Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2016

La permanence des mentalités profondes

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Civilisation, culture, tradition, sont des notions voisines au point d’être interchangeables dans le langage courant. La culture est première dans l’ordre chronologique de la fondation. Elle se rapporte à la permanence des mentalités profondes. Elle est créatrice de sens. La civilisation est une culture qui a reçu une forme historique, créatrice d’un ensemble de qualités propres dans l’ordre matériel, intellectuel, artistique et moral. La tradition est l’âme d’une culture et d’une civilisation. »

Dominique Venner, Un samouraï d’Occident

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Sous forme d'azote

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L'autre jour, un hussard bleu bien informé m'a glissé dans l'oreille que nous retournerions à la terre sous forme d'azote, après notre mort. Cette solution ne me convient nullement. Je n'ai jamais rien compris à la chimie. Par contre j'étais premier en catéchisme. »

Roger Nimier, Le Hussard bleu

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/05/2016

Des valeurs plus solides...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il était mort. François le coucha sur l'herbe, fouilla ses poches. Elles contenaient trois carnets de chèques et une fortune en billets de cinq mille, dix mille et cinquante mille francs. François replaça toute cette paperasse dans les poches du mort. "Nous allons avoir besoin désormais, dit-il à voix basse, de valeurs plus solides." »

René Barjavel, Ravages

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Sublime...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les êtres nobles aiment rarement la vie, ils lui préfèrent les raisons de vivre, et ceux qui se contentent de la vie sont toujours des ignobles. La vie qu'a-t-elle de si désirable, lorsqu'elle n'est sublime ? »

Albert Caraco, Post Mortem

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Hypertolérance et hyperprotection

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le terrorisme est une réaction intolérante à l’hypertolérance de nos sociétés, comme le viol peut être une intolérance à notre tolérance sexuelle sans limites (son taux croît avec le taux de libération sexuelle, ce qui est paradoxal). C’est la violence de deuxième génération — réaction à l’absence de violence. Ainsi des maladies de deuxième génération (cancer) : elles sont une réaction à l’hyperprotection des corps. »

Jean Baudrillard, Cool Memories

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/05/2016

La guerre est inhérente à l’Islam

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La guerre est inhérente à l’Islam. Elle est inscrite dans sa doctrine, elle est tantôt un fait de civilisation, tantôt un fait religieux mais ne peut pas en être séparée. Elle est cohérente à la conception même de Dar al ahrb, le monde entier ayant la vocation d’être islamisé par la conquête arabe. La preuve de ceci n’est pas seulement théologique, elle est historique ; à peine la religion musulmane a-t-elle était prêchée, aussitôt et comme conséquence immédiate, la conquête militaire commence. De 632 à 651, en vingt ans après la mort du Prophète c’est une fulgurante guerre de conquête, invasion à l’ouest de l’Egypte et de la Cyrénaique, au centre du reste de l’Arabie, à l’est de l’Arménie, de la Syrie, de la Perse. Dans le siècle qui suit, la totalité de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, et à l’Est jusqu’à l’Inde et au Turkestan. Tout cela non par la vertu et la sainteté mais par la guerre. »

Jacques Ellul, La subversion du christianisme

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La beauté...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La beauté n’est pas affaire d’argent ni de consommation. Elle réside en tout et surtout dans les petits détails de la vie. Elle est offerte gratuitement par la nature : poésie des nuages dans un ciel léger, crépitement de la pluie sur une toile de tente, nuits étoilées, couchers de soleil, premiers flocons de neige, premières fleurs du jardin, couleurs de la forêt. »

Dominique Venner, Un samouraï d’Occident

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Réduire à une définition analytique simple une réalité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’idéalisme individualiste et bourgeois, le déterminisme collectiviste de Marx, opposés dans leurs conclusions, sont apparentés par leur singulier monisme dans l’explication de l’histoire, par leur manie de réduire à une définition analytique simple une réalité qui nous est donnée comme originellement complexe, comme originellement en état de lutte et d’équilibre. »

Thierry Maulnier, La Crise est dans l’homme

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Eveiller le sentiment de la justice chez le criminel

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Comme le musicien éveille le sentiment du beau par les sons, de même le système pénal doit savoir éveiller le sentiment de la justice chez le criminel par la douleur, ou même, le cas échéant, par la mort. Comme on dit de l'apprenti qui s'est blessé que le métier lui entre dans le corps, de même le châtiment est une méthode pour faire entrer la justice dans l'âme du criminel par la souffrance de la chair. »

Simone Weil, L’Enracinement

 

09:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'abolition des partis politiques

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La solution pratique immédiate, c'est l'abolition des partis politiques. La lutte des partis, telle qu'elle existait dans la Troisième République, est intolérable ; le parti unique, qui en est d'ailleurs inévitablement l'aboutissement, est le degré extrême du mal ; il ne reste d'autre possibilité qu'une vie publique sans partis (…) ; ils n'auraient jamais cru possible qu'un représentant du peuple pût abdiquer sa dignité au point de devenir le membre discipliné d'un parti. »

Simone Weil, L’Enracinement

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/05/2016

Un état d'esprit...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Être blanc, à mon sens, ce n’est pas une couleur de peau. Mais un état d’esprit. »

Jean Raspail, Le Camp des Saints

 

23:43 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/04/2016

Indifférent au sort du monde

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ne pas dire un mot de toute une journée, ne pas avoir de journal, ne pas entendre la radio, ne pas écouter de commérages, s'abandonner absolument, complètement, à la paresse, être absolument, complètement, indifférent au sort du monde, c'est la plus belle médecine qu'on puisse s'administrer. »

Henry Miller, Le colosse de Maroussi

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Grâce irrésistible de la force

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La désinvolture, grâce irrésistible de la force, est une forme particulière de l'allégresse ; à vrai dire, ce mot, lui aussi, comme tant d'autres de notre langue, a besoin d'être restauré. L'allégresse fait partie des puissantes armes mises à la disposition de l'homme; il la porte comme une divine armure avec laquelle il peut affronter les terreurs mêmes de l'anéantissent. De cette force radieuse qui se perd dans les rosées du matin de l'histoire, la désinvolture, jusque bien avant dans les siècles, fut comme le rejeton nourri dans les nobles maisons. Et qu'est-ce, sinon leur propre mythe, qui saisit les peuples devant un tel spectacle ? »

Ernst Jünger, Le Coeur aventureux

 

13:05 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Comme des êtres à qui manque l'équilibre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Arrivés dans de telles époques, nous vacillons et nous trébuchons comme des êtres à qui manque l'équilibre. Nous tombons de la joie obscure à la douleur obscure, le sentiment d'un manque infini nous fait voir pleins d'attraits l'avenir et le passé. Nous vivons ainsi dans des temps écoulés ou dans des utopies lointaines, cependant que l'instant s'enfuit. »

Ernst Jünger, Sur Les Falaises de Marbre

 

10:30 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Clôturer le jardin d'Eden

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les autorités soviétiques consacraient beaucoup d'efforts à prouver à leur peuple qu'il habitait au paradis, on comprend qu'elles aient tenu à clôturer le jardin d'Eden au cas où les occupants auraient eu le désir d'aller voir ce qui se passait de l'autre côté — en enfer. »

Sylvain Tesson, L'Axe du loup

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook