Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2022

Bas du front

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

 

L'électeur bas du front, je vais vous dire qui c’est…

C’est celui qui pense à son petit intérêt, à son idéologie foireuse au logiciel périmé, à ses certitudes très incertaines mais auxquelles il s'accroche comme un morpion à un poil de fion.
Il refuse de concevoir un seul instant qu'il y a plus grand que lui, le pays dans lequel il vit par exemple, mais pays dans lequel il ne fait que vivoter, travailler, produire, se distraire, en cherchant son petit confort et celui, éventuellement, de sa progéniture en attendant une mort pas trop dure pour se fondre dans son néant.

La France ? Juste un territoire. Un agencement qui lui convient.
Certainement pas un imaginaire qui l'habite. Certainement pas un Royaume et un Rêve. Aucunement une terre en laquelle reposent les morts qui l'ont ensemencée et construite.

Une Langue ? Appelée à être déconstruite car trop « fasciste », ou à défaut « réactionnaire »…

Une Histoire ? Juste des événements qui se succèdent et qu'il convient de réviser incessamment, non selon la découverte des faits, mais selon ce qui convient aux croyances nouvelles.

La Politique ? Juste une gestion territoriale, surtout pas une vision, une espérance, un désir.

La Citoyenneté ? Aucunement une famille nationale, plutôt un concept ouvert à tous et à n'importe qui ! Les penseurs grecs antiques, source de notre réflexion depuis plus de 2000 ans, piétinés sans état d'âme ! Etonnez-vous, après, que l'enseignement du Latin et du Grec ancien soit considéré avec autant de mépris par une élite qui souhaite avoir devant elle des esclaves et non des hommes libres qui porteraient sur elle un regard sans concession !

Une France non pas "insoumise" mais soumise à en rendre gorge. De la gauche à la droite avec un extrême centre mollasson et sans baloches, mais plus dangereux qu'un tueur carnassier sûr de sa proie et calculateur jusqu'à l'orgasme !

L'avenir de ce pays, ça n'est pas le Mélenchonisme. Celui-ci va s'évaporer comme un pet évanescent sitôt que le vieux Jean-Luc aura pris sa retraite qui ne saurait tarder. La relève n’a pas son charisme de tribun et encore moins sa culture, même s’il fait dire à celle-ci ce que bon lui semble, ce qui l’arrange. Je me demande si la gauche franchouillarde n’a pas tiré, ici, ses dernières cartouches, dans un baroud d’honneur. Ni plus ni moins. Car le communisme a du plomb dans l'aile depuis un bail, c'est qu'il mute vers un internationalisme mondialiste et satisfait, comme le socialisme s’est dissous dans une érection sociale-démocrate, celui-ci finira par aspirer à la gouvernance planétaire, hors les murs, hors les frontières, hors l'Histoire, hors sa carne.

Non, je crains que l'avenir de la France ce ne soit le crétinisme macroniste, cette tiédeur anthropophage et diabolique, ou son équivalent sous n'importe quel nom et forme (informe) que prendra cette rassurante mollesse tyrannique dans les années à venir, cette posture de mollusque. Car « son nom est Légion ». Il sait s’adapter. Cette singerie de grandeur à l'apparat surjoué qui mettra en avant la diversitude, la gay pride, le salut écologique de la planète, les trans-genres couronnés, l'homme déconstruit et la Matriarchie sublimée, la mort par euthanasie institutionnalisée, la marchandisation des corps par la PMA et la GPA, l’eugénisme imposé par QR Code, une conceptualisation toujours renouvelée de la novlangue pour nous soumettre à son diktat. Religion Séculaire Universelle, Nouvelle et Consolatrice, avec ses associations inquisitoriales, qui parvient déjà à égarer même des élus. L'avenir de l'Occident, c'est la surveillance à la chinoise, l'homme massifié et émasculé par-delà la nausée sartrienne.

Hitler et Staline doivent bien se marrer du fin fond du dernier cercle de l’Enfer où ils tapent la causette, leurs programmes appliqués avec tant de verve et de réussite dépassent leurs plus merveilleuses espérances, tout cela réalisé dans un aveuglement général passif, total et totalitaire, tandis que les barbus se frottent les mains. Et même Marine Le Pen, cette poissonnière aimant les chats qui a tué son père, si elle venait à être élue, avec son détestable programme économique n’y changera pas grand-chose, je le crains, elle ne parviendra qu’à secouer un peu le système et à faire trembler les crispés qui voient des fascistes partout sauf là où, masqués, ils se trouvent réellement.

 

22:26 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Allons, allons tout n’est pas si grave. Le travail des enfants a été aboli, on n’envoie plus dans les tranchées des millions de jeunes se faire massacrer, nous n’avons plus un Parti communiste stalinien qui récoltait 30% des voix, nous n’avons plus 15000 morts sur les routes chaque année, nous ne sommes plus obligé de supporter la tabagie.
Et nous avons internet pour nous informer et communiquer vous et moi.
Voyez le bon côté des choses

Écrit par : Brindamour | 13/04/2022

Écrire un commentaire