01/08/2012

Une mise en abyme du nihilisme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

Merci au fidèle lecteur de mon Blog, Paglop77, pour cet extrait...

 

« Ce que je dis du monde où je suis né, je peux le dire de celui dans lequel ce monde s'inscrivait : la France, à peu près morte aujourd'hui comme nation, patrie, histoire, idée, langue ; et non seulement la France, mais aussi les autres nations européennes, "vieilles" et "jeunes" - la dernière en date, le Kossovo, n'existant que comme supercherie américaine et la Pologne ne se trouvant, Jarry l'a dit avec éclat, nulle part, ce nulle part étant aujourd'hui le destin de toute nation prétendant encore à sa langue, à ses traditions, au génie de son LIEU. La mort du monde rural a été le prodrome de la fin de la civilisation européenne, donc de l'humanisme. L'enchaînement historique, qui se confond aujourd'hui avec le progressisme, n'est qu'une mise en abyme du nihilisme. Cette mise en abyme est en réalité un effondrement: celui de la verticalité. Nous nous trouvons dans l'abime alors même que nous croyions avoir gagné la mer tranquille de l'horizontalité. Ce monde contemporain, globalisé, horizontal, je l'appellerai aussi bien Nouvel Ordre moral, l'éthique étant le vêtement sous lequel l'horizontalité se présente le plus volontiers.
Dernier homme, déclin de l'Occident, meilleur des mondes, Big Brother, règne de la quantité, de la Technique, crise de la culture, homme unidimensionnel, société de consommation ou du spectacle, désenchantement du monde, empire de l'éphémère ou du moindre mal, condition postmoderne, homo festivus, ère du vide ou de l'épilogue, fin de l'Histoire, de l'humanisme, de l'exception humaine, etc.: ce monde nouveau, ce cauchemar post-humaniste, Nietzsche, Péguy, Spengler, Bernanos, Guénon, Huxley, Orwell l'ont annoncé, Heidegger, Arendt, Marcuse, Debord, Baudrillard, Steiner, Muray, Fukuyama, Lyotard, Gauchet, Lipovetzky, Sloterdijk, Schaeffer, Michéa en ont proposé à des degrés divers la généalogie, la description, l'herméneutique, en une terminologie souvent devenue un simple effet de langage au sein du travail de falsification générale qu'est le journalisme: la métaphore publicitaire d'un ordre totalitaire qui s'est bâti au nom même de la démocratie et du Bien, et qui se donne le luxe de son moment critique tout en rejetant dans la rhétorique journalistique le travail critique opéré par les philosophes, en nous forçant, nous autres écrivains, à une radicalisation qui passe avant tout par une inlassable invention stylistique, la répétition ou l'emprunt n'étant que des effets du discours postmoderne. »

Richard Millet, Arguments d'un désespoir contemporain

07:03 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire