Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2018

Un néo-féminisme victimaire, puritain et sexiste

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

 

Renée Fregosi réagit aux dérives du féminisme contemporain. Elle s'insurge contre un « néo-féminisme » à rebours des luttes historiques et complaisant avec l'islamisme

---------------------------------------

Renée Fregosi est une philosophe et politologue française. Directrice de recherche en Science politique à l'Université Paris-Sorbonne-Nouvelle, elle a récemment publié Les nouveaux autoritaires. Justiciers, censeurs et autocrates (éd. du Moment 2016)

---------------------------------------

Nombre de féministes qui ont milité au MLF comme moi dès les débuts du mouvement en 1971 et qui se revendiquent toujours de cet engagement, ne se reconnaissent cependant pas dans l'expression dominante du féminisme d'aujourd'hui. Elles s'inscrivent en faux contre ce féminisme victimaire, puritain et essentiellement sexiste qui s'est manifesté récemment de façon spectaculaire avec la campagne contre le harcèlement sexuel, mais qui est à l'œuvre depuis plusieurs années notamment à travers la lutte dite « abolitionniste » contre la prostitution en général, à travers la pénalisation du client (considéré comme exclusivement masculin et prédateur).

Les deux courants historiques du féminisme

Le MLF dès le début des années 70 était divisé entre deux grands courants principaux (avec des variantes et des croisements multiples au demeurant). D'un côté, « les «Féministes révolutionnaires » (dont faisait partie Anne Zelensky qui a articulé luttes féministe et laïque) se revendiquaient à la fois héritières des suffragettes et provocatrices à travers des actions symboliques comme la cérémonie de la femme du soldat inconnu à l'Arc de Triomphe ou le Manifeste des 343 Salopes en faveur de l'avortement. Le mouvement des Gouines rouges, fondé par Marie-Jo Bonnet était également de ce courant militant libertaire qui revendiquait une pluralité de sexualités pour les femmes comme pour les hommes. D'un autre côté, le groupe «Psychanalyse et Politique» qui s'enfermait dans un cénacle féminin et développait l'idée d'une nature féminine irréductible centrée sur la maternité et un type de sexualité caractérisé par la douceur. Son chef de file Antoinette Fouque affirmait ainsi l'existence d'une libido spécifiquement féminine « située à un stade génital post-phallique, de type oral-vaginal, opposée à la sexualité masculine génitale phallique-anale ».

C'est dans cette logique plutôt «féminine» ou que l'on pourrait appeler « féminiciste », que s'inscrivent les différentes luttes contemporaines contre « le mâle blanc dominant » a priori potentiellement violeur, harceleur, usager violent de prostituées. Le qualificatif de «néo-féministe» est alors justifié pour caractériser ce courant punitif, dans la mesure où tout phénomène « néo » réalise à la fois une filiation et une trahison du passé. Le courant féministe auquel se rattachent les néo-féministes existe bien en effet au sein de la nébuleuse féministe depuis la naissance du MLF, mais ce féminisme devenu justicier occupe aujourd'hui une position hégémonique et tend à réduire au silence d'autres conceptions de la libération des femmes.

Le droit à la différence contre l'égalité des droits

Refusant de prendre en compte la réduction certes trop lente mais inconstatable des inégalités de sexes en occident depuis plusieurs décennies, les néo-féministes renoncent à l'égalité des droits au profit du droit à la différence. Plutôt que de revendiquer et de pratiquer l'égalité hommes/femmes dans l'excellence, la bravoure ou l'intelligence comme dans la bêtise, la médiocrité et la méchanceté, ces étranges féministes vantent une féminité de la douceur et de la faiblesse physique, qui irait de pair avec une prétendue supériorité de l'âme des femmes. A rebours des luttes passées, elles préconisent volontiers le refus de la pilule au motif qu'elle déresponsabiliserait les hommes plutôt que libérer les femmes, et la contrainte de l'allaitement qui consoliderait le lien entre la mère et l'enfant et renforcerait le rôle des femmes.

Pour les néo-féministes, point de femmes dominantes, dominatrices voire prédatrices et agressives (comme en témoigne cependant par exemple le nombre important d'hommes battus: chaque année en France, 80.000 hommes souffrent de violences conjugales), point de femmes à l'activité sexuelle affirmée, aux désirs revendiqués (comme en témoigne par exemple l'augmentation de la consommation de sexe commercial par des femmes : en 2015 le nombre d'escort boys au Royaume-Uni était estimé à 15.000), point non plus d'admiration pour les splendides combattantes kurdes engagées contre Daech et les brillantes militaires françaises de plus en plus nombreuses dans toutes les armées.

Convergence des réactionnaires

En faisant glisser le concept de genre (construit) sur la différenciation radicale des sexes (nature essentialisée) le néo-féminisme contribue insidieusement à la promotion d'une nouvelle forme d'infantilisation des femmes qui seraient a priori des proies pour les hommes, dans les rues et au travail comme dans l'espace domestique. Au prétexte de lutter contre les archétypes de la virilité dominante, on renonce alors à éduquer les filles «comme des garçons» pour favoriser leur émancipation. Et en promouvant la répression des hommes et de leurs « bas instincts » comme seul moyen pour protéger les femmes, le néo-féminisme rejoint les défenseurs les plus réactionnaires de la distinction des rôles genrés et de la séparation des sexes.

Par ailleurs, en « naturalisant » LA femme et les relations homme/femme, les néo-féministes en arrivent à nier les dimensions historique et culturelle de l'oppression des femmes et toutes les différences entre les situations des femmes à travers le monde et les sociétés. Elles soutiennent ainsi une position relativisante à l'égard des atteintes aux droits des femmes que sont le voilement partiel ou total du corps des femmes par l'islamisme, la réclusion domestique, la réduction du rôle des femmes à la reproduction, et même l'excision. La complaisance se fait même complicité lorsque certaines des néo-féministes acceptent comme des leurs les « féministes islamiques » en lutte contre « le féminisme occidental », et considèrent que le voile est bien une protection des femmes contre la concupiscence des hommes.

Pourtant, comme l'affirmait une jeune égyptienne qui participait à la manifestation de femmes enlevant leurs foulards Place Tahir en mai 2015 en signe de libération : « J'ai des amies qui ont retiré leur voile et qui depuis se font moins harceler dans la rue. Croyez-moi, certains hommes ont des femmes voilées l'image de femmes faibles, fragiles, et ils en profitent pour les harceler plus ». Le féminisme d'émancipation et de libération s'oppose en effet bien plus efficacement à l'offensive islamiste foncièrement misogyne et aux réactionnaires de tout poil, que le néo-féminisme de victimisation.

---------------------------------------

Source : Renée Fregosi pour Le Figaro le 28/11/2017

---------------------------------------

 

17:33 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire