Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2005

Une aiguille dans la moelle

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires"=--=

Lundi 19 Octobre 2005


Couteau dans la chair. Dans le bas du dos. Lombaires. Aiguille stridente qui fouille, se fraye un chemin vers le nœud central des souffrances endormies. J'obtempère. Soumission convaincue.

La douleur ?

Poursuite de l’écriture, chemin détourné de la même expiration. L’écriture peut être très vive. Possédée. Pointe du style. Stylet. Sang. Je vous l’assure : sperme sacré en abondance. Bataille et gouffres. On s’auto accouche à nouveau. On passe le guet. On s’échappe. De Fluide et de Feu. Invisible d’un grand sourire approbateur. On ausculte. De Glèbe on devient, aussi, Souffle.

Homéopathie. Kalium Carbonicum 5Ch. De même, on serre les dents. On attends que ça passe.

Dans le coin, là : La Divine Comédie, par Dante. Des écrits épars. Les forces impossibles, accumulées mais nouées par la merde profonde. Je ne saurais quoi dire de la Sainte Trinité, mais je sais quoi dire de notre pitoyable Trinité humaine, trop humaine : Celui, en moi, qui voudrait être autre chose que ce qu’il croit être, est, en permanence, confronté à ce qu’il est vraiment. Le Corps, alors, a des états d’âme multiples et nous assiège de ses tourments. C’est lui le maître. La Bête souterraine ronronante.

(Vérène Quadranti)



La Nuit est tombée. Alcôve de marbre noir nacré. Je m’en retourne à mes errances incarnées. Un thé vert. La nicotine. De l’eau de Vie de prune pour vomir ou refaire le monde. Moteur… Action…

Mensonge... Rien ne cesse ou redémarre... Tout se poursuit...


____________________________________________________________________________

Bande son du moment : Sol Musik (2004) par Spiralarms

Citation du jour : « Ne rends pas tes souffrances plus fortes encore, ne te charge pas de plaintes, légère est la douleur si l'imagination ne la grossit. » disait Sénèque et Honoré de Balzac lui faisait écho : « Les existences faibles vivent dans les douleurs, au lieu de les changer en apophtegmes d'expérience, elles s'en saturent, et s'usent en rétrogradant chaque jour dans les malheurs consommés. »

Humeur du moment : Méditative