28/07/2014

J’ai le plus profond mépris envers ceux et celles qui renient, ou affectent de renier, les maîtres de leur adolescence

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J’ai horreur des renégats et des renégates. J’ai le plus profond mépris envers ceux et celles qui renient, ou affectent de renier, les maîtres de leur adolescence, les écrivains, les peintres, les cinéastes, les compositeurs, qui, dans leur jeunesse, les ont émus, éclairés.
Un (ou une) adulte qui déclare, sur un ton affecté de désinvolture, de dédain : “Oui, *** (tel écrivain), *** (tel cinéaste), je les ai beaucoup aimés quand j’avais seize ans, vingt ans, mais aujourd’hui voilà longtemps que je ne lis plus ses livres, que je ne vois plus ses films”, vous savez ce qu’il (ou elle) mérite ? Qu’on lui foute une bonne paire de claques, ou qu’on lui crache à la gueule.
Un pareil reniement est en effet le révélateur d’une âme médiocre et basse, d’un affligeant manque d’intelligence, de délicatesse, de sensibilité, de courtoisie, de coeur.
J’ai l’âge que j’ai et n’ai jamais cherché à me rajeunir, le temps passe, fugit irraparabile tempus, mais aujourd’hui comme hier je ne tolérerais pas qu’on dît en ma présence le moindre mal des écrivains, des peintres, des compositeurs, des cinéastes, qui, dans ma brûlante, tourmentée, révoltée adolescence, m’ont guidé, soutenu, accouché de moi-même, aidé à devenir celui que je suis. »

Gabriel Matzneff, Séraphin, c’est la fin !

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il n’y aura plus de littérature française après cette guerre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il n’y aura plus de littérature française après cette guerre. Claudel et Valéry sont morts. On verra trop le jeu de Mauriac et de Giraudoux, la perfidie sexuelle de l’un, l’ambiguité morale de l’autre. Et la jeune génération est nulle.
Effondrement de la "virilité" de Montherlant, de Drieu.
Bernanos, Céline ne sont que des sentimentaux exaspérés, Giono aussi, des chaotiques. Malraux rebondira dans quelque reportage de guerre, je suppose qu’il y est enfin parti...
Je suis dans mon 9ème étage, dans mon pigeonnier au dessus de Paris et je regarde une agonie... Où sont les amis ? Boyer dans un régiment de réserve générale d’artillerie, Petitjean dans les chasseurs à pied, Malraux est-il parti ? Que fait Montherlant ? »

Pierre Drieu la Rochelle, Journal, à la date du 18 mai 1940

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le simulacre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Pauvre enfance, qui en même temps que devant les vrais hommes, les artistes, les hommes de naïveté et de nécessité, est jetée dans les bras des critiques, des professeurs, de tous ceux qui n'ont jamais su, qui ne savent pas, qui ne sauront jamais la vie, mais qui en ont appris le simulacre et le font apprendre. »

Pierre Drieu la Rochelle, Sur les écrivains

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il est très naturel de ne pas aimer Céline

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Son pessimisme chargé de vitalité, son cynisme appuyé (mais les événements appuient plus fort encore), ses grandes gueulantes, ses bonnes ou mauvaises raisons, son double aspect de petit bourgeois râleur et d'aventurier correspondent à un aspect évident du monde moderne. Son génie littéraire en aurait fait un poète dans une autre époque. (...) Encore une fois, il est très naturel de ne pas aimer Céline. Lui non plus n'aime pas tout le monde. Le Diable et Le Bon Dieu se disputent très fort à son sujet »

Roger Nimier, Journées de lecture

 

06:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Vivante à n’en plus finir

=--=Publié dans la Catégorie "Svetlana"=--=

 

« Vivante à n’en plus finir
Ou morte incarnation de la mémoire
De ton existence sans moi.
Je me suis brisé sur les rochers de mon corps »

Paul Éluard, L’Amour la poésie

 

05:00 Publié dans Svetlana | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/07/2014

Les hommes dignes de ce nom respirent toujours dans une atmosphère tragique

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

« Mais pourquoi parler seulement d’un problème européen ? Il y a un problème mondial : le trouble de la culture et de l’esprit humains. Un Américain de vieille souche anglo-saxonne qui se voit débordé dans son pays par le flot montant des races, un Allemand de Weimar, un Anglais d’Oxford, un Chinois de la vieille civilisation chinoise, connaissent la même angoisse que le Français qui voit s’effriter ses traditions séculaires. Nous vivons un drame planétaire. Tous, nous en éprouvons l’obscure conscience. Les plus lucides d’entre nous essaient d’en découvrir les conditions. Pour ma part, j’attendais de la révolution russe, il y a huit ou dix ans, une délivrance, un retour à l’esprit. Hypothèse simpliste : la Russie essaie hardiment de jumeler le mouvement de la machine et le mouvement de l’esprit, seule direction possible. Nous assistons de toutes parts à la disparition des vieilles cultures et à l’avènement de quelque chose d’inconnu qui les remplacera et que nous sommes encore incapables de définir : l’effet produit est celui d’une décadence, d’une décomposition complètes. Spengler prétend que chaque civilisation est un organisme vivant qui naît, croît, décroît et meurt, selon les lois biologiques. Je crois, en effet, que nous assistons à l’agonie de la civilisation occidentale, mais ses derniers moments peuvent être bien étranges, bien curieux. Le dernier jour de la vie est aussi passionnant que le premier ; les hommes dignes de ce nom respirent toujours dans une atmosphère tragique. »

Pierre Drieu La Rochelle, Entretien paru dans la revue "Comœdia", le 5 septembre 1928

22:19 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une expression humaine

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« "Pourquoi as-tu tiré, dit un officier ? Tu le sais bien, pourquoi me le demandes-tu ?", répond l’enfant. Calme, intrépide devant la mort à laquelle il échappe seulement à cause d’une réponse encore plus téméraire faite à une seconde question. "J’ai un œil en verre, lui dit l’officier. Si tu peux me dire tout de suite, sans réfléchir, lequel des deux, je te laisse partir." "L’œil gauche" répond aussitôt le garçon. "Comment as-tu fait pour t’en apercevoir ?", demande, surpris, l’officier, fier d’être le citoyen d’un pays ou "l’on fabrique les plus beaux yeux de verre du monde". Et l’enfant de dire tranquillement, sereinement : "Parce que, des deux, c’est le seul qui ait une expression humaine." »

Curzio Malaparte, Kaputt

22:12 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook