Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2018

On confond souvent le sens historique avec le culte de la tradition ou le goût du passé

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« La vie n'a pas pour essence et pour but la réconciliation totale, mais une action sans cesse renouvelée, un effort jamais achevé. La nouveauté du devenir n'est que la forme élémentaire, pour ainsi dire la condition de la liberté proprement humaine, qui se déploie à travers les contradictions et les luttes. Opposition qui se rattache à l'antinomie fondamentale entre durée et temps historique, définie non par l'actualité, mais par la tension entre un double au-delà.

On confond souvent le sens historique avec le culte de la tradition ou le goût du passé. En vérité, pour l'individu comme pour les collectivités, l'avenir est la catégorie première. Le vieillard qui n'a plus que des souvenirs est aussi étranger à l'histoire que l'enfant absorbé dans un présent sans mémoire. Pour se connaître soi-même comme pour connaître l'évolution collective, l'acte décisif est celui qui transcende le réel, qui rend à ce qui n'est plus une sorte de réalité en lui donnant une suite et un but.
Le présent historique n'a donc pas la richesse de la contemplation ou de l'accord total, mais il ne se réduit pas non plus au point insaisissable d'une représentation abstraite. Il se confond d'abord avec le vécu, ce qui n'est pas pensé et reste par nature inaccessible à toute pensée. Pour la réflexion, il est intermédiaire, le dernier terme de ce qui n'est plus, un acheminement vers ce qui sera. L'époque que nous vivons se définit à nos yeux par les tendances que nous y discernons : jadis peut-être, pour les peuples sans conscience historique, totalité close, aujourd'hui elle est moment d'une évolution, moyen d'une conquête, origine d'une volonté. Vivre historiquement, c'est se situer par rapport à une double transcendance. Chacune des dimensions temporelles est l'objet des sentiments les plus divers. Mon passé est encore partie intégrante de mon moi, non pas seulement parce qu'il m'a formé, mais parce qu'il est transfiguré par les sentiments que j'éprouve à son égard. Tantôt il me rappelle un autre être qu'à peine je reconnais, tantôt il éveille des émotions que je croyais éteintes ou des souffrances ensevelies. Appauvri, puisque je ne suis plus ce que j'ai été, ou enrichi par mes expériences, je n'apprends par le souvenir du temps perdu, ni la fuite, ni la permanence des choses, ni la fécondité de la durée ; ou du moins ces valeurs contradictoires dépendent de la vie actuelle.
Chaque dimension n'en est pas moins caractérisée et comme définie par une attitude humaine. Le passé relève du savoir, le futur de la volonté, il n'est pas à observer mais à créer. Une seule affection est essentiellement liée à notre destinée temporelle, le remords qui me montre mon acte à la fois comme un fait, c'est-à-dire réel définitivement, et comme un devoir, c'est-à-dire libre. En une impuissance tragique, j'éprouve encore l'obligation à laquelle je me suis soustrait. La faute appartient à ce qui n'est plus, puisqu'elle est objet de connaissance, et je continue à la nier comme si elle n'était pas encore. »

Raymond Aron, Introduction à la Philosophie de l'Histoire, 1948, édition augmentée 1981

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire