Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2020

Masques...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

19:36 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Napoléon...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

18:10 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Russian Vaccine...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

18:09 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Qui vend la nouveauté a tout intérêt à faire disparaître le moyen de la mesurer

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Un pouvoir absolu supprime d’autant plus radicalement l’histoire qu’il a pour ce faire des intérêts ou des obligations plus impérieux, et surtout selon qu’il a trouvé de plus ou moins grandes facilités pratiques d’exécution.

Ts’in Che-houang-ti a fait brûler les livres, mais il n’a pas réussi à les faire disparaître tous. Staline avait poussé plus loin la réalisation d’un tel projet dans notre siècle mais, malgré les complicités de toutes sortes qu’il a pu trouver hors des frontières de son empire, il restait une vaste zone du monde inaccessible à sa police, où l’on riait de ses impostures.

Le spectaculaire intégré a fait mieux, avec de très nouveaux procédés, et en opérant cette fois mondialement. L’ineptie qui se fait respecter partout, il n’est plus permis d’en rire ; en tout cas il est devenu impossible de faire savoir qu’on en rit.

Le domaine de l’histoire était le mémorable, la totalité des événements dont les conséquences se manifesteraient longtemps. C’était inséparablement la connaissance qui devrait durer, et aiderait à comprendre, au moins partiellement, ce qu’il adviendrait de nouveau : "une acquisition pour toujours", dit Thucydide. Par là l’histoire était la mesure d’une nouveauté véritable ; et qui vend la nouveauté a tout intérêt à faire disparaître le moyen de la mesurer.

Quand l’important se fait socialement reconnaître comme ce qui est instantané, et va l’être encore l’instant d’après, autre et même, et que remplacera toujours une autre importance instantanée, on peut aussi bien dire que le moyen employé garantit une sorte d’éternité de cette non-importance, qui parle si haut. Le précieux avantage que le spectacle a retiré de cette mise hors la loi de l’histoire, d’avoir déjà condamné toute l’histoire récente à passer à la clandestinité, et d’avoir réussi à faire oublier très généralement l’esprit historique dans la société, c’est d’abord de couvrir sa propre histoire : le mouvement même de sa récente conquête du monde. Son pouvoir apparaît déjà familier, comme s’il avait depuis toujours été là. Tous les usurpateurs ont voulu faire oublier qu’ils viennent d’arriver.

Avec la destruction de l’histoire, c’est l’événement contemporain lui-même qui s’éloigne aussitôt dans une distance fabuleuse, parmi ses récits invérifiables, ses statistiques incontrôlables, ses explications invraisemblables et ses raisonnements intenables.

À toutes les sottises qui sont avancées spectaculaire-ment, il n’y a jamais que des médiatiques qui pourraient répondre, par quelques respectueuses rectifications ou remontrances, et encore en sont-ils avares car, outre leur extrême ignorance, leur solidarité, de métier et de cœur, avec l’autorité générale du spectacle, et avec la société qu’il exprime, leur fait un devoir, et aussi un plaisir, de ne jamais s’écarter de cette autorité, dont la majesté ne doit pas être lésée. Il ne faut pas oublier que tout médiatique, et par salaire et par autres récompenses ou soultes, a toujours un maître, parfois plusieurs ; et que tout médiatique se sait remplaçable.

Tous les experts sont médiatiques-étatiques, et ne sont reconnus experts que par là. Tout expert sert son maître, car chacune des anciennes possibilités d’indépendance a été à peu près réduite à rien par les conditions d’organisation de la société présente. L’expert qui sert le mieux, c’est, bien sûr, l’expert qui ment. Ceux qui ont besoin de l’expert, ce sont, pour des motifs différents, le falsificateur et l’ignorant. Là où l’individu n’y reconnaît plus rien par lui-même, il sera formellement rassuré par l’expert.

Il était auparavant normal qu’il y ait des experts de l’art des Étrusques ; et ils étaient toujours compétents, car l’art étrusque n’est pas sur le marché. Mais, par exemple, une époque qui trouve rentable de falsifier chimiquement nombre de vins célèbres, ne pourra les vendre que si elle a formé des experts en vins qui entraîneront les caves à aimer leurs nouveaux parfums, plus reconnaissables. Cervantès remarque que « sous un mauvais manteau, on trouve souvent un bon buveur ». Celui qui connaît le vin ignore souvent les règles de l’industrie nucléaire ; mais la domination spectaculaire estime que, puisqu’un expert s’est moqué de lui à propos d’industrie nucléaire, un autre expert pourra bien s’en moquer à propos du vin. Et on sait, par exemple, combien l’expert en météorologie médiatique, qui annonce les températures ou les pluies prévues pour les quarante-huit heures à venir, est tenu à beaucoup de réserves par l’obligation de maintenir des équilibres économiques, touristiques et régionaux, quand tant de gens circulent si souvent sur tant de routes, entre des lieux également désolés ; de sorte qu’il aura plutôt à réussir comme amuseur.

Un aspect de la disparition de toute connaissance historique objective se manifeste à propos de n’importe quelle réputation personnelle, qui est devenue malléable et rectifiable à volonté par ceux qui contrôlent toute l’information, celle que l’on recueille et aussi celle, bien différente, que l’on diffuse ; ils ont donc toute licence pour falsifier. Car une évidence historique dont on ne veut rien savoir dans le spectacle n’est plus une évidence. Là où personne n’a plus que la renommée qui lui a été attribuée comme une faveur par la bienveillance d’une Cour spectaculaire, la disgrâce peut suivre instantanément. Une notoriété anti-spectaculaire est devenue quelque chose d’extrêmement rare. Je suis moi- même l’un des derniers vivants à en posséder une ; à n’en avoir jamais eu d’autre. Mais c’est aussi devenu extraordinairement suspect. La société s’est officiellement proclamée spectaculaire. Être connu en dehors des relations spectaculaires, cela équivaut déjà à être connu comme ennemi de la société.

Il est permis de changer du tout au tout le passé de quelqu’un, de le modifier radicalement, de le recréer dans le style des procès de Moscou ; et sans qu’il soit même nécessaire de recourir aux lourdeurs d’un procès. On peut tuer à moindres frais. Les faux témoins, peut-être maladroits — mais quelle capacité de sentir cette maladresse pourrait-elle rester aux spectateurs qui seront témoins des exploits de ces faux témoins ? — et les faux documents, toujours excellents, ne peuvent manquer à ceux qui gouvernent le spectaculaire intégré, ou à leurs amis. Il n’est donc plus possible de croire, sur personne, rien de ce qui n’a pas été connu par soi-même, et directement. Mais, en fait, on n’a même plus très souvent besoin d’accuser faussement quelqu’un.

Dès lors que l’on détient le mécanisme commandant la seule vérification sociale qui se fait pleinement et universellement reconnaître, on dit ce qu’on veut. Le mouvement de la démonstration spectaculaire se prouve simplement en marchant en rond : en revenant, en se répétant, en continuant d’affirmer sur l’unique terrain où réside désormais ce qui peut s’affirmer publiquement, et se faire croire, puisque c’est de cela seulement que tout le monde sera témoin. L’autorité spectaculaire peut également nier n’importe quoi, une fois, trois fois, et dire qu’elle n’en parlera plus, et parler d’autre chose ; sachant bien qu’elle ne risque plus aucune autre riposte sur son propre terrain, ni sur un autre. Car il n’existe plus d’agora, de communauté générale ; ni même de communautés restreintes à des corps intermédiaires ou à des institutions autonomes, à des salons ou des cafés, aux travailleurs d’une seule entreprise ; nulle place où le débat sur les vérités qui concernent ceux qui sont là puisse s’affranchir durablement de l’écrasante présence du discours médiatique, et des différentes forces organisées pour le relayer. Il n’existe plus maintenant de jugement, garanti relativement indépendant, de ceux qui constituaient le monde savant ; de ceux par exemple qui, autrefois, plaçaient leur fierté dans une capacité de vérification, permettant d’approcher ce qu’on appelait l’histoire impartiale des faits, de croire au moins qu’elle méritait d’être connue.

Il n’y a même plus de vérité bibliographique incontestable, et les résumés informatisés des fichiers des bibliothèques nationales pourront en supprimer d’autant mieux les traces. On s’égarerait en pensant à ce que furent naguère des magistrats, des médecins, des historiens, et aux obligations impératives qu’ils se reconnaissaient, souvent, dans les limites de leurs compétences :

les hommes ressemblent plus à leur temps qu’à leur père. Ce dont le spectacle peut cesser de parler pendant trois jours est comme ce qui n’existe pas. Car il parle alors de quelque chose d’autre, et c’est donc cela qui, dès lors, en somme, existe. Les conséquences pratiques, on le voit, en sont immenses. On croyait savoir que l’histoire était apparue, en Grèce, avec la démocratie. On peut vérifier qu’elle disparaît du monde avec elle. Il faut pourtant ajouter, à cette liste des triomphes du pouvoir, un résultat pour lui négatif : un État, dans la gestion duquel s’installe durablement un grand déficit de connaissances historiques, ne peut plus être conduit stratégiquement. »

Guy Debord, Commentaires sur la société du spectacle

 

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La pure morale...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Nous ne savons s'il est juste qu'un fils ne puisse choisir son père, ou qu'un citoyen soit jeté dans une race avant d'en avoir manifesté le libre voeu, le libre choix. Nous savons que les choses ne sont pas maîtresses de se passer autrement. [...] L'infaillible moyen d'égarer quiconque s'aventure dans l'activité politique, c'est d'évoquer inopinément le concept de la pure morale, au moment où il doit étudier les rapports des faits et leurs combinaisons »

Charles Maurras, Mes idées politiques

 

 

07:05 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/08/2020

Déshumanisation...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Quand je vois que les jeunes sont en train de perdre les vieilles valeurs populaires et d'absorber les nouveaux modèles imposés par le capitalisme, en courant le risque de se déshumaniser et d'être en proie à une forme d'abominable aphasie, à une brutale absence de capacité critique, à une factieuse passivité, je me souviens que telles étaient les caractéristiques des SS et je vois s'étendre dans nos cités l'ombre horrible de la croix gammée »

Pier Paolo Pasolini, Ecrits corsaires

 

 

23:54 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La cage aux phobes...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

 

« Je suis frappé depuis quelques années par l’opération de médicalisation systématique dont sont l’objet tous ceux qui ne pensent pas dans la juste ligne : on les taxe de phobie.

Et personne n’ose seulement délégitimer cette expression en la problématisant (c’est-à-dire en disant ce que se devrait de dire à tout propos un intellectuel : qu’est ce que, au fait, ça signifie ?).

Il y a maintenant des phobes pour tout, des homophobes, des gynophobes (encore appelés machistes ou sexistes), des europhobes, etc.

Une phobie, c’est une névrose : est-ce qu’on va discuter, débattre, avec un névrosé au dernier degré ? Non, on va l’envoyer se faire soigner, on va le fourrer à l’asile, on va le mettre en cage.

Dans la cage aux phobes. »

Philippe Muray, Exorcismes spirituels III

 

 

23:28 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Kosovo, une chrétienté en péril...

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

 

A regarder impérativement... et à partager en masse...

 

 

UNE COPRODUCTION KTO TV/VICKEN PRODUCTION 2016 - Réalisé par Eddy Vicken et Yvon Bertorello avec le soutien de l'association Solidarité Kosovo

08:12 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/08/2020

L'Orthodoxie, ici et maintenant - Septembre 2015 : L'héritage chrétien du Kosovo et Métochie

=--=Publié dans la Catégorie "Serbie... Ô ma Serbie..."=--=

 

Quelques 26 minutes pour comprendre énormément de choses. La sainteté des Rois Serbes du moyen-âge qui choisissent le monachisme plutôt que la gloire terrestre, l'exemple que cela suscita au sein du peuple, les liens avec la France depuis Hélène d'Anjou, et diverses autres choses... Très belle intervention de Ljubomir Mihajlović, traducteur et essayiste serbe... 

 

08:20 Publié dans Serbie... Ô ma Serbie... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Réactionnaire...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:05 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/08/2020

Quand des musulmans quittent la religion

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

En Occident, les conversions concernant l'islam apparaissent comme une voie à sens unique et favorable à l'islam. Il y a ainsi les convertis célèbres comme Kareem Abdul-Jabbar, Muhammad Ali, Malcolm X, Keith Ellison et Sinead O'Connor, et ceux qui flirtent avec l'islam comme le prince Charles, Michael Jackson et Lindsay Lohan. Par ailleurs, on compte environ 700 000 convertis chez les Afro-américains et leurs descendants.

 


Muhammad Ali et Malcolm X à New York en 1964

 

Mais en réalité, la voie des conversions est une voie à double sens. Il existe en effet des musulmans de naissance qui quittent l'islam et dont l'impact est bien plus grand que celui des convertis à l'islam.

Commençons par quelques chiffres. En France, selon une estimation de 2007, environ 15.000 musulmans se convertissent chaque année au christianisme. Aux États-Unis, ce sont environ 100.000 musulmans qui, chaque année, abandonnent l'islam d'après une enquête réalisée en 2017 par le Pew Research Center. Cela correspond à 24 % de l'ensemble des musulmans aux États-Unis, avec une surreprésentation des Iraniens. Ces chiffres contrebalancent à peu près ceux des non-musulmans qui se convertissent à l'islam.

Les raisons de quitter l'islam sont diverses : le Pew Research Center relève que 25 % des ex-musulmans américains ont des problèmes avec la religion en général, 19 % avec l'islam en particulier, 16 % préfèrent une autre religion et 14 % invoquent des raisons d'épanouissement personnel. Un peu plus de la moitié de ceux qui quittent l'islam (55 %) abandonnent complètement la religion et un peu moins d'un quart (22 %) se convertissent au christianisme.

Les apostats posent à l'islam trois défis majeurs : l'abjuration publique de l'islam, l'organisation avec d'autres ex-musulmans et le rejet du message de l'islam.

Premièrement, le fait d'apostasier ouvertement constitue un acte radical qui, dans un pays à majorité musulmane comme l'Iran, peut conduire à la peine capitale. Même en Occident, l'apostasie se heurte au rejet par la famille, à l'exclusion sociale, à l'humiliation, aux malédictions, aux menaces, aux représailles et aux agressions violentes. Dès lors, les conversions consistant à s'éloigner de l'Islam ont tendance à se faire de façon prudente ou secrète, comme dans le cas de l'auteur britannique Salman Rushdie, de la pop star Zayn Malik ou encore de l'ancien président argentin Carlos Menem qui a minimisé son apostasie, et de Barack Obama qui a soigneusement nié la sienne.

Néanmoins, certains convertis tiennent à rendre leur apostasie publique pour en encourager d'autres par leur exemple. Ainsi, Ibn Warraq a écrit Pourquoi je ne suis pas musulman, Nonie Darwish et Ayaan Hirsi Ali ont écrit des livres sur le fait de devenir des « infidèles » et le journaliste Magdi Allam a fait acte de conversion en recevant le baptême des mains du pape Benoît XVI lors d'une cérémonie télévisée à large diffusion.

 


Le pape Benoît XVI a personnellement converti Magdi Allam en 2008

 

Deuxièmement, les ex-musulmans vivant en Occident font une chose inconcevable dans les pays à majorité musulmane : depuis 2007 et la création en Allemagne du Conseil central des ex-musulmans (Zentralrat der Ex-Muslime), ils ont fondé des dizaines d'autres organisations d'ex-musulmans capables d'assurer une entraide, d'élaborer des arguments, de soulever des questions problématiques (comme les mutilations génitales féminines) et de combattre l'islamisme.

 


Au moyen de sa chaîne de télévision installée aux États-Unis, Frère Rachid a atteint de nombreux musulmans arabophones

Troisièmement, au moyen de leurs livres, de la radio, de la télévision ainsi que des e-mails, sites Web et autres réseaux sociaux, les ex-musulmans vivant en Occident ont acquis une influence impressionnante au sein des communautés musulmanes traditionnelles. En presque toute impunité, ils diffusent des messages perspicaces en arabe et dans d'autres langues importantes. Certains (comme Wafa Sultan, Zineb El-Rhazoui et Hamed Abdel-Samad) se concentrent sur la dénonciation de l'islam, d'autres aident les athées à fuir vers l'Occident. Les convertis au christianisme (comme le frère Rachid) s'engagent souvent dans des controverses religieuses ou (comme Sohrab Ahmari) exposent leurs pérégrinations spirituelles.

Par leur conversion, leur organisation et leur prosélytisme, les ex-musulmans qui donnent de la voix en Occident envoient des ondes de choc dans leurs pays d'origine et particulièrement là où la loi et la coutume protègent historiquement l'islam de toute critique et même de toute ironie, là où par la répression et le châtiment, les opinions anti-islamiques sont illégales. Angoissées, les autorités interdisent le prosélytisme chrétien, censurent les ex-musulmans et vont même jusqu'à associer ce phénomène à un « complot sioniste », une réaction qui s'avère aussi banale qu'inefficace.

En 1989, au plus fort de la controverse déclenchée par la publication des Versets sataniques, une lettre anonyme poignante envoyée à The Observer depuis Karachi au Pakistan, montre la conviction avec laquelle s'exprime un ex-musulman. L'auteur de la lettre répondait à l'appel lancé par l'ayatollah Khomeiny à assassiner le romancier Salman Rushdie en raison des écrits irrévérencieux de ce dernier à l'égard de Mahomet :

Ma voix n'a pas encore trouvé d'écho dans les colonnes des journaux. C'est la voix de ceux qui, nés musulmans, souhaitent abjurer mais qui, bien qu'adultes, ne sont pas autorisés à le faire sous peine de mort. Celui qui ne vit pas dans une société islamique ne peut pas imaginer combien les sanctions imposées soit par soi-même soit par la contrainte extérieure sont destinées à juguler l'expression de l'incroyance religieuse. ... Mais voilà que Rushdie est arrivé et s'est mis à parler pour nous. Dites au monde que nous existons - que nous ne sommes pas la simple invention d'une conspiration juive. Il met fin à notre isolement.

Avec passion et une autorité inouïe, les ex-musulmans poussent les croyants à penser leur foi avec un esprit critique. Leurs efforts ont contribué de manière substantielle au déclin général de la religiosité manifestement à l'œuvre actuellement parmi les musulmans, en particulier parmi les jeunes. Pour reprendre les termes de The Economist qui résume une récente étude de l'Arab Barometer [réseau de chercheurs américains, NdT], « il semble que de nombreux [musulmans arabophones] abandonnent l'islam. »

Ainsi par leurs actions retentissantes, les ex-musulmans remettent en question la religion dans laquelle ils sont nés et contribuent à la fois à moderniser celle-ci et à en réduire l'emprise. Et cela ne fait que commencer.

---------------------------

Source : Daniel Pipes

---------------------------

 

17:15 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Père Marc-Antoine Costa de Beauregard : « Prie comme tu respires – La vie comme liberté »

=--=Publié dans la Catégorie "PARENTHÈSE"=--=

 

07:25 Publié dans Parenthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Un petit texte...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

05:05 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/08/2020

Heureusement... l'Occident Résiste... comme il peut...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

23:40 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le Maire de Rennes... qui trouve que le Tour de France déshonore la femme...

=--=Publié dans la Catégorie "Brèves"=--=

 


Cliquez sur la photo...

23:39 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook