Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2018

Un grand peuple a le droit d'embellir de fables la splendeur de ses origines...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les Anciens savaient très bien que la vérité et le mythe faisaient deux, mais, pour eux, et même pour un historien il n'était pas capital, pas déontologique, pas urgent (du moins au sujet de ces vieilles histoires) de séparer vérité historique et légende, de se nettoyer la tête de toute fausseté, par hygiène intime de l'esprit. Pour nous, l'Histoire est devenue une science qui, comme telle, sépare la vérité de l'erreur ; pour les Anciens, chez qui la Science n'était pas encore reine, il était permis, en histoire, de respecter certaines convenances. "Je ne veux ni démentir ni confirmer les légendes des origines de Rome", écrit Tite-Live, "car un grand peuple a le droit d'embellir de fables la splendeur de ses origines".

Les lettrés, et l'historien tout le premier, tiraient de ces fables embellisseuses quelque plaisir, puis cessaient d'y penser, car enfin tout cela n'avait rien de capital. Oui, rien de capital, car ces fables n'étaient pas de la "propagande" ; ce n'étaient pas non plus, comme pour les nationalismes modernes, des récits nationaux de fondation qui légitiment le droit d'un peuple à occuper un territoire ou à revendiquer quelque autre. Nous n'arrivons plus à croire au fabuleux gratuit, non plus qu'au fantastique, nous autres modernes qui sommes devenus sérieux : la science historique, le dogmatisme chrétien qui ne plaisante pas sur ce qu'on doit tenir pour vrai et le roman dit réaliste (ce roman "sérieux") nous ont desséché l'esprit. »

Paul Veyne, L'Énéide, roman historique - Introduction à l'Énéide

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire