22/11/2014

Allègement du Programme...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

 

18:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

« Nos élites rêvent d'un petit homme sans racine, ni filiation ! »

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

A l'occasion de la sortie de son Roman de Jeanne d'Arc, Philippe de Villiers a accordé un entretien fleuve à FigaroVox dans lequel il s'en prend aux élites et proclame sa passion pour la France.

 

----------------------

 

Vous comparez l'Europe de Bruxelles et celle de Jehanne d'Arc. N'êtes-vous excessif et anachronique ?

Philippe DE VILLIERS : Le Traité de Troyes vaut bien le traité de Maastricht. En 1420, que pensent les élites? Autour d'Isabeau de Bavière, plissée de gras sous le hennin, cette «truie couronnée» comme on l'appelle à l'époque dans les pays de France, les élites pensent que la souveraineté est une charge trop encombrante. Donc il faut s'en débarrasser. On cède et on transfère la souveraineté à l'étranger, à l'Angleterre. On pense y gagner en prospérités. On console le peuple en lui disant que la France sera plus grande quand elle sera anglaise. Et voilà que le petit roi d'Angleterre devient le petit roi de France et d'Angleterre, Henri VI. Il y a un régent en France qui s'appelle le duc de Bedford, qui est le beau-frère du duc de Bourgogne. Comment Jehanne appelle-t-elle les Bourguignons, ceux-là même qui préfèrent que la France soit gouvernée par l'Angleterre que par le roi de Bourges? Elle les appelle des «Français reniés». Quelle sémantique ! C'est la trahison des élites: la trahison des élites politiques, celles qui se déchargent de la souveraineté, trop lourde à porter, et qui considèrent que la France a fait son temps ; la trahison des élites économiques aussi, qui, pour l'essor de leurs commerces, au nom des laines anglaises, des tissus flamands et des vins de Bourgogne, demandent au roi de France, avant d'entrer dans la ville de Troyes, de les rassurer: «dites-nous que les affaires continuent à prospérer comme avant» ; et bien sûr la trahison des clercs enfin, qui refusent que Jehanne aille voir le Pape, ce qui est son droit le plus strict et qui lui reprochent un excès de patriotisme. Il y a une sorte de balise permanente dans l'histoire de France. Le peuple suit ses héros. Le peuple sent les sincérités de celui qui le sauve, de celui qui l'accompagne dans ses ardeurs, dans ses blessures et ses désespoirs, en l'occurrence Jehanne d'Arc. Alors même que les élites, qui sont toujours en polarisation inverse, renouvellent sans cesse leur posture d'opposition à la survie de la France. Elles préfèrent à leurs voisins, le très lointain, et à leurs propres souvenirs la mémoire des autres. Toute sa vie, Jehanne d'Arc va lutter avec le peuple contre les élites. Comme dans les films, je dirais que toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n'est que pure coïncidence !

Comment expliquez-vous cette fracture entre le peuple et les élites ?

Philippe DE VILLIERS : Les élites ont plus de distance affective avec la France que le peuple. Les élites sont moins enracinées dans le sol de France que le peuple. Le peuple vit dans les paysages de la France, dans les entrailles de la France, dans les souvenirs de la France, dans le cœur de la France. Le peuple cultive la mémoire de ses morts. Les élites sont en villégiature, elles voyagent et ne voient plus les frontières. Elles voyagent dans les nuages cotonneux et tendent la main au-dessus des petits toasts de caviar, elles voyagent au-dessus de l'Inde où les enfants de moins de douze ans fabriquent les luxueux costumes qu'elles portent sur elles. Ces élites-là, ces nouveaux «Français reniés», sont des élites déchues. La Révolution a abattu la monarchie, elle l'a remplacé par une démocratie qui est devenue aujourd'hui une oligarchie. L'oligarchie médiatique, l'oligarchie des banquiers de Francfort, l'oligarchie du CAC 40, l'oligarchie des commissaires de Bruxelles, pour ne pas parler de l'oligarchie américaine de l'OTAN. Un jour, une génération se lèvera qui balaiera les oligarques du multiculturalisme et du consumérisme.

Justement, quel est votre regard sur la génération Manif pour Tous ?

Philippe DE VILLIERS : C'est la petite sœur Espérance de Péguy. Aujourd'hui, si Jehanne d'Arc revenait, elle aurait à affronter à une nouvelle idéologie. L'oppresseur n'est plus l'Angleterre, mais le mondialisme, qui sépare l'homme de ses attachements vitaux: on est en train de fabriquer pour la France de demain, un petit homme consommateur à l'américaine qui sera asexué et apatride. Il n'aura plus ni racine, ni filiation. Il ne pourra plus se retourner sur son passé et n'aura donc plus d'horizon. Il deviendra fou, fou de plaisir, fou de l'instant, le fou de Chesterton qui a tout perdu sauf la raison. L'ensemble des autorités temporelles et spirituelles a tendance à considérer aujourd'hui que le seul enjeu est, comme on dit à l'école aux enfants, de «sauver la planète». On ne cherche plus à sauver la France mais à sauver la planète. On ne veut plus sauver une civilisation, on veut sauver les phoques et les ragondins appelés à devenir des sujets de droit et on chosifie l'embryon humain. Dès lors, la nation est montrée du doigt, elle est regardée comme un obstacle à la fraternité cosmique. Les déclinaisons de cette idéologie sont l'immigrationisme, l'hédonisme, le consumérisme, avec un objectif inavoué: la création d'un seul marché mondial qui permettrait aux entreprises américaines d'inonder le monde et de faire de l'individu un atome, un consommateur sans attaches affectives. L'Amérique ne veut plus de frontières, d'États, de lois nationales. Elle veut le libre échange planétaire. Elle veut des consommateurs plutôt que des citoyens, imprégnés de soft power, coca-colonisés et qui se passent, de bouche en bouche, le même chewing-gum.

La première urgence est de retrouver l'idée de France: une nation n'existe pas sans contours, ni conteurs. Si elle cesse de rêver et de se définir, si elle perd ses frontières, elle s'abîme. Mais il faut aussi savoir lire les signes d'espoir comme l'immense succès de la «Manif pour Tous». C'est la première fois dans l'histoire de France que des gens ont quitté leurs domiciles, leurs soucis familiaux et personnels, leurs inquiétudes économiques afin de venir manifester pour des idées et non pour des intérêts. C'est la protestation la plus gratuite de notre histoire. Cela laisse penser que la France ne veut pas mourir. Quand il y a un million de personnes dans la rue qui refusent qu'elle meurt, elle ne mourra pas. Lénine disait, «il me faut mille hommes …». On peut penser aujourd'hui, comme lui, qu'un jour il suffira de mille hommes: par leur sacrifice et l'élévation de leur âme, ils changeront la donne de cette société éreintée. Mon livre n'est qu'un petit caillou blanc que je dépose sur le chemin de ces petits hommes-là qui tiennent leurs lucioles allumées au milieu de la poussière d'atomes.

Ce livre est-il aussi un moyen de répondre à l'angoisse identitaire qui semble tarauder les Français ?

Philippe DE VILLIERS : Bien sûr. J'ai fait le livre qu'on me déconseillait. On prétendait que Jehanne d'Arc était un sujet ringard, tout comme le Puy du Fou était réputé ringard avant qu'il ne soit sacré le plus beau parc du monde deux fois en trois ans.. Aujourd'hui, le Puy du Fou caracole ; et, deux jours après sa parution, les ventes de mon livre ont explosé. Cela signifie qu'il y a une soif, une demande de retour aux sources primordiales de la Grandeur, de l'Émotion. C'est le Beau qui sauvera le monde, Dostoïevski l'avait dit.

Désiriez-vous exalter les racines chrétiennes de la France, voire de l'Europe ?

Philippe DE VILLIERS : L'Europe aujourd'hui est en train de mourir. Elle meurt culturellement et démographiquement. Elle meurt d'un chassé-croisé entre l'avortement de masse et l'immigration de masse. Parce qu'elle ne croit plus en la Vie. L'enfant est la ligne de flottaison de l'espoir d'une société. Pour qui regarde la Russie du fameux « diable Poutine » tel qu'il est décrit par l'Amérique consumériste et multiculturelle d'Obama, il est facile de constater qu'elle connaît une véritable restauration de ses valeurs civiques, morales et spirituelles. Pendant qu'on inaugure un McDonald en Europe, on ouvre une Eglise orthodoxe en Russie. Il se pourrait bien qu'un jour la troisième Rome vînt sauver la seconde.

Le risque n'est-il pas de basculer dans un communautarisme chrétien face à un communautarisme musulman ? La laïcité ne reste-t-elle pas le meilleur rempart pour préserver l'unité de la nation ?

Philippe DE VILLIERS : La laïcité a été inventée par Jésus Christ et codifiée par l'Eglise catholique au Moyen-Age. La séparation entre le spirituel et le temporel date des Évangiles. C'est une invention géniale qui permet de ne pas confondre les sphères. Aujourd'hui, on voit bien que le problème de notre société est double. D'un côté, on a un laïcisme à la Vincent Peillon qui propose d'absorber le spirituel dans le temporel et donc de fabriquer des enfants sans leurs parents pour pouvoir les élever dans un matérialisme absolu. Et de l'autre côté, l'islamisme qui propose l'inverse: absorber le temporel par le spirituel avec la charia et l'Oumma. La seule protection possible contre ces deux tentations séculaires réside dans la culture chrétienne de la vraie laïcité fondée sur deux principes inséparables: le spirituel et le temporel s'irriguent mutuellement, mais ne se confondent pas.

Quel regard portez-vous sur Marine Le Pen ? Défend-elle aujourd'hui les thèmes que vous portiez par le passé ?

Philippe DE VILLIERS : Je ne veux pas entrer dans la politique politicienne. Je suis sorti de la vie publique électorale par la grande porte. Je n'ai pas l'intention d'y revenir par la cuisine! La classe politique est morte, mais elle ne le sait pas encore.

Marine Le Pen fait-elle partie de cette oligarchie que vous dénoncez ?

Philippe DE VILLIERS : Le système se décompose et elle compose avec le système. Pour reconstruire, il faut d'abord passer par la décomposition. Marine Le Pen est un marqueur de cette décomposition.

Vous n'avez plus de mandat. Quel rôle politique entendez-vous jouer ?

Philippe DE VILLIERS : Abandonner volontairement ses mandats n'interdit pas d'exprimer des idées. C'est même le contraire! Les gens qui ont des mandats n'ont pas d'idées et les gens qui ont des idées n'ont pas de mandat. Je suis passé dans la deuxième catégorie. Dans la première, ils sont nombreux à barboter !

Même si je ne regrette rien de ce que je faisais avant, ce que je fais aujourd'hui me paraît plus utile. Ce sont les idées qui mènent le monde et l'œuvre du Puy du Fou, qui est une œuvre de civilisation et de rayonnement, fait découvrir à beaucoup de jeunes Français, la France et l'histoire de France. Il la fait également découvrir à beaucoup d'étrangers. Le Puy du Fou est en train de devenir un fleuron dans le monde entier, la Russie le sollicite, l'Amérique le plébiscite. Nous venons de recevoir la plus haute distinction mondiale aux Etats Unis, cette semaine ; et le jury mondial a déclaré: « le Puy du Fou est désormais sur le toit du monde ».

Il est symptomatique - et c'est une forme d'ironie de l'histoire - que, finalement, ceux qu'on accusait d'être des franchouillards de la France rancie et qui sent le renfermé, sont les plus conquérants, les meilleurs ambassadeurs et les investisseurs les plus performants dans la mondialisation des échanges. Car les racines sont des promesses. Pour être de son temps, il faut être de quelque part. La nation est le chemin du monde. Le singulier porte l'universel, les mondialistes l'oublient trop souvent.

Diriez-vous que vous voulez mener le combat culturel un peu à la manière d'Eric Zemmour ? Quel regard portez-vous sur le succès de son livre ?

Philippe DE VILLIERS : Quand un livre se vend à plus de 300 000 exemplaires, ce n'est plus un phénomène d'édition, mais un phénomène d'opinion. Plutôt que d'insulter Zemmour tous les jours comme ils le font, les oligarques et les médiacrates devraient s'interroger sur le sens de ce livre qui répond à un cri que la « Société de Connivence » ne veut pas entendre.

Jehanne d'Arc nous apprend qu'il ne faut jamais désespérer. Éric Zemmour n'est-il pas finalement trop pessimiste pour vous ?

Philippe DE VILLIERS : Le propos d'Eric Zemmour dans ce livre était de décrire la pente descendue. Il faut le lire en creux. Il raconte comment on a détricoté la France. En lisant entre les lignes, on peut voir comment la retricoter.

Mon propos est différent. J'ai choisi d'écrire le journal intime de la plus grande héroïne de l'histoire de France. J'ai voulu l'approcher pour la mettre à la portée de ceux qui rechignent à lire des livres d'histoire sur elle. Les historiens font leur métier, mais il s'agit parfois d'une besogne de médecins légistes. Par tempérament et par goût, je suis plus tenté par l'allégorie. J'ai fait ce livre parce que, comme tous les Français, j'aime les chevauchées, les hautes figures et les poètes. L'œuvre que Jehanne d'Arc laisse derrière elle est d'abord une œuvre poétique. Dans la rencontre du sublime et de l'insoutenable au cœur de son procès inique, ses répliques sont des monuments de la langue française. Elle répond aux insultes par des mots frappés comme des médailles. Où a-t-elle pris tout cela ? Où est-elle allée chercher ces trouvailles devenues des citations incomparables ? J'ai voulu savoir. C'est pourquoi j'ai écrit ce livre. Doucement, je me suis approché. J'ai suivi la petite Jehannette derrière ses brebiettes. Je l'ai vue entrer dans les cryptes, traverser les bois, tirer l'aiguille, tourner le fuseau. Elle écoutait. Toujours, elle écoutait. Comme elle attrapait les libellules à la crête des ajoncs, le long du petit ruisseau des Trois-Fontaines, elle cueillait ce qu'elle entendait. Elle cueillait les mots comme on cueille les pâquerettes d'eau. Les mots du pays. Elle était une paysanne. Une paysanne qui meurt, c'est comme une bibliothèque qui brûle. Ils l'ont brûlée. Mais elle demeure le plus pur chef d'œuvre que le génie allégorique français ait jamais déposé dans notre littérature. La France est un poème. Chaque héros y a déposé une harmonique singulière. Mais c'est Jehanne qui a fait rimer pour toujours l'Espérance avec la France. C'est elle qui a porté témoignage pour toujours que dans le mot « Souffrance », il y a encore le mot « France ».

 

----------------------

Source : Le Figaro

----------------------

 

 

 

 

Voir aussi cet article... 

 

15:16 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Jus de Quinoa et Pensée Unique...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

 

05:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/11/2014

Français de souche élevé au bon lait de Normandie...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

21:19 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Garder les événements sous contrôle...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

 

18:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Aimer le paysage c’est comme aimer la langue...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mardi 30 juillet 2013, midi

Heureusement il nous reste la lumière — la lumière et l’amour (mais certaines philosophies soutiennent que c’est la même chose, je crois).

La vieille consolation lamartinienne par le truchement de la nature ("Mais la nature est là qui t’invite et qui t’aime"), celle de toute la poésie lyrique au moins jusqu’au siècle dernier, n’est plus si agissante, loin de là. La nature n’est plus là, ou bien rarement, et dans quel état ! Elle est partout humiliée, blessée, salie, souillée, aménagée, viabilisée, rentabilisée, touristisée, tôllifiée, parpaingnifiée, industrialisée, banlieucalisée, artificialisée, peaudechagrinée, traquée. Il n’y a que les gens qui ne l’aiment pas vraiment pour ne pas voir ses atroces souffrances et pour jouir sereinement de son agonie. Il n’y a que les gens qui n’aiment pas le paysage (et ils sont l’immense majorité des vivants, il suffit de les voir ne pas le voir, et de voir comment ils le traitent) pour croire que le paysage nous offre la ressource qu’il a toujours offerte — le toujours très historique du sentiment lyrique, au moins. Aimer le paysage c’est comme aimer la langue, ou comme aimer la France : une blessure de tous les instants. Oh, certes, il nous reste des lambeaux, de magnifiques vestiges, des poèmes, des terrasses, des livres, des vergers, des fenêtres, des îles, des inscriptions sur des pierres, le coin d’un champ et même quelques morceaux de montagne réchappés par miracle à la sale industrie des sports d’hiver ; mais pratiquement plus de bords de mer, presque jamais de grands panoramas intacts, à peine un ou deux villages épargnés par la Grande Pelade, l’arrachage des enduits, la lèpre pavillonnaire, l’éclairage a giorno et, s’ils ont eu le malheur d’être trop beaux, la kitscherie gnan-gnan, le fer forgé, l’artisanat d’art, l’esprit “poutres app.”, les galeries de peinture, les “formules”, le second degré. J’ai eu l’imprudence de faire confiance aux ciels. Ils ont longtemps été loyaux et sûrs. Il leur arrive encore de nous mettre à genoux, d’admiration et de gratitude. Mais mêmes eux sont pollués à présent, maculés, striés, lacérés par cet imbécile d’homme et son ingénieux génie. Ne nous laissera-t-il pas, à la fin, un seul espace et un moment sans lui ? Faut-il vraiment qu’il humanifie, quand bien même il les aurait déjà si heureusement humanisés, chacun de nos regards et la moindre de nos sensations ? »

Renaud Camus, NON, journal 2013

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Authenticité...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Vendredi 26  avril 2013

  S’il fallait tourner un film dont l’action se situe dans l’ancienne France paysanne, on serait bien obligé d’avoir recours à des décors artificiels, ou bien de se résoudre à montrer un pays faux, un pays qui n’a jamais été comme cela : la Grande Pelade en effet - l’horrible manie petite-bourgeoise, c’est-à-dire universelle, des arrachages d’enduits - , a totalement défiguré les villes, les bourgs, les villages et les campagnes. Elle les a rendus méconnaissables, elle a fait disparaître le décor ancien, et toute son épaisseur de temps. Chaque fois que j’ai l’occasion de sillonner un ou deux cantons, la poursuite obstinée, malgré mes objurgations, de ce long massacre de l’habitat rural me rend littéralement malade (...)

Le plus ridicule et rageant est qu’aussi bien les arrachages d’enduits que les introductions de poutres en guise de linteaux, souvent au-dessus de larges  baies coulissantes au bord métallisés, ou plastifiés, procèdent, dans l’esprit de ceux qui les commettent, d’une exigence, ô combien ignorante et dévoyée, d’authenticité. Ces vandales bien intentionnés croient sérieusement qu’il est plus "authentique" de leur part, de montrer leurs affreuses pierres meulières, qui ont toujours été cachées, que les beaux crépis qui les recouvraient et qui, eux, avaient toujours été là, c’est-à-dire dès la construction, bien sûr ; et les même sont persuadés que leurs sales poutres incorporées, au-dessus des ouvertures, confèrent aux façades, grâce à leurs relents de mauvais westerns, sans doute, une allure plus authentiquement "rustique" ; alors que l’architecture rurale de la région, celle du moins qui a été le mieux conservée, n’aspirait à rien moins qu’ à la rusticité et tendait au contraire, souvent avec grand succès, à l’élégance et à un classicisme d’inspiration citadine. De superbes fermes ou maisons de maîtres d’un grand style Louis XV sont défigurées pour se voir imposer l’allure supposée de pauvres métaieries du temps de la Troisième République. Seule la rusticité, très mal interprétée le plus souvent, a droit au label "authenticité". Le reste n’existait pas, apparemment (un peu comme le peuple français.) »

Renaud Camus, NON, journal 2013

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook