Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2021

La prodigalité

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« La prodigalité est une vertu d'artiste.

[...]

Le don n'épuise pas la richesse qui le permet, car, dans cette logique de l'expansion, en forme de génération spontanée, la dépense est immédiatement suivie d'une nouvelle disponibilité pour un nouveau don. Le déploiement et la dissipation instaurent un rapport au temps éminemment singulier : l'instant suffit à la consumation, il acquiert de la sorte une densité ignorée en d'autres occasions. Là où il coule, sagement chronologique, sans variations d'intensité, [...] il n'est que durée mesurable, quantité appréciable. En revanche, dans la dilapidation, il est l'occasion de moments intenses, gonflés de sens. Des pics et des cimes. La qualité de l'émotion est sans pareille, l'éternité tout entière semble avoir pris place dans le fragment de temps qui s'est détaché en coïncidence avec le geste. [...] le dispendieux est un artiste du temps.

L'éthique de la dépense suppose l'éclatement et la production de fragments, le divers et le multiple. Ce sont des densités matérialisées, cristallisées qui font les points, mais l'ensemble de la démarche est dynamique. Elle suppose une volonté de mouvement, un consentement aux flux et aux fleuves. D'où l'héraclitéisme du dispendieux qui veut et aime la mobilité, qui sollicite la circulation dans le dessein de produire des opportunités pour une plus grande probabilité de dépenses. [...] il sait n'avoir pour seul capital que sa vie, qu'elle ne durera pas éternellement [...] La mort donne le prix, elle fixe le sens.[...]

Le probable devient effectif et réel par la dépense qui est mode de révélation. »

Michel Onfray, De la prodigalité ou l'excédent somptuaire, in La sculpture de soi : la morale esthétique

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/01/2021

Système neutre programmé pour réaliser le maximum de gain

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« On peut parfaitement comparer la femme à une entreprise, système neutre programmé pour réaliser le maximum de gain : la femme se lie sans amour, sans méchanceté ni haine personnelle, à l’homme qui travaille pour elle. S’il l’abandonne, l’angoisse naturellement la saisit, car son existence économique est en jeu. Sous cette angoisse aux causes rationnelles ne s’ouvre aucun abîme infini, et sa compensation est elle aussi d’ordre logique : par exemple, il suffit de prendre un autre homme sous contrat. »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/01/2021

L'un âgé et l'autre jeune

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Lorsqu’une femme a le choix entre deux hommes, l’un âgé et l’autre jeune, dont le revenu est le même, elle choisit certes le plus jeune, non parce que sa jeunesse lui inspire un sentiment esthétique ou de la sympathie, mais uniquement parce qu’il pourra subvenir plus longtemps à ses besoins. Les femmes savent très bien ce qu’elles attendent d’un homme, aussi prennent-elles parfaitement leur décision : on n’en a probablement jamais vu préférer pour mari un pauvre diable de vingt ans à un quadragénaire fortuné. »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/01/2021

Le dressage par l'éloge

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Une fois habitué aux compliments, il suffit de n’en pas recevoir pour se sentir blâmé. Le dressage par l’éloge présente entre autres les avantages suivants : celui qui est loué tombe dans un état de dépendance par rapport au laudateur (pour que l’éloge vaille quelque chose, il doit provenir d’une instance supérieure ; c’est donc reconnaître au laudateur un niveau plus élevé). L’éloge agit comme une drogue (lorsqu’il en est privé, l’intoxiqué confond toutes les valeurs et perd la faculté de s’identifier à lui-même). L’éloge accroît les rendements (il suffit pour ce de cesser de l’appliquer à l’état de choses présent et de ne l’appliquer qu’au rendement supérieur). »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

"Moral" et "Viol"...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

D'un ami sur Fesse de Bouc...

-----------------

Olivier Duhamel : « Je suis dégouté par l'abaissement moral de l'Amérique trumpiste. La dignité d'une démocratie ne doit jamais être violée de la sorte. »

Que ce sale type mette "moral" et "viol" dans la même phrase, c’est ébouriffant.

02:01 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/01/2021

Ils donnent à cet asservissement le nom d'amour

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le marxisme, l’amour du prochain, le racisme, le nationalisme, sont des exemples de ces systèmes qui sont l’œuvre de l’homme. Et l’homme qui, grâce à eux, parvient à satisfaire son besoin de religion, est en grande partie immunisé contre l’asservissement à un individu unique (la femme). Mais, dans leur très grande majorité, les hommes préfèrent consciemment se soumettre à cette divinité exclusive que sont les femmes (ils donnent à cet asservissement le nom d’amour), car elle présente toutes les conditions requises pour satisfaire leur besoin de religion. Toujours à leurs côtés, elle n’éprouve aucune inquiétude métaphysique, et en cela elle est réellement “divine”... Du fait qu’elle a sans cesse des exigences nouvelles, l’homme ne se sent jamais abandonné (comme Dieu, elle est omniprésente). Elle le délivre de sa dépendance des dieux collectifs qu’il doit partager avec ses concurrents. Elle lui semble digne de confiance puisqu’elle ressemble au Dieu de son enfance, à sa mère, et elle confère à son existence un sens artificiel puisque tout ce qu’il fait a pour objectif son confort à elle (et plus tard le confort de ses enfants), et non pas le sien. Déesse, elle peut non seulement châtier (en retirant sa protection), mais récompenser (en lui accordant des satisfactions sexuelles). Mais les plus importantes des conditions requises pour cette déification sont la tendance qu’a la femme à se déguiser, et sa sottise. Tout système doit impressionner ses croyants par la supériorité de ses connaissances ou les confondre par son incompréhensibilité. Comme il n’est pas question pour la femme de la première éventualité, elle tire profit de la seconde. Grâce à sa mascarade, l’homme voit en elle un être qui lui est étranger et plein de mystère, et toutes ses tentatives de contrôle échoueront devant une sottise telle qu’elle en est imprévisible. Car tandis que l’intelligence s’exprime par des actes logiques et compréhensibles, donc mesurables, calculables, contrôlables, les faits et gestes des imbéciles, manquent de toute rationalité, ne peuvent être ni prévus ni contrôlés. Ainsi, exactement comme les papes et les dictateurs, la femme se dissimule constamment derrière une muraille de pompe, de carnaval et de mystères de quatre sous pour éviter qu’on lui arrache son masque. Renouvelant sans cesse son empire, elle peut donc à tout moment garantir à l’homme la satisfaction de ses besoins religieux. »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/01/2021

Il n’y a rien, absolument rien, dans une femme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« L’homme, aveugle volontaire, continue à rechercher son bonheur dans l’asservissement. Cette servitude aurait quelque justification d’ordre poétique si la femme était vraiment ce qu’il croit être, un être tendre, charmant, une fée bienfaisante, un ange venu d’un monde meilleur, trop bonne pour lui et pour notre terre. Comment est il possible que les hommes, qui dans tous les autres domaines veulent tout savoir, se bouchent les yeux pour ignorer précisément ce simple fait ? Comment ne remarquent ils pas qu’en dehors d’un vagin, de deux seins, et d’une paire de cartes perforées qui débitent toujours la même série d’insanités stéréotypée, il n’y a rien, absolument rien, dans une femme ; qu’elle ne se compose que de matière, qu’elle n’est, sous de la peau humaine, qu’un rembourrage qui se donne pour un être pensant ? Si les hommes, une fois seulement, s’arrêtaient de produire aveuglément pour réfléchir, ils démasqueraient en un tour de main les femmes avec leurs colliers au cou, leurs petites blouses gaufrées et leurs sandalettes dorées, et il leur suffirait de se servir de l’intelligence, de l’imagination et de l’esprit de suite qui sont les leurs pour réaliser en quelques jours l’instrument, la machine humanoïde, qui remplacerait avantageusement un être qui manque à jamais de toute originalité extérieure et intérieure. Mais pourquoi les hommes craignent ils donc tant la vérité ? »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Christ est né ! En vérité il est né !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

Joyeuse Fête de la Nativité à mes frères et soeurs chrétiens Orthodoxes suivant le calendrier Julien. Paix aux hommes de bonne volonté !

 


Cliquez sur la photo...

00:05 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/01/2021

Par gentillesse de coeur, il voudrait la tirer de son embarras...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« L’homme aime sa femme, mais tout en la méprisant, parce qu’un être qui sort chaque matin de chez lui, plein d’énergie, pour conquérir un monde nouveau — ce qui évidemment n’arrive que rarement puisqu’il doit peiner pour gagner sa vie — ne peut que mépriser l’être qui refuse de le faire. C’est peut être la raison de tous ses efforts pour favoriser le développement spirituel et intellectuel de la femme : ayant honte pour elle, il croit qu’elle a aussi honte. Par gentillesse de cœur, il voudrait la tirer de son embarras. Ce qu’il ignore c’est que les femmes ne connaissent pas cette curiosité, cette ambition, ce besoin d’agir qui lui paraissent si naturels. Elles ne participent pas à l’univers masculin parce qu’elles ne le veulent pas: elles n’ont aucun besoin de lui. Le type d’autonomie de l’homme serait pour elles dépourvu de toute valeur, elles ne ressentent pas leur dépendance. La supériorité spirituelle et intellectuelle de l’homme ne les choque nullement : dans ce domaine elles n’ont aucune ambition. La femme peut choisir, et c’est ce qui lui assure une telle supériorité, une supériorité infinie, sur l’homme : elle a le choix entre la forme de vie de l’homme, et celle d’une sotte créature de luxe, d’un parasite ; presque toujours, elle choisit la seconde possibilité. L’homme, lui, n’a pas ce choix. »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/01/2021

Bertrand VERGELY : « Le Satan »

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

18:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Purement matérielles, jamais spirituelles

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Les vieilles façades — obligation du ménage, soins des enfants — derrière lesquelles elles dissimulent leur refus d’une vie spirituelle, sont encore debout malgré leur délabrement, et elles leur servent à justifier, ne serait ce qu’un peu ou pour la forme, leur fuite prématurée de l’université et leur répudiation de toute carrière où il faut vraiment assumer une responsabilité. Que se passera t-il lorsque le travail ménager sera encore plus automatisé, qu’il y aura pléthores de garderies d’enfants, ou quand les hommes découvriront — ce qu’ils auraient pu faire il y a longtemps — que pour vivre on a absolument pas besoin d’enfants ? Il suffirait que l’homme s’arrête, interrompe une fois seulement son activité aveugle et en fasse le bilan, pour qu’il s’aperçoive que tous ses efforts pour la promotion spirituelle de la femme sont restés vains. Certes, elle est de jour en jour plus toilettée, plus soignée, plus “cultivée”, mais ses exigences croissantes demeurent purement matérielles, jamais spirituelles. »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/01/2021

Vagin

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Or on considère comme prouvé qu’hommes et femmes naissent doués de facultés égales et qu’il n’y a aucune différence d’intelligence, à l’origine, entre les deux sexes. Mais il est établi de même que les facultés qu’on ne développe pas dépérissent : les femmes, faute d’exercer leur intellect et leur esprit, démantèlent de gaieté de cœur cet appareillage et, après quelques années d’entraînement sporadique, s’immobilisent au stade inférieur d’une bêtise incurable. Pourquoi la femme n’emploie t-elle pas son cerveau ? Parce que, pour rester en vie, elle n’a besoin d’aucune faculté d’ordre spirituel. Théoriquement, une jolie femme qui n’aurait que l’intelligence d’un chimpanzé réussirait parfaitement dans une société humaine. En général, son intelligence se bloque au plus tard à douze ans, c’est à dire à l’âge où elle décide de se livrer un jour à la prostitution en trouvant un homme qui travaille pour elle contre le prêt, à intervalles réguliers, de son vagin. »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/01/2021

Louanges masculines

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Ainsi, avant d'être à même de choisir de façon autonome une manière de vivre quelconque, l'homme, intoxiqué à force d'éloges, se sent seulement à l'aise dans les domaines d'activité qui lui valent l'approbation de la femme. Et comme, du fait de cette intoxication, il a besoin de plus en plus de louanges, il ressent l'obligation d'augmenter sans cesse ses cadences et son rendement dans les directions qui lui sont imposées. En principe, cette approbation pourrait évidemment venir d'un autre homme, mais pour les raisons exposées ci dessus, les hommes, continuellement occupés, se trouvent plongés dans une concurrence qui fait de chacun l'ennemi de tous. Aussi, dès qu'un homme peut se le permettre, cherche t'il à avoir à domicile son laudateur personnel, un thuriféraire exclusif, quelqu'un à qui il peut à tout instant demander s'il est vraiment un brave type, un type bien, et à quel point il est brave et bien. Comme par hasard, la femme est là, représentante idéale du rôle. Mais c'est elle qui d'avance a tout mis en scène, si bien qu'elle n'a plus qu'à y faire son entrée. Il arrive très rarement qu'un homme, savant ou artiste qui a réussi, parvienne à rompre ce charme et à tirer des autres hommes l'approbation dont il a tellement besoin. Toutefois, il a beau se libérer de la femme, il demeure toujours esclave de son besoin d'éloges. La preuve en est que l'homme qui s'est assuré sa sécurité matérielle par une réussite dans un certain domaine, n'en change plus: il ne tentera jamais d'éprouver ses capacités dans une autre branche d'activité, il ne satisfera jamais sa curiosité. »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/01/2021

Du travail féminin

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Évidemment, si l'homme voulait dévoiler ce que cache cette terminologie féminine, il n'aurait qu'à employer les mots "facile" et "difficile". Les tâches de l'homme sont en effet très difficiles, tandis que les travaux ménagers sont d'une extrême facilité. Avec la machinerie que l'homme a inventé dans ce but, le ménage disons de quatre personnes s'expédie sans grand peine en deux heures de matinée. Tout ce que la femme fait en plus est du superflu et ne sert qu'à son plaisir ou au maintien de symboles absurdes du statut de sa coterie (rideau dentelles, parterres de fleurs, encaustique partout). Lorsqu'elle prétend que c'est du travail, ce n'est qu'un mensonge, une tromperie éhontée. Le ménage est chose si facile que dans les hôpitaux, on le confie traditionnellement aux faibles d'esprit incapables de toute autre activité. Lorsque les femmes se plaignent que ce "travail" ne leur rapporte aucun salaire (elles n'exigent pas beaucoup, à peine ce que gagne un mécanicien automobile !), ce n'est qu'une preuve de plus de l'attirance qu'il exerce sur elles. Ce genre de revendications est d'ailleurs bien à courte vue, car il pourrait arriver qu'on évalue un jour la femme à sa valeur de main-d'oeuvre et qu'on la rétribue proportionnellement à ce qu'elle fait. On découvrirait alors à quel point les femmes vivent aux dépens des hommes et au dessus de leur rendement. Mais l'homme s'est tellement habitué, étant enfant, à la terminologie de la femme, qu'il ne ressent pas l'envie de dévoiler le vide qu'elle recouvre. Il faut qu'il croit, en gagnant de l'argent pour elle, qu'il accomplit quelque chose de noble et qu'il se livre ainsi à une activité dont elle n'est pas capable. S'il n'était mû par ce complexe de supériorité, la stupidité de son travail le désespérerait. Dès qu'il a l'impression que ce qu'il fait est à la portée de l'autre sexe, (et les femmes ne manquent pas de temps à autre d'éveiller chez lui ce sentiment), il s'efforce d'accroître son rendement et de rétablir la distance habituelle entre lui et le sexe "faible", distance indispensable à la haute idée qu'il doit avoir de lui. L'analyse de ce cercle infernal est simple: la femme invente des règles qui lui servent à dresser l'homme afin de pouvoir le subjuguer. Ces règles, elle les ignore dès qu'il s'agit d'elle. L'honneur masculin, par exemple, est l'un des systèmes inventé par la femme ; elle-même, s'en dégageant à priori, ne respecte aucune sorte d'honneur pour manipuler d'autant mieux les hommes. Dans la célèbre émission de télévision chapeau melon et bottes de cuir où figure Emma Peel, une scène représente deux adversaires que séparent une table de billard. Chacun d'eux a devant lui un revolver. Ils conviennent de se battre loyalement et de saisir leur arme après avoir compté à haute voix jusqu'à trois. Le héros prend la sienne a "deux" et sauve ainsi sa vie. En ce dégageant d'un système, on est toujours capable de manipuler celui qui tient davantage à un système qu'à la raison. »

Esther Vilar, L’homme subjugué

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/01/2021

Yoga

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 

Pour bien démarrer l'année... mettons-nous au Yoga...

 


Cliquez sur la photo...

11:03 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook