28/11/2014

Une dévotion servile

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Selon Kreizler, nous autres Américains, n’avons jamais cessé de courir. Quand personne ne nous regarde, que nous sommes seuls face à nous-mêmes, nous courons, toujours aussi rapides et peureux que naguère, pour fuir les ténèbres que nous savons cachées derrières la porte de tant de foyers apparemment sans histoire, pour fuir les hantises greffées dans la cervelle de nos enfants par ceux-là même que la nature leur dit de croire et d’aimer, nous courons, plus pressés et plus nombreux encore, vers le mirage de ces potions, de ces médications, de ces prêtres, de ces philosophies, qui nous promettent de terrasser nos frayeurs et nos cauchemars et qui nous réclament, en échange, une dévotion servile. »

Caleb Carr, L’aliéniste

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Politics...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves Libérales"=--=

 


Cliquez sur la photo...

15:00 Publié dans Brèves Libérales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Je ne suis personne, personne

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je suis les faubourgs d'une ville qui n'existe pas,
le commentaire prolixe d'un livre que nul n'a jamais écrit.
Je ne suis personne, personne.
Je suis le personnage d'un roman qui reste à écrire,
et je flotte, aérien, dispersé sans avoir été,
parmi les rêves d'un être qui n'a pas su m'achever. »

Fernando Pessoa, Le Livre de l'intranquillité

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un scepticisme de masse débilitant

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le système fonctionnait parce que les petits criminels et contrevenants plaidaient coupables la majeure partie du temps et ne déposaient pas, par simple routine, des recours en appel devenus une vraie plaie. Le système fonctionnait parce que les séjours à l’ombre d’avant la cassure étaient acceptables. C’étaient des criminels d’avant la psy. Ils acceptaient l’autorité. Ils savaient qu’ils étaient de la fange et de la raclure parce qu’ils le voyaient à la télé et le lisaient dans les journaux. Ils étaient verrouillés, prisonniers d’un jeu truqué. L’autorité gagnait habituellement. Ils prenaient plaisir à des triomphes mesquins et se délectaient des machinations de la partie qui se jouaient. Et la partie qui se jouait se résumait à être au parfum. Etre au parfum et fataliste, c’était cool. Si on parvenait à ne pas aller jusqu’à la chambre à gaz, le pire qu’on pouvait attendre était un séjour au pénitencier. Un séjour à l’ombre d’avant la cassure, c’était acceptable. On pouvait y siffler de la gnôle maison, y baiser les fiottes dans le cul. Le système fonctionnait parce que l’Amérique n’avait pas encore eu à se confronter aux émeutes raciales, assassinats, conneries écologistes, confusion des sexes, prolifération des drogues, maniaques des armes, psychoses religieuses, le tout lié à une implosion des médias et à l’émergence d’un culte de la victime – une traversée de vingt-cinq années de poisse semeuse de discorde, qui avait eu pour résultat un scepticisme de masse débilitant. »

James Ellroy, Ma part d’ombre

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ce n'est qu'au cimetière que les hommes trouvent une égalité absolue

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La foi surprenante, naïve et inhumaine de tous les socialistes dans la vertu de l'éducation a transformé nos années scolaires en supplice et couvert le pays de camps de concentration. Chez nous, on éduque tout le monde, du plus petit jusqu'au plus grand, et tous doivent s'éduquer mutuellement. D'où les réunions, les meetings, les discussions, l'information politique, la surveillance, les contrôles, les activités organisées, les “samedis communistes” et les “émulations socialistes”. Et, pour les plus difficiles à élever : les travaux physiques les plus pénibles dans les camps, ceux auxquels aspirait le cher Tolstoï. Mais comment construire autrement le socialisme ? Tout cela était très clair pour le gamin de quinze ans que j'étais. Mais, demandez maintenant encore à un socialiste de l'Occident : que faut-il faire, en régime socialiste, des gens qui sont inaptes ? Les éduquer ! répondra-t-il. »

« Ce n'est qu'au cimetière que les hommes trouvent une égalité absolue et, si vous voulez transformer votre pays en un gigantesque cimetière, alors oui, enrôlez-vous chez les socialistes ! »

Vladimir Boukovsky, ... et le vent reprend ses tours – Ma vie de dissident

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Tout travail comporte quelque chose qui ne peut se payer et donne une satisfaction qui se suffit à elle même

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ce matin en forêt, pour abattre du bois. Je m’y suis pris trop tard dans l’année : les bouleaux saignaient abondamment. Travail fatiguant. Je me suis dit : "Au fond, tu aurais pu envoyer quelqu’un d’autre, en le payant. Pendant ce temps, tu aurais pu gagner chez toi, et confortablement, plusieurs fois ce que tu perdais ainsi."

Réplique : "Oui, mais tu ne te serais pas mis en sueur."

Bien – car dans notre monde, il n’est rien de plus inadmissible que de comparer deux activités en prenant l’argent pour critère. Nous tombons alors au niveau du "times is money", cette devise qui est aux antipodes de la dignité humaine. Au contraire il y a de la vérité dans la réflexion de Théophraste : "Le temps est une dépense précieuse."

Tout travail comporte quelque chose qui ne peut se payer et donne une satisfaction qui se suffit à elle même. C’est sur ce principe que se fonde l’économie véritable du monde, l’équilibre en profondeur du gain et de la dépense, le bénéfice assuré.

S’il en était autrement, le paysan devrait se mettre sous la dépendance du cours de la Bourse, et non de la terre, du soleil et du vent.
L’auteur devrait étudier l’humeur changeante des masses et adapter son œuvre aux lieux communs reçus. Les fleurs disparaîtraient des jardins, et le superflu de la vie. Il n’y aurait plus ni haies, ni bosquets d’agrément, ni ruisseaux serpentants, ni espace vide entre deux champs.

Le travail devient sacré par ce qui, en lui, ne peut être payé. Nés de cette part divine, bonheur et santé se déversent sur les hommes. On pourrait aussi dire que la valeur du travail se mesure à la part d’amour qui s’y dissimule. En ce sens, le travail devient semblable au loisir : au plus haut niveau, l’un et l’autre se confondent. J’ai vu un laboureur derrière ses chevaux ; devant lui, la glèbe se retournait aux rayons du matin et semblait se revêtir d’or. La récolte n’est qu’un revenu tiré de cette opulence. »

Ernst Jünger, La cabane dans la vigne, Journal de guerre, 1939-1948

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

He who is without Capitalism...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves Libérales"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves Libérales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook