05/09/2010

10-Tom Petty and The Heartbreakers : " American Girl " (1977) , à propos de "Le silence des agneaux " de Jonathan Demme (1990)

=--=Publié dans la Catégorie "Une Chanson, Un Film, par The Reverend..."=--=

Où est passée Jodie Foster, uh ?

En 1990, avant la première guerre du Golfe, au vingtième siècle donc, elle était l’agent Clarice Sterling, pauvre petite fille abandonnée à la recherche de son père et à la poursuite du crime. Woaw ! Comme ce film nous faisait peur à l’époque, avec son serial killer de la mort, et le Dr Lecter, monstre d’inhumanité qui mangeait ses proies.
Que reste-t-il de toute cette horreur 15 ans après ? Pas grand chose à vrai dire, puisque depuis, le moindre épisode de X files, par exemple, est bien plus trash ou gore que ce film finalement hyper-classique, et c’est tant mieux. Si, tiens, Scully a complètement pompé le look de l’agent Sterling, tout de même...

Ce qui subsiste, en dehors du script original, version édulcorée du roman de Thomas Harris, c’est la caméra de Jonathan Demme qui nous le livre : le regard de Jodie Foster, son accent « plouc » du Sud, l’amour pour son père de substitution, Scott Glenn. On ne voit plus que ça en fait, ce désir qui circule entre elle et lui, cet amour impossible conclu par une érotique et chaste poignée de main.

Depuis, Jodie Foster a tourné dans quelques films (Contact, Maverick, Panic room), en a réalisé au moins un, et puis plus rien. A-t-elle trouvé la paix, ou bien est-elle retournée au silence ?

podcast
Tom Petty and The Heartbreakers : " American Girl " (1977)

 

Philippe "The Reverend" Nicole (Bassiste-chanteur des défunts King Size et ex-bassiste chez Peter Night Soul Deliverance et chez Margerin)...

21/06/2010

09-T-Bone Walker " Party Girl" (1952) , à propos de "Traquenard" (Party Girl) ,de Nicholas Ray (1958)

=--=Publié dans la Catégorie "Une Chanson, Un Film, par The Reverend..."=--=

A première vue, on pourrait sous-titrer l’histoire d’amour entre Robert Taylor et Cyd Charisse « La tête et les jambes ». Une danseuse de cabaret et un brillant avocat, la dialectique parait simple.

Seulement voilà, on est au cinéma, le vieux Nick est à la barre de ce film de commande, et on peut compter sur lui pour brouiller les cartes. Puisqu’il dispose des plus belles jambes d’Hollywood, il va leur opposer celles de Robert Taylor, qu’il va astucieusement affliger d’une patte folle. La belle et la bête, alors ?

Plutôt deux corps qui s’exposent : l’un en dansant sous le nez des hommes, l’autre en affichant son infirmité. Elle gagne sa vie en faisant raquer les mâles, il gagne ses procès en apitoyant les jurés.
Deux corps fatigués aussi. Robert Taylor joue là un de ses derniers rôles, engoncé dans de somptueux costumes sombres, des valises sous les yeux, et de la teinture plein les cheveux. Cyd, elle, est parfaitement conservée, presque momifiée : ses jambes ont l’air d’avoir 20 ans, mais le cœur n’y est plus, et la caméra n’évite pas les rides de son visage.

Film crépusculaire, donc. 1958, c’est la fin de l’âge d’or, la télé qui s’installe, les stars qui déménagent, le cinéma qui perd son temps à courir après.
Nicholas Ray, lui, sait qu’il n’en a plus beaucoup, de temps, et en attendant de jouer plus tard les Fritz Lang de pacotille pour Wim Wenders, il profite encore un peu de ce que le système hollywoodien lui laisse : des miettes.

 

 

podcast
T-Bone Walker : "Party Girl" (1952).mp3


 

Philippe "The Reverend" Nicole (Bassiste-chanteur des défunts King Size et, actuellement, bassiste chez Peter Night Soul Deliverance et chez Margerin)...

20/06/2010

08-The Jekylls: " There's no one around you" (1994) , à propos de "Dr.Jekyll and Mr.Hyde",de Rouben Mamoulian (1932)

=--=Publié dans la Catégorie "Une Chanson, Un Film, par The Reverend..."=--=

C’est quoi l’amour ? Du sperme ou des larmes ? Les deux, bien sûr, dit ce film.

Jekyll est en quête de beauté et d’harmonie, mais Hyde se vautre dans le foutre et le sang, et les deux sont une même personne. En 1932, l’industrie cinématographique laisse encore la bride sur le cou à ses employés : ici, le contremaître Rouben Mamoulian nous parle de schizophrénie, de refoulement, de frustration sexuelle, de pénitence et de rédemption, et ses employeurs (la Paramount) lui foutent une paix royale sur son chantier, tant qu’il ne dépasse pas le budget, et qu’on voit bien les stars.
Fredric March, justement, bellâtre emplâtré semblant tout droit sorti d’un film muet, incarne pourtant parfaitement l’ambiguïté de Jekyll , pétri de bons sentiments, mais pourri d’ambition, gardien des convenances et brûlant de désir pour sa fiancée. C’est le même, méconnaissable, qui joue un Hyde de plus en plus ravagé et monstrueux au fil des transformations , terrorisant littéralement Miriam Hopkins, la tentatrice, d’un simple regard, et finissant par l’étrangler dans un râle quasi sexuel. Ensuite, Jekyll ne retrouvera son visage lisse et lunaire que lorsqu’il sera mort, abattu par la police, et ce, sans une once de morale, sans une quelconque sentence bienséante.

Dix ans plus tard, ce sera une autre histoire. Victor Fleming, empêtré dans le code Hayes et sa censure imbécile, et malgré l’apport de Spencer Tracy et d’Ingrid Bergman, ne pourra éviter l’académisme et l’édulcoration.

 

 

podcast
The Jekyll's : "There's no one around you" (1996).mp3


 

Philippe "The Reverend" Nicole (Bassiste-chanteur des défunts King Size et, actuellement, bassiste chez Peter Night Soul Deliverance et chez Margerin)...

 

-------------------------------------------------------------------------

Par la même occasion, lisez ou relisez ma chronique du premier disque de Peter Night Soul Deliverance ou officie, désormais, Pierre Chevalier, ex-The Jekyll's, ainsi que The Reverend...

19/06/2010

07-Johnny Cash: "Memories are made of this" (1996) , à propos de "Comme un torrent",(Some came running) de Vincente Minnelli (1958)

=--=Publié dans la Catégorie "Une Chanson, Un Film, par The Reverend..."=--=

Il y a des films qui se méritent : celui ci en est un.

Oh je sais bien qu’aujourd’hui, pour autant qu’on bénéficie d'un salaire décent, on est abonné au câble et l’on reçoit tous les classiques du monde sur sa 16/9°, et dans son salon.
Mais, - et c’est là que les clichés ont du bon parfois -, l’argent n’achète pas tout. Pas l’amour, l’amour fou pour la musique, ou le cinéma, ou la littérature, la danse, enfin pour n’importe quelle passion valable. Cette passion qui vous pousse dans les marges, qui vous oblige à chercher, à explorer dans les recoins de la culture officielle, bref à partir en quête. De vous même, la plupart du temps, mais ça, on ne l’apprend que plus tard.
Il y aura toujours, espérons le, des amoureux fous qui parcourront les marges à la recherche de leur passion, quelle qu’elle soit.
Il se trouve que si l’on évoque la cinéphilie, ou la musicomanie (y’a un mot pour le rock ?), on passe très vite pour un vieux con, alors qu’il s’agit de passions adolescentes ou post-adolescentes, et que ce n’est pas parce qu’on peut trouver à peu prés n’importe quel film en DVd que la cinéphilie est morte.
Non, elle le sera le jour ou le dernier cinéphile sera mort, nuance.

« Comme un torrent », donc.

Pff, comment dire ? C’est l’œuvre d’un maître au sommet de sa forme, en pleine maîtrise de son art, sachant suffisamment ruser avec l’industrie du cinéma pour qu’elle soit à son service, et non le contraire.
Comment vous dire que Frank Sinatra est ici comme il n’a jamais été au cinéma : fragile, viril, tendre et violent. Tout ce qu’il y a dans sa voix d’habitude est ici sur l’écran. Comment vous dire que Shirley Mc Laine trouve là le rôle de sa vie (juste derrière celui de « La Garçonnière » de Billy Wilder), bouleversante, filmée avec tant d’amour, tant d’amour... Comment vous dire que Minnelli arrive à évoquer la frigidité féminine sans être vulgaire et l’air de rien, en signant au passage une des plus belles scènes de baiser au cinéma (pour sûr, Frank Sinatra sait embrasser)…
Comment vous dire que l’expression « Beautiful loser » a l’air d’avoir été inventée rien que pour Dean Martin dans ce film…
Comment dire toutes ces choses que Minnelli s’évertue à nous montrer ?
Peut-être en se taisant (« He’s full of talk » , dit à un moment Dean le magnifique d’un personnage méprisable), et en se découvrant, comme Dino, encore lui, le fait dans la dernière scène, au cimetière (oui, ce film finit mal) : pour la première fois, il enlève volontairement son chapeau, qu’il ne quitte jamais, même pas pour dormir, même pas pour faire sa toilette. Et c’est comme s’il offrait tout son respect, comme s’il se mettait à nu après ces deux heures et vingt minutes d’émotion et de beauté pure. Et alors, comme lui, nous avons envie de nous découvrir devant ce chef-d’oeuvre.

Et plus question de gladiateurs, soudain...

 

PS : « Memories are made of this» fut popularisée par Dean Martin en 1956. Mais on lui préférera la version crépusculaire de Johnny Cash, tirée des sessions American Recordings, dirigées par Rick Rubin. Curieusement, ce qui s’en dégage correspond mieux au personnage joué par Dino dans le film….

 

 

podcast
Johnny Cash : "Memories are made of this" (1996).mp3

 

 

Philippe "The Reverend" Nicole (Bassiste-chanteur des défunts King Size et, actuellement, bassiste chez Peter Night Soul Deliverance et chez Margerin)...

17/06/2010

06-Cassius Clay: "Stand by me" (1966) , à propos de "Gentleman Jim", de Raoul Walsh (1941)

=--=Publié dans la Catégorie "Une Chanson, Un Film, par The Reverend..."=--=

Gentleman Jim est un film épatant parce qu’il est exactement ce qu’on attend du cinéma : raconter d’une manière vraisemblable une histoire invraisemblable.

Qu’on en juge : à travers son personnage, celui d’un simple employé de banque, Erroll Flynn, (75 kilos tout habillé), va devenir champion du monde de boxe, catégorie poids lourds, face à un colosse de presque deux fois sa taille, dont l’entraînement consiste à tailler des troncs de séquoia à la hache tout en se nourrissant principalement de bière.
Erroll, lui, ne s’entraîne apparemment jamais. Il a beaucoup trop de classe pour ça, et la sueur ne lui sied guère.
Malgré cela, Gentleman Jim battra aisément son adversaire, en quelques 61 rounds, je crois, et épousera ensuite dans la foulée la fille d’un milliardaire de Frisco.

Tout cela est complètement con et parfaitement réjouissant, filmé à toute berzingue et en état de grâce par un des quatre borgnes d’Hollywood, dont la principale tâche consiste ici à s’en tenir au script et à tenir en laisse des acteurs qui ne demandent qu’à en faire de trop.

Et ce qui achève de nous convaincre, c’est la manière dont Erroll Flynn traverse ce film, exactement comme il a conduit sa vie ; dans le rouge.
« Dans le whisky, plutôt », me soufflent les biographes officiels. Mais ces gens-là nous emmerdent.

PS: C’est aussi ce que devait se dire Cassius Clay à propos des journalistes sportifs et des medias américains en général.
Ce qui l'empêchera pas de se convertir à l’Islam, devenir Mohamed Ali, refuser de partir se battre au Vietnam,(« Aucun vietcong ne m’a jamais traité de nègre. »), proclamer à tout bout de champ qu’il est le meilleur, boxer les Beatles et enregistrer sa propre version de « Stand by me ».
Les doigts dans le nez.
Et aussi invraisemblable que cela paraisse, il fut toujours crédible…

 

 

podcast
Cassius Clay : "Stand by me" (1963).mp3

 

 

Philippe "The Reverend" Nicole (Bassiste-chanteur des défunts King Size et, actuellement, bassiste chez Peter Night Soul Deliverance et chez Margerin)...

14/06/2010

05-James Brown: "Prisoner of love" (1963) , à propos de "La femme modèle" (Designing woman), de Vincente Minnelli (1957)

=--=Publié dans la Catégorie "Une Chanson, Un Film, par The Reverend..."=--=

Bingo ! C’est ce cher Patrick Brion, la voix du "Cinéma de Minuit", qui me confirme ce que je devinais, dans son gros bouquin consacré à Minnelli : à l’origine, c’est James Stewart qui devait jouer le rôle de Gregory Peck.
Jamais trop aimé l’homme au nom de lessive, espèce de grand échalas qui n’a jamais eu la gaucherie poétique de Gary Cooper ( « …l’homme le plus beau du monde…personne n’osait aborder l’homme le plus beau et le plus célèbre du monde, la vraie bête qui, en ouvrant une porte, paraissait toujours vouloir la dégonder. » J-B POUY in « Je hais le cinéma »), et qui a réussi à plomber un film de Hitchcock (Spellbound) par son jeu empesé et emprunt de psychologie.

Un démocrate bon teint, quoi, une espèce de socialiste, un Yves Montand sans les claquettes.

Mais, bon, il est honorable dans ce film, et après tout, sa balourdise sert bien le propos minellien du moment, à savoir que les hommes sont seulement des marionnettes entre les mains des femmes.
Et autour d’elles, ça défile : journaliste sportif célèbre, producteur de revues, rédac-chef, boxeur sonné, tout ce beau monde s’agite vainement et parle pour rien, tandis que les femmes attendent la fin de l’histoire, c'est-à-dire le pugilat terminal, remporté gracieusement et sans équivoque par le chorégraphe soupçonné (évidemment) d’homosexualité, et qui s’avère être le personnage qui relie ces deux mondes : il sait parler aux femmes et peut aussi clouer le bec aux hommes.

Mais trêve d’analyse (?), il y a des stars (Lauren Bacall, et son maillot de bain jaune, la couleur préférée de Minnelli), des dialogues brillants, du comique de situation (Maxie Stulz, boxeur demeuré qui irradie le film de sa gentille bêtise), un Gregory Peck presque brillant, et le tout en Cinémascope.
Alors finalement ça vaut bien un film de gladiateurs, non ?

PS: « Body and soul » eut été certes un titre parfait pour illustrer ce film.
Mais, au final, on lui préférera le traitement qu’inflige James Brown au sirupeux « Prisoner of love » de Perry Como, transformant un caramel mou en un sucre d’orge enivrant.
Ce qui ressemble fort au bouleversement des valeurs qu’opère Minnelli : désir, amour, sexe et fantasmes chamboulent les règles du monde des hommes.

 

 

podcast
James Brown : "Prisoner of Love" (1963).mp3

 

Philippe "The Reverend" Nicole (Bassiste-chanteur des défunts King Size et, actuellement, bassiste chez Peter Night Soul Deliverance et chez Margerin)...

12/06/2010

04-The Morlocks: "Nightmares" (2008) , à propos de "La machine à explorer le temps", de George Pal (1960)

=--=Publié dans la Catégorie "Une Chanson, Un Film, par The Reverend..."=--=

Georges est un savant, et il est donc un peu con, comme tous les savants. Sa névrose obsessionnelle à lui, c’est le temps, et en particulier, le voyage dans le temps. En dehors de ça, rien ne compte vraiment pour lui, et il est un peu lent à la détente, question sexe et aventures.

Mais bon, le metteur en scène est un pro, sans génie mais efficace, et lui a oublié d’être con. Par exemple, son héros niaiseux (Rod Taylor, parfait dans le rôle. Souvenez vous, une des rares erreurs de casting de Hitchcock, dans « Les oiseaux »...) étant obsédé par le temps (je vous l’ai déjà dit, je crois), le bon George Pal (c’est son nom, au director) se débrouille pour remplir la baraque du savant de pendules de toutes les tailles, et qui font un boucan d’enfer. Voilà une belle idée de cinéma !

A part ça, c’est donc très bien filmé, très bien éclairé, avec tout le système de production hollywoodien qui sera bientôt mis au rancart, mais encore tout à fait opérationnel ici. C’est dire qu’on ne s’ennuie pas une seconde, même avec la face de crétin inexpressive de Rod Taylor, qui a au moins le mérite de ne pas être bourrée des tics de l’actor’s studio. En guest, la starlette française du moment, j’ai nommé Yvette Mimieux (!) qui joue sans trop se forcer une attardée mentale. Blonde , donc...

Voilà à coup sûr une version nettement plus excitante que le remake récent de Simon West, que je n’ai même pas vu, c’est vous dire...

En plus, les méchants monstres s’appellent les Morlocks, un super nom de groupe, à bien y réfléchir...
...et ils suppléent avantageusement à l’absence de gladiateurs.

 

podcast
The Morlocks: "Nightmares" (2008).mp3

 

 

Philippe "The Reverend" Nicole (Bassiste-chanteur des défunts King Size et, actuellement, bassiste chez Peter Night Soul Deliverance et chez Margerin)...