Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2017

Communisme...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il existe deux évaluations scientifiques de l’hécatombe imputable à la dictature du parti communiste depuis 1917, en excluant les pertes de la Seconde Guerre mondiale. Ces évaluations reposent sur des études démographiques serrées.

Selon la plus modeste de ces évaluations, due au démographe soviétique Maksudov, la transformation révolutionnaire de la Russie aurait coûté le chiffre énorme de 27,5 millions de victimes. Pour la seule période de la guerre civile et de la famine qui l’a suivie, de 1918 à 1926, les pertes sont évaluées à plus de 10 millions de morts. Pour la période de 1926 à 1938, qui inclut la dékoulakisation, le génocide-famine de l’Ukraine et les grande purges : 7,5 millions de victimes. Enfin de 1939 à 1953, les exécutions et les déportations ordonnées par le régime (sans compter les pertes dues à la guerre) auraient coûté la vie à environ 10 millions d’individus. » (page 448).

Se fondant sur des taux de natalité et de mortalité différents, le démographe Kourganov obtient un chiffre global beaucoup plus important : plus de 66 millions de morts entre 1918 et 1953 (sans compter les pertes dues à la Seconde Guerre mondiale). Pour la période de guerre civile, de 1918 à 1922, il conclut à 15 millions de vies humaines […]

Ces chiffres sont assez proches de ceux que retiennent les historiens russes à la lumière des archives de l’ex-URSS. Ainsi, pour Volkogonov, à elle seule, la guerre civile a coûté à la Russie 13 millions de vies. Dans la période située entre la guerre civile et la collectivisation, c’est-à-dire dans les “années heureuses de la NEP”, un million de personnes environ ont péri dans les camps ou dans l’extermination de la résistance antisoviétique dans le pays. Entre 1929 et 1953, année de la mort du “premier léniniste”, ce bilan s’est alourdi de vingt-et-un million de victimes. »

Dominique Venner , Les Blancs et les Rouges, Histoire de la Guerre civile russe

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/12/2017

Affluence

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Partout où les étrangers sont rares, ils sont les bienvenus : rien ne rend plus hospitalier que de n’avoir pas souvent besoin de l’être : c’est l’affluence des hôtes qui détruit l’hospitalité. »

Jean-Jacques Rousseau, Emile ou de l’éducation

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un homme qui se venge comme une femme...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Dans la vie des peuples, au moment des grands malheurs, après les guerres, les invasions, les famines, il y a toujours un homme qui sort de la foule, qui impose sa volonté, son ambition, ses rancunes, et qui "se venge comme une femme", sur le peuple entier, de la liberté, de la puissance et du bonheur perdus. »

Curzio Malaparte, La technique du coup d'état

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/12/2017

Je vais à la rencontre de mes origines et de mon éternité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Comme le chien loup de Jack London, je ne peux résister longtemps à l’appel de la forêt. Le besoin que j’ai d’elle s’enracine dans ma part animale autant que dans ma spiritualité. L’une n’allant pas sans l’autre. Je ne me "promène" pas en forêt. Marchant par les taillis et les futaies, je vais à la rencontre de mes origines et de mon éternité. Bien que domestiqué par l’homme, la forêt conserve son mystère. Il suffit pour cela d’attendre la chute du jour et les angoisses du cycle nocturne, domaine d’Artémis, la toujours jeune, dont les cheveux d’or s’ornent du croissant de lune. »

Dominique Venner, Dictionnaire amoureux de la chasse

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La promesse d’un nouveau départ

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« De Nietzsche, les penseurs de la révolution conservatrice ont retenu le défi du nihilisme ("la mort de Dieu"), auquel ils répondent par une nouvelle recherche de sens. Pour eux, la religiosité nationale et celle de l’action éternisent ce que le destin individuel a d’éphémère. Le mythe de l’éternel retour conforte une vision cyclique de l’histoire en opposition radicale avec la vision linéaire et finaliste issue du christianisme et qu’ont laïcisée les Lumières. Saisie dans cette structure mentale et dans sa signification astronomique de retour au point initial, le mot "révolution" prend une profondeur inhabituelle. Il ne signifie pas seulement rupture et bouleversement, mais retournement, achèvement d’un cycle historique. Il porte en lui la promesse d’un nouveau départ. Quant au conservatisme, contrairement à son acception française, il ne suggère ni l’immobilisme ni l’attachement à des formes caduques. Tout au contraire, dans l’esprit du romantisme allemand, il est la conscience du permanent et de l’essentiel, ce qui résiste au temps et qu’un choc révolutionnaire pourra libérer des formes périmées. Cette idée d’une révolution assurant le resurgissement d’un ordre fondamental porte en elle un grand dynamisme. Elle prend appui sur la conviction métaphysique que l’époque est celle d’un interrègne entre un ordre déjà mort et un autre à venir, une sorte de "point zéro", comme dira Jünger, à partir duquel tout devient possible. »

Dominique Venner, Ernst Jünger, un autre destin européen

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/12/2017

Au-delà des idéologies

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Assurément, cette défense de la civilisation française et des valeurs universelles qu’elle contient ne peut pas se faire si la France conserve les vieilles méthodes libérales et démocratiques ; contre le fascisme, la France doit accepter de subir "un minimum de fascisme", elle doit avoir recours aux méthodes qui ont permis à l’Allemagne et à l’Italie d’acquérir la force dont elles menacent maintenant les démocraties. Mais ce "minimum de fascisme" n’a rien de commun avec l’adhésion à la mystique totalitaire : il n’a de sens, au contraire, que pour résister efficacement aux conséquences de cette mystique. Le vrai, le seul problème de la France est de sortir d’un dilemme absurde dans lequel on prétend l’enfermer, et d’aller au-delà des idéologies qui tendent à se partager le monde. Au-delà et non pas en deçà : ce serait une erreur mortelle, sous prétexte de refuser à la fois le communisme et le fascisme, de revenir à cette démocratie bourgeoise dont, en dépit des apparences, les Français ne veulent plus. »

Paul Sérant, Les dissidents de l’Action française

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L’espèce de bourgeois la plus haïssable

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« La chrétienté fait l’Europe. La chrétienté est morte. L’Europe va crever, quoi de plus simple ? La démocratie sociale a exploité l’idée de justice, et n’a tenu aucune de ses promesses, sinon celle du service militaire obligatoire et de la Nation armée. La démocratie parlementaire, l’idée de droit. La démocratie impérialiste dissipe aujourd’hui à pleines mains l’idée de grandeur. La démocratie guerrière mobilise les enfants de sept ans, prostitue l’héroïsme et l’honneur. Les démocraties autoritaires entraîneront demain avec elles jusqu’au souvenir de ce qui fut la libre monarchie chrétienne. Je puis parler ainsi parce que je ne suis pas démocrate. Le démocrate, et particulièrement l’intellectuel démocrate, me paraît l’espèce de bourgeois la plus haïssable. Même chez les démocrates sincères, estimables, on retrouve cet inconscient qui rend insupportable la personne de M. Marc Sangnier. »

Georges Bernanos, Les grands cimetières sous la Lune

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Christ est né ! En vérité il est né !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

Joyeuse Fête de la Nativité à mes frères et soeurs chrétiens (toutes chapelles confondues) suivant le calendrier Grégorien. Paix aux hommes de bonne volonté !

 


Cliquez sur la photo...

00:05 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/12/2017

Le sens aigu de l'altitude

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Comme chez Nietzsche commande chez Thibon le sens aigu de l'altitude, le sens de l'idéal. "Si l'on me pressait sur ma conception de la morale, j'avouerais volontiers que la différence entre noble et bas me paraît plus essentielle que la différence entre bien et mal", dit-il. Et de l'être noble, il propose plusieurs figures : l'homme qui choisit "de s'immoler plutôt que de se satisfaire" ; celui qui garde "une certaine naïveté" au milieu des malins ; celui "que la souffrance rend tendre et que le bonheur fait prier" ; celui qui "ose à peine" et dont la noblesse se reconnaît "à l'hésitation et à la délicatesse avec lesquelles il cueille les joies qui s'offrent à lui". Mais pour tout résumer, l'homme dont la morale est la plus pure, "l'homme noble place la raison d'être de son existence et la source de ses actions dans une foi, un idéal, un code d'honneur qui surplombent infiniment son chétif moi. Sa manière de sentir, de juger et d'agir est tout imprégné par cette distance... il s'aime aussi, mais de loin. En toute chose il se traite de haut... les âmes nobles peuvent connaître des chutes mais non pas commettre des bassesses : elles peuvent tomber mais elles ne sont pas d'en bas". Le refus d'installer l'homme en bas est le critère du conflit moral bien placé. Il ne vise pas à entraver mais à faire monter l'homme. Et comment l'homme qui parle de monter n'aurait-il, en même temps que celui des hauteurs, le sens de la distance ?

Il faudrait opposer à ces visages de l'être noble les visages de l'être vil. On verrait partout que l'être vil manque du sens de la distance ou qu'un tel sens est chez lui dénaturé. Il traite les autres de haut mais non pas lui-même ; il "colle" à lui-même et il est "collant" avec les autres parce qu'il est incapable d'être leur "proche" ; ou bien il sépare, il tranche et juge car il est incapable de distinction ; en un mot il est d'en bas et c'est toujours être d'en bas qu'appeler cime, la hauteur où s'arrête notre effort.

Le conflit intérieur est lié à la conquête de l'homme intérieur. Nous pourrions apparement être des hommes très divers parce que les éléments qui nous composent sont divers. En fait, c'est l'illusion qui parle. Nous ne pouvons être que celui que nous sommes, et nous nous perdons dés lors que nous perdons celui que nous sommes. Quand même nous aurions gagné mille visages, si nous avons perdu le nôtre ou ne l'avons jamais trouvé, nous avons tout perdu. »

Christian Chabanis, Gustave Thibon

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une loi étroite et sourcilleuse

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ce qu'il faut faire et ne pas faire : ainsi se résumait la conscience morale de beaucoup, et tout débat intérieur, toute vie intérieure quelquefois, se développaient entre ces deux pôles. Ce qu'il fallait faire et ne pas faire était régi par une loi étroite et sourcilleuse, qui tendait surtout à réprimer tout excès. Or si le conflit moral ainsi conçu est un aspect essentiel du conflit intérieur, le conflit intérieur le déborde largement.
"Si je me défie de la morale, dit Thibon, ce n'est pas parce que les hommes la pratiquent (elle est nécessaire à son niveau) ; c'est parce qu'ils s'en contentent : parce qu'ils s'en servent comme d'un paravent derrière lequel ils cultivent ce qu'il y a de plus immoral en eux — leur misérable satisfaction d'eux-mêmes et leur rage de juger les autres." Cette "morale des impurs" à qui "le mal fait envie" s'oppose à la "morale des purs" à qui "le mal fait pitié". Les uns regrettent le bien qu'ils font sous la contrainte, et même le mal qu'ils ne font pas ; les autres souffrent de ne pas faire assez de bien.
"Les premiers s'abstiennent du mal par impuissance ou lâcheté, ou sous la pression d'impératifs sociaux extérieurs à leur nature, et les seconds parce que l'appel d'un bien supérieur emplit leur âme. Ces deux morales, souligne Thibon, ne se rejoindront jamais et ceux qui obéissent à la première méconnaîtront et persécuteront jusqu'à la fin des siècles ceux qui vivent de la seconde."
Sa critique de la morale ne s'adresse donc pas à la morale elle-même mais à la morale impure qui doit être dépassée et remplacée. Non par l'immoralisme ou l'amoralisme, mais par la morale des purs dans laquelle s'inscrit le véritable conflit moral. Ici, "l'homme moral n'obéit pas à une consigne exotérique, il réalise, il épanouit sa nature", écrit Thibon.

[...]

Le véritable conflit moral développe la vertu positive de telle sorte qu'à la limite la vertu négative perd toute raison d'être. Il remplace l'inhibition par l'élan. Aime et fais ce que tu veux puisqu'en vérité si tu aimes, tu ne fais rien contre ton amour, tu ne fais rien que ton amour "plus vivant en toi que toi-même" ne veuille faire lui-même. Et si tu fais ce que tu ne veux pas, ce que ton amour ne veut pas, que ta souffrance téloigne alors de ton amour ! »

Christian Chabanis, Gustave Thibon

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/12/2017

Nous sommes à bout de souffle...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Nous rêvons des germinations de demain à travers les effondrements et les pourritures qui nous entraînent. Nous sommes à bout de souffle, rien ne renaîtra plus de nous dans les formes que nous connaissons, la force de création ne reprendra en Europe qu’après de terribles dissolutions ; mais alors que le fleuve de notre civilisation est près de déboucher dans la mer qui noie tout, parcourant d’un trait le cycle récurrent des évaporations, des nuages et des pluies, notre imagination se rejette vers les sources d’où sortira le fleuve nouveau. Je rôde autour des abîmes parce que je sais que j’y retombe et que j’en ressortirais. »

Pierre Drieu la Rochelle, Une femme à sa fenêtre

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un fleuve de sperme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Il n’y a plus de tiers-monde, voilà un mot inventé pour garder vos distances. Il y a le monde tout court, et ce monde-là sera submergé par la vie. Le tiers-monde n’est plus qu’un fleuve de sperme qui vient brusquement de changer de lit et coule vers l’occident. »

Jean Raspail, Le Camp des saints

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/12/2017

Un nombre immense d'hommes naissent pour la servitude

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« On a beau faire, un nombre immense d'hommes naissent pour la servitude ; les philosophes des Lumières, qui les jugent libres, leur attribuent, par un excès de générosité, le caractère propre aux philosophes. La liberté n'est pas un besoin général et la plupart des êtres cherchent plutôt la sécurité : les faibles, les malades, les vieillards, les enfants et les femmes n'hésitent pas à préférer la dépendance, la liberté les intimide, quand elle ne les épouvante. Or la sécurité n'est pas bonne conseillère et si les hommes mariés et pères de famille sont les plus corruptibles d'entre les humains, c'est qu'ils ont charge d'âmes. Pour être libre, il faut toujours pouvoir mourir avant que l'on vous tue. La volonté de mort n'est-elle pas la condition de notre affranchissement ? et n'a-t-on pas cent fois prouvé que l'esclave est un homme qui, pour vivre, immola ses raisons de vivre et se contenta de végéter ? de végéter d'un semblant d'existence, pareille à quelque mort recommencée au jour le jour ? Rappelons ici que les tyrans ne seraient guère ce qu'ils sont, de n'avoir sous leurs pieds ces peuples désireux de se sentir foulés, le génie de la servitude étant le génie de l'espèce. »

Albert Caraco, Obéissance ou servitude

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une civilisation unique dans l’histoire

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les peuples européens ont édifié une civilisation unique dans l’histoire. Son pouvoir créateur, malgré les millénaires, ne s’est pas tari. Ceux-là mêmes qui s’en déclarent ennemis reconnaissent implicitement son universalité. Entre un Orient traditionnel soumis aux règles métaphysiques et les nouvelles sociétés matérialistes, la civilisation européenne fait la synthèse des aspirations spirituelles et des nécessités matérielles. Alors que l’uniformité de la masse est proposée comme idéal partout dans le monde, elle exalte l’individualisme des forts, le triomphe de la qualité humaine sur la médiocrité. »

Dominique Venner, Pour une critique positive

 

13:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Des plaisirs fugitifs, épidermiques...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J’affirme qu’un peuple hébété par des plaisirs fugitifs, épidermiques, obtenus sans le moindre effort intellectuel, j’affirme qu’un tel peuple se trouvera, quelque jour, incapable de mener à bien une œuvre de longue haleine et de s’élever, si peu que ce soit, par l’énergie de la pensée. »

Georges Duhamel, Scènes de la vie future

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook