Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2008

Source

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

« Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d’eux… » René Char

En particulier comme ce jour où j’ai abattu sans le moindre effort une dizaine de pages, ces jours où ça déborde et où chaque phrase devient une purification, un délestage, une plus juste compréhension. La feuille devient un miroir où le reflet de ma prière, de ma méditation, évaluent des ellipses, formulent des vibrations, tracent des chemins de traverses où l’être enraciné attend le jaillissement propice. On va, ensuite, dormir serein, de ce sommeil de plomb qui emporte tout sur son passage vers la douce quiétude. On coule à pic sans phénomène de pression.

03:51 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Mourir lentement sous son regard...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Il y a des femmes qui inspirent l’envie de les vaincre et de jouir d’elles ; mais celle-ci donne le désir de mourir lentement sous son regard. »

Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris

 

01:05 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/10/2008

Le Vide, Démoniaque, souvent menace

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Le vide souvent menace. Là même où je désire la plénitude. Comment mener cette bataille ? Je suis plus grand que mes fautes. Mes échecs présents si lourds, mais ils sont insignifiants face au possible qui me clame. Accueillir, accomplir et prodiguer. Comme le Père qui accueille la fumée du sacrifice, le Fils qui accomplit la loi dans son écrin, l’Esprit qui prodigue en retour ce que le Père a reçu. Être, là, procède de ces actes, accueillir, accomplir, prodiguer, qui se répercutent en noms, dans la gratuité. Comme le Père qui reçoit les louanges de la création, le Fils qui, Verbe, élabore et Fait, l’Esprit qui donne en notre creuset pour que nous fassions comme le Fils, ayant reçu comme le Père et offrant, à notre tour, comme l’Esprit. Inspiration. Expiration. Respiration. Création. Et le démon ? Il prend, défait et garde. En séduisant.

« C’est le diable qui tient les fils qui nous remuent !
aux objets répugnants nous trouvons des appas ;
Chaque jour vers l’Enfer nous descendons d’un pas,
Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent. »

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal

 

"Ni ange ni bête…

Nul autre n’a connu que l’homme est la plus excellente créature. Les uns, qui ont bien connu la réalité de son excellence, ont pris pour lâcheté et pour ingratitude les sentiments bas que les hommes ont naturellement d’eux-mêmes ; et les autres, qui ont bien connu combien cette bassesse est effective, ont traité d’une superbe ridicule ces sentiments de grandeur, qui sont aussi naturels à l’homme.
Levez vos yeux vers Dieu, disent les uns ; voyez celui auquel vous ressemblez, et qui vous a fait pour l’adorer. Vous pouvez vous rendre semblable à lui ; la sagesse vous y égalera, si vous voulez le suivre. «  Haussez la tête, hommes libres », dit Épictète. Et les autres lui disent : Baissez vos yeux vers la terre, chétif ver que vous êtes, et regardez les bêtes dont vous êtes le compagnon.
Que deviendra donc l’homme ? Sera-t-il égal à Dieu ou aux bêtes ? Quelle effroyable distance ! Que serons-nous donc ? Qui ne voit par tout cela que l’homme est égaré, qu’il est tombé de sa place, qu’il la cherche avec inquiétude, qu’il ne la peut plus retrouver ? Et qui l’y adressera donc ? Les plus grands hommes ne l’ont pu.

L’homme n’est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Cette duplicité de l’homme est si visible, qu’il y en a qui ont pensé que nous avions deux âmes. Un sujet simple leur paraissait incapable de telles et si soudaines variétés d’une présomption démesurée à un horrible abattement de cœur.

S’il se vante, je l’abaisse,
S’il s’abaisse, je le vante ;
Et le contredis toujours,
Jusqu’à ce qu’il comprenne
Qu’il est un monstre incompréhensible.

Il est dangereux de trop faire voir à l’homme combien il est égal aux bêtes, sans lui montrer sa grandeur. Il est encore dangereux de lui trop faire voir sa grandeur sans sa bassesse. Il est encore plus dangereux de lui laisser ignorer l’un et l’autre. Mais il est très avantageux de lui représenter l’un et l’autre.
Il ne faut pas que l’homme croie qu’il est égal aux bêtes, ni aux anges, ni qu’il ignore l’un et l’autre, mais qu’il sache l’un et l’autre.

Je ne souffrirai point qu’il repose en l’un, ni en l’autre, afin qu’étant sans assiette et sans repos…

L’homme ne sait à quel rang se mettre. Il est visiblement égaré, et tombé de son vrai lieu sans le pouvoir retrouver. Il le cherche partout avec inquiétude et sans succès dans les ténèbres impénétrables.

Je blâme également, et ceux qui prennent parti de louer l’homme, et ceux qui le prennent de le blâmer, et ceux qui le prennent de se divertir ; et je ne puis approuver que ceux qui cherchent en gémissant."

Pascal, Les Pensées

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/10/2008

Floraison III

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Le souffle court
des poumons
gonflés d’une alchimie
secrète et infinie.
Le Haschisch,
la bière,
l’or sous la mousse.
L’océan primitif retrouvé.
Tandis que je bois
je plonge dans ma propre gorge.

17:40 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Floraison II

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Etonnement
de la Présence
de Dieu
dans le tombeau pourtant vide
du Christ ressuscité.

14:20 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Floraison

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Fleuve qui s’engouffre
Entre le cerveau
Et le cœur.

11:50 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Grâce

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Quand on est brisé, enterré, à plat au plus bas dans les platitudes, rongé, anéanti, je me demande si ce n’est, en vérité, une grâce.

« Le Billard noir

Entre deux profondeurs de sommeil et d’oubli,
La terre tourne, et ferme, et rouvre son œil bleu.
Notre état naturel est d’absence dans ces ténèbres.
Mais sans fin convoqués nous franchissons par vagues
L’espace que nos cils cernent ici dans l’épaisseur
Qui nous berce et nous abandonne. Morts. Normalement
Morts (sauf pour ce coup d’œil rapide et circulaire), car
N’étions-nous pas déjà des morts avant de naître, à quel
Désir soudain jetés en pâture, et sur le drap
Du billard noir lancés dans les trajectoires des sphères ? »

Jacques Réda, Retour au calme

Et je pense, je ne sais pourquoi, à André Breton, dans L'Amour Fou : « J’hésite, il faut l’avouer, à faire ce saut, je crains de tomber dans l’inconnu sans limites. » On peut sautiller sur place et faire le fier si ça nous chante. Bomber le torse. Rouler des mécaniques. Les planètes redoutables continuent de tourner. On n’a rien à opposer aux émanations fulgurantes. « Toutes sortes d’ombres » poursuit Breton « s’empressent autour de moi pour me retenir, pour m’opposer de hauts murs que j’ai grand-peine à frapper d’inconsistance. » On cherche le point nodal où se résoudraient les contradictions de notre incarnation et on ne fait que franchir des portes, passer des degrés et rencontrer chaque fois un peu plus une sorte d’éblouissement.

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/10/2008

Faire Face

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

Redevenir le conquérant du tison qui rallume. Je suis en ma demeure et y’a pas l’feu au lac. Le temps a beau se jouer de moi et creuser ses rides sur ma face, je sais tricher et, moi aussi, je joue contre lui.

« Je vous connais, ô monstre ! Nous voici de nouveau face à face. Nous reprenons ce long début où nous l’avions laissé.
Et vous pouvez pousser vos arguments comme des mufles sur l’eau : je ne vous laisserai point de pause ni répit. »

Saint-John Perse, Exil

Je mourrai un jour, ô belle découverte ! En attendant je poursuis ma danse tantôt furieuse, tantôt délicate. Le naufrage du monde est un spectacle dont je ne me lasse pas, même si à l’occasion une symphonie lacrymale vient me laver de la merde.

15:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Arbre de Vie...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires"=--=

Amour.
Singularité première.
Informations.
Esprit.
Point zéro.
Propagation calculée.
Sons élaborés.
Trône élevé.
Émanations somptueuses.
Pour qu’advienne le devenir.
Vibre la matière.
Énergie foisonnante.
Ordre.
Amour.
Dès le commencement : Ecriture dans la structure.
Du fond : la forme noble.
Du fond : la joie d’être.
Être pour prendre forme.
Être pour toucher le fond.
Jaillissement du chant de gloire.
Cantique des quantas.
Gloire.
Gloire de la gratuité la plus totale.
Étreinte.
Amour.


=--=Arbre de Vie...=--=

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/10/2008

Écrire - XV

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires"=--=

L’écriture doit tout exiger de nous. Quand nous écrivons vraiment. Quand nous lisons vraiment aussi. S’il n’y a pas d’exigence dans une écriture, dans une lecture, autant arrêter tout de suite. Posons le stylo. Jetons le livre. Le verbe exige tout de nous puis nous renvoie. Nous renvoie à notre voie. Nous renvoie à notre voix. Nous soumet toujours à l’errance. Écriture ou lecture sont des intermèdes à la dérive, même si elles y participent comme stations tournoyantes, vortex qui happent vers l’infini. Les découvertes, comme des extases, sont impossibles à fixer. Passé. Avenir. Âge d’or du présent en l’écrin intérieur. Établissement impossible. Hors temps et pourtant bien là. Comme les villes qui s’érigent et tentent leur fondation pour dire comme une céleste couronne, bien vite gâchée par la montée du fumier.

07:00 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/10/2008

Paul Williams

=--=Publié dans la Catégorie "Music..."=--=


Deux perles à écouter sans modération, composées par Paul Williams pour le film de Brian de Palma, Phantom of the Paradise, inspiré du Mythe Romantique Faustien ainsi que de l'oeuvre de Gaston Leroux, Le Fantôme de l'Opéra mais transposé, ici, dans l'univers dépravé du Rock and Roll.


Paul Williams


Paul Williams

 

"Faust

I was not myself last night
Couldn't set things right
With apologies or flowers
Out of place as a cryin' clown
Who could only frown
And the play went on for hours
And as I lived my role
I swore I'd sell my soul
For one love who would stand by me
And give me back the gift of laughter
One love who would stand by me
And after making love we'd...

Dream a bit of style
We'd dream a bunch of friends
Dream each others smile
And dream it never ends

I was not myself last night
In the morning light
I could see the change was showing
Like a child who was always poor
Reaching out for more
I could feel the hunger growing
And as I lost control
I swore I'd sell my soul
For one love who would sing my song
And fill this emptiness inside me
One love who would sing my song
And lay beside me while we'd...

Dream a bit of style
We'd dream a bunch of friends
Dream each others smile
And dream it never ends

All my dreams are lost and I can't sleep
And sleep alone could ease my mind
All my tears have dried and I can't weep
Old emotions
May they rest in peace and dream
Dream a bunch of friends - rest in peace
And dream, dream it never ends"

 

 

"Phantom's Theme
(Beauty and the Beast)


Half asleep I
Hear a voice
Is it only in my mind ?
Or is it someone
Calling me
Someone I failed and left behind?

To Work it out I let them in
All the good guys and the bad guys
That I've been
All the devils that disturbed me
And The angels that defeated them somehow
Come together in me
Now

Face to face I greet the cast
Set in silence we
Begin
Companions in an empty room
I taste their victory
And sin

To work it out I let them in
All the good
Guys and the bad guys that I've been
All the devils
That disturbed me
And the angels that defeated them
Somehow
Come together in me now

A tale of beauty
And the beast
I defend my soul from those who would accuse me
I share the famine and the feast
I have been the
World and felt it turning
Seen the jester yearning to amuse
Me

Like a circus on parade
Seldom close enough to
See
I wander through an angry crowd
And wonder what
Became of me

To work it out I let them in
All the
Good guys and the bad guys that I've been
All the
Devils that disturbed me
And the angels that defeated them
Somehow
Come together in me now"

 

16:53 Publié dans Music... | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/10/2008

Douce Folie - IV

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

12:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/10/2008

Le Cygne Noir

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

Qu’est-ce qu’un « cygne noir » ? C’est, affirme Taleb « tout ce qui nous paraît impossible si nous en croyons notre expérience limitée ». L’expression a du sens. Dans l’hémisphère nord, tous les cygnes sont blancs. À force de les observer, on pourrait conclure qu’il n’en existe pas d’une autre couleur. Et puis, un jour, on prend l’avion pour l’Australie et on découvre, interloqué, que, là-bas, il y a des cygnes noirs…

Libano-américain, diplômé de Wharton et Docteur en économie de Paris-Dauphine, Nassim Nicholas Taleb est depuis 2007 l’essayiste le plus lu et le plus traduit au monde. Après avoir travaillé dans les sociétés financières de Wall Street les plus prestigieuses, fondé sa propre firme et enseigné pendant sept ans les sciences de l’incertitude, Taleb se consacre à l’écriture et à la recherche.
Il a déjà vendu 700.000 exemplaires de son dernier ouvrage The Black Swan et, chaque semaine, un millier de personnes l'achètent. La maison d'édition Les Belles Lettres vient de publier la traduction pour la France : Le Cygne noir, la puissance de l'imprévisible.

Depuis quelque temps, la formule " Black Swan " est entrée dans le langage courant. Jérôme Kerviel, qui a fait perdre tant d'argent à la Société Générale ? c'est un " Black Swan ". Le 11 septembre ? un " Black Swan ".

=--=Nassim Nicholas Taleb=--= estime que le « black swan » est un événement qui possède trois caractéristiques :

 

1) il est totalement inattendu

2) son impact est gigantesque

3) notre cerveau va trouver des raisons logiques pour l'expliquer a posteriori.

Pour le philosophe, le « cygne noir » est aussi un événement vis-à-vis duquel nous « élaborons toujours après coup des explications qui le font paraître plus prévisible et moins aléatoire » qu’il n’était vraiment. En clair, c’est un événement dont nous cherchons coûte que coûte à gommer le caractère inattendu ou improbable.

Concernant les événements du 11 septembre personne ne les a vus venir, ils ont déclenché une onde de choc qui n’en finit pas de bouleverser la planète, mais tout le monde ou presque affirme aujourd’hui qu’ils étaient prévisibles, voire que l’on pouvait les empêcher.

« Cet ouvrage réussit la prouesse d'associer érudition et clarté, pédagogie et profondeur, un peu à la manière d'un Umberto Eco, enquêteur-philosophe. Mêlant mille anecdotes tirées de sa carrière de trader et de ses rencontres sur les cinq continents, Nassim Nicholas Taleb nous guide au travers des méandres d'un livre inclassable, entre essai et histoire du risque, qui emprunte à la littérature, à la philosophie, aux sciences ou à l'économie. Sans fioritures inutiles, et convaincant. » NESSIM AÏT-KACIMI, Les échos

21:28 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/10/2008

Douce Folie - III

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

12:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook