Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2019

Je crois aux nuits...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Obscurité d’où je naquis,
je t’aime plus que cette flamme
qui limite le monde
en éclairant
quelque orbe
hors duquel nul ne la connaît.

Mais l’obscurité retient tout :
les formes et les flammes, les bêtes et moi-même,
tels qu’elle s’en saisit,
les êtres, les puissances…

Et il se peut que quelque grande force
Se meuve à mes côtés.

Je crois aux nuits.

***

Ma vie n’est pas cette heure abrupte
vers quoi tu me vois me hâter.
Je suis arbre devant mon décor,
ne suis que l’une de mes bouches,
celle qui se clôt la première.

Je suis la pause entre deux notes
qui s’harmonisent mal :
la note de la mort veut monter à l’aigu.

Mais dans la nuit de l’intervalle
toutes deux frémissantes
s’accordent.
Et le chant reste beau. »

Rainer Maria Rilke, Œuvres 2 Poésie

 

 

19:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

J'ai découvert Rilke récemment. Et quelle découverte... Je crois aux nuits moi aussi, en tant que particulier, étant insomniaque, et en tant qu'homme, étant confronté à la fragilité de la vie de ses proches. Rilke m'apprends que toute personne étant prêt à fournir l’effort conséquent, peut s'ouvrir aux sources de la vie et entrer dans une relation intime (poétique devons nous peut-être dire?) avec la réalité; et cela afin de grandir, de croître, de nous réjouir du miracle permanent de l'existence et des merveilles innombrables qui se déroulent tout autour de nous. Non décidément la création n'est pas banale; et si nous y étions un peu plus attentifs nous serions aussi un peu moins vain et un peu moins vicieux. Merci à Rilke donc, d'être de ceux qui indique le chemin aux hommes de bonne volonté. Bien à vous.

Écrit par : Vexilla Regis | 01/02/2019

Écrire un commentaire