Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2019

"Humble comme ce petit enfant"...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Regardez comment l'Esprit Saint caresse cette jolie petite fille (nommée "Nikê") au jour heureux de son Baptême Chrétien Orthodoxe, ici dans une Paroisse serbe... Regardez la belle annonciation que comporte son nom qui veut dire : "La Victoire"... Son visage radieux... son regard fasciné... son sourire solaire... son baiser spontané qui surprend tout le monde à la Croix du Salut qui est le sien... du Salut qui est le nôtre... Elle voit ce que tout croyant désire voir...

Paix aux hommes et aux femmes de Bonne Volonté...

"Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d'eux, et dit : Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux."

Matthieu 18 : 2-4

10:18 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Gilets jaunes : c'est l'État-providence, non le libéralisme, qui est en cause

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

TRIBUNE - L'État, en devenant une nouvelle Providence, a tout étouffé autour de lui et s'est chargé d'un fardeau qu'il ne peut assumer. Paradoxalement, la fronde des "gilets jaunes" le vérifie, argumente l'essayiste libéral Erwan Le Noan.

Pour répondre à la crise sociale que nous vivons depuis plus de cinq semaines, encore faut-il poser le bon diagnostic et saisir l'ampleur de la faillite. Celle-ci est le résultat de la déliquescence de l'État-providence, qui avait émergé dès la fin du XIXe siècle. C'est luiqu'il faut réinventer.

L'économiste Karl Polanyi (1886-1964) considérait que l'histoire moderne était marquée par la distinction progressive de la sphère économique. Cette "grande transformation" a émergé dès le Moyen Âge, en lien consubstantiel avecl'affirmation progressive de l'État de droit et de la démocratie. L'émancipation des marchands a fait émerger les institutions qui, favorisant la confiance entre inconnus, ont permis la pleine expansion du commerce. Le développement des contrats a fait croître le besoin de droit et de juges, les échanges lointains le besoin d'information et de presse, les nécessités financières les exigences comptables et les organisations bancaires. Progressivement, la "dynamique du capitalisme" que décrivait Braudel s'est étendue. Nous avons pu nous enrichir, nous instruire, nous soigner.

Cette dynamique s'est déployée sous trois aspects : économique, social et politique. La Révolution industrielle a accéléré le mouvement économique, dans une croissances chumpétérienne où l'innovation chasse ce qui l'a précédée. Chaque surgissement technologique est venu bouleverser les modes de production. La nouveauté a déstabilisé les relations de travail. Le chemin de fer a favorisé la structure pyramidale et décentralisée des entreprises, tout en créant le prolétariat. L'électricité a permis l'autonomisation de chaque machine, tout en générant le travail à la chaîne.

Les chocs économiques actuels ne sont que l'écho de cette dynamique : ouvrant des possibilitéslarges d'externalisation dans d'autres pays ou vers l'univers numérique, ils restructurentles fonctions de l'entreprise. Ils modifient la conception de l'emploi (plus souple,indépendant, moins hiérarchique). Cette course alimente aussi une demande de sens de l'engagement salarié.

La puissance déstabilisante de ces transformations a alimenté une demande du peuple souverain : réaffirmer qu'en démocratie son pouvoir est décisif et ultime. La constitution des géants industriels du XIXe siècle aux États-Unis, dans le rail ou le pétrole par exemple, a inquiété et produit le droit de la concurrence dans ce pays puis dans tout le monde occidental. Ce mouvement n'est pas sans faire écho aux craintes contemporaines relatives au succès des "géants" du numérique et les projets de réglementations qu'elles suscitent. Chacune de ces révolutions a fait naître des revendications politiques. À la findu XIXe siècle, le socialisme a ainsi traduit l'aspiration des classes laborieuses à une protection face à la déstabilisation permanente.

Ainsi est né l'État-providence. Face aux risques d'un nouveau monde en changement, il a développé un système de régulation capable de garantir la confiance des citoyens et un régime d'assurances qui s'est affirmé avec force après la Seconde Guerre mondiale. Il s'est substitué aux institutions de solidarités traditionnelles et aux corps intermédiaires : l'État est un Salut monopolistique, qui évince les organisations concurrentes.
Ne cessant de se déployer, porté par une élite technocratique qu'il a captée pour dérouler des plans savants prétendant maîtriser les aléas de l'existence, il a institué une relation verticale entre les citoyens et lui-même. La puissance publique a ainsi tué le sens des responsabilités : quand tout est organisé pour son bien, le citoyen se retrouve dans une attente passive.

Cet équilibre s'est effondré à partir de la fin du XXe siècle. Deux bouleversements technologiques majeurs ont métamorphosé nos économies : la mondialisation, favorisée par la disparition de l'oppresseur communiste, et la digitalisation, induite par l'innovation numérique. La conjonction de ces phénomènes a été d'une ampleur radicale.

Or l'État-providence, lui, n'a pas changé. Confronté à une mutation de son environnement, il a conservé les mêmes règles de fonctionnement. Pour faire accepter des transformations qu'il ne maîtrisait plus - parce qu'il ne les comprenait pas -, il a accru en vain les dépenses publiques et les impôts afin de les compenser. Espérant rendre la situation plus acceptable, il n'a contenu les inégalités qu'au prix d'une stagnation sociale qui obstrue les perspectives d'avenir : en France, les pauvres ne le sont pas trop, mais ils le restent. Faute de réforme, les finances publiques ont filé dans une danse folle au bord du précipice.

Cet écroulement, accéléré par le déclin organisé des corps intermédiaires, laisse les citoyens seuls face à eux-mêmes et leurs angoisses. Il laisse également un immense vide politique et conceptuel. Le mouvement des "gilets jaunes" n'est ainsi pas révélateur d'une prétendue crise du libéralisme : il est le fruit de l'agonie de l'État-providence, qui se matérialise par la déliquescence des services publics et illustre l'incapacité des élites à proposer des perspectives susceptibles de donner du sens à l'exigence de changement comme de l'accompagner efficacement. La France doit donc réinventer son État, à travers ses deux fonctions modernes principales : assurer la cohésion populaire et maîtriser les risques.

Ce renouvellement ne peut naître que d'une libération de la société. Celle-ci frémit déjà : dynamisme de l'entrepreneuriat, fleurissement des associations, prise en charge de la transformation environnementale s'inventent tous les jours en son sein. L'intervention des acteurs privés renouvelle déjà les services publics, en valorisant la qualité de la prestation, en réinventant le service aux citoyens.

Le défi du XXIe siècle est là. La question pourrait structurer les clivages politiques pour les décennies à venir. Déjà, la Silicon Valley dessine imperceptiblement ses pistes, et les régimes autoritaires les leurs.

L'enjeu est immense : accompagner et gérer le changement, ou le laisser se réaliser dans le chaos. Partout dans le monde occidental, les populistes proposent une voie défensive, plus ou moins ordonnée ; mais c'est une impasse. Si le président Macron est sincère dans sa volonté de 'bâtir le socle de notre nouveau contrat pour la nation', la France a peut-être l'opportunité d'en proposer une version alternative. L'enjeu de la mutation en cours est d'organiser le retrait progressif mais franc de la puissance publique, afin que la société puisse s'exprimer, se déployer et redonner des perspectives positives aux citoyens.

---------------

Erwan Le Noan, consultant en stratégie. Membre du conseil scientifique de la Fondation pour l'innovation politique (think-tank libéral). Maître de conférences à Sciences Po et auteur de La France des opportunités (Les Belles Lettres, 2017). Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 31/12/2018.

---------------

SOURCE : Le Figaro

---------------

 

07:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/02/2019

Renaud Camus & Philippe Muray - Entretien (En vivant en écrivant...)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

08:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/02/2019

Philippe Bilger soumet à la question Renaud Camus

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/02/2019

"Juste une jolie Parisienne de gauche tendance écolo-quinoa-Naturalia"...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

Ces nimbus sont tellement pathétiques que je n'éprouve qu'une seule envie, profonde et intransigeante : les laisser mariner un bon moment au milieu de l'univers que leur pitoyable idéologie a contribué à instaurer dans notre beau pays... car Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes...

 

 

Agressions : “Pour la première fois, ma compagne souhaite que nous quittions le quartier” l’élu Pierre Liscia témoigne

 

“Je ne veux pas que notre enfant grandisse ici, au milieu des immondices, de la crasse, de la drogue et de la violence, sans jamais pouvoir aller au parc puisque tous nos parcs sont squattés par des toxicos et des dealers”. La compagne de Pierre Liscia, élu du XVIIIe arrondissement, est enceinte et ne supporte plus ni les agressions, ni le harcèlement. Cette femme de gauche qui “n’a jamais cédé ni à la peur ni au sentiment d’insécurité” est aujourd’hui à bout. Dans le nord de Paris en effet, le quotidien des femmes ressemble de plus en plus à un épisode de The Walking Dead. Sur Twitter, l’élu a publié le témoignage suivant :

“Ces derniers temps, je ne me sens plus en sécurité. J’ai peur.“Pour la première fois, ma compagne souhaite que nous quittions le quartier.

J’habite à Paris. Ma compagne est enceinte. Et aujourd’hui, elle a peur. Elle a peur quand elle va allant travailler et qu’elle se retrouve au milieu d’une dizaine de toxicomanes qui occupent les quais du métro Marx Dormoy dès 8h du matin.

Peur de se retrouver au milieu d’une énième rixe entre trafiquants et vendeurs à la sauvette et de risquer d’y être à nouveau bousculée, comme ce fût le cas il y a une dizaine de jours.

Cet après-midi, je l’ai accompagnée en voiture à la maternité. Angoissée à l’idée de passer par la Porte de La Chapelle, notre itinéraire habituel, j’ai fait un détour. Avec la “colline du crack”, la Porte de La Chapelle est devenu un véritable enfer.

Ce soir, nous sommes allés diner vers Pigalle. En rentrant, les stations Marcadet et Marx Dormoy étaient littéralement envahies de toxicomanes. Dans la rame, un homme s’est assis à côté d’elle et a allumé sa pipe à crack.

En sortant de la rame, un autre nous a interpellé en balbutiant des phrases incompréhensibles. Il était particulièrement agressif. J’ai senti ma compagne tressaillir quand il a tendu vers nous sa main pleine de sang.

Dans la rue, un homme nous a suivi sur une cinquantaine de mètre pour nous demander d’abord si nous attendions une fille ou un garçon, avant de se montrer plus oppressant pour nous réclamer de l’argent.

En arrivant chez nous, ma compagne me dit : “Je ne veux pas que notre enfant grandisse ici, au milieu des immondices, de la crasse, de la drogue et de la violence, sans jamais pouvoir aller au parc puisque tous nos parcs sont squattés par des toxicos et des dealers”.

Ma compagne est de gauche.

Pas une socialiste. Juste une jolie Parisienne de gauche tendance écolo-quinoa-Naturalia. Elle a toujours aimé notre quartier, certes difficile, mais qui a un certain charme. Elle n’a jamais cédé ni à la peur ni au sentiment d’insécurité.

J’habite à Paris.

Ce soir, pour la première fois, ma compagne veut quitter notre quartier parce qu’elle ne s’y sent plus en sécurité : elle a peur pour elle et pour notre bébé.

Franchement. Qui peut le lui reprocher ?
Et vous Anne Hidalgo, qu’en pensez-vous ?

-----------------------

SOURCE : Bellica, Femmes Entières

-----------------------

 

09:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/02/2019

Réchauffement climatique : le pavé dans la mare !

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

Comment le GIEC s’y est-il pris pour calculer la température moyenne dont il prétend qu’elle a augmenté d’environ 1° C au cours du dernier siècle ?

Par Thierry Godefridi

 

Si vous vous êtes demandé pourquoi il est difficile de prédire la météo sous nos latitudes à plus de quelques jours alors qu’il serait possible de prévoir le climat à l’échéance de plusieurs siècles, voire seulement quelques dizaines d’années, sur la Terre entière, Jean-Marc Bonnamy vous rassure : vous avez raison de vous interroger et il explique pourquoi dans Réchauffement climatique : Le pavé dans la mare ! », innocentant au passage le CO2 de toute responsabilité dans un « réchauffement » – ou « changement », ou « dérèglement »… – de la planète, à l’encontre des allégations du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, créé en 1988 pour se pencher sur la question.

La question du rôle du CO2 est emblématique de la tournure politique, idéologique, quasi-religieuse du débat climatique. Dans la foulée du GIEC, les réchauffistes interprètent la corrélation statistique entre la courbe de l’élévation des températures et celle de la teneur en CO2 de l’atmosphère comme une loi physique de cause à effet, le CO2 provoquant cette élévation.

Le rôle du CO2

Ne pourrait-on pas en déduire l’inverse, à savoir que la teneur en CO2 de l’atmosphère augmente en fonction de l’élévation de la température ? Une corrélation ne peut à elle seule servir de preuve. D’ailleurs, comment s’expliquent les périodes de décorrélation entre températures et teneurs en CO2 dans les données dont fait état le GIEC lui-même ?

Jean-Marc Bonnamy résume la thèse du GIEC comme suit : la Terre se réchauffe, ce réchauffement entraînera des catastrophes, il est dû à l’effet de serre du CO2 et ce dernier résulte du développement de l’activité humaine. Et il entreprend de démontrer, dans les premiers chapitres de son livre, qu’un phénomène physique de saturation de l’effet de serre, que personne ne nie, exonère le CO2, au-delà de ce qu’il accomplit déjà, de toute incidence dans un quelconque réchauffement climatique au sens dans lequel le GIEC l’entend et que, si tant est qu’il y a réchauffement de la Terre, c’est ailleurs qu’il faut en chercher la raison.

Mais, au fait, comment le GIEC s’y est-il pris pour calculer la température moyenne dont il prétend qu’elle a augmenté d’environ 1° C au cours du dernier siècle ? Il s’est servi de donnés relevées à des dates et endroits divers par des stations météorologiques disparates, données qu’il a traitées (sans en communiquer la manière) et dont il a établi une moyenne qui est une fiction puisqu’une moyenne de températures n’est pas une température moyenne.

Mépris des données scientifiques

Et les objectifs de limitation de ladite température qui en découlent sont absurdes, outre le fait que les échelles de température Celsius et Fahrenheit sont arbitraires. Si l’on entend parler scientifiquement, ne conviendrait-il pas de parler en Kelvins ?

Jean-Marc Bonnamy dit sa surprise d’avoir constaté dans les rapports du GIEC disponibles sur la toile combien le rapport pour les décideurs politiques s’affranchissait des rapports scientifiques qui étaient supposés lui servir de base. Quand bien même les scientifiques admettent qu’aucune donnée ne permet de confirmer la réalité d’un réchauffement climatique, ni d’attribuer ce réchauffement à l’activité humaine, cela devient dans le rapport destiné aux décideurs politiques « le réchauffement climatique ne fait aucun doute et son attribution à l’activité humaine est prouvée ». Qui convient-il de croire ? Le GIEC ou le GIEC ? « Il faut cesser de considérer le GIEC comme un établissement scientifique, conclut Jean-Marc Bonnamy, et le prendre pour ce qu’il est : un lobby politique. »

Un chiffre notoirement faux

C’est en ce sens que se comprend la décision du président américain Trump de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris sur le réchauffement climatique.

Le chiffre de 0,6 °C de réchauffement de la planète sur un siècle avancé par le GIEC sans intervalle de précision dans son rapport initial signifiait que la donnée comportait une précision de l’ordre de l’arrondi de la décimale suivante, en d’autres mots que le GIEC prétendait à une précision de l’ordre de 0,05° – 5 centièmes de degré ! Mais, outre ce chiffre d’une précision invraisemblable, le GIEC en a avancé d’autres qui étaient notoirement faux. Jean-Marc Bonnamy en dresse une liste. Les constructivistes, quel que soit l’horizon idéologique auquel ils appartiennent, ne sont jamais à court de conjectures, ni d’aplomb.

Le problème fondamental n’est-il pas que le climat, comme la météo, est un phénomène chaotique, c’est-à-dire ni stationnaire, ni cyclique, qui dépasse les limites épistémologiques de la connaissance humaine car il comprend un nombre infini de variables connues et inconnues d’une précision infinie dont le déterminisme inhérent se manifeste sur des durées de plusieurs milliers, dizaines de milliers, centaines de milliers d’années et échappe totalement à l’entendement humain ?

Reste à écrire le livre sur la question de savoir à quoi servent et, surtout, à qui profitent le GIEC ainsi que les accords, les politiques et l’agit-prop écologiste qui s’en prévalent.

 

Réchauffement climatique : Le pavé dans la mare ! (Jean-Marc Bonnamy), 164 pages, Éditions L’Harmattan.

 

Sur le Web

 

----------------------

SOURCE : Contrepoints

----------------------

 

22:09 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/02/2019

La virilité, premier pouvoir et dernier tabou du monde musulman

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

Dans un nouvel essai, la philosophe Nadia Tazi développe l’hypothèse que la virilité dans le monde musulman serait non seulement le principe déterminant du rapport entre les hommes et les femmes, mais aussi celui du despotisme politique et social.

 

Nous avons rencontré Nadia Tazi dans le cadre des Rencontres d’Averroès à Marseille en novembre 2018 sur le thème des relations entre les sexes, d’hier à aujourd’hui, en Méditerranée. Philosophe, journaliste, essayiste, elle vient de publier Le genre intraitable. Politiques de la virilité dans le monde musulman (Actes Sud, 2018), fruit d’un travail de quinze ans.

 

Dans votre nouvel essai, vous écrivez que « la virilité est restée le premier pouvoir et le dernier tabou » . En quoi cette question est-elle taboue ?

Cette question n’est jamais politiquement énoncée comme telle. On parle de la condition des femmes, de l’inégalité entre les sexes, de l’homosexualité, mais la question des masculinités est évacuée. D’abord parce que c’est nouveau. En Occident même, cette recherche vient plus tard que celle des femmes, en réaction ou parallèlement au féminisme. De plus, on ne peut pas plaquer les schémas occidentaux sur l’Orient musulman. Évidemment, le machisme existe partout, mais il n’a pas du tout la même portée, pas les mêmes sources ni les mêmes lois. Il faut déjà commencer par poser la question dans les différents pays musulmans et réfléchir sur leur point commun : le despotisme politique. Lors de la table ronde « Des relations entre les sexes fondées sur des imaginaires et des valeurs » aux Rencontres d’Averroès, on a bien perçu les différences entre les musulmans eux-mêmes. Sur le voile, les points de vue des intervenantes turque, marocaine, algérienne n’étaient pas du tout identiques. Le voile est un joker, on lui donne le sens qu’on veut ; c’est aussi ce qui explique sa perpétuation.

 

Vous consacrez un chapitre passionnant à la complexité du voile, « une coutume immémoriale ou une surdétermination identitaire face à la menace de l’étranger – ou encore un retournement ironique au nom de la liberté et de l’identité (…) » ?

En France, le voile a une connotation identitaire : si vous l’expliquez à une Afghane qui se bat contre la burqa et qui a des problèmes pour éduquer sa fille, ou à une Pakistanaise qui constate l’accroissement du féminicide ou des crimes d’honneur, elles vous regardent comme si vous arriviez de la planète Mars…

 

Vous mettez en rapport désert et virilité. Pourquoi ?

Le désert est essentiellement rareté. Lawrence d’Arabie a eu une formule terrible : c’est « la mort vivante ». L’homme est perpétuellement sous la menace de la Nature. Pour révoquer l’idée de survie, le Bédouin, l’homme du désert, va développer une économie de la dépense. Puisqu’il ne veut pas être comme l’animal dans la seule logique de survie, il est dans l’excès. Et cet excès farouche se manifeste dans la bravoure au combat et de manière somptuaire dans l’hospitalité – des valeurs que l’islam gardera en leur donnant un sens nouveau. La virilité est née d’un parallélisme avec le désert, de la volonté de l’homme de s’élever à hauteur de cette Nature exorbitante, par lui même, sans Dieu, par la voie de son ethos, de ses mœurs et du langage qui les glorifie. D’où tant de poèmes et de récits hallucinés, une mythologie à laquelle on se réfère encore sans le savoir.

Au VIIe siècle, avec la révélation faite à Mahomet, va naître l’islam. En 630, à la tête d’une armée, le Prophète conquiert La Mecque qu’il avait dû fuir en 622 (l’Hégire) et il convertit à l’islam les tribus d’Arabie dont il devient le chef à la fois religieux, politique et militaire. Les Bédouins vont sortir du désert – une sortie physique et symbolique – et, en moins d’un siècle, les premiers califes conquièrent le monde. Inscrit dans l’inconscient collectif, cet âge d’or est d’autant plus célébré que les sociétés se vivent comme déchues. La conquête représente l’expression de la virilité archaïque du désert.

 

Vous évoquez la différence, mais aussi l’imbrication entre deux concepts au cœur de votre livre : la masculinité et la virilité…

L’islam et la Cité vont offrir un autre voie que la virilité, celle du masculin qui s’élève contre l’excès, contient la violence par la fraternité, et sublime l’honneur en le haussant jusqu’à la chevalerie. L’islam donne aux masculinités une éthique qui interdit le meurtre, invite à la tempérance et institue une communauté. L’hybris (la démesure), la dépense et la violence sont contrariés par l’idée de juste milieu, par la mesure, la modestie, la décence, constitutives de ce que je désigne comme masculin. Et ce masculin est appuyé par la prééminence de la communauté sur l’individu. La communauté qui est conservatrice (elle se fonde sur le consensus) établit une masculinité vertueuse et apaisée. Mais les normes pondératrices de l’islam ne pourront entièrement contenir les débordements des conquérants et des despotes qu’ils soient petits (domestiques) ou grands (à la tête de l’État). Il y aura toujours coexistence et balancement du viril et du masculin. La norme viriliste ne cessera de hanter l’islam, en particulier à travers la coutume.

 

Cependant, avant la tragique dérive de l’islamisme, tout ne se passait pas si mal dans la société et dans l’intimité… La virilité fait-elle de tels ravages ?

Il existait un certain équilibre autour des valeurs patriarcales fondées sur les prescriptions de l’islam et sur les lois coutumières. Au fond, comme l’avait montré l’ethnologue Germaine Tillion (1907-2008), la question des femmes dans le monde musulman était alors proche de ce qui se passait dans la plupart des sociétés méditerranéennes. À partir du partage des rôles, chacun y trouvait son compte. On estimait l’homosocialité (la non-mixité) normale : que les femmes soient à la maison, qu’elles remplissent leur rôle de mère et d’épouse et s’accomplissent ainsi, et que les hommes puissent avoir les deux sphères : le public et le privé. Plus les femmes étaient riches, plus elles vivaient cloîtrées. Mais elles avaient leur vie propre, un entre-soi agrémenté par l’art de vivre qu’elles avaient su tisser. Et elles gagnaient du pouvoir en devenant mères, c’est-à-dire en accédant à l’unicité : contrairement à l’épouse dans certaines sociétés polygamiques, la mère sera toujours l’Unique pour ses fils. Consciemment ou inconsciemment, pour asseoir ce pouvoir d’influence, elle s’attache ses garçons, les éduque et les « revirilise » en permanence. C’est auprès d’elle surtout que l’homme trouve réconfort et soutien. On aime également rappeler que les mères des sultans ottomans, par exemple, avaient des droits et des revenus importants ; elles ne régnaient pas seulement sur le harem impérial, elles fondaient des monuments, elles assistaient derrière le voile aux réunions du gouvernement… Le problème se pose de manière beaucoup plus aiguë avec l’arrivée de la modernité.

 

Pourquoi ?

Parce qu’en principe, la modernité politique ne reconnaît pas ces valeurs patriarcales. Elle met à mal le pacte implicite selon lequel l’homme est dominant / protecteur. Il est contraint par la loi musulmane de subvenir aux besoins de la femme et doit répondre de son éducation morale et religieuse. Cette prise en charge matérielle et spirituelle justifierait son pouvoir. Tout se complique quand les femmes sortent de la maison, qu’elles accèdent à l’éducation, au travail, à la contraception, etc. Mais la question du dehors-dedans est restée fondamentale. Chez soi, on fait ce que l’on veut, et on n’a de comptes à rendre qu’à Dieu, à sa conscience. Et les rapports entre les sexes y sont négociés individuellement, de manière empirique.

La virilité est par définition extravertie. Mieux, elle est ostentatoire, elle doit être reconnue comme telle par autrui, par opposition au masculin qui renvoie au for intérieur, à l’intime. À l’extérieur, l’homme doit montrer qu’il est le maître et veiller à la réputation de sa femme, sa fille ou sa sœur. Traditionnellement, la femme n’a accès au monde que voilée, protégée, c’est-à-dire contrôlée. Elle doit donner l’image d’une femme raisonnable qui, comme le disent les mollahs, «reste à sa place». À l’intérieur, elle a peu de droits, mais elle s’appuie sur l’attachement sexuel et affectif, sur l’éducation des enfants, et elle est supposée gardienne des traditions (morales, culturelles, esthétiques…). Elle conquiert son territoire. Cette séparation problématique du public et du privé, de l’apparence et de la réalité, du dire et du faire, est instituée au départ pour protéger la communauté. Avec la modernité, ces arrangements ne marchent pas.

 

Selon vous, ce principe de virilité serait au fondement du despotisme politique et social.

D’un côté, l’homme est élevé dans le culte de la virilité ; de l’autre, il est castré par les pouvoirs despotiques en place. Dans le cadre familial, le père commande le fils, lequel fils, pour assurer son pouvoir, va à son tour commander les plus jeunes, les cadets, la sœur, la femme. Comment voulez-vous que cet autre clivage ne produise pas de problèmes ? Et hors de la maison, l’homme du commun n’a pour ainsi dire pas de vie politique.

 

Jusqu’à cette démence meurtrière de l’islamisme ?

Comme le dit l’islamologue François Burgat, « on a les islamistes qu’on mérite ! » Si vous considérez les pouvoirs en place, ils ont tous sans exception matraqué leur population. Bien sûr, auparavant, la colonisation a humilié les hommes et fait des ravages à tous points de vue. Au moment des indépendances, on attendait des nouveaux régimes qu’ils améliorent le sort de la population. Ce n’est pas ce qui s’est passé. La désillusion et l’amertume ont été énormes, dévastatrices.

Il faut noter que tous les chefs historiques des islamistes ont fait de la prison. Ce ne sont pas des lettrés, formés dans les instituts de théologie ou les universités, mais des gens simples pour la plupart, élevés contre la colonie et ensuite contre l’État, qui ont passé des années derrière les barreaux et y ont produit un corpus théorique très pauvre. Si l’islam devient « politique », c’est pour une large part qu’il est depuis toujours le premier et le dernier recours contre l’oppression. Ce sont des hommes frustrés, enfermés dans les « passions tristes » : la haine, le ressentiment, l’humiliation, le sentiment d’échec. Pour fabriquer un ordre viriliste, quel qu’il soit, il faut au départ un état d’exception : des conditions extrêmes telles que le désert, la guerre, un régime tyrannique, la colonie, des mutations anthropologiques et culturelles brutales…

 

Pourquoi l’Occident est-il au centre de la haine islamiste ?

Les islamistes sont virilistes, et l’Occident, hégémonique, sécularise les sociétés, envahit les territoires et les esprits, émancipe les femmes, humilie les perdants.

Qu’ont les Occidentaux à proposer aux populations de ces pays, hormis globalement la consommation et le sexe ? Où sont les gauches et que font-elles ? L’avènement des islamistes traduit un double malaise, à la fois par rapport à leurs dirigeants et leurs sociétés en panne et par rapport à l’Occident. À l’homme ordinaire qui ne sait plus où il en est, qui a perdu ses repères, qui a été rabaissé par une modernisation exogène et par l’État, l’islamisme redonne fierté, autorité, dignité.

 

Vous commencez votre livre en évoquant Saddam Hussein. Existe-t-il un personnage plus emblématique de la virilité ?

Il est hallucinant, monstrueux, c’est un personnage shakespearien. Il faut rappeler ses mérites : en dix ans, il a amélioré le sort des femmes, a effacé totalement l’analphabétisme, a aménagé Bagdad qui était dans un état pitoyable. Mais sa virilité l’a amené à être le premier importateur d’armements au monde et à se lancer dans une guerre absurde contre l’Iran : un million de morts pour un motif ridicule. Il pensait faire une guerre éclair à l’israélienne ! « Je serai à Téhéran dans huit jours ! » La guerre a duré huit ans. Tout ce qu’il avait investi d’un côté, il l’a détruit de l’autre. Puis il y eut deux autres guerres, dont la première en particulier qui, avec l’invasion du Koweït, fut motivée par son hybris, son orgueil narcissique de macho. Il a été une calamité pour son peuple. Aujourd’hui encore, l’Irak paie le prix d’une folie viriliste.

 

Pas une folie tout court, une folie viriliste ?

C’est ce qui l’anime jusqu’au bout. Souvenez-vous quand il est pendu. Tandis que les bourreaux l’injurient et chantent le nom de leur champion chiite, il dit : « C’est ça pour vous la virilité ? » et il affronte, fait littéralement face ; on lui met la corde au cou et il refuse la cagoule qu’on lui présente. Avant, il y a deux scènes étonnantes : celle où il est déguisé en clochard, où on va le déloger de sa tanière et lui inspecter les dents comme une bête ; puis la scène du procès où, rasé et élégant, il fait face là encore, en voulant sauver l’honneur, rester le chef, le vainqueur… C’est ce qui m’a donné envie de faire ce livre et c’est ainsi qu’il commence. Je me suis demandé : c’est quoi cette histoire ? Comment en arrive-t-on là ? Saddam Hussein ne s’est pas appuyé sur l’islam – c’est un nationaliste arabe. Tous les nationalismes sont virilistes : une nation, même démocratique, c’est toujours une force face à une autre force. Mais la mémoire de l’islam joue aussi sa part.

 

Comment sortir de cette prégnance de la virilité, particulièrement lourde dans l’islam, même si elle existe ailleurs ? Vous évoquez longuement la figure du Prophète à la fois viril, masculin et féminin…

Une partie de son âme est féminine. Le culte de la vierge Marie existe en islam, et dans la légende, Mahomet est comme une page blanche, une page vierge ensemencée par la parole de Dieu que convie l’ange Gabriel. Quand il reçoit la Révélation, il est dans une posture de pur abandon et de félicité, mais aussi de crainte. Lorsqu’il est pris de tremblements, transporté comme un chamane par ce qui lui arrive, il a peur. Peur d’être possédé par un djinn, une force maléfique. C’est alors que son épouse Khadidja, la première des convertis de l’islam, le protège, l’entoure de ses bras ou de son voile, et lui dit : « C’est l’ange ! ». Elle le rassure, lui donne quelque chose d’essentiel : la confiance, soit étymologiquement la foi en quelque chose ou en quelqu’un. C’est donc une femme qui va soutenir le Prophète et cela est rarement dit, sauf par les mystiques.

 

Le Prophète est donc porteur d’une certaine douceur…

Les mystiques disent : « Dieu est doux et il aime la douceur en toute chose. » Autrement dit, Dieu n’aime pas la force, le pouvoir, l’excès ; et c’est la douceur qui constitue la vraie puissance. L’accueil du féminin peut contribuer à dissoudre l’injonction viriliste, à faire que le masculin s’enrichisse loin du bruit et des turbulences surmâles, et que l’homme se libère du fardeau qu’il s’est imposé à lui-même.

 

Concrètement, cela peut se traduire de quelle manière ?

C’est à chaque fois le retour au politique qui s’impose. Il faut développer un minimum de maturité dès la petite école pour sortir de l’infantilisme viril. Il y a une action pédagogique à conduire de toute urgence pour briser le cercle infernal où d’un côté la mère pousse en avant son fils – un demi-dieu à ses yeux – et où de l’autre, le père l’enfonce. Où sont partout disséminés des rapports de pouvoir. Je caricature, évidemment, mais ce sont ces logiques qu’on voit à l’œuvre.

Les femmes sont la clé : il est plus facile d’agir positivement, de s’appuyer sur un désir de liberté que de contraindre un genre aussi enraciné. Si on émancipe les femmes, elles ouvrent la maison au monde, et n’ont plus besoin de pousser et de reviriliser leurs fils. Et les hommes ne doivent plus se montrer à tout prix comme des maîtres. Si on va dans le sens de la liberté des femmes, on avance dans l’émancipation générale. Car le viril ordinaire ne rabaisse pas seulement les femmes ; pour s’affirmer, il rabat tout ce qui n’est pas lui et qu’il considère comme « efféminé » : l’esclave autrefois, l’intellectuel, l’artiste, les minorités sexuelle, ethnique et religieuse, le juif en particulier, l’étranger… À partir du moment où on éduque les peuples dans un sens non despotique, on en finit avec la logique selon laquelle l’homme doit retrouver sa virilité chez lui parce qu’il est opprimé au dehors. Si on donne de l’espace au masculin, on l’amène à la citoyenneté, à une responsabilité citoyenne. Et tout le monde respire. C’est assez simple en théorie, mais très compliqué à mettre en œuvre.

 

L’émancipation démocratique ne se décrète pas !

Elle se conquiert. On n’est pas très inspiré en ce moment, il n’y a pas de modèle adéquat. Et les islamistes sont d’une grande habileté politique : ils ne font pas seulement de la pédagogie on line et dans leurs mosquées, ils prennent les gens en charge, ils leur donnent une sécurité psychique et matérielle, et ils vont partout.

 

Selon vous, la montée de l’islamisme exprime plus un regain de virilisme qu’un réveil de la foi.

On ne le dit pas, mais on le pense tout bas. C’est flagrant, les seuls projets politiques de ces populistes sont l’assujettissement des femmes et le djihad. Je me suis dit : on traite toujours des opprimés. Il ne s’agit pas que des femmes, il y a les fils aussi, tout ce qu’ils subissent avant de s’affranchir du père ou du frère aîné, et les minorités en général. Le temps est venu de s’intéresser aux maîtres, aux despotes politiques et familiaux …

 

-----------------------------

SOURCE : LE MONDE DES RELIGIONS

-----------------------------

 

07:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/02/2019

Le Sénat de New York adopte un projet de loi permettant l’avortement jusqu’à la naissance

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

Le Sénat de New York a adopté mardi un projet de loi qui autoriserait l’avortement jusqu’au dernier jour du terme.

Aujourd’hui, les avortements tardifs sont illégaux à New York. Si ce projet de loi aboutissait, ils seraient désormais autorisés et les non-médecins seraient autorisés à les pratiquer. Cette mesure serait la concrétisation de l’engagement du gouverneur Andrew Cuomo, accompagné de Hillary Clinton, relayé par le NY Times, qui s’était engagé dès le lundi 07 janvier à protéger et à étendre les lois sur l’avortement de l’État dans les 30 premiers jours de la nouvelle session législative.

Selon Metro USA, le projet de loi stipule que les habitants de New York auront ​​le droit de demander un avortement dans les 24 semaines suivant le début de leur grossesse, ou à tout moment si la grossesse n’est pas viable ou si existe un risque pour la santé.

Mais selon New York Right to Life, l’exception pour cause de « santé » après les 24 semaines est décrite de manière particulièrement floue. Cette clause autoriserait les femmes à avorter les bébés à naître jusqu’à l’âge de neuf mois de grossesse pour « des facteurs d’âge, économiques, sociaux et émotionnels, plutôt que la définition biologique de ‘santé’ qui vient normalement à l’esprit ».

L’organisation a publié un mémo d’opposition au projet de « Reproductive Health Act » (RHA), dénonçant les nouvelles mesures en 5 points :

  • RHA établirait l’avortement comme un droit fondamental à NY
  • RHA autoriserait l’avortement jusqu’au jour du terme
  • RHA autoriserait n’importe quel soignant à pratiquer un avortement
  • RHA limiterait les protections des femmes et des enfants à naître des avortements illégaux
  • RHA abrogerait la protection médicale standard des mères et des enfants

Un autre risque serait donc qu’une famille abusive ou un praticien malhonnête par exemple, ne soit plus jugé pour avoir tué illégalement un bébé contre la volonté de la mère. Le Catholic News Service rapporte une histoire pour illustrer le problème :

« Début décembre, un résident du comté de Saratoga a été arrêtée pour avoir frappé l’estomac d’une femme enceinte de 26 semaines dans le but de provoquer une fausse couche. L’homme a été accusé d’avortement au deuxième degré, mais sous le régime de la RHA, l’attaquant n’aurait pas été accusé de crime. »

À l’annonce de la validation du projet de loi, Karen DeWitt, une journaliste de la radio publique raconte avoir entendu une voix dans l’assemblée s’écrier.

« Que le Dieu tout-puissant aie pitié de cet État. »

-----------------------------

SOURCE : Info Chrétienne

-----------------------------

 

07:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/02/2019

Répliques : Le mystère Houellebecq

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

Emission du 2 Février 2019... Que signifie être houellebecquien ? Alain Finkielkraut s'entoure d'Agathe Novak-Lechevalier et Frédéric Beigbeder pour l'éclairer.

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/02/2019

Répliques : Demeurer ou partir

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

Emission du 24/11/2018... Alain Finkielkraut recevait François-Xavier Bellamy et Sylvain Tesson

 

07:00 Publié dans Lectures, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/02/2019

Michèle Tribalat : « Débattre de l'immigration c'est bien, se donner les moyens d'agir c'est mieux ! »

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Un grand débat sur l'immigration ? Michèle Tribalat reste sceptique : elle rappelle que l'État a les mains liées, notamment par ses engagements internationaux et l'interprétation qu'en font les juges français. La démographe pointe aussi les difficultés à mesurer avec précision l'immigration.

------------------------

Michèle Tribalat a mené des recherches sur les questions de l'immigration en France, entendue au sens large, et aux problèmes liés à l'intégration et à l'assimilation des immigrés et de leurs enfants. Elle est notamment l'auteur de Statistiques ethniques, une querelle bien française (éd. L'Artilleur, 2016).

------------------------

FIGAROVOX.- L'immigration sera finalement bel et bien au menu du «grand débat» proposé par Emmanuel Macron. Cette perspective vous réjouit-elle? Qu'attendez-vous d'un débat sur ce sujet ?

Michèle TRIBALAT.- L'appellation «grand débat» me gêne. En fait, il s'agit soit d'une manière pour l'État de faire baisser la température et tenter de changer l'image d'un président jugé arrogant, méprisant et ne s'intéressant guère à ce que pensent, veulent et souhaitent les Français, soit d'une consultation des Français visant à remédier à l'éloignement du pouvoir afin de recueillir leurs propositions et, éventuellement, d'en tenir compte. Mais, le mode de consultation des Français pour le Président en cours de mandat, c'est, normalement, le référendum.

Par principe, ce n'est pas à l'État d'animer la société, de lui dire quand, comment et sur quoi elle est autorisée à débattre. Les palinodies autour de «fallait-il que l'immigration soit au programme?» en disent long sur la conception qu'a l'État du débat et sur la difficulté pour lui de s'affranchir des normes antiracistes qui gendarment la manière dont on peut s'exprimer sur le sujet. Je suis pour ma part assez perplexe sur ce qui pourra en sortir, particulièrement sur la question de l'immigration.

Le Président pose en particulier la question de l'instauration de quotas, fixés par le Parlement. Est-ce souhaitable selon vous? Pourquoi ?

Quotas ou pas, ce qui est souhaitable est que la question migratoire redevienne une question politique, contrairement à ce que veulent faire croire ceux qui la décrivent comme un phénomène naturel, sur lequel nous ne pouvons pas avoir plus de prise que sur le fait de vieillir. Cette naturalisation du phénomène présente l'immigration comme une fatalité démographique qu'il serait vain et moralement condamnable de vouloir maîtriser, contre laquelle, au fond, on ne peut rien. Elle nourrit ce contre quoi elle a l'air de batailler constamment: la théorie du grand remplacement. Elle délégitime profondément le sentiment de perte ressenti à la perspective de changements démographiques présentés comme à la fois irréversibles et bénéfiques.

Nous sommes dans la situation où les politiques, même ceux qui le voudraient, sont incapables de répondre à la demande des citoyens qui veulent que l'immigration ralentisse. Il est donc périlleux de poser une question sur la maîtrise des flux sur lesquels le pouvoir exécutif n'a pratiquement aucun levier pour agir. Que fera Emmanuel Macron si l'idée de fixer un objectif annuel d'entrées recueille un assentiment massif ?

Ce qu'on attend des politiques c'est qu'ils nous expliquent comment et pourquoi ils se sont laissés dépouiller de leurs prérogatives. S'ils s'en contentent, qu'ils se justifient autrement que par des mensonges de circonstance. Ou qu'ils nous expliquent s'ils sont en mesure de recouvrer des marges de manœuvre et comment ils pourraient s'y prendre.

Nicolas Sarkozy l'avait déjà proposé en 2009, mais l'idée avait été jugée inutile et/ou inefficace… est-ce aussi votre avis ?

En 2008, la commission Mazeaud, à laquelle Brice Hortefeux, avait confié, notamment, la mission de réfléchir à la possibilité d'introduire des quotas, avait jugé ceux-ci impossibles à mettre en œuvre et sans intérêt. Mon avis est que, politiquement, il serait normal de répondre à la demande des électeurs de ralentir les flux, mais que l'exécutif, en l'état, n'en a tout simplement pas les moyens, le pouvoir législatif étant considérablement réduit par l'action des juges. La France est liée par ses engagements européens et ligotée par la place démesurée qu'ont pris les juges dans l'interprétation de ces engagements ou du droit interne.

La question se pose aussi de la compatibilité avec nos principes constitutionnels et nos engagements internationaux…

Je ne suis pas juriste, mais il ne me semble pas que les Cours nationales (Conseil constitutionnel, Conseil d'État et Cour de Cassation) soient tellement en retard aujourd'hui sur les Cours internationales auxquelles nos décisions politiques sont soumises, qu'il s'agisse de la Cour de justice européenne chargée d'interpréter la législation européenne et d'en garantir l'application uniforme dans toute l'UE ou de la Cour européenne des droits de l'homme. Michel Bouleau, magistrat administratif, a publié un article dans le recueil Dalloz dont le titre dit à peu près tout: «La loi n° 2016-274 du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers en France ou les illusions du législateur».

Dans sa formulation, Emmanuel Macron laisse entendre que l'octroi d'un droit d'asile est une «obligation»: les citoyens n'ont donc aucun pouvoir de contrôle sur le droit d'asile ? Auriez-vous souhaité que la question du regroupement familial soit également posée ?

Mais les citoyens n'ont aucun pouvoir de contrôle sur la quasi-totalité des flux migratoires, pas seulement l'asile. L'asile a été complètement dévoyé, à la fois par son extension et par le fait qu'il est devenu la filière par excellence d'entrée illégale en Europe. Les déboutés du droit d'asile n'étant que rarement renvoyés dans leur pays, mettre un pied en Europe donne à peu près la garantie de pouvoir y rester. En vertu de l'article 19 de la charte des droits fondamentaux de l'UE, nul ne peut être expulsé ou extradé vers un État où il existe un risque sérieux qu'il soit soumis à la peine de mort, à la torture ou à d'autres peines ou traitements dégradants. L'immigration illégale a noyé notre système juridique, dont il serait présomptueux de dire qu'il reflète une politique migratoire. La «baisse de température» qui a suivi l'accord négocié par Merkel est-il durable ? Quelles couleuvres devrons-nous avaler pour que l'autocrate Erdogan retienne les passeurs ? Que valent les accords avec les Libyens ? Quid du ‘front' espagnol ?

Quant aux flux familiaux, qui ne se limitent pas à la procédure de regroupement familial, ils découlent de droits accordés et garantis par le droit français et le droit européen, tels qu'interprétés par les juges français et européens. Il n'est pas nécessaire d'en dire plus !

Débattre de l'immigration suppose aussi d'avoir une connaissance précise du problème: vous dites régulièrement que les flux migratoires sont difficilement prévisibles ? Souhaitez-vous également davantage d'outils pour mesurer l'importance et l'impact de l'immigration en France ?

Difficilement prévisibles, ils le sont certainement. Mais ils ne sont pas facilement mesurables non plus.

Les estimations du nombre de premiers titres de séjour délivrés en 2018 qui viennent d'être mises en ligne par le ministère de l'Intérieur ne disent pas tout. Par exemple, les demandeurs d'asile qui ont obtenu le statut de réfugié ou une protection subsidiaire entrent bien dans les statistiques diffusées, à l'occasion de l'attribution d'un titre de séjour. Mais les demandeurs d'asile déboutés n'y figurent pas. Ils y entreront au fil des ans lorsqu'ils obtiendront un titre de séjour, s'ils en obtiennent un. Les mineurs n'apparaissent pas non plus, sauf lorsqu'ils ont l'âge d'être en possession d'un titre de séjour et ne sont pas devenus Français avant leur majorité. Sans parler des mineurs non accompagnés confiés à l'aide sociale, lorsque leur minorité est confirmée. L'IGAS a dénombré, en 2017, 54 000 évaluations de minorité (dont certaines sont doublonnées) et le nombre de mineurs pris en charge par les services d'aide sociale à l'enfance à la fin 2017 était de 21 000. Les statistiques de délivrance de titres de séjour du ministère de l'Intérieur donnent donc une idée de l'évolution des flux (doublement depuis le milieu des années 1990), mais se trouvent de plus en plus déphasées par rapport à la réalité en raison de l'immigration illégale.

On a cru pouvoir compter sur les estimations faites par l'Insee à partir des enquêtes annuelles de recensement. Mais la réintroduction d'un ajustement pour tenir compte des effets des modifications du questionnaire en 2018, dont on a pris connaissance dans le bilan démographique publié il y a quelques jours, me plonge dans un abîme de perplexité. Le solde migratoire qu'il publie ne correspond pas à la définition qu'en donne l'Insee dans sa publication (entrées moins sorties du territoire). Il n'est que le résidu de l'équation démographique de l'année, une fois décompté le solde naturel. Ce résidu encaisse toutes les variations de la qualité de la collecte. Il aurait été négatif sans l'ajustement introduit par l'Insee.

Une alternative consiste à juger de l'intensité de l'immigration étrangère à partir de l'évolution du nombre d'immigrés recensés. C'est ce que je privilégie. Les données montrent que la France connaît, depuis la fin du siècle, une vague migratoire d'ampleur comparable à celle des Trente Glorieuses.

On aimerait faire aussi bien que les pays du nord de l'Europe qui disposent de registres de population, mais nous en sommes loin. Les imperfections du système statistique français et la faible transparence de l'Insee sur ses pratiques participent à la méfiance qu'ont les Français de la statistique dite «officielle».

------------------------

SOURCE : Le Figaro

------------------------

 

07:00 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/02/2019

Dites-moi, Père François Brune...

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

&

 

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

Le père François Brune, né le 18 août 1931 à Vernon dans l'Eure et mort le 16 janvier 2019, est un ancien prêtre catholique français devenu orthodoxe à la fin de sa vie.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages concernant la théologie, la spiritualité, la vie après la mort et le paranormal...

Cet entretien date, ici de l'année 2000...

 

07:00 Publié dans Brèves, Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/02/2019

Un livre appartenant à Adolf Hitler fait allusion aux projets des nazis pour les Etats-Unis et le Canada

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

Un livre de 1944 ayant appartenu à Adolf Hitler permet d'obtenir une nouvelle perspective sur la Seconde guerre mondiale. L'organisme Bibliothèque et Archives Canada a annoncé cette semaine avoir acquis un livre rare issu de la collection personnelle d'Hitler.

Cet ouvrage de 137 pages et rédigé en Allemand fait froid dans le dos. Ce rapport a été écrit par un chercheur nazi, Heinz Kloss, qui avait séjourné aux Etats-Unis avant le début du conflit. Ce chercheur nazi a vécu aux Etats-Unis entre 1936 et 1937. Ses recherches sur les Juifs américains et canadiens ont probablement été aidées par des sympathisants nazis vivant en Amérique du Nord.

Ce livre Statistik, Presse und Organisationen des Judentums in den Vereinigten Staaten und Kanada (Statistiques, médias et organisations juives aux Etats-Unis et au Canada) contient des informations sur la population juive des grandes villes comme New York ou Montréal, ainsi que des petites communautés juives à travers l'Amérique du Nord.

Les données contenues dans ce livre pouvaient faire craindre le pire à la communauté juive en Amérique du Nord. Ce livre faisait partie d'une série confidentielle et était réservé à l'usage officiel.

Dans le cadre d'un entretien avec CBC, Michael Kent, le conservateur de l'institution Bibliothèque et Archives Canada a abordé le dilemme moral de l'achat d'un livre qui appartenait autrefois à Hitler. Il a indiqué que cette acquisition permettait de "préserver la mémoire de l'Holocauste" et était un outil contre le négationnisme.

Le livre a été acquis par la Bibliothèque et les Archives du Canada. Il appartenait autrefois à un survivant de l'Holocauste. Selon les autorités canadiennes, le livre a pu être importé aux Etats-Unis comme souvenir de guerre par un soldat qui aurait fait un raid sur la retraite alpine d'Hitler, à l'extérieur de Berchtesgaden en 1945.

Les autorités candiennes ont précisé que l'ouvrage était authentique. Sur le revers de la couverture figure un aigle, une croix gammée et les mots "Ex Libris Adolf Hitler". Cela démontre bien que le livre provient de la bibliothèque personnelle d'Adolf Hitler. Une dizaine de ce livre existent dans le monde. Celui qui a été acheté par le Canada est unique. Cet exemplaire en question a appartenu à Adolf Hitler, qui disposait d'une bibliothèque de 6.000 à 16.000 livres.

Selon l'historien de l'Université d'Ottawa Pierre Anctil, l'ouvrage démontre que le IIIe Reich était "soucieux d'agir en Amérique du Nord" même si le régime nazi n'avait pas les moyens d'envoyer des troupes.

La bibliothèque fédérale soutient que le livre "laisse imaginer ce qui aurait pu advenir au Canada si les Alliés avaient perdu la Seconde guerre mondiale".

"Sa lecture nous laisse imaginer ce qui aurait pu advenir au Canada si les Alliés avaient perdu la Deuxième Guerre mondiale. Il montre que l'Holocauste n'était pas un phénomène exclusivement européen, mais plutôt une opération interrompue avant qu'elle n'atteigne l'Amérique du Nord".

Les nazis ont tué près de 6 millions de Juifs pendant l'Holocauste dans le cadre de la solution finale.

----------------------------------

SOURCE : ATLANTICO

----------------------------------

 

17:09 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

BILAL est le ROI (des c***)

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

16:45 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/01/2019

Que faire des étrangers délinquants ?

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

 

Justice. Les délinquants étrangers contribuent puissamment à la surpopulation carcérale française. La justice traite le problème en empêchant leur expulsion… Car ces étrangers sont moins des délinquants que des “migrants”, sujets humanitaires ressortissant à une autre logique que le bien commun national.

 

Nous savons qu’au 1er février 2017, il y avait presque 15 000 ressortissants étrangers détenus dans les prisons françaises, c’est-à-dire un peu moins du quart des détenus. Parmi eux, quatre pays d’origine rassemblent 42% de l’ensemble des ressortissants étrangers. Il s’agit dans l’ordre de l’Algérie, du Maroc, de la Roumanie et de la Tunisie.

15 000 détenus, c’est aussi pratiquement le nombre de prisonniers actuellement en surnombre dans les établissements pénitentiaires français, comparativement au nombre de places disponibles.

Parmi ces détenus, certains sont d’une grande dangerosité, soit condamnés pour des crimes de droit commun très graves, soit condamnés pour des activités terroristes. Par ailleurs, lorsqu’il est en liberté, le délinquant de carrière commet habituellement plusieurs dizaines de délits par an, de l’ordre de 20 ou 30 en moyenne.

Par conséquent, n’importe qui ayant un tant soit peu de bon sens ne peut manquer de poser la question suivante : « mais pourquoi encombrons-nous nos tribunaux et nos prisons avec ces gens-là ? Le plus simple et le plus efficace ne serait-il pas de les expulser, avant même de les envoyer en prison, ou après qu’ils ont effectué leur peine ? » La question est pertinente, mais la réponse est un peu compliquée, et surtout très décevante. Laissez-moi vous expliquer la chose.

Il est théoriquement tout à fait possible pour la France de se débarrasser des délinquants étrangers présents sur son territoire. Tout d’abord, le juge pénal peut assortir une peine principale d’une interdiction du territoire français. C’est ce que l’on a appelé abusivement « la double peine » et qui, contrairement à une légende tenace, n’a jamais été supprimée. Cette peine complémentaire vient en général sanctionner une infraction grave ou bien une infraction à la législation sur les étrangers. Par ailleurs, l’État peut expulser un étranger lorsque la présence de celui-ci constitue une menace grave à l’ordre public. Cette décision est prise par le préfet sous le contrôle du juge administratif.

La CEDH, maniaque du dégradant

Il y a un peu plus d’un an, Gérard Collomb, l’ancien ministre de l’Intérieur, avait envoyé à ses services une circulaire leur demandant de « mettre résolument en œuvre les expulsions d’étrangers délinquants. L’éloignement des étrangers en fin d’une peine d’emprisonnement doit être une priorité, qu’ils soient en situation irrégulière ou qu’ils représentent une menace pour l’ordre public », écrivait le ministre.

Si Gérard Collomb avait pris la peine de rappeler ce qui pourrait sembler une évidence, c’est tout simplement parce que, année après année, le taux d’exécution des mesures d’éloignement reste dérisoire. Sur les six premiers mois de l’année 2018, par exemple, seulement 12,6% des décisions d’éloignement ont été exécutées. Ce taux n’a rien d’inhabituel.

Comment l’expliquer ?

Tout d’abord, pour chasser de France un étranger, vous devez trouver un pays qui veuille bien l’accueillir. En général le pays dont il a la nationalité, bien sûr. En langage administratif, cela signifie que vous devez obtenir du pays concerné un laissez-passer consulaire (LPC). Mais les demandes françaises tombent en général dans l’oreille d’un sourd. Du 1er janvier au 31 juillet de cette année, l’Intérieur a récupéré seulement 790 LPC pour près de 4000 demandes (19,75%). Un taux ordinaire. Les pays dont sont originaires les délinquants ne sont pas pressés de récupérer ces derniers. On les comprend.

Ensuite il y a les tribunaux. Au premier rang d’entre eux, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). L’effet général de sa jurisprudence a été de complexifier de plus en plus les procédures d’expulsion et de rendre inexpulsables des catégories de plus en plus étendues d’étrangers, même délinquants.

Au nom de l’article 3, qui prohibe les « traitements inhumains et dégradants », la CEDH va interdire l’expulsion de nombre d’étrangers au motif qu’ils risqueraient de tels traitements dans leur pays. Par exemple, la France a récemment été condamnée pour avoir expulsé vers l’Algérie un islamiste notoire, qui avait combattu les autorités algériennes durant la guerre civile et qui avait été condamné en 2006 à sept ans d’emprisonnement en France pour son implication dans le réseau terroriste dit de la « filière tchétchène ».

Les tribunaux, adeptes de la complexité incapacitante

L’article 8 de la CEDH dispose que « toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance ». Au nom de cet article, la CEDH a rendu progressivement inexpulsables de plus en plus d’étrangers, y compris bien sûr des délinquants notoires, au motif que les renvoyer dans leur pays d’origine porterait une atteinte « disproportionnée » à leur « droit à une vie familiale » ou bien à leur « vie privée ».

Peu à peu, les juridictions nationales ont emboîté le pas à la CEDH, en appliquant sa jurisprudence et en rivalisant elles-mêmes d’ingéniosité pour micro-manager les pouvoirs publics dans l’usage de leurs prérogatives régaliennes.

Ce n’est pas tant que les tribunaux interdisent l’expulsion des étrangers délinquants, c’est plutôt qu’ils ralentissent, qu’ils compliquent, qu’ils gênent de tout côté l’action du gouvernement en la soumettant à une jurisprudence fondamentalement arbitraire (et donc imprévisible) mais dont la direction est très nette : du côté des flux entrants les portes doivent être largement ouvertes, mais du côté des flux sortants les portes ne doivent être ouvertes qu’avec mille précautions.

Si nous nous élevons au niveau des principes, nous pouvons dire que la direction générale prise par nos cours de justice est de traiter l’immigration comme un droit naturel. Autrement dit, nos gouvernants en robe d’hermine paraissent considérer qu’un individu a un droit naturel à être admis dans le pays de son choix, et qu’il n’est possible de le priver de l’exercice de ce droit que pour des motifs très graves et au terme d’un procès équitable. De la même manière que, par exemple, un gouvernement respectueux des droits de l’homme ne pourra, théoriquement, porter atteinte à nos droits naturels à la vie, à la liberté et à la propriété que pour protéger ces droits chez autrui ou pour préserver l’ordre social lui-même ; et ceci seulement après nous avoir mis en état de nous défendre effectivement, au terme donc d’une procédure judiciaire complexe comprenant certains éléments invariables, tels que la présomption d’innocence, la possibilité de recourir à un avocat, l’accès aux preuves et aux témoins, etc.

Du côté des flux sortants, les portes ne doivent être ouvertes qu’avec mille précautions.

C’est ainsi que, de plus en plus, pour refuser d’accorder à un immigré qui se présente à nos frontières un titre de séjour ou pour expulser un étranger qui s’y trouve, nos pouvoirs publics sont obligés de passer par des procédures qui s’apparentent à un procès fait à l’étranger : procédures très lourdes et qui laissent aux avocats dudit étranger quantité d’occasions de gripper la machine et d’obliger l’administration à lui accorder finalement le titre de séjour convoité.

Face à ce constat, que pouvons-nous faire ? Nous avons deux grandes possibilités.

Nous pouvons soit rester dans le cadre conceptuel existant tout en essayant d’augmenter l’efficacité des procédures permises par ce cadre. C’est à peu près ce qu’on fait depuis plus de trente ans tous les gouvernements qui ont prétendu « réguler les flux migratoires ». Avec les résultats que l’on sait.

Ou bien nous pouvons sortir du cadre. Sortir du cadre cela veut dire, d’une part, quitter la CEDH et, d’autre part, réviser de fond en comble notre législation relative au séjour des étrangers sur la base d’un principe simple : il n’existe aucun droit naturel à séjourner dans un pays dont vous n’êtes pas le national (et il n’existe aucun droit naturel à acquérir la nationalité d’un pays). Un peuple qui accueille un étranger en son sein fait toujours à ce dernier une faveur, faveur qui peut lui être retirée à la convenance du pays hôte. Toute communauté politique est libre d’accepter qui elle le veut et selon les critères de son choix.

Un étranger condamné à de la prison ferme pour crimes ou délits devrait donc pouvoir passer directement de sa cellule à l’avion qui le reconduira dans son pays d’origine, sans autre forme de procès. Ce qui suppose, bien sûr, que la France ait auparavant actionné les leviers diplomatiques et financiers dont elle dispose pour obtenir des principaux pays d’immigration la conclusion d’accords de réadmission dispensant d’obtenir des LCP au cas par cas.

Par ailleurs, nous devrions faire en sorte de rendre la perspective de vivre en France comme clandestin aussi peu attractive que possible. Aujourd’hui, si vous pouvez échapper suffisamment longtemps à l’expulsion (et la réglementation vous donne plein de possibilités d’y échapper, si vous êtes un peu malin et bien conseillé), vous finirez par être régularisé. Entre-temps, vous aurez bénéficié de l’aide efficace d’associations généreusement financées par le contribuable et de « prestations sociales » proprement délirantes, comme par exemple l’AME, qui a bénéficié en 2017 à plus de 300 000 clandestins et dont le coût annuel avoisine le milliard d’euros.

Tout cela devrait disparaître. Être en infraction à la législation sur le séjour des étrangers devrait rendre strictement impossible toute régularisation tant que vous vous trouvez sur le territoire national et, bien entendu, le séjour irrégulier devrait redevenir un délit, ce qu’il n’est plus depuis la loi Valls du 31 décembre 2012, à cause d’une jurisprudence de la CEDH. Comme l’écrit justement Renaud Camus :

L’immigration, achetée jadis en tant que lézard décoratif, est devenue entre-temps crocodile. Il occupe la moitié du salon, l’œil mi-clos. De temps en temps, quand l’humeur taquine lui en prend, il dévore un bras ou une jambe, pour passer le temps.

Toute la question est de savoir si nous allons continuer à faire comme si de rien n’était ou bien si nous allons au moins essayer de faire en sorte de ne pas être dévorés par le crocodile.

 

Par Aristide Renou

 


La France ne pourra indéfiniment se passer d’une claire volonté politique dans ce domaine ultra-sensible.

 

------------------------------------

Source : Politique Magazine

------------------------------------

 

07:55 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook