Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2011

Vladimir Dimitrijević, 1934-2011 : le passeur a passé

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

Dans les Années 1980, Vladimir Dimitrijevic, que ses amis – et même quelques ennemis – appelaient Dimitri et Pierre Gripari Mitia, fut l’enfant chéri de l’édition parisienne : « grand éditeur », courageux, on ne lui épargna pas les banalités.

Du courage, il en avait eu en quittant la Yougoslavie communiste à vingt ans en sachant que cela condamnait son père à la prison (qui se retrouva en cellule avec le célèbre dissident Milovan Djilas). Il traversa la frontière en chantant intérieurement Moulin Rouge de Georges Auric. Arrivé en Suisse, il fut d’abord footballeur – heureusement sans insister – libraire et fondateur des éditions L’Âge d’Homme (lui demander si cette enseigne avait pour origine un texte de Leiris amenait un sourire narquois, voire méprisant, sur ses lèvres).

Dans la décennie 1980, l’anticommunisme est à la mode : Dimitri est fêté pour oser publier Zinoviev, Grossman et Volkoff, fournissant ainsi des arguments et des armes de talent – et quel talent chez les trois ! – contre l’ « Empire du mal » soviétique. On lui doit notamment la découverte de l’immense Vie et Destin. Le reste de son catalogue est pourtant tout aussi remarquable, mais on a plus de mal – à cause du manque caractérisé de curiosité de la gent littéraire et aussi, il faut bien le dire, d’une diffusion quelque peu artisanale et même farceuse – à distinguer Haldas et les (auteurs ?) suisses, la traduction enfin intégrale de Oblomov et de nombreux slaves bien moins connus à l’époque : Biély, Leonov, Tisma, etc. Pour prix de ce qu’il apporte au combat antisoviétique, on le laisse publier le sulfureux Gripari1.

Dès la chute du Mur, Zinoviev et Dimitri découvrent le pot-aux-roses. Ils réalisent que l’empire du Bien ne voulait pas la chute du communisme, mais celle de la Russie et de son formidable potentiel heureusement bridé par le système. Zinoviev, Volkoff, Dimitrijevic et même Soljenitsyne sont démonétisés par ce que Revel a appelé « le regain démocratique ».

Démonétisé puis diabolisé, pour avoir eu le culot de défendre son peuple contre la destruction de la Yougoslavie par l’Allemagne, « le Vatican » ajoutait Dimitri l’orthodoxe, Vladimir persiste en continuant de publier des classiques slaves, des auteurs suisses et d’autres, de tous pays, de toutes confessions, et de toutes opinions. Oui ! Il a même publié des récits staliniens des années 1930 et 1940, quand cela servait la connaissance du monde slave. Envolé le « grand éditeur courageux », exit le « passeur ». Il n’est plus ne reste qu’un « épurateur ethnique », « un nationaliste serbe de la pire espèce ». Certes, les Serbes n’avaient aucun don pour la contre-désinformation, mais on aurait aimé que le « milieu » médiatique et littéraire (comme on parle du « milieu » corse » ou marseillais) s’intéressent, non seulement à la situation sur le terrain, mais encore au catalogue qui continuait de s’édifier.

Heureusement, de grands écrivains apportèrent leur soutien à Dimitri dans des livres collectifs que j’ai eu l’honneur de diriger.

Il est mort et l’on pardonne beaucoup aux morts. Je crois que, de nouveau, le catalogue de L’Âge d’Homme sera scruté et exploré par ce qui reste de francophones curieux.

Comment constitua-t-il ce catalogue ? En lisant. En lisant encore et encore, en étant lui-même curieux, et surtout, fait rare dans l’édition, en acceptant de recevoir, pendant ses courts passages à Paris, qui en faisait la demande.

Vladimir Dimitrijevic avait beaucoup de défauts mais ils étaient consubstantiels à sa passion d’éditer. Je ne lui en reproche qu’un seul : il aimait le football. Ce n’est rien par rapport au monument à la littérature européenne qu’il a érigé de son vivant. Et en mourant le jour de l’anniversaire de la bataille de Kosovo, il a confirmé la dimension mythique de son œuvre et de sa vie.

  1. Pierre Gripari (1925-90), écrivain, ancien communiste qui fut proche de la Nouvelle Droite

---------------------

Par Alain Paucard, Via Causeur : Le passeur a passé

---------------------

14:45 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/11/2010

Kosovo

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

Documentaire italien de Riccardo Iacona diffusé le 19 septembre 2008 sur la RAI italienne. Ici, sous-titré en français... 

Kosovo - 1/9 


Kosovo - 2/9


Kosovo - 3/9


Kosovo - 4/9


Kosovo - 5/9


Kosovo - 6/9


Kosovo - 7/9


Kosovo - 8/9


Kosovo - 9/9


 

23:12 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/08/2010

Ce peuple mystique

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

En Serbie, le 7 Octobre 2006, à l'occasion des 800 ans du Monastère de Zica, une liturgie extraordinaire s'y tint et fut retransmise en direct à la télévision. La plupart des évêques et souverains serbes du Moyen-Âge furent consacrés et couronnés en ce lieu avant la chute du Royaume Serbe sous l'invasion Ottomane à la fin du XIVème siècle. En voici un extrait télévisé. J'ai traduit, du mieux que j'ai pu, les interventions des commentateurs... mais ce qui me touche le plus c'est le Chant des moines à la Gloire de Dieu. Jamais je n'ai pu entendre une telle ferveur humaine dans la liturgie Catholique et je n'attends qu'une seule chose c'est que mes amis catholiques viennent me contredire à ce sujet.

Commentaire à 1min29-2min41

Précisément, nous entendons la cantillation de l'Hymne des Chérubins, cantillation effectuée par les moines du Monastère de Kovilje et la "Chorale Antique" de Moïse Petrovitch. L'Hymne des Chérubins est un Chant primordial qui est adressée aux croyants, à tous ceux présents à ce rassemblement, les invitant à abandonner le moindre souci de la vie de tous les jours à l'instant Saint de la Liturgie afin de recevoir le Christ-Tsar qui vient par l'Eucharistie et non pas simplement du pain et du vin qui en eux-même ne sont pas saints. Les paroles de l'Hymne des Chérubins nous l'indiquent bien mieux puisqu'elles disent : "Nous qui, mystiquement, sommes l'icône des chérubins, et qui en l'honneur de la Trinité vivifiante chantons l'hymne trois fois sainte, déposons tout souci du monde afin d'accueillir le Tsar de toutes choses escorté par les ordres angéliques, Alléluïa, Alléluïa, Alléluïa."

Commentaire à 7min26 jusqu'à à la fin

--Il faudrait peut-être donner quelques explications supplémentaires.
--Bien-sûr. C'est ici quelque chose qui de la meilleure des façons exprime la grande Joie des Chrétiens dans le service même de Dieu, faisant ressortir des instants particulier de ce service dans le sens où ces instants sont une sorte de paroxysme et d'une autre façon, cela montre la joie qu'il peut y avoir dans chaque liturgie car la Foi Chrétienne est avant tout une Foi de Joie. Pour quelle raison ? Chaque Chrétien Orthodoxe appartient à l'Eglise car il croit, et le montre par sa vie, témoignant, que le Seigneur Jésus Christ, afin de nous sauver nous les hommes, est descendu des Cieux avec l'aide de l'Esprit-Saint en le sein de la Vierge Marie et s'est fait homme. Il a vécu avec les hommes sur terre, a été crucifié et est ressuscité, a ainsi vaincu la Mort et par là, à nous les chrétiens, il a montré le chemin. Descendant du Ciel sur terre puis par son Ascension remontant au Ciel, il nous a montré la voie sur laquelle nous devons marcher. Cette voie même si elle semble à beaucoup de gens difficile, épineuse, triste et pleine de souffrance, cette voie est toujours placée sous le signe de la Joie de la Résurrection. Et ceci, la Liturgie, en chacun de ses instants, en chacune de ses parties, le montre de la meilleure manière qui soit. Mais bien entendu, le summum de tout ceci sera la Communion par tous ceux qui seront aptes à la recevoir.

 

01:23 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/08/2010

Ce peuple qui ne se donnera pas - II

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=


La Vierge Marie tissait une broderie
Elle tissait une broderie, une robe divine
Elle tissait une broderie, une robe divine
Dans le Château blanc sur la table d'or

Elle s'assoupit un peu, faisant un étrange rêve
La vigne s'est penché du Ciel clair
Du Ciel clair jusqu'à son sein blanc
Et le rêve lui fit savoir qu'elle mettrait au monde un fils

Mettrait au monde un fils, Emmanuel
Emmanuel, Dieu est avec les hommes
La Vierge Marie tissait une broderie
Elle tissait une broderie, une robe divine

La Vierge Marie tissait une broderie

 

A propos des images vues dans le clip...

12:39 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/08/2010

Ce peuple qui ne se donnera pas...

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

Une chanson comme celle-ci, en France, ne passerait jamais ni à la radio ni à la télévision. Interprétée par le groupe de musique traditionnelle Stupovi (Les Piliers), cette chanson chante et célèbre pas moins que la résurrection du Christ.

Le texte dit :

Peuple réjouis toi, et toutes les nations entendez :
Christ est ressuscité et il apporte la Joie !
Dansez étoiles et chantez montagnes :
Christ est ressuscité et il apporte la Joie !

Murmurez forêts et soufflez vents :
Christ est ressuscité et il apporte la Joie !
Mers proclamez et bêtes rugissez :
Christ est ressuscité et il apporte la Joie !

Frétillez abeilles et oiseaux chantez :
Christ est ressuscité et il apporte la Joie !
Anges debout ! Triplez cette chanson :
Christ est ressuscité et il apporte la Joie !

Le Ciel s'est rabaissé pour que la terre monte :
Christ est ressuscité et il apporte la Joie !
Sonnez cloches, annoncez à tout le monde :
Christ est ressuscité et il apporte la Joie !

Gloire à toi Seigneur TOUT t'est possible !
Christ est ressuscité et il apporte la Joie !

 

23:25 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/07/2010

Trnopolje : Manipulation et mensonge

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

Vous vous souvenez de ces photos ? Le camp de concentration de Trnopolje ?

En l'espace de quelques jours, quand elles parurent dans les journaux occidentaux dans les années 90, toute l'Europe de l'Ouest devint anti-serbe. Le moindre serbe fut considéré, à compter de ce jour, comme un SS en puissance dormante, prêt à se salir les mains sans le moindre regret pour égorger du musulman, violer de la musulmane et exécuter du croate. Et les albanais n'allaient pas tarder non plus. Les fins analystes l'affirmaient. D'ailleurs si les serbes n'étaient des SS en puissance, ils étaient au moins des bolcho-communistes, alors qu'une poignée d'années avant l'intelligentsia entière les considéraient comme des "socialistes à visage humain" au paradis de Tito.

Pour ma part, ayant grandi dans l'ombre du camp de la mort, authentique celui-là, de Jasenovac où les fascistes croates exterminaient joyeusement, durant la seconde guerre mondiale, juifs, tziganes et serbes, je me disais que les serbes que je savais bien capables de commettre des exactions et des saloperies diverses en temps de guerre ne commettraient pas la folie de se calquer sur ce que leurs frères ennemis (les croates) avaient pu commettre à l'égard de leurs aïeux une cinquantaine d'années auparavant. La manipulation médiatique a cet avantage que par la puissance des images elle en parvient à insinuer le doute même au sein de personnes possédant un peu d'esprit critique et ne prenant pas pour argent comptant tout ce qu'on leur donne. J'ai lu des choses comme celle-ci dans ma jeunesse : "Je voudrais faire de la philosophie à la manière des vaches. De la rumination. Mais des exercices de rumination, ce n'est pas du yoga . Il n'y a qu’un auteur qui a su faire de la rumination, c'est Nietzsche. Nietzsche avait comme animal sacré la vache. Il disait que les vaches étaient les vaches du ciel, or la rumination, pour lui ça consistait à lancer un aphorisme et à le lire deux fois. C'est la nécessité de ruminer quelque chose. C'est nécessaire pour ma clarté à moi. Je veux complètement, mais vraiment me répéter, et reprendre en me répétant." C'est de Gilles Deleuze. Et ça vaccine contre la connerie et le somnambulisme.

Bien entendu, Trnopolje est encore présenté par de nombreux articles sur la toile comme un lieu mis en place pour les viols, les massacres, les meurtres à grande échelle. Mais à la vérité tout a démarré bien différemment. Allez, à présent, le faire entendre.


Partie 1



Partie 2



Partie 3

Maintenant, que l'on ne se méprenne pas. Les serbes de Bosnie-Herzégovine, dans le cadre de la guerre, ont commis bien des saloperies, à commencer par le massacre de Srebrenica, encore qu'il faudrait dénouer ici les tenants et les aboutissants de cette sinistre affaire et notamment le rôle tenu par les hommes de Naser Oric qui commandait une armée de musulmans qui fomentaient de violentes agressions ainsi que des massacres à l'encontre de la population serbe aux alentours de Srebrenica, de nuit, puis qui se réfugiaient dans la ville à l'aube pour être gardés par les "soldats de la paix" de l'ONU... jusqu'au jour où le Général Mladic ne pouvant plus contenir la colère de ses hommes a pénétré de force dans la cité refuge où les bosniaques se regroupaient. Je n'ai jamais pu comprendre comment un soldat pouvait s'adonner à un comportement génocidaire et avoir le culot d'aller, ensuite, se signer dans une église en embrassant croix et icônes. Mais la conscience est un mystère qui ne sera résolu qu'au jour du jugement, n'est-ce pas ? Par contre, nos médias occidentaux ont oublié un peu vite les saloperies qui furent commises dans le camp d'en face. Personne ne parle, par exemple, des camps de Gabela, celui de Heliodrom, celui de Vojno, ou celui de Dretelj. A croire que les Balkans ne furent la proie que des serbes conquérants et que les autres populations de l'ex-Yougoslavie ne furent que des parangons de vertu et d'amabilité. Je ne saurais trop conseiller à nos chers défenseurs des musulmans de Bosnie d'aller lire ou relire quelques unes des déclarations d'Alija Izetbegovic, ce président présenté comme démocrate, que les musulmans et les croates portèrent au pouvoir en décembre 1990 par les urnes en Bosnie, ce qui contribua à déclencher la jolie guerre que tout le monde croit connaître, à tort.

Si vous avez le temps, ce fichier "pdf" est intéressant aussi à consulter, car il montre l'art et la manière de la manipulation...

17:14 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/06/2010

Quelle est cette blancheur, là-haut, sur le mont Šar ?

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=


Pour poursuivre un peu cette exploration des vieilles chansons serbes, demeurons en compagnie du groupe Belo Platno avec cette chanson originaire du Kosovo tout comme celle que je vous avais proposé hier et construite selon un procédé identique. A nouveau la chanteuse pose une question qui donne son titre à la chanson : "Quelle est cette blancheur, là-haut, sur le mont Šar ?" L'observateur est interloqué et nous emmène dans son questionnement.

Quelle est cette blancheur, là-haut, sur le mont Šar ?
Est-ce la neige ou un troupeau de moutons ?
Ca n'est ni la neige ni un troupeau de moutons.
La neige fonderait et le troupeau ne pourrait que se défaire
C'est Milka qui a dressé une tente
Et sous sa tente Milka s'est couchée en deuil
Car son frère a été capturé par les turcs
Capturé puis pendu

10:00 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/06/2010

Le Turc s'est saisi de moi et veut m'emmener dans la ville du Sultan.

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

Le groupe Belo Platno (Toile Blanche) fait revivre les anciennes chansons de la vieille Serbie et particulièrement du Kosovo, âme du Peuple serbe, point de fondation civilisationnel pour les chrétiens orthodoxes de la région.

Le groupe se nomme "Toile Blanche" car le blanc est le symbole de la pureté. L'enfant qui vient au monde est enveloppé de toile blanche en guise de protection et, une fois mort, l'individu est mis en terre enveloppé également de toile blanche. Entre la venue au monde et le départ hors du monde, la toile blanche accompagne les moments importants de la vie, au moment du baptême, du mariage, de la maladie.

Cette chanson est une complainte de jeune fille enlevée par un turc pour être emmenée à Constantinople. Le texte est construit selon un principe traditionnel très courant dans la musique populaire des Balkans. Les premières strophes posent une série de questions : Pourquoi es-tu si triste ? Pourquoi ce désordre dans tes cheveux ? Pourquoi ce visage désemparé ? Et toutes ces questions trouvent une réponse dans la strophe finale : "Le Turc s'est saisi de moi et veut m'emmener dans la ville du Sultan."

 

15:49 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/06/2010

Attriste-toi Zara, attristons-nous ensemble

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

Vieille chanson, d'un vieux peuple qui durant 5 siècles d'oppression ottomane ne s'est jamais soumis, ni au turc et encore moins à l'islam.

Le texte est un voeu d'amour d'un homme qui part au combat, un voeu d'amour par-delà la mort. Il dit en substance :

Attriste-toi Zara, attristons-nous ensemble car nous allons nous séparer
Toi de moi, moi de toi, et je vais partir si loin
Je vais partir si loin, si loin de la blanche Vranïa
Je vais m'engager dans les Comitadjis, un jeune comitadji dans les comitadis
Je prendrai un sabre royal et toutes ces armes royales
et me rendrai loin à Ptchinïa
Et franchirai les vastes eaux du Vardar
Pour combattre les turcs et les arnautes.

Attriste-toi, pleure, attristons-nous. Car quand le soleil brillera
Penses-y comme d'un don de Dieu
Tu sauras que le soleil, alors, sera mon pâle visage
Sache qu'il sera mon pâle visage.

Quand le Vent soufflera
Penses-y comme d'un don de Dieu
Et dis-toi alors que ce sera ma tendre âme

Quand la rosée surgira
Penses-y comme d'un don de Dieu
Mais tu pourras dire que ce sont mes larmes

Si un clip musical équivalent, avec un texte pareil et des images semblables était fait en France, par un groupe vocal français chantant de très vieilles chansons d'antant, mémoire d'un peuple et de son Histoire, relatant, que sais-je ?, mettons la Guerre de Cent ans et l'oppression anglaise, ou (pour déranger d'avantage) l'exploit d'un certain Charles Martel en l'an de grâce 732, je prends le pari qu'il serait aussitôt traité de groupe fasciste par tous nos crétins bien-pensants...

 

22:59 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (10) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/10/2009

Dyonisiaque est ma Serbie...

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

Dyonisiaque est ma Serbie... après tout, nous avons été christianisés par des grecs.

23:24 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/12/2008

Pas de Père Noël en terre d'Islam

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

 

Ceux qui doutent encore qu'Alija Izetbegovic fut une nauséabonde crapule peuvent lire l'article qui suit, écrit par un écrivain et scénariste résidant à Sarajevo et qui, à la lecture de son prénom (Emir) ne semble pas être serbe, n'est-ce pas, ce qui enlèvera les accusations malvenues dont, par ailleurs, je n'ai que faire. 

Je l'ai trouvé dans l'édition de ce jour de Direct Matin Plus. Mais l'article est paru, à l'origine, dans le journal croate de Zagreb, Jutarnji List, pour ceux qui savent lire le serbo-croate... pardon... le croate on dit maintenant... enfin bon... une des langues qu'on jacte là-bas, dans les Balkans. D'ailleurs j'achète la presse bosniaque et la presse croate, à l'occasion, dans les gares, et moi qui suis serbe, je comprends tout. Mais ce n'est pas la même langue on vous dit. Passons.

J'aimerais bien savoir ce que sa Sainteté BHL en pense, lui qui a réalisé un beau film de propagande à sens unique, Bosna, et défendu bec et ongles la Bosnie multi-ethnique et l'islam tolérant d'Alija Izetbegovic.

---------------------------------------------------------------------------

À Sarajevo, le Père Noël n’est plus le bienvenu

En 1996, après le réveillon de la première année de paix [les accords de Dayton ont mis fin à la guerre en 1995], Alija Izetbegovic, premier président [musulman] de la Bosnie-Herzégovine, avait envoyé une missive à la télévision nationale, indigné par des images de festivités sur lesquelles « un petit nombre d’individus insolents et sans coeur osaient se tordre de rire comme si rien ne s’était passé, alors que les tombes étaient encore fraîches et les blessures ouvertes ».

Dans la foulée, Izetbegovic avait demandé – c’est-à-dire ordonné – à la télévision d’arrêter de montrer au public le Djed Mraz [littéralement « le Père Gel », la version communiste du Père Noël, qui apportait des cadeaux la nuit du 31 décembre] et autres personnages symboliques d’origine « étrangère ». Le sympathique vieillard à barbe blanche ne devrait désormais pas sortir de l’intimité des foyers. Aujourd’hui, fin 2008, le Djed Mraz de la Yougoslavie de Tito est pratiquement absent de l’espace public, notamment grâce à l’obstination de gens comme Azija Mahmutovic, directrice de l’institution officielle "Les enfants de Sarajevo (Djeca Sarajeva)", reconnue d’intérêt public par l’Etat. Malgré les critiques et la résistance de certains médias, elle a réussi à imposer l’enseignement de la religion musulmane jusque dans les maternelles municipales – des établissements qui appartiennent à tous les citoyens bosniaques, et pas seulement à ceux de confession musulmane, car financés par nos impôts. Ainsi, dans les maternelles de la capitale laïque d’un Etat laïc, Mme Mahmutovic a obtenu que l’on enseigne aux enfants une religion unique! Il est plus facile d’être naïf que réaliste dans cette affaire. Or, il faut admettre que l’introduction de l’enseignement de la religion musulmane dans les maternelles n’est pas que le caprice de Mme Mahmutovic, mais relève de la stratégie de recomposition d’une partie de la Bosnie-Herzégovine, loin de l’idée d’un Etat commun et multiethnique où tous les citoyens sont égaux. L’affaire des maternelles n’est certes pas la preuve de la réislamisation totale d’un tiers du pays. Mais c’est le premier pas dans la réalisation du principe cujus regio, ejus religio [telle la religion du prince, telle celle du pays]. Les enfants n’en sont que les victimes collatérales. Dans ses interviews, Azija Mahmutovic rappelle avec moult précautions oratoires que le Djed Mraz reste quelqu’un d’étranger à la tradition musulmane – ce qui ne l’empêche pas de dire qu’elle trouve sympathiques les saint Nicolas et Père Noël catholiques [seuls 8 % des habitants de Sarajevo sont catholiques]. Mais ici personne n’est dupe: en Bosnie-Herzégovine, c’est bien des Djed Mraz à la barbe blanche vêtus de costumes rouges qui sillonnent les rues, au grand bonheur des enfants et de leurs parents. Pendant des décennies, l’année s’est terminée par la visite du Djed Mraz dans les écoles maternelles, mais aussi dans les usines et autres institutions yougoslaves. Tout en étant le symbole des festivités de fin d’année, les visites du Djed Mraz communiste ont été programmées pour ne jamais coïncider avec les deux Noël religieux [le 24 décembre pour les catholiques et le 7 janvier pour les orthodoxes]. Le vieillard restait un pur produit du capitalisme, habilement adapté à une société socialiste et nationalement compliquée de surcroît. 


Azija Mahmutovic (Je signale, à votre attention, le doux sourire tolérant de cette noble dame.)

 

Les arguments ne manquent pas pour justifier l’expulsion du Djed Mraz de la vie des petits Sarajéviens. A commencer par celui qui veut que saint Nicolas, le Père Noël et le Djed Mraz ne sont pas les mêmes personnages, même s’ils sont vêtus du même costume, ou que les fêtes de fin d’année ont été inventées pour justifier l’hystérie consumériste. Tous ces arguments sont erronés. Le Djed Mraz est la victime collatérale d’une longue et patiente transformation de la société bosniaque laïque en une société théocratique dans laquelle les dirigeants des trois communautés religieuses (et notamment de la communauté musulmane) agissent de plus en plus ouvertement en hommes politiques. Ils interprètent la Constitution selon leurs principes religieux et retouchent à tel point les traditions que le passé ne sera plus ce qu’il a été, mais ce que des gens comme Mme Mahmutovic aurait souhaité qu’il fût."

 Emir Imamovic Pirke, Jutarnji List, Zagreb (Ecrivain et scénariste résidant à Sarajevo)

 

---------------------------------------------------------------------------

REPÈRES  

« Chaque année, Sarajevo devient un peu moins une capitale multiethnique et un peu plus une capitale musulmane, [sur les plans] démographique, politique, confessionnel ou éducatif », écrivait la journaliste Vildana Selimbegovic, fin septembre. Elle poursuivait : « La transformation de Sarajevo en capitale bosniaque est le résultat d’une politique qui, depuis les accords de Dayton de novembre 1995, a fait obstruction à tout ce qui n’avait pas un nom à forte consonance “bosniaque” – une politique qui n’a pas hésité à ériger des mosquées dès qu’il y avait un square de libre et qui ne s’est pas gênée pour séparer dans les crèches les enfants d’autres confessions ou laïcs de leurs copains qui apprenaient l’Ilmihal (manuel de savoir-vivre à l’usage des musulmans). »

---------------------------------------------------------------------------


"Puisque j'te l'dis..."

23:15 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/11/2008

Jour des défunts... au Kosovo

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

 

07:00 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/09/2008

Guerriers Serbes...

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=


Guerriers Serbes - I


Guerriers Serbes - II


Guerriers Serbes - III


Guerriers Serbes - IV


Armée Serbe


Armée Serbe - II


Un américain rend hommage aux Royalistes Serbes qui durant la seconde guerre mondiale sauvèrent 600 aviateurs américains dont son grand-père... Les USA ont la mémoire courte... mais pas tous les américains.

21:25 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Alija Izetbegovic, un Grand Démocrate... C'est BHL qui l'a dit...

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=



Alija Izetbegovic, un grand démocrate. La preuve, ce qu'il a pu écrire dans sa "Déclaration Islamique" en 1970...


"Il n’y a pas de paix, ni de coexistence entre la religion islamique et les institutions sociales non-islamiques […]. Le mouvement islamique doit et peut prendre le pouvoir dès qu’il est normalement et numériquement fort, à tel point qu’il puisse non seulement détruire le pouvoir non-islamique, mais qu’il soit en mesure d’être le nouveau pouvoir islamique […]"

"L’Islam exclut clairement le droit et la possibilité d’activité sur son propre terrain de quelque idéologie étrangère à l’Islam que ce soit... et l’Etat doit être une expression de la religion."

"L’islam ne peut en aucun cas coexister avec d’autres religions dans le même Etat, sauf comme un expédient à court terme. Sur le long terme, par contre, après être devenue plus fort, dans un pays quel qu’il soit, les Musulmans ont le devoir de s’emparer du pouvoir et de créer un Etat authentiquement islamique."

"De façon générale, le musulman n’existe point en tant qu’individu indépendant."

"Il n’y a pas de principe de laïcité"



"L’Islam comporte l’idée de "nation", dans le sens de tendance et d’aspiration à unir tous les Musulmans dans une seule communauté religieuse, culturelle et politique."

"La suppression de toutes les sources de corruption des moeurs de gens [...]est l’un des aspects les plus important de l’ordre islamique.
[...]
Voici certaines choses que l’Islam a proscrites et dont, par ses dispositions, l’ordre islamique allait rendre impossible la survenue :
- toutes sortes de boissons enivrantes ;
- la prostitution publique ou secrète ;
- le libertinage dans la littérature et l’art à travers les mots, les photos, les films ou la télévision ;
-les clubs de jeu de hasard, les boites de nuit, les clubs de danse, et toute forme de divertissement et de plaisir qui ne s’accordent pas avec les principes moraux de l’Islam."

"Il est donc évident qu’il y a deux réalismes : notre réalisme à nous et le réalisme des impuissants soumis par nous."


Nos musulmans d'Oumma.com qui sont, comme chacun le sait de véritables démocrates, lui rendent un vibrant et chaleureux hommage...

Il était normal, n'est-ce pas, que l'Occident démocrate prenne son parti.





Nous sommes bien en présence d'une authentique RATP (Religion d'Amour de Tolérance et de Paix)... évidemment.


Voyez, aussi, cette page chez "Unité Française.com"

07:00 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (9) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/08/2008

Nikola Tesla

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=



Un Génie scientifique serbe oublié : Nikola Tesla...

Article Wikipédia......

...ou si vous êtes bons en anglais...




Laissez charger le film et regardez de bout en bout...


Nikola Tesla
45min50sec


Que ce soit dans la Yougoslavie communiste de Tito...



Ou dans la Serbie post-Yougoslave...





Le souvenir de Nikola Tesla y fut toujours honoré et sa figure admirée...


Mais aussi...

à New York


à Zagreb en Croatie


Aux chutes du Niagara




...et en Serbie encore...






Un site américain consacré à Nikola Tesla

15:20 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook