Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2022

Cette foutue salope

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« — Et sinon, vous êtes heureuse ? je lui ai demandé.
— Ah oui, très heureuse, elle a répondu d'une voix monocorde. J'ai la chance d'habiter dans un pays libre et prospère et de ne pas être soumise à des coutumes dégradantes qui feraient de moi un objet.
— Ouais, c'est vrai ça.
— J'ai également la chance de pouvoir m'éclater en boîte de nuit et de sucer qui je veux.
— C'est super.
— Bien sûr. Je me sens un peu seule parfois, et puis j'ai un boulot sinistre qui me permet à peine de payer mon loyer et je déprime le soir devant la TV, c'est pourquoi je prends du Xanax.
Ollier s'est penché vers l'avant et lui a empoigné les seins par dessus l'accoudoir.
— Les dépressives, ça aime sucer, il a dit. Je parie que t'aimes ça, sucer.
— Non, pas spécialement. Mais il faut bien passer par là si je veux espérer avoir des amis.

Il a ouvert son chemisier, défait le soutien-gorge; il tâtait les poires en amateur.
— Parce que vous croyez que c'est en suçant que vous vous ferez des amis ? j'ai demandé en jetant un coup d'oeil à son décolleté.
— Pourquoi pas ? a répondu Ollier.
— Tout s'achète, tout se vend, a ajouté la fille. Je fais ce que je peux avec ce que j'ai.
Elle a incliné son siège au maximum, s'est retrouvée couchée sur le dos.
— Veux-tu être mon ami ? elle a demandé à Ollier.
— Bien-sûr, a répondu Ollier en se débraguettant. Et la voilà qui suce ! Après Ollier et Bassefosse, elle voulait s'en prendre à Fanfan mais Ollier l'a arrêtée à temps.
— Vous voyez pas qu'il est blessé, il a crié. Vous allez le tuer à le pomper comme une sorcière !
Elle a redressé son siège, a rallumé une cigarette, s'est remise à fixer la route du même regard éteint, les pamplemousses à l'air.
— Permettez-moi de vous dire que le respect étant le prélude à l'amitié, ce n'est pas avec de tels agissements que vous gagnerez le respect des hommes, partant, leur amitié, a dit Bassefosse.
— Je m'excuse, a dit la fille.
— Quoi qu'il en soit, il va falloir changer de comportement, a ajouté Ollier. Et tout d'abord promettre de ne plus jamais sucer.
— Je promets, a dit la fille.
— À la bonne heure.

On est arrivé à Montrouge. Les rues étaient désertes, quelques lampadaires éclairaient le bitume d'un jaune pisseux ; les nuages, là-bas, dans le ciel, fermaient l'accès de l'univers. J'ai garé la voiture place Jules-Ferry, on est sorti de l'habitacle.
— Le mieux serait peut-être qu'elle reste veiller sur Fanfan, a dit Ollier en montrant la fille du doigt.
— Vous avez parfaitement raison, a répondu Bassefosse. D'ailleurs c'est une traînée.
On a claqué les portières. J'ai verrouillé. La fille fumait en regardant droit devant elle. La lumière intérieure l'a éclairée quelques secondes avant de s'éteindre ; on ne voyait plus que le bout incandescent de sa cigarette.
— J'espère qu'elle ne vas pas faire pipi partout, a dit Bassefosse en faisant un clin d'oeil.
Pipi partout. Alors là, qu'est-ce qu'on s'est marrés, Ollier et moi ! Des grands rires dans la nuit ! Des bourrades dans le dos ! Pourtant, c'était la crise, bien pire que 1929 ! Mais quel boute-en-train, ce Bassefosse ! Tous les talents ! Et puis l'idée de boire un coup tantôt nous égayait ! On donnait des coups sur la carrosserie avec le plat de la main, on faisait un charivari, des percussions, des grimaces à travers les carreaux... Il faut que jeunesse ! Ollier a même sorti son cul ! Il l'a collé contre la vitre ! Un cul d'homme bien mou, poilu et blanc, ignoble. Regarde-toi dans le miroir, petite souillon ! diarrhée ! suceuse ! auto-tamponneuse en jupons ! Rigolade, quand tu nous tiens ! Mais elle, à l'intérieur, lentement, joignait les mains. Diable ! Mais que fait-elle ? On s'est approchés, pupilles dilatées, scrutant, dedans la Volvo, l'obscurité. Un petit rayon de lune entre deux nuages l'a soudain éclairée d'une pâleur maladive. Elle priait ! dépoitraillée dans la pénombre, les mains jointes et les yeux fermés. Elle priait ! et les larmes roulaient sur ses joues et brillaient. Elle priait ! Cette foutue salope priait ! »

Olivier Maulin, Gueule de bois

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire