Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2021

Pathétique Carnaval

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

L'élection présidentielle approche. La Démocratie nous en est reconnaissante. Ce grand rendez-vous citoyen implique un investissement de 20 000 000 d’euros par candidat, sans oublier un grand travail de lobbying auprès de tout le monde et n'importe qui, ainsi que la cooptation des puissances financières qui y trouveraient leur intérêt en matière de kopecks (car "financières" les puissances, on vous dit), bref, une illusion, un simulacre. Mais la Démocratie nous en est toujours, malgré tout, reconnaissante, car elle comporte déjà en son ADN ce pathétique Carnaval de cintrés qui fêtent tous les 5 ans l'accomplissement (croient-ils) de notre beau système.

C'est à se demander s'il n'est pas préférable de vivre sous une bonne Monarchie Absolue de Droit Divin ! Je me questionne.

Certes, ça n’était pas démocratique, mais c’était bien moins hypocrite. Chacun y tenait son rang et on y était pas pris pour un con, mais bien pour ce qu'on était.

Et puis... les salons littéraires et philosophiques fleurissaient. Le brave Simon sautait la Jeanette puis allait à confesse. Il y avait sur l'année plus de jours chômés que sous la chienlit républicaine, Saints de l'Eglise fêtés oblige. Le paysan n'était jamais appelé à faire la guerre comme en 14-18, il travaillait sa terre pendant qu'une armée de métier grassement payée et sur-entraînée allait verser sa tripe. L'Eglise s'occupait des nécessiteux et des hôpitaux. Et, néo-féministe hystérise autant que tu veux et crève la gueule ouverte dans ta petite haine, la Femme était maîtresse des coeurs, faisait tournoyer les hommes de pouvoir autour de son doigt (ou de son cul) et participait secrètement à des décisions que les livres d'histoire ne mentionneraient pas, mais elle n'en avait cure, car être une éminence grise et oeuvrer discrètement lui convenait.

17:58 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire