Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2019

"Juste une jolie Parisienne de gauche tendance écolo-quinoa-Naturalia"...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Ces nimbus sont tellement pathétiques que je n'éprouve qu'une seule envie, profonde et intransigeante : les laisser mariner un bon moment au milieu de l'univers que leur pitoyable idéologie a contribué à instaurer dans notre beau pays... car Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes...

 

 

Agressions : “Pour la première fois, ma compagne souhaite que nous quittions le quartier” l’élu Pierre Liscia témoigne

 

“Je ne veux pas que notre enfant grandisse ici, au milieu des immondices, de la crasse, de la drogue et de la violence, sans jamais pouvoir aller au parc puisque tous nos parcs sont squattés par des toxicos et des dealers”. La compagne de Pierre Liscia, élu du XVIIIe arrondissement, est enceinte et ne supporte plus ni les agressions, ni le harcèlement. Cette femme de gauche qui “n’a jamais cédé ni à la peur ni au sentiment d’insécurité” est aujourd’hui à bout. Dans le nord de Paris en effet, le quotidien des femmes ressemble de plus en plus à un épisode de The Walking Dead. Sur Twitter, l’élu a publié le témoignage suivant :

“Ces derniers temps, je ne me sens plus en sécurité. J’ai peur.“Pour la première fois, ma compagne souhaite que nous quittions le quartier.

J’habite à Paris. Ma compagne est enceinte. Et aujourd’hui, elle a peur. Elle a peur quand elle va allant travailler et qu’elle se retrouve au milieu d’une dizaine de toxicomanes qui occupent les quais du métro Marx Dormoy dès 8h du matin.

Peur de se retrouver au milieu d’une énième rixe entre trafiquants et vendeurs à la sauvette et de risquer d’y être à nouveau bousculée, comme ce fût le cas il y a une dizaine de jours.

Cet après-midi, je l’ai accompagnée en voiture à la maternité. Angoissée à l’idée de passer par la Porte de La Chapelle, notre itinéraire habituel, j’ai fait un détour. Avec la “colline du crack”, la Porte de La Chapelle est devenu un véritable enfer.

Ce soir, nous sommes allés diner vers Pigalle. En rentrant, les stations Marcadet et Marx Dormoy étaient littéralement envahies de toxicomanes. Dans la rame, un homme s’est assis à côté d’elle et a allumé sa pipe à crack.

En sortant de la rame, un autre nous a interpellé en balbutiant des phrases incompréhensibles. Il était particulièrement agressif. J’ai senti ma compagne tressaillir quand il a tendu vers nous sa main pleine de sang.

Dans la rue, un homme nous a suivi sur une cinquantaine de mètre pour nous demander d’abord si nous attendions une fille ou un garçon, avant de se montrer plus oppressant pour nous réclamer de l’argent.

En arrivant chez nous, ma compagne me dit : “Je ne veux pas que notre enfant grandisse ici, au milieu des immondices, de la crasse, de la drogue et de la violence, sans jamais pouvoir aller au parc puisque tous nos parcs sont squattés par des toxicos et des dealers”.

Ma compagne est de gauche.

Pas une socialiste. Juste une jolie Parisienne de gauche tendance écolo-quinoa-Naturalia. Elle a toujours aimé notre quartier, certes difficile, mais qui a un certain charme. Elle n’a jamais cédé ni à la peur ni au sentiment d’insécurité.

J’habite à Paris.

Ce soir, pour la première fois, ma compagne veut quitter notre quartier parce qu’elle ne s’y sent plus en sécurité : elle a peur pour elle et pour notre bébé.

Franchement. Qui peut le lui reprocher ?
Et vous Anne Hidalgo, qu’en pensez-vous ?

-----------------------

SOURCE : Bellica, Femmes Entières

-----------------------

 

09:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire