Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2013

Dominique de Roux

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 


Partie 1/2

 


Partie 2/2

 

Dominique de Roux

00:27 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/06/2013

On se suicide par respect pour la raison...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On se suicide par peur de ce qui va être et il faudrait fouetter jusqu’au sang les gens qui osent flétrir cette peur, quand eux ils n’ont rien à craindre. On se suicide par respect pour la raison, quand l’âge ou la maladie enténèbrent la vôtre, et qu’y a-t-il de plus honorable que ce respect de la raison ? On se suicide par respect pour la vie, quand votre vie a cessé de pouvoir être digne de vous, et qu’y a-t-il de plus honorable que le respect de la vie ? On se suicide sans donner ses raisons, et peut-être sans raison, et on a le droit — le droit le plus sacré — de n’en pas donner : pourquoi un homme n’aurait-il pas le droit de renoncer sans explications à une vie qu’il n’a pas demandée ? Tout ce qu’on peut dire contre le suicide sort de cette case défaillante du cerveau de l’homme, d’où il tire des interdits terribles au bonheur. »

Henry de Montherlant, Les Carnets

15:55 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La vieillesse de Rembrandt

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les dernières peintures de Rembrandt, singulièrement les portraits de lui-même vers soixante ans, où l’on est en présence d’un vieux clochard déguenillé, un chiffon sur la tête, de grosses mains aux ongles noirs, un air presque bête, lorsque je les contemplais dans ma jeunesse au Louvre, me faisaient venir les larmes aux yeux ; ils me dictaient ma vie, ils me représentaient mon avenir. Je pensais : "Pourvu que la prophétie soit juste !" Je les regardais avec plus d’envie encore que d’admiration, comme les petits ambitieux qui s’enthousiasment devant le caractère de Julien Sorel. Désirer la vieillesse de Rembrandt est bien une folie de l’adolescence, âge où l’on doute de tout ce qui est possible et de rien de ce qui est impossible, car il n’est pas à la portée du premier barbouilleur venu de mourir pauvre. »

Jean Dutourd, Le vieil homme et la France

10:09 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/06/2013

Mitterrandie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Paris, 22 février 2005 -

Et puis j’ai apprécié que Jacques Attali révèle qu’à la table où il déjeuna lui-même, il y a trente ans, avec René Bousquet, sans savoir qui était cet homme si "impressionnant", il y avait Henri Frenay, le néo-nazi bien connu. Oui, j’ai apprécié que Jacques Attali se reprenne et qu’il reconnaisse enfin que François Mitterrand avait raison : 1’histoire ne s’écrit pas après coup, quand les dés sont jetés et que la Résistance ne se joue plus qu’aux Folies-Bergère.
J’ai oublié, Morlino me le rappelle ce matin, de révéler que Mireille et Emmanuel Berl, antisémites notoires, nous parlaient de Bousquet avec reconnaissance, pour ne pas dire affection. Cela ne l’innocente pas, mais devrait inviter les juges de François Mitterrand à la modération, sinon à l’indulgence.
Seul de la Mitterrandie historique, André Rousselet, que je n’ai pourtant jamais rencontré parmi le cercle des intimes du président, seul cet homme-là qui ne me doit rien, c’est le moins qu’on puisse dire, vient de me téléphoner pour me remercier d’avoir dit ce que j’ai dit. Pas un mot gentil de Danielle, rien, plus un signe d’elle depuis qu’elle m’a rendu du bout des doigts un chèque de cinq cent mille francs, le même que j’avais eu le mauvais goût de signer à sa demande pour faire sortir son fils de prison.
"Plus je connais Danielle Mitterrand, plus j’aime Anne Pingeot." Cette confidence douloureuse d’André Rousselet, qu’il ne m’a pas interdit de rapporter, je la rapporte, quoi qu’il m’en coûte, parce que je suis peiné que Danielle ne me pardonne pas d’être un garçon trop sentimental. »

Pascal Sevran, Le privilèges des jonquilles

15:55 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ce qui expliquait le succès, et à vrai dire la position dominante, de l’Occident dans le monde

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’une des choses qu’on nous demandait d’examiner était ce qui expliquait le succès, et à vrai dire la position dominante, de l’Occident dans le monde. Nous avons étudié tout ce que nous avons pu d’un point de vue historique, politique, économique et culturel. Au début nous pensions que c’était parce que vous aviez de meilleurs canons que nous. Puis nous avons pensé que c’était parce que vous aviez le meilleur système politique. Ensuite nous nous sommes focalisés sur votre système économique. Mais au cours des vingt dernières années, nous nous sommes rendu compte que le cœur de votre culture est votre religion : le christianisme. C’est pour cela que l’Occident est si puissant. Le fondement moral chrétien de la vie sociale et culturelle a été ce qui a rendu possibles l’émergence du capitalisme et ensuite la transition réussie vers une vie politique démocratique. Nous n’avons aucun doute la dessus. »

David Aikman, Jesus in Beijing

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/06/2013

Communisme et... cannibalisme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le 26 mai, le Comité Révolutionnaire du district se réunit pour faire le point sur la lutte des classes. Après avoir rendu compte des progrès obtenus (plus de cent vingt meurtres), les responsables des comités révolutionnaires de chaque préfecture et les chefs des Forces Armées préfectorales furent nombreux à réclamer l’arrêt des parades de luttes [exécutions publiques par lapidation ou à coup de bâtons]. Ce fléchissement, cette baisse d’enthousiasme provoquèrent le vif mécontentement du premier responsable adjoint du Comité Révolutionnaire du district et commissaire politique des Forces Armées Révolutionnaires du district, Sun Ruizhang, qui exhorta ses troupes par ces mots : "Ne soyez pas si timorés ! Que craignez-vous ? Si nous n’agissons pas ainsi, nous n’arriverons pas à écraser les ennemis de classe ni à affermir suffisamment la volonté de combat du peuple ! N’ayez pas peur, continuons à faire des parades de lutte !"

Après ce dernier meeting, la campagne d’assassinats et de cannibalisme dans la préfecture de Wuxuan entra dans sa phase culminante.

L’histoire suivante constitue un cas typique de dépeçage d’une victime encore vivante : Un jour de mai 1968, Gan Kexing, membre de la septième équipe de production du village de Datuan, dans la préfecture de Tongwan, organisa une séance de lutte contre Gan Dazuo. Celui-ci fut ensuite traîné jusqu’en bordure d’un champ voisin. Gan Yewei lui cria l’ordre de s’agenouiller, puis lui asséna un coup de bâton sur la tête. Gan Dazuo vivait encore lorsque Gan Zuyang lui enleva le pantalon pour lui couper les organes génitaux. Gan Dazuo supplia : "Attends que je sois mort pour me découper !" Mais Gan Zuyang continua à lui trancher les parties sexuelles tandis que sa victime se débattait en poussant des cris déchirants. Gan Weixing et quelques autres se précipitèrent pour prélever la chair des cuisses, puis Gan Deliu ouvrit le ventre et extirpa le foie. Les autres participants se ruèrent alors pour enlever toute la chair restante sur le corps de Gna Dazuo.

Voici maintenant un exemple caractéristique de repas communautaire cannibale : le 10 juin 1968, à la préfecture de San Li, devant la porte marquant l’entrée dans le canton de Shangjiang, se tînt une grande séance de lutte, au cours de laquelle furent tués à coups de baton Liao Tianlong, Liao Jinfu, Zhongzhenquan et Zhong Shaoting. La chair des quatre corps fut découpée puis transportée jusqu’aux cuisines de la brigade, ou on la fit cuire dans deux grandes marmites. Vingt à trente personnes en mangèrent. Au vu et au su de tous, on avait donc osé faire cuire de la chair humaine, aux sièges mêmes des gouvernements cantonaux et préfectoraux, puis organiser sur place un repas communautaire ! Les masses ne devraient pas oublier un tel exemple ! »

Zheng Yi, Stèles rouges : Du totalitarisme au cannibalisme

22:57 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/06/2013

Carl Gustav Jung

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Carl Gustav Jung


Partie 01/06

 


Partie 02/06

 


Partie 03/06

 


Partie 04/06

 


Partie 05/06

 


Partie 06/06

 

14:49 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/06/2013

Dans le monde postmoderne, le changement ne se produit plus par explosion, mais par implosion

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Dans le monde postmoderne, le changement ne se produit plus par explosion, mais par implosion. La vie commence à changer lorsqu’un nombre suffisant de citoyens se détournent du jeu institutionnel parce qu’ils considèrent que "la vraie vie est ailleurs". Ce dont nous avons le plus besoin aujourd’hui, ce n’est pas de révolutionnaires - ces figures emblématiques de la modernité -, mais de rebelles. D’hommes et de femmes sur qui les slogans à la mode glissent comme la pluie sur les canards, tout simplement parce qu’ils ont choisi de penser et de vivre autrement. »

Alain de Benoist, Entretien avec le Magazine allemand "Zinnober"

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

A travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quel fut le moyen de propagande le plus puissant de l'hitlérisme ? Etaient-ce les discours isolés de Hitler et de Goebbels, leurs déclarations à tel ou tel sujet, leurs propos haineux sur le judaïsme, sur le bolchevisme? Non, incontestablement, car beaucoup de choses demeuraient incomprises par la masse ou l'ennuyaient, du fait de leur éternelle répétition.[...] Non, l'effet le plus puissant ne fut pas produit par des discours isolés, ni par des articles ou des tracts, ni par des affiches ou des drapeaux, il ne fut obtenu par rien de ce qu'on était forcé d'enregistrer par la pensée ou la perception. Le nazisme s'insinua dans la chair et le sang du grand nombre à travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques qui s'imposaient à des millions d'exemplaires et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente. »

Victor Klemperer, LTI, la langue du Troisième Reich. Carnets d'un philologue

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/06/2013

La propriété c'est le vol ???

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

Proudhon est bien connu pour être le penseur de la fameuse et fumeuse invective bien connue : "La propriété c'est le vol" et chaque anarchiste s'en gargarise avec délectation... c'est oublier que le penseur anarchiste changea radicalement d'opinion à ce sujet vers la fin de sa vie...

« Or, en 1840, j'ai nié carrément le droit de propriété... pour le groupe comme pour l'individu, pour la nation comme pour le citoyen (...) La propriété est la plus grande force révolutionnaire qui existe et qui se puisse opposer au pouvoir et servir de contre-poids à la puissance publique, balancer l'État, par ce moyen assurer la liberté individuelle ; telle sera donc, dans le système politique, la fonction principale de la propriété.  »

Pierre-Joseph Proudhon, Théorie de la propriété


21:42 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le chemin qui nous est tracé

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous sommes nés à ce temps et devons poursuivre avec vaillance, jusqu'au terme fatal, le chemin qui nous est tracé. Il n'y a pas d'alternative. Notre devoir est de nous incruster dans cette position intenable, sans espoir, sans possibilité de renfort. Tenir, tenir à l'exemple de ce soldat romain dont le squelette a été retrouvé devant une porte de Pompéi et qui, durant l'éruption du Vésuve, mourut à son poste parce qu'on avait omis de venir le relever. Voilà qui est noble. Voilà qui est grand. Une fin honorable est la seule chose dont on ne puisse pas frustrer un homme. »

Oswald Spengler, L'homme et la technique

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/06/2013

Ma conviction a toujours été que les valeurs aristocratiques et les valeurs populaires sont fondamentalement les mêmes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ma conviction a toujours été que les valeurs aristocratiques et les valeurs populaires sont fondamentalement les mêmes ou se complètent naturellement, et qu’elles s’opposent les unes comme les autres frontalement aux valeurs bourgeoises. Par valeurs aristocratiques j’entends le sens de l’honneur, le courage, la fidélité à la parole donnée, l’exigence vis-à-vis de soi, le désintéressement, le sens du sacrifice et de la gratuité. Les valeurs populaires, elles aussi liées à la terre, les recoupent en grande partie, en y ajoutant ce que George Orwell a résumé d’une belle expression : la "décence commune" (common decency). »

Alain de Benoist, Mémoire vive

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ce siècle qui se dit athée ne l'est point

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ce siècle qui se dit athée ne l'est point. Il est autothée, ce qui est un bien jolie mot, et bien de son temps. Il s'est littéralement fait son propre Dieu, et sur ce point il y a une croyance ferme. Il y était conduit d'ailleurs inévitablement. Puisqu'il était conduit irrévocablement à faire, à créer un deuxième monde, une deuxième création qui était l'imitation, la reproduction, la répétition, le recommencement exact du premier, il était conduit par suite et encore plus irrévocablement pour ainsi dire ensemble à faire aussi, à faire logiquement avant, à créer un Créateur, un deuxième Créateur (...) »

Charles Péguy, Un Poète l'a dit

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/06/2013

Il faut renoncer à une idée reçue, celle d’une Espagne dans laquelle les trois religions du Livre auraient vécu en bonne intelligence

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il faut renoncer à une idée reçue, celle d’une Espagne dans laquelle les trois religions du Livre –chrétiens, musulmans et juifs- auraient vécu en bonne intelligence pendant les premiers siècles de la domination musulmane, puis dans l’Espagne chrétienne des XII éme et XIII éme siècles. La tolérance suppose l’absence de discrimination à l’égard des minorités. Ce n’est pas le cas dans l’Espagne musulmane, ni plus tard de l’Espagne reconquérante. Les maîtres du pays ont toujours été convaincus de la supériorité de leur foi. Juifs et mozarabes n’ont jamais été que des sujets de seconde catégorie. »

Joseph Pérez, Histoire de l'Espagne

23:33 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La source des Droits de l'Homme n'est pas la loi de Dieu ni la loi du Congrès, mais la Loi de l'Identité...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La source des Droits de l'Homme n'est pas la loi de Dieu ni la loi du Congrès, mais la Loi de l'Identité. Toute chose est ce qu'elle est, et l'Homme est un homme. Les Droits sont les conditions d'existence nécessitées par la nature de l'homme afin que celui-ci vive décemment. Dès lors que l'homme doit vivre sur terre, il a le droit de se servir de sa conscience rationnelle, il a le droit d'agir librement d'après son propre jugement. Il a le Droit de travailler conformément à ses propres valeurs et de disposer du produit de son travail. Si ce qu'il veut c'est vivre sur terre, il a le Droit de vivre comme un être rationnel : la nature même lui interdit l'irrationalité. »

Ayn Rand, Atlas Shrugged

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/06/2013

L’attitude actuelle de l’Europe est parfaitement infâme...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Au nom de ce même Dieu dont je parle sans cesse, ne vous emballez pas trop sur les Grecs. Il n’y a pas au monde un peuple moins intéressant, et tout le bruit qu’on fait autour d’eux n’est qu’une vile blague. Je refuse absolument de compatir à ces schismatiques, habitants d’une terre vouée, depuis trois mille ans, à tous les démons, et dont les ancêtres au moyen âge ont fait rater toutes les Croisades. Leur histoire n’est qu’une traînée de pourriture et de sang.

L’attitude actuelle de l’Europe est parfaitement infâme, sans doute ; mais ne remarquez-vous pas que tout ce potin grec est surtout en vue de faire oublier l’Arménie, dont l’épouvantable massacre n’a ému aucun de nos chevaleresques étudiants, qui parlent aujourd’hui de se faire tuer pour la Grèce et qui seraient fort embêtés si on les prenait au mot ?

Pourtant, savez-vous ce que c’est que l’Arménie ? C’est le pays le plus mystérieux du monde, le lieu choisi pour la Réconciliation. C’est là que le déluge prit fin et que recommença la multiplication humaine.

Depuis une dizaine de siècles, au moins, il n’y a jamais eu qu’une Question d’Orient, question à triple face et à triple tour. Extermination ou du moins expulsion des Musulmans, extermination des Grecs et conquête du Saint-Sépulcre. Tout le reste est imbécillité ou mensonge.

Mais que penser de ce Pape qui s’occupe de politique parlementaire pendant qu’on débite par petits morceaux deux ou trois cent mille chrétiens en Arménie ? Ah ! il faut avoir une foi robuste et ne vraiment compter que sur Dieu. »

Léon Bloy, Lettre à Henry de Groux, le 14 janvier 1897, repris dans son "Journal" de la même année

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les intellectuels tournent de l’œil facilement... C’est qu’aussi ce sont des intellectuels...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J’ai tâché de trouver la mesure, ce qui ne m’a pas épargné les faux pas. La grande difficulté est celle-ci pour un artiste qui veut s’engager dans son opinion. Pour bien savoir ce que vaut cette opinion qui le tente, il lui faut s’engager dans une action. Or, entre une opinion toute pure, toute logique, toute belle et l’action qui l’incarne, il y a autant de différence qu’entre une vierge et une femme cabossée par dix accouchements. Si vous n’avez point chevillé au corps un véritable amour pour quelque chose dans cette opinion – cela pourra ne pas être son principe, mais l’un de ses aspects secondaires, qui botte particulièrement votre sensibilité – vous tournerez de l’œil devant les métamorphoses de votre fiancée. Les intellectuels tournent de l’œil facilement dans ces cas-là ; ou bien ce sont de petits intrigants qui se moquent bien de la fiancée et ne souhaitent que de tirer des sous de la dame cabossée. Les intellectuels tournent de l’œil facilement... C’est qu’aussi ce sont des intellectuels. Je n’aime pas beaucoup les intellectuels, j’aime mieux les artistes. Un artiste, c’est un homme qui sait que la vie, ça ne va pas tout droit – ce qui n’empêche pas de travailler. Un artiste n’est jamais content de ce qu’il a fait ; il pardonnera donc beaucoup aux hommes d’action qui ont pris en main son opinion, qui se sont chargé de la faire vivre dans le siècle, qui l’on épousée. Il sera d’autant plus indulgent qu’il risque beaucoup moins qu’eux. Certes, c’est le métier des hommes d’action de risquer leur peau, comme c’est celui des hommes de guerre. Et, d’autre part, moi qui fait du journalisme politique, je peux très bien finir au poteau... Non, mon vrai risque, c’est d’écrire de mauvais livres. Si je suis fusillé, ce sera comme tant d’autres. »

Pierre Drieu La Rochelle, Article de Journal dans "Je suis partout", 12 juin 1937


07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/06/2013

Par la machine, l’homme s’éloigne de plus en plus de son corps et de la nature...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

Si Pierre Drieu La Rochelle avait totalement saisi la profonde signification de ce qu'il écrit là, jamais il ne se serait engagé dans la néfaste collaboration avec l'occupant nazi qui l'a conduit au suicide suite, très certainement, à la compréhension apocalyptique de son erreur.

Il n'y a, en effet, rien de plus machinique que le nazisme, le fascisme, le communisme... et de nos jours l'Islam, suivi de près par les démocraties occidentales étatistes et Keynésiennes nées de la Révolution Française et de la Face Sombre des prétendues Lumières... 

 

« Par la machine, l’homme s’éloigne de plus en plus de son corps et de la nature. Il s’engage dans une spéculation terre à terre, dans une mythologie de plus en plus confinée à la surface des objets, dans une idolâtrie, un fétichisme sans frémissement. La machine engendre la machine, et la multiplication des objets qu’on dit utiles fait une inutilité énorme, terne, morne, sans rayonnement, un encombrement destructeur. »

Pierre Drieu La Rochelle, Notes pour comprendre le siècle


16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Notre seule plénitude, c’est une civilisation vue de loin, où les joies et les chagrins se mêlent...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les gens ne savent plus s’ils doivent encore travailler ou ne plus rien faire. Ils ne savent pas s’ils doivent jouir ou s’abstenir. Je dis qu’individus épuisés, ils ne peuvent plus jouir que des grandes figures de l’esprit dessiné par le corps social. Regardez les abeilles, les fourmis, que pouvons-nous faire d’autre ? Notre seule plénitude, c’est une civilisation vue de loin, où les joies et les chagrins se mêlent. Il n’en reste que le dessin. Tout est dans le dessin. La qualité. La qualité se retrouvera, le jour où la quantité sera limitée. »

Pierre Drieu La Rochelle, Socialisme Fasciste


07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/06/2013

L’indispensable prise de possession de son propre destin

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je me rappelle avoir entendu un jour un président du Conseil expliquer la situation, dans la quiétude peu croyable de son grand cabinet Louis XV. Il répéta pendant une heure : "ils ne comprennent pas ceci, ils ne font pas cela, ils..." J’avais envie de lui crier : "Mais enfin, qui ils ? C’est vous le chef, c’est vous qui êtes au centre, ils ne disent et ne font que ce que vous ne les empêchez pas de dire ou de faire. Dites : Je". Il ne dit "je" qu’une fois : "Je m’en f...". Eh bien, évidemment, ce "président", qu’il eût été éduqué dans une école primaire ou dans un lycée, qu’il fût passé par l’Ecole normale ou par Polytechnique, n’avait jamais entendu parler de cette sainte vertu qu’on appelle Responsabilité. On l’avait bourré de notions sur la géographie ou sur la prosodie d’Homère, sur les mathématiques pures ou sur la physique la plus théorique, mais aucun de ses maîtres ne s’était occupé de mettre dans les muscles et les nerfs de son corps, dans les réflexes de son âme l’indispensable prise de possession de son propre destin et de celui des autres hommes qu’est pour un homme le prononcement sérieux et conscient de ce maître-mot : Je. »

Pierre Drieu La Rochelle, Ne plus attendre


16:05 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Que m’importe de n’avoir pas vu le Parthénon ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Que m’importe de n’avoir pas vu le Parthénon ? C’est le chef-d’œuvre d’un Grand Siècle. Le Ve avant Jésus-Christ, c’est comme le XVIIe, le Parthénon c’est Versailles. Aujourd’hui quelle leçon pouvons-nous prendre à Versailles ? Nous redevenons des Barbares, en mal de formes neuves et inconnues ; aussi ce qui nous attire dans l’histoire, ce sont les premiers mouvements. Certes, je ne suis pas dupe, je sais bien que la faiblesse des contemporains, qu’ils soient européens, indiens ou chinois, n’est pas plus capable d’imiter les rudiments primitifs que l’exquise complexité de l’achèvement. Mais près de retomber dans le creuset obscur, penchés sur le prochain abîme, nous rêvons des germinations de demain à travers les effondrements et les pourritures qui nous entraînent. Nous sommes à bout de souffle, rien ne renaîtra plus de nous dans les formes que nous connaissons, la force de création ne reprendra en Europe qu’après de terribles dissolutions ; mais alors que le fleuve de notre civilisation est près de déboucher dans la mer qui noie tout, parcourant d’un trait le cycle récurrent des évaporations, des nuages et des pluies, notre imagination se rejette vers les sources d’où sortira le fleuve nouveau. Je rôde autour des abîmes parce que je sais que j’y retombe et que j’en ressortirais... »

Pierre Drieu La Rochelle, Une femme à sa fenêtre


07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/06/2013

Tout est honteux, rampant, lent...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le courage est devenu peur, et quand on voit encore du courage, ce n’est plus que la peur qui se hérisse. Chacun a peur de tous et tous ont peur de chacun. Tout est honteux, rampant, lent. Tout va trop lentement et soudain tout va trop vite et il y a un choc si violent qu’on ne sent plus rien. A ce moment-là, on ferait n’importe quoi. Et puis, recommence la lente fièvre de tous les jours. Cette maladie qui est dans la nation l’a divisée, elle a tant envenimé certains hommes qu’elle les a retournés contre les autres. »

Pierre Drieu La Rochelle, Charlotte Corday

15:50 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Chaque héros nourrit dix grands artistes...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La musique a besoin de grandes formes qui se lèvent sur l’horizon. Shakespeare doit tout à Elisabeth, et Goethe n’aurait pas fait le second Faust s’il n’avait pas eu sous les yeux la Révolution française. Donnez-nous de grands hommes et de grandes actions pour que nous retrouvions le sens des grandes choses. Chaque héros nourrit dix grands artistes ; Goethe et Hugo se sont trempés dans le sang versé par Napoléon. »

Pierre Drieu La Rochelle, L'homme à cheval

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/06/2013

Le fléchissement de notre pouvoir créateur

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« A l’intérieur de la civilisation libertaire et industrielle, sur cette planète toute gagnée à cette mode, toute engagée dans ce pari moderne, il faut lutter contre tout ce qui attaque l’esprit créateur, contre tant de nouveautés qui étaient belles hier, qui sont déjà laides aujourd’hui. La stérilité, l’onanisme, l’inversion sont des maux spirituels. L’alcoolisme, les drogues sont le premier degré qui mène à cette défaillance de l’imagination, à cette décadence de l’esprit créateur, quand l’homme préfère subir que s’imposer. Le sport mal compris, contaminé par l’argent, réduit à des simulacres de cirque entre professionnels pour nourrir le cauchemar de foules inertes, le militarisme, sont des perversions de l’instinct de lutte, du goût antique et sain pour la destruction et le sacrifice. La fabrication en séries, le renoncement au travail des mains qui sont des outils de l’esprit, l’abandon aux machines du pouvoir de l’homme sur la matière manifestent, comme l’onanisme, le fléchissement de notre pouvoir créateur. »

Pierre Drieu la Rochelle, Mesure de la France


15:45 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Et peut-être ce que j’appelle France, demain se prononcera autrement...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je peux dire que j’aime les Français. Ils bénéficient tous à mes yeux de la même faveur. C’est ainsi qu’on aime les femmes, et parmi elles des brutes, des lâches, des goinfres. Mais je ne les aime pas tant parce que leur génie est tel et tel, mais parce que ce sont les hommes au milieu desquels j’ai vécu. Et si notre nation, par suite de pittoresques catastrophes toujours prévisibles dans l’Histoire, quittait cette contrée-ci pour aller camper ailleurs, au bout de quelques siècles le génie de mes camarades changerait sous le charme d’un autre horizon ? Mais je puis anticiper ma fidélité à ceux qu’ils deviendraient ; car dans les êtes aimés, on aime tout ce qu’ils sont, chacune des particularités par quoi ils se rendent sensibles et aussi un point abstrait comme nous aimons en nous-mêmes. La France imperceptiblement se métamorphose dans nos bras, sans qu’il y ait brusque rupture des mille liens dont chacun est accidentel et insuffisant, mais dont semble se former tout notre attachement. Et peut-être ce que j’appelle France, demain se prononcera autrement. »

Pierre Drieu la Rochelle, Etat civil


07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook