Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2018

On ne peut pas mélanger les cultures comme on mélange des liquides. C’est un signe d’irrespect envers ces cultures.

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Je suis très respectueux des cultures et des nations. Je considère que la culture est quelque chose de très profond, les nations également. Je pense que les frontières ne sont pas seulement des frontières matérielles. Ce sont des frontières spirituelles et des frontières historiques, avec tout ce que l’histoire a de poids. Je pense que l’humanité est riche de toutes ces différences-là. Respectueux de ces différences, je considère aussi qu’il peut y avoir des influences réciproques, mais que ces influences ne sont jamais l’objet d'une décision bureaucratique, ni d’un défilé d’État organisé par Jean-Paul Goude. Ces influences se font à travers l’histoire, à travers les événements et il n’y a pas de greffes tout à fait gratuites. On ne peut pas mélanger les cultures comme on mélange des liquides. C’est un signe d’irrespect envers ces cultures. Elles peuvent s’influencer mais par leur propre mouvement, par le lent mouvement de l’histoire, non par les décisions d’une bande de Pieds-Nickelés comme ceux qui gouvernent la France aujourd’hui. Je suis un métis, cela m’a posé des problèmes, mais je sais aussi que toute société humaine est endogamique. Toute société tend à se défendre, à éviter le mélange. Je suis très heureux que mon père et ma mère aient passés outre cette attitude. Donc je ne suis pas contre le métissage. Je suis contre le métissage sur ordre. Je n'aime pas être commandé. »

Jacques Vergès, Le salaud lumineux

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Sur la terre en plein soleil...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« En ce temps-là, j'étais jeune et j'avais soif : il m'a donné à boire. J'étais jeune et j'étais laide : il m'a fait croire que j'étais belle. J'étais sage et j'avais froid, j'avais peur et je tremblais, je craignais Dieu, je craignais les gens, je craignais mon père et ma mère, je me cachais en moi, je me cachais dans l'ombre, je me cachais en Dieu pour n'être pas trouvée: il m'a prise et ramenée sur la terre en plein soleil. J'avais dans le cœur une grâce, une fleur serrée, qui n'osait pas s'ouvrir: il l'a fait épanouir sur le pas de sa porte. J'avais dans le cœur un poème: il lui a donné la volée, il lui a ouvert le monde. Il m'a apprivoisée comme un petit oiseau sauvage et je suis venue manger dans sa main. Il m'a fait goûter la graine des champs, le miel de tous les poètes et de tous les pays, le lait de la tendresse humaine, la beauté des humbles choses, des humbles êtres. Était-ce moi, cette fille couronnée, sur les sentes des bois, sur la route et dans les rues de la ville ? »

Marie Noël, Notes intimes

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/01/2018

Ces souvenirs presque insensés de chevalerie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Revenant le long des haies à peine tracées, la pluie m’a surpris ; je me suis réfugié sous un hêtre : ses dernières feuilles tombaient comme mes années ; sa cime se dépouillait comme ma tête ; il était marqué au tronc d’un cercle rouge, pour être abattu comme moi. Rentré à mon auberge, avec une moisson de plantes d’automne et dans des dispositions peu propres à la joie, je vous raconterai la mort de M. le duc d’Enghien, à la vue des ruines de Chantilly.

Cette mort, dans le premier moment, glaça d’effroi tous les cœurs ; on appréhenda le revenir du règne de Robespierre. Paris crut revoir un de ces jours qu’on ne voit qu’une fois, le jour de l’exécution de Louis XVI. Les serviteurs, les amis, les parents de Bonaparte étaient consternés. À l’étranger, si le langage diplomatique étouffa subitement la sensation populaire, elle n’en remua pas moins les entrailles de la foule. Dans la famille exilée des Bourbons, le coup pénétra d’outre en outre : Louis XVIII renvoya au roi d’Espagne l’ordre de la Toison-d’Or, dont Bonaparte venait d’être décoré ; le renvoi était accompagné de cette lettre, qui fait honneur à l’âme royale :

"Monsieur et cher cousin, il ne peut y avoir rien de commun entre moi et le grand criminel que l’audace et la fortune ont placé sur un trône qu’il a eu la barbarie de souiller du sang pur d’un Bourbon, le duc d’Enghien. La religion peut m’engager à pardonner à un assassin ; mais le tyran de mon peuple doit toujours être mon ennemi. La Providence, par des motifs inexplicables, peut me condamner à finir mes jours en exil ; mais jamais ni mes contemporains ni la postérité ne pourront dire que, dans le temps de l’adversité, je me sois montré indigne d’occuper, jusqu’au dernier soupir, le trône de mes ancêtres."

Il ne faut point oublier un autre nom, qui s’associe au nom du duc d’Enghien : Gustave-Adolphe, le détrôné et le banni, fut le seul des rois alors régnants qui osa élever la voix pour sauver le jeune prince français. Il fit partir de Carlsruhe un aide de camp porteur d’une lettre à Bonaparte ; la lettre arriva trop tard : le dernier des Condé n’existait plus. Gustave-Adolphe renvoya au roi de Prusse le cordon de l’Aigle-Noir, comme Louis XVIII avait renvoyé la Toison-d’Or au roi d’Espagne. Gustave déclarait à l’héritier du grand Frédéric que, "d’après les lois de la chevalerie, il ne pouvait pas consentir à être le frère d’armes de l’assassin du duc d’Enghien." (Bonaparte avait l’Aigle-Noir.) Il y a je ne sais quelle dérision amère dans ces souvenirs presque insensés de chevalerie, éteints partout, excepté au cœur d’un roi malheureux pour un ami assassiné ; nobles sympathies de l’infortune, qui vivent à l’écart sans être comprises, dans un monde ignoré des hommes !

Hélas ! nous avions passé à travers trop de despotismes différents, nos caractères, domptés par une suite de maux et d’oppressions, n’avaient plus assez d’énergie pour qu’à propos de la mort du jeune Condé notre douleur portât longtemps le crêpe : peu à peu les larmes se tarirent ; la peur déborda en félicitations sur les dangers auxquels le premier consul venait d’échapper ; elle pleurait de reconnaissance d’avoir été sauvée par une si sainte immolation. Néron, sous la dictée de Sénèque, écrivit au sénat une lettre apologétique du meurtre d’Agrippine ; les sénateurs, transportés, comblèrent de bénédictions le fils magnanime qui n’avait pas craint de s’arracher le cœur par un parricide tant salutaire ! La société retourna vite à ses plaisirs ; elle avait frayeur de son deuil : après la Terreur, les victimes épargnées dansaient, s’efforçaient de paraître heureuses, et, craignant d’être soupçonnées coupables de mémoire, elles avaient la même gaieté qu’en allant à l’échafaud. »

François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Politiquement incorrectes, les réformes de Trump sont un succès pour l'économie américaine

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

 

Un an après l'arrivée fracassante du nouvel occupant de la Maison-Blanche, l'économie américaine est au beau fixe. Nicolas Lecaussin décrypte les réussites de la politique fiscale de Trump.

-----------------------------------

Nicolas Lecaussin est directeur de l'IREF (Institut de Recherches Économiques et Fiscales, Paris).

-----------------------------------

Dans un éditorial publié en 2016, avant le changement à la Maison Blanche, l'économiste Paul Krugman, titulaire du prix Nobel, écrivait: «Si Trump est élu, l'économie américaine va s'écrouler et les marchés financiers ne vont jamais s'en remettre». Un an après sa prise de fonction, le président Trump est à la tête d'un pays en plein boom économique, et dont l'indice boursier a battu tous les records.

On m'objectera que Trump est provocateur, imprévisible, irascible. Qu'il ne peut pas s'empêcher de tweeter tout (et surtout n'importe quoi). Mais si l'on regarde les faits, et uniquement les faits, un constat s'impose : on ne peut pas trouver dans l'histoire récente des Etats-Unis un président ayant mené à bien autant de réformes en un laps de temps si court. Même Reagan a mis trois ans à réformer la fiscalité américaine! Trump, lui, l'a fait en quelques mois.

Alors certes, « The Donald » n'a pas réussi à démanteler complètement l'Obamacare, suite aux oppositions rencontrées dans son propre parti ; mais sa réforme fiscale inclut la fin du «mandat individuel», cette fameuse obligation de souscrire à une assurance santé. Plus exactement, l'amende pour le non-respect de cette obligation est supprimée par la réforme.

Cette mesure était nécessaire. En 2009, les conséquences de cette mesure coercitive, emblématique de la présidence d'Obama, ne s'étaient pas fait attendre. Il y avait eu d'énormes bugs informatiques qui ont découragé des millions de personnes de souscrire en ligne. Puis des millions d'Américains ont été contraints de résilier leur assurance privée, alors que nombre d'entre eux n'en ressentaient nullement l'envie. Depuis 2009, plus de 2 400 pages de réglementations se sont accumulées pour réguler le fonctionnement du système. Le président Obama avait promis de baisser les franchises de santé grâce à ce programme, mais ce fut tout le contraire: elles ont augmenté de 60 % en moyenne. Les primes d'assurance ont bondi dans l'ensemble de 25 % (et même jusqu'à 119 % dans l'état d'Arizona).

Les assureurs ne s'en sortaient plus à cause des réglementations très strictes qui leur ont été imposées. Obama avait aussi promis de baisser le prix de l'assurance santé d'environ 2 500 dollars par famille et par an ; en réalité, le prix a augmenté de 2 100 dollars! Trump met fin à cette dérive en ouvrant le système un peu plus à la concurrence et en donnant aux Américains la liberté de choisir.

Ce n'est pas tout. La réforme fiscale adoptée par le Congrès des États-Unis contient de nombreuses mesures audacieuses, que les Américains attendaient. Par exemple la baisse de la taxe sur les bénéfices des entreprises (de 35 % à 21 %), qui s'accompagne d'une déduction fiscale généreuse pour les entreprises dont les profits ne sont déclarés qu'au travers des revenus de leurs propriétaires. Plusieurs taxes ont par ailleurs été supprimées, comme la taxe minimum de 20 % sur les bénéfices effectifs.

Surtout, le président Trump a entamé une vaste opération visant à rapatrier entre 2 000 et 4 000 milliards de dollars de profits placés à l'étranger, en diminuant la taxe sur ces profits de 35 % à moins de 15 %.

Autre mesure symbolique: la suppression de la taxe sur les héritages au-dessous de 10 millions de dollars satisfait une large partie de l'électorat républicain.

Certains Etats dont la fiscalité est particulièrement élevée, comme la Californie, seront également obligés de se réformer pour faire face à la suppression de certaines déductions fiscales. Leurs habitants ne pourront plus en effet déduire l'impôt sur le revenu local de leurs impôts fédéraux.

Plusieurs mesures abolissent l'interdiction des forages de pétrole en Alaska. À l'heure actuelle, Trump a ouvert toutes les possibilités d'exploitation sur le continent américain, ce qui fera du pays l'un des principaux exportateurs de matières premières. Trump se positionne ainsi en ennemi du politiquement correct et reste méfiant à l'égard des gourous du réchauffement climatique. Il a été le seul à avoir le courage de se retirer de la COP 21, cette mascarade coûteuse qui consiste à organiser de gigantesques réunions de chefs d'État aux frais des contribuables. Il a supprimé la prime à la voiture électrique (pour une économie de 7 milliards de dollars) ainsi que les subventions aux parcs d'éoliennes.

Enfin, Trump s'est attaqué aux réglementations. Entre janvier et décembre 2017, il a supprimé la moitié (45 000) des pages que contient le Code des réglementations. Plus de 1 500 réglementations importantes ont été abolies, dont beaucoup dans le domaine de l'environnement. Les économies obtenues sont estimées à plus de 9 milliards de dollars. Faisant fi des protestations, il a libéré le secteur d'internet de plusieurs contraintes anachroniques.

Au plan international, Trump s'oppose à la Chine dont les pratiques commerciales douteuses ont fait l'objet d'enquêtes de la part de Washington. Mais cette position juste face aux Chinois ne devrait pas conduire la Maison Blanche à cautionner des mesures restrictives de la liberté du commerce et des échanges, qui risqueraient de peser sur la croissance américaine et même mondiale. On songe ici à la proposition faite par la Chambre des Représentants de faire payer aux multinationales une taxe de 20 % sur les achats faits à des filiales étrangères de leur groupe. Ou encore, celle du Sénat de réimposer les sociétés américaines au taux de 13 % sur les services facturés de l'étranger par les sociétés du groupe.

En tout état de cause, en ce début janvier 2018, l'économie américaine semble partir sur des bases solides. Le troisième trimestre de croissance s'est élevé à plus de 3 %, et le taux de chômage est au plus bas, à seulement 4.1 % (2.1 millions d'emplois créés en une année, du jamais vu depuis 1990), et même à 6.8 % pour la population noire, un taux qui n'a jamais été si faible depuis 1973.

Les effets des baisses d'impôt se font d'ores et déjà sentir: des entreprises comme AT&T, Comcast, Wells Fargo, Boeing, Nexus Services ont annoncé des primes et des hausses de salaires.

Le pire ennemi de Trump est certainement lui-même. Cet homme d'affaires n'est pas un politicien professionnel. Saura-t-il alors se contrôler, pour continuer à remettre l'Amérique sur les rails et mépriser l'idéologiquement correct, sans se laisser aller à des provocations futiles ?

-----------------------------------

Source : Nicolas Lecaussin pour Le Figaro le 09/01/2018

-----------------------------------

 

13:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Une imagination prodigieuse animait ce politique si froid

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Après l’adoption du Concordat par le Corps législatif en 1802, Lucien, ministre de l’intérieur, donna une fête à son frère ; j’y fus invité, comme ayant rallié les forces chrétiennes et les ayant ramenées à la charge. J’étais dans la galerie, lorsque Napoléon entra : il me frappa agréablement ; je ne l’avais jamais aperçu que de loin. Son sourire était caressant et beau ; son œil admirable, surtout par la manière dont il était placé sous son front et encadré dans ses sourcils. Il n’avait encore aucune charlatanerie dans le regard, rien de théâtral et d’affecté. Le Génie du Christianisme, qui faisait en ce moment beaucoup de bruit, avait agi sur Napoléon. Une imagination prodigieuse animait ce politique si froid : il n’eût pas été ce qu’il était si la Muse n’eût été là ; la raison accomplissait les idées du poète. Tous ces hommes à grande vie sont toujours un composé de deux natures, car il les faut capables d’inspiration et d’action : l’une enfante le projet, l’autre l’accomplit.

Bonaparte m’aperçut et me reconnut, j’ignore à quoi. Quand il se dirigea vers ma personne, on ne savait qui il cherchait ; les rangs s’ouvraient successivement ; chacun espérait que le consul s’arrêterait à lui ; il avait l’air d’éprouver une certaine impatience de ces méprises. Je m’enfonçais derrière mes voisins ; Bonaparte éleva tout à coup la voix et me dit : "Monsieur de Chateaubriand !" Je restai seul alors en avant, car la foule se retira et bientôt se reforma en cercle autour des interlocuteurs. Bonaparte m’aborda avec simplicité : sans me faire de compliments, sans questions oiseuses, sans préambule, il me parla sur-le-champ de l’Égypte et des Arabes, comme si j’eusse été de son intimité et comme s’il n’eût fait que continuer une conversation déjà commencée entre nous. "J’étais toujours frappé, me dit-il, quand je voyais les cheiks tomber à genoux au milieu du désert, se tourner vers l’Orient et toucher le sable de leur front. Qu’était-ce que cette chose inconnue qu’ils adoraient vers l’Orient ?"

Bonaparte s’interrompit, et passant sans transition à une autre idée : "Le christianisme ! Les idéologues n’ont-ils pas voulu en faire un système d’astronomie ? Quand cela serait, croient-ils me persuader que le christianisme est petit ? Si le christianisme est l’allégorie du mouvement des sphères, la géométrie des astres, les esprits forts ont beau faire, malgré eux ils ont encore laissé assez de grandeur à ' l’infâme '."

Bonaparte incontinent s’éloigna. Comme à Job, dans ma nuit, "un esprit est passé devant moi ; les poils de ma chair se sont hérissés ; il s’est tenu là : je ne connais point son visage et j’ai entendu sa voix comme un petit souffle."

Mes jours n’ont été qu’une suite de visions ; l’enfer et le ciel se sont continuellement ouverts sous mes pas ou sur ma tête, sans que j’aie eu le temps de sonder leurs ténèbres ou leurs lumières. J’ai rencontré une seule fois sur le rivage des deux mondes l’homme du dernier siècle et l’homme du nouveau, Washington et Napoléon. Je m’entretins un moment avec l’un et l’autre ; tous deux me renvoyèrent à la solitude, le premier par un souhait bienveillant, le second par un crime.

Je remarquai qu’en circulant dans la foule, Bonaparte me jetait des regards plus profonds que ceux qu’il avait arrêtés sur moi en me parlant. Je le suivais aussi des yeux :

Chi è quel grande che non par che curi

L’ incendio ?

"Quel est ce grand qui n’a cure de l’incendie ?" (Dante)

À la suite de cette entrevue, Bonaparte pensa à moi pour Rome : il avait jugé d’un coup d’œil où et comment je lui pouvais être utile. Peu lui importait que je n’eusse pas été dans les affaires, que j’ignorasse jusqu’au premier mot de la diplomatie pratique ; il croyait que tel esprit sait toujours, et qu’il n’a pas besoin d’apprentissage. C’était un grand découvreur d’hommes ; mais il voulait qu’ils n’eussent de talent que pour lui, à condition encore qu’on parlât peu de ce talent ; jaloux de toute renommée, il la regardait comme une usurpation sur la sienne : il ne devait y avoir que Napoléon dans l’univers.

Fontanes et madame Bacciochi me parlèrent de la satisfaction que le Consul avait eue de ma conversation : je n’avais pas ouvert la bouche ; cela voulait dire que Bonaparte était content de lui. »

François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/01/2018

Un néo-féminisme victimaire, puritain et sexiste

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

 

Renée Fregosi réagit aux dérives du féminisme contemporain. Elle s'insurge contre un « néo-féminisme » à rebours des luttes historiques et complaisant avec l'islamisme

---------------------------------------

Renée Fregosi est une philosophe et politologue française. Directrice de recherche en Science politique à l'Université Paris-Sorbonne-Nouvelle, elle a récemment publié Les nouveaux autoritaires. Justiciers, censeurs et autocrates (éd. du Moment 2016)

---------------------------------------

Nombre de féministes qui ont milité au MLF comme moi dès les débuts du mouvement en 1971 et qui se revendiquent toujours de cet engagement, ne se reconnaissent cependant pas dans l'expression dominante du féminisme d'aujourd'hui. Elles s'inscrivent en faux contre ce féminisme victimaire, puritain et essentiellement sexiste qui s'est manifesté récemment de façon spectaculaire avec la campagne contre le harcèlement sexuel, mais qui est à l'œuvre depuis plusieurs années notamment à travers la lutte dite « abolitionniste » contre la prostitution en général, à travers la pénalisation du client (considéré comme exclusivement masculin et prédateur).

Les deux courants historiques du féminisme

Le MLF dès le début des années 70 était divisé entre deux grands courants principaux (avec des variantes et des croisements multiples au demeurant). D'un côté, « les «Féministes révolutionnaires » (dont faisait partie Anne Zelensky qui a articulé luttes féministe et laïque) se revendiquaient à la fois héritières des suffragettes et provocatrices à travers des actions symboliques comme la cérémonie de la femme du soldat inconnu à l'Arc de Triomphe ou le Manifeste des 343 Salopes en faveur de l'avortement. Le mouvement des Gouines rouges, fondé par Marie-Jo Bonnet était également de ce courant militant libertaire qui revendiquait une pluralité de sexualités pour les femmes comme pour les hommes. D'un autre côté, le groupe «Psychanalyse et Politique» qui s'enfermait dans un cénacle féminin et développait l'idée d'une nature féminine irréductible centrée sur la maternité et un type de sexualité caractérisé par la douceur. Son chef de file Antoinette Fouque affirmait ainsi l'existence d'une libido spécifiquement féminine « située à un stade génital post-phallique, de type oral-vaginal, opposée à la sexualité masculine génitale phallique-anale ».

C'est dans cette logique plutôt «féminine» ou que l'on pourrait appeler « féminiciste », que s'inscrivent les différentes luttes contemporaines contre « le mâle blanc dominant » a priori potentiellement violeur, harceleur, usager violent de prostituées. Le qualificatif de «néo-féministe» est alors justifié pour caractériser ce courant punitif, dans la mesure où tout phénomène « néo » réalise à la fois une filiation et une trahison du passé. Le courant féministe auquel se rattachent les néo-féministes existe bien en effet au sein de la nébuleuse féministe depuis la naissance du MLF, mais ce féminisme devenu justicier occupe aujourd'hui une position hégémonique et tend à réduire au silence d'autres conceptions de la libération des femmes.

Le droit à la différence contre l'égalité des droits

Refusant de prendre en compte la réduction certes trop lente mais inconstatable des inégalités de sexes en occident depuis plusieurs décennies, les néo-féministes renoncent à l'égalité des droits au profit du droit à la différence. Plutôt que de revendiquer et de pratiquer l'égalité hommes/femmes dans l'excellence, la bravoure ou l'intelligence comme dans la bêtise, la médiocrité et la méchanceté, ces étranges féministes vantent une féminité de la douceur et de la faiblesse physique, qui irait de pair avec une prétendue supériorité de l'âme des femmes. A rebours des luttes passées, elles préconisent volontiers le refus de la pilule au motif qu'elle déresponsabiliserait les hommes plutôt que libérer les femmes, et la contrainte de l'allaitement qui consoliderait le lien entre la mère et l'enfant et renforcerait le rôle des femmes.

Pour les néo-féministes, point de femmes dominantes, dominatrices voire prédatrices et agressives (comme en témoigne cependant par exemple le nombre important d'hommes battus: chaque année en France, 80.000 hommes souffrent de violences conjugales), point de femmes à l'activité sexuelle affirmée, aux désirs revendiqués (comme en témoigne par exemple l'augmentation de la consommation de sexe commercial par des femmes : en 2015 le nombre d'escort boys au Royaume-Uni était estimé à 15.000), point non plus d'admiration pour les splendides combattantes kurdes engagées contre Daech et les brillantes militaires françaises de plus en plus nombreuses dans toutes les armées.

Convergence des réactionnaires

En faisant glisser le concept de genre (construit) sur la différenciation radicale des sexes (nature essentialisée) le néo-féminisme contribue insidieusement à la promotion d'une nouvelle forme d'infantilisation des femmes qui seraient a priori des proies pour les hommes, dans les rues et au travail comme dans l'espace domestique. Au prétexte de lutter contre les archétypes de la virilité dominante, on renonce alors à éduquer les filles «comme des garçons» pour favoriser leur émancipation. Et en promouvant la répression des hommes et de leurs « bas instincts » comme seul moyen pour protéger les femmes, le néo-féminisme rejoint les défenseurs les plus réactionnaires de la distinction des rôles genrés et de la séparation des sexes.

Par ailleurs, en « naturalisant » LA femme et les relations homme/femme, les néo-féministes en arrivent à nier les dimensions historique et culturelle de l'oppression des femmes et toutes les différences entre les situations des femmes à travers le monde et les sociétés. Elles soutiennent ainsi une position relativisante à l'égard des atteintes aux droits des femmes que sont le voilement partiel ou total du corps des femmes par l'islamisme, la réclusion domestique, la réduction du rôle des femmes à la reproduction, et même l'excision. La complaisance se fait même complicité lorsque certaines des néo-féministes acceptent comme des leurs les « féministes islamiques » en lutte contre « le féminisme occidental », et considèrent que le voile est bien une protection des femmes contre la concupiscence des hommes.

Pourtant, comme l'affirmait une jeune égyptienne qui participait à la manifestation de femmes enlevant leurs foulards Place Tahir en mai 2015 en signe de libération : « J'ai des amies qui ont retiré leur voile et qui depuis se font moins harceler dans la rue. Croyez-moi, certains hommes ont des femmes voilées l'image de femmes faibles, fragiles, et ils en profitent pour les harceler plus ». Le féminisme d'émancipation et de libération s'oppose en effet bien plus efficacement à l'offensive islamiste foncièrement misogyne et aux réactionnaires de tout poil, que le néo-féminisme de victimisation.

---------------------------------------

Source : Renée Fregosi pour Le Figaro le 28/11/2017

---------------------------------------

 

17:33 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le christianisme agit avec lenteur parce qu’il agit partout

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« En supposant que l’opinion religieuse existât telle qu’elle est à l’heure où j’écris maintenant, le "Génie du Christianisme" étant encore à faire, je le composerais tout différemment : au lieu de rappeler les bienfaits et les institutions de notre religion au passé, je ferais voir que le christianisme est la pensée de l’avenir et de la liberté humaine ; que cette pensée rédemptrice et messie est le seul fondement de l’égalité sociale ; qu’elle seule la peut établir, parce qu’elle place auprès de cette égalité la nécessité du devoir, correctif et régulateur de l’instinct démocratique. La légalité ne suffit pas pour contenir, parce qu’elle n’est pas permanente ; elle tire sa force de la loi ; or, la loi est l’ouvrage des hommes qui passent et varient. Une loi n’est pas toujours obligatoire ; elle peut toujours être changée par une autre loi : contrairement à cela, la morale est permanente ; elle a sa force en elle-même, parce qu’elle vient de l’ordre immuable ; elle seule peut donc donner la durée.

Je ferais voir que partout où le christianisme a dominé, il a changé l’idée, il a rectifié les notions du juste et de l’injuste, substitué l’affirmation au doute, embrassé l’humanité entière dans ses doctrines et ses préceptes. Je tâcherais de deviner la distance où nous sommes encore de l’accomplissement total de l’Évangile, en supputant le nombre des maux détruits et des améliorations opérées dans les dix-huit siècles écoulés de ce côté-ci de la croix. Le christianisme agit avec lenteur parce qu’il agit partout ; il ne s’attache pas à la réforme d’une société particulière, il travaille sur la société générale ; sa philanthropie s’étend à tous les fils d’Adam : c’est ce qu’il exprime avec une merveilleuse simplicité dans ses oraisons les plus communes, dans ses vœux quotidiens, lorsqu’il dit à la foule dans le temple : "Prions pour tout ce qui souffre sur la terre." Quelle religion a jamais parlé de la sorte ? Le Verbe ne s’est point fait chair dans l’homme de plaisir, il s’est incarné à l’homme de douleur, dans le but de l’affranchissement de tous, d’une fraternité universelle et d’une salvation immense.

Quand le "Génie du Christianisme" n’aurait donné naissance qu’à de telles investigations, je me féliciterais de l’avoir publié : reste à savoir si, à l’époque de l’apparition de ce livre, un autre Génie du Christianisme, élevé sur le nouveau plan dont j’indique à peine le tracé, aurait obtenu le même succès. En 1803, lorsqu’on n’accordait rien à l’ancienne religion, qu’elle était l’objet du dédain, que l’on ne savait pas le premier mot de la question, aurait-on été bien venu à parler de la liberté future descendant du Calvaire, quand on était encore meurtri des excès de la liberté des passions ? Bonaparte eût-il souffert un pareil ouvrage ? Il était peut-être utile d’exciter les regrets, d’intéresser l’imagination à une cause si méconnue, d’attirer les regards sur l’objet méprisé, de le rendre aimable, avant de montrer comment il était sérieux, puissant et salutaire. »

François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Auprès du monde croulant du paganisme, s'éleva autrefois, comme en dehors de la société, un autre monde

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le heurt que le "Génie du Christianisme" donna aux esprits fit sortir le XVIIIe siècle de l’ornière, et le jeta pour jamais hors de sa voie : on recommença, ou plutôt on commença à étudier les sources du christianisme : en relisant les Pères (en supposant qu’on les eût jamais lus), on fut frappé de rencontrer tant de faits curieux, tant de science philosophique, tant de beautés de style de tous les genres, tant d’idées, qui, par une gradation plus ou moins sensible, faisaient le passage de la société antique à la société moderne : ère unique et mémorable de l’humanité, où le ciel communique avec la terre au travers d’âmes placées dans des hommes de génie.

Auprès du monde croulant du paganisme, s'éleva autrefois, comme en dehors de la société, un autre monde, spectateur de ces grands spectacles, pauvre, à l'écart, solitaire, ne se mêlant des affaires de la vie que quand on avait besoin de ses leçons ou de ses secours.

C'était une chose merveilleuse de voir ces premiers évêques, presque tous honorés du nom de saints et de martyrs, ces simples prêtres veillant aux reliques et aux cimetières, ces religieux et ces ermites dans leurs couvents ou dans leurs grottes, faisant des règlements de paix, de morale, de charité, quand tout était guerre, corruption, barbarie; allant des tyrans de Rome aux chefs des Tartares et des Goths, afin de prévenir l'injustice des uns et la cruauté des autres, arrêtant des armées avec une croix de bois et une parole pacifique; les plus faibles des hommes et protégeant le monde contre Attila; placés entre 2 univers pour en être le lien, pour consoler les derniers moments d'une société expirante et soutenir les premiers pas d'une société au berceau. »

François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe

 

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Harvey Weinstein Style...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/01/2018

Chantal Delsol : « Le problème religieux vis-à-vis de la laïcité française est spécifique aux musulmans »

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

 

La philosophe rappelle que la laïcité est un produit de la tradition grecque et judéo-chrétienne. Dire que toutes les religions sont également hostiles à ce principe est faux et réducteur.

La volonté des gouvernants et des médias est constante de tenter de mettre le judéo-christianisme et l’islam sur un pied d’égalité, afin de diluer dans un grand chaudron étiqueté «religion» les comportements parfois si archaïques et inacceptables de l’islam. Certains de nos gouvernants sont tentés d’éradiquer tout signe religieux d’où qu’il vienne, afin de ne pas faire preuve de « discrimination » envers l’islam – idée simplissime, et contre-productive dans sa pathétique sottise.

Un soupçon d’honnêteté nous impose pourtant de distinguer ce qui est tellement différent. Nos contemporains n’aiment pas distinguer, ils voient là des discriminations, et leur désir inaltérable d’égalité les emmène vers toujours plus d’indifférenciation. C’est ainsi qu’on se livre à longueur de médias à des amalgames assez monstrueux: il suffirait d’être un peu patient avec l’islam, puisque le catholicisme aussi a mis des siècles à devenir tolérant et à abandonner ses prétentions au pouvoir temporel.

Comme si la laïcité était un cadeau du temps, un simple produit de l’habitude. Alors que la laïcité est, en réalité, la manière française de dire cette séparation du politique et du sacré qui s’appelle sécularisation chez tous les Européens et apparaît très anciennement chez les Grecs (au VIIe siècle avant J.-C. avec la création de l’Archontat à Athènes), et surtout chez les chrétiens avec le « rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ».

Il n’y a ni séparation entre le politique et le sacré, donc ni sécularisation ni laïcité, dans la religion musulmane.

Cela ne veut pas dire que nombre de musulmans de France, français ou non, ne peuvent adopter notre laïcité et la vivre même avec ferveur, en modernisant ou si l’on veut en «protestantisant» leur propre religion. C’est bien d’ailleurs parce que cette évolution vers la laïcité exige un changement profond, parce qu’elle ne correspond pas à la tradition islamique, qu’elle suscite la constitution de groupes intégristes bientôt terroristes.

La laïcité est à l’origine (sous forme de sécularisation), notre invention et notre produit: celui des peuples grecs et judéo-chrétiens. Elle découle directement, et même abruptement, des caractéristiques spécifiques de ce Dieu, qui donne la liberté à l’homme et par conséquent le laisse agir dans sa sphère, celle immanente – celle du politique. Un Dieu qui laisse sa créature faire et assumer ses propres errements. Il n’en va pas du tout de même avec l’islam, qui n’est pas une religion de liberté, mais d’inclusion et de soumission – c’est le mot même.

Aussi l’importance, et l’obligation, de respecter la laïcité, ne signifie pas du tout la même chose en France pour des judéo-chrétiens et pour des musulmans. Pour les premiers elle est la suite légitime de toute leur histoire, qu’ils n’ont pas toujours, loin de là, respectée correctement, mais qu’ils n’ont pas de raison de ne pas respecter à moins de se nier eux-mêmes: on demande juste à l’inventeur de reconnaître son invention… Pour les musulmans, c’est autre chose, puisque toute leur histoire dit précisément le contraire.

On tient, et on a raison, à ce que toutes les religions sans exception se sentent concernées par la laïcité et obéissent à ses exigences. Cependant on n’a pas besoin d’empêcher les juifs et les chrétiens d’organiser des prières de rue ni de brandir le voile intégral dans l’espace public: ils ne le font pas. Le problème religieux vis-à-vis de la laïcité française est spécifique aux musulmans. Pour pouvoir se permettre de s’opposer aux usages musulmans qui vont à l’encontre de la laïcité, on se croit alors obligé d’aller reprocher aux chrétiens jusqu’à leurs legs culturels, comme l’exposition des crèches.

Rappel d’un événement vrai et fondateur pour les croyants, la crèche est devenue pour les non-croyants un mythe signifiant de l’histoire de l’Occident. Toute grande croyance établie sur le long terme laisse des mythes à ses bords, comme la vague de la mer laisse l’écume. En Occident, les mythes, histoires ni vraies ni fausses mais signifiantes et édifiantes, proviennent du judéo-christianisme, ce qui est normal puisque c’est cette religion qui nous a structurés.

S’il y a aujourd’hui un islam de France, puisque 10 % des Français sont musulmans (selon les chiffres d’Hakim El Karoui), pour autant nous ne sommes pas habités par les croyances/mythes des razzias de Mahomet ni la vision des femmes de Mahomet. […]

Depuis les premiers attentats meurtriers, il a été demandé avec force et bien légitimement d’éviter les amalgames entre les terroristes musulmans et la population musulmane largement modérée (c’est d’ailleurs cette population qui prend le risque de s’amalgamer elle-même aux terroristes quand elle garde un silence assourdissant – un des traits qui marque notre différence culturelle: il est clair que si un groupe de catholiques cinglés se mettaient à tuer ainsi en commandos, nous cesserions illico de dormir tant que nous n’aurions pas réussi à nous démarquer d’eux par tous arguments imaginables). Mais il est étrange de voir l’amalgame qui est fait dans le même temps, et d’aussi bon cœur, entre le judéo-christianisme et l’islam – comme si ces deux religions avaient autant de mal l’une que l’autre à assumer la nécessaire laïcité.

Alors que la première est simplement la mère nourricière de la laïcité, bien avant les républicains bruyants, et connaît la chanson mieux que tous ses successeurs donneurs de leçons. Et que la seconde, qui n’est pas née dans le même chaudron, doit tout apprendre de cette séparation du politique et du sacré. Ce qui est loin d’être acquis. Il faut arrêter de sanctuariser l’islam pour se racheter face à d’anciens colonisés. Ce n’est pas seulement l’islamisme, c’est l’islam tout court qui doit tout apprendre sur la laïcité, la tolérance et l’émancipation des femmes. Les 10 % (selon Hakim El Karoui) de musulmans français, ou installés en France, sont bienvenus s’ils acceptent notre art de vivre, et en premier lieu la laïcité avec tout ce qu’elle comporte. Mais ce n’est pas en nous inventant des vices que nous les porterons à notre niveau. C’est en les respectant tels qu’ils sont puis en leur donnant envie de nous ressembler – ce qui suppose que nous cessions de nous mépriser nous-mêmes.

------------------------------

Source : Chantal Delsol pour Le Figaro, le 09/01/2018

------------------------------

 

 

Chantal Delsol

16:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Où est passée la France « d'en bas » ?

=--=Publié dans la Catégorie "Franc-tireur"=--=

 

 

« Tout cela va très mal finir » aurait déclaré en privé le président Sarkozy. Que voulait-il dire par là ? Deux France évoluent en parallèle et l'abîme entre elles, ne cesse jour après jour de se creuser un peu plus.

La France dite « d'en haut », ses milieux dirigeants, ses responsables publics et politiques, ses réseaux d'influence, ses médias radio-télévision, ses experts, ses milieux financiers, se porte plutôt bien.

La personnalisation médiatique du pouvoir, autour du plus jeune président de l'histoire, atteint un niveau vertigineux, jamais égalé, oscillant entre l'exaltation et l'exaspération, dans un monde factice, illusoire, surmédiatisé, où le culte du chef est l'écran de fumée qui recouvre, de quinquennat en quinquennat, l'impuissance publique à régler les problèmes des Français.

De même, les crises d'hystérie s'enchaînent à un rythme endiablé, venues des Etats-Unis, après l'affaire des statues dites racistes, la dernière en date autour des scandales sexuels et du « #balancetonporc » comme le montre si bien M. Gilles-William Goldnadel.

La course aux lynchages bat son plein comme dans un jeu de « soft terreur » ayant le déshonneur public pour guillotine. Dernier « suspect », dernier lynché : le député M. Lassale, longtemps coqueluche des médias. Nul n'échappe désormais au syndrome de l'arroseur arrosé, au spectre d'une dénonciation, pas même les bourreaux eux-mêmes, comme le couperet s'est un jour abattu sur la nuque des Robespierre, Saint Just et Fouquier-Tinville.

La fuite dans les commémorations solennelles est elle aussi de routine. Il est logique que cette France dite d'en haut s'apprête à célébrer mai 1968, son acte de naissance, avec son culte du nivellement et de la table rase, son « interdit d'interdire », ses « CRS=SS » et son individu-roi qui s'exprime dans le célèbre — et ambigu — « jouissez sans entraves ». De même, la France dite d'en haut s'enivre par avance dans l'éblouissement des jeux olympiques de Paris 2024, comme pour oublier le présent et le monde des réalités.

Mais au-dessous du grand maelström hystérique, où en est la France dite « d'en bas », celle de la majorité silencieuse et des tracas de la vie réelle ?

Où sont passés les 5 à 6 millions de chômeurs ? Les 2 millions de bénéficiaires du RSA ?, les 8 à 9 millions de pauvres et les 3,2 millions de mal logés ?

Que ne ferait-on pas pour noyer dans un tumulte stérile la pire tragédie de l'histoire de notre pays depuis 1945, celle d'une France ensanglantée par le terrorisme islamiste ?

Et qui parle encore des squats et des bidonvilles qui prolifèrent sur le territoire ? Où en est la crise migratoire, les arrivées incontrôlées en Europe de centaines de milliers de personnes victimes des passeurs criminels ? Où en est l'aéroport de Nantes, voulu par l'Etat, confirmé par référendum, mais bloqué par les zadistes ?

Et la situation des cités sensibles, les territoires perdus de la République, les trafics qui y règnent, les phénomènes de communautarisme et de repli identitaire, la tragédie de leurs habitants surexposés à la violence et qui ne demandent qu'à vivre en paix ?

Où en sont les milliers de collèges et de lycées en crise, où les professeurs débordés par le chaos, insultés, giflés, ne parviennent plus à faire leur métier de transmission des savoirs fondamentaux ?

En 2017 s'est déroulé un événement politique d'une portée capitale, historique, passé quasi inaperçu : le taux d'abstention aux élections législatives, le cœur de toute démocratie, pour la première fois dans l'histoire, a dépassé les 50% signant ainsi le naufrage de la démocratie française, dans l'indifférence générale.

Cette fracture entre les deux France, la France dite d'en haut qui se noie dans les gesticulations de sa bulle médiatique et la France dite d'en bas confrontée à la tragédie du monde réel, est la source de tensions explosives, qui peuvent s'enflammer à tout moment, sous une forme ou sous une autre, dans la rue ou par un vote de destruction en 2022. Certes, aucun signe d'une explosion imminente n'est aujourd'hui décelable mais rien n'est plus calme qu'un magasin de poudre, une demi-seconde avant l'étincelle.

 

------------------------------

Source : par Maxime Tandonnet, pour Le Figaro, le 24/10/2017

------------------------------

 

07:00 Publié dans Franc-tireur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/01/2018

Ernst Jünger, Entretien avec Philippe Barlelet - 1993

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

Passionnant... à écouter de bout en bout...

 

11:22 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

T'as trop lu, Raymond !

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:00 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/01/2018

Il faut s'en aller très loin à la recherche du danger

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Le bourgeois est presque parvenu à persuader le coeur aventureux que le dangereux n’existait pas vraiment et qu’une loi économique régissait le monde et son histoire. Aux jeunes gens qui, dans la nuit et le brouillard, quittent la maison familiale, leur sentiment dit bien qu’il faut s’en aller très loin à la recherche du danger, par-delà les mers, en Amérique, à la Légion étrangère, dans les contrées où poussent les poivriers. Ainsi peuvent apparaître des personnages qui osent à peine parler leur propre langue, si supérieure pourtant : que ce soit celle du poète qui se compare lui-même à l’albatros dont les ailes puissantes, bâties pour la tempête, ne suscitent qu’importune curiosité dans un milieu étranger où le vent est tombé ; ou celle du guerrier-né qui passe pour un bon à rien parce que la vie des boutiquiers l’emplit de dégoût. »

Ernst Jünger, Le Travailleur

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les plus impénitents soudoyers devenaient chastes en la regardant...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Jeanne d’Arc est incompréhensible sans le Surnaturel. Elle n'était pas seulement une vierge très pure. Sa pureté était communicative, agressive, éclairante comme une flamme vive. Les plus impénitents soudoyers devenaient chastes en la regardant. Elle pouvait dormir tranquillement au milieu d'eux, telle que l'éblouissante ‘’colombe aux ailes argentées’’ dont il est parlé dans le psaume. Les témoignages à cet égard sont formels et surprenants.

Lorsque les persécuteurs de sainte Lucie, exaspérés de son vœu de virginité qui faisait de son corps, disait-elle, le temple du Saint-Esprit, la voulurent traîner par force en un lieu de prostitution, le Saint-Esprit, raconte la Légende dorée, la rendit si pesante que mille hommes et cinquante paires de bœufs ne la purent mouvoir.

Pour contraindre Jeanne, les forces de l'univers n'auraient pas suffi. L'Angleterre s'y épuisa, s'y écrasa, s'y déshonora, et c'est à peine, aujourd'hui, si la longueur de cinq siècles et le surpassant prodige de l'iniquité allemande peuvent atténuer le souvenir du crime épouvantable de la place du Vieux-Marché. Ce qui faisait, alors, Jeanne si pesante pour les Anglais, c'était, en sa personne, le poids de la conscience de toute une nation élue de Dieu pour les plus hautes manifestations de Sa Gloire, le poids d'un royaume qui paraissait plus grand que la terre et qu'éclairait le soleil du Paradis !

La figure historique de la Pucelle ressemble à un vitrail d'Annonciation infiniment doux et pur, que le temps et les barbares auraient respecté. C'est l'azur de France et la couleur de feu de son supplice tamisés suavement autour de cette figure de martyre. Par l'effet d'une confusion sublime, elle parait être à la fois l'ange annonciateur et la vierge très obéissante recevant humblement le glaive redoutable qui doit remplacer à l'avenir sa jolie quenouille de filandière. Elle ne comprend pas d'abord ce qui lui est demandé. Elle ne sait pas l'histoire de la France, elle ne sait pas la guerre ni les politiques affreuses. Elle ne sait rien, sinon que Dieu souffre dans son peuple et qu'il y a une grande pitié au Royaume qu'il s'est choisi autrefois, dès le temps de sa Passion douloureuse, dans la nuit pascale, quand le Coq se mit à chanter. Alors elle se lève tranquillement, résolument, comme une bonne fille de Dieu et, guidée par ses Voix, devient aussitôt stratège invincible, conductrice des plus hauts princes et leur conseillère sans erreur. Quand elle a délivré la France, il ne lui manque plus que d'être délivrée elle-même de sa mission et, parce qu'elle est du Saint-Esprit, cette autre délivrance plus glorieuse ne peut s'accomplir que par le feu, après les préliminaires horreurs du procès le plus infâme qui ait épouvanté les hommes depuis le procès ineffable de Notre-Seigneur Jésus-Christ !

Le train du monde va toujours. Cheminement séculaire, immémorial, des forts et des opprimés, des iniques et des innocents qu'ils écrasent, vers la fosse commune de l'Eternité. L'Histoire n'est qu'un cri de douleur dans tous les siècles. C'est comme s'il n'y avait pas eu de Rédemption. On serait tenté de le croire si, de loin en loin n'apparaissaient pas des créatures merveilleuses qui semblent dire que la Toute-Puissance est captive pour un temps indéterminé, que la Suprême Justice est provisoirement enchaînée et que les hommes de bonne volonté doivent faire crédit à leur Dieu. Créatures de consolation et d'espérance, préfiguratrices, par leurs actions, d'une magnificence inimaginable que les Ecritures ont annoncée. »

Léon Bloy, Jeanne d’Arc et l’Allemagne

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook