Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2022

Démocratiser la Culture

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’éducation de masse, qui se promettait de démocratiser la culture, jadis réservée aux classes privilégiées, a fini par abrutir les privilégiés eux-mêmes. La société moderne, qui a réussi à créer un niveau sans précédent d’éducation formelle, a également produit de nouvelles formes d’ignorance. Il devient de plus en plus difficile aux gens de manier leur langue avec aisance et précision, de se rappeler les faits fondamentaux de l’histoire de leur pays, de faire des déductions logiques, de comprendre des textes écrits autres que rudimentaires. »

Christopher Lasch, La culture du narcissisme

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/04/2022

Traîtres

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Toute propagande de guerre repose sur dix commandements, toujours observés par tous les belligérants dans toutes les guerres contemporaines, et ses arguments sont les suivants :
1. nous ne voulons pas la guerre ;
2. le camp adverse est le seul responsable de la guerre ;
3. le chef du camp adverse a le visage du diable (ou "l'affreux de service") ;
4. c'est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers ;
5. l'ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c'est involontairement ;
6. l'ennemi utilise des armes non autorisées ;
7. nous subissons très peu de pertes, les pertes de l'ennemi sont énormes ;
8. les artistes et intellectuels soutiennent notre cause ;
9. notre cause a un caractère sacré ;
10. ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres. »

Anne Morelli, Principes élémentaires de propagande de guerre

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/04/2022

Dieu, la science, les preuves - Dialogue avec Michel-Yves Bolloré

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 et

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/04/2022

Un fait sélectionné...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Un fait n’est pas un événement, un événement n’est pas une information (…) L’événement est un fait sélectionné parmi d’autres faits, et l’information est une mise en récit d’événements. L’information qui nous parvient est donc une mise en récit de faits sélectionnés et ordonnés par des opérateurs que nous ne connaissons pas et dont nous ne connaissons pas les intentions. Les images sont le type de récit dont nous avons le moins conscience et par lesquelles nous sommes le plus manipulables. »

Vladimir Volkoff, Petite histoire de la désinformation

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/04/2022

La nuit, sous la treille...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Qui n'a pas connu ces stations d'été, la nuit, sous la treille, alors que les champs s'ouvrent devant vous, surtout quand la lune est absente, ne sait rien des mystérieux pouvoirs de la campagne. Car c'est bien moins la vie invisible et brûlante qui l'anime que le silence dont elle est secrètement l'empire qui vous offre ses sortilèges. Malgré l'appel de la chouette, les graves conseils du crapaud, l'innocente modulation des grenouilles humides, l'immense et infatigable frémissement des insectes sombres, enivrés de chaleur, au ras du sol, le silence finit par s'imposer.
L'excès des vibrations nous rend insensibles à leurs ondes. Pour peu qu'on se taise soi-même (mais qu'on se taise au fond de soi), qu'on demeure immobile et sans pensées ni songes, on se perd hors des lieux sonores, on n'entend plus rien de ce qui s'y forme de murmures, de voix, de bruits, de faux silences ,et on entre dans un autre monde où tout a un sens différent, où pour mieux dire, il ne reste qu'un sens encore perceptible, celui d'être, et seulement d'être. C'est le seul par lequel on atteigne au silence. »

Henri Bosco, Un oubli moins profond

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/04/2022

Les "lendemains qui chantent"...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le mythe des "lendemains qui chantent" attire les foules comme la lampe les papillons. L'avenir étant muet, rien n'est plus facile que de lui faire chanter la chanson qu'on veut : aucun risque de démenti dans l'immédiat. »

Gustave Thibon, L'équilibre et l'harmonie

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/04/2022

Je suis une force du passé

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je suis une force du Passé.
À la tradition seule va mon amour.
Je viens des ruines, des églises,
Des retables, des bourgs
Abandonnés sur les Apennins ou les Préalpes,
Là où ont vécu mes frères.
J’erre sur la Tuscolane comme un fou,
Sur l’Appienne comme un chien sans maître.
Où je regarde les crépuscules, les matins
Sur Rome, la Ciociaria, l’univers,
Tels les premiers actes de l’Après-Histoire
Auxquels j’assiste, par privilège d’état-civil,
Du bord extrême d’un âge
Enseveli. Monstrueux est l’homme né
Des entrailles d’une femme morte.
Et moi, fœtus adulte, plus moderne
Que tous les modernes, je rôde
En quête de frères qui ne sont plus. »

Pier Paolo Pasolini, Poésie en forme de rose

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/04/2022

Charles Péguy (La Foi prise au mot - KTO TV)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

08:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Attiré par la déconnante,

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Car ce qui me séduit dans la droite, ce sont ses écrivains, Montherlant, Morand, Giono, Jacques Perret et Marcel Aymé. Je suis toujours attiré par la déconnante, et la droite déconne. Les hurluberlus, les mabouls, on ne les trouve qu'à droite. La droite est braque, il ne faut jamais l'oublier. A gauche, c'est du sérieux. Ils pensent ce qu'ils disent et, c'est le moins qu'on puisse dire, ils ne sont pas très indulgents avec les idées des autres. Je n'ai jamais entendu Marcel Aymé porter des jugements sur le reste de l'humanité, ni demander des sanctions ou des châtiments.»

Michel Audiard, Audiard par Audiard

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/04/2022

Samuel Hutington, il y a 26 ans, à propos de la Russie et de l'Ukraine

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« En s'appuyant sur le paradigme étatique, John Mearsheimer a ainsi soutenu que "la situation entre la Russie et l'Ukraine est mûre pour qu'éclate entre elles un conflit de sécurité. De grandes puissances que ne sépare pas une longue frontière naturelle, comme c'est le cas pour l'Ukraine et la Russie, craignent pour leur sécurité et en viennent donc souvent à devenir concurrentes. La Russie et l'Ukraine devraient dépasser cette dynamique et apprendre à vivre en harmonie, mais il serait étonnant qu'elles y parviennent".
À l'inverse, l'approche civilisationnelle met l'accent sur les liens culturels, personnels et historiques qui unissent la Russie et l'Ukraine et le mélange de Russes et d'Ukrainiens qui vivent dans les deux pays. Elle attire l'attention sur la frontière civilisationnelle qui sépare l'Ukraine orthodoxe à l'est de l'Ukraine uniate à l'ouest. Mearsheimer, conformément à la théorie "réaliste" de l'État en tant qu'entité unifiée et séparée, néglige totalement cette donnée historique ancienne. Tandis que l'approche étatique évoque la possibilité d'une guerre russo-ukrainienne, l'approche civilisationnelle montre qu'elle est peu vraisemblable. Au lieu de cela, il est possible que l'Ukraine se divise en deux. Les facteurs culturels qui expliquent cette éventuelle séparation conduisent à prédire qu'elle serait plus violente que celle qu'a connue la Tchécoslovaquie, mais moins sanglante que l'éclatement de la Yougoslavie. Ces différentes prédictions, à leur tour, induisent différentes priorités politiques.
Les prédictions de Mearsheimer quant à une possible guerre de conquête de l'Ukraine par la Russie le conduisent à approuver le fait que l'Ukraine dispose d'armes atomiques. L'approche civilisationnelle, quant à elle, inciterait plutôt à favoriser la coopération entre les deux pays, à pousser l'Ukraine à renoncer aux armes atomiques, à mettre en place une aide économique significative et d'autres mesures permettant de préserver l'unité et l'indépendance de l'Ukraine, et enfin à prévoir un plan d'urgence en cas d'éclatement de l'Ukraine. »

Samuel Huntington, Le Choc des Civilisations

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/03/2022

Ce beau front d'où s'est retiré la pensée

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Agenouillé auprès de Jacques Maritain dans la chambre où Raïssa Maritain repose, je regarde avidement ce beau front d'où s'est retiré la pensée, et qui en garde pourtant le rayonnement. Le corps devenu chose devrait être pareil aux choses (ce que devient d'ailleurs une bête morte). Vous avez beau dire que vous ne croyez pas à l'âme : elle ne me semble jamais aussi visible que lorsqu'elle n'est plus là : le visage de cette femme deux fois inspirée, puisqu'elle vivait de Dieu et qu'elle était poète, ce visage au moment de se défaire, de retourner en poussière, de n'être plus rien, garde l'empreinte d'une pensée à jamais absente, mais d'infiniment plus qu'une pensée.

Les Maritain... Ils demeuraient les derniers de cette génération catholique qui nous semble grande, à mesure qu'elle s'efface et que derrière elle rien n'apparaît plus, ni personne.
Qui s'est levé derrière Péguy ? Qui donc a allumé son flambeau à ceux de Bernanos et de Claudel, avant qu'ils ne s'éteignent ? J'ai parfois l'impression ou plutôt, je veux le croire, l'illusion, que la relève en France ne se fait plus. Au vrai, elle se fait, il le faut bien, elle ne peut pas ne pas se faire dans l'ordre de la grâce -- mais sur un plan très différent de celui où mon propre destin s'est noué. Quelle voix chrétienne retentit encore dans les lettres ? Existe-t-il quelque part l'équivalent de la maison des Maritain à Meudon, où tant d'écrivains, de poètes, d'artistes, de jeunes prêtres, sont venus s'asseoir pour écouter une parole ou pour s'unir à une prière dans l'étroite chapelle du premier étage ? »

François Mauriac, Bloc-notes -- Dimanche 6 Novembre 1960

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/03/2022

Il n’existe pas à ma connaissance de saintes vulgaires et imbéciles ; c’est leur milieu parfois qui nous trompe

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Que de fois l’ai-je rappelé : que Dieu préfère les imbéciles, c’est un bruit que depuis dix-neuf siècles les imbéciles font courir. Mais la tête bien-aimée qui reposait sur la poitrine du Sauveur dans la nuit de l’agonie, concevrait un jour l’Evangile du Verbe ; et l’homme que le Christ guettait et allait assaillir sur le chemin qui va de Jérusalem à Damas, s’appelait Saul et bientôt s’appellerait Paul, l’un des plus grands génies humains, dont chaque mot nous brûle encore. Et depuis, des premiers pères à saint Augustin, de saint Augustin à saint Bonaventure, de saint Thomas à saint Jean de la Croix et à Pascal, je vois partout la sainteté unie au génie, non par hasard, mais parce que l’Esprit est amour et l’Amour est esprit. Certes, il y a la sainteté de l’enfance, la simplicité de Bernadette que nous aimons d’une profonde tendresse. Il n’existe pas à ma connaissance de saintes vulgaires et imbéciles ; c’est leur milieu parfois qui nous trompe. Thérèse Martin ? Un petit aigle égaré, mis en volière. »

François Mauriac, Bloc-notes -- Vendredi 26 Mars 1954

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/03/2022

Ukraine/Russie : quelle est la source du conflit ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 et

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

14:46 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/03/2022

Senghor aimait Barrès

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 et

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

L'écrivain nationaliste Maurice Barrès a directement influencé le père de la négritude, Léopold Sedar Senghor.

C'est Pompidou (alors socialiste) qui fit découvrir Barrès à Senghor…

Jaurès et Blum écrivaient de vibrants articles sur certains livres de Barrès. Pour « Les déracinés » entre autres…

Intellectuellement, les frontières étaient en ces temps-là très poreuses… on pouvait être en désaccord politique avec quelqu’un et néanmoins aimer certains postulats intelligents de l’adversaire ou admirer l’esthétique de sa plume !

La gauche d’il y a 120 ans n’est pas la gauche d’aujourd’hui !
Pour preuve : lorsque Jaurès se fit assassiner, Barrès vint se recueillir devant sa dépouille… accueilli par la fille de Jaurès … Barrès était bouleversé… il admirait Jaurès... il en a même laissé un texte émouvant… littéraire… celui de l’admiration et même de l’amitié par-delà les clivages idéologiques…

Difficilement imaginable aujourd’hui !

Par la suite Senghor n’a fait que transposer le destin de petits lorrains déracinés loin de chez eux par la République dévoreuse à la situation des noirs déracinés par la colonisation ou l’esclavage… et c’est le nationaliste Barrès qui lui a fait comprendre cela…

Archive d'une émission de 1962.

Senghor disciple revendiqué de Barrès. Voilà qui va défriser les indigénistes de notre triste République !

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/03/2022

L’obscurcissement du monde

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La décadence spirituelle de la terre est déjà si avancée que les peuples sont menacés de perdre la dernière force spirituelle, celle qui leur permettrait du moins de voir et d'estimer comme telle cette décadence. Cette simple constatation n'a rien à voir avec un pessimisme concernant la civilisation, rien non plus, bien sûr, avec un optimisme ; car l'obscurcissement du monde, la fuite des dieux, la destruction de la terre, la grégarisation de l'homme, la suspicion haineuse envers tout ce qui est créateur et libre, tout cela a déjà atteint, sur toute la terre, de telles proportions, que des catégories aussi enfantines que pessimisme et optimisme sont depuis longtemps devenues ridicules. »

Martin Heidegger, Introduction à la métaphysique

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/02/2022

Traduction

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Bonne occasion pour l’examen de sa propre langue "par le dehors" que cette situation où nous pouvons constater que quelqu’un s’étonne de ce qui nous a étonné, mais d’une autre façon que nous ne l’aurions fait. Bonne occasion d’autant plus si, traducteurs nous-mêmes, nous avons vécu de par l’autre bout ce qui distingue sa langue de la nôtre. Et comme cette situation est la mienne, puisque j’ai traduit de l’anglais Yeats, Shakespeare, et que j’ai été traduit à mon tour — et tout aussi bien pour des vers que pour la prose — dans la langue de Yeats et de Shakespeare, j’ai donc le sentiment que quelque réflexion m’est possible : et aussi celui d’une responsabilité qu’il faudrait bien que j’assume, dans la mesure de mes moyens. Le sentiment, même, d’un devoir.

Un devoir ? Certes, car ce qui sépare les nations n’est pas sans danger, or ce ne sont pas tellement les expériences de la sensibilité ou de la pensée qui se refusent d’une culture à une autre. Sans doute la beauté comme l’entendait un chinois de l’époque Ming, ou l’humour anglais, ou l’ironie en France sont-ils plus faciles à apprécier par ceux qui les ont connus dès l’enfance, mais quand ils sont expliqués on y accède partout, pour l’essentiel : ce qui reconduit aux problèmes fondamentaux des rapports de langue, et à chercher l’articulation conceptuelle qui permettra à "l’autrement parlant" de nous apparaître.

Et quand on sait qu’il faut en rester à ce plan, on doit alors prendre garde que ce qui y compte le plus, c’est moins la particularité des concepts, en fait jamais repérables d’aucune langue à une autre, que la façon dont on les emploie : cet emploi résultant dans chaque pays d’habitudes, peu facilement repérables, qu’a contractées la parole au cours des siècles. Les sociétés ne se heurtent pas à propos d’opinions, de pensées élaborées, de valeurs — toujours contredites d’ailleurs au lieu même où elles se forment — mais sur la façon dont elles sont exprimées. C’est le discours, et non son contenu, qui irrite. C’est ce que la parole a de spontané, de non-perçu, de non-contrôlé, qui cause la mésentente, et non ce qu’elle a de réfléchi. Et il convient donc, c’est certainement un devoir, de prendre garde à ce spontané, quand un traducteur, par exemple, nous montre, en se découvrant lui-même à nos yeux, des aspects de ce que nous sommes. »

Yves Bonnefoy, La petite phrase et la longue phrase

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/02/2022

L’arbre fruitier

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Un homme était monté sur un arbre fruitier et en secouait les branches pour faire tomber les fruits. Le propriétaire arriva soudain et l’apostropha : "N’as-tu pas honte devant Dieu ? »
"— Qu’y a-t-il de honteux, répliqua l’homme. Si un serviteur de Dieu mange le fruit des faveurs de Dieu dans le jardin de Dieu, en quoi est-ce répréhensible ? »
Le propriétaire dit alors à ses serviteurs : "Amenez une corde afin qu’il reçoive la réponse qu’il mérite !"
Il le fit attacher à un arbre puis le frappa sur les cuisses et le dos. L’homme se mit à crier : "Tu devrais avoir honte devant Dieu de maltraiter un innocent comme moi ! »
Mais le propriétaire répondit : "Si un serviteur de Dieu frappe avec le bâton de Dieu un autre serviteur de Dieu, quel mal y vois-tu ? Le bâton Lui appartient, tes cuisses et ton dos Lui appartiennent. Quant à moi, je ne suis qu’un outil dans Ses mains ! »
Alors le voleur : "Je me repens ! Je me repens ! Tu dis vrai : La volonté existe en moi !" »

Djalâl Al-Dîn Rûmî, Le Mesnevi, 150 contes soufis

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/02/2022

La bien-aimée de l’amoureux

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Un amoureux récitait des poèmes d’amour à sa bien-aimée. Des poèmes, pleins de lamentations nostalgiques. Sa bien-aimée lui dit :
"Si ces mots me sont destinés, tu perds ton temps puisque nous voilà réunis. Ce n’est guère digne d’un amant que de réciter des poèmes au moment de l’union !"
L’amoureux répondit :
"Sans doute es-tu ici. Mais, quand tu étais absente, j’éprouvais un autre plaisir. Je m’abreuvais au ruisseau de notre amour. Mon coeur et mes yeux se réjouissaient. Maintenant, je suis en face de la fontaine, mais elle est tarie !
— En fait, dit la bien-aimée, ce n’est pas moi qui suis l’objet de ton amour. Tu es amoureux d’autre chose et je ne suis que la demeure de ton bien-aimé. Le véritable bien-aimé est unique et l’on n’espère rien d’autre lorsqu’on est en sa compagnie." »

Djalâl Al-Dîn Rûmî, Le Mesnevi, 150 contes soufis

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/02/2022

Successeurs

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Dieu s’est doté d’un successeur afin que ce dernier reflète Sa perfection dans son coeur. Il l’a comblé de faveurs illimitées. Puis il a créé son opposé à partir de l’obscurité. Il a fabriqué deux étendards, l’un blanc et l’autre noir. Et bien des combats se sont déroulés sous ces étendards-là ! La deuxième génération de cette opposition fut formée de Caïn et Abel. Cela continua avec Abraham et Nemrod, jusqu’à Moïse et au Pharaon. Puis, jusqu’au temps de Mohammed qu’Ebu-Cehil tenta de torturer. Qu’est-ce que la foi ? C’est faire couler l’eau d’un ruisseau. Quand l’âme se dégage du corps, elle coule. Le sage est celui qui libère son âme au lieu de la chair et l’envoie vers la prairie. Pour expliquer l’ordre divin, la rose devient parfois épine. »

Djalâl Al-Dîn Rûmî, Le Mesnevi, 150 contes soufis

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/02/2022

Rien

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Un jour, un mendiant frappa à la porte d’une maison et implora le maître des lieux de lui donner un peu de pain, même rassis.
"Comment veux-tu que je te trouve du pain ? répliqua ce dernier? Me prendrais-tu pour un boulanger ?
— Alors, offre-moi un peu de gras de viande.
— Ici, ce n’est pas davantage une boucherie !
— Donne-moi au moins une poignée de farine.
— Est-ce que ma maison ressemble à un moulin ?
— Alors, un verre d’eau ?
— Il n’y a pas de rivière ici ! »
Ainsi, chaque demande du mendiant fut repoussée de la même manière. Finalement, celui-ci ôta son pantalon et déféqua sur le seuil.
"Que fais-tu là ? demanda le maître de maison, scandalisé.
— Voilà bien une ruine propice à la défécation, dit le mendiant. Il n’y a rien ici à boire et rien à manger.
Comment quiconque pourrait-il y vivre ? Cet endroit ne peut manifestement servir que de fosse d’aisance !" »

Djalâl Al-Dîn Rûmî, Le Mesnevi, 150 contes soufis

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/02/2022

Djalâl Al-Dîn Rûmî, Une Vie, une Œuvre : Le saint des derviches-tourneurs (France Culture, 1986)

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 et

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/02/2022

Le Soulagement

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Un jour, pris d’extase, un soufi déchira sa robe. Il appela ce vêtement FERRACE (soulagement). Cette appellation fit fortune et chacun voulut porter pareil vêtement mais seul le précurseur connut le soulagement. La foule, elle, n’eut que la lie du vin. Une chose peut être pure à l’intérieur, mais le nom de la chose est comme la lie du vin pour les suiveurs. Si vraiment tu désires connaître la vérité, déchire, toi aussi, ta robe et tu connaîtras le soulagement.
Un soufi est celui qui recherche la pureté. Ne croyez pas que ce soit une question de parure ou une affaire de tailleur. »

Djalâl Al-Dîn Rûmî, Le Mesnevi, 150 contes soufis

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/02/2022

L’éléphant

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On avait parqué un éléphant venant de l’Inde dans une étable obscure. La population, curieuse de connaître un tel animal, se précipita dans l’étable. Comme on n’y voyait guère à cause du manque de lumière, les gens se mirent à toucher l’animal. L’un deux toucha la trompe et dit :
"Cet animal ressemble à un énorme tuyau !"
Un autre toucha les oreilles :
"On dirait un grand éventail !"
Un autre qui touchait les pattes, dit :
"Non ! Ce qu’on appelle un éléphant est bel et bien une espèce de colonne !"
Et ainsi, chacun d’eux se mit à le décrire à sa manière. Il est bien dommage qu’ils n’aient eu une bougie pour se mettre d’accord. »

Djalâl Al-Dîn Rûmî, Le Mesnevi, 150 contes soufis

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/02/2022

Jean-Yves Leloup : Fortifier nos racines, déployer nos ailes !

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 et

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/02/2022

Jean-Yves Leloup : Qui est le Maître intérieur ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 et

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook