Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2018

L'homme idéal existe (et il est ennuyeux)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 



 

FIGAROVOX/TRIBUNE - Sophie Perrier est allée à la rencontre de l'homme parfait : il vit en Hollande, ne siffle personne dans la rue, s'occupe des enfants, fait le repassage et écoute sa partenaire en toutes circonstances. Le rêve !

Sophie Perrier est l'auteur de L'Anti-Macho, un livre drôle et décomplexé dans lequel elle dresse le portrait type de l'homme idéal dont rêve le féminisme.

Après l'affaire Weinstein, il est devenu clair que l'homme dont nous voulons est un homme respectueux, qui considère les femmes avant tout comme des êtres humains, ne les harcèle pas dans l'espace public et, surtout, n'insiste pas quand l'une d'elles lui fait signe qu'elle ne veut pas de lui.

Il est un pays où ces hommes-là sont légion: les Pays-Bas. Là, les hommes se sont adaptés à la nouvelle donne imposée par le féminisme particulièrement virulent des années 70. Ils travaillent désormais un jour de moins par semaine pour s'occuper des enfants et des tâches ménagères, tiennent compte de l'avis de leur compagne dans toutes les décisions, les traitent d'égal à égal au travail, ne les importunent pas dans la rue ou en soirée et s'assurent toujours des conséquences d'un rapport sexuel avant de l'entreprendre.

Respect, égalité et responsabilité sont les maîtres mots qui caractérisent l'attitude des hommes néerlandais envers la gent féminine. Les femmes d'autres pays auraient-elles intérêt à émigrer pour épouser cet homme idéal que toutes semblent appeler de leurs vœux aujourd'hui ?

Lorsque j'ai recueilli pour mon livre « L'Anti-macho » les témoignages d'une quarantaine de femmes entre 25 et 35 ans venues de tous les continents et installées aux Pays-Bas, j'ai entendu autant de rires que de pleurs. Certes, elles ne tarissaient pas d'éloges sur l'honnêteté, la fidélité, la véritable confiance qu'inspire l'homme hollandais et la profonde égalité qui régit les deux sexes dans toute la société. Mais la majorité d'entre elles étaient aussi perplexes devant le peu d'attentions qu'elles recevaient de la gent masculine: les hommes à Amsterdam ne leur proposent pas de porter leur valise, ne les raccompagnent pas le soir tard après une fête, ne tendent pas leur briquet lorsqu'elles sortent une cigarette et ne payent pas les additions pour deux. Si quelqu'un leur manque de respect, ils assistent à la scène et ne prennent pas leur défense. Égalité oblige, ils ne jouent pas le rôle de mâle protecteur, la femme étant censée s'assumer et se défendre elle-même.

À leur arrivée aux Pays-Bas, ces femmes étrangères se sont extasiées de pouvoir rester seules à lire pendant des heures dans un café sans se sentir la proie de regards masculins, de marcher dans la rue vêtue d'une minijupe sans se faire siffler. Et surtout, de ne plus connaître le phénomène dégoûtant des mains baladeuses dans les transports. Mais par ailleurs, elles regrettent l'absence d'interaction et de jeu avec les hommes dans les soirées ou les bars et se souviennent avec nostalgie de l'époque où elles se sentaient désirées et désirables. Celle où elles attendaient tranquillement que les hommes viennent à elles, au lieu de devoir prendre elles-mêmes l'initiative. Au bout de quelques années, elles arrêtent de mettre des jupes et de se maquiller, déçues du peu d'effet que ces efforts produisent. Elles trouvent les hommes « froids » et s'ennuient.

Elles apprécient sincèrement que le Hollandais ne les brusque pas et qu'il s'assure longuement que le désir est partagé des deux côtés avant d'en arriver au moment fatidique. Mais lorsqu'elles ne disent pas « oui » tout de suite, elles se retrouvent penaudes de le voir abandonner si vite et lui en veulent de ne pas avoir su lire entre les lignes : leur « non » était en fait un « demi-non » ou même peut-être un « oui » pour plus tard. Et lorsque le moment crucial arrive et que l'homme hollandais leur demande, encore, si elles sont vraiment sûres de vouloir « ça », elles s'impatientent et lèvent les yeux au ciel.

Ces témoignages lèvent le voile sur une réalité taboue : de nombreuses femmes ne sont pas prêtes à des relations qui se vivraient dans l'égalité parfaite. Sans qu'elles en aient toujours conscience, l'altérité entre les sexes, la séduction ambiante, le flirt même au boulot, font partie de leur mode de fonctionnement depuis toujours. Lorsque cela s'évanouit, elles ressentent d'abord un soulagement, puis un manque indéfinissable, ce « sel » dont elles avaient l'habitude et dont l'absence leur fait aujourd'hui trouver leur vie bien fade.

De nombreuses femmes crient aujourd'hui haut et fort qu'elles en ont assez d'être considérées comme des proies sexuelles. Mais celles qui se sentent opprimées ne comprennent pas qu'elles jouissent aussi, sans le savoir, d'un privilège énorme: celui d'être valorisées par les hommes pour le seul fait de leur féminité et d'être les bénéficiaires de milles petites attentions masculines. Celui d'attirer les potentiels partenaires à elles comme des aimants, d'être en mesure de choisir le bon et de repousser tous les autres. Celui d'obtenir d'eux des faveurs petites et grandes grâce à un regard ravageur, ou de se faire tout pardonner par quelques larmes attendrissantes.

En France, pays du romantisme où le charme régit encore profondément les relations entre les deux sexes, de nombreuses femmes, dont je fais partie, sont secrètement partagées. Sommes-nous vraiment prêtes, comme les Néerlandaises, à faire une croix sur le piquant d'une société où les relations entre hommes et femmes ne sont pas neutres ? Voulons-nous renoncer à la banquette au restaurant et ne pas rechigner à manier une perceuse ? Allons-nous, comme elles, expliciter nos désirs ou notre absence d'envie fermement et sans équivoque, quitte à casser un peu l'ambiance ? Ne plus nous penser avant tout comme des femmes délicates qui apprécient la protection des hommes, mais en premier lieu comme des êtres humains affirmés et autonomes ? Bref, sommes-nous prêtes à assumer, nous aussi, notre part vers le chemin de l'égalité ?

Mais au fait, est-ce bien cela que nous voulons ?

------------------------------------

SOURCE : Le Figaro

------------------------------------

 

12:09 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire