Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2012

La médiocrité des hommes est de se croire plus dignes de succès qu'ils n'en ont eu, celle des femmes est de se croire dignes de plus de bonheur

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Si tant de femmes paraissent capables de devenir autre chose que ce qu'elles sont, cela ne tient pas à ce qu'il y a de riche, mais à ce qu'il y a de vague dans leur nature. Notre espérance collabore avec leur inanité. Nous plaçons le rêve qui est en nous dans le vide qui est en elles. Elles viennent à notre rencontre parées d'un prestige qu'elles perdent une fois arrivées, et quand la petite Iris s'est rendue à nous, nous ne retrouvons plus son écharpe parmi les vêtements qu'elle a quittés. A quoi il faut ajouter que beaucoup d'entre elles aspirent à un sort plus délicat moins par un besoin de leur nature que par une prétention de leur vanité. Comme la médiocrité des hommes est de se croire plus dignes de succès qu'ils n'en ont eu, celle des femmes est de se croire dignes de plus de bonheur, ceux-là mettant leur ambition dans leur carrière, comme celles-ci dans leurs amours. »

Abel Bonnard, L'amour et l'amitié

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/12/2012

Les intellectuels répètent machinalement plutôt que par conviction

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Et, ouvrant la voie à [ceux qui veulent régner par la force], les intellectuels répètent encore, machinalement plutôt que par conviction, que la croissance du pouvoir gouvernemental n'est pas une restriction de la liberté ; que la demande formulée par un groupe de disposer sans la gagner d'une partie du revenu d'un autre groupe n'est pas du socialisme ; que la destruction des droits de propriété n'affectera pas les autres droits ; que l'esprit humain, l'intelligence, la créativité sont une "ressource nationale" (comme les mines, les forêts, les cascades, les réserves naturelles et les parcs nationaux) que le gouvernement doit s'approprier, subventionner et gérer ; que les entrepreneurs sont des autocrates égoïstes parce qu'ils luttent pour préserver la liberté, alors que les socialistes sont les vrais champions de la liberté parce qu'ils se battent pour plus de contrôles du gouvernement ; que le fait que nous glissions sur une routes qui a détruit tout les autres pays qui l'ont empruntée ne veut pas dire que le nôtre le sera ; qu'une dictature n'est pas une dictature si personne ne lui donne ce nom abstrait ; et que personne n'y peut rien, de toute façon. »

Ayn Rand, For the New Intellectual

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/12/2012

Tout ce qui pouvait brûler avait flambé

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Les villages que nous traversâmes en remontant en ligne offraient le spectacle de grands asiles d'aliénés. Des compagnies entières poussaient des murs et les abattaient, ou bien, perchées sur les toits, elles fracassaient les tuiles. On coupait les arbres, on cassait les vitres; partout alentour, des nuages de fumée et de poussière s'élevaient d'énormes tas de décombres. On voyait des hommes s'agiter frénétiquement, avec les costumes abandonnés par les habitants, ou en robes de femmes, avec des hauts-de-forme sur la tête. Ils découvraient avec l'intuition du destructeur la maîtresse-poutre de la maison, y fixaient des cordes et halaient, criant en cadence, jusqu'au moment où tout s'effondrait dans une grêle de pierres. D'autres brandissaient de grands marteaux et mettaient en miettes tout ce qu'ils rencontraient, des pots de fleurs sur les appuis des fenêtres aux verrières délicates d'une serre.

Jusqu'à la position Siegfried, chaque vilage n'était plus qu'un monceau de ruines, chaque arbre abattu, chaque route minée, chaque puits empoisonné, chaque cours d'eau arrêté par des digues, chaque cave crevée à coups d'explosifs ou rendue dangereuse par des bombes cachées, chaque fil téléphonique roulé et emporté, tout ce qui pouvait brûler avait flambé: bref, nous changeâmes le pays en désert, en prévision de l'avance ennemie. »

Ernst Jünger, Orages d'acier

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/12/2012

La femme ne peut être supérieure que comme femme

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Tu me demandes donc, ma chère enfant, après avoir lu mon sermon sur la science des femmes, d’où vient qu’elles sont condamnées à la médiocrité ? Tu me demandes en cela une chose qui n’existe pas et que je n’ai jamais dite. Les femmes ne sont nullement condamnées à la médiocrité ; elles peuvent même prétendre au sublime, mais au sublime féminin. Chaque être doit se tenir à sa place, et ne pas affecter d’autres perfections que celles qui lui appartiennent. Je possède un chien nommé Biribi, qui fait notre joie ; si la fantaisie lui prenait de se faire seller et brider pour me porter à la campagne, je serais aussi peu content de lui que je le serais du cheval anglais de ton frère s’il s’imaginait de sauter sur mes genoux ou de prendre le café avec moi. L’erreur de certaines femmes, est d’imaginer que, pour être distinguées, elles doivent l’être à la manière des hommes. Rien n’est plus faux. C’est le chien et le cheval.

[...]

Au reste, ma chère enfant, il ne faut rien exagérer : je crois que les femmes en général, ne doivent point se livrer à des connaissances qui contrarient leurs devoirs ; mais je suis fort éloigné de croire qu’elles doivent être parfaitement ignorantes. Je ne veux pas qu’elles croient que Pékin est en France, ni qu’Alexandre le Grand demanda en mariage une fille de Louis XIV. La belle littérature, les moralistes, les grands orateurs, etc… suffisent pour donner aux femmes toute la culture dont elles ont besoin.

Quand tu parles de l’éducation des femmes qui éteint le génie, tu ne fais pas attention que ce n’est pas l’éducation qui produit la faiblesse, mais que c’est la faiblesse qui souffre cette éducation. S’il y avait un pays d’amazones qui se procurassent une colonie de petits garçons pour les élever comme on élève les femmes, bientôt les hommes prendraient la première place, et donneraient le fouet aux amazones. En un mot, la femme ne peut être supérieure que comme femme ; mais dès qu’elle veut émuler l’homme, ce n’est qu’un singe. »

Joseph de Maistre, Correspondance à Melle Constance de Maistre (1808-1810)

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/12/2012

Une femme m’attend, elle contient tout, rien n’y manque

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Une femme m’attend, elle contient tout, rien n’y manque ;
Mais tout manquerait, si le sexe n’y était pas, et si pas
la sève de l’homme qu’il faut. Le sexe contient tout, corps, âmes,
Idées, preuves, puretés, délicatesses, fins, diffusions,
Chants, commandements, santé, orgueil, le mystère de la maternité,
le lait séminal, Tous espoirs, bienfaisances, dispensations,
toutes passions, amours, beautés, délices de la terre,
Tous gouvernements, juges, dieux, conducteurs de la terre,
C’est dans le sexe, comme autant de facultés du sexe, et toutes
ses raisons d’être.

Sans doute, l’homme, tel que je l’aime, sait et avoue les délices
de son sexe, Sans doute, la femme, telle que je l’aime, sait et
avoue les délices du sien.

Ainsi, je n’ai que faire des femmes insensibles,
Je veux aller avec celle qui m’attend, avec ces femmes qui ont le sang
chaud et peuvent me faire face, Je vois qu’elles me comprennent et
ne se détournent pas.

Je vois qu’elles sont dignes de moi. C’est de ces femmes que je veux
être le solide époux. Elles ne sont pas moins que moi, en rien ;
Elles ont la face tannée par les soleils radieux et les vents qui passent,
Leur chair a la vieille souplesse divine, le bon vieux ressort divin ;
Elles savent nager, ramer, monter à cheval, lutter, chasser, courir, frapper,
fuir et attaquer, résister, se défendre.

Elles sont extrêmes dans leur légitimité, - elles sont calmes, limpides,
en parfaite possession d’elles-mêmes. Je t’attire à moi, femme.

Je ne puis te laisser passer, je voudrais te faire un bien ;
Je suis pour toi et tu es pour moi, non seulement pour l’amour de nous,
mais pour l’amour d’autres encore, En toi dorment de plus grands héros,
de plus grands bardes.
Et ils refusent d’être éveillés par un autre homme que moi.
C’est moi, femme, je vois mon chemin ;
Je suis austère, âpre, immense, inébranlable, mais je t’aime ;
Allons, je ne te blesse pas plus qu’il ne te faut,
Je verse l’essence qui engendrera des garçons et des filles dignes
de ces Etats-Unis ; j’y vais d’un muscle rude et attentionné,
Et je m’enlace bien efficacement, et je n’écoute nulles supplications,
Et je ne puis me retirer avant d’avoir déposé ce qui s’est accumulé
si longuement en moi, A travers toi je lâche les fleuves endigués
de mon être, En toi je dépose un millier d’ans en avant,
Sur toi je greffe le plus cher de moi et de l’Amérique,
Les gouttes que je distille en toi grandiront en chaudes et puissantes
filles, en artistes de demain, musiciens, bardes ; Les enfants que
j’engendre en toi engendreront à leur tour, Je demande que des hommes
parfaits, des femmes parfaites sortent de mes frais amoureux ;
Je les attends, qu’ils s’accouplent un jour avec d’autres, comme
nous accouplons à cette heure, Je compte sur les fruits de leurs
arrosements jaillissants, comme je compte sur les fruits des
arrosements jaillissants que je donne en cette heure.
Et je surveillerai les moissons d’amour, naissance, vie, mort,
immortalité, que je sème en cette heure, si amoureusement. »

Walt Whitman, Feuilles d’herbes

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/12/2012

Les opinions qu'un auteur a peur d'exprimer ne sont pas celles qui sont désapprouvées par l'ensemble de la société

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« En quelques décennies, dans des pays comme la Grande Bretagne et les États-Unis, l'intelligentsia littéraire est devenue suffisamment vaste pour constituer un monde en soi. Une conséquence importante est que les opinions qu'un auteur a peur d'exprimer ne sont pas celles qui sont désapprouvées par l'ensemble de la société. Dans une large mesure, ce qui est encore plus ou moins considéré comme hétérodoxe est devenu l'orthodoxie. Il est absurde de prétendre qu'aujourd'hui, par exemple, il y a quelque chose d'audacieux ou d'original à se proclamer anarchiste, athée, pacifiste, etc. Ce qui est audacieux, ou en tout cas ce qui n'est pas chic [unfashionable], c'est de croire en Dieu ou d'approuver le système capitaliste. »

George Orwell, The Complete Works vol. 20

06:55 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/12/2012

J'aime...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J'aime la viande, j'aime la chair, j'aime le sang - c'est le verbe aimer qui importe seul. »

Michel Tournier, Le Roi des Aulnes

16:13 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Celui qui nous manque est un général d’artillerie de vingt-quatre ans, avec le visage maigre et les yeux ardents du vainqueur d’Arcole

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Celui qui nous manque est un général d’artillerie de vingt-quatre ans, avec le visage maigre et les yeux ardents du vainqueur d’Arcole. Nous le porterions à l’Elysée, les gardes nous y présenteraient les armes, et le soir même nous donnerions un grand bal, romantique et tendre : l’air fleurerait le lilas et l’oranger, les épaules nues des jeunes filles mettraient le sang à nos joues, le monde nous appartiendrait.

Si de Gaulle avait de la jeunesse, du cœur et du génie, il incarcérerait M. Roger Frey à Tulle, il donnerait deux étoiles au commandant de Saint-Marc, il congédierait ses courtisans et il s’entourerait des âmes fières qui brûlent du désir d’un destin qui soit à la mesure de leurs rêves adolescents.

Notre hostilité au gaullisme n’est pas celle des politiques.

Comme l’a écrit Barrès, "peu importe le fond des doctrines ! c’est l’élan que je goûte !" Que nos idées sur l’Europe et sur la force de frappe soient ou ne soient pas conformes à celles du général importe peu. Nos griefs sont ailleurs : ce que nous reprochons au gaullisme, c’est de n’avoir pas d’âme. L’horrible bourgeoisie d’argent, qui est ce qu’il y a de plus méprisable en France, ne s’y trompe pas, qui se reconnaît en de Gaulle et vote pour lui.

Nous sommes sous la Cinquième République comme Stendhal sous la Restauration : nous piaffons de dégoût, nous tournons nos regards vers l’étranger, nous vibrons pour des nostalgies impossibles, nous portons, comme l’écrit Maurice Bardèche dans son beau Stendhal romancier "l’uniforme noir des chevaleries vaincues". »

Gabriel Matzneff, Combat, 30 décembre 1963

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/12/2012

Le malheur a été mon dieu

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un festin où s'ouvraient tous les cœurs, où tous les vins coulaient. Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. — Et je l'ai trouvée amère. Je parvins à faire s'évanouir dans mon esprit toute l'espérance humaine. Sur toute joie pour l'étrangler j'ai fait le bond sourd de la bête féroce.
J'ai appelé les bourreaux pour, en périssant, mordre la crosse de leurs fusils. J'ai appelé les fléaux, pour m'étouffer avec le sable, le sang. Le malheur a été mon dieu. Je me suis allongé dans la boue. Je me suis séché à l'air du crime. Et j'ai joué de bons tours à la folie.
Et le printemps m'a apporté l'affreux rire de l'idiot. (...) »

Arthur Rimbaud, Une saison en enfer

15:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Goethe : Chant de Mai

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Dans toute la nature
Quel éclat merveilleux !
Tout rit dans la verdure
À l’astre radieux !

Mille fleurs gracieuses
Sortent de leur bouton,
Et mille voix joyeuses
S’élancent des buissons.

La vigueur printanière
Se répand dans mon cœur !
Terre, ciel et lumière
Tout m’invite au bonheur.

Ta beauté m’est divine
Ô ravissant amour !
Comme est sur la colline
L’aurore d’un beau jour.

Ton souffle, qui féconde
La terre de nos champs,
Déjà remplit le monde
De parfums enivrants.

Ô tendre jeune fille,
Comme je t’aime ainsi !
Oh ! que ton regard brille !
Que tu m’aimes aussi !

Comme aime l’alouette
Dans les airs son refrain,
Comme aime la fleurette
Les vapeurs du matin,

Je t’aime avec ivresse,
Je t’aime avec ardeur !
Tu donnes la jeunesse,
Le courage à mon cœur

Pour les chants, les poèmes,
La danse et ses attraits.
Ange ! autant que tu m’aimes
Sois heureuse à jamais ! »

Johann Wolfgang von Goethe, Mailied

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/12/2012

je ne partageais pas cette conception romantique qui admet la supériorité de la musique sur les mots

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Au milieu des perplexités concernant ma vocation, vocation pas encore découverte, je ne partageais pas cette conception romantique commune qui admet la supériorité de la musique sur les mots. Parfois même, je croyais que la poésie pouvait aller plus loin ou tout aussi loin, dans son domaine propre. Au lieu que la musique, destinée à développer des inventions encore plus complexes (je le savais, ayant presque par hasard découvert la gamme des douze sons), me semblait avoir trouvé son aboutissement inconscient dans le silence, alors que le Verbe est le commencement de la création. Cependant, en tant que musicien de jazz, j'avais toujours trouvé que la voix humaine porte préjudice à tel enregistrement instrumental donné. Notre besoin de chanter, à ma femme et à moi, apportait à cela une contradiction de plus. Souvent, je considérais notre vie à deux comme une sorte de chant. »

Malcom Lowry, Écoute notre voix ô Seigneur

21:10 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/12/2012

Mahmadou dans ses oeuvres...

=--=Publié dans la Catégorie "Humeurs Littéraires..."=--=

 

Ah ! Il me faut vous raconter une de mes mésaventures récente sur mon lieu de travail.

Je rappelle aux retardataires que je suis un modeste prolétaire contrairement aux apparences. Magasinier pour une enseigne bien connue de distribution de biens culturels qui en l'état actuel des choses s'attelle à une prochaine métamorphose pour sauver son cul des méandres de la crise et pérenniser nos modestes emplois.

De Septembre à Décembre, c'est l'enfer. Nous connaissons de fortes amplitudes horaires, toujours au volontariat, mais que je ne refuse jamais et dés le mois d'octobre nous attaquons des semaines de 6 jours sur 7.
Pour vous donner une idée, dés le mardi soir je suis aussi fatigué que le vendredi soir en temps normal. Et plus le temps passe moins je suis fait pour ces lamentables conneries. Mais il faut bien bouffer et même si je m'approche de la cinquantaine, je fais contre mauvaise fortune bon coeur.

Notre service n'a pas de "mobylette monte charge" pour aller chercher des utilitaires lourds dont nous avons besoin pour effectuer notre travail (Bacs de stockage, Socles à roulettes... généralement entassés sur des palettes européennes dans l'attente d'être utilisées). Aussi lorsque j'arrive à m'emparer d'un plein chariot élévateur au sein d'un autre service durant 15 ou 20 minutes, j'en profite pour faire la provision de denrées de travail pour le jour en cours et le jour qui s'en vient.

En fin de journée, après avoir chargé la remorque de réassorts de livres, disques et DVD pour les magasins parisiens, il nous faut impérativement bloquer la marchandise en question (qui est servie sur des socles à roulettes) avec une charge lourde, afin que le camion dans son déplacement ne les fasse pas bouger, voire tomber. Nous utilisons pour cela des palettes de bacs gris pliés qui se chargent avec efficience de ce service.

Seulement lorsque on débarque sur son lieu de travail, au moment de la prise de poste et qu'on découvre que les palettes de bacs gris que l'on s'était mis de côté la veille ont disparues, on s'énerve une première fois en se disant, "bon, certains avaient semble-t-il besoin des palettes en questions et se sont servis... que Dieu leur pardonne !" Et on passe à autre chose. Par contre lorsque ça se reproduit une seconde fois, sachant que l'obtention d'un chariot téléporté pour aller dans le fin fond de l'entrepôt chercher les palettes de bacs gris en question équivaut à une Croisade, on commence à fulminer sérieusement, tel un taureau lâché dans le centre le l'arène et prêt à en découdre.

Aussi, et afin que la chose ne se reproduise plus, on s'arme d'un esprit ironique et sévère, laconique et acide, et on rédige une note digne de ce nom pour éloigner les malfaisants.

Cela fait 20 ans que je travaille dans l'entreprise qui est la mienne. Longtemps tout dévoué à une cause musicale, je n'ai jamais cherché à évoluer professionnellement, ne me servant de mon emploi que pour subvenir à mes besoins, consacrant la majeure partie de mon temps à un groupe de Rock... et ce durant un peu plus de 15 ans. Cependant j'ai une certaine réputation à mon travail : il ne faut pas me faire chier et les cadres comme les syndicats se tiennent plutôt en dehors de mon chemin, à l'exception des très rares personnes qui ont compris mon mode de fonctionnement et qui acceptent d'avoir une vie sociale avec moi. Les autres se contentant de tenir leur distance ou de me snober afin de bien me faire comprendre que, socialement, ils me dominent... tout en sachant intimement qu'ils ne pourront JAMAIS tenir tête à la personne que je suis sur le plan des idées, de la culture et... qui ne font que bomber le torse et sortir leurs pics en plastique afin de tenter, maladroitement, de m'impressionner. Mais passons... Là n'est pas le propos. 

Je rédige donc un mot en faisant preuve de second degré et de beaucoup d'humour. Note que je m'empresse de coller sur les palettes de bacs que je me mets de côté quotidiennement, comme je vous l'ai expliqué... et j'attends les réactions...

"Aux petits malins qui n'ont pas assez d'huile de coude pour se retirer les pouces du cul et aller se chercher leurs bacs eux-mêmes, sachez que je vous ai à l'oeil. Si je vous attrape, je vous clouerai sur une planche et je vous regarderai sécher. Je me réjouis d'avance."

Et je signe de mon diminutif, Nebo, connu de tous.

Je colle les mots sur mes piles de bacs vers 13h00. Je commence mes horaires à midi.

Vers le milieu de l'après-midi, mon attente est comblée.

Ma responsable directe, appelons-la "MN", m'appelle sur mon téléphone de poste pour me demander de venir sur le lieu de l'outrage et du délit ! Je me précipite pour trouver deux noirs redoutablement remontés contre ma personne et singulièrement énervés. Le plus grand et le plus costaud prend aussitôt la parole, avec un accent à découper au couteau et s'ensuit un échange, entre lui et moi, sous le regard médusé de ma responsable et des siens que je vais tenter, au mot prêt de vous retranscrire ici le plus fidèlement possible. Appelons-le Mahmadou !

MahmadouC'est pas bien ce mot que t'as écrit !

MoiCher monsieur, il semblerait que vous n'ayez pas le sens de l'humour, ni celui de l'ironie, je vous demande cependant de bien avoir l'amabilité de me vouvoyer car nous n'avons élevé ni les poules ni les chèvres ensemble.

MahmadouChacun son point de vue. Pour moi tes propos sont inadmissibles et je te dirais "tu" si j'en ai envie.

MoiEt bien adonnons-nous à un inventaire détaillé : qu'est-ce qui vous a à ce point dérangé dans ma note cinglante ?

MahmadouSaint quoi ?

MoiCinglante.

MahmadouEst-ce que tu réalises que si nous étions dehors je te casserais la gueule ?

MoiJe réalise surtout que devant les personnes de votre sorte je ne baisserai jamais les yeux. Jamais.

MahmadouFranchement, "huile de coude", "pouces dans le cul", ce ne sont pas des choses que l'on doit dire à l'endroit de ses collègues salariés !

MoiCher môssieur, sâchez que vous aurez beau chercher en Grandes Surfaces ou en Pharmacie vous ne trouverez nulle part de l'huile de coude en bouteille... quant aux pouces dans l'cul, c'est au sens figuré... non au sens propre. Connaissez-vous la différence entre sens figuré et sens propre ?

Mahmadou???? !!!! ????

MoiC'est comme pour se faire enculer, au sens propre ça peut être très agréable, au sens figuré ça ne l'est jamais ! Et j'ai un anus qui est sensible... au sens propre comme au sens figuré !

Mahmadou!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ???? !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

(Il me jette une boule de papier et commence à gronder ! Ma Responsable, MN, s'interpose entre lui et moi.)

MoiSi vous ne vous sentez pas concerné par ma note cinglante, je ne vois pas pourquoi vous vous mettez dans un tel état ?!! A moins que ce soit vous qui m'ayez substitué mes piles de bacs ou alors que vous sachiez qui l'a fait.

(A ce moment l'autre noir regarde ses chaussures en se mordant les lèvres.)

MahmadouEn tant que représentant du personnel je ne puis tolérer que l'on s'adresse ainsi à ses collègues de travail. Clouer sur une planche !!! C'est quand même fort de café !

Moi"Représentant du personnel" ?!!! MAIS IL FALLAIT COMMENCER PAR Là !!! Le voilà-t-y pas qui s'sent investi d'une mission presque divine, une sainte croisade. De quoi justifier ses galons. Eh ! Môssieur, vous représentez qui vous voulez, mais pas moi... je n'ai pas voté pour vous et votre clique de staliniens mal baisés.

MahmadouQuoi ???!!!!

Moi : Si vous étiez un poivron ou un piment, je puis imaginer que je vous aurais volontier cloué sur une planche pour vous laisser sécher en plein soleil, mais comme vous êtres un homme, je ne puis m'imaginer vous le faire même en temps de guerre et même si l'envie ne me manquait pas de le faire. Ironie cher collègue... Ironie ! 

Mais à ce moment-là, MN me repousse et me dit d'aller voir gentiment ailleurs si j'y suis.

Fin du semblant de pugilat !

Il est une nouvelle race de "représentants du personnel"... qui nous promet de langoureux lendemains. J'attends les suites disciplinaires, éventuelles, de cette affaire rigolote à pleurer.

20:56 Publié dans Humeurs Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/12/2012

Le Centre

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Pour nous, disait un industriel japonais, le budô, le théâtre nô, le kabuki sont des nourritures ; le fond de notre âme est très ancien. C'est pourquoi nous pouvons être modernes ou ultra­modernes sans perdre nos racines. Rien, au Japon, n'est sé­paré : le goût léger du saké (ou vin de riz), la saveur des poissons crus (sashimi), le respect que nous accordons à nos traditions et la vénération que nous apportons à notre empereur, tout cela ne fait qu'un tout. La différence entre nous et l'Occident, c'est qu'il nous reste un centre, ou ce que vous appelez une âme. Le centre, c'est aussi le noyau. Sans lui, le fruit dépérit et meurt. »

Michel Random, La Stratégie de l'invisible

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/12/2012

Du bon côté de la barricade...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« -- J’espère simplement, poursuivait Gravereau, que vous n’avez été, au cours de cette période, ni un dénonciateur, ni un fanatique. Cela me serait aussi désagréable que si vous l’aviez été dans la période qui a suivi.
-- Vous pouvez être tranquille, je ne l’ai pas été ! Au moment où la vengeance et la haine auraient pu me retourner contre mes amis de la veille, les résistants au côté desquels je m’étais battu, au nom de l’avenir et de la liberté, ont assassiné mon père. Peu importent ses erreurs. Il était mon père. Sa mort me rangeait parmi les vaincus. Il n’est pas mathématiquement exact qu’une révolution signifie que la moitié du pays sorte de prison pour y enfermer l’autre moitié. Il y en a toujours qui vont les deux fois en prison. Il y en a aussi qui échappent les deux fois et se réveillent du bon côté de la barricade avec un toupet que favorise la confusion générale. »

Michel Déon, La corrida

14:12 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/12/2012

Vingt-cinq ans suffisent à rendre lâche un peuple intrépide

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Peu d’auteurs ont écrit des choses aussi exaltantes sur le caractère français que les premières pages de La Chartreuse de Parme. Elles chantent le caractère français en 1796. Nous avons vu par les deux guerres de 1914 et de 1939 que vingt-cinq ans suffisent à rendre lâche un peuple intrépide. La société de Louis-Philippe, si remarquable à tant d’égards, était évidemment moins intéressante que la société de la Révolution, où tout était fait par des hommes jeunes et pauvres. On comprend que Stendhal, qui avait eu le bonheur d’être le témoin de "miracles de bravoure et de génie" méprisât les Bourbons, les Orléans, leurs banquiers et leur police. Les compagnons de Napoléon ont cru pendant quelques années que la France était l’avenir du monde. Avec une telle idée, le patriotisme est enivrant. Heureux ceux qui vivent ces époques où la nation couvre tous ses fils de sa gloire ! En 1815, les hommes qui depuis Valmy et Jemmapes accouchaient l’avenir devinrent des anciens combattants ; et le style Empire, ce style des temps nouveaux, devint du passé. »

Jean Dutourd, L'âme sensible

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook