "mauvaise humeur" éprouvée à côtoyer en nous des êtres faux, controuvés, des artefacts dont la vie se brode sur un mensonge. Alors, comment ne pas entasser d'autres mensonges, pouvoir, honneurs, richesses, désir de conquête, la longue litanie des bobards ? La totalité de l'histoire de l'Occident, dans sa rudesse, provient de cette ambiance de faux-semblants que, très bizarrement, la psychanalyse ne met pas clairement en tête des blocages à traiter et dénouer d'urgence, si l'on veut retrouver une pensée et une vie. »

Arnaud Villani, Chiens de faïence

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/01/2021

Les chefs

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Mon père, prolétaire de son état, a toujours porté à ses divers patrons une haine constante et qu’il transférait d’ailleurs de l’un à l’autre sans la modifier d’un iota. Tous les patrons étaient à son avis détestables. Ancien combattant de la guerre 14-18 et soldat pendant sept années (la guerre le cueillit alors qu’il terminait son service militaire), il adorait, vénérait, respectait (mon enfance en sait quelque chose) ceux qui avaient été ses officiers. L’explication est simple et je l’ai donnée plus haut : il respectait le Maître héroïque et (à lui bidasse de 2ème classe) inaccessible. Il se souvenait de son temps militaire, malgré les souffrances de la guerre, avec joie. Son malheur commença lorsqu’il dut obéir à des bourgeois. A des patrons et non plus à des chefs.

[…]

Evidemment, les officiers que mon père admirait le plus étaient ceux qui avaient été tués.

[…]

D’ailleurs comment respecter le Maître, dans une démocratie, puisqu’il n’est qu’un esclave promu ? D’où la haine du prolétaire pour le bourgeois qu’il souhaite devenir tout en méprisant les moyens de cette promotion et les antivertus nécessaires à cette ascension. Le bourgeois est l’anti-héros qui a utilisé la ruse, le négoce, l’argent, la combine (etc.) et qui s’est avilit en tant qu’homme pour devenir bourgeois. “S’embourgeoiser” est injure… D’où la haine et l’envie du prolétaire et ce mépris fasciné qu’il porte au bourgeois. Celui-ci n’est pas un Maître respecté et admiré mais, à la limite, un salaud. Je verrai là une des raisons du désespoir contemporain ! Le promu a mauvaise conscience et le non-promu méprise ce qui, en même temps, est son idéal.

Alors que le véritable Maître est admiré. Parce qu’il est inaccessible. Parce qu’il est source de valeurs. Parce qu’il est exemplaire et protecteur. Parce que sa morale, étant héroïque, rejoint le sacrifice et l’ascèse. Du coup, entre lui et l’esclave, l’amour — oui l’amour ! — est possible.

L’attitude du prolétaire vis-à-vis du bourgeois est assez semblable à celle du non-Juif face au Juif. Mépris pour ce dernier et désir d’accéder où il accède tout en éprouvant une répulsion morale pour ses “supériorités”. Ce n’est pas un hasard si le prolétaire est volontiers antisémite. Le Juif est, à ses yeux, le bourgeois suprême. (Cette attitude est celle de beaucoup de noirs américains qui voient dans le Juif l’impérialiste suprême.) »

Jean Cau, Le temps des esclaves

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/01/2021

Avachissement et avilissement masochiste

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Il m'aura fallu des années de réflexion et de lucidité afin d'oser mettre en question et en questions l'égalitarisme sacro-saint qui fut mon miel et mon lait jusqu'à de récentes années.

(...)

Il aura fallu d'une part que j'assiste à l'avachissement et à l'avilissement masochiste de nos sociétés occidentales, d'autre part que je découvre le visage effroyablement médiocre du communisme pour que j'ose me demander si leur faillite commune n'avait pas même origine et mêmes raisons : le culte – bien qu'il fût célébré par des prêtres divers – du même veau. »

Jean Cau, Le temps des esclaves

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/01/2021

Guerre civile planétaire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Qui oserait rappeler l’évidence démontrée il y a déjà vingt-cinq ou trente ans par Foucault que non seulement la guerre des races ne s’est pas éteinte avec l’émergence des guerres nationales, ou de la "lutte des classes", mais qu’elles ne cessent au contraire toutes ensemble de s’élaborer sans cesse dans l’infernal creuset des âmes humaines livrées à elles-mêmes, et aux mauvais picrates intellectuels du XXème siècle, contaminant peu à peu toutes les structures de la société-monde, jusqu’à nous promettre l’éclatement prochain d’une guerre des sexes comme horizon terminal, au milieu des destructions de la guerre civile planétaire ? »

Maurice G. Dantec, Laboratoire de catastrophe générale (Le théâtre des opérations 2000-2001)

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/01/2021

La beauté

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Saint-Etienne et sa banlieue. Un pareil spectacle est la condamnation de la civilisation qui l’a fait naître. Un monde où il n’y a plus de place pour l’être, pour la joie, pour le loisir actif, est un monde qui doit mourir. Aucun peuple ne peut vivre en dehors de la beauté. Il peut quelque temps se survivre et c’est tout. Et cette Europe qui offre ici un de ses visages les plus constants s’éloigne sans arrêt de la beauté. C’est pour cela qu’elle se convulse et c’est pour cela qu’elle mourra si la paix pour elle ne signifie pas le retour à la beauté et sa place rendue à l’amour. »

Albert Camus, Carnets II, 1942-1951

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/01/2021

Du coeur et de l'âme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Les qualités propres à l’aristocratie sont difficiles à décrire, parce qu’elles viennent du cœur et de l’âme plus que du seul intellect ou de la seule "raison morale". De même que l’aristocratie relie le peuple aux dieux, elle relie le ciel à la terre, comme l’arbre du monde dans les anciennes mythologies. Elle relie aussi le visible à l’invisible, le fini à l’infini, ce qui se décrit à ce qui ne peut pas se dire. Elle montre les choses mais elle ne les dit pas. »

Alain de Benoist, Les idées à l’endroit

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook