Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2021

Du travail féminin

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Évidemment, si l'homme voulait dévoiler ce que cache cette terminologie féminine, il n'aurait qu'à employer les mots "facile" et "difficile". Les tâches de l'homme sont en effet très difficiles, tandis que les travaux ménagers sont d'une extrême facilité. Avec la machinerie que l'homme a inventé dans ce but, le ménage disons de quatre personnes s'expédie sans grand peine en deux heures de matinée. Tout ce que la femme fait en plus est du superflu et ne sert qu'à son plaisir ou au maintien de symboles absurdes du statut de sa coterie (rideau dentelles, parterres de fleurs, encaustique partout). Lorsqu'elle prétend que c'est du travail, ce n'est qu'un mensonge, une tromperie éhontée. Le ménage est chose si facile que dans les hôpitaux, on le confie traditionnellement aux faibles d'esprit incapables de toute autre activité. Lorsque les femmes se plaignent que ce "travail" ne leur rapporte aucun salaire (elles n'exigent pas beaucoup, à peine ce que gagne un mécanicien automobile !), ce n'est qu'une preuve de plus de l'attirance qu'il exerce sur elles. Ce genre de revendications est d'ailleurs bien à courte vue, car il pourrait arriver qu'on évalue un jour la femme à sa valeur de main-d'oeuvre et qu'on la rétribue proportionnellement à ce qu'elle fait. On découvrirait alors à quel point les femmes vivent aux dépens des hommes et au dessus de leur rendement. Mais l'homme s'est tellement habitué, étant enfant, à la terminologie de la femme, qu'il ne ressent pas l'envie de dévoiler le vide qu'elle recouvre. Il faut qu'il croit, en gagnant de l'argent pour elle, qu'il accomplit quelque chose de noble et qu'il se livre ainsi à une activité dont elle n'est pas capable. S'il n'était mû par ce complexe de supériorité, la stupidité de son travail le désespérerait. Dès qu'il a l'impression que ce qu'il fait est à la portée de l'autre sexe, (et les femmes ne manquent pas de temps à autre d'éveiller chez lui ce sentiment), il s'efforce d'accroître son rendement et de rétablir la distance habituelle entre lui et le sexe "faible", distance indispensable à la haute idée qu'il doit avoir de lui. L'analyse de ce cercle infernal est simple: la femme invente des règles qui lui servent à dresser l'homme afin de pouvoir le subjuguer. Ces règles, elle les ignore dès qu'il s'agit d'elle. L'honneur masculin, par exemple, est l'un des systèmes inventé par la femme ; elle-même, s'en dégageant à priori, ne respecte aucune sorte d'honneur pour manipuler d'autant mieux les hommes. Dans la célèbre émission de télévision chapeau melon et bottes de cuir où figure Emma Peel, une scène représente deux adversaires que séparent une table de billard. Chacun d'eux a devant lui un revolver. Ils conviennent de se battre loyalement et de saisir leur arme après avoir compté à haute voix jusqu'à trois. Le héros prend la sienne a "deux" et sauve ainsi sa vie. En ce dégageant d'un système, on est toujours capable de manipuler celui qui tient davantage à un système qu'à la raison. »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire