Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2017

Dette...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

19:16 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Contre Trump...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 

Donna Hylton

19:13 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Prévention...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

19:11 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Bilan

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

19:10 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Fracking is evil ?

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves Libérales"=--=

 


Cliquez sur la photo...

19:09 Publié dans Brèves Libérales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/02/2017

Nos vies sont terriblement courtes...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nos vies sont terriblement courtes et ne nous laissent pas le temps d'achever une seule phrase. Car ce balbutiement est une brume d'illusion, recommencée sans cesse au même point pour se perdre, chaque fois, dans la brume indécise, c'est le langage des hommes ; il n'y a pas autre chose à en dire. Mais arracher la phrase tout entière à cet au-delà de nous-mêmes pour venir, comme un trophée, la déposer parmi nous : la phrase entière, vous entendez ! Voilà le travail des poètes. Au milieu de l'indifférence et pour la consolation de tous. Il n'y a pas autre chose à en dire. Mais si la mort en foule de tous les hommes complète à mesure la grande tapisserie, la mort de l'un de ces singuliers phraseurs y laisse un trou irréparable : un trou d'ombre par où s'engouffre éternellement le dangereux torrent de l'air qui fait communiquer les lieux hauts et les lieux bas ; la respiration du ciel et la respiration de l'enfer. »

Armel Guerne, Le verbe nu

 

22:41 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/02/2017

Orphelin de toute grâce, veuf de toute vertu, de toute force, de tout élan

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Pour courir sur celui du mouvement, et, s'y précipitant, s'être précépité : le monde a perdu le sens de la vie. Aussi a-t-il perdu le goût de la mort et meurt-il sans savoir, impersonnellement, orphelin de toute grâce, veuf de toute vertu, de toute force, de tout élan. Flétri dans son bourgeon. Il s'agite comme un forcené ; il gesticule comme un démon ; mais il est mort. Et dans les mâchoires de son agonie, il ne la reconnaît même pas !

Or, le niveau de l'enfer ne cesse de monter ; vous savez bien : ce lieu ignoble où la tiédeur fermente, où brûlent tous les froids ; et déjà : il ferait seul les splendeurs de la terre avec ses monstres mous, bêtes sans souffle, hideusement voraces -- n'était cette ultime respiration que les silencieux et les graves, par la prière et par le chant, crucifiés et agonisants maintiennent le monde. Ils le font silencieusement, par leur silence même, avec douleur et n'en pouvant plus, gémissants et hagards, ces quelques hommes qui agonisent pour le monde entier, ces voyants qui le voient périr et qui espèrent encore, malgré tout, lui conquérir au moins une mort, sa mort, au lieu de le laisser pourrir sur pied pour la plus grande gloire des imbéciles.

L'enfer est déjà parmi nous, je le répète, il affleure partout. A force de tomber, le monde est parvenu un jour à l'étage de l'immonde. Nous y voici. Les polices, les armées dans notre monde fracassant et bientôt fracassé, ce ne sont plus les anges de la mort -- ce qui serait trop peu dire -- ce sont les miliciens du néant, les faiseurs de trous. Politiciens, philosophes, penseurs, à votre santé ! »

Armel Guerne, Le verbe nu

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/02/2017

La civilisation occidentale, avec ou sans la foi, est une civilisation chrétienne

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Que l'Occident soit à l'occident, et que l'Orient soit à l'orient, c'est une vérité dans l'esprit, qui ne s'arrête pas à la seule géographie. Chacun y est chez soi, tout au bout d'une civilisation qui a cheminé et qui chemine encore d'un autre pas, et qui ne peut atteindre au même point qu'en marchant dans un autre sens.
La civilisation occidentale, avec ou sans la foi, est une civilisation chrétienne beaucoup plus qu'on ne croit : nos molécules sont chrétiennes, nos forêts, nos paysages, nos arts, nos sentiments, nos crimes, même, sont chrétiens par-delà toutes les convictions religieuses. Tout ce que nous faisons ou ne faisons pas reste et demeure pétri, ne s'agitant jamais ailleurs que dans les mailles de ce filet que les siècles ont tissé entre le ciel et la terre. »

Armel Guerne, Le verbe nu

 

17:45 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/02/2017

Joyeuse Saint Valentin !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La déportation universelle

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Au mystère de la vie, que nous partageons avec toutes les créatures autour de nous, et aux mystères du langage et de l’écriture, qui nous en distinguent, serions-nous devenus si monstrueusement étrangers, que nous en usions sans plus savoir seulement qu’ils existent ? Notre époque est évidemment tombée très bas dans le simulacre, et notre temps se signale entre tous les temps par sa gesticulation insensée, son vacarme et le poids accablant de sa machinerie. Et pourtant, oui, elle se signale aussi par une angoisse sourde, un sang serré, une sève contrite, comme si toute la nature avec nous gémissait silencieusement dans l’ombre d’une certaine joie perdue. Qu’est-ce à dire ? sinon que notre pauvre humanité, pour s’être un peu trop cherchée depuis un siècle ou deux, s’est beaucoup trop trouvée, hélas ! enjambant dans sa hâte les distances et les différences, gagnant furieusement du temps sur le temps qui passe, envahissant d’autres espaces que son espace, et n’ayant en commun, finalement, qu’une épouvante inavouée et féroce, une sorte de halètement d’agonie où l’on peut voir déjà la vie, dans son indifférence, ne plus se modeler que sur les figures pâles de la mort, et la mort ; plus atrocement, singer tout le vocabulaire et les figures de la vie. Le mauvais rêve se poursuit, dont plus personne n’aura bientôt la force même de vouloir sortir, tant la tristesse et la lassitude, qui sont toujours le fruit des mauvais calculs qu’on ne peut pas reprendre, trahissent la déspiritualisation des corps : des corps qui s’ennuient dans toutes les langues du monde, et qui s’en vont de moins en moins à la recherche de quelque chose, n’importe quoi, qui puisse remplacer leurs âmes si terriblement absentes. Bientôt, c’est aujourd’hui déjà, les hommes ne sauront même plus que leurs âmes leur manquent. Robots : voilà le confort, que d’aucuns, déjà, préconisent ; n’être plus qu’une viande forte, c’est l’idéal des grandes nations.

L’esprit, néanmoins, ne meurt pas aussi vite et ne se résigne pas, pour autant, à la déportation universelle. On a beau le chasser : il revient. C’est là le propre des esprits. Sous forme d’inquiétude dans l’abêtissement, sous forme d’angoisse dans le confort, sous forme de silence, tragique tout à voup dans le fracas, car il ouvre sur l’immensité, sur l’antérieur et le futur, alors que le présent, pour vivre seul ainsi qu’il le prétend, doit se serrer sur soi, se concentrer sur son actualité la plus infime, et surtout ne jamais ouvrir les yeux sur rien de tout ce qui l’entoure. Entre un passé qui s’allonge sans cesse, et s’alourdit, devant un avenir qui s’écourte sans cesse, et s’amincit, ce rien qui court, cette bulle d’air chassée, où les hommes sont pris, voici qu’elle se retourne contre l’un et l’autre pour s’affirmer, hurler et se prouver que l’existence est là. »

Armel Guerne, Le verbe nu

 

00:07 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/02/2017

Faire embaucher son ex...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/02/2017

Average voter...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/02/2017

Bénévole...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/02/2017

Micron...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 


Cliquez sur la photo...

21:52 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Virilité Post-Moderne...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 


Cliquez sur la photo...

 


Cliquez sur la photo...

21:44 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook