Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2019

Révélations sur l'affaire Mamoudou Gassama : les scientifiques prennent la parole !

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Un an après... Révélations sur l'affaire Mamoudou Gassama : les scientifiques prennent la parole !

 


Cliquez sur la photo...

 

Émission spéciale "Mamoudou Gassama : Que s’est-il réellement passé ?" Est-ce possible qu'un enfant de 3 ans chute d'un étage et puisse se rattraper à la rambarde du balcon du dessous? Pourquoi n'y a t-il pas eu d'enquêtes ? Des scientifiques et avocats prennent la parole dans l'émission d'André Bercoff dans tous ses états sur Sud Radio.

Valéry Rousseau : "Un enfant qui chute d’un étage pèse 120Kgs selon les lois de Newton"

André Bercoff s'interroge sur ce qui s'est réellement passé il y a un an lorsque Mamoudou Gassama a sauvé la vie d'un enfant, rue Marx-Dormoy dans le XVIIIe arrondissement. Il s'étonne notamment qu'il n'y ait pas eu d'enquête ou si peu, et que le mot d'ordre ait été : "Circulez, y'a rien à voir !"

Le scientifique Valéry Rousseau, professeur à l'Université de Loyola aux USA a publié un calcul sur un site scientifique (https://arxiv.org/pdf/1807.05502.pdf...) qui démontre qu'il est, selon les lois de la physique, impossible qu'un enfant chute d'un étage et se rattrape à la rambarde du balcon de l'étage du dessous. André Bercoff lui donne la parole.

"Un enfant qui chute d’un étage pèse 120Kgs selon les lois de Newton"...

Florence Vivès : une chute d'un étage... ses mains auraient été pulvérisées

Un avis que partage Florence Vivès, docteur en physique, inspecteur nucléaire à l'ONU :

"Une chute d'un étage... ses mains auraient été pulvérisées (...) On ne va tout de même pas remettre en question les lois de la physique et donc celles qui régissent l'univers qui nous entoure, pour satisfaire au desiderata de la bien-pensance, nous explique t-elle."

Florence Rault : "Dans cette histoire, on est dans le miracle permanent, personne ne se pose de question, aucune expertise n'est demandée, ce qui est étonnant"...

Pour Me Florence Rault, avocate pénaliste au barreau de Paris, cette affaire pose des questions :

"Personne ne s'est demandé comment un tel miracle a pu se produire. Oui, on peut parler de miracle, on y croit ou on n'y croit pas, mais c'est vrai que lorsqu'on écoute les experts, ça paraît assez difficile d'imaginer que cet enfant ait pu, comme ça, dégringoler d'un étage, se rattraper comme un acrobate aguerri sans perdre ses tongs, ne présenter aucune blessure... Or si tant est que cela se soit déroulé comme on le dit, il aurait dû présenter des blessures aux mains et certainement aux pieds. Tout ça me semble très improbable."

Elle poursuit son explication :

"C'est un joli conte de fée. Un enfant a été miraculeusement sauvé, c'est formidable. Et on a un jeune garçon qui a escaladé la façade de cet immeuble de manière incroyable (...) Mais pour autant, une fois qu'on a tous donné dans l'émotion et qu'on a tous compati, c'est vrai que des questions se posent.

Il est surprenant qu'il n'y ait pas eu, au minimum, une information d'ouverte. On l'entend à longueur d'ondes. Dès qu'il se passe le moindre fait quelconque, une information est ouverte, le procureur s'exprime et réclame que justice soit faite (...). Là miraculeusement. Dans cette histoire, on est dans le miracle permanent, personne ne se pose de question, aucune expertise n'est demandée, ce qui est étonnant."

Selon André Bercoff, ce qui a été frappant, c'est que tout a été clos dans l'émotion. Mais est-ce que c'est comme cela que l'on opère, habituellement ? "Normalement non", répond Me Rault.

"Ce qui me choque aussi, au-delà du fait qu'il n'y ait pas eu la moindre question posée sur la chute elle-même, je me rends compte que, dans tout un tas d'autres circonstances, la moindre défaillance des parents entraîne l'intervention de l'aide sociale à l'enfance, des éducateurs, des juges pour enfants...".

"Oui, le père a été sanctionné vite fait bien fait et, en même temps, on ne lui a pas retiré son enfant ou fait en sorte que des mesures soient prises pour l'accompagner dans sa parentalité. L'enfant a été mis dans une situation de danger extrême, malgré tout. Il est tout de même resté accroché, risquant une mort certaine (...). On est vite passé sur le rôle du père et sa défaillance. On ne sait pas du tout, aujourd'hui, ce que fait cet enfant ni comment le père s'en débrouille."

 

----------------------

SOURCE : SUD Radio

----------------------

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

16:56 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire