Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2016

La refonte générale de nos modes de gouvernement politique et de nos métaphysiques

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le nouveau slogan de cet attroupement de la vieille droite et de la nouvelle gauche "nationales-socialistes" est on ne peut plus clair : No Free trade. Stop Globalization.

C’est au moment où l’économie marchande de troisième type accouche enfin de sa production terminale, qui ne peut nous entraîner que dans la refonte générale de nos modes de gouvernement politique et surtout de nos métaphysiques, que l’on se dresse avec le plus de fougue contre le mouvement de cette révolution.

Plus grave encore, on veut désormais nous faire revenir à la situation d’avant Bretton Woods, on essaie de nous faire croire que le monde va pouvoir repartir en arrière, comme une vulgaire bobine vidéo, on veut rétablir des contrôle frontaliers, des contrôles nationaux, ces fameux contrôles "démocratiques", dont on invoque la préséance maintenant qu’ils sont dans l’impossibilité même d’exister.

Plutôt que d’aller faire le singe sur la façade du Palais des congrès où les grands banquiers du monde tiendront conseils, ne vaudrait-il pas mieux proclamer que le temps est venu de mettre en faillite le système onucratique et national qui nous "gouverne" depuis l’Apocalypse ? Plutôt que d’accuser la grande bourgeoisie transnationale de ne faire que ce pour quoi elle est faite, pourquoi ne pas créer ce gouvernement de la Terre que Nietzsche appelait de ses voeux il y a déjà plus d’un siècle, et pour commencer instituer cette Fédération européenne qui seule pourra montrer le chemin, oui, pourquoi ne pas vouloir entreprendre le nécessaire surpassement de nos minables institutions démocratiques et nationales, incapables d’inventer un cadre politique et philosophique à la hauteur des colossales baronnies financières qui s’édifient sans attendre sur le nouveau paradigme du monde ?

Oui, en effet, pourquoi ?

Mais parce que personne ne tient vraiment à ce que le système onucratique (Tiers État-nations impuissants et désormais virtuels + monopole stratégique des USA + explosion des microcommunautés socioculturelles + bureaucratie onuzie et bourgeoisie planétaire omnipotentes) s’effondre, ni même se réforme, cette fiction contente tout le monde, des patrons de l’OMC à ses plus féroces contempteurs de l’extrême-gauche ou de l’extrême-droite radicale. Comme à l’époque des papes et des antipapes, chacun y puise suivant ses aspirations et ses penchants, et il y en a vraiment pour tous les goûts ! Le différencialisme communautariste qui n’a eu de cesse depuis deux ou trois générations que de vouloir détruire toute idée d’État, en invoquant frauduleusement la liberté, toute idée de loi, en la minant de droits, qui a tué Dieu avec le positivisme, le néopaganisme, voire avec la Bible elle-même, qui a dégradé le concept de nation en l’égalisant à celui de simple tribu, inventé l’affirmative action, les gender studies et les micro-identités, tout autant que le suprématisme, l’afrocentrisme, l’écoterrorisme et une bonne centaine d’illuminismes concurrents, ce même différencialisme communautariste qui place le lapin ou le poulet sur la même échelle de valeurs que l’homme, lâche toutes les larmes de son pauvre corps, à l’unisson avec les dames-pleureuses de "la-République-à-la-Nation", maintenant qu’une nouvelle élite corporative et métanationale se constitue par-dessus leurs minuscules horizons, forclos dans le quadrillage sémantique du néopositivisme.

Qui, honnêtement, pourrait s’en plaindre ?

Pas moi en tout cas, car à choisir entre les jésuites et les Borgia, ma décision est prise depuis longtemps, vous l’aurez compris. »

Maurice G. Dantec, Manuel de survie en territoire zéro. Le Théâtre des opérations 1 : journal métaphysique et polémique, 1999

 

22:13 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire