Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2018

Quand je vois peu à peu disparaître sur terre tout ce qui est charmant

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je doute du progrès, quand je vois peu à peu disparaître sur terre tout ce qui est charmant. Mais ces progrès ne me sont pas destinés : ils intéressent la foule des hommes de demain qui, sûrement, ne seront pas faits comme moi. »

Jacques Chardonne, Claire

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L’expo, on n’y va pas tellement pour y aller que pour y être allé...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Expos, musées, manifestations : on est saisi par le spectacle des spectateurs bien plus que par ce qu’il y a à voir ou à entendre. Ce qui rend presque impossible la jouissance des lieux et des oeuvres, car le non-sens innombrable de la masse s’y oppose - autrement plus significatif, mais de quoi ? (…) L’expo, on n’y va pas tellement pour y aller que pour y être allé. Certaines contrées lointaines, on les visite moins pour les voir que pour les avoir vues. Bien des choses, on ne les fait que pour les avoir faites. Et nombre d’entreprises visent moins à atteindre leur but qu’à se débarrasser de leur fin. We dit it ! »

Jean Baudrillard, Cool Memories IV

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/07/2018

Hémiplégie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je suis allergique à l’hémiplégie en matière de culture politique. Sur le plan des idées, j’ai d’abord acquis une culture de droite. Elle s’est ajoutée à ma culture philosophique, en se combinant plus ou moins bien avec elle. Je me suis ensuite employé à acquérir une culture de gauche. Une telle démarche me paraît toute naturelle : comment peut-on trancher autrement que de manière arbitraire quand on ne connaît pas les points de vue en présence ? Prendre position, c’est se situer par rapport aux arguments et aux contre-arguments, ce qui implique de les connaître. Avoir à la fois une culture de droite et de gauche permet en outre d’identifier dans toute doctrine ce qui peut être sa par de vérité (et aussi sa part d’erreur). L’esprit partisan veut ignorer cela. La plupart des gens ne lisent que ce avec quoi ils se sentent en accord. Cela leur donne du plaisir et cela les rassure. Ils ont besoin d’être confortés dans ce qu’ils pensent déjà. Il ne leur vient pas à l’idée de chercher à savoir, objectivement, ce que pensent leurs adversaires. Ils pressentent obscurément qu’ils ne sauraient pas quoi répondre. Cela risquerait d’entamer leurs certitudes, de contredire leur aspiration à de petits catéchismes simplificateurs. Combien de gens de droite connaissent le contenu du débat théorique engagé dans les années 1930 entre Walter Benjamin et Theodor W. Adorno sur la question du statut de l’art à l’époque de la technique ? Combien de gens de gauche savent en quoi les idées de Gobineau sont incompatibles avec celles de Houston Stewart Chamberlain ? Qui a lu Ernst Bloch et Gustav Landauer à droite ? Qui a lu Joseph de Maistre, Donoso Cortés et Moeller va den Bruck à gauche ? Je trouve détestable cette hémiplégie qu’avait déjà dénoncée José Ortega y Gasset. J’y vois, en dernière analyse, une indifférence à la vérité. »

Alain de Benoist, Mémoire vive

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le Diable

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La plus grande erreur moderne, ce n'est pas d'annoncer que Dieu est mort, mais de croire que le diable est mort. »

Nicolás Gómez Dávila, Les horreurs de la démocratie

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/07/2018

Au profit de l'orthodoxie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Plus elle [la Russie] deviendra forte, plus elle prendra conscience de ses racines, dont, en une certaine manière, le marxisme l'aura éloignée ; après une cure forcée d'universalisme, elle se rerussifiera, au profit de l'orthodoxie. Du reste, elle a marqué d'une telle empreinte le marxisme qu'elle l'aura slavisé. Tout peuple de quelque envergure qui adopte une idéologie étrangère à ses traditions l'assimile et la dénature, l'infléchit dans le sens de sa destinée nationale, la fausse à son avantage, au point de la rendre indiscernable de son propre génie. »

E. M. Cioran, Histoire et utopie

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/07/2018

Je construirai, et ensuite je détruirai  ce que j’ai construit

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« L’action et la non-action se rejoindront dans l’éternité, et elles s’y éteindront éternellement. Mais quid du présent ? Le moine-soldat ! C’est autour de cette figure un peu déroutante que tourne aujourd’hui ma pensée, dans la mesure où je pense. Soldat, il dresse l’action. Moine, il la sape. Aedificado et destruam : je construirai, et ensuite je détruirai  ce que j’ai construit. Une épigraphe pour ce livre. Une épigraphe pour ma vie. »

Henry de Montherlant, Service inutile — Avant-propos

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Nous sommes pris dans une alternative qui ne nous permet plus d’exister médiocrement

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quand nous parlons d’un temps dramatique, ce mot a un sens précis : il veut dire que nous sommes pris dans une alternative qui ne nous permet plus d’exister médiocrement ; il nous faut vivre plus puissamment, ou bien disparaître, nous surpasser ou nous abolir. (…) La tragédie essentielle n’est pas de savoir quels dangers nous menacent, mais de définir d’abord ce qu’ils menacent en nous, car il importerait assez peu que nous fussions détruits, si nous avions rendu cette destruction légitime en ne valant presque rien. »

Abel Bonnard, Les Modérés

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/07/2018

Il y a d'ailleurs là un assemblage d'hommes plutôt qu'une cité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Paris est une place ouverte à ce genre d'envahisseur. Car le Parisien de Paris est peu nombreux. Le nouveau Parisien, venu de quelque coin de France, est trop affairé, trop sujet de ses idées fixes, pour opposer quelque résistance à qui que ce soit. Il y a d'ailleurs là un assemblage d'hommes plutôt qu'une cité. Le rongeur anonyme, le destructeur obscur y peut placer son paradis ; il arrive inconnu, il travaille inconnu et peut s'évader inconnu ou se fondre, tout semblablement ignoré, dans la masse indigène. »

Charles Maurras, L'Étang de Berre

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Plus on est haï, je trouve, plus on est tranquille

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il ne faut pas imaginer que tous ces gens sont des potes ou le furent… peut-être sans doute qu’ils me détestent… je ne tiens pas du tout à les voir, ni à leur plaire, au contraire. Ce sont les coiffeurs de la vie qui tiennent beaucoup à plaire, les putains. Plus on est haï, je trouve, plus on est tranquille… ça simplifie les choses, c’est plus la peine d’être poli, je ne tiens pas du tout à être aimé… je n’ai pas besoin de tendresse… c’est toujours les pires saloperies de l’existence que j’ai entendu soupirer après les tendresses. »

Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Faire confiance...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Faire confiance aux hommes c'est déjà se faire tuer un peu. »

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit

 

05:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/07/2018

Bientôt je serai vieux. Et ce sera enfin fini.

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous voici encore seuls. Tout cela est si lent, si lourd, si triste… Bientôt je serai vieux. Et ce sera enfin fini. Il est venu tant de monde dans ma chambre. Ils ont dit des choses. Ils ne m'ont pas dit grand-chose. Ils sont partis. Ils sont devenus vieux, misérables et lents chacun dans un coin du monde.
Hier à huit heures Madame Bérenge, la concierge, est morte. Une grande tempête s'élève de la nuit. Tout en haut, où nous sommes, la maison tremble. C'était une douce et gentille et fidèle amie. Demain on l'enterre rue des Saules. Elle était vraiment vieille, tout au bout de la vieillesse. Je lui ai dit dès le premier jour quand elle a toussé : “Ne vous allongez pas surtout !… Restez assise dans votre lit !” Je me méfiais. Et puis voilà… Et puis tant pis.
Je n'ai pas toujours pratiqué la médecine, cette merde. Je vais leur écrire qu'elle est morte Madame Bérenge à ceux qui m'ont connu, qui l'ont connue. Où sont-ils ?
Je voudrais que la tempête fasse encore plus de boucan, que les toits s'écroulent, que le printemps ne revienne plus, que notre maison disparaisse. Elle savait Madame Bérenge que tous les chagrins viennent dans les lettres. Je ne sais plus à qui écrire… Tous ces gens sont loin… Ils ont changé d'âme pour mieux trahir, mieux oublier, parler toujours d'autre chose…
Vieille Madame Bérenge, son chien qui louche on le prendra, on l'emmènera…
Tout le chagrin des lettres, depuis vingt ans bientôt, s'est arrêté chez elle. Il est là dans l'odeur de la mort récente, l'incroyable aigre goût… Il vient d'éclore… Il est là… Il rôde… Il nous connaît, nous le connaissons à présent. Il ne s'en ira plus jamais. Il faut éteindre le feu dans la loge. A qui vais-je écrire ? Je n'ai plus personne. Plus un être pour recueillir doucement l'esprit gentil des morts… pour parler après ça plus doucement aux choses… Courage pour soi tout seul !
Sur la fin ma vieille bignolle, elle ne pouvait plus rien dire. Elle étouffait, elle me retenait par la main… Le facteur est entré. Il l'a vue mourir. Un petit hoquet. C'est tout. Bien des gens sont venus chez elle autrefois pour me demander. Ils sont repartis loin, très loin dans l'oubli, se chercher une âme. Le facteur a ôté son képi. Je pourrais moi dire toute ma haine. Je sais. Je le ferai plus tard s'ils ne reviennent pas. J'aime mieux raconter des histoires. J'en raconterai de telles qu'ils reviendront, exprès, pour me tuer, des quatre coins du monde. Alors ce sera fini et je serai bien content. »

Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Tout est chaos

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Comment ne pas sentir la parenté profonde de ces esprits (ndlr: les philosophes) ? Comment ne pas voir qu'ils se regroupent autour d'un lieu privilégié et amer où l'espérance n'a plus de place ? Je veux que tout me soit expliqué ou rien. Et la raison est impuissante devant ce cri du coeur. L'esprit éveillé par cette exigence cherche et ne trouve que contradictions et déraisonnemments. Ce que je ne comprends pas est sans raison. Le monde est peuplé de ces irrationnels. À lui seul dont je ne comprends pas la signification unique, il n'est qu'un immense irrationnel. Pouvoir dire une seule fois : "cela est clair" et tout serait sauvé. Mais ces hommes à l'envi proclament que rien n'est clair, tout est chaos, que l'homme garde seulement sa clairvoyance et la connaissance précise des murs qui l'entourent. »

Albert Camus, Le mythe de Sisyphe

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/07/2018

L'attention...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« En pratiquant la conscience attentive de la respiration, on constate la difficulté de maintenir une attention ininterrompue. Malgré la ferme détermination de garder l'attention fixée sur l'objet, le souffle, elle s'échappe mystérieusement, à notre insu. Nous voilà pareils à l'ivrogne tentant de marcher sur une ligne droite et titubant d'un côté à l'autre. En fait, nous sommes bien ivres de notre propre ignorance et de nos illusions, titubant dans le passé ou dans l'avenir, dans le désir ou l'aversion. Nous ne pouvons demeurer dans le droit chemin de l'attention soutenue. »

William Hart, L'art de vivre

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ciel et Enfer...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous n'avons pas besoin d'attendre après la mort pour faire l'expérience du ciel et de l'enfer ; nous pouvons les vivre durant cette vie, en nous-mêmes. Quand nous commettons des actes négatifs, nous vivons le feu infernal du désir et de l'aversion. Quand nous accomplissons des actes positifs, nous vivons le ciel de la paix intérieure. Ce n'est donc pas seulement pour le bien d'autrui, mais pour notre propre bien, pour éviter de nous nuire, que nous nous abstenons d'actions et de paroles négatives. »

William Hart, L'art de vivre

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/07/2018

Christian Bobin

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook