Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2014

The first lesson of economics...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves Libérales"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves Libérales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/09/2014

Ceci n'est plus une femme...

=--=Publié dans la Catégorie "Gender..."=--=

 


Cliquez sur la photo

20:00 Publié dans Gender... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Pour Michel Onfray ? Oui, mille fois

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Dans son édition devenue fameuse du 22 octobre 1932, le Völkischer Beobachter (organe de presse du Parti national-socialiste des travailleurs allemands) publie sous la plume de Thilo von Trotha une analyse du Travailleur d’Ernst Jünger ponctuée par un avertissement solennel : Jünger se rapproche "de la zone des balles dans la tête". Mutatis mutandis, il est à craindre que la situation de Michel Onfray soit comparable à celle de l’auteur des Chasses subtiles. Certes, les Jivaros de Saint-Germain-des-Prés ne manient pas encore le Luger, mais ils apprennent vite.

À défaut de parchemins universitaires, Onfray disposa tout d’abord des trois brevets qui, dans le Paris "intellectuel", ouvrent toutes les portes : de gauche, athée et anti-chrétien. Il avait tout pour plaire ; on le porta donc sur les fonts baptismaux. Las, Michel, que devais-tu faire de ton baptême ? Il se brouilla avec les Saints-Pères des Éditions Grasset et fut dans la ligne de mire de Botul, auprès duquel von Trotha passerait presque pour un plaisantin.

Michel Onfray – quel ingrat – persista ensuite à suivre ses chemins de la liberté qui, manifestement, ne croisaient pas ceux de Poulou. Il aggrava donc son cas. Il publia dans Le Point du 7 juin 2012 un plaidoyer pour l’admirable Jean Soler, bien connu des services de police de la pensée dont les fiches sont à jour et, plus récemment, commit quelques tweets douteux dont : "Et si, à l’école, au lieu de la théorie du genre et de la programmation informatique, on apprenait à lire, écrire, compter, penser ?" mais, aussi, "Les couvertures de la presse de droite contre Najat VB ? Du droit pour la presse de droite à l’outrance qu’utilise la presse de gauche." Non mais, on croit rêver ! Pour qui se prend-il, le Normand vichyste ? Misère de la province, des binious et des terroirs, comme des élégants l’écrivirent jadis dans feue la revue Globe, qui nous manque tant.

Mais l’animal s’est montré encore plus sauvage (j’ai l’air de le dénoncer à la Kommandantur, je sais, mais on ne se refait pas, c’est mon côté agricole) : dans un très bel entretien avec notre confrère Philippe Bilger, pour Figaro Vox, Onfray cite élogieusement Spengler, Jünger, Toynbee, Julien Freund. Là, les bras m’en tombent : à quand Julius Evola, voire, pour les plus téméraires, Alain Finkielkraut ?

Avec Michel Onfray, c’est comme avec la crise ou François Hollande : on croit avoir touché le fond, mais non, le sol se dérobe toujours plus profondément. Ne voilà-t-il pas qu’il consacre sa chronique mensuelle du mois de septembre, sur son site, à la "tyrannie démocratique", lecture presque émerveillée de la critique platonicienne de la démocratie ? En vertu de ce si beau proverbe occitan, raça raceja (que l’on pourrait traduire par "bon sang ne peut mentir"), Michel Onfray s’est sans doute souvenu de Charles Péguy pour qui "c’est qu’il n’y a que d’être peuple, encore, qui permette de n’être pas démocrate".

En tout cas, lorsque je lis Michel Onfray, je pense toujours à Péguy et à Camus, auxquels il ressemble tant parce que demeure en lui un petit garçon français pauvre, un petit garçon de province — peu importe qu’elle soit normande, beauceronne ou algérienne — que sa fidélité et son honneur lui interdisent d’oublier. Et comme tous les petits garçons français pauvres, il a gardé un fond de sérieux, dans la vie et dans les textes, une gravitas — si noble vertu romaine — vers quoi les histrions qui le condamnent ne peuvent même pas envisager, un jour, de tendre.

Pour Michel Onfray ? Oui, mille fois.

--------------------

Source : Rémi Soulié pour Boulevard Voltaire

--------------------

 

 

18:09 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Welfare State...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves Libérales"=--=

 


Cliquez sur la photo...

18:00 Publié dans Brèves Libérales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Like a lady...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

11:15 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'Etat pour serviteur et non pour maître...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves Libérales"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves Libérales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/09/2014

Ceci n'est plus une femme...

=--=Publié dans la Catégorie "Gender..."=--=

 


Cliquez sur la photo

20:00 Publié dans Gender... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Worldwide Socialism...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves Libérales"=--=

 


Cliquez sur la photo...

18:00 Publié dans Brèves Libérales | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'objectivité élevée, claire, à la vue aussi profonde que douce

=--=Publié dans la Catégorie "Friedrich Nietzsche"=--=

 

« S'il advient réellement que l'homme juste demeure juste même envers celui qui lui inflige un dommage (et non pas simplement froid, mesuré, étranger, indifférent : être juste est toujours une attitude positive), si l'objectivité élevée, claire, à la vue aussi profonde que douce, de l'œil juste, jugeant ne se trouble pas même sous le coup de boutoir de l'offense, de la raillerie, de la suspicion personnelles, eh bien, c'est là une parcelle de perfection et de suprême maîtrise sur terre, - voire même quelque chose que l'on doit avoir la sagesse de ne pas attendre ici, à quoi en tout cas on ne devrait pas croire trop facilement. »

Friedrich Nietzsche, La "faute", la "mauvaise conscience" et ce qui lui ressemble, in La généalogie de la morale

 

16:00 Publié dans Friedrich Nietzsche | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

If a woman is upset...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

11:15 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les preuves vibrantes de la vie, l'apothéose de toute douleur, de toute solitude

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Travaillez, mais travaillez en poète. Ne vous dites jamais : la poésie est un don, qui me sera peut-être refusé. Agissez, devant les livres, devant la vie comme si vous étiez une poétesse, déjà, et vous verrez que rien ne vous sera refusé. Quand un texte vous émeut, souvenez-vous de cette émotion, c'est vous-même : enrichissez-vous de cette révélation, faites-en un sens pour adhérer à tout ce qui vous touche.
Ce n'est pas là une consigne obscure : quand une rencontre, un instant heureux, ont fait battre un peu votre coeur, ajoutez-vous-les, emmenez-les avec vous, rendez-les présents à des émotions nouvelles. Devant un tableau, dont la beauté vous apparaît, ramenez à vous ce souvenir, qui - remarquez-le - vous enveloppe, au lieu de se tapir en vous.
Vivre est un enchantement, quel que l'on soit devenu. Mais vivre est plus beau encore quand on a, comme vous, le privilège d'incarner cette vie... de ne rien peser aux regards.
Et maintenant, je vais reprendre mon air grave et vous reparler de ces poètes que vous allez, un à un, découvrir. Je profiterai des éclaircies qui s'ouvrent dans mes jours pour vous approcher de tous ces écrivains, qui ne sont pas des écrivains, ne l'oubliez jamais - ou qui ne sont tels qu'accessoirement. Ils sont les preuves vibrantes de la vie, l'apothéose de toute douleur, de toute solitude. Le langage n'est pas une vaine suite de mots, il est l'atmosphère même de l'âme ; une aube qui s'élève, non pas du sol, mais de ce que la terre ouvre en nous, au flanc sombre du regard. »

Joë Bousquet, Lettres à une jeune fille

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'argent des autres...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves Libérales"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves Libérales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/09/2014

Fabius... un cas d'école !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

Il paraît qu'il ne faut plus dire "Etat Islamique", mais "Daesh"...

Que signifie Daesh ? "Dowlat al-Islamiyah f'al-Iraq wa Belaad al-sham", c’est-à-dire, en arabe : "l'État islamique en Irak et au Levant" (EEIL). Donc, dites "Daesh" si ça vous chante, ça signifie exactement la même chose.

Ces gens-là, je veux dire ceux qui nous organisent cette sinistre propagande, sont magnifiques ! De vrais leaders !


Cliquez sur la photo...

Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique... Etat Islamique...

23:19 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

France Culture (1955) : Joë Bousquet

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

et

 

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

22:26 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une sensibilité absurde...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

21:52 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook