Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2018

Elisabeth Lévy : « Sur les réseaux sociaux, c'est la meute qui juge et obtient la mort sociale du "coupable" »

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

 

------------------------------

A l'occasion de la sortie du dernier numéro de Causeur, Réseaux sociaux : Big brother, c'est nous !, Elisabeth Lévy a accordé un entretien fleuve au FigaroVox. Elle y dénonce le tribunal numérique de twitter et revient notamment sur l'affaire Hulot.

Élisabeth Lévy est journaliste et directrice de la rédaction de Causeur. Dans son dernier numéro intitulé , Réseaux sociaux : Big brother, c'est nous, le magazine Causeur s'interroge sur le nouveau clergé numérique que représentent Facebook et Twitter.

------------------------------

Le Figaro : En 2002, vous dénonciez la nouvelle censure du clergé médiatique dans Les Maîtres censeurs. Aujourd'hui, à en croire, la une de Causeur - Réseaux sociaux : Big brother, c'est nous ! -, nous sommes devenus nos propres censeurs ?

Elisabeth Lévy : Notre amusante et effrayante époque accomplit en quelque sorte les cauchemars de Tocqueville et d'Orwell réunis. Avec l'avènement des réseaux sociaux, la technologie numérique prétend réaliser simultanément deux aspirations des sociétés, l'égalité et la transparence intégrale. Mais loin de tenir sa grande promesse d'un monde pacifié par la connexion de tous avec tous et libéré par l'accès de tous à tout, l'âge des réseaux est celui de la surveillance de tous par tous et celui de l'intolérance de chacun à ce qui n'est pas lui. Il y a bien un village planétaire, et il est peuplé de commères qui épient leurs contemporains dans le but louable de faire leur bien. Si on ajoute l'omniprésence des téléphones-espions, la part de notre existence dont on peut dire qu'elle ne regarde nullement les autres se réduit sans cesse. L'homme numérique est le flic de son frère - dont il surveille les mœurs, le langage et les finances en attendant qu'un algorithme soit capable de déduire nos pensées de nos achats ou déplacements. Les réseaux sociaux ne sont pas le royaume du doux commerce: on y échange beaucoup plus d'invectives que d'arguments, et la rivalité mimétique y est un moteur plus puissant que le goût des autres. D'où le lynchage de toute personnalité avouant un gros salaire - sauf s'il s'agit de footballeurs ou de comédiens rachetant leurs privilèges par leur adhésion bruyante à de grandes causes. Enfin, Internet n'a nullement aboli les hiérarchies, il en crée de nouvelles encore plus injustes : sur les réseaux, c'est celui qui fait le plus de bruit qui l'emporte.

Le Figaro : L'homme connecté est-il un homme enchaîné ?

Elisabeth Lévy : Qu'il y ait une dimension d'aliénation dans la technologie, pardon mais cela n'est pas particulièrement nouveau. Ce qu'il faudrait comprendre, c'est la singularité de l'aliénation numérique et la façon dont elle affecte l'anthropologie humaine au sens le plus terre à terre du terme. On ne peut pas dire qu'il y ait profusion de travaux novateurs sur le sujet et de fait, il n'est pas facile de penser ce monde qui vient. En attendant de forger des concepts pour l'analyser, cette aliénation se voit à l'œil nu. N'importe qui le ressent, ces outils qui devaient nous libérer de toutes les pesanteurs du réel nous ont rendus moins libres et ces prothèses qui prétendent nous faciliter la vie en l'occupant intégralement nous rendent moins présents au monde et aux autres. Un ami vient de m'envoyer cette belle citation de Baudoin de Bodinat: «Voyez ce groupe amical au café, ce couple au restaurant, dont chacun a posé devant lui son interface tactile: il apparaît vite qu'aucun d'eux n'est vraiment tout à fait là avec les autres (…) Qui donc sont chacun à attendre visiblement autre chose que d'être là, à penser à autre chose et pour ainsi parler à faire antichambre et patienter avec les autres devant la porte de la multiplicité des possibles, qui pourrait s'entrebâiller pour eux à tout instant.» Cette observation vaut pour la lecture. Internet met la bibliothèque universelle à disposition de n'importe qui. Un ordinateur permet d'avoir accès à tous les chefs d'œuvre de l'art mondial et, en prime, à des centaines de thèses sur chacun d'entre eux, bref à ce qu'on appelle la grande culture. Mais quelle place occupe-celle-ci dans le flux torrentiel des connections, des achats et des likes? Comment s'arrêter pour lire quand on est sans cesse convoqué par « la multiplicité des possibles » ?

Le Figaro : Donc, notre servitude est vraiment volontaire…

Elisabeth Lévy : Autant que face à l'électricité: on peut choisir de s'en passer mais on ne vit pas complètement dans le monde commun. Vous avez raison, nous sommes volontaires et même nous redemandons de l'aliénation quand nous faisons la queue pour avoir le dernier I-ceci ou cela. Mais ce n'est pas la technologie qui nous asservit, c'est la célébration permanente dont elle est l'objet, le culte qu'on lui voue: le numérique n'est pas seulement une nouvelle branche de la science et de la technique qui ouvre de nouvelles possibilités, c'est une idéologie, une croyance qui tolère mal les hérétiques, une vision du monde qui exige un homme nouveau. Je ne suis pas technophobe, mais je ne veux pas devenir cet homme nouveau. La merveilleuse Petite poussette de Michel Serres ne me paraît pas être l'horizon enviable de l'humanité. Du reste, si la plupart des parents conséquents se gendarment contre la propension de leurs enfants à passer trop de temps devant des écrans, ce n'est peut-être pas par sadisme mais parce qu'ils ont constaté que cela ne les rendait ni meilleurs, ni plus heureux.

Le Figaro : Vous dénoncez la pression sociale exercée par les réseaux sociaux. C'est vrai dans le cas de #BalanceTonPorc, mais les réseaux sociaux ont aussi été un réel outil de libération de la parole sur bien des sujets tabous …

Elisabeth Lévy : Ah bon, lesquels ? Et toute parole est-elle digne d'intérêt parce qu'elle traite d'un sujet tabou? Nul ne peut prétendre que notre liberté d'expression est plus grande aujourd'hui qu'il y a dix ans, quand Facebook était embryonnaire et que Twitter n'existait pas. Comment expliquer que cette parole libérée engendre moins de liberté ? Par le fait que chacun est prêt à défendre avec autant de rage la libération de sa propre parole que la censure de celle des autres. Cependant, là encore, le problème ne vient pas des réseaux eux-mêmes mais du pouvoir que nous leur donnons. Si les médias traditionnels ne passaient pas leur temps à commenter ce que pensent ou disent les réseaux sociaux (qui ne pensent ni ne parlent), si les politiques ne faisaient pas de leur humeur le critère de leur action, ceux-ci n'auraient aucune influence. Mais tout le monde se comporte comme s'ils étaient une représentation légitime du peuple. Et plus grave encore, comme un tribunal appelé à juger en son nom. On l'a vu avec Balance ton porc : sur les réseaux sociaux, toutes les garanties, toutes les formes de la Justice sont suspendues. Pas de débat contradictoire, pas de présomption d'innocence, pas de droits de la défense, c'est la meute qui juge, sanctionne et, de plus en plus souvent, obtient la mort sociale du « coupable ».

Le Figaro : Facebook et surtout Twitter ne sont-ils pas plutôt le terrain de jeu privilégié de minorités militantes ?

Elisabeth Lévy : Ce qui est sûr, c'est qu'ils ne représentent pas la France. En dehors de certains milieux, dont celui des médias, je ne connais très peu de gens qui aient un compte twitter. Et ce qui compte, sur FB et Twitter, c'est ce qui fait masse, donc souvent des activistes organisés qui, par l'effet des retweets et des partages, donnent l'impression d'être de véritables armées virtuelles. Mais, comme dans le cas des pétitions numériques, les chiffres n'ont guère de signification, sinon celle que les médias leur donnent en les ressassant avec des airs pénétrés. Le militantisme en pyjama (expression de Nicolas Domenach) exige peu d'engagement mais n'a d'influence dans le monde réel que quand les médias et les politiques y croient. Essayez de faire reculer un patron à coups de clics! Où étaient les centaines de milliers de pétitionnaires contre la loi Travail dont se réclamait Caroline de Haas, militante intersectionnelle, quand il a fallu manifester? Quelque temps après le lancement de Balance ton porc, fortes des milliers de messages postés sous ce hashtag, certaines féministes ont appelé les victimes à descendre dans la rue: dans toute la France, il y a eu moins de 500 personnes, tu parles d'un mouvement de masse! Or, c'est le syndrome Nuit debout, tous les commentateurs parlent de ces révoltes numériques comme s'il s'agissait de vastes mobilisations populaires. Alors, peut-être ne connaît-on qu'une infime partie (et la moins intéressante) de ce qui se passe sur les réseaux. Il y a, me dit-on, dans les profondeurs de Facebook et même de Twitter des échanges passionnants, voire des joutes philosophiques. Reste que ce ne sont pas ces échanges, mais les sommations, invectives et délations repris par les journalistes et donnent le « la » du débat public. Rien ne terrifie plus un politique, un patron ou un artiste qu'un bad buzz. Quelques tweets ont suffi pour que Bruno Le Maire présente ses excuses pour avoir dénoncé la dénonciation. Et défendez une idée un brin choquante sur un plateau, on vous mettra en garde: « Attention, vous allez vous faire pourrir sur les réseaux ! » Il faut absolument faire savoir à tout le monde qu'on y survit très bien. En n'allant pas voir !

Le Figaro : N'est-ce pas cependant pour leur pouvoir subversif que les décodeurs du Monde détestent autant les réseaux sociaux ?

Elisabeth Lévy : Etre détesté par les décodeurs du Monde est un excellent point qui témoigne au minimum d'une certaine liberté d'esprit. Toutefois, cela ne garantit ni la moralité ni le talent. Mais soyons sérieux, si les décodeurs du Monde n'aiment pas les réseaux sociaux, c'est parce qu'ils constituent un clergé concurrent… Dans un article du Débat intitulé « la guerre des vérités », Marcel Gauchet écrit que « la post-vérité est le rejeton adultérin du politiquement correct »… Il a raison. Si on raconte souvent n'importe quoi sur les réseaux sociaux, c'est en grande partie parce qu'on ne peut rien dire sur le reste de la scène publique, les bornes de la bienséance étant de plus en plus étroites. Reste qu'on n'est pas obligé de choisir entre deux églises !

Le Figaro : Derrière la volonté du président de la République de lutter contre les « fake news », y a-t-il une volonté de l'Etat de reprendre le contrôle de l'opinion ?

Elisabeth Lévy : Je n'ose croire à une ambition aussi grotesque! Il y a surtout derrière cette nouvelle croisade la volonté de montrer qu'on fait quelque chose contre un phénomène qui n'a de nouveau que le nom anglais dont on l'a affublé. La propagande, la désinformation, la calomnie sont aussi anciennes que l'information elle-même et je ne suis pas sûre que la crédulité et la vulnérabilité aux bobards, que l'on appelle aujourd'hui complotisme, soient si nouvelles que cela. Cela nous inquiète parce que, précisément, dans un monde saturé d'informations, on a pu penser naïvement qu'une forme de vérité immanente s'imposerait à tous. Or, au-delà même du négationnisme délirant, de la Shoah au 11 septembre, on assiste à une prolifération de vérités qui entrent en concurrence les unes avec les autres. On ne remédiera pas à ce relativisme en érigeant une vérité officielle (à laquelle personne ne croit précisément parce qu'elle est officielle), mais en favorisant l'affrontement loyal des arguments et des opinions: à la loyale, c'est-à-dire au jeu de la raison, je veux croire que les « vraies vérités » l'emportent sur les fausses. Plus fondamentalement généralement, c'est l'esprit critique qui permet de distinguer le vrai du faux et c'est à l'école de développer l'esprit critique. La meilleure nouvelle du moment, c'est que Jean-Michel Blanquer sait tout cela.

Le Figaro : Nicolas Hulot est la dernière victime de cette ère du soupçon. Si l'on ne peut que déplorer que la rumeur remplace la justice, il faut rappeler que Macron a fait de la transparence et de la moralisation de la vie politique un chantier prioritaire de son quinquennat… Dès lors n'est-il pas un peu facile d'accuser la société et les réseaux sociaux…

Elisabeth Lévy : D'accord, Macron a eu tort de jouer l'air de la vertu. Mais cela n'arrangerait rien qu'il persiste dans l'erreur. Or, dans l'affaire Darmanin, comme dans l'affaire Hulot, alors que François Hollande se serait couché à la première brise numérique, le président n'a même pas pris la peine de réagir, il leur a tenu tête. Il n'a aucunement été question de sanctionner les deux ministres. On n'a même pas eu droit à une fofollerie de Marlène Schiappa (qui a refusé de réagir sur le sujet ce qui ne lui ressemble guère). Résultat: malgré plusieurs tentatives, dans les deux cas pour allumer la mèche numérique, ça n'a pas pris. Ce sont les réseaux qui se sont couchés. Reste à espérer que le président tiendra bon si le monstre se réveille.

Le Figaro : Vous avez, vous-même, un compte twitter (que vous utilisez peu il est vrai), envisagez-vous de vous déconnecter ?

Elisabeth Lévy : Je n'ai malheureusement pas le talent des aphorismes, et j'ai en outre l'esprit de l'escalier sinon je publierais beaucoup plus car c'est d'abord aux mots d'esprit que devrait servir Twitter. Quand il m'en vient un, c'est trop tard car le présentisme y est la règle, alors, j'écris des articles… Du reste, je me protège contre la tentation de twitter n'importe quoi sous l'effet de la colère ou de l'émotion, grâce à la médiation de mes excellents camarades Kevin et Daoud, qui gèrent physiquement mon compte. Il leur arrive souvent de me dissuader et ils ont raison. Dans ces conditions, je ne vois aucune raison de priver Causeur d'un compte Twitter qui nous permet d'informer nos abonnés et, parfois, de mettre les pieds dans le plat ou de lancer une petite blague. Avoir peur de Twitter, ce serait encore une façon de le fétichiser.

------------------------------

SOURCE : Par Alexandre Devecchio pour Le Figaro

------------------------------

 

00:26 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire