16/08/2012

Bière Delirium Tremens...

=--=Publié dans la Catégorie "Festoyons... Buvons la coupe..."=--=

 

La "Delirium Tremens"...

J'avais déjà évoqué la "Delirium Nocturnum", la "Delirium Tremens" est issue de la même Brasserie Familiale Huygne, en activité depuis trois siècles et demi à Gand en Belgique flamande. On peut imaginer le savoir-faire.

La "Delirium Tremens" est brassée depuis 1989 avec l'utilisation de 3 levures belges différentes. Le nom de la bière de manque pas d'humour : c'est le délire fiévreux que ressentent les alcooliques en manque d'alcool accompagné d'hallucinations redoutables.
Blonde et dorée, abricot, avec une mousse blanche qui subsiste un certain temps mais non persistante, l'alcool s'impose et fait fi des arômes fruités aux relents d'épices que l'on éprouve cependant : girofle poivrée. Demeure une acidité de vin en fin de dégustation. Acreté forte au bribes de malt profond et capiteux. Elle demeure longtemps en bouche.

14:14 Publié dans Festoyons... Buvons la coupe... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/08/2012

Bière La Chouffe

=--=Publié dans la Catégorie "Festoyons... Buvons la coupe..."=--=

 

La "Chouffe"... elle chauffe ! Après avoir causé de la bière flamande, voici de la wallonne, faut pas déconner ! Bière belge blonde des Ardennes à triple fermentation, elle est produite en grande partie dans la brasserie d'Achouffe en Wallonie. L'identité de la marque est un lutin, car on raconte que lutins et farfadets sont présents dans les Ardennes, et l'atelier attenant à la brasserie s'appelle "L'auberge des lutins". Je ne doute pas qu'après quelques verres de "Chouffe" on puisse être en mesure de voir et des farfadets et des lutins. Produite depuis tout juste 30 ans, elle a reçu plusieurs prix à travers le monde. Lorsqu’on sait qu'une bière est issue d'une "triple fermentation", cela veut dire que cette bière a été faite selon le principe suivant :

- Fermentation primaire (autour de 20°C pendant 7 jours pour les ales)
- Fermentation secondaire (diminution de la température vers 12°C pendant 1 à 3 semaines)
- Re-fermentation en bouteille, aidée parfois par un ajout de sucre, et/ou de levure avant tajoutée en bouteille

Cette "triple fermentation" informe que le brasseur ne néglige pas la fermentation secondaire (ce qui est, malheureusement, le cas pour les bières industrielles qui ne sont pas en mesure d'être aimées avec le même amour) et que la bière est re-fermentée en bouteille, étape essentielle pour dégager autant d'alcool (on monte ici à 8%). Le brassage fait vieillir les bouteilles durant 1 à 3 mois pour que la re-fermentation en bouteille puisse apporter gaz et complexité. Beaux rôts en perspective. Lorsque l'on parle de "triple fermentation", on pourrait presque dire que la bière a été "faite dans les règles de l’art".

Bière blonde dorée, couleur d'abricot. Elle se distingue par sa fraîcheur et son bouquet fruité. Sa sœur, la Bière brune, la "Mc CHOUFFE", que je n'ai pas encore goûtée, mérite l'appellation de "Scotch de l'Ardenne" car sa robe foncée et sa saveur ne sont pas sans rappeler ses cousines écossaises. Il y a aussi la "Nice Chouffe", ambrée et délicate, que je n'ai pas encore savourée non plus. Mais je suis un homme patient.

Mais revenons à notre blonde qui a des relents de pomme acide et de zestes d'agrumes. C'est une blonde qui a quelque chose d'une brune en elle. Elle est donc trompeuse... comme certaines garces peuvent l'être. Misère ! La mousse est épaisse et persistante. Un bonheur pour les amateurs. Au nez, elle est épicée et même fumée par moment. Son amertume n'est pas exagérée. Une fois hors de la bouteille, servie dans son verre, la température baisse rapidement. N'étant pas un expert, je ne sais pas à quoi c'est dû.

Bon, passons... elle botte le cul c'te bière !

14:09 Publié dans Festoyons... Buvons la coupe... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/08/2012

Bière Tripel Karmeliet

=--=Publié dans la Catégorie "Festoyons... Buvons la coupe..."=--=

 

La "Tripel Karmeliet"...

L'histoire, dit la légende, commence en 1679 dans un monastère tenu par des moines carmélites, en terre flamande à Termonde, en Belgique actuelle. Les moines en question, sacrés filous, élaborent une recette à partir de trois céréales (Triple Carmélite) : l'orge, le froment et l'avoine. Et la soumettent à une fermentation haute. La fermentation est une des étapes de la fabrication de la bière. Cette étape consiste à ensemencer le moût de céréales avec une certaine quantité de levures afin que celles-ci transforment les sucres présents en alcool.

La levure "haute" couramment utilisée est la Saccharomyces cerevisiae. La fermentation a lieu durant 3 à 8 jours à une température de 15 à 25 degrés Celsius. La levure "haute", en fin de fermentation, remonte à la surface de la bière, d'où l'appellation de fermentation haute. Au contraire de la levure "basse" qui, elle, en fin de fermentation descend au fond de la cuve et dont la fermentation a lieu dans une température comprise entre 5 °C et 14 °C.
Si la bière de fermentation basse peut se conserver plus longtemps, celle de fermentation basse doit se boire vite. Hips ! A la vôtre. Et son taux d'alcool est, également, plus prononcé.

La recette est redécouverte en 1996 par la brasserie Bosteels.

La Tripel Karmeliet est de couleur blonde dorée, tirant vers le orangé. Sa mousse est très épaisse, onctueuse et persistante. Elle finit par disparaître progressivement en laissant des bribes éparpillées dans le breuvage qui fait songer à des bouts de levure. Le goût évoque, à mon palais, des zestes de citron et d'orange et son amertume s'en trouve réduite. Un fond de malte surgit par instant, probablement dû à son taux alcoolisé.

18:08 Publié dans Festoyons... Buvons la coupe... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/08/2012

Bière Delirium Nocturnum

=--=Publié dans la Catégorie "Festoyons... Buvons la coupe..."=--=

 

La "Delirium Nocturnum"...

Rousse et sensuelle comme une femme, d'une belle couleur orange pourprée qui évoque le whisky, cette bière est un piège qui porte bien son nom. Une fois versée dans un verre, la mousse bien qu'épaisse ne subsiste guère longtemps, néanmoins sa floraison aux narines évoque d'emblée un caractère alcoolisé.

En bouche on peut sentir des notes de houblon, des nuances d'écorce, avec des relents de réglisse, d'aromate qui invitent à une ivresse corsée. La senteur est vive mais l'amertume nullement excessive, nous sommes très loin de la Guiness que je ne puis boire au-delà d'un seul verre, bien que j'aime m'y adonner occasionnellement pour m'ouvrir les papilles avant de conclure avec une autre bière. Question de goût.

Le houblon apporte une touche sèche avec une rondeur de miel caramélisé.

Elle se marie fort agréablement, en ce moment même, avec mes chips à la saveur Barbecue.

Les belges sont mes amis...

Savourez... ^^

16:42 Publié dans Festoyons... Buvons la coupe... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/04/2012

Cheese Nan

=--=Publié dans la Catégorie "Festoyons... Buvons la coupe..."=--=

 

Une recette de cheese Nan ça vous dit ?

La Parole est à ma douce Irina...

--------------------

La recette pour 8 Nans Fromage en images

Ingrédients :

400 g de farine de blé
2 yaourts nature
16 portions de Vache qui rit
4 bonnes pincées de sucre
4 pincées de levure
Un peu de sel
2 cuillères à soupe d'huile
10 cl d'eau chaude

 

Ajoutez les deux cuillères à soupe d'huile...

Ajoutez les yahourts...

Ajouter la levure, le sel et le sucre

Mélanger et ajouter l'eau au fur et à mesure

Quand la pâte est bien souple et ne colle plus aux doigts, ajouter un peu d'huile et malaxer et taper la pâte.

 

Puis laisser reposer la pâte dans un endroit tiède pendant 3 à 4 heures

 

Une fois les 3 à 4 heures écoulées...

Faire préchauffer le four à 300°

Préparer les Vache qui rit dans une assiette

Découper la pate en 8

Prendre un premier morceau et étaler la pâte

Mettre ensuite 2 Vache qui rit au centre de la pâte, replier la pâte et étaler à nouveau

Mettre les nans sur la plaque, sur du papier sulfurisé

5 mn au four (260°)

Sortir ensuite les pains et les enduire légèrement de beurre

21:46 Publié dans Festoyons... Buvons la coupe... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/03/2012

Jack Sour

=--=Publié dans la Catégorie "Festoyons... Buvons la coupe..."=--=

 


Cliquez sur la photo

23:54 Publié dans Festoyons... Buvons la coupe... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/01/2009

Le Sandwich Muffuletta

=--=Publié dans la Catégorie "Festoyons... Buvons la coupe..."=--=

 

J'ai trouvé ça chez l'Amiral Woland et, ma foi, ça m'a l'air appétissant. Je vais tenter la chose à la première occasion. En attendant, voici de quoi alimenter un peu cette catégorie qui était à l'abandon.

Le texte est de l'Amiral. Oui, je sais, je me suis pas fait chier, j'ai fait un simple copier/coller, mais je découvre, ok ? En tout cas il y a là de quoi remplir le ventre d'un honnête homme. Et puis c'est l'occasion de bouffer américain, pour la plus grande joie de José Bovidé & co... et d'être Haram, en même temps, en bouffant du porc et en sirotant une bière ou un p'tit blanc. Quand on peut emmerder les tâches, pourquoi se gêner ?

 

Bon appétit... 

 

"Alors d’accord vous allez me dire qu’un sandwich ce n’est pas de la cuisine et je vais vous répondre que vous êtes des glands. Le Muffuletta est un des mailleurs trucs que j’ai becté a l’époque ou je vivais a la Nouvelle-Orleans. Ca c’est un vrai sandwich, qu’il faut du temps pour préparer et qui calera 4 mangeurs de tofu, 2 gars solides, ou juste moi…

Pour la salade d’olive :

150 grs de gros piments marinés, farcis d’olives vertes légèrement écrasées

50 grs de chou-fleur émincé et mariné dans du vinaigre 

50 grs de câpres

1 branche de céleri, émincé en diagonale

4 grosses carottes, pelées et émincées finement en diagonale

25 grs de graines de céleri

25 grs d’oregan

1 grosse tête d’ail, pelée et émincée

1 cuillère de poivre noir du moulin

25 grs de petits piments marinés entiers

300 grs d’olive noires

50 grs de petits oignons marinés (vous n’avez qu’a récupérer ceux qui restent au fond du bocal de cornichons)

 Vous prenez tout ce petit monde dans un saladier et melangez bien. Placez le tout dans un grand bocal et recouvrez avec moitié d’huile d’olive et moitié d’huile d’arachide. Le mettre au frigidaire avec un couvercle bien fermé. Laissez mariner pendant au moins 24 heures avant utilisation.

 

Pour le sandwich :

Un gros pain bagnat

125 grs de mortadelle finement tranchée

125 grs de jambon finement tranché

125 grs de salami bien sec, finement tranché

125 grs de mozarella tranchée

125 grs de provolone tranché

 

Pour bien faire, faut que tous les ingredients marinés ne baignent plus trop dans leurs jus au moment de la préparation.

Vous prenez le pain bagnat, ou pain italien rond si vous avez, vous le coupez dans la tranche. Recouvrez chaque partie de votre salade d’olive (la quantité que vous voulez, faut pas tout mettre non plus, hein) et d’huile. Disposez la viande et le fromage de manière égale sur la partie inférieure du pain et couvrez avec la partie supérieure. Coupez en quart et faites vous plaisir. A servir de préférence avec une Abita Amber (bière locale) mais si vous n’avez pas ça sous la main, un petit coup de blanc ira tres bien aussi. Recette tirée d'ici ."

 

 

Simple et efficace. Merci Amiral.

17:56 Publié dans Festoyons... Buvons la coupe... | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook