Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2016

Dans le vestibule...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous n’avons ni l’énergie du mal, ni celle du bien. Connaissez-vous Dante ? Vraiment ? Diable. Vous savez donc que Dante admet des anges neutres dans la querelle entre Dieu et Satan. Et il les place dans les Limbes, une sorte de vestibule de son enfer. Nous sommes dans le vestibule, cher ami. »

Albert Camus, La Chute

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

De la nostalgie pour les primates...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je vous l’avouerai, je suis attiré par ces créatures tout d’une pièce. Quand on a beaucoup médité sur l’homme, par métier ou par vocation, il arrive qu’on éprouve de la nostalgie pour les primates. Ils n’ont pas, eux, d’arrière-pensées. »

Albert Camus, La Chute

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Depuis, le savon manque...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Alors ? Alors, la seule utilité de Dieu serait de garantir l’innocence et je verrais plutôt la religion comme une grande entreprise de blanchissage, ce qu’elle a été d’ailleurs, mais brièvement, pendant trois ans tout juste, et elle ne s’appelait pas religion. Depuis, le savon manque, nous avons le nez sale et nous nous mouchons mutuellement. Tous cancres, tous punis, crachons-nous dessus, et hop ! au malconfort ! C’est à qui crachera le premier, voilà tout. Je vais vous dire un grand secret, mon cher. N’attendez pas le Jugement dernier. Il a lieu tous les jours. »

Albert Camus, La Chute

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/03/2016

Zut... y'a du vent !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

23:45 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Dialogue

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

23:44 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ilia Répine : "Les Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie"

=--=Publié dans la Catégorie "Peinture-Sculpture"=--=

 

L'Histoire, controversée, dit que bien que vaincu par les cosaques, en 1676 lors d'une bataille, le Sultan Ottoman, Mehmed IV, écrivit une Lettre injonctive aux Cosaques pour les sommer de se soumettre à sa volonté :

« En tant que sultan, fils de Muhamad, frère du Soleil et petit-fils de la Lune, Vice-roi par la grâce de Dieu des royaumes de Macédoine, de Babylone, de Jérusalem, de Haute et Basse Égypte, Empereur des Empereurs, Souverain des Souverains, Invincible Chevalier, Gardien indéfectible jamais battu du Tombeau de Jésus Christ, Administrateur choisi par Dieu lui-même, Espoir et Réconfort de tous les musulmans, et très grand défendeur des chrétiens.

J’ordonne, à vous les Cosaques zaporogues de vous soumettre volontairement à moi sans aucune résistance.

Sultan Mehmed IV »

La réponse des Cosaques fut cinglante et joyeuse... :

« À Toi Satan turc, frère et compagnon du Diable maudit, serviteur de Lucifer lui-même, salut !

Quelle sorte de noble chevalier au diable es-tu, si tu ne sais pas tuer un hérisson avec ton cul nu ? Mange la vomissure du diable, toi et ton armée. Tu n'auras jamais, toi fils de putain, les fils du Christ sous tes ordres : ton armée ne nous fait pas peur et par la terre ou par la mer nous continuerons à nous battre contre toi.

Toi, scullion de Babylone, charretier de Macédoine, brasseur de bière de Jérusalem, fouetteur de chèvre d'Alexandrie, porcher de Haute et de Basse Égypte, truie d'Arménie, giton tartare, bourreau de Kamenetz, être infâme de Podolie, petit-fils du Diable lui-même, Toi, le plus grand imbécile malotru du monde et des enfers et devant notre Dieu, crétin, groin de porc, cul d'une jument, sabot de boucher, front pas baptisé ! Voilà ce que les Cosaques ont à te dire, à toi sous produit d'avorton ! Tu n'es même pas digne d'élever nos porcs. Tordu es-tu de donner des ordres à de vrais chrétiens !! Nous n'écrivons pas la date car nous n'avons pas de calendrier, le mois est dans le ciel, l'année est dans un livre et le jour est le même ici que chez toi et pour cela tu peux nous baiser le cul !

Le Kochovyj Otaman Ivan Sirko et toute l'Armée zaporogue »

 

Je ne sais si cette lettre est authentique ou inventée... mais nous devrions, néanmoins, en prendre de la graine...

Ilia Répine parvient à imaginer la gaillardise et le plaisir éprrouvé par les Cosaques dans la redaction de l'insultante missive. Dans une lettre adressé au critique Stasov, Répine (admiratif des Cosaques) précise : « Tout ce que Gogol a écrit sur eux est vrai ! Un sacré peuple ! Personne dans le monde entier n'a ressenti aussi profondément la liberté, l'égalité et la fraternité. »

Répine commence l'œuvre de 2,03 × 3,58 m en 1880 et la termine en 1891. Le peintre a noté les années sur le bord inférieur de la toile.
Le tsar Alexandre III la lui achète pour 35 000 roubles, déboursant ainsi la plus importante somme payée jusqu'alors pour l'acquisition d'une œuvre d'un peintre russe. Le tableau est aujourd'hui conservé au musée Russe à Saint-Pétersbourg.

Il existe une deuxième version du tableau, que Ilia Répine commença avant la livraison du premier tableau, en 1889, et termina soit en 1893 soit 1896. Il est conservé au musée d'art de Kharkov.

 


Cliquez sur la photo...

 


Cliquez sur la photo...

 

Ilia Répine

19:13 Publié dans Peinture-Sculpture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Tribunal...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

18:30 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Communication...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

18:29 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

A picture of your Grandmother...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

18:27 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Bien Vivre Ensemble !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 


Cliquez sur la photo...

18:27 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Professionnalisme !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

On se marre bien quand même !

 


Cliquez sur la photo...

 

Et encore... Laurel et Hardy étaient bien plus professionnels...

18:25 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/03/2016

Contre la domination totalitaire du présent

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Être de droite, non par conviction bon marché, pour des visées vulgaires, mais de tout son être, c’est céder à la puissance supérieure d’un souvenir, qui s’empare de l'être humain, et pas tant du citoyen, qui l’isole et l’ébranle au milieu des rapports modernes et éclairés où il mène son existence habituelle. Cette pénétration n’a pas besoin de la mascarade abominable et ridicule d’une imitation servile, ni qu’on aille fouiller la brocante de l’histoire du malheur. Il s’agit d’un acte de soulèvement autre : soulèvement contre la domination totalitaire du présent qui veut ravir à l’individu et extirper de son champ toute présence d’un passé inexpliqué, d’un devenir historique, d’un temps mythique. À la différence de l’imagination de gauche qui parodie l’histoire du Salut, l’imagination de droite ne se brosse pas le tableau d’un royaume à venir, elle n’a pas besoin d’utopie, mais elle cherche le rattachement à la longue durée, celle que rien n’ébranle, elle est selon son essence souvenir de ce qui gît au fond de nous, et dans cette mesure elle est une initiation religieuse ou protopolitique. Elle est toujours et existentiellement une imagination de la Perte et non de la Promesse (terrestre). C’est donc une imagination de poète, depuis Homère jusqu’à Hölderlin. »

Botho Strauss, Le Soulèvement contre le monde secondaire

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ils vivent parce qu’ils vivent

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mes articles étaient nets, incisifs, brillants ; ils étaient généralement appréciés, d’autant que je n’avais jamais de retard sur les dates de remise. Mais cela suffisait-il à justifier une vie ? Et en quoi une vie a-t-elle besoin d’être justifiée ? La totalité des animaux, l’écrasante majorité des hommes vivent sans jamais éprouver le moindre besoin de justification. Ils vivent parce qu’ils vivent, et voilà tout, c’est comme ça qu’ils raisonnent ; ensuite je suppose qu’ils meurent parce qu’ils meurent, et que ceci, à leur yeux, termine l’analyse. »

Michel Houellebecq, Soumission

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Plus imposant l’édifice, plus effroyable sera la chute

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La guerre est la plus forte rencontre des peuples. Alors que commerce et circulation, compétitions et congrès ne font se joindre que les pointes avancées, la guerre engage l’équipe au complet, avec un objectif seul et unique : l’ennemi. Quels que soient les problèmes et les idées qui agitent le monde, toujours leur sort se décida par la confrontation dans le sang. Certes toute liberté, toute grandeur et toute culture sont issues du silence de l’idée, mais seules les guerres ont pu les maintenir, les propager ou les perdre. La guerre seule a fait des grandes religions l’apanage de la terre entière, a fait surgir au jour, depuis leurs racines obscures, les races les plus capables, a fait d’innombrables esclaves des hommes libres. La guerre n’est pas instituée par l’homme, pas plus que l’instinct sexuel ; elle est loi de nature, c’est pourquoi nous ne pourrons jamais nous soustraire à son empire. Nous ne saurions la nier, sous peine d’être engloutis par elle.

Notre époque montre une forte tendance au pacifisme. Ce courant émane de deux sources, l’idéalisme et la peur du sang. L’un refuse la guerre par amour des hommes, et l’autre parce qu’il a peur.

Le premier est de la trempe des martyrs. C’est un soldat de l’idée ; il est courageux : on ne peut lui refuser l’estime. Pour lui, l’humanité vaut plus que la nation. Il croit que les peuples, dans leur furie, ne font que frapper l’humanité de plaies sanglantes. Et que, lorsque les armes ferraillent, on cesse d’œuvrer à la tour que nous voulons pousser jusqu’au ciel. Alors il s’arc-boute entre les vagues sanglantes et se fait fracasser par elles.

Pour l’autre, sa personne est le bien le plus sacré ; par conséquent il fuit le combat, ou le redoute. C’est le pacifiste qui fréquente les matchs de boxe. Il s’entend à revêtir sa faiblesse de mille manteaux chatoyants – celui du martyr de préférence –, et bon nombre d’entre eux ne sont que trop séduisants. Si l’esprit d’un peuple entier pousse dans ce sens, c’est le tocsin de la ruine prochaine. Une civilisation peut être aussi supérieure qu’elle veut – si le nerf viril se détend, ce n’est plus qu’un colosse aux pieds d’argile. Plus imposant l’édifice, plus effroyable sera la chute.

Une question vient à l’esprit : "Il se peut que le bon Dieu soit du côté des gros bataillons, mais les gros bataillons sont-ils du côté de la civilisation la plus haute ?" C’est justement pourquoi la civilisation la plus haute a pour devoir sacré de posséder les plus gros bataillons. Les temps peuvent advenir où les rapides sabots des coursiers barbares claqueront sur les décombres amoncelés de nos villes. Le fort seul a son monde bien en poigne, au faible il glisse entre les doigts dans le chaos. Si nous considérons une culture ou son vivant vecteur, le peuple, comme une sphère en expansion constante, c’est la volonté, la volonté radicale et brutale, qu’il faut conserver et accroître, c’est-à-dire la volonté de lutte… »

Ernst Jünger, La Guerre comme expérience intérieure

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/03/2016

Prouver qu’on n’a pas su vivre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On peut dire accessoirement beaucoup de mal des femmes, c’est là un des exercices classiques où un auteur montre s’il a de l’esprit, quand il ne prouve pas qu’il manque de goût ; la rigueur de ce que l’on dit d’elles fait une compensation juste et nécessaire aux louanges hyperboliques qu’on leur a données, soit par niaiserie soit par calcul, quand on les a désirées. Mais de les dénigrer tout de bon et d’en rester là, c’est prouver qu’on n’a pas su vivre et qu’on a parcouru les champs pierreux de la vie, sans arriver jusqu’aux fleuves qui les traversent. »

Abel Bonnard, L’amour et l’amitié

 

18:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook