Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2014

C’est un répugnant scandale d’avoir présenté, comme un grand moment de notre histoire, l’assassinat public d’un homme faible et bon

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le 21 janvier, avec le meurtre du Roi-prêtre, s’achève ce qu’on a appelé significativement la passion de Louis XVI. Certes, c’est un répugnant scandale d’avoir présenté, comme un grand moment de notre histoire, l’assassinat public d’un homme faible et bon. Cet échafaud ne marque pas un sommet, il s’en faut. Il reste au moins que, par ses attendus et ses conséquences, le jugement du roi est à la charnière de notre histoire contemporaine. Il symbolise la désacralisation de cette histoire et la désincarnation du Dieu Chrétien. Dieu, jusqu’ici, se mêlait à l’histoire par les Rois. Mais on tue son représentant historique, il n’y a plus de roi. Il n’y a donc plus qu’une apparence de Dieu relégué dans le ciel des principes.

Les révolutionnaires peuvent se réclamer de l’Evangile. En fait, ils portent au Christianisme un coup terrible, dont il ne s’est pas encore relevé. Il semble vraiment que l’exécution du Roi, suivie, on le sait, de scènes convulsives, de suicides ou de folie, s’est déroulée tout entière dans la conscience de ce qui s’accomplissait. Louis XVI semble avoir, parfois, douté de son droit divin, quoiqu’il ait refusé systématiquement tous les projets de loi qui portaient atteinte à sa foi. Mais à partir du moment où il soupçonne ou connaît son sort, il semble s’identifier, son langage le montre, à sa mission divine, pour qu’il soit bien dit que l’attentat contre sa personne vise le Roi-Christ, l’incarnation divine, et non la chair effrayée de l’homme. Son livre de chevet, au Temple, est l’Imitation de Jésus-Christ. La douceur, la perfection que cet homme, de sensibilité pourtant moyenne, apporte à ses derniers moments, ses remarques indifférentes sur tout ce qui est du monde extérieur et, pour finir, sa brève défaillance sur l’échafaud solitaire, devant ce terrible tambour qui couvrait sa voix, si loin de ce peuple dont il espérait se faire entendre, tout cela laisse imaginer que ce n’est pas Capet qui meurt mais Louis de droit divin, et avec lui, d’une certaine manière, la Chrétienté temporelle. Pour mieux affirmer encore ce lien sacré, son confesseur le soutient dans sa défaillance, en lui rappelant sa "ressemblance" avec le Dieu de douleur. Et Louis XVI alors se reprend, en reprenant le langage de ce Dieu : "Je boirai, dit-il, le calice jusqu’à la lie". Puis il se laisse aller, frémissant, aux mains ignobles du bourreau. »

Albert Camus, L'homme révolté

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La belle étoile est un vertige absolu

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Dormir à la belle étoile, ce n’est pas une coquetterie estivale pour amateur d’étoiles filantes. La belle étoile est un vertige absolu. Une révélation fondatrice. A condition d’ouvrir les yeux. Paré au décollage ? En premier lieu, allongé sur le dos il ne faut pas s’imaginer couché, mais debout, à la proue du grand navire sphérique de la terre, ce qui est vrai, puisqu’elle est tout entière avec ses milliards d’humains et sa masse écrasante, dans votre dos. Vous êtes donc sa figure de proue et vous naviguez à 108 000 kilomètre-heure dans l’espace. Vous foncez à cette vitesse inouïe. Même pas décoiffé, bien protégé des rayons nocifs par l’habitacle atmosphérique. Si la gravitation ne vous collait pas au sol, vous auriez la nausée des rotations combinées de la terre sur elle-même, de la terre autour du soleil, du soleil autour du centre de notre Voie lactée, et de la danse de celle-ci avec les autres galaxies. Devant vous scintillent des milliards d’étoiles dont seulement quelques centaines s’impriment sur votre rétine. Par cette contemplation vous croyez voyager dans l’espace, alors que vous venez de commencer un voyage dans le temps. Un plongeon dans le passé. Aucune de ces étoiles n’est à la même distance de vous. Elles ne sont pas clouées sur une voute. Leur lumière a mis au moins quatre ans (Proxima du Centaure est l’étoile la plus proche de nous), voire des millions d’années à vous parvenir, à la vitesse de 300 000 kilomètres par seconde. Elles vous parlent d’un passé très lointain. Certaines de ces étoiles sont déjà éteintes depuis des lustres. Volatilisées.  Vous n’en voyez plus que l’écho lumineux en chemin vers la terre. Un télescope est en fait une machine à remonter le temps.

La lumière du soleil met huit minutes à nous parvenir. Une année lumière c’est donc très loin : 9 500 milliards de kilomètres. Mais un milliard est un chiffre très difficile à appréhender : Jésus marchait en Palestine il y a un milliard de minutes. Quand vous regardez les trois étoiles de la ceinture d’Orion, distantes de 1 500 années lumières, vous voyez cette partie de l’univers telle qu’elle était à la fin de l’Empire romain, à l’heure où s’éteignit la mythologie gréco-latine. Vous recevez dans l’œil la dernière flèche du grand chasseur !

Notre soleil n’est qu’une petite étoile dans l’univers. Notre galaxie, la Voie lactée, en compte entre deux cents et quatre cents milliards. Et sans doute mille milliards de planètes, dont quatre cents ont été devinées même si aucune n’a encore pu être observée. La voie lactée, c’est cette traînée blanchâtre qui fend le ciel en deux par nuit noire et que l’on prend pour un nuage effiloché. Comme nous y habitons, nous la voyons de l’intérieur, par la tranche. C’est un immense disque spiralée avec en son centre un trou noir super massif dont la masse est égale a quatre millions de fois celle du soleil. Heureusement que notre soleil en est distant de 26 000 années-lumière, sinon nous serions aspiré comme limaille à un aimant et aussitôt fondus en soupe de particules en fusion. Notre galaxie est immense. Si notre système solaire et ses huit planètes étaient de la taille d’une amibe, la Voie lactée serait grande comme l’océan Pacifique. Et nous serions sur une de ses rives. Vous croyez que c’est grand ? Le télescope Hubble a dénombré trois mille galaxies. Dans l’univers, la Voie lactée correspondrait à la surface couverte par une tête d’épingle tenue à bout de bras. Mais alors, combien de têtes d’épingle faudrait il souder les unes aux autres pour construire une sphères autour de vous ?

Dernière révélation dans ce pré où vous êtes alongés : entre les étoiles, vous croyez que c’est noir, mais en fait, ce noir totalise 96% de l’énergie universelle émise sous formes de photons, les étoiles qui brillent ne représentant que 4% : ce noir, c’est le fond diffus cosmique, le rayonnement fossile du Bing Bang, le fond de l’univers, vieux de 13,7 milliards d’années. Rien de plus vieux sous les étoiles. L’univers en extension est très froid. Et très peu dense. Il n’y a en moyenne que quelques atomes par mètre cube dans l’univers. La moitié est là sous nos yeux. (L’autre moitié dans votre dos.) A vous seul vous totalisez 7 000 000 000 000 000 000 000 000 000 atomes (27 zéros). Vous ne le savez pas mais vous êtes un miracle de matière froide super-dense et surtout super-organisée. Une quantité non négligeable de l’univers. »

Alexandre Poussin, Marche Avant

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/08/2014

Un ordre de faits supérieurs

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« ... Il est des lieux qui tirent l'âme de sa léthargie, des lieux enveloppés, baignés de mystère, élus de toute éternité pour être le siège de l'émotion religieuse. Nous y éprouvons soudain le besoin de briser de chétives entraves pour nous épanouir à plus de lumière... Ils nous font admettre insensiblement un ordre de faits supérieurs à ceux où tourne à l'ordinaire notre vie. Ils nous disposent à connaître un sens de l'existence plus secret que celui qui nous est familier... Seuls des yeux distraits ou trop faibles ne distinguent pas les feux de ces éternels buissons ardents. Pour l'âme, de tels espaces sont des puissances comme la beauté ou le génie. Il y a des lieux où souffle l'esprit. »

Maurice Barrès, La Colline inspirée

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Nous nous abîmons dans des zones où gîtent les racines de l'arbre de vie

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le combat de la vie, le fardeau de l'individualité. A l'opposé, l'indivis et ses tourbillons toujours plus profonds. Aux instants de l'étreinte, nous y plongeons, nous nous abîmons dans des zones où gîtent les racines de l'arbre de vie. Il y a aussi la volupté légère, fugitive, pareille au combustible qui flambe, et tout aussi volatile. Au-delà, au-dessus de tout cela, le mariage. "Vous serez une seule chair." Son sacrement ; le fardeau est désormais partagé. Enfin, la mort. Elle abat les murailles de la vie individuelle. Elle sera l'instant de l'accomplissement suprême. (Matthieu XXII, v. 30.) C'est par-delà la mort, et là seulement, où le temps n'est plus, que nos véritables liens ont formé le noeud mystique. Il nous sera donné de voir, quand la lumière s'éteindra. »

Ernst Jünger, Premier journal parisien

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

On n'est plus un destin, mais rien qu'un numéro de plus

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« A supposer même que le néant triomphe, dans la pire de ses formes, une différence subsiste alors, aussi radicale que celle du jour et de la nuit. D'un côté, le chemin s'élève vers des royaumes, le sacrifice de la vie, ou le destin du combattant qui succombe sans lâcher ses armes ; de l'autre, il descend vers les bas-fonds des camps d'esclavage et des abattoirs où les primitifs concluent avec la technique une alliance meurtrière ; où l'on n'est plus un destin, mais rien qu'un numéro de plus. Or, avoir son destin propre, ou se laisser traiter comme un numéro : tel est le dilemne que chacun, certes, doit résoudre de nos jours, mais est seul à pouvoir trancher. »

Ernst Jünger, Le traité du Rebelle ou le recours aux forêts

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/08/2014

Comme une eau souterraine

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je t'aimais. Je t'aime. je t'aimerais. Il ne suffit pas d'une chair pour naître. il y faut aussi cette parole. Elle vient de loin. Elle vient du bleu lointain des cieux, elle s'enfonce dans le vivant, elle ruisselle sous les chairs du vivant comme une eau souterraine d'amour pur. »

Christian Bobin, Le Très-Bas

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les gens on les aime tout de suite ou jamais

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« J’ai déjà remarqué ça : les gens on les aime tout de suite ou jamais. Elle je l’aime tout de suite. Elle est infirmière. Elle revenait d’une tournée quand elle m’a trouvée dans son jardin. Elle fait des piqûres à gauche, à droite, dans la journée, parfois la nuit en cas d’urgence. L’argent des piqûres passe en disques.
Toute la maison est équipée : on met Wagner dans le salon et l’or du Rhin inonde aussitôt les chambres, le bureau, le salon, grâce à des hauts parleurs dissimulés dans chaque pièce. Comme ça, elle dit, je marche, je mange, je dors et je bouge dans cette musique. Les autres ont bien des chats ou des maris à la maison. Moi j’ai Wagner, Ravel ou Schubert. Partout présents et légers comme des vrais chats. »

Christian Bobin, La folle allure

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Le feu qui coule dans ses veines remonte aux yeux et rien pour les lèvres

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mon père est comme un loup : le feu qui coule dans ses veines remonte aux yeux et rien pour les lèvres. Ma mère est comme une chatte, comme un moineau, comme du lierre, comme le sel, comme la neige, comme le pollen des fleurs. »

« Ma mère est folle, je crois. Je souhaite à tout les enfants du monde d’avoir des mères folles, les mères les mieux accordées aux coeurs fauves des enfants. »

Christian Bobin, La folle allure

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Beaucoup de songes...

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Le sommeil restait une affaire privée, chacun chez soi, allongé entre les draps blancs, au fond d’une barque d’ombre. Le sommeil est comme l’enfance, impossible à partager sauf avec un loup. »

« Je suis pas sortie de l’hôtel depuis trois jours. Une mauvaise grippe. Non une très bonne grippe. Un peu de fièvre, beaucoup de songes. »

Christian Bobin, La folle allure

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Dans une vie normale, normalement perdue, normalement obscure à elle-même

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Dans une vie normale, normalement perdue, normalement obscure à elle-même, bien peu de choses passent, et pour les dire avec justesse il faut souvent des années et des années. »

« Il y avait quelque chose de pénible dans ce regard, un sale melange de désir et de mélancolie : je voudrais bien te baiser mais tu comprends, je suis coincé avec celle-là. »

Christian Bobin, La folle allure

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/08/2014

Comment communiquer un message aux lecteurs sans se livrer de manière indiscrète ?

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Mais Fénelon dit aussi dans cette Méditation qu’il faut examiner si notre prochain accueillera sans en être scandalisé la libre simplicité avec laquelle nous devrions parler de nous-mêmes. Comment communiquer un message aux lecteurs sans se livrer de manière indiscrète ? Les choses se passent plus simplement pour un géomètre mais celui qui écrit obéit à des lois non écrites ce qu’il veut transmettre est douteux, fragile, et les lecteurs auxquels il s’adresse sont aussi fuyants que son propre message. Car le plus souvent l’intérêt que l’on porte à l’autre, notamment quand cet autre écrit, n’est pas l’expression de la sympathie, mais plutôt le fruit de la curiosité. La curiosité n’est friande que de détails biographiques, d’anecdotes plus ou moins piquantes, de potins, de souvenirs rares et de confidences. La curiosité est pointilliste elle est à l’écoute des faits divers et compose une chronique criblée de notules elle fonde ainsi une connaissance superficielle et dérisoire la curiosité feuillette d’un doigt désinvolte le livre de la biographie. Ce n’est pas l’amour, c’est le détective et c’est l’inspecteur de police qui ont affaire à des suspects et accumulent à leur sujet les renseignements. En vérité, la sympathie commence là où il n’y a plus de place pour la curiosité et disons plus c’est la curiosité qui barre la route à la sympathie. Si vous êtes curieux de moi, c’est que vous n’avez pas de sympathie pour moi. Si vous cherchez à savoir quelque chose sur moi, à glaner quelque détail scabreux, c’est que vous ne voulez pas me connaître. Oui, la curiosité s’oppose à la sympathie comme l’amateur à l’amant, comme la sélection à l’élection l’amateur trie, range et détaille les individus à la manière d’un collectionneur qui classe des échantillons dans une série abstraite ou un genre impersonnel. »

Vladimir Jankélévitch et Béatrice Berlowitz, Quelque part dans l’inachevé

 

16:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il y a un nombre infini

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je sais qu’il y a un nombre infini, dit Pascal, mais je ne sais pas si ce nombre est pair ou impair. »

Vladimir Jankélévitch et Béatrice Berlowitz, Quelque part dans l’inachevé

 

14:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L’histoire attendait de moi que je nettoie après le passage de tout le monde

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Ce que disait Tyler, comme quoi nous sommes la merde et les esclaves de l’histoire, c’est exactement ce que je ressentais.

(...)

Des milliers d’années durant, les êtres humains avaient baisé, déversé leurs ordures et leur merde sur cette planète, et aujourd’hui, l’histoire attendait de moi que je nettoie après le passage de tout le monde. Il faut que je lave et que je raplatisse mes boîtes de soupe. Et que je justifie chaque goutte d’huile moteur usagée. Et il faut que je règle la note pour les déchets nucléaires et les réservoirs à essence enterrés et les boues toxiques étalées sur les champs d’épandage d’ordures une génération avant ma naissance.
Je tenais le visage de m’sieur l’angelot comme un bébé ou un ballon de rugby au creux de mon bras et je le tabassais de mes jointures, je l’ai tabassé jusqu’à ce que ses dents crèvent ses lèvres. »

Chuck Palahniuk, Fight Club

 

12:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

On fait des boulots qu’on déteste pour se payer des merdes qui nous servent à rien

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Je vois une génération entière qui travaille à des pompes à essence, qui fait le service dans des restos, qui est esclave d’un petit chef dans un bureau. La pub nous fait courir après des voitures et des fringues, on fait des boulots qu’on déteste pour se payer des merdes qui nous servent à rien. On est les enfants oubliés de l’histoire mes amis, on n’a pas de but ni de vraie place ; on n’a pas de grande guerre, pas de grande dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c’est nos vies. La télévision nous a appris à croire qu’un jour on serait tous des millionnaires, des dieux du cinéma ou des rock stars, mais c’est faux.

(...)

J’avais trouvé la liberté. Perdre tout espoir, c’était ça la liberté. »

Chuck Palahniuk, Fight Club

 

10:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Il n'y a pas de pourquoi

=--=Publié dans la Catégorie "Lectures"=--=

 

« Quant aux poètes, aux philosophes, aux savants qui se torturent l'esprit pour chercher la raison, le pourquoi de la vie, qui l'expriment en formules contradictoires, qui la débitent en préceptes opposés... ce sont des farceurs ou bien des fous... Il n'y a pas de pourquoi... »

Octave Mirbeau, Mémoire pour un avocat

 

07:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook