Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2019

Découragement...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Ceux qui seraient tentés de céder au découragement doivent penser que rien de ce qui est accompli dans cet ordre ne peut jamais être perdu, que le désordre, l'erreur et l'obscurité ne peuvent l'emporter qu'en apparence... »

René Guénon, La crise du monde moderne

 

 

22:48 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/04/2019

Un inconditionnel des pétasses

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Ô combien de fois ai-je arpenté ainsi cette longue artère du sang parfait, combien ai-je bien assisté à toutes les danses, avec les négresses qui ne racolent jamais, les jeunes éteintes, les bovines, les ovines, les porcines, les nitroglycérines ! Les ballonnées, celles qui ont beaucoup vécu, pas assez, les salopes fatiguées, les mépriseuses, les attachées de détresse, un vrai décor... Un jour, assez jeune, je n'y tenais plus, il a fallu que je goûte: une brune nue sous sa robe rose avec une peau d'éléphant... Quelle déception ! Vous montez l'escalier ça va encore, arrivé en haut, ça commence à flancher, dans la pièce vous êtes foutu, elle vous lave la pine, c'est fini. Rien de plus froid : on aurait dit une infirmière : elle m'a couché sur la serviette du matelas, elle m'a branlé, la tête ailleurs, comme une mayonnaise, avec interdiction de lui toucher les nibards... Très fonctionnaire, garde-malade, cuisinière presque. Une fois stable, elle vous exige une capote et vous introduit elle-même dans un vagin qui semble ne pas lui appartenir, sec et acide, immobile... Vous ahanez jusqu'à ce que sperme s'ensuive. C'est bien pitoyable... Quinze sacs pour me faire laver le bout ! C'est exagéré !

Pourtant, je suis comme Michel Simon un inconditionnel des pétasses. Ce sont mes fées. Tout ce qui peut rabaisser l'homme me plaît. Tout ce qui peut faire trembler d'un geste le plus grand crâneur m'enchante. J'aime chez les putes ce qu'elles doivent penser des hommes. »

Marc-Edouard Nabe, Au régal des vermines

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le sommet de la Création

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Le Salut par les Juifs"=--=

 

 

« Il faut se souvenir que, pour le judaïsme, la matière n'est pas considérée comme inférieure ; dans une certaine mesure, elle constitue même, tout au contraire, le sommet de la Création. Elle est source d'émerveillement parce que, paradoxalement, son existence même semble occulter le divin ; c'est donc nécessairement lui qui a voulu la créer. On peut la comparer à une onde née de la rencontre de la révélation et de l'occultation ; c'est pourquoi, en dépit de sa finitude, la matière est le lieu de la plus grande concentration de la révélation de l'Infini dans le monde. Notre monde est le plus limité de tous les mondes. Cependant, pour subsister comme être séparé et indépendant, il faut nécessairement qu'une énergie infinie s'exerce sur chacune de ses particules. C'est bien pourquoi toute action qui oriente la matière en direction de la sainteté a une valeur bien plus grande qu'une action entreprise dans le monde de l'esprit. Du fait que tous les mondes se focalisent sur la matière, chaque geste, chaque mouvement qui s'y produit, si infime soit-il, a plus d'effet que les mouvements de la vie de l'esprit ou même des mondes supérieurs à l'esprit. C'est que la fonction de la Mitsvah, en s'efforçant d'informer le monde matériel, de le changer, de le tourner vers la sainteté, consiste à libérer d'immenses forces qui produisent des ondes de choc depuis notre monde jusqu'aux mondes supérieurs. Voila pourquoi la signification d'une action sainte qui s'exerce sur le monde matériel dépasse largement tout ce qui serait accompli dans le strict domaine de la pensée et de l'émotion. Ainsi s'explique que la Torah et les Mitsvot se référent essentiellement au monde matériel : il est le véritable secret de la Création, la concrétisation de la quintessence de l'idée divine. Aussi bien, toute modification, ou toute correction, du monde de la matière entraîne-t-elle des mutations sans fin dans l'ensemble des mondes. »

Adin Steinsaltz, La rose aux treize pétales

 

 

07:00 Publié dans Le Salut par les Juifs, Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/04/2019

Ethnomasochisme et collaboration

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le principal projet politique des Verts en Europe, c'est l'ouverture généralisée à toute immigration. En Allemagne, ils ont obtenu en 1998 du gouvernement du triste Schröder la naturalisation quasi-automatique, avec droit de double nationalité, des étrangers installés depuis huit ans, remplaçant ainsi le droit du sang par la dangereuse formule française, supposée supérieure, du droit du sol. "Les Verts allemands déplorent surtout, note Jean-Paul Picaper dans Le Figaro (16/11/1999), que les socialistes limitent l'immigration". 

En matière d'ethnomasochisme et de collaboration avec les colonisateurs de l'Europe, les Verts allemands sont les meilleurs. Mais grâce au trotskiste Cohn-Bendit, Dany-le-Rouge repeint en vert, ils ont fait des émules en France. 

Au cours de la campagne pour les européennes de 1999, l'ouverture des frontières à toute immigration et la régularisation des clandestins étaient au centre des exigences de Cohn-Bendit, Noël Mamère et Dominique Voynet, des pressions qu'ils exerçaient sur Jospin, et de leur stratégie de "fascisation" du pauvre Chevènement. 10% de propositions pour défendre l'environnement, 90% pour défendre les immigrés, 0% contre le chômage et la paupérisation. »

Guillaume Faye, La colonisation de l'Europe

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le nucléaire, l'énergie à ce jour la moins polluante

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le désastre du pétrolier Erika nous le rappelle : l'énergie pétrolière est la plus polluante du monde. Pourtant, les pseudos-écologistes réservent leurs foudres au nucléaire, l'énergie à ce jour la moins polluante ! La raison : le pétrole est une des bases économiques de l'hégémonie américaine et des moyens financiers des Etats musulmans; et puis le nucléaire assurerait l'autonomie énergétique européenne, qui est vue d'un très mauvais oeil. Il y a donc alliance objective entre Verts trotskistes, intérêts américains et Etats musulmans.

  L'énergie nucléaire a été diabolisée en Europe, parce qu'elle évoque la "bombe atomique" et Hiroshima. Encore un des syndromes de la pensée magique. Pourtant, cette énergie s'avère la moins sale de toutes, la moins dangereuse, contrairement au babil des propagandes et ... malgré Tchernobyl.

L'énergie nucléaire est parfaitement respectueuse de l'environnement, si elle est bien maîtrisée. Les centrales thermiques classiques ou les barrages hydroélectriques (comme celui qu'on édifie en Guyane) polluent massivement l'atmosphère ou détruisent forêts et couvertures naturelles. 

Sauf accident, une centrale nucléaire n'est pas nocive. Depuis 1950, les très rares accidents nucléaires (Three Miles Island, Tchernobyl, Fukuyawa, etc) ont causé mille fois moins de dégâts que les accidents pétroliers. Un seul exemple: les Verts allemands se sont massivement mobilisés contre le transport de produits nucléaires de France vers l'Allemagne ou vers le Japon, alors qu'aucun incident ne fut jamais signalé. Mais silence radio sur les accidents et dégâts innombrables provoqués par le transport par route ou par oléoduc des produits pétroliers! Les précautions qui entourent la production nucléaire sont dix fois plus rigoureuses que celles prises par les pétroliers. Mais l'industrie pétrolière est au centre de la logique militaro-industrielle américaine et elle génère d'énormes sources financières dont bien des gens bénéficient, y compris objectivement Greenpeace et les Verts. 

A la suite de la stupide décision allemande, sous pression des trotsko-écolos américanophiles et islamophiles du gouvernement Schröder, d'abandonner l'énergie nucléaire, Claude Allègre, ancien ministre de l'Education nationale, déclarait (Le Figaro, 20/07/2000) : "Une fois levée l'hypothèque des déchets, ce que nous ferons d'ici à dix ans, je maintiens qu'au jour d'aujourd'hui, l'énergie nucléaire est la plus sûre et la moins polluante. Car les Allemands ne nous disent pas comment ils vont produire leur énergie. Toutes les sources d'énergie statique recensées rejettent du CO2 dans l'atmosphère, entraînant à terme une dangereuse modification du climat. Je tiens, en ce qui me concerne, à l'indépendance énergétique de la France".
Les énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz) rejettent dans l'atmosphère des millions de tonnes d'oxyde de carbone et d'oxyde d'azote, à la fois cancérigènes (bien plus que les mythiques "radiations" !) et coupables de la destruction de la couche d'ozone comme de l'effet de serre (réchauffement du climat et multiplication des catastrophes climatiques). Rien qu'en France, l'électronucléaire évite le rejet atmosphérique de 78 000 tonnes de poussières, de 1,1 millions de tonnes de NaO2 (dioxyde d'azote), de 2 millions de tonnes de SO2 (dioxyde de soufre) et de 337 millions de tonnes de Co2 (dioxyde de carbone), le gaz le plus polluant et le plus dangereux pour la santé. Grâce au nucléaire, la France a réduit de 70 % les rejets de gaz polluants dus à la production électrique, le reste n'étant plus le fait que des transports automobiles à moteur thermique au pétrole, qui polluent à eux seuls davantage que tous les rejets industriels! Grâce au nucléaire, la France (dont la part de cette énergie dans la production électrique est la plus importante du monde) dégrade moins l'atmosphère que ses partenaires de l'UE: 6,9 tonnes de CO2 par habitant, contre une moyenne européenne de 8,15 tonnes et de 11 en Allemagne. 

Or, le lobby écolo, les "Verts", ont curieusement toujours joué la carte du pétrole, donc de la pollution maximale ! Le premier exemple, c'est évidemment celui du projet, hélas réussi en Allemagne, en Suède et en Italie de l'arrêt de toutes les centrales nucléaires. On les remplacera évidemment par des unités électrogènes au gaz et au fuel, très polluantes. Et les "économies d'énergie", démagogiquement promises par les Verts, ne limiteraient que symboliquement ces émissions. Un deuxième exemple : les Verts -- la catastrophique Mme Voynet -- ont réussi à faire capoter le canal Rhin-Rhône, soi-disant nuisible aux ... paysages. Résultat des courses : pour assurer l'acheminement du fret en croissance de 4% par an entre les bassins rhodanien et rhénan, il faudra recourir aux camions sur autoroutes, le mode de transport le plus polluant, le plus coûteux, le plus dangereux, le plus fragilisant pour la nature. D'ailleurs, jamais les Verts n'ont levé le petit doigt contre le percement d'axes autoroutiers systématiques et souvent inutiles (l'A3 Paris-Troyes, l'A28 Rouen-Tours, toujours vides); en revanche, ils ont protesté contre la ligne TGV Valence-Marseille ... Jamais ils n'ont manifesté le moindre soutien aux projets de "ferroutage" (camions sur les trains). Le transport et l'électricité fondés sur le pétrole : voilà ce que soutiennent objectivement les Verts, imposteurs patentés. 

Il semble probable que les Verts et les lobbies écolos "roulent" pour l'industrie pétrolière et pour les intérêts américains qui y sont étroitement liés. Car les USA comme leurs alliés musulmans producteurs de pétrole ont intérêt à ce que l'Europe abandonne le nucléaire. 

Le lobby pétrolier mondial est globalement menacé par le nucléaire, comme par les modes de transports fondés sur l'électricité. Or l'industrie pétrolière est détenue à 80% par des sociétés anglo-saxonnes. N'oublions pas non plus les champs pétroliers britanniques de la Mer du Nord ... Autre chose: le soutien américain objectif, comme celui de la gauche européenne pro-US, aux musulmans tchétchènes est lié à la volonté américaine de contrôler la route pétrolière des champs de la Caspienne. De même, les principaux producteurs de gaz (Algérie, Indonésie, Asie centrale) sont des pays musulmans. La production pétro-gazière est entre les mains des intérêts américano-musulmans. La généralisation de l'électricité nucléaire en Europe serait pour eux une catastrophe économique. Tant pis pour l'environnement. Et ce, avec la bénédiction des pseudo-écolos, très probablement achetés. 

Leur hargne antinucléaire s'explique aussi par une vision mondialiste de l'économie, qui sert là encore les intérêts américains et permet de fragiliser l'Europe. En effet, le pétrole suppose la dépendance de l'Europe envers des sources extérieures, tandis que le nucléaire repose sur la fourniture de faibles quantités d'uranium aisément disponibles (et dont la Russie regorge). L'idée d'indépendance énergétique de l'Europe leur est insupportable. De même, priver l'Europe d'une compétence nucléaire civile, c'est aussi lui interdire (et notamment à la France) de produire du combustible militaire! Donc de la priver de dissuasion indépendante. Ce qui arrange là encore la géopolitique américaine, mais aussi ses alliés arabo-musulmans. Comme en bien d'autres domaines: écolo-trotskistes-Pentagone-Islam, même combat contre l'Europe. 

Ce qui inquiète nos néo-gauchistes écolos, c'est bien la puissance objective (militaire et économique) comme l'indépendance que le nucléaire offre à l'Europe, ainsi que les retombées technologiques qu'il autorise. Leur combat est cohérent: affaiblir le diable européen (et de nos jours eurosibérien), interdire sa renaissance, censurer ses traditions et sa mémoire ancestrale, désamorcer sa puissance technoscientifique et militaire, noyer son indépendance, corrompre ses moeurs, détruire son germen ethnique par l'immigration. Le volet anti-nucléaire et pro-pétrolier n'est qu'un aspect de cette stratégie très cohérente et multiple dont l'objectif est tout simplement la destruction de l'identité et de la continuité de la civilisation européenne. Les préoccupations écologiques et la protection concrète de la santé publique ne sont que des prétextes en forme de grosses ficelles huileuses de fuel. 

(...) Pour les transports ... on ne peut pas échapper aux moteurs thermiques (avions, navires, locos diesel, etc) mais on peut les limiter. Ce qui n'a jamais été fait sérieusement. Tout s'est passé comme si, faute de recherche et d'investissements sérieux, les énergies de transports alternatives au pétrole, notamment celles qui concernent l'automobile, avaient été systématiquement découragées en dépit de leur évident avenir. 

(...) En cinquante ans d'exploitations des centrales, on n'a connu qu'un seul Tchernobyl, dont les effets négatifs sur la santé publique furent beaucoup moins importants que les colossales émissions de gaz cancérigènes de l'énergie pétrolière, sans compter les marées noires et les dégazages sauvages en haute mer des pétrocargos. L'énergie nucléaire est globalement maîtrisable et améliorable, pas l'énergie pétrolière.

  (...) Pour la production d'énergie électrique, le socle doit donc être le nucléaire, ce qui n'existe pour l'instant qu'en France. Un nouveau type de centrale franco-allemande, encore dans les cartons, permettrait de diminuer d'un quart le coût de l'électricité. Les Verts font tout pour faire capoter ce projet. 

(...) Un peu de bon sens: les pluies acides qui détruisent les forêts, les mineurs engloutis par les coups de grisous, les marées noires qui ravagent les côtes, les cathédrales et les monuments historiques rongés et noircis par les gaz de combustion automobiles, les maladies respiratoires et les cancers provoqués par les aérosols carboniques ou soufreux, la dépendance européenne envers les fournitures et intérêts pétroliers et gaziers américano-musulmans, tout cela ne pèse-t-il pas beaucoup plus lourd que les fantasmatiques dangers de l'électronucléaire ?

  L'écologie est la science de l'environnement naturel et le souci de le préserver dans l'intérêt des sociétés humaines. L'écologisme est une doctrine politique qui a pris prétexte de l'écologie pour poursuivre de tout autres buts. 

Le mot [écologie] vient du grec oïkos, "maison", "habitat". L'impératif écologique est fondamental, non pas tant pour préserver Gaïa, la Planète bleue, (elle a encore quatre milliards d'années devant elle et en a vu d'autres), que pour éviter à l'espèce humaine de se détruire en polluant la biosphère, son cadre de vie. Ce n'est pas la "nature en soi", comme une sorte de concept métaphysique brumeux (et qui, dans l'immensité de l'univers, n'a rien à craindre de l'homme) qu'il convient de protéger, mais l'oekoumène de notre espèce. Celle-ci, et tout spécialement la civilisation européenne, s'est employée dans les temps historiques à dominer et à domestiquer la nature proche, c'est-à-dire l'écosystème terrestre. Mais un bon jardinier ne doit pas faire n'importe quoi, poussé par l'orgueil et l'avidité. Le proverbe : imperat naturam nisi parendo ("on ne commande à la nature qu'en lui obéissant") est bien connu. Le réchauffement de la planète et les catastrophes qu'il provoque déjà prouvent les effets néfastes de la méconnaissance de ce précepte.

  (...) L'écologisme, quant à lui, est une pseudo-écologie. C'est un paravent qui dissimule les idées du cosmopolitisme trotskiste. Les "Verts" s'opposent à l'industrie nucléaire, qui est la moins dangereuse et la moins polluante ; en France comme en Allemagne leur politique globale joue objectivement le jeu du lobby pétrolier. Leur principal souci est de favoriser l'immigration de peuplement en Europe. Imposteurs professionnels. 

(...) Le véritable souci écologique n'est pas de se demander : "comment moins produire pour moins polluer ?", mais : "comment produire mieux en polluant moins ? ».

  (...) La puissance économique européenne est parfaitement compatible avec le respect de l'environnement. A condition qu'une volonté politique sache imposer le choix de l'électronucléaire (source d'énergie la moins polluante), l'abandon progressif de l'économie pétrolière, le ferroutage, l'électrification du transport automobile, le recours aux canaux et à tous les modes de transports non polluants. »

Guillaume Faye, Pourquoi nous combattons

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/04/2019

La jeunesse irréparable

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Au mois de juin, lorsqu'il m'arrive de traverser le Luxembourg, je regarde toujours les jeunes gens et les jeunes filles assis sur les chaises de fer, sous les statues des reines de pierre. Nous avons été pareils à eux, nous avons traîné, par les journées tièdes, nos cahiers d'histoire sous les arbres, nous avons travaillé en plein air, amollis soudain par une bouffée d'air parfumé, devant les enfants autour du bassin, les voiliers, les marchands de coco. Il nous fallait trois, quatre chaises. Nous nous ruinions. Il nous arrivait même d'y dormir à poings fermés, au scandale des gardes municipaux, écrasés par le travail plus que par la chaleur. Mais c'était la jeunesse, la jeunesse irréparable, et les visages ronds et purs, et la buée de la jeunesse autour de nos traits, et toutes les querelles du temps, toutes les curiosités du passé, qui se dissolvaient sous les arbres verts et les statues grises. Je ne passe jamais dans ces lieux enchantés, au long des grosses balustrades, sans me rappeler ces rares après-midi où nous fuyions la classe pour un peu d'air, de liberté et d'étude. Puis, sous les arcades de la cour en puits, nous tournions, en nous tenant par le bras, et en parlant de toute chose connaissable et inconnaissable. Au début du “Protagoras”, alors au programme, Platon décrit les allées et venues des jeunes gens qui écoutent Socrate, à cette heure du point du jour que les Grecs nomment “le matin profond”. Je n'ai jamais oublié ce mot, ni l'exquise description des mouvements d'une jeunesse libre. Nous n'avions pas de Socrate parmi nous, nous n'avions pas le soleil, mais c'était le matin profond pourtant, l'éternel matin profond de la jeunesse. »

Robert Brasillach, Notre avant-guerre

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Léthargie...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Mon cher ami, les gens vraiment superficiels sont ceux qui aiment une seule fois dans leur vie. Ce qu’ils appellent leur loyauté, leur fidélité, je l’appelle, moi, léthargie, routine ou manque d’imagination. La fidélité est dans la vie sentimentale ce qu’est la fixité des idées dans la vie intellectuelle : un pur aveu de faillite. La fidélité ! Il faudra pourtant que je l’analyse un jour. L’amour de la propriété y entre pour une part. Que de choses nous mettrions au rebut, si nous ne craignions pas de les voir ramassées par autrui. »

Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/04/2019

Dans le même cercle, on ne sait jamais que les mêmes choses

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Tout est chimère, la famille, le bureau, les amis, la rue, tout est chimère, et chimère plus ou moins lointaine, la femme.

Mais la vérité la plus proche, c’est que tu te cognes la tête contre le mur d’une cellule sans porte ni fenêtre.

Sans ancêtres, sans mariage, sans descendants, avec un violent désir d’ancêtres, de mariage, de descendants.

Hésitation devant la naissance. Ma vie est hésitation devant la naissance.

On ignore complètement les intentions des personnes qui marchent vite le soir dans une petite ville.

Sa gravité me tue. La tête dans le faux-col, les cheveux disposés dans un ordre invariable sur le crâne, les muscles tendus à leur place au bas des joues…

La danseuse Eduardowa, fervente de musique, circule, en tramway comme partout, accompagnée de deux violonistes qu’elle fait jouer souvent. Car on ne voit pas pour quelle raison il serait interdit de jouer dans un tramway, si toutefois la musique est bonne, agréable aux voyageurs et gratuite, c’est-à-dire si elle n’est pas suivie de quête. Il faut avouer qu’au début, cela ne laisse pas de surprendre un peu et, pendant un petit moment, tout le monde juge cela déplacé. Mais en pleine marche, quand il y a un fort courant d’air et que la rue est silencieuse, l’effet est charmant.

Dans la paix, tu n’avances pas. Dans la guerre, tu perds ton sang jusqu’à la dernière goutte. L’éducation condidérée comme un complot fomenté par les adultes.

Les difficultés que j’ai à parler aux gens viennent de ce que le contenu de ma conscience est absolument nébuleux.

La conque de mon oreille était fraîche au toucher, rugueuse, froide, pleine de sève comme une feuille.

Celui qui, vivant, ne vient pas à bout de la vie, a besoin d’une main pour écarter un peu le désespoir que lui cause son destin -il n’y arrive que très imparfaitement-, mais de l’autre main, il peut écrire ce qu’il voit sous les décombres, car il voit autrement et plus de choses que les autres, n’est-il pas mort de son vivant, n’est-il pas l’authentique survivant? Ce qui suppose toutefois qu’il n’ait pas besoin de ses deux mains et de plus de choses qu’il n’en possède pour lutter contre le désespoir.

Qu’ai-je de commun avec les Juifs ? C’est à peine si j’ai quelque chose de commun avec moi-même.

La vie de société se fait en rond. Dans le même cercle, on ne sait jamais que les mêmes choses.

Mais le bonheur, je ne pourrai l’avoir que si je réussis à soulever le monde pour le faire entrer dans le vrai, dans le pur, dans l’immuable.

Enfin, après cinq mois de ma vie pendant lesquels je n’ai rien pu écrire dont je fusse satisfait, cinq mois qu’aucun pouvoir ne me rendra bien qu’ils fussent tous dans l’obligation de le faire, l’idée me vient de m’adresser à nouveau la parole. Toutes les fois que je me suis réellement interrogé, j’ai toujours répondu à cet appel, il y avait toujours quelque chose à faire sortir de moi, de ce tas de paille que je suis depuis cinq mois et dont il semble que le destin soit d’être allumé en été et de se consumer, plus vite que le spectateur ne cligne les yeux. Si seulement cela pouvait m’arriver ! Et cela devrait m’arriver dix fois, car je ne regrette même pas cette époque malheureuse. Mon état n’est pas le malheur, mais ce n’est pas non plus le bonheur, ce n’est ni de l’indifférence, ni de la faiblesse, ni de la fatigue, ni de l’intérêt pour autre chose, mais alors qu’est-ce donc ? Le fait de ne pas le savoir est sans doute lié à mon incapacité d’écrire. Et cette dernière, je crois la comprendre sans en connaître la cause. C’est qu’en effet, toutes les choses qui me viennent à l’esprit se présentent à moi non par leur racine, mais par un point quelconque situé vers leur milieu. Essayez donc de les retenir, essayez donc de retenir un brin d’herbe qui ne commence à croître qu’au milieu de la tige, et de vous tenir à lui.

Tout ce qui n’est pas littérature m’ennuie et je le hais. »

Franz Kafka, Journal

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les soûlards dégringolaient aux enfers

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Dans un fracas de démons qui s'auréolaient de flammes, de Méduses, et qui vomissaient des monstruosités, les soûlards dégringolaient aux enfers, la tête la première, égoïstes et rougeauds, les uns en des plongeons abrupts, les autres, avec de grotesques bonds en arrière, les uns et les autres parmi une pluie de bouteilles et de symboles des espoirs détruits ; haut, très haut, en un vol presque blanc, dans la lumière qui mène vers le paradis, s'essorant par couples sublimes, l'homme protégeant la femme, protégés eux-même par des anges aux ailes d'abnégation, s'élevaient les sobres. Cependant, tous n'allaient pas par couples, remarqua le Consul. Quelques femmes seules, tout en haut, n'étaient protégées que par des anges. Il lui sembla que ces femmes jetaient des regards à demi jaloux vers le bas, vers leurs maris à la verticale, et que, parmi les visages de ces derniers, certains exprimaient un soulagement évident. »

Malcolm Lowry, Au-dessous du volcan

 

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/04/2019

Un point sacré

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« La Suisse est là pour rappeler d’abord que l’Europe n’est pas une juxtaposition de germanisme et de latinisme, mais une interpénétration inextricable de ces deux courants mythiques… Cette puissance de transfiguration qui, jointe à la puissance de synthèse, fait de la Suisse un symbole insistant des fortunes de l’Europe, un réceptacle abondant des secrets alliages qui assurent sa vitalité. La Suisse est le point de l’Europe, le point de tous les croisements physiques et métaphysiques, le point crucial – ce n’est pas en vain que son emblème est une croix ; c’est donc un point sacré. (…) [il faut] quelque chose qui dépasserait et la Suisse et le Saint-Empire, quelque chose qui conjoindrait avec autant de souplesse et de complexité les esprits germanique, latin et slave-occidental, le génie de l’aristocratie et le génie de la démocratie, le génie fédératif et le génie unitaire … L’Europe est aussi difficile à faire que le fut la Suisse. »

Pierre Drieu la Rochelle, Le Français d’Europe

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Des animaux naturellement politiques

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« On ne fait pas une société avec des individus, mais avec des animaux naturellement politiques, unis préalablement entre eux par le désir de vivre et par l’aspiration de bien vivre, et dont la prudence et l’art institutionnalisent les tendances. La société est antérieure à la personne qui ne peut pratiquement en être que l’effet. Si le christianisme est parvenu à édifier une société de personnes, c’est parce que ces personnes ont reçu la grâce de participer à la vie divine, qui fonde surnaturellement leurs relations mutuelles. En ce sens, l’Eglise est la seule société qui soit postérieure à la personne. Il n’y en a pas d’autre. Il ne peut y en avoir d’autre. Elle seule est ordonnée au salut surnaturel de la personne qui possède la grâce. »

Marcel De Corte, De la prudence, la plus humaine des vertus

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/03/2019

L'antisémitisme justifié mis à la portée de tous...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 

10:12 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/03/2019

Tous ces fous...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le mépris...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 


Cliquez sur la photo...

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/02/2019

Lorsqu'ils vous disent n'avoir aucune morale, il faut les croire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le ricanement nigaud aura vraiment été notre grande affaire, le ricanement en tant que valeur démoniaque. A côté de ceux qui feignent d'être cyniques, ce qui est déjà un peu pénible, il y a ceux qui ne feignent pas de l'être, ceux qui le sont vraiment, en toute simplicité nihiliste ; leur sentiment d'impunité autant que d'irresponsabilité est total, et porté si haut que lorsqu'ils vous disent n'avoir aucune morale, il faut les croire, ils ne mentent pas : dès que vous aurez le dos tourné, ils seront douze à vous poignarder ; et vous serez à peine mort qu'ils sableront le champagne. voilà les seules valeurs que notre époque aura aimées et défendues, voilà les types au-dessus desquels elle aura dextrement manié le brûle-parfum ; on peut dire que le siècle aura fait une grande consomption d'encens pour masquer l'odeur de sa pourriture. »

Bruno Lafourcade, L'ordre

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook