Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2017

Le sens aigu de l'altitude

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Comme chez Nietzsche commande chez Thibon le sens aigu de l'altitude, le sens de l'idéal. "Si l'on me pressait sur ma conception de la morale, j'avouerais volontiers que la différence entre noble et bas me paraît plus essentielle que la différence entre bien et mal", dit-il. Et de l'être noble, il propose plusieurs figures : l'homme qui choisit "de s'immoler plutôt que de se satisfaire" ; celui qui garde "une certaine naïveté" au milieu des malins ; celui "que la souffrance rend tendre et que le bonheur fait prier" ; celui qui "ose à peine" et dont la noblesse se reconnaît "à l'hésitation et à la délicatesse avec lesquelles il cueille les joies qui s'offrent à lui". Mais pour tout résumer, l'homme dont la morale est la plus pure, "l'homme noble place la raison d'être de son existence et la source de ses actions dans une foi, un idéal, un code d'honneur qui surplombent infiniment son chétif moi. Sa manière de sentir, de juger et d'agir est tout imprégné par cette distance... il s'aime aussi, mais de loin. En toute chose il se traite de haut... les âmes nobles peuvent connaître des chutes mais non pas commettre des bassesses : elles peuvent tomber mais elles ne sont pas d'en bas". Le refus d'installer l'homme en bas est le critère du conflit moral bien placé. Il ne vise pas à entraver mais à faire monter l'homme. Et comment l'homme qui parle de monter n'aurait-il, en même temps que celui des hauteurs, le sens de la distance ?

Il faudrait opposer à ces visages de l'être noble les visages de l'être vil. On verrait partout que l'être vil manque du sens de la distance ou qu'un tel sens est chez lui dénaturé. Il traite les autres de haut mais non pas lui-même ; il "colle" à lui-même et il est "collant" avec les autres parce qu'il est incapable d'être leur "proche" ; ou bien il sépare, il tranche et juge car il est incapable de distinction ; en un mot il est d'en bas et c'est toujours être d'en bas qu'appeler cime, la hauteur où s'arrête notre effort.

Le conflit intérieur est lié à la conquête de l'homme intérieur. Nous pourrions apparement être des hommes très divers parce que les éléments qui nous composent sont divers. En fait, c'est l'illusion qui parle. Nous ne pouvons être que celui que nous sommes, et nous nous perdons dés lors que nous perdons celui que nous sommes. Quand même nous aurions gagné mille visages, si nous avons perdu le nôtre ou ne l'avons jamais trouvé, nous avons tout perdu. »

Christian Chabanis, Gustave Thibon

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire